MAGIC LEAGUE 4
AVRIL 2019
de DYSON


PETER PAN
MAI 2019
de NAT


MAGIC LEAGUE 5
JUIN 2019
de DYSON



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League 4 : L'Univers Perdu ☆ Evénement #108
Une mission de Dyson - Depuis le 13 avril 2019
« Le soleil brillera de nouveau sur nous. »

Partagez
 

 Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hippolyte Sherman


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


Hippolyte Sherman


╰☆╮ Avatar : Shelley Hennig

Ѽ Conte(s) : Inventé
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la fille d'Arès.

☞ Surnom : Julie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1272
✯ Les étoiles : 0


Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Lun 29 Sep 2014 - 19:57




Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille.

Connor && Hippolyte


S’il y avait bien une chose que l’on ne pouvait pas reprocher à cette ville c’était bien son service hospitalier. Aussitôt qu’il y avait des blessés, qu’importe la gravité, ils étaient presque immédiatement pris en charge. C’est Arès qui avait amené Hippolyte à l’hôpital afin qu’elle se fasse soigner de ses quelques blessures. Quelques minutes après ce dépôt, Hip était en salle d’opération pour sa jambe. C’était vraiment du rapide. En plus, ils savaient s’y prendre et être efficace. En effet, l’opération ne dura qu’une petite demi-heure. Ils remirent le lit d’Hippolyte dans sa chambre attitré pour l’occasion. Et quelques instants plus tard – aucun moyen de savoir exactement – Hip’ ouvrit les yeux. Elle essaya de se redresser sur son lit mais il y avait quelque chose qui l’a retenait. La demi-déesse regarda plus loin de son bout du nez et constata que sa jambe était dans le plâtre, suspendu en l’air. Oui, comme dans les dessins animés. Hippolyte abandonna donc l’idée de se redresser en soupirant légèrement. Elle balaya la pièce du regard. Elle était seule. La chambre était plutôt petite, il n’y avait même pas de télé. Génial, vive l’ennui ! La jeune femme avait donc pour seule occupation ses pensées. Elle tentait de se souvenir de chaque détail de sa folle nuit, de son combat face au cavalier apportant la Peste, des cadavres du Dieu, ainsi que celui de la louve-garou. Ce fut vraiment un moment pénible à vivre. Elle n’avait jamais vu la mort d’aussi près. Hippolyte avait même cru que c’était fini d’elle, notamment lorsqu’elle tomba de l’arbre. Fort heureusement, sa place semblait être chez les vivants puisqu’elle était là, toujours en vie. Cette soirée avait également marqué le début de la rencontre avec sa famille divine. D’abord Eris, puis Arès, puis ce garçon sur la photo qui semblait être lui aussi un dieu. Cette famille divine semblait si grande. Mais qu’importe, ce n’était pas vraiment sa famille. Son père l’avait abandonné. Cependant elle ne put s’empêcher de sourire lorsqu’elle revu le visage d’Arès dans ses pensées. Sourire qui disparut très rapidement après s’être remémoré les paroles d’Erythie. Alors comme ça son père était un sans-cœur qui exterminait les gens ? Cela pourrait être dur à avaler, à croire. Mais pourtant cela surprenait peu Hip. Après tout, elle avait elle-même tué sa propre mère. Peut-être que tuer était quelque chose d’héréditaire ? Hippolyte espérait que non. Malgré tout, elle ne pouvait s’empêcher de lier son comportement impulsif et violent à celui de son père, d’après les dires d’Erythie. Qu’importe ! Hippolyte commençait à avoir mal au crâne de penser à tout ça. C’est pourquoi elle appuya sur un petit bouton d’une télécommande de son lit afin d’appeler une infirmière pour qu’on lui donne de quoi calmer son mal de crâne, puis pourquoi pas quelque chose à manger et/ou à boire. Subir un tel événement ainsi qu’une opération ça creuse ! Cependant ce ne fut pas une infirmière qui débarqua dans la chambre. Non, c’était Arès, son père. Hippolyte, qui avait quand même repris ses esprits par rapport à la première minute où ils s’étaient vus, soupira légèrement en le voyant. « J’ai demandé une infirmière, pas toi. » C’était méchant mais bon, Hip était quelqu’un de très franc. « Au moins, une infirmière mettra moins longtemps à pointer le bout de son nez contrairement à toi. » Par-là, il fallait comprendre qu’elle lui reprochait les années d’absence, lors de son enfance notamment, mais aussi après la mort de sa mère. Elle aurait dû vivre avec lui après la mort de sa mère. Mais non, ce fut chez sa grand-mère qu’elle fut placée. Sans doute qu’Arès avait mieux à faire que de s’occuper d’une adolescente. Cette remontée de souvenir rendit la demi-déesse plutôt agacée. En effet, elle n’arrêtait pas d’appuyer sur le bouton…Mais personne ne rappliquait et Arès était toujours là. A croire que cette fichue télécommande ne fonctionnait pas.


love.disaster

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Come back from heaven ?

La vie humaine est semblable à un chemin dont l'issue est fatale. On nous en avertit dès le premier pas, mais la loi de la nature nous dicte d'avancer toujours.© belzébuth
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11035-hippo-killing-doesn-t http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15550-hippo-cest-trop-banal-detre-sentimentale http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12214-les-aventures-d-une-demi-deesse

Connor Williams*


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Connor Williams*


╰☆╮ Avatar : Gerard Butler

Ѽ Conte(s) : Intrigue divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arés/Mars

☞ Surnom : Arès
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1177
✯ Les étoiles : 0


Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 7 Oct 2014 - 21:12
















Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille
~ Avec Hippolyte Sherman ~







Arès venait de faire face à trois femmes qui avaient chacune un lien important avec lui et une incidence sur sa vie. La nymphe Erythie, sa sœur Eris et sa fille Hippolyte lui avaient toutes les trois faisaient face. La culpabilité le rongeait à cet instant, il avait abandonné sa fille, perdu de vue sa sœur et ancienne amante puis tuer les sœurs d'Erythie. Deux d'entre elles avaient des raisons suffisantes pour attenter à sa vie mais il n'en fut rien pour le moment. L'apparition lumineuse et remarquée d'une jeune femme blonde attira toutes les attentions et le sauvetage in extremis du Dieu de la Renaissance, Eliott aussi.

Une fois la ville secourue une nouvelle fois par les dieux, ici un seul, Arès décida de prendre Hippolyte et l'amener à l'hôpital. Il la souleva facilement, la porta à l'aide de ses deux bras tel une mariée et la déposa délicatement sur la banquette arrière du chariot solaire. Il l'y allongea et fit attention qu'elle ne put bouger et se mit au commande du divin véhicule.
Il fit signe aux chevaux de démarrer et se mit en route. Il était rapide, vraiment rapide. Quelques secondes suffirent pour atteindre l'hôpital. L'arrêt ne fut pas se et ne blessa pas encore la demi déesse.

Le dieu guerrier reprit sa fille et l'amena à un médecin, les blessures n'étaient pas mortelles mais il valait mieux les faire guérir. Ainsi elle put être admise après seulement quelques minutes. Arès pouvait se montrer persuasif ...

Puis alors qu'il vagabondait dans l'hôpital, Connor vit son neveu. Il avait disparut après avoir repris sa femme et son bébé. Il déglutit puis se décida à aller voir Eliott afin de lui raconter le triste sort de ses deux parents. Il s'approcha de lui puis lui expliqua, décrit presque sur un ton solennel la disparition de ses deux frères et sœurs. Il lui tapota le dos pour ensuite repartir. Il fit apparaître un ours en peluche marron un peu usé mais tout doux et tout mignon dans un coin de la chambre où allait séjourner sa future nièce. Il avait appartenu à Hippolyte avec un autre ours en peluche mais cette fois ci de couleur grise avec brodée dessus un H dorée. Il avait été longtemps son doudou et celui qui balayait ses peurs, il avait en quelque sorte pris la place du dieu. La peluche n'avait dés lors jamais quitté une fois qu'Hippolyte l'avait disons " recyclé" à un vide grenier. Une pointe de nostalgie mêlé à de l'amertume et de la culpabilité envahit l'esprit du nouveau roi d'Olympe.

Il resta là sans plus rien penser, assis quelque part. Peut être une demie heure, peut être plus, Arès avait perdu la notion du temps, perdu dans les abysses de son esprit torturé et rongé par le remord. Son impuissance et ses fautes le faisait enrager de l'intérieur. Il arrivait à se contenir maintenant, il devait aller de l'avant malgré le deuil. Une des femmes les plus importantes de sa vie avait disparue, s'était envolée mais une autre était apparue. Il fallait garder espoir.

Reprenant ses esprits, il se dirigea vers la chambre de la demi déesse. Il prit une grande inspiration et après une vingtaine de secondes, il se décida à entrer.

Il entra. Il n'eut pas le temps de la saluer, que la jeune adolescente lui montrait déjà son animosité. Il soupira légèrement et la laissa continuer. Elle lui reprochait son absence, il se le reprochait aussi. Il s'en voulait autant qu'elle lui en voulait. Il savait pour sa mère, il savait tout. Il avait essayé d'aider maladroitement et de loin, ça n'avait rien changé. Peut être était il le pire père du monde ? Il ne put alors que baisser les yeux tout en posant la peluche sur la table posée à côté du lit de sa fille :

" Tu as raison, je suis désolé. Pour tout. J'imagine que tu dois me haïr, je comprendrais puis tu n'es pas la seule comme tu as pu le constater. "

Il souria nerveusement comme pour se donner du courage. Combattre n'était rien en comparaison de ce à quoi il faisait face. Mais il essayerais de ne pas imiter Hadès au niveau parental. Il la regarda dans les yeux avant de reprendre :

" Je n'ai jamais été là pour toi, je ne le sais que trop bien. Ce n'était pas ma meilleure décision et mes raisons et mon jugement sont peut être tout aussi faux. Je n'espère pas non que tu me pardonnes mais je ne souhaite pas que tu penses non plus que je n'ai jamais pensé à toi "

Puis il colla sa main sur son front. Le flux d'énergie d'Olympe fusionnait encore avec le sien mais il pouvait encore faire quelques petits tours. Une lueur bleuté éblouissa quelques secondes la chambre, faisant ainsi disparaître la mal de tête de la jeune femme. Il lui sourit :

" Ca va mieux ? "

Il ne pouvait pas faire grand chose, ne pouvait pas lui promettre le meilleur père au monde mais il essayait de tout faire pour elle, pour lui et pour les autres. Il avait changé, il avait mûri, il se sentait prêt pour elle, il se sentait prêt pour ses futures responsabilités.








♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
My names means destruction, deaths ...  I can't be stopped !
“”

Hippolyte Sherman


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


Hippolyte Sherman


╰☆╮ Avatar : Shelley Hennig

Ѽ Conte(s) : Inventé
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la fille d'Arès.

☞ Surnom : Julie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1272
✯ Les étoiles : 0


Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Jeu 16 Oct 2014 - 22:45




Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille.

Connor && Hippolyte


Cette fois-ci, l’heure des retrouvailles avait sonné. Hippolyte ne pouvait pas y échapper et Arès non plus. Du côté de la jeune femme, elle n’avait pas forcément envie d’y échapper. Après tant d’année, il était temps qu’elle rencontre son père. Malgré cette envie, elle ne pouvait pas oublier ces longs moments de solitude, surtout après la mort de sa mère. Elle n’était pas vraiment rancunière, mais là, c’était un cas particulier, un cas trop encré en elle pour que ça change rapidement. Hippolyte soupira longuement en laissant sa tête s’enfoncer dans le coussin. Elle avait levé le lit ou du moins une partie à l’aide d’une autre télécommande, pour qu’elle soit dans une position un peu plus assise. Dès que son père entra dans la chambre, Hippolyte suivit son déplacement. Mais son regard se fixa sur la peluche qu’il posa sur sa petite table. Voir cette peluche lui faisait remonter un tas de souvenir, bons comme mauvais. Elle se souvenait avoir souvent pleuré dans sa chambre, seule, avec sa peluche, se demandant pourquoi elle n’avait pas un père comme tout le monde. Hip ne put empêcher l’humidité à se créer dans ses yeux. Non, il ne fallait pas qu’elle pleure. La jeune femme écouta attentivement les paroles de cet homme qui l’avait conçu. Elle ne le haïssait pas. Elle le détestait simplement de ne pas avoir été présent dans sa vie. Mais c’est plutôt le fait qu’il dise qu’elle n’était pas le seul à ne pas l’apprécier. Automatiquement Hippolyte pensa à la nymphe qu’elle avait rencontrée à la piscine et qui lui avait dit qu’elle ne préférait pas donner son avis sur Arès. Puis là, cette nuit. Elle avait dit qu’il avait exterminé tout sa famille. Etait-il un meurtrier ? Etait-elle comme lui ? Hippolyte ne préféra pas songer à cette question et encore moins à la réponse probable. Elle se contenta simplement de donner le nom de la personne dont Connor semblait parler, tout en fixant la peluche, afin de ne pas affronter le regard de son père. « Erythie… » Elle n’avait pas envie de connaître les détails de ces meurtres. Elle n’avait pas envie d’en savoir plus sur ce passé sanglant. Elle avait déjà assez donné avec sa mère. Sentant le regard de Connor de plus en plus pesant, Hippolyte prit le courage de croiser son regard et de le tenir. Une fois de plus, c’est sa dernière phrase qui résonna dans la tête de la demi-déesse. Machinalement elle toucha le médaillon qu’elle portait autour du cou. Puis elle pensa à la voiture, et aux multiples cadeaux anonymes. Quelle idiote ! « Tous les cadeaux venaient de toi ? … » C’était plus compréhensible maintenant. Aucuns cadeaux ne venaient réellement de sa mère. Non, elle faisait comme mais en fait, il s’agissait de lui. Un de ces cadeaux fut malheureusement la raison de la dispute qui causa la mort de la mère d’Hippolyte. Lorsque son père mit sa main sur son front, Hippolyte ferma les yeux. L’humidité s’y trouva forma deux petites gouttes qui roulèrent sur la joue de la jeune femme. « Oui. Merci. » Là, dans l’immédiat, elle n’avait qu’une seule envie, c’était de prendre sa peluche et de pleurer en la serrant. Certes c’est ce qu’elle faisait petite, mais là, elle commençait à avoir un trop plein d’émotion. Hippolyte ouvrit ses yeux mais détourna directement son regard pour la poser de nouveau sur sa peluche. « Je suppose que tu es au courant pour Mam…ma mère. » C’était trop bizarre de l’appeler Maman devant lui. C’était comme si elle appelait Arès, Papa. « C’est autant de ma faute que de la tienne. » Hippo respira un grand coup, elle avait tellement envie de pleurer. Car parler de sa mère, comme ça, elle ne l’avait jamais fait. Elle avait toujours plus au moins gardé ça pour elle. Et en parler ainsi faisait autant de bien que de mal. Hippolyte prit la peluche. Elle ne put s’empêcher d’afficher un léger sourire, se concentrant sur les bons moments qu’elle lui faisait remémorer. « Elle reste toujours aussi magnifique même si elle a vieilli. » Revoir sa peluche de l’enfance lui mettait du baume au cœur, même si elle n’avait plus l’âge pour ça. « Merci de l’avoir apporté. » Hippolyte détacha son regard pour le planter dans celui de son père. Maintenant qu’ils étaient là, ensemble, ils allaient certainement avoir plusieurs choses à se dire !


love.disaster

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Come back from heaven ?

La vie humaine est semblable à un chemin dont l'issue est fatale. On nous en avertit dès le premier pas, mais la loi de la nature nous dicte d'avancer toujours.© belzébuth
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11035-hippo-killing-doesn-t http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15550-hippo-cest-trop-banal-detre-sentimentale http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12214-les-aventures-d-une-demi-deesse

Connor Williams*


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Connor Williams*


╰☆╮ Avatar : Gerard Butler

Ѽ Conte(s) : Intrigue divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arés/Mars

☞ Surnom : Arès
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1177
✯ Les étoiles : 0


Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Lun 27 Oct 2014 - 17:24
















Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille
~ Avec Hippolyte Sherman ~





Q
uand Arès laissa entendre qu'Hippolyte n'était pas la seule personne à le haïr, elle comprit aussitôt qu'il parlait entre autres, d'Erythie. La nymphe avait dit, sans entrer les détails, qu'il avait tué toute sa famille. Et c'était la réalité. Il avait bien dû assassiner les nymphes, certes il n'avait pas eu le moindre choix mais ça n'enlèverait rien à l'horreur de ces actions. Il ne serait jamais un modèle pour la jeune femme, seul le Arès du présent pouvait encore bien agir pour la demi déesse. Ainsi, lorsque sa fille prononça ce terrible nom, ce nom qui à lui seul décrivait toutes les horreurs qu'il avait commit, il ne put qu'acquiescer, arrêtant de la regarder un court moment. Les moments de cette bataille sanglante lui revint, non pas maintenant ! Il secoua légèrement la tête. Il décida de tout enfouir, encore et se concentrer sur les retrouvailles avec la chaire de sa chaire.

Puis après qu'il lui affirma qu'il n'avait jamais cessé de penser à elle, qu'il ne l'avait jamais oublié, elle prit alors la conscience que les cadeaux qu'elle avait reçu venait de lui. Encore une fois il acquiesça sans dire un mot. C'était la seule chose qu'il avait pu faire, leurs offrir à elle et son cousin quelques présents de temps en temps. Cela avait été des couts moments de bonheur, mais ils lui rappelaient cette maudite distance. Jamais il n'avait osé s'approcher d'eux. Il avait toujours été loin, à les observer à travers une vitre, sans jamais pouvoir les toucher. Il en avait souffert, il s'était senti mal. Ce sentiment d'impuissance, de n'être qu'un spectateur lui collait à la peau dans le passé, que ce soit avec les dieux qu'avec son neveu et a fille. Il en avait assez, il pouvait enfin approcher de sa fille à nouveau. Elle le voyait aussi, ce sentiment de non existence n'était plus dans cet heureux moment. Des larmes coulèrent sur les joues da sa fille chérie, il n'avait pas le droit d'être appelé " Papa " mais elle était sa fille, toujours elle le sera. Il n'était pas là pour mettre fin à son chagrin, il n'avait pas été là pour prendre le rôle de figure paternel, il n'avait pas été là pour menacer son premier petit copain ou son cavalier de bal de fin d'années. Tant de souvenirs qui ne verraient jamais le jour. Il aurait pu pleurer, mais il ne le pouvait pas. Il ne faisait que regarder son visage angélique, pourquoi diable l'avait il amener ici ? Il aimait se dire qu'il lui avait donner le choix, mais encore une fois c'était un mensonge. Mais elle était là et c'était le plus important.

Hippo passa ensuite au sujet le plus épineux. L'accident qui avait conduit à la mort de sa mère. Il avait été rapidement au courant, il avait été présent lors de l'enterrement, il avait été pris par des remords qui l'aurait poussé à se jeter sur sa propre épée. Mais encore une fois, il se l'était interdit. Par lâcheté ou par sens du devoir, peut être par remords aussi. Il avait décidé d'accepter ses pêchés. Mais elle n'avait pas le droit de penser que c'était de sa faute, elle n'avait pas reçu d'entraînements pour contrôler sa force. Elle n'avait pas le droit de s'en vouloir. Tout encore était de sa faute. Le dieu ferma encore les yeux avant de de nouveau la regarder dans les yeux cette fois ci avec un regard ferme et décidé. Il parla d'une voix hésitante mais forte, comme si c'était un ordre mais on sentait sa résolution faire face à sa peine, son désespoir :

" Non ! C'est entièrement de ma faute, personne ne t'as appris à contrôler ta force. J'aurais dû ... C'est de ma faute. Et non, tu n'es pas comme moi. Tu n'as pas de sang sur les mains, tu as protégée les autres contre le cavalier, tu as mis ta vie en jeu. Tu n'es pas comme moi, tu n'es pas une meurtrière. Je t'interdit de penser ça ! Tu n'es qu'une victime ... c'est de ma faute ... si j' ... "


Il décida d'arrêter, sans s'en rendre compte tout son corps tremblaient. Ses bras n'en pouvaient plus, Arès avait la désagréable impression qu'à tout moments ses jambes allaient lâcher. Il décida donc de s'asseoir sur le fauteuil en face d'elle. Il tremblait encore et il combattait des larmes dissidentes qui souhaitaient à tout prix toucher ses joues. Il prit de grandes inspirations et se ressaisissait. Il enfouit de nouveau toutes ses pulsions, toutes ces émotions négatives.

Apparemment, ramener la peluche lui avait fait plaisir, ce qui mit du baume au cœur presque détruit du dieu vengeur. Il ne put que de nouveau répondre d'un faible sourire aux derniers propos de sa fille. Il avait envie de partir, pleurer, crier, sauter par la fenêtre ... la prendre dans ses bras. Il ne fit rien, ne restant qu'assis sur le fauteuil inconfortable de la pièce d'hôpital. Il regardait son ange, elle le regardait aussi. Elle était son soleil, lui qui avait vécu la pire journée de sa vie, voyait enfin la lumière d'un si joli rayon de soleil après ces jours de pluie maussade.
Il prit le risque de parler après quelques secondes, sa voix toujours hésitante et tremblante presque :

" Euh ... Les cours se passent bien ? J'ai cru entendre que tu étudiais l'histoire "

Ok Arès t'es un gros nul. Il ne savait pas quoi lui dire, quoi lui demander. Mais être aussi empoté relevait de l'impressionnant. Allez ressaisis toi ! T'es le dieu de la guerre non ? Il n'avait aucune idées de quoi dire, valait il mieux garder le silence ? Il n'en savait rien. Il décida de se remettre à parler :

" Tu souhaites quelque chose à manger ou peut être à boire ? "


Il la regardait à peine, trop gêné par sa propre incompétence. Il n'était définitivement pas fait pour être père ... Puis même il ne méritait pas ce titre, même si à partir de maintenant, il ferait tout pour elle.






♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
My names means destruction, deaths ...  I can't be stopped !
“”

Hippolyte Sherman


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


Hippolyte Sherman


╰☆╮ Avatar : Shelley Hennig

Ѽ Conte(s) : Inventé
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la fille d'Arès.

☞ Surnom : Julie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1272
✯ Les étoiles : 0


Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Ven 7 Nov 2014 - 21:56




Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille.

Connor && Hippolyte


C’était étrange de parler de ce si terrible événement. La mort de sa mère l’avait particulièrement affecté. Car même si Hippolyte n’avait jamais eu un caractère facile à vivre, elle avait toujours entretenu de bonnes relations avec sa mère. Elle était sa seule famille proche. Certes, il y avait aussi sa grand-mère maternelle. Mais c’était tout. Du côté de son père, Hippolyte avait toujours cru que c’était le néant…jusqu’au jour où elle découvrit la vérité sur ses origines. Quoi qu’il en soit, Hippolyte avait du mal à s’exprimer sur sa mère, à parler d’elle, à parler de sa mort, à parler des causes de sa mort. Longtemps la jeune femme avait remis la faute sur son père, uniquement sur lui. Mais depuis peu, elle avait procédé à une légère remise en question. Elle arrivait à se dire que c’était également de sa faute. Cependant, l’homme qui se tenait devant elle, semblait vouloir innocenter la demi-déesse. Remettant toute la faute sur lui. « Je t’ai longtemps accusé d’être le responsable de tout ça. Mais j’ai dû hériter d’une partie de ton caractère. Et je suis trop colérique. Contrôler ma force ne m’aidera pas à contrôler mes colères. J’ai une part de responsabilité dans tout ça… » Ouawh. C’était une grande première. Hippolyte qui culpabilisait, qui remettait une partie de la faute sur elle. Il fallait retenir ce moment car ça n’arrivait pas souvent. Encore moins qu’elle le fasse aussi volontairement. Bref, la jeune femme posa son regard sur son père, assis sur le fauteuil non loin d’elle. Elle venait de faire son monologue d’une façon monotone, comme si son esprit était ailleurs pendant qu’elle parlait. Et c’était le cas. Elle se demandait parfois comment était la vie de sa mère avec l’homme en face d’elle. Comment s’était-il rencontré ? S’étaient-ils aimés ou si cette histoire d’amour n’était qu’en fait une histoire sans lendemain. Elle n’osait pas posés ses questions, même si elle avait vraiment entendre quelqu’un lui parler de sa mère, en bien. Hippolyte reposa la peluche sur la petite table, tout en écoutant la question de son père. Les études. Un sujet de conversation plutôt banal entre père et fille. Mais c’était bel et bien la première fois qu’ils allaient aborder cette discussion. En même temps, c’était logique car c’était la première fois qu’Hippolyte et Arès avaient une conversation ensemble. Hippolyte n’était pas du tout habituer à ça. Aussi, elle ne répondit pas de suite. Ceci laissa le temps au Dieu de la Guerre de reprendre la parole. Mais Hippolyte se concentra sur sa première question, par rapport aux études. La nourriture et la boisson attendraient. « Oui, c’est bien ça. J’ai choisi comme spécialité la mythologie grecque. » Lorsqu’elle avait su ses origines, Hippolyte avait toujours eu cette envie de découvrir en quelques sortes l’autre partie de la famille. Et c’était chose faite maintenant, à Storybrooke. « Ma première année s’est bien passé, malgré le déménagement en cours d’année entre New-York et Storybrooke. Là, ma deuxième année vient à peine de commencer. Et je loupe déjà des cours à cause de tout ça. » Faire ses études semblait être compliqué dans cette ville. Hippo soupira légèrement, exaspéré par cette ville. Parfois elle se demandait pourquoi elle avait suivi les directives, pourquoi elle était venue à Stroybrooke. Cette ville ne lui avait pas apporté grand-chose. Peut-être juste l’occasion de connaître enfin une grande partie de sa famille. Mais à part ça rien. « Pourquoi tu m’as demandé de venir à Storybrooke ? C’est qui le garçon qui était sur la photo ? » C’était des questions qu’elle pouvait enfin poser et dont elle aurait enfin les réponses. Hippolyte n’avait pas eu la chance de retrouver l’homme de la photo, avant cette apocalypse. Et son passage fut de courte durée, trop courte pour pouvoir demander des explications. Heureusement Arès était là, devant elle. Et il pourrait répondre à ses interrogations. Du moins, elle espérait. « Eh bien, oui, j’ai assez faim et même soif ! Donc, si ça ne te dérange pas, oui, je veux bien que tu m’apportes quelque chose. » Hippolyte ne voulait pas trop lui en demander. Elle ne lui avait rien demandé depuis 19 ans, donc elle ne voulait pas le bousculer dans ses habitudes de ne pas avoir Hippolyte dans les pattes. La jeune femme lui adressa un timide sourire. Il s’agissait du premier qu’elle adressait à son père. Il y avait tellement de questions qui lui brûlaient les lèvres…Mais il ne fallait pas abuser, il fallait le laisser respirer. Mais d’avoir les réponses à ses nombreuses questions allaient lui permettre d’avancer.


love.disaster

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Come back from heaven ?

La vie humaine est semblable à un chemin dont l'issue est fatale. On nous en avertit dès le premier pas, mais la loi de la nature nous dicte d'avancer toujours.© belzébuth
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11035-hippo-killing-doesn-t http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15550-hippo-cest-trop-banal-detre-sentimentale http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12214-les-aventures-d-une-demi-deesse

Connor Williams*


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Connor Williams*


╰☆╮ Avatar : Gerard Butler

Ѽ Conte(s) : Intrigue divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arés/Mars

☞ Surnom : Arès
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1177
✯ Les étoiles : 0


Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Ven 28 Nov 2014 - 23:29
















Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille.
Avec Hippolyte Sherman





Hotippolyte affirmait avoir une part de responsabilité dans l'accident concernant la mort de la mère de la demi déesse. Il pensait le contraire mais la laissa penser ainsi, il n'avait pas été là et elle si, elle savait donc mieux que lui. Il se souvenait d'elle enfant, celle qu'elle était bébé et qui maintenant est devenue une belle femme mature, si belle ... Elle avait la beauté d'Aphrodite, sa force et le courage de ...

Puis, elle se mit à regarder le nouveau dieu des dieux qui lui demandait comment se passait ses études. Enclencher une telle conversation, une première pour elle et ainsi commencer avec un sujet des plus banales, pourraient en effet, briser la glace. Elle répondit quelle étudiait la mythologie grecque, ce à quoi il ne put s'empêcher de sourire malgré ce que les récits affirmaient à son encontre. Mais il ne répondit rien une nouvelle fois, elle devait faire son jugement sur lui seule, il ne devait pas l'influencer en quelques manières et ainsi, peut être pourraient ils avoir une relation ressemblant de plus ou moins à ceux d'un père et sa fille. Puis elle continua sur son déménagement et lui demanda enfin qui était cet homme sur la photo ? Il s'agissait d'Elliot et elle devait brûler d'impatience. Il prit alors la parole :

" J'ai certains livres qui peuvent être intéressants pour tes études si tu le souhaite, je peux t'en prêter un certain nombre. "

Il sourit alors de façon maladroite puis il fit apparaître les différents plats préférés de sa fille devant elle avant de se remettre debout. Il l'observa à nouveau avant de se gratter la nuque ... comment aborder le sujet ? Autant y aller de façon direct ! Il répondit alors à la question une fois qu'elle lui fit part de son appétit et qu'il avaient apparaître les mets à l'avance.

" Il s'agit de ton cousin, Elliot. Il est le fils d'Aphrodite et d'Hadès et le Dieu de la Renaissance, destiné il semblerait à tuer tout les dieux. Donc je voulais que tu viennes afin de l'épauler "

Il la regardait sérieusement, il savait quelle pression il lui mettait, il en était désolé. Il soupira furtivement :

" Je suis désolé de ce tel fardeau et ne t'inquiète pas, tu le verras bientôt "

Il fallait bientôt débuter " la croissance ". Un titan était à leur porte, il fallait qu'ils deviennent fort et entrainés. Il baissa rapidement les yeux ne réalisant que maintenant que sa fille venait de lui sourire pour la première fois, il l'imita alors en observant ses pupilles :

" Je t'impose tant de choses alors que je n'ai presque jamais été plus proche de toi que je ne le voulais "

Elle ne devait pas se souvenir qu'il avait été là durant ses débuts d'existence. Il se remit alors à sourire puis fit apparaître une photo d'elle âgé de deux ans sur ses bras.

" Si tu souhaite la garder ... "

Se rendant compte qu'il commençait à devenir nerveux et faire les cent pas, il se rassit puis reprit les paroles :

" Et sinon tu ... as beaucoup d'amis ? "

Arès super papa ! Champion de la conversation ! Il en était tellement gêné qu'il se mit à regarder ailleurs. Ruminant dans sa barbe effrayé par l'annonce d'un petit ami, fiancé ou même du nom d'un garçon ... Arès t'es loin d'être un père fabuleux !










♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
My names means destruction, deaths ...  I can't be stopped !
“”

Hippolyte Sherman


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


Hippolyte Sherman


╰☆╮ Avatar : Shelley Hennig

Ѽ Conte(s) : Inventé
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la fille d'Arès.

☞ Surnom : Julie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1272
✯ Les étoiles : 0


Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Mar 16 Déc 2014 - 23:07




Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille.

Connor && Hippolyte


Avoir un père Dieu, c’était un atout lorsqu’on faisait des études sur la mythologie grecque. Non pas qu’elle irait le crier sur tous les toits mais elle savait où chercher de l’aide, des renseignements. Quoi que, pour l’instant Hippolyte restait méfiante. Durant toutes ses années, il n’avait pas aidé Hippolyte. Il ne lui avait pas appris à marcher, il ne l’avait pas grondé pour ses mauvaises notes ou son mauvais comportement. Aussi, la jeune femme n’espérait pas de l’aide venant de sa part. Du moins, elle ne s’y attendait pas trop. Mais ce jour semblait être celui du renouveau. Les idées qu’Hippolyte s’était faites devenaient de plus en plus erronées. Elle arrivait à percevoir les efforts de son père, notamment lorsqu’il fit apparaître une grande pizza et un fondant au chocolat. Hippolyte était une adepte de la mal-bouffe et surtout du chocolat. Et ça, Arès le savait. C’était étrange de voir à quel point il semblait la connaître. La deuxième preuve de ses efforts était dans son envie d’aider la demi-déesse dans ses études. Tout en ouvrant la boîte à pizza, Hippolyte acquiesça la proposition de son géniteur en hochant la tête. « Si ça ne te dérange pas, oui, j’aimerais beaucoup en lire quelque uns. Ça me permettra d’approfondir mes cours. » Hippolyte prit une part de pizza, affichant un petit sourire. Son ventre lui rappela qu’elle avait faim. Sans attendre, la jeune femme fit un croc dans sa part. « Mmmh. Ma préférée ! Comment l’as-tu su ? » Enfin la question était surtout comment avait-il fait pour faire apparaître tout ça ? Hippolyte se posait des questions sur les pouvoirs de son père. Ça ressemblait tellement à de la magie. Mais qu’importe, pour elle, la magie et le divin, c’était la même chose. Très rapidement, Hippo termina sa part de pizza. La suite de la conversation permit à Hip d’en savoir plus sur ce fameux garçon pour lequel elle était venue se perdre à Storybrooke. Le fils d’un Dieu ? Comment cela est-il possible ? Deux dieux ne pouvaient pas avoir d’enfant. Mais après, peut-être qu’Hippolyte ne connaissait pas tout de la mythologie. C’était même sûr ! « Le fils de deux Dieux. Je pensais que c’était impossible ?! » Mais ce n’était pas la seule chose qui fit tilter la demi-déesse. Est-ce qu’Arès venait bien de dire qu’Elliot avait pour mission de détruire tous les dieux ? Venait-il demander à Hippolyte de l’épauler ? Venait-il vraiment de demander à Hippolyte de commettre des meurtres ? L’étudiante arqua un sourcil, surprise voire même choquée de cette précision que lui apportait son géniteur. « Tu laisserais un gamin te tuer ? Pourquoi Elliot doit-il vous tuer tous ? Comment arrives-tu à accepter ce destin si tragique ? » Tant de question qu’Hippolyte se posait. Ça lui donnait limite un mal de tête. Elle essayait tout simplement de comprendre la situation. Et il fallait avouer que c’était compliqué. Mais elle comptait sur les explications d’Arès. Le sujet de la proximité durant ces dernières était remis sur le tapis. Arès lui fit remarquer qu’il aurait voulu être plus présent. Une chose sur laquelle Hip ne pouvait qu’être d’accord. Elle aurait aussi voulu qu’il soit plus présent. La photo qu’il lui tendait réchauffa le cœur de glace d’Hippo. Sur la photo, le bébé semblait proche de son père. Pourtant elle n’en avait aucun souvenir. Pourquoi n’avait-elle jamais vu ce genre de photo ? « Pourquoi Maman m’a-t-elle cachée tout ça ? » Pourquoi lui avait-elle pris un bout de sa vie ? Hip sentait son sang bouillir mais elle essaya de se calmer. Elle garda la photo entre ses doigts, touchant les visages du bout du doigt, comme pour essayer d’avoir des souvenirs rien qu’en touchant une photo. Mais en vain, Hippolyte posa la photo sur la petite table. « Merci pour la photo. » Elle était gâtée aujourd’hui dis donc ! La demi-déesse décida de se servir une seconde part tout en regardant Arès faire les cents pas. Lorsqu’il vint se rasseoir et posa sa question sur le nombre d’amis de la jeune femme, Hippolyte souleva sa part vers lui. « Tu devrais manger, ça fait du bien ! Les pizzas, c’est trop bon ! » Elle essayait de ne pas répondre à sa question. Comment avouer à son père qu’elle avait hérité d’une partie du caractère du Arès décrit dans les livres, et qu’à cause de ça, elle n’avait pas beaucoup d’amis. Ce n’était pas une fierté ! Hippolyte passa une main dans ses cheveux, plutôt gênée. Il fallait bien lui donner une réponse. « On va dire que je peux les compter sur les doigts d’une main. » Surtout depuis qu’elle était partie de sa ville natale. Là, ça ne faisait pas assez longtemps qu’elle était en ville pour avoir plusieurs réels amis ! Elle en avait, comme Trojan, mais ils étaient peu nombreux.


love.disaster

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Come back from heaven ?

La vie humaine est semblable à un chemin dont l'issue est fatale. On nous en avertit dès le premier pas, mais la loi de la nature nous dicte d'avancer toujours.© belzébuth
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11035-hippo-killing-doesn-t http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15550-hippo-cest-trop-banal-detre-sentimentale http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12214-les-aventures-d-une-demi-deesse

Connor Williams*


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Connor Williams*


╰☆╮ Avatar : Gerard Butler

Ѽ Conte(s) : Intrigue divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arés/Mars

☞ Surnom : Arès
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1177
✯ Les étoiles : 0


Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Dim 28 Déc 2014 - 18:21

Arès souriait quand elle lui demanda comment il avait su pour sa nourriture préférée après avoir accepté son aide vis à vis de ses études. Il se doutait qu'elle savait, après tout à défaut de ne pas avoir vécu avec elle, il l'avait continuellement observé. Puis alors qu'il venait de lui parler de son cousin, elle rétorqua avec raison que deux dieux ne pouvaient ensemble concevoir d'enfants sans pommes. Elle en savait beaucoup ce qui ne manqua pas de l'impressionner.
Mais alors qu'il allait répondre, Hippolyte continua en parlant du danger qu'il représentait. Il est vrai que cette prophétie n'avait rien de vraiment rassurant à l'encontre des dieux, de sa famille mais ce n'était qu'une prophétie. Le futur n'est jamais décidé à l'avance, après tout Apollon n'était pas infaillible lui non plus. Alors il se remit à sourire :

" Ce n'est qu'une prophétie. Puis quand tu le verras, tu comprendras qu'il est ... inoffensif "

En effet, Elliot n'avait rien du terrifiant Dieu de la Renaissance qu'avait imaginé Zeus. Il n'était pas l'homme qui partirait seul vaincre tout les dieux à la seule force de son poing et de sa lame. Même si il semblait en vouloir à son père. Mais bon qui n'avait aucune envie de frapper Hadès ? Cela prouvait bien que d'une certaine façon il faisait partie de la famille. Le nouveau roi de l'Olympe continua alors :

" Mais dis moi tu as l'air très au courant. Erythie je me trompe ? "


Cela ne pouvait être qu'elle après tout les livres de mythologie nous concernant contenaient énormément de mensonges, Dolos aimant y mettre parfois du sien bien qu'Eris n'étaient jamais contre. Mais bon il y serait mieux pour tous que seul cette ville sache notre existence, après tout elle ne fait pas partie de ce monde.

Plongé dans le fauteuil peu confortable de cet hôpital, il observa sa fille contempler la photo. Mettant ainsi du baume au cœur, à celui qui venait de perdre sa sœur aimée. Mais une autre question sortir de la bouche de la demi déesse à propos du secret concernant sa condition. Se grattant le sommet du crâne, Arès répondit à cette question :

" Elle devait te le dire quand elle te penserait prête. Quand tu comprendrais ce que cela signifie ... "

Un petit sourire nerveux vint apparaître sur le visage meurtri du guerrier olympien. Il repensait à cette femme qu'il avait choisi et aimé. Une des rares humains qui lui avait donné un peu de chaleur, après tout accorder sa descendance à un ou une mortel était un choix de grande importance.

Refusant alors poliment la part de pizza que sa fille, il se leva. Il sourit alors de nouveau à sa fille puis d'un mouvement de mains il fit alors apparaître trois livres : deux racontant ce que la plupart savaient mais de façon plus détaillé et un autre moins complet mais comprenant la stricte vérité. Une fois cela fait, il s'avança vers sa fille et lui embrassa le front :

" Je vais maintenant te laisser te reposer "


Il partit alors vers la porte de la chambre, empoignant la poignée :

" Si tu as un soucis ou que tu veux visiter l'Olympe appelle moi. Tu n'auras qu'à murmurer le nom d' Arès ou ... alors Papa comme tu le souhaites "


Puis souriant presque embarrassé, il ferma la porte et disparut sans un bruit.

Il réapparut quelques secondes après en regardant la jeune femme d'un regard ferme :

" Et cesse de tourner autour de ton oncle Dolos ... je n'aime pas ça "


Un sourire qui en disait long cette fois ci presque menaçant en guise d'avertissement et il disparut de nouveau.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
My names means destruction, deaths ...  I can't be stopped !
“”

Hippolyte Sherman


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


Hippolyte Sherman


╰☆╮ Avatar : Shelley Hennig

Ѽ Conte(s) : Inventé
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la fille d'Arès.

☞ Surnom : Julie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1272
✯ Les étoiles : 0


Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Lun 5 Jan 2015 - 20:15




Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille.

Connor && Hippolyte


Cette histoire de prophétie semblait être prise plutôt à la légère par Arès. Hippolyte ne comprenait pas vraiment pourquoi. Si elle-même savait que quelqu’un était là pour la tuer, elle ne le vivrait pas aussi paisiblement. Mais bon, Arès en savait certainement plus sur Elliot. Et apparemment il était loin d’être une menace. Hippolyte arqua un sourcil, surprise de ce que venait de répondre son père. Une chose de sûre, elle avait hâte de voir ce Dieu. « Il me tarde de faire sa rencontre ! » D’après ce qu’Arès venait de dire, il était prévu qu’Elliot et Hippolyte se rencontrent. Quand ? Dans quelle circonstance ? Qu’importe, elle aurait les réponses à ses questions en temps et en heure. De toute façon, elle n’aurait pas eu le temps d’assommer son père avec ses questions. En effet, il avait repris la parole pour s’exprimer sur son étonnement. Il semblait surpris des connaissances d’Hippolyte. La jeune femme eu un léger sourire. « Non, tu ne te trompes pas. J’ai discuté avec Erythie quelques fois, elle m’a parlé de son jardin. » Hippolyte appréciait la nymphe, qui, elle, n’aimait pas vraiment Arès. Mais après, ça c’était leur histoire, leur problème. Hippolyte n’avait pas envie de prendre parti pour l’un ou l’autre. Elle ne les connaissait pas assez. Et ça, elle le regrettait vraiment. Hippolyte aurait voulu que tout ça soit différent. Elle aurait voulu vivre une enfance agréable, normale, entourée de ses deux parents. Elle aurait voulu que sa mère soit encore présente. Mais tout ça n’était que rêve. Hippolyte observa longuement la photo qu’elle avait posée sur sa petite table. Et c’est lorsqu’Arès répondu à son interrogation qu’Hippolyte le regarda dans les yeux. « Comment ça "quand tu comprendrais ce que cela signifie" ? Que veux-tu dire par là ? » Hippolyte ne comprenait pas. Qu’est-ce que cela signifiait ? Le regard d’Hippolyte se voulut assez insistant mais Arès se contenta de faire un petit sourire nerveux avant de détourner son regard. Elle n’aurait certainement pas sa réponse aujourd’hui. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle oublierait sa question, bien au contraire ! Hippolyte garda la part de pizza qu’elle avait proposé à son père. Elle en mangea un petit morceau tout en regardant stupéfaite les deux livres qui venaient d’apparaître sur la table. Il s’agissait de livre sur la mythologie grecque. L’étudiante ne put s’empêcher d’afficher un large sourire. C’était vraiment un joli cadeau, très utile pour ses études. Hippolyte termina sa part de pizza en lisant les titres des deux livres. Au contact des lèvres de son père sur son front, Hip’ ferma les yeux en souriant doucement. Elle avait rarement eu de bisou sur le front. C’était étrange mais rassurant. La demi-déesse suivit son père du regard. Ce dernier était sur le point de partir. « Merci d’être venu me voir. » Il avait raison, elle devait se reposer. « Je prends note. » Elle n’osait pas lui dire qu’il était beaucoup trop tôt pour qu’elle l’appelle Papa. Peut-être un jour. Voyant son père partir, Hip’ ferma les yeux, se laissant partir dans un sommeil léger. Mais elle fut rapidement coupée lorsqu’Arès refit apparition afin de mettre en garde Hip sur ce qu’elle faisait avec Dolos. En effet, Hippolyte avait tendance à courir après Nath’ mais ce dernier avait quand même un charme fou. Qu’importe. Il était son oncle, et en y pensant, c’était une sorte d’inceste. « Promis, je trouverais quelqu’un d’autre ! » Un sourire malicieux puis Hip ferma ses yeux, en partant une bonne fois pour toute dans le royaume de Morphée.


love.disaster


FIN DU RP Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] 2592232539

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Come back from heaven ?

La vie humaine est semblable à un chemin dont l'issue est fatale. On nous en avertit dès le premier pas, mais la loi de la nature nous dicte d'avancer toujours.© belzébuth
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11035-hippo-killing-doesn-t http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15550-hippo-cest-trop-banal-detre-sentimentale http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12214-les-aventures-d-une-demi-deesse

Contenu sponsorisé







Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe] _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Les retrouvailles, peut-être explosives, entre père et fille [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➹ Archives