Intrigues
Disney Rpg

Au Violent de
nos Songes
Juin 2017


Par delà
les Mers

Juillet 2017

Zootopie II
#ZozoTopie
Juillet 2017







Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Au Violent de nos Songes - le 80ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Rebekah Stormborn ♥ - Maître du jeu : Elliot Sandman ♥
Que les dieux de l'Australie soient avec vous !

Partagez | .
 

 (Sally) Calendrier de l'Avent, jour 1 : Buttercup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Danny Deloria


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Alex Turner

Ѽ Conte(s) : Pinocchio
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Grand Coquin

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 80
Ѽ Les pommes : 27009




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 7 Déc 2016 - 23:32

Calendrier de l'Avent, jour 1 Buttercup and Foxy
Je ne me souviens plus s'il a neigé, l'an dernier. Ni l'année précédente. J'aimerais bien qu'il neige, histoire que je me rappelle que c'est Noël dans 25 jours, que ce sera une soirée à la con, où je me ferais chier comme un rat mort alors que ma mère essayera désespérément de faire revenir la joie de vivre. Sauf qu'on l'a perdu y'a longtemps. J'arrive plus à lui faire croire que tout va bien alors qu'elle sait pertinemment que rien ne va, que notre vie est merdique et que plus ma vie avance, plus je me demande si j'ai envie de me lever le matin prochain.

Noël me déprime. C'est toujours pareil, les fêtes, la joie en général, ça me donne envie de me tailler veines, tout simplement parce que moi, j'y ai pas droit. J'y ai jamais eu droit et c'est pas demain qu'on me l'accordera. Je suis né pour être un putain d'animal maudit que personne veut voir sous son sapin.
Alors il faut que j'oublie. Il faut que j'oublie que ça va être Noël, que j'aurais envie de jeter le repas par terre et de dire que ma vie rime à rien. Que je suis un monstre dans une ville de taré.

J'ai envie d'oublier. Je dois oublier et ce soir, ce débile de Gédéon est même pas là. J'ai faits trois fois le tour de Storybrook pour trouver une solution. Juste, me vider la tête, ne pas penser à ce que je dois faire, à cette nana que je suis depuis trois jours. Je veux que ce quotidien morbide se tire de là, juste un peu… Une heure, deux, je demande pas grand-chose…

Une heure… Ouais, y'a plein de truc qu'on peut faire en une heure.
Comme… Le cinéma.

C'est naïf de penser que le cinéma ça va réparer mes maux, mais ça m'empêchera de penser trop longtemps pendant une heure… ou deux.
Je gare la voiture devant le cinéma, mais je me demande quand même depuis quand je suis pas allé au cinéma. Depuis quand, je n'ai pas regardé un film pour un film ? Je sais, la dernière fois que j'y suis allé. J'étais avec une fille qui… Je sais pas où elle est maintenant. Je sais, la dernière fois que je l'ai vu et, j'ai jamais envie de me souvenir de ça.
Je réprime un haut le cœur, il faut que j'efface ça de ma tête. Une heure ou deux pour se vider la tête.

Je rentre, mais je sais même pas ce que je veux voir. Dans le fond, je m'en fous, on pourrait me filer la place pour voir Tchoupi, ça m'irait. Je devrais lui dire " Montre moi le film qui te parait le mieux pour un gars qui a envie de se suicider et pour qu'il le fasse pas, tu peux faire ça ? "
Je regarde les affiches, sans voir ce qu'il y a dessus. Je repense à Noël, à ma vie entière… A ce qu'on va encore me demander demain. Aux nombres de mensonges que je vais devoir inventer à… C'est trop. Ma vie pèse trop lourd.

Mon cœur se serre, un cran de trop et m'arrache un hoquet douloureux, juste devant les guichets. Les gens se retournent, mais je disparais aussitôt. Mon cœur s'emballe trop, je repense à toutes ses filles, à tout ce que j'ai pu faire, à leur regarder éperdue jusqu'à leur crie d'angoisse quand j'ai du lâcher leur main. Je peux plus faire ça…
Depuis les guichets, je renifle ce qui me semble être une larme et je file jusqu'aux toilettes. D'un coup sec, j'ouvre la porte. Dans une grande envolée, comme si c'était la porte d'un saloon, sauf que je suis pas un putain de cowboy et que c'est pas une putain de porte à battant. Elle tape, violemment dans le mur et je tombe nez à nez avec une rouquine avec des yeux comme des billes. Ou des perles de chocolat.
Je sursaute, me crispe, raide comme un rat mort et je recule d'un pas. Mon cœur supporte difficilement autant d'émotion, mais je tiens bon. Essoufflé comme le dernier marathonien, je me risque à un sourire agréablement surpris et appuie mon avant bras sur la porte. A moins qu'elle ne se faufile dans le petit écart encore moi et la porte, y'a peu de chance qu'elle se sauve.

Sally… Oh Sally, si je pouvais t'entendre couiner avec une claque, tu ferais ma journée. C'est les filles comme toi qui me rende malade. Tout le monde te veut. Tout le monde te veut parce que tu es fragile, que tu trembles si je te souffle dans le cou et que tes yeux crient à ce qu'on te kidnappe. Ca fait assez de raison valable pour que je te hais. C'est à cause des filles comme toi, que je suis là, actuellement.

" Me regarde pas comme ça, Buttercup. Tu m'apportes mon calendrier de l'avent ou tu vas chouiner parce que je t'ai pas dis bonjour ? je minaude vers elle, en abaissant la tête de l'air le plus langoureux que je puisse faire.
- Allez, panique pas…
Je lâche la porte, ma main glisse contre la poignée que je repousse lentement derrière moi
- C'est l'esprit de noël, je vais pas te manger, je raille, un sourire dans la voix, Tu tombes bien, tu saurais réparer ça ? "
Naïvement, je soulève ma manche où un bouton de manchette s'est barré. Oh, des excuses, j'en ai avais plein ma hotte. Je bats tranquillement des cils en la regardant. Sally est mieux qu'un film… et moi, je suis définitivement une sale bête.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67421-bite-her-back-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67471-danny-how-bad-do-you-want-it http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67531-danny-smacktalker-skywalker

Sally Pumpkin


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Deborah Ann Woll

Ѽ Conte(s) : L'Etrange Noël de m. Jack
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la poupée qui rêve au clair de lune

☞ Surnom : Sally

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 745
Ѽ Les pommes : 1114648




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mer 14 Déc 2016 - 23:11

«On ne joue pas impunément avec un cœur innocent.»
ft. Danny

J'enfilai mon manteau, avec lassitude. Travailler, ça me manquait. Je passais le temps, en cousant quelques peluches amusantes, des petites marionnettes, ou même quelques vêtements, mais jamais je ne ressentais la douceur du ressenti d'être utile. C'est ça qui me froissait. J'étais plus utile à personne. Etait-ce pire que de n'être utile que par ses doigts? Pour moi, oui. J'avais l'impression de prendre sur Terre une place de trop. Une place à quelqu'un qui pouvait se montrer utile. Les boutiques de couture à Storybrooke, ça n'était guère populaire. Je me demandai même comment mon père réussissait à se montrer toujours si glorieux. Main dans les poches, j'enfonçais le modeste bonnet en laine sur mes cheveux roux déjà emmêlés avec quelques flocons, et je m'avançais dans les rues enneigées de la ville. Jamais l'hiver ne m'était paru aussi froid. Après une péripétie telle que rencontrer le grand auteur français Jules Verne, j'étais restée chamboulée. Incapable d'y croire et pourtant. Je l'avais fait, c'était vrai, ce n'était pas un simple songe sorti de ma tête. J'en étais certaine, désormais. Le sous-marin était vrai, Iota toute autant, et Jules Verne n'avait jamais semblé aussi vivant. Le regard rivé vers mes bottines maladroitement lacées, j'essayai de structurer ce qui ne devrait être qu'une fiction de mon esprit. Les sensations étaient là, mon coeur s'était vu gravé des derniers événements. Je devais me changer les idées, peut-être trouver une raison à ce voyage. Un sens. Un signe. Mes pas m'avaient étonnement guidé vers le cinéma dans lequel je n'avais pas mis un pieds depuis bien longtemps. Je penchai légèrement la tête pour voir toutes ces annonces, et choisissant un long-métrage dont Doug m'avait rabattu le nom pendant des jours, je me faufilai dans les escaliers jusqu'à la salle. Dans l'obscurité, quelques flash de couleur rouges placées sur les bandes des marches nous permettait de nous diriger, gauchement certes, mais assez pour que personne ne fasse l'énième maladresse de tomber à même le sol. Ce fut bien pire. En un battement de cils, les yeux rouverts, je sentais un liquide collant et odorant s'abattre sur mon chemisier. Mon pauvre chemisier. Je jetai un regard accusateur vers l'arrière pour découvrir un visage désolé accompagné d'un sourire contrit. Si j'avais été imposante, j'aurais crié au drame. Je me contentai d'hausser les épaules, faisant demi-tour pour me rendre aux toilettes et échapper aux autres le parfum peu supportable du soda gelé. La main glissée à l'intérieur de mon chemisier pour y retirer discrètement un glaçon, la porte battante s'ouvrit subitement dans ma position particulière. J'aurais voulu me justifier, protester, faire quelque chose. Mais même cligner de l'oeil semblait impossible. J'étais stoïque, incapable d'émettre le moindre mouvement. Le visage me semblait si familier, si arrogant. Chaque trait était une insulte, et le rictus une gifle comme un fouet sur la joue.

Danny? Qu'est-ce-que... Laisse moi partir.

Son bras bloquait la sortie. D'un air langoureux, il roulait de sa nuque en me jetant un regard provocateur. Foutu Danny. Il battait des cils comme les femmes le font pour séduire. Il jouait. J'étais sa poupée. Toujours que la poupée. Le pion qu'on déplace, qui ne bouge pas, qui subit le hasard. Si j'avais effectué un vain pas sur le côté pour me faufiler dans l'entrebâillement de la porte, j'avais bien compris que lui seul contrôlerait les entrées et sorties.

Je ne suis pas ton esclave. Je le ferais si tu paies. Comme tout le monde.

Il n'était pas comme tout le monde. Je l'aimais, je le haïssais, je savais bien que c'était pas son vrai choix. Moi aussi, j'aurais voulu avoir la possibilité d'aimer. Aimer, c'est beau, ça donne des ailes, ça fait voler, et même si tu rechutes, tu réapprends. Aimer, c'est ce qu'il y a de plus beau, vraiment. Et lui et moi, je crois qu'on avait simplement pas eu cette chance. Que même si notre coeur était gros, on avait personne à aimer. Pas même un père. Je laissai mes yeux rouler vers le plafond, croiser son regard c'était perdre la partie. Je savais qu'il était capable de tout ou presque pour voir mes pommettes se teinter de rouge ou pire mes yeux se baisser honteusement. Je ne voulais plus m'abaisser à ça, je ne voulais pas me laisser faire.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
pumpkin queen
les yeux dans les yeux, brillons de mille feux car la lumière d'un amour éternel est vraiment la plus belle ✻ I don't know just how it happened, I let down my guard swore I'd never fall in love again But I fell hard Guess I should have seen it coming, caught me by surprise I wasn't looking where I was going, I fell into your eyes
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65061-parfois-la-vie-me-sem http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65325-je-suis-partout-a-la-fois-brisee-en-mille-eclats-de-voix http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65352-chrono-rp-s-de-sally

Danny Deloria


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Alex Turner

Ѽ Conte(s) : Pinocchio
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Grand Coquin

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 80
Ѽ Les pommes : 27009




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 15 Déc 2016 - 20:41

Calendrier de l'Avent, jour 1 Buttercup and Foxy
Il y a un truc encore plus jouissif chez les biches égarées que l'instant où on parvient à les coincer. C'est le moment où elles disent mon nom. " Danny ? "
C'est simple, c'est doux. J'aurais voulu qu'elle le répète, juste une fois. Dis le encore, Sally. Il m'arrachait un sourire frivole, comme si elle m'accordait un ultime privilège à daigner le prononcer, alors qu'elle me détestait. Le mieux étant surement la surprise dans sa voix. " Danny ? " Ça sonnait comme une supplique un peu trop charmante. Et moi, j'ai l'air d'attendre la suite, comme si elle allait continuer sur quelque chose d'aussi charmant que ce " Danny ? " mais non, elle veut partir. Elle brise l'aspect sensible de ce " Danny ? "
Je comprends, princesse. A ta place aussi, j'aurais envie de partir, malheureusement, j'ai un feeling avec les poupées. Et je suis bien avec toi, c'est pour ça que je m'assure que tu restes dans la même pièce que moi. Je suis pas méchant, je profite de ta présence.

" Je ne suis pas ton esclave. Je le ferais si tu paies. Comme tout le monde. "

Aïe. Je l'aime pas, cette réponse. A l'instant, même, je fronce les sourcils. A peine. Mes yeux bruns se foncent un peu plus. J'avais toujours l'air absent, l'air de m'ennuyer, comme si mon esprit s'occupait ailleurs, mais à cette instant, il s'était focalisé sur elle. Je n'avais pas l'air de regarder au travers du commun des mortels, comme si ça n'avait pas d'importance, je la regardais elle, directement.

Elle m'avait fait tiquer, mais pas pour grand-chose. C'était bête, non ? Elle m'avait simplement remit à ma place, comme toute personne censée l'aurait faites.
En temps normal, j'aurais laissé passer, surement, mais pas avec Sally. Sally méritait qu'on la bouscule, qu'on s'acharne, quitte à y laisser des marques.
D'un mouvement sec, je claque la porte. Il y a quelque chose de brutal qui se dégage de moi, mais je ne suis pas violent. Un petit côté animal sauvage qui a du mal à se contrôler. Je vérifie dans le miroir, mais nous sommes seuls.
- J'aime pas qu'on me dise non, Sally, j'affirmais, presque attristé

Et le pire, là dedans, c'était de la voir jouer les farouches. Je tape ma langue contre mes dents et brusquement, la fait butter contre le lavabo. Si elle se mouille, tant pis, c'était pas mon problème. Ma main se pose à côté de sa hanche, contre le rebord pour la retenir d'un côté et je place mon genoux contre le sien, à l'opposer. Là, on était en place. A moitié sur elle, je capture son petit menton entre mon index et mon pouce.
- J'avais peut-être l'air de te demander ton avis, tu m'en excuseras, mh ?
Je me radoucis. Des manières brutales, mais une attitude douce, c'était ça le secret. Comme s'il fallait prendre soin de ce petit trésor trop fragile.
- Shhh… je soufflais doucement, entre mes dents, t'affoles pas, j'ai rien fais encore. Je réitères ma demande, tu répares ça ?

(Han, je suis pas sage. )

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥



trash talker
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67421-bite-her-back-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67471-danny-how-bad-do-you-want-it http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67531-danny-smacktalker-skywalker

Sally Pumpkin


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Deborah Ann Woll

Ѽ Conte(s) : L'Etrange Noël de m. Jack
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la poupée qui rêve au clair de lune

☞ Surnom : Sally

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 745
Ѽ Les pommes : 1114648




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mar 20 Déc 2016 - 11:37

«On ne joue pas impunément avec un cœur innocent.»
ft. Danny

J'effectuai un timide mouvement de recul. Il était là, face à moi, il me regardait avec une rancune si énorme que j'en aurais bredouillé de honte. Cette fois, il ne voulait plus que passer le temps en mimant l'amusement. Non, il me regardait et là il savait qu'il allait jouer. Je roulai des yeux vers le plafond, en espérant que cela rajoute à la contenance que je me donnais. En réalité, j'avais peur et mon coeur qui tambourinait contre ma poitrine désormais similaire à une paroi de plomb prouvait que chaque instant l'adrénaline me rendait encore davantage fébrile. Je laissai mon regard couler vers le plafond, incapable d'admettre que les yeux sombres de Danny me feraient frissonner plus que sa présence ne le faisait déjà. Un mouvement sec me ramena à la réalité, un claquement qui me fit échapper un sursaut de surprise. Je retenais un hoquet muet derrière ma paume, en reculant de quelques pas chancelants. La porte venait de se refermer sur nous. Et nous seuls comme il se l'affirmait en jetant un bref coup d'oeil au miroir. J'étais pourtant certaine qu'un public à sa démonstration de force l'aurait fait frémir d'excitation. Public qui était néanmoins mon unique chance de m'échapper, presque triomphante. Il affirmait alors comme une triste vérité que ma directive négative lui déplaisait au plus haut point. Nous étions seuls, et je venais de décevoir Danny. Danny, le vilain, le cruel, le violent, le brutal, le joueur persistant, et là, en y repensant, j'avais terriblement peur. Presque plus qu'avec papa. Plus qu'avec papa. Avec papa, j'avais une chambre où m'isoler, où garder toutes mes peurs et faiblesses, les coincer dans des larmes à verser sur l'oreiller. Je n'avais rien que mon corps frêle qui suppliait à l'aide. Un nouveau claquement de sa langue contre ses dents. Un nouveau tir dans mes oreilles qui bourdonnaient alors. Et là, en un clignement de cils, je sentis son corps s'appuyer sur le mien, me faisant butter contre le lavabo qui s'enclenchait alors pour m'éclabousser. A la peur se mêlait la honte d'être la victime. La proie à courser. La victime à humilier. Son genou se confrontait au mien, et ma hanche gauche, elle, était inapte à se former un chemin vers l'extérieur. Sa main contrait le moindre de mes mouvements, et je sentais alors son torse peser contre mon buste mince et hoquetant. L'irrépressible envie de sangloter me démangeait, et mes yeux me piquaient. Et ses fins doigts comme deux griffes venaient saisir mon menton tremblotant. J'hochai de la tête, dans une expression de surprise muette. Une boule s'était formée dans mon ventre, et ma gorge se nouait. Et comme si ces mots étaient la guillotine pour trancher tout mes espoirs, je bégayai d'une voix incertaine:

Oui Danny.

Si ses gestes se voulaient plus doux, c'en était que plus menaçant. L'idée d'être sa chose à ne pas briser avant la fin du jeu me torturait l'esprit, et si je regardais sa manche d'un air observateur, je me mordais la joue en pensant que j'allais encore une fois me contraindre à ses envies. Doucement pour lui prouver que mon geste était bien inoffensif, je laissai glisser ma main le long de ma jambe. De ma cuisse, à mon genou, à ma chaussure où je gardais perpétuellement mon aiguille et du fil. C'était stupide, mais une tradition dont je ne pouvais me défaire. Là, j'aurais pu me soumettre en silence et recoudre l'embouchure. J'aurais pu obéir une énième fois dans un mutisme qui aurait prouvé mon modeste désaccord. J'aurais pu bien me tenir. J'aurais pu, mais je saisissais la fine aiguille pour la planter dans son genou. Trop peur de toucher sa veine en la plantant dans sa main qui contraignait ma hanche à l'immobilité. J'attendais une quelconque réaction, en ruminant. Le plaisir de la vengeance était bien plus fulminant que je ne l'avais imaginé.


Spoiler:
 

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
pumpkin queen
les yeux dans les yeux, brillons de mille feux car la lumière d'un amour éternel est vraiment la plus belle ✻ I don't know just how it happened, I let down my guard swore I'd never fall in love again But I fell hard Guess I should have seen it coming, caught me by surprise I wasn't looking where I was going, I fell into your eyes
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65061-parfois-la-vie-me-sem http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65325-je-suis-partout-a-la-fois-brisee-en-mille-eclats-de-voix http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65352-chrono-rp-s-de-sally

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

(Sally) Calendrier de l'Avent, jour 1 : Buttercup





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les loisirs :: ➹ Le cinéma