Sur le Fil
du Rasoir
de Nat

TheLastJedi
de Sparrow

Merry Christmas
de Nanis


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Sur le Fil du Rasoir ☆ Evénement #88
Une mission de Balthazar Graves - Ouverture : 22 novembre 2017
« Serez vous prêt à venir flotter en bas avec notre Clown ? »

Partagez | .
 

 Evénement #16 : Back to Dun Broch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage

Hadès


« Murmure leur
qu'ils floodent trop ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Robert Downey Jr. ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Hadès ☣ l'unique dieu des Enfers. ϟ

☞ Surnom : seb ➹

Fondateur Disney Rpg

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6161
✯ Les étoiles : 3370




Actuellement dans : « Murmure leurqu'ils floodent trop ! »


________________________________________ Dim 4 Jan 2015 - 20:58

    "Pourquoi? Tu as aussi des pailles dans tout ton attirail?" avais-je dit au lionceau, avant de le voir me fusiller du regard et passer le portail le premier.

    Harris avait suivi, puis Pascal. Il ne restait plus que les filles et moi. J'avais attendu que Hope passe, lui faisant un petit sourire. Puis, j'avais fait un signe à mes deux hommes de mains qui étaient passés à sa suite, cadeau magnifique de Arès. J'avais regardé vers Even, avant de lui faire un haussement de sourcil et de passer le portail à mon tour. Elle fermerait la marche.

    On ressentait quelque chose d'unique quand on passait à travers les mondes. C'était à peu près la même chose que quand on pouvait se déplacer en tant que dieux, mais il y avait aussi une part de magie qui entrait en nous. L'assemblage des deux : magie et divin, c'était une sensation unique.

    J'avais fermé les yeux, prenant le temps de profiter pleinement de cet instant. A cet instant, je ne pensais qu'à une seule chose : elle était belle la vie. Je me sentais comme renaître de mes cendres. C'était jouissif à un point dont on avait pas idée. J'avais laissé échapper un petit sourire, tout en entendant Pascal se battre, mais mon Minotaure et mon Dragon étaient là, s'ils n'agissaient pas, c'était que ça n'était pas si dangereux que cela.

    "Libre..." avais-je marmoné avant d'ouvrir les yeux et de regarder vers Merida avec un grand sourire. Elle s'était approchée du type que Pascal menaçait de son arme. Elle l'interrogeait sur les raisons de sa présence ici. Apparement, c'était qu'un d'un camps adverse et Dun Broch était sur le point de tomber... Enfin, je ne faisais que résumer la situation, mais je savais très bien que les soldats avaient un don pour tout exagérer. Comme si un aussi grand Royaume pouvait tomber aussi facilement.

    Je n'avais pas pu m'empêcher de sourire en entendant le nom du chef du camps opposé. Macintosh? Ils étaient sérieux? Du moment qu'on ne tomberait pas sur XP ou Vista, ça m'irait parfaitement.

    "Aïe..." avais- je laissé échapper en voyant le mec se prendre un coup de poing de Merida. Cette fille était véritablement sauvage. Voilà que maintenant elle voulait partir à l'aventure toute seule. Heureusement que la charmante petite Even était là pour l'en empêcher. S'en était suivi un petit bruit, ce qui m'avait laissé le temps de m'approcher de Merida. Une fois que Even était partie voir, je m'étais mis à lui parler.

    "Macintosh? C'était du sérieux? Vous avez tous des noms aussi bizarre par ici? Histoire que je sache si je dois me préparer à me retenir de rire ou non. Car déjà Harris... Manquerait plus qu'un s'appelle Pitch, comme la brioche!"

    J'avais croisé les bras et je m'étais tourné vers Even qui revenait toute essouflée. Elle allait besoin d'avoir rapidement du bouche à bouche la pauvre. J'avais jeté un oeil vers Simba qui semblait inquiet. Mon dieu... Pourquoi il ne saisissais pas l'occasion pour aller l'aider à reprendre de l'air? Y'avait un moyen très simple, lèvres contre lèvres... J'avais levé les yeux au ciel avant d'écouter ce qu'elle avait à nous dire. On l'avait ensuite suivi et là je les avais vue.

    Ok, au début, ça m'avait surpris et j'avais ouvert de grands yeux. Mais on avait un dragon et un minotaure. Ils craignaient quoi? C'était que quelques soldats. Une centaine? Deux cent? Peut être un peu plus, mais bon, ça allait très bien se passer. N'est ce pas?

    "Tom et Jerry?" avais-je dit à mes deux compères pendant que la lionne reprenait ses esprits, une fois qu'on était revenu au point de départ.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Retiens ton souffle et compte jusqu'à dix... »
« Laisse le ciel s’effondrer... Nous resterons debout ! »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hade http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 En ligne

*Samuel King


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar




╰☆╮ Avatar : ➹ Bradley James

Ѽ Conte(s) : ➹ Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Simba, le roi des nanimaux! *-*

☞ Surnom : ❥ seb



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1306
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Dim 4 Jan 2015 - 20:59

    Quand Nala était revenue vers nous la première fois, je la trouvais un chouilla paniquée, ce qui n'avait pas eu pour effet de me rassurer. Je voulais me montrer à la hauteur, être le plus courageux du lot. Mais je n'avais pas vue venir le coup du soldat. Heureusement que Pascal avait été là et que Even n'avait pas encore débarquée. Quoi qu'il en soit, la situation était réglée, alors qu'est ce qui l'inquiétait autant que ça?

    On l'avait laissée parler, puis j'avais voulu m'approcher d'elle, mais voilà que tout le monde partait déjà au loin pour voir ce dont elle parlait. Une fois devant, j'en avais la certitude... On était mal, on était très mal même ! J'aurai dû prendre ces grenades que j'avais laissé dans ma chambre. On pensait toujours être suffisament équipé, mais non, il nous manquait un truc important qu'on laissait derrière soi et dont on finissait par regretter de ne pas l'avoir pris. Mais je n'avais plus de place. Et c'était les grenades ou les barres vitaminés.

    "Ok, on... On pourrait tout simplement s'en aller sans faire de bruit. Après tout ils sont en groupe, ils ne vont pas venir vers ici."

    Pourtant si, il y avait l'un d'entre eux près de l'arbre là bas, qui gisait par terre.

    "Ils n'ont pas tous une envie pressante juste avant de partir en guerre..."

    Je n'aidais pas vraiment, mais pour le moment, je ne voyais pas trop quoi dire de plus. Even en avait profitée pour faire glisser une bretelle de son sac à dos et prendre un couteau de cuisine. Wouah ! Elle faisait peur avec ce couteau en main ! Mais d'un côté, ça lui donnait un petit côté badass... Je m'étais approché d'elle, tandis qu'elle nous avait clairement dit que quelqu'un approchait. A peine j'avais tourné la tête que je l'avais vue. Il portait les même couleurs que l'autre soldat et il semblait aussi surpris que nous de ce face à face. J'avais fait les pas qui me séparaient de Nala, tout en prenant mon fusil.

    "Euh... bonjour! On ne vous veut pas de mal, on..."

    Je faisais quoi là? J'avais secoué la tête et je l'avais fusillé du regard.

    "Je suis Simba, le roi des lions et vous allez..."

    Je m'étais interrompu quand Judah était passé à côté de moi et m'avait pris le fusil des mains.

    "Non mais t'es pas net ???" lui avais-je crié dessus.

    "Tu veux jouer les héros? Joue le jusqu'au bout."

    Il avait levé l'arme et abattu le soldat d'une balle dans la tête. Je m'étais reculé d'un bond, surpris par le bruit du fusil. Bon sang, c'était un malade. J'avais fait les quelques pas qui me séparaient de lui et je lui avais repris mon arme.

    "Je ne voulais pas le tuer avec une arme comme celle là ! Avec le bruit, ça a dû alerter les autres ! T'es complètement débile comme dieu ou tu le fais exprès ?"

    Je dépassais un peu les bords et je sentais que ça avait juste pour effet de l'énerver. Mais il continuait à me sourire, ce qui m'énervait plus que tout! J'étais retourné près de Nala.

    "C'est un débile ce mec! Il se paye notre tête à tous et il met notre vie en danger !"

    C'était peu dire, car voilà que trois hommes courraient vers nous. Bon sang, ils avaient bien entendu le bruit. Judah avait une nouvelle fois appelé Tom et Jerry à la rescousse. Espérons qu'ils feraient le poids, mais juste au cas où, j'avais lâché mon arme et pris mon sabre. C'était moins flippant que ce fusil. Puis, j'avais fait face aux hommes, restant un peu en avant, devant Nala. J'avais légèrement tourné la tête pour lui parler.

    "Je l'avais dit qu'il était débile. Reste derrière moi, ça va aller. On ne risque rien, y'a Tom et Jerry qui sont là. Enfin, j'espère..."

    C'était pas très rassurant. Et ils s'appelaient vraiment Tom et Jerry ? o_O Quoi qu'il en soit, ils ne bougeaient pas, c'était plutôt inquiétant.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Moi aussi je sais miauler !!
Par contre, il devrait prendre un chewing gum Kong...


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t44021-la-bible-des-rps-de-samuel-king-le-roi

Pascal Méléon


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Arthur Darvill

Ѽ Conte(s) : Raiponce
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pascal

☞ Surnom : Pascal



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1023
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Dim 4 Jan 2015 - 22:11

Pascal resta interdit alors qu'il se tourna lentement vers Judah, bien, nous étions juste à côté d'une armée qui voulait conquérir le royaume. Plusieurs centaines d'hommes, ce qui faisait d'Harris et Méri des otages royaux et des cibles de choix. C'était la guerre, une nouvelle fois, et j'étais le seul avec une véritable expérience de champ de bataille. Je ne l'avais jamais voulu et j'avais échappé à la dernière guerre en étant à moitié mort. Mais j'y avais déjà survécu, alors je savais à quoi m'attendre, les autres... Les autres ne savaient même pas ce qui les attendaient, il fallait retrouver le roi Fergus et mettre Méri et Harris en sécurité, il aurait fallut faire tout ça discrètement et profiter de notre avance. Et qu'avait fait Judah? Il venait de tirer un coup de feu à côté de l'armée ennemie. Il n'y avait pas de bruit, rien, juste le canon fumant de l'arme, le cadavre du soldat, et le sourire narquois de Judah.

"Je l'avais dit qu'il était débile. Reste derrière moi, ça va aller. On ne risque rien, y'a Tom et Jerry qui sont là. Enfin, j'espère..."

...
Pascal regarda les deux colosses, qui transpiraient énormément, comme s'ils tentaient de faire quelque chose. Ils se regardèrent entre eux, puis Judah, avant de baisser la tête d'air air triste.
Le caméléon regarda Judah, puis les deux idiots, puis le fusil, puis Judah. Pascal se rapprocha du dieu des enfers et tapa sur l'épaule du dieu des enfers, le forçant à se retourner, tandis que son sourire narquois disparaissait petit à petit.
Pascal n'hésita pas, il ferma son poing et frappa le dieu des enfers en plein visage de toutes ses forces, l'envoyant au sol d'un seul coup en se tenant le nez, le caméléon était littéralement rouge de colère.

"L’ÉTERNITÉ T'AS RAMOLLI LE CERVEAU AU QUOI? !"

Pascal aurait surement continuer de se défouler si plusieurs fantassins ennemis ne venaient pas d’apparaître au loin, pointant notre groupe du doigt et sortant leurs épées, il redressa de force le dieu avant de l'envoyer vers les deux marrants.

"Ce que tu viens de faire, Judah, c'est gentiment indiquer la position de deux otages royaux au clan adverse. Ce n'est pas comme si leurs capture importait, pas vrai? "

Pascal sortit son arc et encocha une flèche, il visa le fantassin le plus proche, qui était encore à une trentaine de mètre, et décocha. La flèche transperça l'orbite du soldat, le faisait tomber dans la boue pour ne jamais plus se relever. Il se tourna ensuite vers Mérida, sans prendre le temps de se soucier de ce qu'elle pensait.

"Méri, tu connais ce pays mieux que quiconque, ramène tout le monde au château en un seul morceau. Je vais réparer la connerie du roi de la gâchette ici présent. S'ils te capturent ou s'ils capturent Harris, tu crois qu'ils vont faire quoi? "

La voix de Pascal ne faillit pas une seule fois, c'était la meilleure chose à faire. Il espérait juste que tous le monde ferait la bonne chose à faire.
Le caméléon encocha une nouvelle flèche et tira, et un autre fantassin tomba, il ne se retourna pas alors qu'il abattit son troisième ennemi. Et lorsque que les soldats, de plus en plus nombreux, commencèrent à affluer, ce dernier fit un maximum de bruit pour les empêcher de partir à la suite du groupe. Il entendit le bruit du galop des cheveux se rapprocher de plus en plus alors qu'il courrait vers l'orée du bois. Le caméléon s'enfonça dans le sous bois sans ralentir, plusieurs soldats sur les talons. Il grimpa sur le premier arbre venu avec l'agilité que lui procurait plusieurs mois d'entrainement et de guérilla en forêt. Puis il se rendit invisible et immobile.
Il pouvait les voir.
Juste en-dessous de moi se trouvait plusieurs dizaines de fantassins et de cavaliers, c'était une véritable forêt de lance et d'arc qui s'étendait juste sous mes pieds. Une véritable force d'invasion, sans compter les engins de siège. C'était véritablement la guerre à Dun'Borch, encore, et je venais de mettre un coup de pied dans la fourmilière et me couper du groupe. J’espérais qu'il avait eut la présence d'esprit de courir le plus vite possible, mais je pense que tous le monde avait eut suffisamment d'avance pour s'en sortir. Je ne regrettais absolument pas ce que j'avais fait à Judah, il le méritait, j'allais surement m'en mordre les doigts plus tard, mais je m'en foutais royalement. Il fallait déjà que je me sorte d'ici.

Pascal commença à bouger d'arbre en arbre jusqu'à atteindre un cavalier isolé, il resta au-dessus de lui sans bouger, immobile, attendant le bon moment. Dès que le cavalier décida de se couper de son groupe, Pascal lui tomba dessus et lui transperça la poitrine avec son sabre, du sang gicla sur les arbres au alentour alors que le guerrier chuta de sa monture. Sans perdre un instant, le caméléon attrapa les reines de la monture et sortit du sous-bois au galop. Il entendit un cri d'alarme et plusieurs flèches siffler près de lui. Mais il ne se retourna pas, il continua de pousser sa monture jusqu'à semer ses poursuivants...
Lorsque Pascal arrêta de chevaucher, il se rendit compte qu'il était totalement perdu et que le soleil était presque tombé, il était resté dans ces bois bien trop longtemps... Les autres devaient déjà avoir avancé de plusieurs heures, peut-être même être déjà au château avec de la chance, ça m’inquiétait, mais j'étais en vie.
Bon résumé de la situation, j'avais attiré une partie des troupes de Macintosh à mes troupes avant de réussir à m'échapper, j'avais tué quatre hommes en quelques heures et volé une monture en ayant quitté mon groupe... Il y avait mieux comme départ, mais il y avait pire, je m'en étais miraculeusement sortit sans blessures et j'avais de quoi passer la nuit à cheval. En trottant lentement pour éviter que la monture s'épuise et en étant prudent... Je pourrais surement les rejoindre au matin si je ne passais la nuit à cheval...
Pascal ouvrit un paquet de m&m's avant d'en prendre une poignée, il soupira, craqua sa nuque et siffla, quelques secondes plus tard, il entendit le bruit caractéristique de Brave qui se posa sur son épaules.

"Bon championne, ramène-moi auprès de tout le monde, je compte sur toi."

Bon Pascal, tu avais sacrement merdé. Il fallait se rendre à l'évidence, mais je l'avais fait pour le bien de tout le monde, donc c'est cool, non?
...
Non.

Pascal donna un nouveua coup de talon dans les flancs de sa monture, la faisant partir au trop et la dérangeant dans son repas. Il leva la tête pour suivre son aiglonne pour une longue et difficile chevauché...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Fire and Blood.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t3083-pascal-meleon-le-meill http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t3127-z-avez-des-mouches http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t3252-l-histoire-d-un-cameleon

Harris Bowman


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 130
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 4 Jan 2015 - 23:59



Un macintosh
Harris reconnaissait ses marques bleues si reconnaissables au clan. Il fronça les sourcils en se frottant le menton, pensif. Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire là? Meri l'interrogea . Plus son discours avançait, plus les yeux d'Harris s'arrondissaient d'effrois. Harris vit le coup de merida partir et eut juste le temps d'ouvrir la bouche qu'elle assomma le guerrier. À présent, les mots du guerrier hantaient son esprit. Il tentait de les repousser, comme on lui demandais quand on lui parlait de son futur.
Le guerrier assommé ne répondit pas, naturellement, sa tête bougeait mollement. Harris laissa finalement tomber le corps qui heurta le sol sans retenue.

-Ce serait un peu long d'expliquer toute l'histoire des clans, pour faire court, l'Écosse est divisée en quatre territoires dirigés par les clans, moi et Meri appartient au clan Dun Broch, il y a le clan Mc Guffin, DingWall et Mcintosh.
Pendant qu'il parlait à Even, Harris s'accompagnait de gestes pour qu'elle visionne bien les choses.

-Faut dire que c'est des alliances qui ont toujours été plus ou moins fragiles.

Harris n'en ajouta pas plus, Éven, la lionne à l'ouïe fine fit remarquer au groupe qu'elle venait d'entendre quelque chose et disparut presque aussitôt du chemin pour aller voir ce qui se tramait.

-Et puis mon prénom, c'est un vrai prénom ! Je me présente pas aux gens en m'appelant "Juju" MOI!

Harris avait réagi un peu tardivement, m'enfin, c'était une affaire secondaire au vu de ce qui se passait. Un soldat du clan Macintosh arriva peu de temps après que Éven le fit remarquer. Sam tenta de l'impressionner très certainement...avant que Judah n'utilise le fusil. Harris se frappa le front avec la paume de sa main. Il s'était immédiatement tourné vers Mérida.

-Tu n'aurais vraiment pas dû l'emmener !

Harris s'approcha de Juju et lui donna un coup de coude dans les cotes avant de taper du pied.

-Bravo, niveau discrétion, tu m'excuseras, mais tu repasseras. Franchement, même avec tes deux gardes du corps...

L'ex-rouquin n'eut pas le temps d'en dire plus que Pascal envoya Judah au sol avant de commencer à lui hurler dessus.

-N'empèche, tu l'as pas volée celle-là.

Harris regarda Judah se relever puis le suivit, croyant qu'il allait prendre la direction opposée à celle des soldats. Il se contenta d'aller voir l'un de ses deux colosses. Harris était tout près de Conchita qui parla à voix basse au dragon, Tom, de toute façon, Tom ou n'importe quoi, le prince entendit le dieu aux pouvoirs perdus ordonner à sa carde du corps de "s'occuper" de lui. Et ce n'était très certainement pas bon pour le caméléon.

-enfaîte...les cookies tu les écrases quand ils ne sont pas à ton gout. Et après on dit que c'est moi l'enfant.

Annonça Harris à voix basse, pour que seul le concerné puisse entendre. Harris commença à aller en direction du château de Dun Broch, c'était le meilleur moyen de savoir si le macintosh disait vrai ou pas. Et puis, au fond de lui, il avait envie d'y retourner, quitte à tomber en plein piège. Il aurait très certainement des réponses à ses trop nombreuses questions qui le faisait douter.

-Mais vous attendez quoi? Qu'il fasse nuit?

La nuit, ça posait un autre problème, un petit détail auquel il ne pensait que maintenant, il allait avoir l'air malin s'il redevenait un ours, parce que mine de rien, quand c'était le cas, il y avait deux possibilités : Il gardait son esprit humain ou il s'abandonnait totalement à l'ours qui sommeillait en lui. Et même un ourson, ça peut être dangereux.


Hope Bowman


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar




╰☆╮ Avatar : Karen Gillan *.*

Ѽ Conte(s) : Rebelle
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Merida

☞ Surnom : Natoune

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5852
✯ Les étoiles : 4644




Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Lun 5 Jan 2015 - 13:51


« Back to Dun Broch. »

Merida's Home by Patrick Doyle on Grooveshark
J'avais sursauté comme une quiche quand le coup de feu était parti. Visiblement, mes réflexes étaient un peu endormis. Storybrooke n'avait eu aucun effet bénéfique sur moi, à part me ramollir. Il faut dire que j'étais sous le choc d'avoir appris que l'armée entière des Macintosh foulait les terres de mon père. Quand je m'imaginais retourner à Dun Broch, je me voyais circuler tranquillement à travers les bois et entrer sans encombre dans le château de mon enfance. Ma mère m'aurait prise dans ses bras, Hubert et Hamish auraient gambadé autour de nous et j'aurais de nouveau pu combattre à l'épée avec mon père.

Tous mes rêves venaient de voler en éclats, emportés par la balle que Judah avait tiré. Le soldat s'écroula au sol, tandis que la détonation résonnait en écho tout autour de nous. Ce type était un navet. Un véritable légume. Pas besoin de le lui dire, Harris et Pascal s'en étaient déjà chargés. D'ailleurs, ce dernier partait totalement en free-style. Il venait de donner un coup de poing à l'ex-dieu, avec tellement de force qu'il était tombé au sol. Médusée, je clignai des yeux. Faut préciser que Juju est un poids plume, donc sans pouvoir, il doit peser trente kilos au plus.

"Eeeh !" répliquai-je, piquée à vif à l'adresse de Pascal. "Je suis pas une otage ! Tu crois que je vais me laisser capturer comme ça ? Combien de fois je dois te le dire : je ne suis PAS une jouvencelle en détresse !"

Pour appuyer mes dires, je coinçai mon arc entre mes jambes, fis pivoter mon sac à dos de mon épaule pour prendre le pistolet qui était à l'intérieur, enlevai le cran d’arrêt dans un cliquetis rapide et le gardai en main tandis que de l'autre, je tenais mon arc.

Bien entendu, le caméléon survolté n'avait rien écouté. Il venait d'empaler un fantassin avec une flèche. Non mais en plus, il avait pris des cours de tir à l'arc ? Je ne savais plus si je devais être jalouse de son brusque talent ou tout simplement subjuguée.

"Mais bien sur, tu vas jouer le preux chevalier en te sacrifiant à notre place."
fis-je en roulant des yeux. "On ne part pas sans toi." dis-je, catégorique. "On reste ensemble quoi qu'il arrive. Et n'essaie pas de..."

Trop tard, il repartait déjà en free style, faisant chanter son arc façon Legolas. Je plissai des yeux, agacée par son comportement. Il se prenait pour qui ? Les soldats affluaient vers nous, de plus en plus nombreux. Je m'avançai vers Pascal pour lui prêter main forte, mais c'est alors qu'il disparut, tandis que les ennemis tombaient sous le coup d'une main invisible.

Je poussai un soupir excédé. Non vraiment, il était un grand malade.

"Bon, on s'arrache."
décidai-je en pivotant sur mes talons.

J'attrapai la main de Harris et me mis à courir sans me retourner. Du coin de l'oeil, je fis attention à ce que le couple de lions nous suivent. Dans quoi avais-je embarqué Even et Samuel ? Les pauvres, ils ne méritaient pas ça. Harris non plus. Si j'avais su... jamais je ne leur aurais demandé de venir. Pourquoi fallait-il toujours que j'agisse par impulsion, sans jamais réfléchir ?

Quelques soldats nous talonnaient. Je lâchai la main de mon frère pour viser un ennemi de mon pistolet. Je tirai et le percutai à l'épaule. Laissant échapper un juron, je rangeai rapidement mon flingue pour revenir à mon arme de prédilection. Je ne loupais jamais ma cible avec mon arc. Je les fis tomber comme des mouches les uns après les autres, maudissant ces imbéciles de Macintosh qui m'avaient forcé à sacrifier plusieurs flèches.

Nous continuâmes de courir à toutes jambes. Mes poumons étaient en feu mais je ne m'accordai aucun répit. Le soleil couchant commença à cuire dans mon dos. Super, j'allais attraper un coup de soleil dans le cou alors qu'on n'était vraiment pas dans un pays chaud. Bon retour au bercail !

Les dernières lueurs du crépuscule se noyaient dans la nuit naissante quand nous nous arrêtâmes enfin. Exténuée, je m'affalai contre la souche d'un arbre, respirant par saccades. Je lançai un regard au petit groupe, et remarquai que le toutou rouquin de Juju était aux abonnés absents.

"On a perdu quelqu'un en route ? Heureusement, le beau gosse est toujours là." dis-je en adressant un clin d'oeil à Jerry qui resta indifférent. "Au fait, super utiles tes hommes de main, Juju. A part transpirer, ils ne servent pas à grand-chose."

J'avais parlé à l'ex-dieu sans lui accorder l'ombre d'un regard. Inutile de préciser que je lui en voulais à mort. A cause de lui, on avait été repéré par une armée, on avait du courir comme des dératés pour lui échapper, et surtout, on avait perdu Pascal. Et s'il y avait bien une chose que je détestais, c'était de laisser quelqu'un en arrière. Peu importe qui était cette personne. Je pouvais me montrer revêche et peau de vache, mais lorsqu'il était question de vie ou de mort, il fallait se serrer les coudes, un point c'est tout. De toute évidence, Judah avait grand besoin de suivre un cours accéléré sur le comportement social.

"On va camper ici pour la nuit."
annonçai-je en évaluant la clairière. "On va établir un tour de garde. Sauf pour toi Harris, tu peux dormir tranquille."

Je lançai un demi-sourire à mon frère avant de donner quelques indications.

"Pas de feu, ça parait évident." dis-je en jetant un regard oblique à Judah. "Inutile de signaler notre position. On reprendra la route demain matin. Si on avance vite, on peut atteindre le château avant la tombée de la nuit. Je prends le premier tour de garde."

Sur ce, j'abandonnai mon sac et m'enfonçai dans les bois obscurs. Mon arc en main, je tendis l'oreille. On était suffisamment loin de l'armée, mais je n'étais pas sans savoir que les forets de Dun Broch regorgeaient d'animaux dangereux.

"Mor'du, Mor'du, Mor'du, Mor'du ! Si je t'attrape, je te tue..."
chantonnai-je à voix basse sur un tempo très lent.

Soudain, des grognements se firent entendre. Je levai mon arme, le coeur battant à tout rompre. Les cris se rapprochaient. Le sol se mit à trembler légèrement. Je n'eus que le temps de faire un pas de coté quand une bande de cochons sauvages passa à toute allure.

Je courus à leur suite. Bien entendu, il fallait qu'ils se dirigent droit sur le campement, ce n'était pas marrant sinon. Je me déplaçai aussi vite que je le pouvais, me prenant les pieds dans les racines des arbres. Les branches fouettaient mon visage de temps à autres. Les sangliers me distançaient à vue d'oeil. Je tirai une flèche au hasard qui percuta le flanc du dernier. Il couina et s'affaissa sur le coté. Je le dépassai en arrachant ma flèche au passage, visai et lâchai la corde de mon arc. Cette fois-ci, la flèche atteignit le premier cochon qui poussa un grognement avant de tomber. Hélas, les trois autres continuaient de courir, encore plus paniqués.

"BOUGEZ-VOUS ! LES SANGLIERS ATTAQUENT !
" hurlai-je sans même savoir où se trouvait qui.

J'arrivai dans la clairière pile au moment où l'un des sanglier chargeait Judah. Il le percuta de plein fouet et le traina derrière lui sur plusieurs mètres. Je pris une nouvelle flèche, mais au lieu de l'aider, je la lançai sur le cochon qui se dirigeait sur Even. Je le touchai en plein dans l'oeil. Il tomba net, comme foudroyé.

"Bon bah... en fin de compte, faudra peut-être allumer un feu. J'ai apporté le diner."
fis-je, déconcertée et contente de moi.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

You've arrived at panic station
Ooo 1, 2, 3, 4 fire's in your eyes and this chaos, it defies imagination. Ooo 5, 6, 7, minus 9 lives ▬ Doubts will try to break you. Unleash your heart and soul. Trouble will surround you. Start taking some control.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13165-fate-and-desti http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t4959-do-you-want-to-chase-the-wind-and-touch-the-sky-with-me http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1312-merida-s-big-adventure

Hadès


« Murmure leur
qu'ils floodent trop ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Robert Downey Jr. ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Hadès ☣ l'unique dieu des Enfers. ϟ

☞ Surnom : seb ➹

Fondateur Disney Rpg

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6161
✯ Les étoiles : 3370




Actuellement dans : « Murmure leurqu'ils floodent trop ! »


________________________________________ Lun 5 Jan 2015 - 19:06

    "Occupe toi de lui." avais-je dit à Tom après m'être relevé, quand il m'avait tendu la main et avant qu'il ne parte à la poursuite de Pascal. J'avais passé ma main sur le nez pour voir si ça saignait, mais non. Je ne sentais déjà pratiquement plus rien. Mais ça venait surement du fait qu'il ne frappait pas fort? J'avais bougé un peu mon nez, tout allait bien, ça allait très vite passé.

    En regardant vers la jeune fille qui criait, je m'étais rendu compte qu'il s'agissait de Merida. Elle avait pris ma défense? Je l'avais observée sortir son arme et son arc. Bon sang qu'est ce qu'elle était sexe comme ça. J'avais fait mon petit sourire coquin, même si étirer les lèvres me faisait un peu mal. Saleté de Pascal, il allait le payer. J'avais pivoté sur mes talons pour suivre les autres dans leur course folle.

    Jerry s'était approché de moi en me faisant signe pour m'indiquer les soldats qui nous coursaient. Devait-il s'en occuper? Non, sans façon... C'était bien plus amusant comme cela. En plus Merida commençait à envoyer des flèches sur certains d'entre eux. C'était amusant. Au bout d'un certain temps, on était arrivé dans un endroit au calme et il n'y avait plus aucun bruit de pas. On était seuls. Simba semblait tout content qu'on s'en était sortit aussi bien et d'avoir courru. C'était un débile? Mais je le comprenais, moi aussi j'avais pris mon pied. Il avait commencé à déposer ses affaires par terre, dont sa ceinture, ça le rendait moins ridicule comme ça. Puis, il s'était approché de sa jeune conquête pour voir si elle allait bien. Oh mon dieu, c'était pathétique... Même si je venais justement de m'avancer vers Merida pour voir si elle allait bien. Cela dit, je n'avais pas ouvert la bouche, moi. Du moins pas pour prendre de ses nouvelles.

    "Tom est un solitaire, faut pas trop prêter attention à lui..."

    Ou alors c'était un assasin de haut niveau qui s'était mis à la poursuite de Pascal. A voir... On allait sans doute très vite le savoir.

    "Tu trouves vraiment qu'ils ne servent à rien?"

    Je m'étais approché de Jerry et je lui avais chuchotté quelque chose à l'oreille. Il s'était tourné et s'était mis à courrir, disparaissant devant nous. Ensuite, j'avais écouté la jeune femme parler de tour de garde. Si elle croyait que j'allais rester éveiller pour ses beaux yeux, elle se trompait.

    "Tu vas où?" avais-je dit, mais elle était déjà partie.

    "Ah les femmes..." avais-je dit à Simba, qui s'était contenté de me fusiller du regard tout en tendant une barre énergétique à Even Jones. Voilà qu'il la nourrissait maintenant. Bon sang, que quelqu'un vienne m'achever!

    "Tu veux que je te dise, Harris? Je n'aime pas du tout ton monde. Entre les soldats, les tourtereaux, les cochons..."

    Co... quoi? M'étais je demandé? Pourquoi j'avais parlé de ça? Peut être parce qu'il y en avait un devant moi et qu'il m'avait foncé droit dessus. Il m'avait percuté de plein fouet et m'avait traîné sur plusières mètres.

    "Aïe..." avais-je laissé échapper quand il m'avait lâché et qu'il avait fait demi tour pour charger à nouveau. J'avais à peine eu le temps de prendre un bout de bois qui se trouvait juste à côté de moi et de me relever avec pas mal de difficultés. Quand il était arrivé à mon niveau, j'avais pris de l'élan avec mon bras et je lui avais donné un coup sur la face. Il s'était stoppé net et il était tombé par terre. Un de moins, c'était toujours ça. Deux, si on comptait celui que j'avais vue être déquillé par la belle sauvageonne.

    "Bon sang, je déteste ce monde!" m'étais je écrié en lachant le bout de bois par terre et en voyant ma main trembler. Fallait que je stoppe ça. Je l'avais passée derrière mon dos en m'avançant vers le troisième cochon, quand quelque chose était passé devant moi... Une autre bête mais cette fois ci toute poilue.

    "C'est quoi encore ça?"

    Oh non, il me l'avait dit la dernière fois... C'était véritablement un ours? Je n'arrivais pas à y croire, pourtant j'en avais vue des choses, mais là c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase.

    "Super! Manquait plus que le gosse se transforme en fourrure!"

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Retiens ton souffle et compte jusqu'à dix... »
« Laisse le ciel s’effondrer... Nous resterons debout ! »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hade http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 En ligne

Harris Bowman


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 130
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 6 Jan 2015 - 1:44



Voir Judah se faire charger par un sanglier, c'était magnifique. Jouissif pour Harris. Il n'aimait pas Dun Broch, parfait, au moins, rien ne le retenait, il pouvait partir à tout moment.

-Tu vas t'y habituer, ta du en voir des choses dans ta longue vie, ce n'est pas DunBroch qui devrait te faire peur. N'essaie pas de dompter Dun Broch, comprends l'et tout ira bien...quand on te fonce dessus, attaque ou esquive...

Chochotte. Harris leva les yeux en l'air, cette fois, il ne parlait pas sur le ton de reproche, c'était plus un conseil que le dieu pouvait choisir d'écouter ou d'ignorer. DunBroch était comme Mérida, il ne fallait pas essayer de le changer ou de le dompter, il fallait plutôt le comprendre et l'anticiper. La guerre, Harris n'aimait pas cette idée, mais on l'avait aussi préparé à cette éventualité. Depuis qu'ils étaient rentré de Storybrook, Fergus avait pris en main l'éducation militaire du rouquin, second né de la fratrie, et premier du trio. Sugar Rush lui avait fait aussi comprendre que parfois, il fallait se battre.

La nuit allait tomber, Harris confia sa besace à Éven, en lui demandant poliment d'y faire attention. Il ne l'avait pas prévenu de ce qu'il allait arriver. Il espérait surtout que son côté ours n'allait pas totalement surgir. Par Cerunnos, il ne voulait pas créer de problème. Il ne finirait pas comme Mor 'du, il n'avait pas son orgueil. Meri ne lui donna pas de tour de garde, honnêtement, il n'aurait pas été d'une très grande aide, sauf pour brailler.
La nuit commençait à envelopper le paysage forestier de Dun Broch, Harris parti se cacher derrière un buisson et se déshabilla. Au moins, il savait ou il allait retrouver ses vêtements. Il ferma les yeux, sentant les prémices de sa transformation arriver. C'était une sensation désagréable, à chaque fois. Bien qu'avec le temps, il s'y était fait et s'en accommodait très bien. Il ni eut pas de lumière étrange, il devint juste plus velu, son visage se transforma, son corps, ses membres, et une petite queue d'ourson s'invita, comme à chaque fois.

Harris était à présent un petit ourson, bien qu'il était plus gros à présent, il faisait la taille d'un gros ourson, encore plus gros que la fois ou il s'était transformer la première fois. Il n'osa pas ouvrir le museau, de peur de grogner. Judah avait l'air visiblement ravi de voir l'ourson se transformer. Le sanglier, il allait pouvoir l'attraper, a vu de nez, ils faisaient la même taille...sauf qu'un ours, ça chasse les truites et les saumons et non pas les sangliers. Le comique de la situation voulu qu'Harris fonce tête baissée sur la tête du cochon. Ouïe. Il se mit sur ses deux pattes arrière et tituba en arrière avant de tomber sur les fesses, au moins, le cochon se trouva également sonné. Harris secoua la tête pour reprendre ses esprits. Nom de Lug, ça faisait un mal de chien! Il se tourna vers le copain de Mérida, qui, au lieu de se jeter sur le cochon râlait encore.

-ça va, ce n'est pas la mort, toi tu le savais ce qui allait arriver à la nuit tombée...tu sais que c'est moi! Là, il est sonné, tu peux l'attraper non?

Ouf, il pouvait parler! il Huma l'air et partit à la recherche de baies et de quoi manger, en tant qu'ours, il ne se nourrissait pas de la même façon que lorsqu'il était humain. C'est fou ce que son estomac pouvait se montrer capricieux dans ses moments là. Il revint auprès d'Even et Sam et leva la patte.

-C'est moi...Harris...c'est une très longue histoire...la sorcière de DunBroch a donner une potion à Merida pour qu'elle "change son destin", mais ça l'a transformer en ours, pas Merida, maman. Avec les gâteaux, moi et mes frères ont en a manger, et pouf, on s'est transformer en ours. Mais Merida a rattraper le coup et maman et nous ont est redevenu humain...sauf que la nuit, moi et mes frères ont se retransforme en ours.

Harris eu un bâillement avant de s'approcher d'Even et de se coller contre elle pour dormir. C'était confortable. Sans s'en rendre compte, il n'entendit plus les sons des voix qui parlaient autour de lui, il ne vit plus rien et sombra dans le sommeil.

Il se réveilla lorsque les premiers rayons du soleil atteignirent sa fourrure, le faisant redevenir humain. Il se leva doucement et alla jusqu’à la rivière la plus proche. Ses réflexes s'étaient améliorer avec les années et ses transformations. Il parvint à attraper quelques poissons. Avec ces frères, c'était devenu un jeu quand ils s'éloignaient du château en douce. D'habitude, ils ne partaient pas trop longtemps, quelques heures. Là ça faisait des mois qu'il n'avait pas revu sa famille. Il revint tout fier au campement improvisé tenant des poissons comme trophée de pèche. La question qu'il se posait présentement, c'était : feu ou pas feu? Il jugea préférable d'attendre que quelqu'un soit réveiller pour ne pas faire de bêtise. Il ne tarderait pas à savoir puisqu'il entendit des bruits de pas tout près.


Pascal Méléon


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Arthur Darvill

Ѽ Conte(s) : Raiponce
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pascal

☞ Surnom : Pascal



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1023
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 6 Jan 2015 - 21:42


Will you then say, "I am a god," in the presence of those who kill you? You will be but a mortal, not a god, in the hands of those who slay you.

Une chose n'avait pas changé depuis mon dernier voyage à Dun Broch, c'était que les nuits étaient toujours aussi douces. Un peu fraîche certes, mais tellement agréable et rafraîchissante. Je pouvais deviner la silhouette de Brave se dessiner sous l'éclat des étoiles et de la Lune, tout était silencieux. Mais un bon silence, qui apaisait l'âme, cela me faisait presque oublier qu'une armée se trouvait surement à quelques lieux d'ici. Cela me faisait oublier que j'étais de nouveau embarqué dans une guerre et que j'avais de nouveau du sang sur les mains. La nuit et l'obscurité m’entouraient tels un voile de douceur, et alors que je contemplais une nouvelle fois la pureté du ciel étoilé. Je me mis à penser à elle, à me dire que les étoiles étaient bien ternes face à la lueur qui brillait dans ses yeux lorsqu'elle riait... Cela faisait une poignée de jours seulement mais ce n'était pas la première fois que je pensais à elle. Je ne savais pas combien de temps j'allais rester ici, la guerre allait compliquer l'affaire, mais je reviendrais. Hors de question que mon voyage ne s'arrête ici, pas tant que je ne l'aurais pas revu sourire.

Le caméléon mit une main dans sa veste pour en sortir le pendentif d'argent avant de sourire, il avait la forme d'une coquille saint-Jacques... C'était drôle de cadeau, mais il avait de la valeur à mes yeux, c'était la première chose que l'on m'offrait depuis bien longtemps... Depuis trop longtemps.
Pascal rangea le pendentif dans sa veste avant de lever la tête vers les cieux, retrouvant la trace de son aiglonne. Il se laissa bercé par les mouvements de sa monture tout en profitant du silence, si je continuais à ce rythme, je pourrais facilement les retrouver en début d'après-midi si le voyage était calme. Mon cheval avait assez galopé comme ça et je me refusais de pousser la pauvre bête à bout. Enfin bref, pour une fois, tout allait bien pour moi, même si je m’inquiétais toujours pour les autres. Mais Méri était capable de mettre tout ce petit monde au pas, j'en étais sûre. La guerre n'était pas quelque chose de glorieux, loin de là, c'était un échec. C'était une échappatoire à ceux qui ne pouvait tolérer les épreuves que nous faisait endurer la paix. Le clan Macmachin était beau être fier, il avait prit la mauvaise décision. Et cette décision allait engranger de la haine qui se transférerait à la génération suivante, une nouvelle guerre allait alors éclater. Et le cycle recommencerait, je me souvenais d'une phrase de Morrigan, un soir aussi étoilé que celui-ci. "Seul les morts voient la fin de la guerre", je comprenais maintenant.... Et j’espérais qu'elle était dans un meilleur endroit désormais.
Cela me faisait relativiser avec Judah, je savais que j'avais mal agi en le frappant. La colère m'avait aveuglée... Même s'il était casse-pied je pense qu'il avait tenté de bien faire... A sa manière. J'avais peut-être jeté de l'huile sur le feu avec ce coup de poing. Mais je ne pouvais plus me permettre ce genre de gamineries, nous étions en guerre, et s'il y avait des problèmes dans le groupe, nous étions déjà condamnés. Ouais, dès que je le retrouverais j'essayerais d'enterrer la hache de guerre au lieu de lui caler mon sabre entre les deux yeux.

Pascal arrêta sa monture alors qu'un rayon lunaire découpa la forme d'un homme se tenant seul sur un rocher, j'eus presque l'impression de rêver, puis l'apparition s'approcha de moi. Wait... Ce n'était pas un larbin de Judah? Mais oui c'était le rouquin qui avait tenter de faire quelque chose après que le coup de feu, ce qui avait foiré totalement au passage. Qu'est-ce qu'il voulait...? Est-ce que Judah l'avait envoyé pour me tenir compagnie? Peu probable... Sa présence n'était pas une bonne nouvelle, surtout lorsqu'il ne me quittait plus du regard. Ses yeux n'étaient pas normaux, ils étaient entièrement rouges vif et ses pupilles étaient fendus comme celle d'un chat ou d'un serpent. Il avait beau être loin, je pouvais sentir son regard pesé sur mon visage, m'observant, me détaillant, cherchant la moindre trace de peur ou d'hésitation. Ce regard n'était pas humain, il n'était pas humain. Et il venait pour moi.
Le caméléon approcha doucement sa monture vers le rouquin, à un moment, le cheval refusa de s'approcher d'avantage du laquais de Judah, comment il l’appelait déjà? Jerry ou un truc dans le genre. Alors Pascal rassembla ses affaires et descendit de sa monture, il siffla un grand coup pour faire revenir Brave et se concentra de nouveau sur l'arrivant alors que sa monture, paniquée, s'enfuyait sans demander son reste. L'ancien étudiant ne baissa pas les yeux devant le regard reptilien de l'homme, ni devant le sourire macabre qui se dessinait lentement sur son visage. Cette fois, le silence était pesant, terrible et lourd de conséquence. Je pouvais deviner ses intentions, alors Judah avait peur de se salir les mains et n'osait pas venir régler ses comptes lui-même? C'était adorable, je pensais qu'il aurait retenu la leçon depuis. Il fallait plus qu'un simple rouquin pour se débarrasser de moi.

Pascal posa la main sur le pommeau de son sabre avant de s'adresser au rouquin:

"Je sais pourquoi tu es là, et je vais te laisser une chance de tourner les talons et de repartir de ton côté. Ne me forces pas à t'abattre à la place de ce lâche."

Le rouquin cligna plusieurs fois des yeux (bon sang c'était bizarre) avant d'éclater de rire. Je ne savais pas si je devais me montrer offenser ou non, dans tous les cas, il secoua la tête de gauche à droite avant de soupirer.
Puis, son corps commença à briller d'un éclat rouge feu qui m'aveugla, j'entendis le bruit distinct des os se craquant et un hurlement de rage et de douleur qui perça la nuit telle une lame. Pascal sortit son bouclier sans perdre de temps et dégaina son sabre. Lorsque la lumière s'éteignit, un cauchemar attendait le caméléon.
Devant lui se dressait la plus bestiale créature sur laquelle il avait posé le regard, un dragon aux écailles noirs et rouges se dressait devant lui. Deux gigantesques ailes parcheminées de plusieurs mètres de diamètres cachaient la clarté de la lune, son cou serpentin se terminait par une tête triangulaire sertie de pics acérés. Il ouvrit une bouche capable de me gober sec et poussa un nouveau rugissement qui fit trembler la terre, le dragon cracha un geyser de flamme vers les cieux et la colonne s'éleva sur plusieurs mètres de hauteur. Pascal pouvait sentir la chaleur d'ici, tandis que ses griffes titanesques labouraient le sol comme du beurre, une bonne quinzaine de mètre plus loin, sa queue se terminant par une masse d'écailles coupantes comme des lames de rasoir frappa le sol avec une telle puissance que l'impact forma un cratère. Puis le dragon posa ses pattes avants sur le sol, sa gueule n'étant plus qu'à un mètre de moi. Je pouvais sentir son haleine de souffre sur mon visage, cette créature était tellement fière et puissante. Presque indestructible.

"Je suis Astaroth! Le dragon noir de feu, fils d'Eris et servant d'Arès!"

Pascal ne recula pas, il ne céda pas un seul centimètre devant la mâchoire du dragon. Il examina le moindre détail de la carapace d'écaille du monstre, il voulait une démonstration de pouvoir? Et bien soit.
Le caméléon frappa son sabre contre son bouclier en regardant la créature droit dans les yeux, et il fit un pas vers elle. Sans montrer la moindre trace de peur ou de faiblesse.

"Je suis Pascal Méléon, tueur de Dieu et de Roi. J'ai affronté le Gardien de l'Olympe et le Crétacé. Tu ne me fais pas peur, Dragon. Et ma proposition tiens toujours."

Pascal entraperçut un sourire déformer la mâchoire du dragon, et il réfléchit à sa situation.
C'était hors de question que je meurs ici, je l'avais précisé.


___________________________________



Alors que le soleil venait de se lever, une ombre passa au-dessus du campement, couvrant le sol de ces gigantesques ailes. Fendant la nuit avec une souplesse et une agilité hors du commun, Astaroth riait devant la panique qu'il causait parmi le campement plus bas. Rien ne pouvait l'atteindre... Et sa mission était accomplie...
Le Dragon se posa à la lisière du bois, faisant trembler le sol sous son poids, alors que plusieurs figures émergeaient de la forêt. Le dragon lâcha un sac contre le sol, celui de Pascal, qui fut bientôt rejoint par son sabre rouge et son bouclier. Judah était le seul à ne pas avoir quitter le couvert des arbres et il se tenait droit devant le dragon.
Puis une voix s’éleva depuis le dos du Dragon.

"Judah, la prochaine fois que tu envois un dragon comme taxi, préviens, ça évitera ce genre de quiproquo... Mais je suppose que c'est l'attention qui compte, pas vrai?"

La tête de Pascal réapparut depuis le dos du dragon, ce dernier s'agrippa à l'un de pics qui bardaient le corps du reptile pour descendre souplement. Il se tourna vers Astaroth et s'inclina respectueusement devant le dragon pour le remercier, ce dernier disparu de nouveau dans un éclat de lumière aveuglant avant de redevenir le rouquin que tout le monde connaissait (ou pas) et de se relever en craquant ses jambes.
Bon, comment résumer ses dernières heures? J'avais volé à dos de dragon. Yep, et bordel que c'était un truc de malade. J'avais déjà volé grâce à un ptérodactyle, mais ce n'était pas la même chose. Durant quelques heures, j'avais fendu les nuages à la vitesse de la foudre, bon, c'était inconfortable certes, mais c'était grisant. Il y avait un sentiment d'invincibilité, et un très grand honneur de chevaucher une créature aussi majestueuse. Imaginer la puissance de feu d'un tel monstre en pleine guerre...
Mais on en parlera plus tard, pour l'instant j'avais plus urgent.
Pascal ramassa son sabre pour le ranger et s'approcha de Judah, il passa une main dans ses cheveux avant de prononcer:

"Je suis... Désolé pour le coup de poing. Et je te... " J'étais vraiment obligé de le dire...? "Te... Remercie pour avoir envoyé Astaroth pour me ramener. Je t'en dois une."

Tout compte fait, je pense que je l'avais mal jugé, je pense qu'il était temps de véritablement arrêter de se chamailler pour se concentrer sur les choses importantes. Comme sauver Storybrooke par exemple.
Bien, voilà qui était dit. Je pouvais aller me laver la langue au savon après ça... Maintenant, une nouvelle journée s'annonçait, j'avais mangé quelques trucs alors que j'étais à cheval, donc je pouvais me passer de petit-dej. Brave aussi avait fait le voyage sur mon épaule et venait de partir chasser un peu avant de se dégourdir les ailes.
Le caméléon passa près de Judah pour ramasser son sac et marcha vers le groupe, laissant le dieu des enfers discuter avec "son" dragon, le caméléon fit un léger signe de la main à tous le monde en guise de bonjour en souriant devant leurs têtes médusées.

Alors votre première nuit en camping n'était pas trop agitée?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Fire and Blood.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t3083-pascal-meleon-le-meill http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t3127-z-avez-des-mouches http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t3252-l-histoire-d-un-cameleon

Even Jones


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Chloë Moretz

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Nala

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 712
✯ Les étoiles : 272667




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mer 7 Jan 2015 - 22:52


"I'm going on an adventure !"


J'aurai jamais dû venir. Cette fois, c'était une affirmation. Entre les guerres des clans, les dieux qui devraient pas avoir le droit au port d'armes et les cochons sauvages, ça commençait bien. J'avais eu de la chance quand même que Mérida tue le jambon vivant. J'avais été tellement choquée de me faire attaquer par un cochon que je n'avais même pas pensé à le planter avec mon couteau que je tenais toujours à la main. Je n'ai pas l'habitude qu'un cochon veuille me dévorer d'un côté. Je suis plutôt habituée aux hyènes.

Je regardais les yeux grands ouverts sous le choc le cadavre de l'énorme animal, l’œil transpercé, puis le petit ourson qui me parlait. Un... ourson. Le frère de Hope était un ourson parlant la nuit. Je tournais la tête vers Simba pour voir si je n'étais pas la seule à trouver ça particulièrement particulier. C'était bien la première fois que j'approchais d'aussi près d'un ours. Il était mignon comme tout. C'était bizarre, mais il était encore plus adorable comme ça.

- Bah dit donc... vous devez avoir une vie de famille bien mouvementée !

Je m'assieds par terre en lui souriant. Je sentais que mes jambes n'en pouvaient plus. Tout mon corps entier me criait dessus pour que je me repose. Ça faisait un bon bout de temps que je n'avais pas participé à une aventure quelconque. Depuis qu'on était retourné sur la Terre des Lions enfaîte. Où je m'étais fais broyé le bras, mais bon. J'aurai dû aller à la salle de sport avant de partir.

Je posais mon sac sur le sol pour pouvoir poser ma tête dessus et je m'allongeais, en remuant un peu pour trouver une place plutôt confortable sur le sol dur. À ma grande surprise, Harris s'allongea lui aussi, collé contre moi. C'était comme une peluche grandeur nature qui bouge. Il était vraiment tout doux. Je posais ma tête contre la sienne, et je ne pu m'empêcher de sourire. Ça n'en était pas vraiment un, mais j'avais vraiment besoin d'un câlin.

- Il est vraiment trop mignon ton frère, Hope.

J'avais murmuré, comme il s'était endormie. Sa respiration lente était réconfortante. J'aime bien dormir toute seule, mais pour le coup, ça ne me gênait pas du tout de dormir avec lui.

- Il donnerait même presque envie d'en avoir un. Un ours, je veux dire. Ou même un enfant. C'est bien aussi, un enfant.

Ça serait plus pratique, un enfant. J'avais jeté un petit coup d’œil à Simba en disant ça, mais j'avais vite détourné le regard pour fermer les yeux et essayer de dormir. J'adorais les enfants. J'adorerais en avoir un jour. Est-ce que si j'avais accepté d'épouser Samuel, un jour on aurait été parents ? Je suis sûre qu'ils auraient été blonds. Maman adorerait avoir des petits-enfants en plus tout blonds comme elle.

Hum... mauvaise idée de penser à ça. Je me forçais à vider mon esprit et je bougeais légèrement pour trouver une autre position. J'étais exténuée, mais j'avais un peu de me faire attaquer par des gardes ou un autre cochon fou furieux. Quoi que Judah est un dieu, donc il ne doit pas dormir. Je pense pas.

Je fini par rouvrir les yeux à cause du soleil qui brillait un peu trop fort au goût de mes rétines. C'était clairement le matin, pas de doute là-dessus. Combien j'avais dormi ? Je me redressais difficilement, le dos ayant moyennement supporté le sol de la clairière. Harris était déjà réveillé. Avec des poissons en plus. Ça s'était bien. C'était comme de la viande. J'avais une folle envie de manger de la viande. Au pire, j'étais prête à dévorer un cochon crû. Je m'approchais de lui en faisant la grimace. Le confort de mon lit allait énormément me manquer.

- Salut mini-ours ! Alors, bien dormi ?

Une ombre immense m'empêcha de poser d'autres questions. Il y avait un dragon. Un. Dra. Gon. Ça existait vraiment ces bestioles alors ? Je serais bien partie en courant et en hurlant, mais apparemment, Pascal le connaissait. Et moi aussi. Je m'étais approchée et j'avais pointé le doigt vers eux. Les autres étaient venus voir aussi. Les dragons, ça attirait tout le monde.

- Le rouquin canon... c'est un dragon ? Sérieusement ? Alors l'autre... c'est quoi ?

Les gens étaient tous des métamorphes dans le coin ou quoi ? Bon. Après un enfant ours, c'était à se demander pourquoi j'étais encore choqué. C'était une manière trop excessive de réagir. Mais quand même. Après les dragons, on aura quoi ? Les dinosaures ? Le monstre du Loch Ness ? Par tout les ancêtres... et si Nessie existait vraiment et que c'était ma voisine ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Welcome to the jungle
It gets worse here every day
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t185-malheureusement-l-amour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t192-celui-qui-cherche-un-ami-sans-defaut-reste-sans-ami http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t296-un-petit-suivi-ne-fait-pas-de-mal#1398

Hope Bowman


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar




╰☆╮ Avatar : Karen Gillan *.*

Ѽ Conte(s) : Rebelle
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Merida

☞ Surnom : Natoune

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5852
✯ Les étoiles : 4644




Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Jeu 8 Jan 2015 - 22:50


« Back to Dun Broch. »

Merida's Home by Patrick Doyle on Grooveshark
Je fus réveillée par un grand bruit d'ailes. Je frissonnai dans mon sac de couchage Decathlon, car le vent s'agitait brusquement. Je me retournai dans un grognement maussade, bien décidée à me rendormir, quand la voix de Pascal me parvint. J'ouvris brusquement les yeux. Tout ce qui était arrivé la veille me revint en mémoire avec la force d'un boulet de canon. L'armée, le coup de feu très mal calculé de Juju, la fuite, les sangliers, Even qui parlait de se reproduire -oui, c'est le genre de truc qui vous marque. Sans parler du fait que j'étais de retour à Dun Broch.

Je me redressai vivement, mes cheveux ébouriffés me cachant la vue. Je plaçai mes mains de chaque coté de ma tête pour les dégager et dévisageai le dragon impressionnant qui reprit lentement forme humaine. Even m'arracha les mots de la bouche : le rouquin était un créature merveilleuse ! Eh ben... comme quoi, on est toujours surpris par les gens. Excepté que nos avis divergeaient sur un point.

"Je te laisse le rouquin." lui dis-je. "Je préfère le brun bronzé."

J'émis un claquement de langue dans sa direction, mais toujours aucune réaction de sa part. Je les aimais un peu plus démonstratifs. Là, j'avais l'impression de draguer un mur, c'était décevant.

Je m'assis et sentis mon dos craquer. Aie, je n'avais plus l'habitude de dormir à la belle étoile. Je m'étirai en baillant et m'extirpai de mon sac de couchage. Je venais de me rendre compte que tout le monde était déjà debout, sauf moi. Je leur lançai un regard étonné avant d'évaluer les poissons étalés sur le sol, non loin de Harris.

"Euh... sympa frérot, mais le poisson cru le matin, je trouve ça juste atroce."
dis-je, car je savais très bien qu'il était le seul capable de les avoir attrapés. "Je sens que mes Golden Grahams vont me manquer..."

Je poussai un petit soupir avant de me relever. Tout en enroulant mon sac de couchage sur lui-même, je repensai à ce que venait de dire Pascal.

"Tranquille. On a survécu à l'assaut de cochons sauvages."

Puis, j'ajoutai, interloquée :

"Attends... Juju a envoyé le dragon à ton secours ? C'est sérieux ?"

J'avais du mal à le croire. C'était surréaliste. Judah aurait été plutôt le premier à laisser crever le caméléon. Pourquoi lui fournir son aide ? Je jetai un regard suspicieux à l'ex-dieu qui était en train de se coiffer. Oui, il passait ses doigts dans sa chevelure noire comme s'il s'était agi d'une brosse. Je poussai un nouveau soupir et m'approchant de Pascal, je demandai, un sourcil levé :

"Vous êtes genre... des potes qui dépottent ?"

Qu'il me réponde par l'affirmative ou la négative n'aurait aucune importance. Je ne pouvais tout simplement pas concevoir une telle chose. C'était trop étrange. J'observai Pascal avec intensité. J'étais tout de même contente qu'il soit de retour, et en un seul morceau, mais je ne pouvais prononcer ces paroles à voix haute. Cela me coutait trop pour l'instant. Comme il me regardait aussi et que ça m'énervait, je grognai légèrement avant de lui donner un léger coup de poing sur le torse. Dans le langage Merida, ça voulait dire : "J'ai eu peur pour toi, patate."

Je me détournai de lui pour annoncer d'un ton détaché :

"Je vais faire un brin de toilette."

Une princesse se doit d’être un minimum présentable. J'attrapai mon sac à dos et m'éloignai rapidement, après avoir déclaré d'un ton sec à Judah :

"C'est pas une invitation. Je prends mon arc avec moi. Si tu me rejoins, je te transperce quelque part."

Je baissai les yeux à un endroit stratégique, ris d'un air moqueur et ajoutai d'une voix enjôleuse à l'adresse d'Even :

"Toi tu peux venir, si ça te dit."

Je haussai un sourcil aguicheur et disparus dans la foret. J'avais entendu un cours d'eau. En plus, les poissons venaient bien de quelque part. Je n'eus besoin que de faire quelques mètres avant de tomber sur une rivière. Je jetai des regards de tous cotés, m'assurant que personne ne m'avait suivi, abandonnai mes vêtements et plongeai à pieds joints dans l'eau.

"Aaaaah puta*n !" hurlai-je.

Elle était glacée. Frigorifiée, je sortis aussitôt, ruisselante de la tête aux pieds. Je mis un certain temps à m'habiller, car je grelottais bien trop. J'avais pris avec moi une robe typique de mon monde, vert foncé et sans fanfreluche de chochotte. Le temps était venu de ressembler à la princesse Merida. Je voulais que tous me reconnaissent. C'était peut-être dangereux, mais je m'en moquais. Je plaçai mon carquois autour de ma taille et laçai mes Converse blanches et noires -rien n'est plus pratique que ce genre de chaussures. En plus, elles étaient cachées sous ma robe. Et puis, si ça se trouvait, j'allais lancer une nouvelle mode. Maman allait détester quand elle verrait cela, et je m'en réjouissais d'avance. Je me mordis les lèvres en me souvenant que l'heure ne serait surement pas à la plaisanterie, lors des retrouvailles.

Je déglutis avec peine et me saisis de mon arc. Je retournai au campement, mais me stoppai brusquement en apercevant trois soldats observer mes amis à travers les buissons. Ils me tournaient le dos. Lentement, je levai mon arc et pris une flèche. Je m'approchai silencieusement, à pas de loup, et enfonçai la pointe de la flèche contre la nuque du gars du milieu, qui me semblait le plus costaud des trois. Ils esquissèrent un mouvement mais je les interrompis avec ces simples paroles :

"Si je lâche la corde de mon arc, votre ami se retrouve tétraplégique."

Ils me regardèrent avec des yeux ronds. Je levai les miens au ciel et expliquai :

"Il sera handicapé ! Ne pourra plus bouger les bras et les jambes ! Comme dans Intouchables ! Z'avez pas vu Intouchables ?"

Ils se lancèrent un regard indécis, et c'est alors que l'un d'entre eux s'écria :

"Princesse Merida !"

Ah, au moins quelqu'un d'intelligent. Il se tourna juste assez pour que je vois ses armoiries sur son torse, et que je les reconnaisse aussitôt. Mais je ne me départis pas pour autant de mon expression implacable, même lorsqu'ils mirent un genou à terre devant moi.

"Avancez." ordonnai-je.

Ils s'exécutèrent d'un même élan, sortant de leur cachette pour se retrouver dans la clairière, face à mes amis. Je contournai les trois zozos tout en les gardant en joue, et enfin j'annonçai :

"Ce sont des chevaliers de Dun Broch. La question est... qu'est-ce que vous fichez à vous planquer dans les fourrés ?"

"Nous ignorons qui sont ces gens !" répondit l'un des soldats. "Tant d'inconnus bafouent les lois ces derniers temps que..."

"Nous sommes tellement soulagés de vous savoir en vie, Altesse !" coupa un autre. "Je vois que messire Harris est sauf, lui aussi ! Messire..."

Tous trois s'inclinèrent devant mon frère. J'émis un petit claquement de langue pour les faire cesser. Y en avait marre, à la fin. Je baissai mon arc et déclarai :

"Ces gens sont mes amis. Ils sont venus avec moi. Vous pouvez me dire ce qu'il se passe ici ? On dirait que c'est les soldes, mais comme si on était déjà au -80% !"

Le soldat le plus aguerri s'avança alors. Je remarquai, dans la lumière du soleil, qu'ils avaient l'air d'avoir souffert. Des balafres marquaient leurs visages, et leurs armures étaient couvertes de terre et de bosses.

"Nous avons essuyé un terrible combat, Majesté." expliqua-t-il. "L'armée du roi votre père est de plus en plus faible. Les Macintosh gagnent en soldats sans cesse. Les contrées voisines se sont alliées à eux. Les rares clans à s’être opposés à eux vivent dans la peur, pour le peu qu'il reste... Nous sommes seuls face à l'ennemi."

Je déglutis avec peine, la main crispée sur mon arc. C'était vraiment trop dur à entendre, trop irréel. J'avais l'impression que quelqu'un me faisait une mauvaise blague. Pourtant, le regard de l'homme était sincère. Il portait sur lui la douleur des êtres perdus, des heures éternelles à souffrir, à combattre pour un idéal qui n'existait déjà plus...

"Nous étions des centaines... et nous ne sommes plus que trois. Nous avions pour mission de demander de l'aide à d'autres clans, mais les Macintosh sont tombés sur nous en embuscade."


"Qu'en est-il de ma famille ?"
demandai-je en cachant le mieux possible mon angoisse.

Le soldat jeta un regard à ses seconds, passa une main sur sa barbe grise ravagée et dit enfin :

"Vos autres frères sont toujours retenus prisonniers par la sorcière. L'armée a été énormément affaiblie à la base à cause des multiples assauts menés contre l'ensorceleuse. Les Macintosh ont fait le reste..."

Je hochai la tête lentement, les regard dans le vide, perdu. La bouche entrouverte, je tentai de respirer convenablement, mais il me semblait que l'air se raréfiait dans mes poumons. Je pris mon courage à deux mains et demandai farouchement, plongeant mon regard dans l'océan de douleur contenu du soldat :

"Et mes parents ?"

"Le château est sous bonne garde, mais le territoire se rétrécit sans cesse." dit-il d'un ton navré. "Sa Majesté votre père a été... victime d'un empoisonnement. J'ignore s'il est encore en vie. Quand nous sommes partis, il était alité."

Je sentis tout tourner autour de moi. Je me cramponnai à mon arc, m'apercevant trop tard que mes jambes se dérobaient sous moi. Je sentis qu'on me retenait avant que je me vautre pitoyablement. Jamais encore je n'avais défailli. Je me moquais des nanas à qui ça arrivait, mais à présent, je comprenais.

Quand on sent que tout est perdu, que tout s'écroule, on n'a juste la force de suivre le courant.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

You've arrived at panic station
Ooo 1, 2, 3, 4 fire's in your eyes and this chaos, it defies imagination. Ooo 5, 6, 7, minus 9 lives ▬ Doubts will try to break you. Unleash your heart and soul. Trouble will surround you. Start taking some control.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13165-fate-and-desti http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t4959-do-you-want-to-chase-the-wind-and-touch-the-sky-with-me http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1312-merida-s-big-adventure

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 7
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Evénement #16 : Back to Dun Broch





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde enchanté :: ➹ Dun Broch