MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


BIENTOT :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Maison ☆ Evénement #101
Une mission de River Frost - Depuis le 14 novembre 2018
« Oserez vous franchir les portes de notre demeure ?! »

Partagez | .
 

 Problème, problème, problème, avec un 'P' majuscule } Robyn ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Robyn W. Candy


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar




╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence.

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux.

✓ Métier : Pâtissière de l'extrême & Shérif à batte badass !


☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2245
✯ Les étoiles : 26138




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Sam 4 Oct 2014 - 0:36


"Wherever I go Trouble seems to follow"


J'avais déjà imaginé que je finirais en prison avec Jamie. Ouais, je sais pas pourquoi, mais je nous voyais bien essayer de nous entre-tuer et la police en ayant assez nous auraient enfermés. C'était une option très réaliste. Si je calculais bien, il y avait quand même 11% de chances que ça arrive. Se retrouver avec le type que j'aime le moins au monde dans une réserve aussi étroite qu'un cercueil ? Là les statistiques tournent autour de... hum... laissez moi réfléchir... ah oui ! 0%. Comme quoi, je devrais revoir mes calculs. Apparemment, je ne suis si douée que ça en mathématiques.

Si je bougeais d'un centimètre, j'allais sûrement frôler les nouveaux attributs de mademoiselle Skyrunner. Étrangement, je n'en mourrais pas d'envie. C'était déjà assez d'être coincée avec lui dans un pièce encombrée avec des vêtements qui me serrent comme si ils voudraient m'étouffer. Oh les gars, vous vous souvenez de moi ou quoi ?

- Excellente idée le coup de se cacher dans une réserve ! Bravo miss univers, je vois que ton cerveau n'a pas augmenté en même temps que ta poitrine !

J'avais inconsciemment pointé le doigt vers ses seins qui essayaient toujours de découvrir la surface. J'étais un peu trop prêt pour pouvoir faire ça sans toucher. Mon index effleura le haut de sa poitrine et quand je m'en rendis compte, je retirais à toute vitesse ma main en reculant. Mauvaise idée avec tout les cartons derrières moi. Quelques uns dégringolèrent en faisant du bruit et me frappant l'arrière des jambes.

- Putain !

C'est que ça faisait mal en plus ! Je levais une jambe en arrière pour essayer de masser mon muscle endolori mais je perdis de nouveau l'équilibre et j'essayais de me retenir à une étagère. J'avais un peu oublié que je mesurais vingt centimètres de plus et au moins autant de kilos. Une bonne partie de ce que contenait l'étagère se renversa au sol et en même temps sur moi et Jamie. Heureusement que ça n'était pas des conserves ou des verres. Mais ça faisait vachement de bruit. Je fronçais les sourcils en essayant de prendre une expression de méchant ours quand je croisais le regard excédé de Jamie. Si elle croyait m'impressionner la demoiselle, elle était mal partie.

- Ça va ! C'était un accident ! Et t'as poussé un soupire de soulagement je te signale, je croyais qu'on risquait plus de se faire chopper !

Je n'avais pas eu le temps de voir l'heure en entrant dans le restaurant, mais si quelqu'un venait déjà travailler, ça voulait sûrement dire que le Ganny était sur le point d'ouvrir. Donc que c'était le matin. J'avais vraiment passé toute la nuit à profiter des seins de Jamie comme si c'était des oreillers ? Nom d'un Kit Kat.

- À trois, on ouvre la porte et on court. Tu as de plus petites jambes qu'avant, mais ça devrait pas pauser de problèmes. Au pire je te port...

Je n'avais même pas pu finir de lui proposer de la porter comme une demoiselle en détresse. La porte s'était ouverte toute seule. Enfin... façon de parler. Il y avait un type qui nous regardait bouche-bée, comme si on était des écureuils parlant qui se font griller des chamallows. Cette vieille Granny devrait revoir son personnel, j'ai pas l'impression qu'elle a engagé des foudres de guerre. Je le regardais, les yeux écarquillés comme une chouette prise dans des phares de voiture. Je n'osais même pas respirer ou cligner des yeux. Je ne me voyais pas trop quoi dire. Deux personnes habillés n'importe comment collés serrés dans une sorte de minuscule placard en désordre, ça peut donner de drôles d'idées. Attendez deux secondes ! C'est clair que ça peut donner de drôles d'idées !

Tout à coup un grand sourire illumina mon visage masculin et de mon bras musclé, j'entourais Jamie par les épaules. Je serrais les dents, en gardant la pose et en croisant des doigts pour qu'il ne dise rien. Je venais d'avoir une idée brillante, il n'avait pas intérêt à tout gâcher avec son ignorance naïve et maladive.

- Oh bonjour ! Désolé de vous déranger, nous allions justement partir. Enfaîte ma fiancée ici présente a perdu sa bague en venant manger ici hier, et une charmante serveuse nous a donné les clés tôt ce matin pour qu'on puisse venir essayer de la chercher. Elle s'appelle... euh...

OK, mauvaise idée le coup du nom de la serveuse. Je ne viens jamais ici, comment je pourrais savoir le nom des serveuses du coin ? Ah si ! La fournisseuse de cookies !

- Sam ! Je crois que c'est ça, en effet. On a fouillé ce placard, et comme nous étions seuls... enfin, vous voyez. C'est ça la vie de couple.

Je fis un petit clin d’œil au type, comme si nous les hommes étions tous connectés. Apparemment, les mecs ça pensent qu'au sexe. Je fais avec les rumeurs hein. Mais vu la tête de merlan frit du gars et le regard de tueuse de Jamie, je devais peut être en faire un peu trop. Je vais passer pour le pervers de service, génial !

- En tout cas on a retrouvé la bague, alors maintenant tout va bien ! Merci beaucoup, et bonne journée !

Toujours le bras autour de Jamie, un sourire aux lèvres, je nous fis contourner l'inconnu et me mis à marcher très vite jusqu'à la sortie. La porte me paraissait loin, très loin. Si ça continuait, j'allais me mettre à courir. Comme par magie, je me retrouvais tout à coup dehors, le ciel déjà éclairé. On était vivants ! Nom d'une tagada, j'avais survécu à l'horreur ! Je me penchais vers l'avant et posais mes grandes mains sur mes genoux, en prenant de grandes inspirations. J'allais hyper ventilé. Je venais vraiment de faire croire à un type que j'avais couché dans une réserve avec Jamie Skyrunner. J'allais vomir. Mon t-shirt me compressant le torse n'aidait pas non plus à me sentir mieux. Ça ne devait pas être une lumière le gars pour ne pas réagir alors qu'on avait l'air de s'être échangé nos vêtements.

- Faut... qu'on... trouve.. de nouveaux... vêtements... et cette... pétasse.... blonde.

J'avais réussi à caser quelques mots entre deux inspirations-expirations. Les vêtements étaient quand même une priorité. Je ne voulais plus jamais voir les seins de Jamie. Putain, j'aurai jamais pensé dire ça un jour !


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I just want candy
Candy on the beach, there's nothing better, but i like candy when it's wrapped in a sweater. Some day soon i'll make you mine, then i'll have candy all the time.

Jamie Skyrunner


« Love it Light ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Garrett Hedlund

Ѽ Conte(s) : La Planète au Trésor
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jim Hawkins

☞ Surnom : Jay
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1500
✯ Les étoiles : 2826




Actuellement dans : « Love it Light ! »


________________________________________ Lun 6 Oct 2014 - 21:06


It must be a nightmare!


D'accord, jeter son sac sur un pauvre gars en train d’hyper-ventiler n'était pas une bonne action. C'était même plutôt méchant. Voir carrément dans la liste des mauvaises actions à ne pas faire. Ok. ça il le reconnaissait volontiers. Sauf que pour sa défense, le pauvre gars n'était pas un pauvre gars, son sac était à moitié vide et il avait beaucoup, mais alors beaucoup moins de force qu'avant. Et puis, franchement, il en avait besoin. Le sac rebondi mollement sur l'épaule de l'espèce de balourd qu'était devenu Robyn, retombant sur le sol dans un léger son métallique.
-Ne t'avise plus jamais de me toucher les seins!
Si il y avait un palmarès des phrases que Jamie n'aurait jamais cru dire un jour, celle-ci en faisait à coup sûr partie. C'était une évidence et cela ajouta une certaine vibration dans sa voix, comme une sorte de trémolo qui l'agaça au plus haut point. C'était insupportable comme situation, inimaginable. Mais pourquoi est-ce qu'on lui infligeait ça?! C'était définitif, le prochain dieu qu'il croisait, il allait lui faire la peau. En parlant de ça, il était à peu près certain d'avoir des bleus un peu partout sur ses épaules. Bon sang, mais comme il semblait fragile, ce nouveau corps! Ahurissant. ça le rendait fou de rage, mais ce n'était pas vraiment le moment pour ça. Serrant les mâchoires, il se pinça l'arrête du nez en inspirant profondément, pour se calmer. Ce n'était pas le moment de se défouler sur Robyn. Ils étaient dans le même bateau quand bien même ça l'énervait au possible. Il devait réfléchir. Vite. Rouvrant les yeux, le ciel confirma son intuition. Une couleur jaunâtre remplaçait peu à peu le bleu sombre du ciel. Ils avaient passé combien de temps, avachis sur le macadam?
Robyn avait plus ou moins cessé d'hyper-ventilé, et Jamie se rendit enfin compte de ce qu'elle avait dit à Maxence, réprimant à la fois un franc éclat de rire et une profond envie de vomir. Maxence n'était pas une flèche, mais comment est-ce que ça avait pu paraître crédible à ses yeux?! Elle! Et lui! Non mais sérieusement.
-Fiancés, quelle idée brillante! Et après c'est moi qui suis débile!
Il avait marmonné dans sa barbe -ou plutôt dans son menton vu les circonstances, avant de reprendre sa position précédente et d'expirer à fond.
-Bon. En priorité il faut qu'on se change. Max' n'est pas le plus perspicace du monde, mais les gens ne sont pas stupides et dans cet accoutrement on ira pas loin. Hors de question qu'on se retrouve au commissariat.
L'idée d'aller voir Emma n'était pas vraiment une joie pour lui, et il préférait autant que possible ne plus se retrouver enfermé dans une pièce exiguë avec elle. Hors de question.
-On va aller chez moi, réfléchit-il à voix haute. Je dois avoir des fringues qui devrait t'aller. Quoi? ajouta-t-il en croisant le regard écarquillé de l'homme ours poisson qu'était devenu Robyn. Tu préfères débarquer comme ça dans une boutique de fringue?
Ce fût en terminant sa phrase qu'il réalisa le pourquoi d'un tel regard. Elle. Dans des fringues à lui. Elle dans des fringues à lui. Oh bordel. Sa bouche s'entouvrit mais il la referma aussitôt. Ils n'avaient pas le choix. C'était une situation désespérée, ils ne pouvaient pas faire autrement. Tant pis. Il pourrait toujours brûler ses fringues par la suite. Secouant la tête, il tâcha de considérer comme nécessaire cette étape et de ne plus y penser, se remémorant les quelques fringues 'serrées' qu'il devait bien avoir pour lui. Quelle idée de le transformer en un truc aussi menu! Il avait l'impression d'avoir des cures dents à la place des bras! Et l'idée de voir ses jambes ne l'enchantait pas vraiment... Repoussant aussi cette idée au plus profond de son esprit, il releva les yeux vers Robyn -elle devait vraiment être aussi grande celle là?
-Tu... T'auras qu'à les garder après. Il faut qu'on y aille, le Granny va vraiment pas tardé à ouvrir et je refuse que mes collègues me voit comme ça!
Il eut un geste pour désigner son corps de femmelette, révulsé à l'idée de croiser Ruby ou Sam dans cette situation. Ramassant à nouveau son sac au sol, il chercha à l'intérieur tout en se dirigeant vers la ruelle qui bordait le Granny avant de se figer une nouvelle fois. Oh non... Comment il avait pu oublier ce détail? Robyn-un-mètre-quatre-vingt-dix le dépassa légèrement sur la droite, se tournant pour dévisager sa face qui devait être devenu blanche. Mais pourquoi, pourquoi est-ce qu'on le détestait à ce point là!
-Je... Suis venu avec Mand... Avec ma moto ce matin. Hier. On s'en fout! s'énerva-t-il sans raison avant de secouer la tête. Je suis venu en moto! répéta-t-il en ne voyant pas la moindre lueur de compréhension dans le regard de Robyn. Et tu sais pas où j'habite... Putain.
Sans s'en rendre compte, il tapa du pied par terre, soulevant un peu de poussière. Et visiblement, elle n'avait toujours pas l'air de saisir le problème.
-J'habite trop loin pour qu'on puisse y arriver à pied sans se faire choper par Swan. Et je compte pas laisser ma moto ici, mes collègues comprendraient qu'il y a un problème. Ce qui veut dire... Qu'il va falloir que tu montes derrière moi.
C'était officiellement la pire nuit de sa vie. Le pire? ça n'allait pas juste durer une nuit. Oh non. Loin de là.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- R.E.M.E.M.B.E.R-
Screaming to the stars just to feel alive. Maybe one more chance and we'll get it right. I won't believe, that all these 
days and all these dreams were only meant to fade, meant to fade. 
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7536-jamie-skyrunner-je-veu http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25959-chevalier-servant-a-temps-plein#225393 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8333-tu-ne-te-doutes-pas-une-seconde-que-ton-histoire-pourrait-changer#67963

Robyn W. Candy


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar




╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence.

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux.

✓ Métier : Pâtissière de l'extrême & Shérif à batte badass !


☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2245
✯ Les étoiles : 26138




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Ven 31 Oct 2014 - 23:51


"I'm on the highway to hell, on the highway to hell ! "


Elle me courrait franchement sur le haricot, la donzelle. Déjà Skyrunner en mec craignait, mais en fille c'était pas mieux. Il était agaçant, geignard et ressemblait à une peste. Il était pire que moi, le mécréant. L'avantage de toute cette histoire, c'est que pour une fois, j'étais la plus imposante, donc je risquais moins que lui, et si en plus il me cherchait, je pourrai toujours jouer les machos et le choper pour le mettre sur mon épaule, dans le genre sac à patate. Quoi qu'il me faudrait un chiffon ou un truc dans le genre avant. Histoire que je puisse lui clouer le bec pour ne plus l'entendre geindre avec sa voix ultra aigu de chauve-sourie. Sérieux, l'autre blonde avec la voix de quelqu'un qui chuchote des trucs dégueus dans le combiné d'un téléphone rose pensait vraiment que c'était une bonne idée de lui donner le pouvoir de faire jaillir des ultra-sons de la bouche ? Pratique quand on vit dans une grotte plongée dans le noir, pas quand mes oreilles sont sensibles et pas du tout compatible avec ses couinements.

En plus, ça ne nous servirait rien. Il commençait à faire jour, ce qui confirmait mes craintes. Storybrooke était officiellement entrain de se réveiller. Ce qui voulait dire qu'on risquait de croiser des gens. Habillés comme des espèces d'idiots. Encore mes fringues ça pouvait aller hein. Le look de Jamie n'était clairement pas une réussite. Moi je faisais toujours dans le sobre, le noir. Sauf que ça ne m'allait que quand j'étais sous la forme d'une fille d'une vingtaine d'années aux attributs plutôt gâtés en général par Dame Nature. Quand on ressemble à monsieur muscle croisé avec l'ours des cavernes croisé lui-même Hulk sans le teint vert, ça craint un peu plus.

- Enfin une bonne idée Skyrunner ! Allons donc changer de fringues avant qu'on nous arrête pour exhibitionnisme. J'ai l'air d'un échappé de l'asile et toi d'une prostituée pathétique. La belle équipe !

Waouh ! Je devenais un mec, et voilà que je me mettais à faire des rimes. La version masculine de moi-même était peut être la plus intelligente ? L'échange de sexe marchait pas du tout sur l'autre idiot par contre. Il voulait que... je... porte ses fringues ?!? J'ouvris grand les yeux en imaginant la scène. Moi. Dans ses horribles fringues dont je me moque sans arrêt. Dans des vêtements de Jamie Skyrunner. Jamie. Le cocker. Je secouais la tête sans vraiment m'en rendre compte, la bouche entrouverte dans une grimace de dégoût et de traumatisme. Pourquoi je devais toujours me retrouver dans des situations à la con quand il était dans les parages ?

- Non.

J'aurai voulu trouver autre chose, mais je faisais un blocage. Il allait quand même pas me passer un de ses... caleçons ? Slips ? String ? Non non non. Arrêter de réfléchir. Ou j'allais vomir mes tripes.

Je croisais les bras et fis une moue en avançant ma lèvre inférieure. L'expression typique que je prends à chaque fois que je boude ou que je fais la tête. Autant ça me donnait un côté petite peste non désagréable quand j'étais une fille, autant là, j'avais quelque peu l'air ridicule, à ce que je pouvais en voir dans la vitrine face à moi. Je repris une expression que je voulais un peu plus neutre, mais mon dégoût n'arrivait pas à quitter mon visage.

- Pas question. Je ne mettrais jamais un de tes vêtements. Ja-mais. Plutôt me balader à poils. Déjà je suis beaucoup plus grande et musclée que toi comme ça. Je rentrerais jamais dans tes fringues, et surtout je ne veux pas. Pas du tout.

Putain, mais c'est qu'il y croyait ! Lui aussi ça devait le dégoûter, je voyais pas pourquoi on devait subir tout ça. Ah oui. Il avait raison. Swan. Je préférais notre ancien shérif, lui au moins était pas aussi à cheval sur les règles. Il aurait rien dit en voyant deux personnes habillés n'importe comment. Mais je poussais un soupire, m'avouant vaincue. Pour une fois, il marquait un point.
Je le suivi, en le maudissant quand même intérieurement. Ces conneries me rappelaient pleinement combien je détestais ce type. Si cette « déesse » pouvait l'emmener avec elle un de ces quatre, je dis pas non. Bon, j'allais d'abord coller mon poing dans la gueule de cette pétasse, divine ou pas. Ensuite je lui offrirais le cocker en sacrifice.

Ledit cocker au corps d'anorexique s'était d'ailleurs arrêté d'un coup. Il faisait une crise cardiaque ou quoi ? Je m'approchais de lui et vis son visage aussi blanc que si il avait vu un fantôme. Si il s'évanouit, je le ramasse pas, je préviens tout de suite.

Enfaîte, si, il allait s'évanouir. Parce que j'allais le tuer. Soit en l'étranglant, soit en écrasant son corps de crevette sous ma nouvelle masse musculaire de bodybuildeur.

- Comment ça, en moto ? Comment ça ?

J'arrivais pas à comprendre là. Ou plutôt mon esprit ne voulait pas comprendre. Moto. Trop loin. Derrière lui. L'association de tous ces mots était mauvaise, très mauvaise même. Je me trompais, bien sûre. Je n'avais pas entendu tout ça.

- Whhhhoooo ! Calmos là ! Je monterais jamais sur ton engin, peu importe le nom que tu lui donnes !

Sérieux, pathétique de donner un prénom à une moto. Il avait beau essayer de se rattraper comme il pouvait, malgré mon état j'étais pas prête à laisser passer ça. Je me refusais de regarder son moyen de transport diabolique, préférant fusiller du regard la gonzesse ridicule à essayer de retenir ses vêtements. Voilà, concentrer toute sa haine sur lui. 7

- Ce truc appartient au diable ! Si je m'assois là-dessus, je suis sûre de mourir, surtout si tu es au volant ! Attends, que ce que je dis... une moto, ça a pas de volant ! Je ferais jamais confiance à un machin sans volant, ni quatre roues. Je préfère encore me faire chopper par Emma Swan et passer la nuit derrière les barreaux, tant que c'est loin de toi et de ta « Mand-machin-truc ».

Nan mais sérieux. J'étais une pilote de course automobile. Je jouais à Sugar Rush, pas à Mario Kart et sa moto dauphine ridicule. Les motos sont mes ennemies naturelles, elles me détestent. Et pour de vrai.

J'allais faire de demi-tour, mais un bruit de déchirure me fit fermer les yeux quelques secondes en serrant les mâchoires. J'avais fais un geste trop brusque, maintenant des courants d'air s'engouffraient par l'immense déchirure qui se trouvait au niveau de mon torse. Pour faire clair, j'avais le torse quasiment à l'air.

Je serrais les poings et retournais vers Jamie, ou plutôt vers sa moto. J'avais les paupières tellement plissées que l'apercevais à peine. En soit, ça m'arrangeait. J'avais une peur bleue de monter là-dessus. Ils étaient où, mes sièges biens confortables, ma ceinture de sécurité et les portières pour me protéger ?

J'attendis qu'il monte dessus le premier. Il avait l'air ridicule. Une petite chose toute menue sur un gros engin métallique, c'était pas du tout « sons of anarchy ». Plutôt « je ne sais pas conduire cette machine à tuer ! Attention, danger ! ». Il me lança un regard appuyé pour me dire de monter, et je pris une grande inspiration, avant de passer ma jambe ridiculement compressée dans mon jean noir par dessus la moto pour m'asseoir derrière Jamie. Fallait que je me dise que c'était comme faire du vélo. Oui, voilà. Du vélo. Rien que du vélo...

Un grondement puissant se mit à résonner et tout à coup l'engin se mit à rouler. J'ai envie de dire que j'ai trouvé ça cool. Que j'ai adoré. Que j'ai pas du tout flippé. Mais là, ça serait plus qu'un mensonge. Surtout quand je hurle comme une dingue qui se fait torturer. J'avais tellement peur que je serrais de toutes mes forces Jamie, les yeux fermés. Je crois qu'il essayait de me dire quelque chose, mais j'étais tellement entrain de l'engueuler dans ma tête que je n'entendais rien. J'allais vomir. Pour de vrai cette fois. Je voulais descendre, je voulais descendre de ce truc...

- STOP ! STOP STOP STOP !

J'avais beuglé comme ça ne m'était jamais arrivé. . Ou ça ressemblait plutôt à un rugissement de lion qui aurait mal à la gorge. Très mal à force de hurler. La moto se stoppa et je descendis le plus vite possible. Trop vite même. Je tombais au sol, ma jambe encore à moitié à cheval sur la machine. Je me redressais en trébuchant de nouveau et m'écartais le plus loin possible, me retrouvant dos contre un mur.

- Si tu essais encore une fois de me faire monter là-dessus, je vais devenir très violente, et Swan n'arrivera même pas à reconnaître tes restes.

J'avais quasiment grogné, les dents serrés et tremblant de manière incontrôlée. Peu importe si j'avais l'air ridicule. Je préférais ça que de toucher encore à cette... ce... démon à deux roues !


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I just want candy
Candy on the beach, there's nothing better, but i like candy when it's wrapped in a sweater. Some day soon i'll make you mine, then i'll have candy all the time.

Jamie Skyrunner


« Love it Light ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Garrett Hedlund

Ѽ Conte(s) : La Planète au Trésor
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jim Hawkins

☞ Surnom : Jay
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1500
✯ Les étoiles : 2826




Actuellement dans : « Love it Light ! »


________________________________________ Mar 11 Nov 2014 - 22:36


I'm pratically sur that it's illegal.


-Non mais t'es dingue!
Le cri sur-aiguë surgit d'entre ses lèvres, alors qu'il éteignait les moteurs de sa Mandy qui avait frôler l'extinction. Même Théo était plus stable sur sa moto! C'était presque flippant de réaliser que c'était possible de trembler à ce point sur sa moto! Non mais sérieusement! c'était ridicule! Elle devait faire trois têtes de plus que lui, une montagne de muscle et voilà qu'elle tremblait comme une feuille sur une moto, nom d'un trou noir! Et qu'en supplément elle venait tout bonnement de lui détruire une rate, un sein, et un poumon! C'était vraiment perturbant, cette double bouée sous son t-shirt, encore plus quand elle était... Manipulé. Non mais sérieusement, c'était tellement.... Bizarre. Comme deux énormes religieuses molles. Et puis ça faisait mal!
D'un geste rageur, il attrapa dans son -minuscule- poing, le bord de son pantalon six fois trop grand, avant de passer sa jambe par-dessus sa moto, posant son pied sur le trottoir. Elle commençait à le courir, la version ours des caverne de Robyn. Déjà comme ça, c'était pas l'amour fou, mais là,  ça frôlait des sommets inattendus. Non seulement elle était encombrante, mais en plus elle était véritablement handicapante. Et maladroite. Et immense. Oui, sa taille de mammouth commençait vraiment à l'énerver. C'était quoi ce plan de génie de lui faire perdre une vingtaine de centimètre?! Sérieusement? Elle avait d'autres superbes surprise dans le même genre, la Freya? Il sentait déjà son sang bouillir d'avance. Il fallait vraiment qu'il la retrouve, et vite. Avant... Avant que beaucoup de choses se mettent en fonction dans son corps. Rien que d'imaginer devoir se déshabiller.... Jamie en ferma les yeux de répulsion. Même si... Bon, si il était devenu aussi petit, il espérait au moins que... Que quoi?! Non mais ça va pas! Il n'avait aucune envie de vérifier que quoi que ce soit soit proportionnel ou quoi que ce soit!
-ça fait un mal de chien putain! Maîtrise ta force ou je promet de t'en foutre une!
Portant la main à ses côtes, juste en dessous de ses seins, il eut une sorte de grimace, avant de secouer la tête. Dans sa malchance, au moins, ils étaient parvenus à grappiller quelques mètres. Pas énorme, mais vu la situation, tout était bon à prendre. Balançant sa veste sur le siège arrière, il entreprit de pousser sa moto, sous le regard éberlué du Mammouth-Robyn. Tenir son pantalon et pousser la moto d'un même geste fût compliqué, mais son orgueil était déjà assez mit à mal pour ne pas en plus quémander de l'aide auprès de Robyn. Son égo avait ses limites. Après quelques mètres, et pas mal de grognement -mais pourquoi était-il aussi faible, ce corps?!- il finit par parvenir près d'un lampadaire, auquel il attacha Mandy, presque avec un pincement au coeur. Pas qu'il ait peur qu'on la lui vole, mais c'était la première fois qu'il la laissait au milieu d'un rue. Et tout ça à cause de Robyn... Se retournant sèchement, il constata avec joie qu'elle n'avait pas bouger d'un pouce, toujours planté au milieu de la rue. La parodie parfaite de la drag-queen éméchée. Cela le fit lever les yeux au ciel.
-Si tu tiens à rester là, je te retiens pas! Non mais c'est pas possible d'être aussi ridicule, ajouta-t-il pour lui même, avant de tourner les talons pour partir sur sa gauche.
Sa résidence n'était plus qu'à trois rues, mais il allait au pas de course, peu désireux de croiser qui que ce soit devant ou dans sa résidence. Déjà qu'il habitait au dernier étage... Pitié que personne n'ai la brillante idée de se lever tôt pour faire un jogging! Il était déjà bien assez malchanceux, non? Rapidement, il sentit une présence sur sa droite. Evidement, non seulement elle était bien plus grande mais en plus elle avait de plus longues foulées! Jamie sentit son sang bouillonner sous ses veines. ça commençait sérieusement à lui courir sur les nerfs! Plus grande, plus chiante, plus ridicule, plus.... Plus forte, plus maladroite! Un vrai gamin nourri aux hormones! Non mais qui voulait concourir pour l'awards du plus malchanceux de Storybrooke? Parce que c'était définitivement son grand prix de l'année! Entre les zombis, ça, et le reste... Si son coeur ne lui faisait pas une attaque dans l'année, il pourrait s'estimer heureux!
Sa résidence finit enfin par apparaître, alors que le soleil perçait doucement la brume matinale. En plus, le temps était pourri! De mieux en mieux! De nouveau, il leva les yeux au ciel, gardant cependant un silence absolument religieux entre lui et Robyn. Il faut dire que son envie d'inviter Robyn chez lui ET de lui prêter des fringues devait approximativement avoisiner les "zéro/pire cauchemars/beurk". Et encore! Il avait bien conscience qu'ils n'avaient pas vraiment le choix, et qu'il était le génie à avoir eue cette idée, mais soudain, ça lui paraissait la pire idée du monde. Pire que ça, la pire idée de l'univers! Même Alpha du Centaure devait avoir sentit l'onde de crétinité de cette idée! Cherchant ses clefs dans son sac, il grimpa rapidement l'escalier blanc du perron, suivit de près par Robyn, qui se cogna à lui quand il s'arrêta pour fouiller son sac. Ce qui le fit soupirer, profondément. Non, dans ce corps, il n'aimait définitivement pas les contacts. Du tout.
Après un moment, il finit par dénicher ses clefs, après avoir largement offert une vue imprenable sur ses religieuses tant il secouait son sac dans tous les sens, et par ouvrir la porte d'entrée. La porte grinça légèrement, et Jamie grimaça les dents, avant de se tourner vers Robyn, pour refermer la porte derrière elle, accompagné d'un geste signifiant "dépêche!"
-Dernier étage.
Il le chuchota à mi-voix, peu désireux de voir les autres résidents débarqués, à l'entente de voix inhabituelles. Evidement, vieille résidence signifiait grande curiosité. Et pas d’ascenseur. Et pour la première fois, Jamie maudit cette caractéristique qu'il aimait tant en temps normal. Mais en temps normal il n'avait pas deux machins mous bougeant dans tous les sens sous son t-shirt! Pas plus qu'il n'avait sa meilleure ennemi aux trousses. Quatre étages plus tard, ils firent enfin face à une porte de bois, et Jamie soupira de soulagement. Pas de voisins, pas d'explication, pas de mensonges, pas d'Archie sortant Pongo pour sa promenade du matin. Il devait être encore assez tôt pour ça, ou alors le destin décidait de lui faire une fleur. Enfin! Déverrouillant sa porte, il entra rapidement, balançant sa veste sur son canapé.... Du moins c'était ce qui était prévu. Sauf que sa force de mâle ayant disparue avec ses muscles, la veste tomba à même le tapis devant sa télé. C'était officiel, son corps le haïssait autant que lui le faisait.
-Referme la porte! lança-t-il en voyant que Robyn restait sur le seuil, le visage hésitant entre la répulsion et la fascination. Et je te préviens, pas de commentaires.
Sans un mot, il avança dans son salon, ramassant sa veste, pour la poser sur le canapé.... Et se précipitant sur son paquet de clope. Jamais de sa vie il n'avait tant voulu en fumer une.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- R.E.M.E.M.B.E.R-
Screaming to the stars just to feel alive. Maybe one more chance and we'll get it right. I won't believe, that all these 
days and all these dreams were only meant to fade, meant to fade. 
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7536-jamie-skyrunner-je-veu http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25959-chevalier-servant-a-temps-plein#225393 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8333-tu-ne-te-doutes-pas-une-seconde-que-ton-histoire-pourrait-changer#67963

Robyn W. Candy


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar




╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence.

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux.

✓ Métier : Pâtissière de l'extrême & Shérif à batte badass !


☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2245
✯ Les étoiles : 26138




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Sam 3 Jan 2015 - 19:36


"Oh. My. God. "


J'étais chez Jamie Skyrunner. Bah merde alors. Moi j'étais persuadé qu'il vivait une superbe maison avec barrière, sublime fiancée et deux chiens qui coûtent plus cher à l'unité qu'une voiture. Ou alors avec des parents supers tops et supers sexy qui ont un sourire style colgate total. Mais à la place, il vivait dans un appart'. Enfin pas trop mal quand même. Mais j'étais déçue. J'aurai tellement voulu me moquer de ses chihuahuas.

J'examinais sans me cacher les lieux, en tournant sur moi-même pour ne pas rater quelque chose. J'étais chez Skyrunner. Chez. Sky. Runner. Je ne disais rien, juste à regarder pendant que Jamie était entrain de choper ses jouets. Il devait faire parti des dépendants de la fumette. N'empêche que ça me donnait super envie de m'en fumer une. Je dis pas non de temps en temps moi. Surtout dans les moments critiques. Et je crois qu'il n'y a jamais eu plus critique que ce moment.

J'entrouvris doucement, comme si quelque chose de monstrueux se trouvait derrière, une porte au hasard. Tout était aussi... carré chez lui ? Je passais ma grosse tête d'ours par l'ouverture et je sentis mon visage hésiter entre la grimace et le ricanement hystérique. C'était donc ça la chambre du cocker ? Comme c'était mignon. Je l'entendis aboyer quelque chose et je refermais la porte, en me tournant vers lui pour lui adresser un grand sourire moqueur.

- Dis, c'est ta chérie qui a décoré ta chambre ? Je suis déçue, ça aurait été marrant qu'elle soit là et qu'elle te découvre avec des seins. Par contre...

Je m'étais approché de la stéréo et j'avais attrapé un CD. Du country... Il avait vraiment des goûts de merde. Qui aime encore le country, sérieux ?

- Faut vraiment que tu revois tes goûts musicaux. T'as quel âge, soixante ans ?

Je laissais échapper un léger rire et je reposais le CD à sa place. Je voulais même pas imaginer ce qu'il avait comme DVD. Ça me faisait tout à coup très peur. Je m'approchais du canapé et m'y laissais tombé, en faisant claquer mes mains de géants sur mes cuisses. C'était dingue comme je me comportais en mec. Peut être qu'en réalité destiné à être un mec. Quoi que non, ma poitrine me manquerait trop. Et puis un mec qui est une peste, ça existe pas.

- Bon ! Je suis venu pour m'habiller moi. On va pas rester là pendant que tu t'en grilles une. Je veux retrouver la connasse et la forcer à nous faire redevenir comme avant. Si je dois encore supporter la vision de ta poitrine qui se balance, je crois que je vais devoir me brûler les yeux avec de la javel. Où tu ranges tes fringues ?

Je le regardais se lever pendant qu'il allait chercher quelque chose dans sa chambre. C'était drôle combien il était ridicule avec ses vêtements trop grands. Toute menue... Fallait que je le maquille, ça serait marrant tient.

- Ahh je suis rassurée. J'avais peur de devoir porter un costard ou ton uniforme de brave petit travailleur.

Il était revenu et m'avait balancé des fringues. J'examinais ce que c'était, priant pour qu'il n'y ait rien de trop... Jamie. J'étais pas prête à porter ses fringues, de toute façon. Mais je devais me changer, sinon j'allais étouffer. Même si pour ça, il fallait que je sente le cocker et que je m'habille comme un chevalier servant.

Je me levai du canapé en faisant une grimace alors que mon jean me serrait et j'entrepris de retirer mon t-shirt. Un exclamation me fit arrêter mon geste à mi-chemin, et je me tournais vers Jamie. Il avait quoi encore ? C'était un prude ?

- Oh mais ça va hein ! T'as jamais vu un mec torse nu ou quoi ? Remets toi de tes émotions chérie, je vais aller squatter la salle de bain, c'est bon.

Je levai les yeux au ciel et je tentais de remettre le t-shirt noir en place. Il était toujours beaucoup trop petit et en partie déchiré, ce qui me laissait largement les abdos à la vue du monde. J'aurai bien caressé les tablettes de chocolat tellement elles étaient impressionnantes, mais je voulais pas faire ça devant Jamie. À coup sûre, il allait se moquer. J'attrapais les fringues que j'avais laissé sur le canapé et je me faufilais dans sa salle de bain. Merde, même sa salle de bain était classe ! Quand je vous dis que ce type est monsieur perfection...

Je tournais la clé, sait-on jamais. J'étais devenu un homme, ça ne me posait pas de problème de devoir me déshabiller. Mais je voulais pas tomber sur sa copine les fesses à l'air. C'était obligé qu'il en est une. Ce genre de type, ça a toujours une bombe qui l'attend à la maison.

Je retirais mon t-shirt en quasi-lambeau et mon jean qui était à deux doigts d'exploser. Franchement enlever ce truc a été une galère incroyable. J'avais même du me mettre par terre pour pouvoir l'enlever correctement. Je retirais aussi mon soutif qui ne me servait étrangement plus à rien, mais je gardais le bas. Je n'allais pas m'attarder dessus, parce qu'avoir de nouveaux attributs à cet endroit stratégique, c'est une sensation incroyablement effroyable.

J'attrapais le haut blanc qu'il m'avait apporté et commençais à l'enfiler. Je déteste le blanc. Il aurait au moins pu m'apporter une chemise. Crevard. Je suis sûre qu'il l'a fait exprès. Je grognais pour mettre le t-shirt qui me serrait quand même le torse. J'étais quoi, un tronc d'arbre ? Je baissais les yeux pour examiner le résultat, après avoir gagné la bataille. Ma fierté fut de courte durée. Le tissus ne me couvrait pas entièrement, et jles manches me serraient beaucoup trop au niveau des bras. Légèrement paniquée, j'essayais cette fois le jean qu'il m'avait passé. Au moins il ne m'avait pas proposé un caleçon, c'est déjà bien...

Le jean gagna malheureusement la bataille. Je n'arrivais même pas à me glisser entièrement dedans. J'étais dans la merde. Je tentais de remettre mes propres fringues, mais impossible de se glisser dedans. Bien entendu... J'étais à moitié à poil, juste habillé de mes sous-vêtements de gonzesse que je n'osais même pas regardé vu comment ils étaient serrés et je n'avais pas de fringues. Putain de merde de...

Non. Il fallait que je reste zen. Zen Robyn. Zeeeeen. J'étais plus que sûre que si je donnais un coup de poing enragé contre le lavabo, j'allais le casser vu ma patte de papa ours. J'aimais pas Jamie, mais je voulais pas me retrouver à devoir payer des dégâts dans son appart'. Que j'aurai causé parce que j'étais devenue Musclor.

J'attrapais une serviette blanche posée sur un porte-serviette et l'enroulais autour de mes hanches. La longueur c'était pas top top, ça ne me couvrait qu'au dessus des genoux. Mais c'était toujours mieux que d'avoir à moitié les fesses à l'air. Jamie risquerait de jamais s'en remettre. J'en attrapais une autre pour la poser au niveau de mes épaules et qu'elle couvre une partie de mon torse. Au moins la poitrine.

J'ouvris légèrement la porte de la salle de bain pour y passer ma tête sans dévoiler mon corps tout entier. Ça m'éclatait moyen d'être presque nu dans le salon de mon meilleur ennemi. J'étais peut être plus en fille, mais ça restait toujours mon corps. Et jamais le cocker poserait un œil dessus.

Sauf qu'il n'était pas dans le salon. Il devait sûrement être dans sa chambre. Je sorti en tenant la serviette d'une main, tout en jetant des regards suspicieux aux fenêtres. On sait jamais, un laveur de vitres... Je m'approchais discrètement de la porte de sa chambre et je donnais un petit coup pour attirer son attention.

- Psss Jamie ! Sors de là ! Je suis dans la merde, t'es trop gringalet et très fringues ne me vont pas. On fait quoi maintenant ? T'as jamais été plus gros avant ?

J'étais plus imposante que lui, si c'était pas ironique. Il lui restait plus qu'à trouver une autre super idée. Et qu'il sorte de là d'abord. J'étais cool, je n'avais pas ouvert. J'avais peur de tomber sur lui nu. Si ça arrivait, j'étais bonne pour me jeter par la fenêtre.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I just want candy
Candy on the beach, there's nothing better, but i like candy when it's wrapped in a sweater. Some day soon i'll make you mine, then i'll have candy all the time.

Jamie Skyrunner


« Love it Light ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Garrett Hedlund

Ѽ Conte(s) : La Planète au Trésor
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jim Hawkins

☞ Surnom : Jay
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1500
✯ Les étoiles : 2826




Actuellement dans : « Love it Light ! »


________________________________________ Mar 20 Jan 2015 - 21:29


C'est la cata, c'est la cata, c'est la cata...

Robyn dans son appartement. Robyn. Dans. Son appartement. Ok, si il y avait un bon moment pour paniquer c'était probablement celui là. D'accord, son apparence actuelle n'avait rien à voir avec les visions cauchemardesques qu'il avait déjà eue d'elle harpant son appartement mais ça restait véritablement une vision dérangeante au plus haut point! La voir déambuler dans sa taille de mammouth entre ses meubles était un cauchemar qu'il observait d'un mauvais oeil, la clope au bec. Non mais sérieusement c'était quoi cette taille ridicule? Quoi qu'au final, sa propre taille devait jouer pour beaucoup. Tout dans son appartement semblait un poil plus grand. Pas de beaucoup, mais suffisamment pour être sacrément irritant. Trop. Une deuxième clope s'imposait.
L'entendre mentionner une potentielle petite-amie lui fit lever les yeux au ciel. Oh ça y était, Robyn le connaissait par coeur, à tel point qu'elle pouvait analyser sa chambre d'un simple regard et en déduire une présence féminine! Déjà de quel droit elle ouvrait la porte de sa chambre, elle? Non mais sérieusement! Une main posée sur ses hanches, Jamie l'observa critiquer sa pile de Cd sans rien dire. Comme si une seule chose dans son appartement avait pu, ne serait-ce qu'une seconde, convenir au goût de la peste de sa vie. Par principe, elle détestait tout ce qui avait un jour été en contact avec lui. Alors l'endroit où il passait sa vie... Malgré lui, il eut une sorte de sourire interne. C'était presque une douce vengeance de savoir qu'elle allait devoir porter des vêtements à lui. Sa peau allait-elle fondre comme sous de l'acide ou juste son amour-propre? Cela aurait presque été comique. Si il n'avait pas lui même été un dommage collatéral.
-Reste là, lança-t-il avant d'aller dans sa chambre, la fumée de sa cigarette se mêlant à ses cheveux désormais trop long.
Même dans une situation aussi extrême, elle parvenait à être désobligeante au possible. Jamie en serra les dents. Parce que comme d'habitude, il fallait qu'il joue au chevalier servant. Sérieux, il aurait pas pu simplement la laisser dans la mouise cette fois? Pourquoi il avait fallut qu'il lui propose de l'aider? De lui passer des fringues, nom d'un chien?! Gentil Jamie, adorable Jamie. Crétin. Soupirant bruyamment, il ouvrit largement les portes de sa penderie, veillant à ne surtout pas jeter de coup d'oeil à son miroir. C'était... Trop tôt. Il n'en était pas encore capable. Pas... Pas juste un coup d'oeil. Il fallait qu'il ai assez de temps pour accuser le choc. Rapidement, il plongea sa main dans ses hauts de tous les jours. Hors de question de lui refiler quoi que ce soit d'autre. Puis il s'accroupit pour chercher l'un de ses jeans, accusant par la même occasion deux problèmes bien distinct mais chiant d'égal mesure. Or donc le moindre mouvement avait un impact sur son double kyste au torse. Superbe. Sentir les deux ballons de plage vibrer vers le bas était profondément dérangeant. Jamie tâcha de se focaliser sur le deuxième problème, plus par survie qu'autre chose, mais il était vrai qu'avoir ses mèches beaucoup trop longues squattant devant ses yeux restait un problème primordial. Important du moins. Bon ok, c'était relativement la même chose qu'avant, mais c'était important, irritant, chiant, point.
Récupérant le premier vieux jeans lui tombant sous la main, il retourna jeter le tout à une Robyn soudain prise de pulsion d'exhibitionniste. Wow, wow, wow! Ok, c'était un mec mais depuis quand il avait envie de voir un autre mec se déssaper dans son salon?! C'était donc si compliqué pour elle de comprendre que c'était son appart et que les souvenirs de ce passage -éclair, il y avait intérêt...- allaient rester incruster dans les meubles et être sources de cauchemars pour l'année à venir?! L'imaginer squatter la salle de bain comme elle le proposa n'avait rien de particulièrement plus réjouissant mais au moins, ça sauverait le peu d'honneur qu'avait encore son salon. Soupirant, il voulu passer la main sur son front mais les longues mèches brunes le dérangèrent, si bien qu'il s'énerva un instant tout seul contre sa nouvelle coupe de cheveux, ridicule au milieu de son salon. Ah il avait l'air malin a pester comme ça! Foutue déesse...
Ecrasant sa clope dans son cendrier, il traversa le salon pour retourner dans sa chambre, cherchant dans son bureau un élastique en plastique. Oui, Morph lui avait expliquer que ce genre d'élastique arrachait plus le cuir chevelu qu'autre chose mais c'était ça ou les ciseaux, et au vu des dégâts déjà présent.... Jamie s'arrête en plein geste. Mains levées en arrières, cheveux ramener sommairement en queue de cheval, t-shirt flottant et jeans indécemment taille basse. Son reflet lui apparut d'un ridicule sans nom. On aurait dit une prostituée, la version hollywoodienne, bien nourrie et habillée avec autre chose que des fripes. Il dut vraiment se contenir pour ne pas se mettre à hurler comme un dément. Mais c'était quoi, ça?! C'était à des années lumières de lui! C'était quoi ces bras tout fins, tout menus, sans muscles, à peine plus épais que des carottes?! En grimaçant, il s'approcha de son miroir, pour y contempler les dégâts. Palper son visage fût profondément traumatisant. Ne pas reconnaitre ses propres traits avait quelque chose de terrifiant. Comme un cauchemar mais douloureusement concret. Et ne sentir aucun poil sur son menton avait quelque chose d'avilissant. Ses bras étaient une horreur. Des brindilles, rien d'autre! Disparues les milliers d'heure de sport! Il devait être à peine capable de pousser un chariot de course! Merde alors! Et puis ça! Levant les bras au-dessus de sa tête, il découvrit le ventre sans abdos de son reflet, avant de poser une main dessus, en retenant son t-shirt. Baissant les yeux, il palpa sa peau du bout des doigts, oscillant entre la fascination et le dégoût. C'était tellement... Différent. Trop. Affreusement.
Relevant les yeux, il affront celui, trop en amande, de son reflet. Bon. C'était l'heure de vérité. Il n'avait pas de vêtements de femme chez lui -pas assez de conquête pour ça aurait sans doute cracher la peste de la pièce à côté- mais il conservait toujours ses fringues d'ado et un ou deux t-shirt pour Théo, pour les cas d'urgence. Maigre comme il l'était, il devait entrer dedans aisément désormais. Génial. Jamie leva les yeux au ciel. Retournant à sa penderie, il prit l'une des boites en tissus planquer sous les chaussures de grandes occasions, pestant contre ses maudites mèches et ses baguettes articulées, avant de finalement la poser sur son lit. Il eut un léger sourire en l'ouvrant, retrouvant la nostalgie dans ces bouts de tissus à l'effigie de groupe ou de marque. Prenant le premier de la pile, à l'effigie de Jack Daniels, il retourna face à son miroir. Il avait l'impression de le serrer comme un gamin serre un doudou le jour de la rentrée des classes. Cela l'énerva. Beaucoup. Si bien qu'il le jeta à ses pieds avant de retirer d'un coup sec celui qu'il portait. Bien sûr, le théâtrale en prit un peu pour son grade quand il dut se débattre pour ne pas s'arracher le cuir chevelu et finalement, il se retrouva face à son reflet. Torse nu. Oh bordel...
Son cerveau subit une décharge, si bien que pendant un instant, il hésita entre pleurer, crier et geindre. Sauf que bien sûr, il n'en eue pas le temps. Alors qu'il rejetait la tête en arrière, prêt à faire un mix parfait des trois options, un coup discret fût frapper et Jamie du se contenter d'un son crispé et frustré, en s'efforçant d'entendre ce que Robyn pouvait bien lui vouloir.
-N'entre pas! s'exclama-t-il, jetant un deuxième regard en biais à son reflet, avant de ramasser son t-shirt au sol.
Comble du comble, même ado, il était visiblement plus épais que son corps actuel. Mais bon, au moins, il avait l'impression que ces deux torches au marron miniatures étaient mieux tenues. Moins libre. Tant mieux. Et au moins, adieu le décolté involontaire! Reprenant son élastique, il attacha ses cheveux en une queue de cheval à moitié aboutit, constatant à ses dépends que oui, ces élastiques, c'est de la merde.
-Qu'est-ce qu'il y a? lança-t-il dans un grognement avant d'ouvrir en grand la porte de sa chambre. Oh merde.
Ce fût tout ce que son pauvre cerveau parvint à formuler. Mais il faut avouer que cela résumait assez bien le torse qui lui faisait face. Putain, c'était inadmissible. Lui, il se crevait à la tâche pour se maintenir en forme suffisamment pour avoir quelques abdos de devinables sous la peau et elle, il lui suffisait d'énerver une déesse pour avoir un torse digne d'une couverture de Men's Health?! Il la fusilla du regard sans même s'en rendre compte. Et puis il réalisa qu'elle était toujours nue.
-Oh génial! Et en plus tu rentres dans rien putain! s'énerva-t-il, levant les yeux au ciel, avant de retraverser sa chambre pour prendre une autre caisse dans le fond de son armoire. Tiens, ça c'est des fringues de sport, ça devrait être assez large pour ton corps de mam...
Ne jamais dire du mal d'une personne en détresse. Jamie aurait du le savoir. Sauf que détresse et Robyn ne font pas bon ménage et que sincèrement, il devait juste être incroyablement maudit. Les aller-retour et les squats imposés par les recherches de caisses de tissus dans le fond de son armoire eurent raison de la physique. Et son jeans mille fois trop grand décida qu'il était grand temps de libérer les menues gambettes qui étaient désormais les siennes. Jamie manqua de trébucher dessus, se retrouvant à sautiller sur place, caisse toujours en main, une cheville coincée dans l'amas de tissu qui retomba sur le sol dans un tintement de ceinture. Le sang se retira de son visage, et pendant un moment, il resta figé, dos à Robyn. Maudit. Il était maudit. Il n'y avait pas d'autre mot. Et encore! Il pouvait s'estimer heureux de sentir encore son slip DIM contre sa peau. Si il en était arrivé à là...
Sans un mot, il refourgea la caisse entre les bras de Robyn, ne prêtant pas la moindre attention à sa protestation ou à son cri de surprise alors qu'elle lâchait le bout de sa serviette, avant de claquer la porte et de pousser enfin ce cri de frustration, d'incompréhension et de rage qu'on lui avait avorter quelques secondes plus tôt.
Ce n'est qu'après un long moment qu'il finit par ressortir de sa chambre, un jogging noué trois fois à la taille. Se dirigeant vers son comptoir, il entreprit de mettre en route la machine à café. Il n'eut pas vraiment à chercher la présence mammouthesque de Robyn étant donné que cette dernière se trouvait tout simplement en train d'observer l'un de ses placards, celui où il rangeait ses gâteaux, chocolats et fruits secs divers, entre deux étages de mugs et d'assiettes. Il hésita un instant, ralentissant le pas. Merde, ça allait vraiment être le pire jour de sa vie. Si ça ne durait qu'un jour. Ce fût le moment où Jamie réalisa qu'il n'avait, concrètement, aucune certitude de retrouver un jour son corps d'origine. après tout, cette déesse pouvait bien être retourner à l'Olympe depuis des heures et décidée d'y rester un ou deux millénaires. Le sang qui avait quitté son visage décida d'affluer vers son coeur, et les palpitations dans sa poitrine n'aidèrent en rien à conserver un minimum de calme. Traversant son salon d'un pas vif -mais pas trop, torches oblige- il alluma la cafetière, décidant qu'il était décidément l'heure parfaite pour un café noir. Serré. Très serré.
-Il faut qu'on retrouve cette blonde.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- R.E.M.E.M.B.E.R-
Screaming to the stars just to feel alive. Maybe one more chance and we'll get it right. I won't believe, that all these 
days and all these dreams were only meant to fade, meant to fade. 
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7536-jamie-skyrunner-je-veu http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25959-chevalier-servant-a-temps-plein#225393 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8333-tu-ne-te-doutes-pas-une-seconde-que-ton-histoire-pourrait-changer#67963

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

Problème, problème, problème, avec un 'P' majuscule } Robyn ♥





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Un petit verre chez Gaston? :: ⚔ Cadeaux, annifs et absences :: ➹ Archives