LE COFFRE
A JOUETS

AOUT 2019
de Fanny


PRACTICALLY
IMPERFECT

JUILLET 2019
de REGINA


AMAZONBIE
JUILLET 2019
de ANYA



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Coffre à Jouets ☆ Evénement #114
Une mission de Fanny - Depuis le 21 août 2019
Vers l'Infini et au-delà !

Partagez
 

 Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lounis Masnaa


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Lounis Masnaa


╰☆╮ Avatar : Mika

Ѽ Conte(s) : Bambi (de Bambi)
☞ Surnom : Mika
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1095

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Ven 15 Mai 2015 - 21:03


Y a du Soleil et des Rouquins ♫
Lounis Masnaa ft. Antropy T. Lover
Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 836637tumblrljxknbx8hH1qhiundY a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] Tumblr_myejjtNjQZ1qax2v3o2_500
____________________________________________



Chut. Vous entendez? Non? Écoutez mieux que ça. Et maintenant, vous l'entendez? Ce bruit de silence, là, juste sous vos oreilles? Ce calme, cette tranquillité omniprésente, cet instant de répt ou même les pigeons logés au dessus de sa fenêtre semblaient retenir leur souffle? Bien sûr que non, vous ne l'entendez pas, mais c'était exactement ce qui faisait de ce moment un moment agréable. Pas de bruit, pas d'agitation, pas de désordre, pas d'aliens armés de tentacules ni de peluches rouges pour vous braquer un pistolet laser sous les narines. Juste la quiétude d'un appartement pas si bien rangé que ça, avec des voisins toujours aussi peu discrets, mais qu'importe? Ces derniers ne feraient pas décoller de vaisseaux spatial, ils ne l'enverraient pas sur une planète hostile, où il manquerait la crise cardiaque à chaque fois qu'il tournerait la tête. Personne ne s'imaginait la difficulté qu'avait ce grand dadet à gérer ce genre de situations qu'il considérait comme des situations de crises.

Il lui avait fallu les deux semaines depuis leur retour pour assimiler qu'il n'avait en effet pas rêvé, ni halluciné tout ça et qu'ils avaient bien tous vécu cette drôle d'aventure. Oh, il n'y avait pas que du mal là dedans, bien évidemment, mais cela avait chamboulé son petit quotidien et il lui avait fallu environ une semaine pour remettre ses pendules à l'heure. Non pas que les pendules de son appartement aient eu besoin de piles, mais c'était quand même un peu comme un décalage horaire. Un bon gros coup sur la tête qui lui avait fait mal aux fesses. Bref. Au moins il avait gagné de cette escapade un belle fourchette bleue qui trônait sagement sur une étagère pleine de babioles dans sa mini cuisine, et un masque à gaz pendu au mur de la pièce principale de l'appartement. Pas très glam' mais on ne jette jamais un souvenir! Et des souvenirs, Lounis en avait des tonnes. Sur ses murs, sur le sol, sur son lit, dans sa cuisine, dans sa salle de bain, la moitié voire les trois quarts des jouets de cet appartement et Dieu sait qu'il y en avaient, avaient leur histoire. Sans compter la quantité impressionnante de photos en tous genre placardées au mur où se trouvait la tête de son lit.

Pas de rencontre cosplay aujourd'hui, la dernière fois, cela n'avait pas été de tout repos malgré les conditions qu'avait posé Lounis alors ce week-end, c'était lui qui choisissait le programme. Et pas d'inconnu armés d'étrange vaisseaux spatiaux ici, pas de passage dans une zone remplie de magasins avec de potentiels braqueurs dans le coin, pas non plus de quoi que ce soit qui ferait interagir qui que ce soit. Ce serait très bien comme ça. Un Week-End tranquille, loin des soucis, loin de l'agitation, avec juste un peu de sable et de la crème solaire. Leur pire ennemi aujourd'hui serait le Soleil, et c'était certainement celui dont Lounis avait le moins peur. Tant pis pour les coups de Soleil, il avait une armée de tubes de Biafine pour lutter contre ceux là.

Première chose à faire après avoir passé une bonne heure à regarder son plafond en profitant du calme de l'appartement endormi était de réveillé ce dernier. Et la marmotte en question se trouvait être lourdement avachie sur son torse... Ou peut-être son ventre. Bref comment pouvait-il dormir dans une position aussi tarabiscotée?! Cela lui faisait un peu penser à ces chats qui viennent s'enrouler autour de votre cou pour dormir en vous empêchant de bouger et parfois même de respirer. Pas de soucis d'étouffement pour aujourd'hui, il avait même plutôt bien dormi, et ça c'était à marquer sur le calendrier, depuis le temps que son corps réclamait un vrai repos, et pas celui apporté par quelque désagréable somnifère qui laissent derrière eux un sommeil fade et sans rêve. Un sommeil qui repose. Il inviterait Antropy à passer plus de week-ends chez lui si il s'avérait être la solution au problème.

Il lui fallut faire quelques contorsions, pour parvenir à s'extirper de son propre lit sans réveiller personne, attrapant un caleçon au passage, il pouvait bien le laisser dormir encore un peu. Quoique lorsque son regard se posa sur l'horloge giraffe qui trônait dans sa cuisine, le jeune homme fit la moue. Comment avaient-ils réussi à dépasser les midis sans se réveiller, que ce soit à cause de la faim, d'une terrible envie pipi, ou pire, des voisins loin d'être discrets à longueur de journée?! Peut-être était-ce du à l'heure indécente à laquelle il avait enfin négocier d'éteindre la lumière... Tant pis, personne ne travaillait et ils avaient tout le temps devant eux! Après tout, il fallait éviter la plage avant 16 heures, même s'ils n'étaient pas en plein été, il faisait déjà plutôt chaud la journée, et les pires rayons de Soleils montraient leur nez avant quinze heures!

Au menu quand il amena un plateau pour réveiller le ronfleur -non, il ne ronflait pas, c'était une façon de parler- dans son lit, un petit déjeuner complet, et une bonne dose de mimiques et autres tentatives de le réveiller sans le mettre du mauvais pied. N'importe qui lui aurait dit qu'il n'avait pas besoin de faire tant de chichis et qu'il en faudrait bien plus pour réveiller Opy' du mauvais pied, mais sait-on jamais, Lounis était bien trop gentil. Aller, des bisous, des câlins, ça ferait oublier qu'il l'avait lâchement réveillé à midi et demi avec un plateau plein de bonnes choses à manger. Mais pas le temps de s'attarder, il avait des affaires de plage à préparer. Et oui, il était reposé, il avait de nouveau assez d'énergie pour courir partout afin de ne rien oublier pour la journée.

Goûter, OK. Serviettes, OK. Crème solaire, OK. Parasol, OK. Lunettes pour aller dans l'eau sans se brûler les yeux, OK. Et ne pas oublier sa fidèle frite en mousse. Voilààà. Frite en mousse, OK. L'eau ne devrait pas être si chaude que ça mais le jeune homme refusait d'aller à la plage sans se baigner. Seul inconvénient, il ne savait pas nager. C'était pour cette raison qu'il s'armait de cette charmante frite de bain indigo, et ne s'éloignait généralement pas beaucoup du bord de l'eau, quoique sa grande taille était un atout indéniable dans les situations délicates avec l'eau.

Une fois qu'il eut réussi à obtenir un Antropy assez habillé et motivé -deuxième partie pas si difficile que ça- à bouger, les voilà partis pour la plage. Il avait donné le parasol au rouquin et se promenait avec le sac de plage rose, à ne as s'y tromper c'était un sac FreeGun, bande de moqueurs on vous entend de là, mais vous ne connaissez pas la praticité de ces sacs de plages uniquement parus en coloris Roses et dérivés! Non, il y avait la version Brésil aussi mais ce n'était pas vraiment les couleurs de Lounis. Le roses et arc-en-ciel lui allait bien mieux et c'était bien plus vivant. C'était juste un sac de plage, pas de quoi en faire des tartines!

Et il était quelque chose comme quinze heures trente quand ils arrivèrent enfin sur le sable! Pas grand monde aux alentours malgré le beau temps et la chaleur presque indécente pour la saison. Il y avait quand même des téméraires venu prendre du bon temps, et nos deux jeunes hommes étaient parmi eux! Parasol à l'assaut, armé de toutes ses petites manies, Lounis n'avait pas perdu de temps à installer le camp de base. Ce serait ça qu'ils n'auraient plus à faire, n'est-ce pas?!

" Eyh, avant de te jeter à l'eau, n'oublie pas de mettre de la crème, et attention à ta cicatrice, ça n'aime pas le Soleil. "

Week End mais pas assez pour faire oublier les manie de mère poule de Lounis. Il s'inquiétait beaucoup trop. Mais c'était pour éviter les ennuis! Et des ennuis, Antropy en avait eu bien assez ces derniers temps, il n'avait pas envie de le ramener à l'hôpital pour une bête insolation! Lui-même était moins vulnérable avec sa peau légèrement sombre, mais pas besoin d'avoir fait de grandes études pour savoir comment es rouquins prenaient le Soleil. Et s'il était tout à fait volontaire pour le tartiner de crème solaire, il l'était un peu moins pour accepter l'idée de se coucher avec une écrevisse à la peau assez brûlante pour faire chauffer son le matin. La chaleur, volontiers, mais pas sous la forme d'une grillade party. Et il ne lâcherait pas son tube de crème tant qu'on ne lui aurait pas obéi. Et il était têtu, le faon.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I CAN LIVE UNDERWATER

It’s enough to lose your head, Disappear and not return again. ©️ signature by anaëlle.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27435p10-moineau-lounis-mas http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27566-lounis-le-faon-connait-des-gens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28706-lounis-recapitulatif-de-rps

Antropy Tiger


« Tic tac,
sonne le glas. »


Antropy Tiger


╰☆╮ Avatar : Ed Sheerαn.

Ѽ Conte(s) : Winnie l'ourson.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tigrou.

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 697293clubwab

☞ Surnom : Davy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2920

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Mar 19 Mai 2015 - 1:46



Darladirladada...


C’était fini. L’aventure étrange au fin fond de l’espace avec des peluches parlantes et des filles à poil… c’était fini. Terminé. Zappé. Retour à la dure réalité de l’existence à Storybrooke, même si pour ce matin elle avait la saveur moelleuse d’un oreiller bien réchauffé. Deux semaines. Deux longues semaines depuis que nous avions reposé le pied sur la terre ferme et revêtu nos costumes ordinaires de gens ordinaires. Ou presque. Nous n’avions plus rien d’ordinaire, et l’un comme l’autre ne pouvait vraiment l’ignorer. Déjà parce que Lounis faisait un mètre quatre-vingt-onze, il ne faut pas l’oublier. Ensuite parce que nous avions affrontés les frère Bogdanov sans ciller et même échappés à des pirates à tentacules. Et ça, c’était la méga classe. Si je devais écrire un film sur cet épisode de ma vie, nulle doute que je gagnerais un prix. Mieux, un oscar ! Mais je n’étais pas écrivais et encore moins motivé pour me taper des romans à écrire, alors je me contentai de garder mes souvenirs bien au chaud dans ma caboche et de faire avec, encore une fois. C’était fou tout ce qu’il était possible de vivre ici depuis la levée du sort noir… y’en avait un qui s’amusait un peu trop à tirer les dés du destin, là-haut. Ces dieux alors.

Je ne travaillais pas ce weekend et, ça, Lounis l’avait bien compris et retenu. Il avait même entouré les dates en rouge sur son calendrier mural à l’effigie d’Harry Stiles pour être sûr de ne surtout pas passer à côté. Les weekends de repos étaient d’autant plus rares qu’ils sautaient souvent, le All New Rabbit Hole ne désemplissant pas et réclamant son lot d’employés au complet. Je râlais un peu, mais ça faisait du bien à la fin du mois lorsque le chèque tombait. Enfin, la dernière fois ça avait fait assez mal puisque j’avais fini à l’hôpital. Espérons que cette fois-ci, les bandits évitent de vouloir me piquer mon 4x4 noir à la sortie d’un casse. Une fois, ça va, à partir de deux je me mettais à soupçonner le feu rouge et les caméras de complicité. Ils avaient été épargnés lors de la première enquête, mais si récidive il y avait, je savais déjà qui accuser et pourquoi. On ne se moque pas de moi impunément ! En plus, je n’étais même pas sur le passage piéton cette fois-là. Enfin bon, passons ce souvenir. C’était suffisamment cuisant sur mes flancs comme ça.

Lounis et moi n’étions pas très exactement… « en couple ». Enfin, ça y ressemblait mais on n’avait pas vraiment mit les mots dessus ni quoi que ce soit. Ca s’était fait, c’était tout. Des baisers qui en entraînent d’autres et des corps qui se glissent l’un contre l’autre sous la couette. La première fois, on avait même été interrompus par sa voisine de palier et il avait fallu la faire dégager rapidement si on ne voulait pas perdre toute la libido rien qu’en la voyant. Heureusement, on s’était rattrapé pour le dérangement, jusqu’à s’endormir dans le grand lit plein de bazar et de bordel de Lounis. Oui, j’étais bien ici. Installé d’une manière ou d’une autre, toutes plus confortables que la précédente, je fini par m’assoupir en écoutant les bruits de son torse sous mon oreille. C’était d’ailleurs un moyen tout aussi agréable qui venait m’extraire des bras de Morphée à coup de bonne odeur de pain grillé et chocolat chaud. De bisous aussi, j’aimais bien les bisous, ça me mettait de bonne humeur dès le réveil. Enfin j’en savais rien, je découvrais ça en même temps que vous mais… Mais oui, c’était agréable. Je voulais bien recommencer sans problème moi. Les petit-déjeuners au lit, il n’y avait que ça de vrai.
.
« Let’s go swimmiiiiiiing ! »

M’exclamai-je d’un ton enjoué lorsque nous arrivâmes à la plage, chaussés de nos tongues et de nos lunettes de soleil grandeur nature ! Tenant mon parasol contre moi, je le tendis rapidement à Lounis quand il me le réclama, le laissant installer le camp de base sans oser le défier ou chambouler son organisation. Je me faisais gronder quand je tentais alors, je préférais le laisser faire pour cette fois. Mais juste cette fois !

« Allez Loulou, on enlève tout et on se jette à l’eau ! Non tu peux garder ton caleçon de bain, mais oust je veux plus voir tout ça ! Lâche le parasol, il tient tout seul, et noon pas la crèèèème ! Alllezzzzz !!! Laisse les serviettes, on s’en fout ! Le sable ça rentre partout de toute manière… Loulouuuuu je veux me baigneeeeeer ! »

Je le tirai de toutes mes forces vers la plage et l’eau, habillé d’un tee-shirt blanc et d’un bermuda militaire. J’avais horreur des maillots de bain ou de me déshabiller devant les gens donc, on avait opté pour ça. Mais ce n’était pas une raison pour ne pas aller se mouiller le derrière dans l’eau de la mer. On était au mois de mai tout de même ! Fallait en profiter avant qu’il n’y ai trop de touristes installés là. Déjà qu’on n’était pas tout seuls…

Je frétillai sur place lorsque je mis enfin les pieds dans l’eau, guilleret et amusé comme un gamin par ce que j’étais en train de vivre. Je ne savais pas vraiment nager – enfin, tous les tigres savent nager d’instinct mais je n’étais plus un tigre, alors… - mais j’adorais barboter à la plage. Encore plus quand mon compagnon de sortie s’était amusé à amener une énorme frite violette qui me donnait bien envie de l’embêter avec. Je lui tenais les mains pour l’attirer à ma suite, ne lui laissant d’autres choix que d’en faire autant. Très vite, il se retrouva avec de l’eau jusqu’aux genoux… Soit les cuisses pour moi. On n’a pas idée d’être aussi grand. Je le lâchai alors pour avancer d’avantage, sautant sur les vagues pour passer au dessus en lui jetant des regards moqueur. On avait peur de l’eau, mon grand ? Je m’apprêtai à lancer une taquinerie lorsque je sentis une chose très étrange sous la plante de mes pieds. Une sorte de truc gluant.

« YARRRRK ! Quelque chose m’a touché, LOULOU, quelque chose m’a TOUCHEEEEE !!!! »

M’exclamai-je d’un ton paniqué en revenant en courant vers lui – enfin, en courant. A la plage. Tout est relatif. Si bien que je me cassai la figure plus qu’autre chose en essayant de le rejoindre, me retrouvant trempé de la tête aux pieds et recevant une magnifique vague sur la nuque. Océan 1, Opy 0. Prochain round ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


'CAUSE I DON'T CARE WHEN I'M WITH YOU
You know I love you, did I ever tell you? ☽ I'm at a party I don't wanna be at and I don't ever wear a suit and tie. Wonderin' if I could sneak out the back. Nobody's even lookin' me in my eyes. Then you take my hand. Finish my drink, say, "Shall we dance?" Hell, yeah. You know I love you, did I ever tell you? You make it better like that...

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t22925-fini-i-see-fire-antro

Lounis Masnaa


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Lounis Masnaa


╰☆╮ Avatar : Mika

Ѽ Conte(s) : Bambi (de Bambi)
☞ Surnom : Mika
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1095

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 19 Mai 2015 - 23:26


Y a du Soleil et des Rouquins ♫
Lounis Masnaa ft. Antropy T. Lover
Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 836637tumblrljxknbx8hH1qhiundY a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] Tumblr_myejjtNjQZ1qax2v3o2_500
____________________________________________



Des manies, ah, ça il en avait. Il en avait toujours eu. Avec le temps elles variaient, mais il ne s'en débarrassait jamais vraiment. Si l'une d'elle s'atténuait, ou disparaissait, une autre prenait sa place. C'était ainsi que fonctionnait la petite bulle dans laquelle il vivait. Une façon comme une autre de trouver sa stabilité. Se focaliser sur des choses qui auraient paru anodines à n'importe qui était presque une nécessité pour le jeune homme qui vivait avec depuis qu'il était tout petit. Quand on essayait de l'empêcher de mener ses petites habitudes à bien, c'était juste une façon de le perdre un peu, le temps qu'il reprenne pied. Les évènements qui s'étaient passé deux semaines plus tôt étaient le pire exemple d'explosion de sa petite bulle qu'il puisse trouver jusqu'à présent. Alors Antropy avait tout intérêt à le laisser planter son parasol, et installer les serviettes. Cela ne prenait pas très longtemps, et c'était la meilleure façon de s'assurer que notre grand dadet resterait bien dans ses baskets pour le reste de la journée.

Antropy ressemblait à un enfant qui se serait trompé d'âge. Et à voir l'heure à laquelle Lounis l'avait réveillé, il ne pouvait que déborder encore plus d'énergie que d'habitude. Cela faisait généralement toujours sourire le brun, c'était rafraîchissant, mais aussi terriblement épuisant! Parfois, il ne lui répondait pas, prenant le temps de terminer ce qu'il avait commencer -comme enfoncer le parasol dans le sable par exemple- avant de relever ses grands yeux bruns vers la pile électrique qui lui servait maintenant de petit ami. D'aucun se serait demandé comment il faisait pour le suivre, lui qui était habituellement tellement dans la Lune, dans son petit monde.

" Se baigner oui, mais tu n'échapperas pas à la crème." Et c'est que si Antropy était têtu, Lounis avait la tête encore plus dure. Il ne céda pas pour la crème qu'il s'affaira à lui étaler, et contre son gré s'il le fallait, au moins sur les bras, et le bout du nez aussi. Non mais.

"Tu seras bien content d'avoir une serviette toute prête quand tu voudras te sécher!" insista le jeune homme qui finit quand même par abandonner l'idée de poser lesdites serviettes trop proprement sur le sable. il avait raison le rouquin, ça n'empêcherait pas qu'elles soient recouvertes de sable d'ici quelques dizaines de minutes. Il s'assura juste que le petit courant d'air ne les fasse pas s'envoler avant d'accepter enfin de bouger vers l'eau.

Pas de tee-shirt pour lui. Il avait la peau plus sombre qu'Opy' naturellement, et puis, il avait eu droit à sa couche de crème aussi. Mais s'il n'aimait pas trop se promener en sous-vêtements qu'il soit seul ou accompagné quand il était chez lui -ou où que ce soit d'autre-, il n'avait aucun soucis à se baigner armé uniquement de son short de bain bleu foncé et de sa fidèle frite de bain qu'il attrapa au passage, la calant sous un bras pour laisser ses mains libres à Opy'. S'il allait à l'eau, hors de question qu'il y aille sans sa "bouée" de sauvetage. Même s'il s'arrêta là où le lâcha le rouquin, soit, avec de l'eau guère plus haut que les genoux... C'était déjà pas mal. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas mis les pieds dans l'eau, ailleurs que dans sa douche, et il n'était pas très détendu. Oui, il était un peu intimidé. Il ne nageait pas, et avait plutôt tendance à couler à pic, et il connaissait sa maladresse. Alors imaginez, s'il n'était pas capable de tenir debout sur la terre ferme ce qui pouvait lui arriver s'il se retrouvait dans l'eau?! D'accord, aux genoux, il ne lui arriverait rien, mais à juste voir Antropy s'éloigner comme il le faisait le mettait mal à l'aise. S'il arrivait quoi que ce soit, il ne pourrait pas aller le chercher!

Et son sang se glaça quand il se passa visiblement quelque chose? Heureusement, le jeune brun se calma vite, bien plus vite que le Opy' qui se mit à courir partout... Enfin, à trotter laborieusement pour revenir vers Lounis. Un sourire amusé s'étala sur le visage du jeune homme, remplaçant de fait la teinte inquiète qui s'y était fait une place l'espace d'un instant. Alors? Où étaient-ils, les regards moqueurs maintenant? Le voyant se caser la figure le jeune faon attrapa sa frite pour combler la distance qui les séparait encore... Bon, il n'y avait pas tant d'eau que ça, il survivrait. Il se baissa, pour se mettre à genoux dans l'eau, appuyé sur la mousse indigo sans cesser de sourire. " Et bien? Un poulpe de l'espace est venu te dire bonjour? Je t'avais dit, que l'eau, c'était dangereux. " Il se moquait mais il préférerait éviter de recroiser les fameux poulpes de l'espace. C'est qu'il était encore choqué d'en avoir mis deux à terre. Ce n'était pas son genre, d'être violent, sauf quand il perdait le contrôle... D'accord, c'était ce qui lui était arrivé pour celui qui s'était pris un coup de sac à dos, mais il s'en voulait quand même -et au fond, il avait un peu peur qu'on vienne lui demander des comptes.

Et hors de question de perdre son sourire amusé, et son petit regard amoureux... Quoi, il n'avait pas le droit? "Il n'y a que des petits poissons ici, il a certainement eu plus peur que toi." Mais c'était à cause de ce genre de réactions excessives que le rouquin était si adorable, alors on ne lui en voudrait pas, même si cela n'empêcherait pas Lounis de se moquer, gentiment, bien sûr. S'il n'avait pas couru aussi vite à l'eau, il aurait évité de se faire une frayeur, pour sûr! "Et ne crie pas trop fort, sinon, on va penser que j'essaie de te noyer. Ce serait embêtant..." quoiqu'à cette période de l'année la plage n'était pas encore surveillée, mais Lounis pouvait déjà sentir les regards curieux des gens sur le bord qui avaient pu entendre crier Opy'. Eyh vous, virer vos yeux de là, y a rien à voir! Juste un rouquin en tee-shirt mouillé qui venait de se faire recoiffer par une vague. Et une autre vague qui ne laissa pas le temps à Lounis de se relever... Bien, bravo, les voilà tout les deux recoiffés, et un Lounis cramponné à sa frite après avoir manqué de boire la tasse, les yeux ronds de surprise. Est-ce que c'était bien lui, qui avait émis l'idée qu'un après-midi à la plage serait une bonne idée pour décompresser et passer du bon temps mh?



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I CAN LIVE UNDERWATER

It’s enough to lose your head, Disappear and not return again. ©️ signature by anaëlle.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27435p10-moineau-lounis-mas http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27566-lounis-le-faon-connait-des-gens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28706-lounis-recapitulatif-de-rps

Antropy Tiger


« Tic tac,
sonne le glas. »


Antropy Tiger


╰☆╮ Avatar : Ed Sheerαn.

Ѽ Conte(s) : Winnie l'ourson.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tigrou.

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 697293clubwab

☞ Surnom : Davy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2920

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Mar 2 Juin 2015 - 21:53



Darladirladada...


Si Lounis n’existait pas… il ne faudrait surtout pas oublier de l’inventer. Je crois que le monde ne parviendrait même pas à tourner complètement rond s’il n’était pas là pour réajuster le moindre petit détail – même si celui-ci nous paraissait futile. Que cela aille du paillasson parfaitement aligné à la porte au parasol planté correctement dans le sable, en passant par la poignée baissée correctement dans l’entrée ou encore les interrupteurs positionnés tous dans le même sens. Mais sur ce détail je le rejoignais, j’avais en horreur les boutons lumineux inversés ou différents les uns des autres. C’était un petit excès de maniaquerie que je lui accordais bien pour le coup puisque je faisais pareil, pouvant passer des heures à allumer et éteindre les lampes pour parvenir à les accorder correctement. J’étais devenu un expert en la matière ! Un problème de raccord ? Pas besoin d’électricien, appelez-moi la prochaine fois. La dernière, je parvenais même à faire s’ouvrir le garage en allumant la lumière de la cuisine. Si ce n’est pas trop fort, ça, je ne sais pas ce que c’est ! Hm ? De l’incompétence électrique ? Oui, aussi. Ça peut aussi s’appeler comme ça.

« Se baigner oui, mais tu n'échapperas pas à la crème. » Menaça-t-il en tenant le tube dans l’une de ses mains. Je le défiais du regard d’un air courroucé et provocateur, faisant mon air le plus sérieux. « Tu sais qu’on ne demande pas à un animal sauvage de prendre un bain ? Alors n’approche pas ce truc de moi ! Je ne bronzerais pas de toute manière, et puis ressembler à une écrevisse qui sort de la casserole, c’est sexy, non ? » Non, pas du tout. Mais j’essayais juste de gagner un peu de temps pour préparer ma fuite. Les possibilités n’étaient malheureusement pas très grandes ni enthousiasmantes. Peut-être vers les rochers ? Ouais mais il fallait les escalader, et les cailloux ça faisait mal aux pieds. L’eau ? On devinait déjà ce qui allait en résulter.

Aussi, Lounis profita-t-il fourbement de ma réflexion pour m’en étaler sur le nez et les joues ! Je poussais un grognement de surprise, puis de désapprobation, en lui tirant la langue et faisant mine de vouloir mordre ses doigts. Il en avait d’autres des idées pareilles ? « Bon aller, ça suffit ! C’est pas moi le plus blanc des deux ! » En soit, si. Et j’avais une peau de rouquin tout ce qu’il y a de plus horrible à porter. Un peu comme les combinaisons de plongée, c’est d’un désagréable ces trucs ! Ça vous colle de partout, ça moule vos bourrelets et ça serre pour vous faire perdre un ou deux tour de hanches. Et en plus, ça ne tient pas bien chaud et ça ne protège pas des morsures de poissons. Alors tant qu’à faire, autant éviter le truc qui vous rend anorexique rien qu’en l’enfilant et vous empêche de respirer une fois mise. La mer se chargera suffisamment tôt de vous empêcher de respirer, vous savez. Si seulement on avait des branchies… Non mais non. Un tigre n’a pas de branchies et n’a pas peur de l’eau ! Alors oust, allons affronter les vagues !

J’adorais l’eau ! Mais elle m’appréciait beaucoup moins. Une vieille rivalité, des affaires mal négociées, toussa toussa… La preuve avec l’énorme vague qui me renversa après qu’un truc dégoutant n’ait glissé sous mon pied ! J’étais sûr que c’était la mer qui l’avait mis exprès. Non, pas la mère de Lounis, elle était morte bande de patates – et je ne me permettrais jamais de parler de ma future belle-mère de cette manière – mais l’autre là. La grande bleue. La grosse transparente et tout son attirail aquatique ; une vraie réserve à elle toute seule. Avec toutes ces bactéries, c’était encore étonnant qu’elle soit encore si claire et limpide. Elle devait payer cher les nettoyages au karcher…

Je me relevais sur les coudes en secouant la tête de droite à gauche, chassant l’eau qui avait envahie mes oreilles. « J’ai l’impression d’être dans un gros coquillage… J’entends la mer.» Couinai-je en enfonçant mon index dans l’une de mes oreilles pour chasser un peu plus toute l’eau salée qui s’y était engouffrée. Ecartant les cheveux roux de mes yeux, je découvris Lounis à genou près de moi. Avec sa frite violette. Oui, on parle bien du grand tuyau de mousse là. Ce truc était ridicule, mais si ça permettait à Bambi de venir se baigner sans rechigner, alors je voulais bien faire un effort de tolérance. Après tout, je m’attirai suffisamment la honte tout seul pour avoir quoi que ce soit à lui reprocher.

« Et bien? Un poulpe de l'espace est venu te dire bonjour? Je t'avais dit, que l'eau, c'était dangereux. » Je lui fis de grands yeux surpris avant de regarder derrière moi par sécurité. Puis sous mes pieds, que je ramenai soigneusement en-dessous de moi pour prendre un peu plus de hauteur. « Chut, ne dit pas leur nom ou ça va les attire…» Chuchotai-je à son attention, déposant une main mouillée sur sa bouche pour le faire taire et un index devant mes propres lèvres.

C’est fou comme ce geste, qui pourtant pouvait paraître anodin, prenait un sens tout nouveau depuis… Bah depuis tout ça quoi. Oh ne faites pas les innocents, vous savez parfaitement de quoi je parle ! Depuis notre aventure, Lounis et moi étions… Enfin, vous voyez ? Non ? Vous n’allez pas m’obliger à le dire ? Si ? … Nous étions en couple, voilà ! Bon ça allait, pas trop d’effets secondaires indésirables à la situation mais, c’était quand même très particulier. Je n’avais eu qu’un seul petit ami avant lui – et encore, il s’agissait de faux souvenirs causés par le sort noir, donc pas de quoi en tailler un flan – et n’en avait jamais parlé à personne alors… Si je m’attendais à ce que Lounis soit de ce bord-là, j’aurais pris la tangente un peu plus tôt. Non mais, s’il y en avait bien un qui donnait envie de filer droit sur la pente, c’était bien lui. Avouez. Un mètre quatre-vingt-dix de muscles et un accent à couper adorablement au couteau. Ouais, à la réflexion, j’avais quand même quelques effets secondaires.

« Et ne crie pas trop fort, sinon, on va penser que j'essaie de te noyer. Ce serait embêtant... » - « Embêtant pour toi ou pour moi ? » Rétorquai-je d’un air entendu, avant de sentir une grande vague percuter mon dos et littéralement arroser ce qui restait de sec chez Lounis ! A le voir ainsi agrippé à sa frite, l’air surpris et désemparé, je ne pus m’empêcher de me mettre à rire de toutes mes forces. Devant même me retenir sur mes genoux pour ne pas m’effondrer dans l’eau tellement je n’arrivais pas à m’arrêter. Il allait se vexer si je ne reprenais pas contenance mais… c’était tellement drôle ! « Dommage que tu n’aies plus ton téléphone, tu aurais mérité que j’immortalise ce moment !» Lançai-je, oubliant l’espace d’un instant les raisons de la mort prématurée de ce téléphone portable – à défaut de la mienne. Quitte à choisir, je préférais tout de même que ce soit lui qui ai trépassé plutôt que moi. Question de principes.

« Fais pas cette tête, on est à la mer !» Dis-je en lui saisissant les épaules pour le secouer un peu et le faire réagir. Au moins, il était suffisamment mouillé pour aller se baigner un peu plus loin, non ? « Et on n’oublie surtout pas ses leçons de natation, monsieur le faon ! Aller hop, on va nager !» J’étais même prêt à faire les jeux olympiques là ! Alors que je me redressai pour me mettre maladroitement debout, faisant quelques pas laborieux avant de me jeter en avant pour barboter. C’était plus facile que debout, indéniablement. Les tigres avaient l’intelligence de nager à quatre pattes, eux. Alors je m’avançais un peu plus dans l’eau, lançant des encouragements et des signes à mon cerf préféré. « Ca va ? Pas trop fatigué ? L’eau ça mouille beaucoup, fais gaffe ! » J’étais un gamin. Comme ceux qui venaient de sauter dans la piscine à balles du supermarché.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


'CAUSE I DON'T CARE WHEN I'M WITH YOU
You know I love you, did I ever tell you? ☽ I'm at a party I don't wanna be at and I don't ever wear a suit and tie. Wonderin' if I could sneak out the back. Nobody's even lookin' me in my eyes. Then you take my hand. Finish my drink, say, "Shall we dance?" Hell, yeah. You know I love you, did I ever tell you? You make it better like that...

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t22925-fini-i-see-fire-antro

Lounis Masnaa


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Lounis Masnaa


╰☆╮ Avatar : Mika

Ѽ Conte(s) : Bambi (de Bambi)
☞ Surnom : Mika
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1095

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 9 Juin 2015 - 17:52


Y a du Soleil et des Rouquins ♫
Lounis Masnaa ft. Antropy T. Lover
Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 836637tumblrljxknbx8hH1qhiundY a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] Tumblr_myejjtNjQZ1qax2v3o2_500
____________________________________________



" Non, c'est pas sexy une écrevisse qui sort de la casserole. Et tu n'es pas une écrevisse. Et j'ai pas envie que tu brûles au Soleil, sinon tu vas hurler dès que je vais te toucher. " avait-il plaidé, ignorant ensuite royalement le fait que ses joues avaient indéniablement pris des couleurs... Une chance que sa peau très légèrement halée cache généralement les couleurs que pouvaient prendre ses joues quand il disait quelque que chose qui le mettait dans l'embarras. Mai revenons en à notre Antropy qui faisait face à ce vicieux tube de crème solaire. Lounis avait eu l'air particulièrement fier d'avoir réussi à l'avoir par surprise, à en juger par le grand sourire qui inondait son visage alors qu'il étalait la crème. Eyh, on ne se battait pas contre l'entêtement du faon. Maladroit peut-être, mais sacrément têtu. "Dit pas n'importe quoi, j'ai une peau de libanais, toi tu as une peau de roux." Non mais, il ne l'aurait pas comme ça. Alors qu'il semblait tout autant s'amuser à éviter de se faire croquer les dents avec un petit sourire mutin et pourtant concentré. Il aimait faire les choses bien, mais Antropy ne lui facilitait pas la tâche!

Un coquillage... " Non, si tu avais été un coquillage, tu ne pourrais pas me parler, là." Un jour, peut-être que Lounis saurait arrêter de tout prendre au pied de la lettre, mais pour le moment, c'était au dessus de ses capacités. Personne ne lui reprocherait ce petit air pensif et ses grands yeux quand il ne comprenait pas les images utilisées par les gens, si? "Puis, la mer est tout autour de nous, c'est normal." cette partie là, il était presque certain de la comprendre! Il était mignon, le rouquin avec ses cheveux dans les yeux, vous n'êtes pas d'accord? Si ce n'est pas le cas, tant pis, ça en fera plus pour Lounis. Alors qu'il s'était agenouillé à côté en tenant sa grande frite d'eau à deux mains pour être sûr de ne pas l'oublier et la lâcher sans le vouloir -une histoire de concentration similaire à celle d'un enfant de 6 ans, le genre qui perd ses affaires parce qu'il a juste oublié de les tenir... "Les attirer? Mais non voyons..." s'amusa t-il, retenant un petit rire contenu, mais il n'eut pas le temps de continuer son argumentation qu'Opy' l'empêcha d'en dire plus... D'accord, d'accord! Il leva les mains en signe de reddition, se penchant légèrement en arrière comme pour essayer d'échapper à cette main -sans grand effet de plus que de manquer de tomber sur les fesses. Eeee, elle avait le goût d'eau de mer cette main qui lui trempait le visage!

"Ben.... Pour toi et pour moi parce que j..." il eut juste le temps de la voir, la vague qui arriva dans le dos du tigre bondissant, il eut tout juste le temps d'ouvrir de grands yeux effarouchés, et d'oublier de fermer la bouche, qu'il se prit la flotte en pleine figure avant même de pouvoir retenir son souffle. Pour cette fois, il termina vraiment sur les fesses, cramponna sa frite à bras le corps, la vague n'eut besoin que d'une grosses seconde pour passer, mais cela avait suffit pour lui faire boire la tasse et s'étouffer un coup, résultant en un faon en train de toussoter, tenant fermement sa frite violette contre lui, avec ses grands yeux de bête perdue qui semblaient ne pas tout comprendre de ce qu'il leur était arrivé. Sa tignasse bouclée lui retombait sur le visage, et pour le coup, il ne pouvait que se féliciter d'avoir coupé -un peu dans l'obligation à cause de tir lasers mal placés- ses longues boucles. Ça limitait un peu les dégâts... Juste un peu, parce qu'il en avait encore un paquet, de cheveux. Et c'était que ces derniers étaient de véritables rebelles! Regardé les qui continuaient à essayer de aire des boucles même une fois gorgés d'eau!

Le jeune homme fit a moue en entendant son ami rire aux éclats, lui jetant un regard désabusé qui devait être plus drôle qu'autre chose alors qu'il avait le menton appuyé sur sa frite en mousse... "Tu verras quand je déciderai d'immortaliser ton moment tient." grogna t-il d'une vois bougonne, alors qu'il se redressait un peu pour reprendre contenance, poussant ses mèches brunes au passage... "Et te moque pas, tu l'as prise aussi, la vague!" se défendit le jeune faon dans un petit couinement aigu, il ne payait rien pour attendre! Évidemment cela n'était que des menaces en l'air, l'idée de vengeance, chez Lounis était un principe complètement inconnu. Sauf lorsqu'il paniquait ou perdait le contrôle mais dans ce cas ce n'était pas de la vengeance, ce n'était que des actes spontanés.

La preuve, quand Antropy le secoua, le jeune homme reprit bien vite son sourire. Il avait la journée en sa compagnie, ce n'était pas le moment de se formaliser d'un petit rire, n'est-ce pas? Ne pas oublier ses leçons de natation? Celles de Jamie? Est-ce qu'Opy était au courant que la dernière fois, Lounis arrivait encore à peine à nadouiller, et n'avait même jamais accepté de lâcher sa frite. Il n'était pas trop sûr d'avoir très envie de s'éloigner du bord... D'accord avec sa grande taille, il avait tout de même à loisir d'aller relativement loin des côtes, par rapport à Opy par exemple, ce petit bout de bonhomme qui faisait adorablement deux tête -au moins- de moins que lui.... "Pas trop loin quand même okay?" Il n'était pas très rassuré lui, dès que le niveau d'eau passait autour de ses côtes il avait l'impression que ça l'empêchait de respirer , l'anticipation, tout ça... Il roula des yeux quand Opy crut bon de le mettre en garde sur le fait que l'eau mouillait...

" Je sais ça! Je suis pas fatigué, j'ai juste peur." Il faisait de son mieux, promis, mais il s'était vite arrêté d'avancer, cramponnant sa frite comme une moule cramponnerait son rocher, il avait préféré s'arrêter quand l'eau était arrivé quelque part vers le haut de son torse. Antropy pouvait barboter tout son comptant là non? Pas besoin d'aller plus loin si? Puis avec les vagues, Lounis se retrouvait par instant à devoir se tenir au sable par la pointe des pieds et ça le mettait mal à l'aise. Vous ne le voyez pas,s on regard de petit faon battu et perdu là? "Va pas trop loin, c'est dangereux quand même." S'il arrêtait de s'inquiéter aussi. Mais il avait dans l'idée qu'il ne pourrait rien faire s'il y avait un problème, et qu'au mieux, il arriverait plutôt à se noyer tout seul sans avoir besoin d'aller là où il n'aurait plus pied. Il préférait faire des châteaux de sable lui!

" Si tu cherches à avoir besoin de réanimation, y a d'autre manière de demander tu sais! " il continuait de couiner même s'il avait sécurisé son appui en calant sa frite en mousse sous ses bras, ça l'empêcherait au moins de couler comme une pierre! Une minute... C'était quoi l'insinuation qu'il venait de faire là? Non, pas le coup de la réanimation, enfin, si. Est-ce qu'il venait d'utiliser une image?! Mh, ce genre de chose le dépassait même quand c'était lui qui les utilisait, mais son psychiatre serait content de voir des progrès non? S'il ne se noyait pas avant de le revoir... "Et si on revient intactes, je te paie une glace." Alors celle là, elle était à prendre au sens propre, ok? Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour négocier avec le tigre.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I CAN LIVE UNDERWATER

It’s enough to lose your head, Disappear and not return again. ©️ signature by anaëlle.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27435p10-moineau-lounis-mas http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27566-lounis-le-faon-connait-des-gens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28706-lounis-recapitulatif-de-rps

Antropy Tiger


« Tic tac,
sonne le glas. »


Antropy Tiger


╰☆╮ Avatar : Ed Sheerαn.

Ѽ Conte(s) : Winnie l'ourson.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tigrou.

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 697293clubwab

☞ Surnom : Davy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2920

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Dim 21 Juin 2015 - 17:16



Darladirladada...


« Non, c'est pas sexy une écrevisse qui sort de la casserole. Et tu n'es pas une écrevisse. Et j'ai pas envie que tu brûles au Soleil, sinon tu vas hurler dès que je vais te toucher. » Me lâcha Lounis d’un air agacé. « Ca dépend de quelle manière tu me touches. » Rétorquai-je presque par automatisme, un adorable air mesquin apparaissant sur mon visage et l’empêchant de correctement aligner ses pensées. Oui, il y avait un sous-entendu. Oui, il fallait faire le double sens. Oui, j’avais décidé d’embêter mon ami pour qu’il ne rajoute rien et que j’ai l’honneur du dernier mot. Il le fallait ! Question de vie ou de mort. Un pari constant, car c’était fou à quel point les gens veulent à tout prix l’avoir, ce dernier mot. Parfois on tombe sur des coriaces, mais je suis encore plus bornés qu’eux ! La preuve, appuyer là où ça fait mal, c’est mon domaine ! Genre Lounis, chatouillez-le juste à côté du nombril et vous perdez votre homme ! Enfin, lui c’est le mien. Regardez ailleurs ou je me fâche.

L’eau, ça mouille. Mais les paroles ça ramène les esprits à la raison. « Non, si tu avais été un coquillage, tu ne pourrais pas me parler, là. » - « … Ah oui. Pas bête. Tu mets le doigt sur quelque chose d’intéressant, là, Loulou… » Il avait parfaitement raison. Un coquillage ne pouvait pas communiquer avec un humain. Où avais-je la tête ?! Ah oui, dans l’eau. Mais cela n’excusait pas, après tout mes neurones n’avaient pas fondus à cause de la vague tout de même. Je vérifiais en me tapotant le crâne tout de même, mais ils semblaient parfaitement en place. J’entendais la petite voix dans ma tête s’adresser à moi – très perturbante mais soit – et elle ne pouvait qu’être le résultat des connexions entre axones. Une fois cette hypothèse scientifique vérifiée, je pus pleinement me reconcentrer sur celui qui se trouvait désormais tout aussi trempé que moi. On en partage des choses, hein Lounis ?

« Je sais ça! Je suis pas fatigué, j'ai juste peur. » Comment ça, il savait que l’eau ça mouillait ? Oh le coquinou, il avait sans doute dû ouvrir des livres pour chercher la réponse… En même temps, ça n’allait pas être sa voisine qui aurait pu lui donner ce genre d’informations. Ah moins qu’elle ne lui ai déjà lancé un seau d’eau dessus ? Oh la vilaine ! Si je l’attrapais, j’allais me venger ! Encore plus détestable que la fois où je l’avais envoyée paître en apparaissant complètement nu à la porte d’entrée. Je suis sûr qu’elle s’était rincée l’œil – au moins, on étaient au même niveau de regard, elle et moi – mais on avait bien vite repris d’autres activités bien plus agréables. Le bureau devait encore suffisamment s’en souvenir… Paix à son innocence et à sa chasteté.

« Fais comme face à ta voisine : sans peur et sans reproche ! » Lançai-je à son attention en continuant de barboter, me retrouvant bien rapidement dans un endroit où je n’avais absolument plus pied. Lounis, un peu plus loin, commençait à lever les bras au-dessus de la surface et je devinais sans mal qu’il marchait sur la pointe des pieds. Un vrai petit danseur soumis à la volonté de l’océan… Si j’avais été un peu romantique, j’aurais sans doute fait un poème. Mais je ne savais pas faire un seul ver pour un sou et, de toute manière, je n’étais pas payé pour ça. « Va pas trop loin, c'est dangereux quand même. » Dangereux de quoi ? Dangereux de nager ?Ou dangereux parce qu’il y avait des requins ? Ah, des requins… Je me retournai autour de moi sans voir un seul aileron, et plongeai alors la tête dans l’eau pour observer au-dessous. Je ressortis bien vite en me rendant compte que le sel piquait mes yeux et qu’il était particulièrement impossible de respirer sous l’eau. Ça avait l’air bête comme ça, mais…

« Loulouuuuu, je vois pas si y’a des requins, ça pique ! » Criai-je à son attention, d’un air à peu près désespéré. J’hésitais entre l’attitude couinante et le désespoir, du coup j’avais coupé la poire en deux. Mais la sortie de Lounis eut le don de me faire perdre cette expression quelques instants pour… autre chose. « Si tu cherches à avoir besoin de réanimation, y a d'autre manière de demander tu sais! » Est-ce que… Mais je ne voulais pas être réanimé, moi ! Je savais très bien m’animer tout seul, d’abord. Regardez, je peux bouger mes bras, puis mes jambes, et même les deux en même temps ! C’est ce qui m’empêchait d’ailleurs de couler, dans l’idéal j’allais continuer de le faire. Pourquoi il me parlait de ça ? Il voulait se lancer dans la médecine ? Lounis, médecin… Ah bah, peut-être que ça l’empêcherait de s’évanouir à la vue du sang ! Bonne idée ! Mais ce n’était pas un peu trop long (et cher) pour le devenir ? Il ne faut pas contrarier les fous, dit-on. Je ne manquerais pas de l’encourager s’il se lançait là-dedans. Loulou en blouse, ça devait être sexy en fait.

Et puis, il y eut une déclaration. Encore mieux que les sermons d’amour, ou ce genre de trucs à l’eau de rose qui puent le gnangnan. Il y eut : « Et si on revient intacts, je te paie une glace. » Une, glace. Une glace. UNE GLACE. Non mais, si ça, ce n’était pas me prendre par les sentiments ! Lounis, tu es un dieu. Un diable. Prend moi à bras le corps et dépêches-toi de me filer cette glace, je suis ton tigre ! Pour le coup, je me précipitai en avant pour le rejoindre à grandes brassées. A un moment, je crois que j’ai même coulé sous l’excitation, mais ça me permit de remonter après un appui sur le fond sablé pour me jeter à son cou. Si, littéralement. « Une glaaaaace ! Une glace ! Je veux, une glace. Où est-ce que tu as vu des glaces ? Tu les as planquées ? Tu bosses même le week-end maintenant ? Mais je veux une glace, très, TRES, bonne idée mon Loulou ! » Je lui appuyai mon index sur le nez pour lui signifier mon contentement, m’agrippant à son grand dos et enroulant mes jambes autour de lui pour rester à sa hauteur. C’est qu’il était un peu trop grand pour moi des fois… « Pistache-fraise, ça sera parfait. Mais du coup, en avant toute ! Si je veux te ramener intact, autant ne pas traîner ou on va finir rabougris comme ta frite ! » je lui souris de toutes mes dents en venant déposer un baiser sur ses lèvres trempées, avant de m’élancer en avant et d’éclabousser tout autour de moi pour retourner vers la plage !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


'CAUSE I DON'T CARE WHEN I'M WITH YOU
You know I love you, did I ever tell you? ☽ I'm at a party I don't wanna be at and I don't ever wear a suit and tie. Wonderin' if I could sneak out the back. Nobody's even lookin' me in my eyes. Then you take my hand. Finish my drink, say, "Shall we dance?" Hell, yeah. You know I love you, did I ever tell you? You make it better like that...

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t22925-fini-i-see-fire-antro

Lounis Masnaa


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Lounis Masnaa


╰☆╮ Avatar : Mika

Ѽ Conte(s) : Bambi (de Bambi)
☞ Surnom : Mika
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1095

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Lun 22 Juin 2015 - 14:29


Y a du Soleil et des Rouquins ♫
Lounis Masnaa ft. Antropy T. Lover
Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 836637tumblrljxknbx8hH1qhiundY a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] Tumblr_myejjtNjQZ1qax2v3o2_500
____________________________________________



Oh, avoir le dernier mot avec Lounis n'était pas un exploit bien difficile à réaliser en soi. Lounis n'était pas très combattif verbalement. De toute façon, s'il insistait trop il finissait par se mélanger tout seul dans ce qu'il disait ou essayait de dire, et cela le rendait plus ridicule qu'autre chose, d'ailleurs, pas mal de monde s'était moqué de lui au fil des années à cause de ça. Et puis, même quand il jouait les téméraires, Opy' savait bien comment l'empêcher de continuer. Et il n'y avait pas que le coup du nombril, d'accord? Là par exemple, il avait juste eu droit à un regard en coin, et il avait eu vite fait de clouer le clapet du grand bonhomme qui s'était contenter de jeter un œil ça et là comme pour vérifier si une oreille ne traînait pas dans le coin, et avait préféré ne rien ajouter: sinon il était sûr que ça allait déraper. Il ne savait pas comment, mais il savait que ça allait déraper.

Comment ça, sans peur et sans reproche? Antropy l'avait déjà vu non? Quand il faisait face à sa voisine, Lounis était incapable d'aligner trois mots, passait son temps à s'excuser, à essayer de se faire petit, à s'inquiéter. Il était tout sauf sans peur et sans reproche! De toute façon, il n'était pas bien courageux à la base, alors quand quelque chose voulait entrer en conflit, lui, il essayait juste de l'éviter... Oh, mais cette voisine était une vraie catastrophe. Acariâtre, agressive, invasive... Avait-il dit à Opy' qu'un jour elle avait fait irruption chez lui alors qu'il prenait son petit déjeuner dans son lit sous prétexte qu'il faisait trop de bruit alors qu'il n'avait rien fait? Et qu'elle avait fini dans le couloir à ruminer face à son erreur, que de toute façon, il avait tellement l'habitude d'être bruyant qu'elle avait bien le droit de se tromper une fois de temps en temps? Il était rester assis sur son lit avec son bol de céréale et son air surpris pendant deux heures et avait eu besoin de la journée pour se remettre de ses émotions. quelle plaie, cette voisine.

" Des requins? " Il resta interdit un instant... Quoi des requins? Qu'est-ce qui piquait? " Mais il n'y pas de requin ici, pourquoi tu cherches les requins? " si c'était pour lui faire encore un peu plus peur, il avait trouvé la solution. Quoique les requins n'attaquaient pas souvent, pas autant que ce qu'on se plaisait à leur mettre sur le dos, mais Lounis aimait assez peu s'éloigner du bord pour qu'on lui parle en plus du reste, de requins! Quoiqu'il y avait pire. Il y avait la profondeur, le fait de ne plus voir le fond, et surtout, SURTOUT, les herbiers de posidonie. Vous savez, ces grandes herbes qui batifolent joyeusement sur les fonds marins, qui se font arracher par les ancres de bateaux et de touristes peu scrupuleux du respect de la nature... Et bien, ça, c'était la grande peur du jeune faon. Une peu insensée comme il en avait nombre. Enfin, par ici, il n'y en avait pas trop, voire pas du tout à cet endroit, donc c'était très bien comme ça.

L'enthousiasme du rouquin à l'annonce d'une éventuelle glace réconforta Lounis. Parfait! Si ça lui permettait de pouvoir retourner là où il aurait assez pieds pour se permettre de respirer, lui, ça lui allait. Pas que danser maladroitement en s'appuyant du bout des pieds sur le sable au fond de l'eau n'était guère agréable lorsqu'on ne savait pas nager, mais... Non définitivement, ce n'était pas rassurant. Et d'aucun aurait certainement même dit que c'était carrément irresponsable. Enfin, il avait sa frite, qui avait toujours assez flotté pour l'empêcher de couler alors il s'y cramponnait en posant la tête et les bras dessus, et il ne s'en sortait pas si mal. Il crut paniquer l'espace d'un instant lorsqu'il vit Opy' couler mais visiblement ce fut juste pour mieux se faire attaquer. Et ce fut son tour de manquer de couler lorsque le rouquin se jeta à son cou, manquant de lui faire lâcher son précieux flotteur, qu'il récupéra aussi sec d'un main, pour stabiliser leur position presque d'une main de maître. Eyh, il avait l'habitude de se battre avec l'eau à force!

" Non, je ne travaille pas le week-end, mais il y a une cabane qui vend des rafraîchissements sur la plage." assura le jeune homme, amusé. Il en profitait pour reculer, histoire de récupérer un appui un peu plus stable pour supporter la puce qui s'était accrochée à lui. Eyh, vous n'avez pas idées de la capacité de ce petit bonhomme là à gigoter. Véritable puce électrique à ses heures... Ou peut-être même toute la journée d'ailleurs. Parfois c'était vraiment fatiguant, si si, même pour la grande gigue qu'était Lounis, qui avait tout de même de la ressource -et une capacité plutôt insoupçonnée à lui aussi s'exciter pour tout et rien, on n'aurait pas dit avec ses airs de timides superstitieux non?-.

Il sourit, amusé à l'évocation de cette malheureuse frite. Décidément, Opy' lui en voulait à ce pauvre morceau de mousse. Est-ce qu'il était jaloux? Est-ce qu'on pouvait être jaloux d'un morceau de mousse d'ailleurs? Lounis n'en avait pas la moindre idée, et de toute façon, il n'avait jamais trop cerné le concept de jalousie... Cela faisait partie des notions abstraites plutôt compliquées à comprendre. Et de ce qu'il en savait, il se disait que ce n'était peut-être pas si mal? Après tout, apparemment, bien des gens avaient des problèmes avec cette fameuse jalousie. "Te moques pas, elle fait de bons et loyaux services ma frite. Sans elle je serais sur le bord je te signale! " Non mais, un peu de reconnaissance voyons!

Il le laissa filer devant... Enfin, il n'eut pas trop le choix, lui progressait toujours prudemment, et devant, il pouvait voir monsieur Tornade Rousse s'élancer tête baissée jusqu'à la plage. Ah, c'était bien lui tient, plus qu'à espérer qu'un pauvre gamin n'allait pas se retrouver sur sa trajectoire. Et ne pas trop traîner non plus, sinon il sentait venir qu'Opy' allait lui faire remarquer sa lenteur. Eyh, il était un cerf, pas une limace de mer! Et quand il eut le pied plus sûr il ne manqua donc pas de trotter jusqu'au rouquin sans perdre une minute -et en faisant quand même attention à ne pas éclabousser ce pauvre gosse qui se démenait avec un château de sable informe au bord des vagues-. Il rattrapa Opy' en chemin pour le tirer par la main vers leur parasol sans lui demander son avis -oui parfois, ça lui arrivait-, il fallait bien qu'il récupère des ou trois trucs s'ils voulaient espérer les avoir, leurs glaces. Il récupéra donc de quoi payer et sa serviette -pleine de sable mais tant pis-, parce qu'il était frileux, lui.

" Et on est parti. " Là, maman Lounis est prête à exécuter ton caprice petit Opy'. Et par bonheur, il y avait quelqu'un à la dite maisonnette! Parfait. Il n'aurait pas eu l'air bête si elle avait été fermée. alors... Pistache-fraise pour monsieur, et... Et quoi donc pour lui? Aller, Vanille-Caramel ce serait parfait. Le tout avec un joli sourire, ne laissant pas son ami récupérer son du lorsqu'on le lui amena, il se débrouilla pour attraper tout ça, et payer, sans créer d'accident -un exploit quand on le connaissait bien- , s'éloignant avec une glace dans chaque main, qu'il tenait bien en l'air pour être sûr qu'Opy ne la lui pique pas en fourbe, et sa serviette sur les épaules une fois qu'il fut délesté de sa maigre monnaie. "Bon... Le mot magique et je te la donne." Quand nous disions que le faon était de bonne humeur aujourd'hui. Il était même taquin, ce qui n'arrivait pas tous les jours, soyez en sûrs! Évidemment qu'il la lui donnerait sa glace, il avait promis, mais il profiterait bien plus s'il devait patienter un peu, non? Enfin, Lounis était sûr d'avoir lui ça quelque part. Il était aussi sûr que le tigre là, saurait redoubler d'effort pour la récupérer sa pistache-fraise. Il l'avait eu sur le coup du dernier mot, c'était son tour de se venger. Même s'il ne doutait pas qu'en le faisant trop patienter Opy' trouverait bien un moyen de le lui faire regretter à un moment ou un autre... Tant pis, il prenait le risque!




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I CAN LIVE UNDERWATER

It’s enough to lose your head, Disappear and not return again. ©️ signature by anaëlle.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27435p10-moineau-lounis-mas http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27566-lounis-le-faon-connait-des-gens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28706-lounis-recapitulatif-de-rps

Antropy Tiger


« Tic tac,
sonne le glas. »


Antropy Tiger


╰☆╮ Avatar : Ed Sheerαn.

Ѽ Conte(s) : Winnie l'ourson.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tigrou.

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 697293clubwab

☞ Surnom : Davy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2920

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Mar 30 Juin 2015 - 16:53



Darladirladada...


Si je la chopais, cette voisine, elle allait m’entendre sévèrement. Mémé ou pas mémé, je n’aimais pas vraiment qu’elle s’en prenne impunément à mon Loulou. J’avais une certaine notion de justice et de loyauté donc, quand on s’acharnait sans raison, ça me mettait vite en pétard. Mes cheveux pouvaient en témoigner… Et Lounis aussi. Quand je m’énervais, ça rigolait pas. La dernière fois, il avait franchement du m’immobiliser - par la plus agréable des manières, mais chut – pour que je consente à passer à autre chose. Non mais, cette mégère ! Si je la tenais, je l’enfermerais dans une boîte, puis dans une autre boîte, et encore dans une boite, puis je me l’enverrais par la poste et quand elle arrivera, je l’écrabouillerais avec un gros marteau ! Muahaha ! Ah non mince, cette idée était déjà prise… Tant pis. Je l’écrabouillerais quand même avec un gros marteau, c’était classe. Mieux que de finir sous une armoire, comme dans la Belle et la Bête. Ça c’était un peu trop rapide. Je voulais qu’elle souffre. Qu’elle agonise. Qu’elle… Qu’elle se fasse pipi dessus !! Oui, sale mamie dégénérée !

« Non, je ne travaille pas le week-end, mais il y a une cabane qui vend des rafraîchissements sur la plage. » Forcément qu’il ne travaillait pas le weekend, sinon il ne serait pas là à me parler. Un peu de logique, que diable ! Je lui mordillai le nez pour lui faire remarquer sa bêtise, avant de lui ébouriffer – et mouiller – les cheveux pour la peine ! « Te moques pas, elle fait de bons et loyaux services ma frite. Sans elle je serais sur le bord je te signale ! » - « Je refuse d’accorder ma confiance à un bout de caoutchouc qui tient droit tout seul sans qu’on est besoin de le toucher. Tu trouves ça normal toi ? En plus, ça s’appelle une frite alors que c’est même pas comestible… Un vrai danger pour les enfants ! Je suis sûr qu’il n’y a pas écrit « interdit aux moins de 3 ans dessus » ! Parce que les petits morceaux, s’ils y avalent, tu crois que ça fera quoi ? Hop là, une nouvelle maladie infantile ! Puis une frite. Une FRITE. Purée ça me donne faim. Loulou, j’veux ma glace ! » Et j’étais prêt à tuer pour ça.

La preuve, ce pauvre gamin sur mon chemin ? Ejecté. Oust le ballon, va le chercher ailleurs j’ai autre chose à… « Oh pardon, non, ne pleure pas ! Non, non, non ! Tiens, le voilà ton ballon… » Je le lui tendis après avoir couru derrière dans les vagues, prenant un mine désolée à l’attention du garnement. Quant au regard réprobateur de ses parents, je me contentai de hausser les épaules et de les ignorer royalement. Depuis que j’avais retrouvé tous mes esprits, je n’en avais plus vraiment quelque chose à faire de ce que pouvaient bien penser les autres. Alors bien sûr, je restai tout de même discret sur mes tendances à préférer les hommes – surtout les grands dadais bouclés – mais pour le reste, c’était le free ride total. Ca ne plaisait pas ? Ils avaient envie d’éloigner leurs gamins comme si j’avais la peste ? Leur problème, pas le mien. Moi je vivais pour vivre, pour jouer, pour bondir !

Et pour attendre Lounis visiblement, qui revenait prudemment jusqu’au bord de la plage. Les mains sur les hanches, tapotant du pied dans le sable, je pris un air agacé même si j’avais surtout envie de lui sourire à chaque moment. Arrivé à ma hauteur, je le sentis m’attraper par le poignet et m’entraîner à sa suite. Ca, ça me fit rire clairement. Le voir aussi pressé de retrouver la terre ferme, sans doute pas pour la même raison que moi. Mais… Le parasol ? Sérieusement ? Ah mais, c’était juste pour le portefeuille et la serviette ! Bon bah, ça allait alors, Je pensais qu’il allait me faire re-défaire tout le tointoin et m’obliger à y porter dans un aller-retour ! Je secouai la tête pour chasser l’eau de mes cheveux roux, sautillant à son « Et on est parti. » En m’appuyant sur ses épaules pour prendre de l’élan et me lancer en avant dans le sable ! Maison de la Glace, nous voilà !

Je vis ma glace se former derrière la vitre, comme un gamin en train d’admirer la formation d’un cadeau de noël dans l’atelier des lutins… Elle s’éleva au-dessus du comptoir mais, avant que je n’ai pu l’attraper, Lounis s’en chargea ! Je lui lançai un regard suspicieux. Il voulait me la piquer ou quoi ? Attention, je savais mordre ! D’ailleurs, il avait la sienne, pourquoi il me piquait la mienne ! Je fis le type bien élevé, j’avais une réputation à tenir, mais je le suivi activement quand il s’éloigna. Au cas où, on ne sait jamais, qu’il donne un coup de langue gourmand dessus ! Bon c’était Bambi, on pouvait pardonner mais… Non. Pas sur la nourriture ! « Bon... Le mot magique et je te la donne. » Le… Mot Magique ? Oh mince. Attendez, j’avais lu ça dans un livre déjà. Mot magique ? Mot magique… « Abracadabra ? » Demandai-je, mes yeux focalisés sur ma glace qui commençait déjà à fondre sous la chaleur accablante de l’après-midi. « Supercalifragilisticexpialidocious ? » Non ? Pas ça non plus ?

Okay. Il fallait agir vite. Un regard à Lounis, qui attendait. A ma glace, qui allait devenir liquide. A la plage, où les gens étaient occupés. Parfait. Plan B. Je me dressai sur la pointe des pieds et l’attrapai par la nuque, collant mon tee-shirt mouillé contre son grand torse et apposant mes lèvres sur les siennes. Mais plutôt que de faire un baiser furtif comme toujours quand on n’était pas seuls, cette fois je brisai la barrière de ses lèvres et prolongeai notre baiser d’une manière plus passionnée. Je l’entendis même couiner sous la surprise, et ça me tira un soupir satisfait. Je ne le lâchai qu’après de longues secondes, écartant mon visage du sien de quelques centimètres dans un sourire narquois. Ma main fureta sur son bras et se faufila jusqu’à son poignet qu’il avait baissé sous l’attaque. Je saisis ma glace et l’embrassait encore. « Merci, Loulou ! » Fier. On ne me refuse pas de la nourriture, à moi.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


'CAUSE I DON'T CARE WHEN I'M WITH YOU
You know I love you, did I ever tell you? ☽ I'm at a party I don't wanna be at and I don't ever wear a suit and tie. Wonderin' if I could sneak out the back. Nobody's even lookin' me in my eyes. Then you take my hand. Finish my drink, say, "Shall we dance?" Hell, yeah. You know I love you, did I ever tell you? You make it better like that...

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t22925-fini-i-see-fire-antro

Lounis Masnaa


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Lounis Masnaa


╰☆╮ Avatar : Mika

Ѽ Conte(s) : Bambi (de Bambi)
☞ Surnom : Mika
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1095

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Jeu 16 Juil 2015 - 15:38


Y a du Soleil et des Rouquins ♫
Lounis Masnaa ft. Antropy T. Lover
Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 836637tumblrljxknbx8hH1qhiundY a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] Tumblr_myejjtNjQZ1qax2v3o2_500
____________________________________________



Bien sûr que non, il n'allait pas faire déplacer tout le matériel à Opy'! Il était maniaque mais pas encore tant que ça, puis, il y tenait à sa petite place bien placée au bord de l'eau lui. Il n'aimait pas forcément dépasser les cinquante centimètres d'eau mais il appréciait de ne pas avoir à parcourir vingt cinq kilomètres pour aller se mettre les pieds dans l'eau. Puis si Opy décidait tout à coup d'aller encore risquer ses coups de Soleil -si si, Lounis était sûr d'en voir montrer le bout de leur nez là où il n'avait pas eu le temps de tartiner les rouquin- dans les vagues, Lounis pourrait le surveiller de loin, non? Comment ça il serait bien obligé de l'y suivre d'une manière ou d'une autre?

Ah, le tigre aurait du voir sa tête! Avec ses petits yeux suspicieux lorsque Lounis parti avec sa glace l'air de rien. Qu'il ne s'inquiète pas, le jeune faon n'était pas du genre à vous piquer votre nourriture, mais il était d'humeur joueuse. Oui oui, même s'il était toujours un peu timide et avec des réactions un peu embarrassantes en public, il avait aussi ses moments de jeu. Et visiblement, entre l'excitation palpable du tigre et sa rivale la glace, il y avait trouvé un bon terrain pour l'embêter... Ce n'était pas très difficile avec Antropy en même temps. D'ailleurs c'était généralement les seuls moments ou Lounis arrivait à le taquiner de manière concrète. Habituellement, c'était plutôt Opy qui jouait de l'embarras et de la maladresse du faon. Il pouvait bien lui rendre la pareille une fois de temps en temps, bien que l'idée de vengeance n'existe pas réellement chez le jeune homme. Une fois n'était pas coutume. Et il était bien assez grand pour empêcher le petit rouquin de lever les bras assez haut pour attraper son bien.

Et les tentatives d'Opy' à trouver les fameux mot magique réussirent à faire sourire le jeune faon. Aucune idée de s'il le savait sans vouloir le dire, où de s'il ne savait vraiment pas, mais c'était adorable de le voir fouiner pour trouver des idées comme ça. Même si Lounis n'avait pas la moindre idée de ce que pouvait signifier le second mot magique et il n'aurait certainement même pas été capable de le prononcer et pour ça, il lui aurait presque laissé la glace directement. Mais visiblement, non content de ses tentative, Antropy trouva une façon de demander qui laissa le bouclé sans voix. Pas besoin de parler de toute façon, mh? Et c'était un peu surprenant. Allons bon, déjà quand ils étaient seuls, Lounis se laissait toujours surprendre quand on dépassait le stade du baiser chaste, mais en public, il ne savait pas trop comment il fallait gérer ça! Il s'était naturellement penché en avant pour ne pas obliger le petit tigre à rester trop longtemps sur la pointe des pieds -même si ça avait quelque chose d'adorable-. Mon dieu, est-ce que des gens regardaient? Est-ce qu'il avait vraiment fait ça? Ça n'avait pas duré très longtemps en soi, mais déjà, le jeune faon avait pu sentir ses oreilles le chauffer.

Merci? Merci pour? "Eyh!" Mince, il l'avait eu. Trop préoccupé par la diversion, et aussi par l'idée qu'on puisse vouloir les embêter à cause de ça, le jeune homme avait relâché son attention. C'était tellement facile. Heureusement, Lounis était un bon perdant. S'il lui fallut quelques secondes pour se remettre, il finit tout de même par sourire, un peu béatement peut-être. Quoi? On ne se remet pas aussi facilement de ce genre de baisers, d'accord? Surtout que ce n'était pas courant que cela arrive dans un lieu public... C'était même plutôt gênant que cela arrive dans un lieu public. Il du empêcher se glace de lui couler sur la main, tout en suivant notre fier tigre bondissant dans le sable.

" Tu devrais faire ça plus souvent. " C'était sorti tout seul, alors qu'il avait machinalement repris le chemin de leur parasol, et il regretta vite d'avoir prononcé ces mots. Ce n'était pas du tout son genre. Mais il avait cette sale manie de toujours être un peu trop franc et surtout de parler sans mesurer l'ampleur de ses mots et... Et c'était un peu embarrassant. Assez pour qu'il se taise un instant, en fronçant les sourcils alors qu'il faisait mine de grignoter sa glace d'un air clairement nerveux. Mais allez expliquer ça. Et Opy' allait encore en faire des tonnes, non? Enfin, il faisait toujours ça quand il voyait Lounis embarrassé, et pour cette fois, il venait de s'embarrasser tout seul.

Il finit par trouver la planque parfaite, aka, le parasol sous lequel il posa sa serviette d'une main pour s’asseoir dessus. Jetant un œil à Opy'... "Considère que tu n'as rien entendu, d'accord? " Ça servait vraiment de parler pour essayer de rattraper les dégâts après. Et puis, il n'espérait pas trop, Opy' n'était pas le genre à oublier, et au fond, il n'avait pas non plus envie qu'il oublie, mais il ne savait pas trop comment gérer ses bêtises. Enfin, si c'était une bêtise... Ce n'était pas une bêtise à proprement parler de toute façon... Ah, flûte il fallait qu'il arrête de se faire des nœuds dans la tête pour si peu de choses. Quoi qu'un premier petit ami, ce n'était pas si peu de choses et... Stop. On souffle, et on reste calme, d'accord? Tout ça pour une glace.





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I CAN LIVE UNDERWATER

It’s enough to lose your head, Disappear and not return again. ©️ signature by anaëlle.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27435p10-moineau-lounis-mas http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27566-lounis-le-faon-connait-des-gens http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28706-lounis-recapitulatif-de-rps

Antropy Tiger


« Tic tac,
sonne le glas. »


Antropy Tiger


╰☆╮ Avatar : Ed Sheerαn.

Ѽ Conte(s) : Winnie l'ourson.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tigrou.

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] 697293clubwab

☞ Surnom : Davy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2920

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Lun 3 Aoû 2015 - 12:49



Darladirladada...


Je devais m’inquiéter des réactions de Lounis ou bien est-ce que ce qu’il se passait était parfaitement normal ? Non parce que j’avais rarement vu, en une dizaine d’années d’amitié, mon grand faon se comporter d’une manière aussi taquine et joueuse ! Il fallait croire que notre séjour à bord d’un vaisseau extraterrestre et la rencontre avec les frères Bogdanov l’avaient quelque peu tiré de sa petite carapace. Ou en tout cas, baissé ses barrières mentales pour se permettre plus de choses. Ou bien était-ce parce qu’on avait entamé cette très étrange relation au-delà de l’amitié en tout bien tout honneur ? Je ne saurais le dire. Je n’avais eu qu’un seul petit ami – et encore, j’avais découvert que ces souvenirs étaient faux et façonnés par le sort noir – donc je n’étais pas le premier maître dans la matière. Plus proche du débutant quoi. Mais moins que Loulou quand même, qui se lançait à pieds joints dans l’inconnu, contre toute attente. Attention cependant, commencer à me taquiner sur l’alimentation n’allait pas forcément jouer en sa faveur ! J’étais un grand gourmand et je l’assumais pleinement.

Peut-être étais-je encore plus gourmand de lui que de cette glace, au fond. Elle me donnait envie de la manger dans une période de plaisir interne passablement courte mais extatique ; alors que lui me donnait carrément envie de le dévorer tout entier. Cette bouche délicieuse en était le parfait exemple. Et tant pis s’il y avait des touristes et des spectateurs curieux, j’avais bien le droit de me venger comme je le devais de mon petit ami qui m’avait joué un mauvais tour, non ? L’arroseur arrosé, un concept vieux comme le monde mais tellement vrai et applicable en toute situation. « Eyh ! » Trop facile. Tellement facile. Il perdait littéralement tous ses moyens quand je le prenais de revers de cette manière… et je ne me lassais pas de le surprendre. Cette grande bouche donnait envie de l’embrasser. Quoiqu’il se passe, j’avais envie. Souvent. Trop souvent. Et c’est presque à regret que je terminai mon méfait en m’emparant de ma récompense tant convoitée : ma glace !

« Tu devrais faire ça plus souvent. » Etait sans doute la dernière chose que je m’attendais à entendre de sa part. Je me tournai dans sa direction, comme incertain qu’il ai pu avoir ce genre de réflexion en publique… Lounis ? Etait-ce bien MON Bambi qui me demandait de réitérer la chose ? Un sourire étira mon visage alors qu’une étincelle malicieuse venait se nicher au fond de mon regard. Puisque c’était demandé d’une manière aussi directe et franche… Il n’allait pas être déçu ! En plus, son petit air renfrogné derrière sa glace donnait carrément envie d’accéder à sa demande immédiatement ! Je donnai un grand coup de langue sur ma glace en lui adressant un air entendu, lui accordant cependant la fuite vers le parasol et quelques minutes de répit. Pas trop vite, ou il allait se faufiler trop loin pour que je puisse le rattraper.

Je me laissai tomber à côté de lui, ignorant royalement sa dernière demande en la balayant d’un geste vague de la main. Rien entendu ? Je n’étais pas encore sourd. Et il savait parfaitement que plus il me demandait de ne pas penser à quelque chose… Plus je m’en rappelais. De mieux en mieux même. Dévorant le reste de ma glace – au point d’en mettre un peu partout sur mon nez – je laissai ma main venir tranquillement chercher la sienne pour serrer ses doigts. Je le savais timide et intimidé, mais j’avais parfois bien envie de lui montrer qu’il me plaisait même comme ça. Cette grande gigue adorable qu’il était. Et qui m’avait sauvé la vie, d’ailleurs, dans notre dernière exploration à l’autre bout de l’univers ! Juste pour ça, je lui étais infiniment redevable – et pour un tas d’autres raisons. Je lui adressai un sourire amusé en embrassant son épaule doucement. Un moment de répit, juste un petit moment.

Mais pas trop, sinon je devenais intenable. D’ailleurs, mes jambes commençaient déjà à me démanger sévèrement et j’avais de nouveau envie de bondir et de courir dans tous les sens ! Je terminai le cornet de manière gourmande, puis bondis en avant pour m’agenouiller dans le sable.

« On ne va pas à la plage sans faire de château ! On a une pelle et des mains, tout ce qu’il faut donc ! » Ou au pire, j’avais vu un gosse avec un saut à la forme originale un peu plus loin… Lui piquer ne devrait pas relever de l'impossible en cas d'extrême nécessité. « On va faire le plus gros château, avec des méga douve et même un pont levis ! J’en ai jamais fait, mais ça doit pas être bien compliqué… Commencer par creuser, déjà ! »

Et je joignis le geste à la parole, ignorant le soleil en train de taper comme il le devait sur nous par la chaleur, et les coups de soleil en train de poindre le bout de leur nez un peu partout. J’avais de la crème, mais j’étais un rouquin. Et les rouquins, ça ne crame pas la patience des autres ! Me retrouvant bien rapidement tout couvert de sable mais avec un trou de près de cinquante centimètres de profondeur ! Parfait ! Les douves étaient là ! Et maintenant… le château ? Je contemplai mon œuvre d’un air sceptique avant de m’exclamer un :

« LOULOU ! Y’A DE L’EAU AU FOND !! C'est des vraies douves, regarde !! REGARDE ! »

Je n'avais jamais observé ce phénomène directement, c'était absolument passionnant ! Je lui le désignait en me penchant un peu trop en avant. Suffisamment pour basculer la tête la première et me manger littéralement le fond ensablé.

« Aïe…… ! »



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


'CAUSE I DON'T CARE WHEN I'M WITH YOU
You know I love you, did I ever tell you? ☽ I'm at a party I don't wanna be at and I don't ever wear a suit and tie. Wonderin' if I could sneak out the back. Nobody's even lookin' me in my eyes. Then you take my hand. Finish my drink, say, "Shall we dance?" Hell, yeah. You know I love you, did I ever tell you? You make it better like that...

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t22925-fini-i-see-fire-antro

Contenu sponsorisé







Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy] _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Y a du Soleil et des Rouquins ♫ [ft. Antropy]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➹ Archives