Aventures
en cours :

Magic League
Août 2017


Zootopie 2
Juillet 2017

Age de Glace
- bientôt -
Septembre 2017



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Magic League - le 82ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Wonder Bekah ♥ - Maître du jeu : Spider Dyson ♥
Tu ne peux pas sauver le monde seul... Mais avec eux, tu peux !

Partagez | .
 

 I've got your back ✘ ft. Wendy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rebekah Stormborn


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Cintia Dicker.

Ѽ Conte(s) : folklore germanique & légendes phéniciennes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : une nixe, la fille du Léviathan.

☞ Surnom : Bekah.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1269
✯ Les étoiles : 61




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Sam 31 Déc 2016 - 12:00

I’ve got your back
Wendy & Rebekah

Stormborn. Née de la tempête. Chez les pirates, obtenir un surnom est une marque de célébrité. Je n’avais pas mis longtemps avant de gagner le mien. Comment ça c’est pas étonnant ? Qu’est-ce que vous insinuez par là ?
Assise au comptoir d’une taverne aux normes d’hygiène plus que douteuses, un large chapeau enfoncé jusqu’aux sourcils, je faisais tourner mon verre, créant un petit tourbillon à l'intérieur. J’étais plongée dans mes pensées. Cela faisait quelques semaines que j'étais à Tortuga. Scampi et moi avions réussi à retrouver son père et son frère peu de temps après notre arrivée. J’avais laissé ma petite protégée retourner auprès de sa famille. Ma mission était accomplie. Elle serait mieux auprès des siens. Les Roussequetaires étaient officiellement dispersées à travers les mondes. Mais nous nous reverrons, j’en étais certaine. Se quitter pour mieux se retrouver. Accompagnée de Rumpy, j’avais donc passé les semaines suivantes à me réhabituer à la vie de forban. Oh, c’est comme le vélo, on n’oublie jamais. Cependant, une petite mise à jour ne fait jamais de mal. J’avais essayé de retrouver la trace de Killian, en vain. Comme si le Jones s'était évaporé dans la nature. Allez savoir dans quel bourbier il s’était encore mis…
Dis, tu m’as l’air bien renseigné. T’aurais pas entendu quelque chose à propos du Captain Hook ? Ma voix grave interrompit les bavardages alcoolisés d’un groupe de marins à côté de moi. Hook ? répondit l’intéressé, un vieux loup de mer qui semblait au courant de l’actualité. Ça fait des lustres qu’on voit plus son rafiot. L’est plus dans l’coup, p’têt’ bien qu’il s’est dégonflé. Ou alors qu’il s’est fait buter. C’serait pas étonnant. La Nouvelle Vague a plus de crocs qu’les croulants comm’ l’Crochet. Des rires gras ponctuèrent ses mots. Ma mâchoire se crispa. Sans prévenir, je saisis la tête du vioc et l’écrasai contre le bar. Des reflets écailleux étaient apparus un instant sur mon bras. Tout s’était passé en un éclair. J’eus même le temps de boire une gorgée de mon rhum avant que ses compères ne réagissent. Le prochain qui sort une parole mal placée sur Killian Jones, je fais en sorte qu’il se relève pas. J’ai été assez claire ou faut que je prenne un exemple ? Je finis ma phrase en pivotant sur mon siège, faisant face à la population mal famée de l’auberge. On n’insulte pas un mate sans en payer les conséquences. Et pas de chance, aujourd’hui, c’est moi qui sers. M’a pété l’pif c’te dingue ! L’édenté tenait son nez ensanglanté à pleines mains. Toute la salle avait les yeux rivés sur moi. Je me levai lentement, me défis de ma veste et marchai jusqu’au centre de la pièce. Mes bottes faisaient grincer le parquet abîmé sous mes pas. Mon regard d’ouragan balaya l’assemblée. Je cherchais quelqu’un. Si tu crois qu’tu peux faire ta loi, la môme, tu t’fourres l’doigt dans l’œil jusqu’au coude. On va t’faire goûter d’not’ poudre ! Tous dégainèrent alors leurs pistolets. Des cliquetis métalliques m’indiquèrent qu’ils venaient d’en enlever la sécurité. J’esquissai un faible sourire sarcastique. J’étais entourée par des revolvers, prêts à faire feu. Rumpy. Bloque la porte. D’un petit trot enjoué, le gros crocodile alla se placer en travers de l’entrée, empêchant tout passage. Des ricanements s’élevèrent de l’assistance à la gâchette facile. Pauv’ folle, t’vas crever comm’ une passoire. Et les coups partirent. La symphonie mortelle ne dura que quelques secondes, emplissant la taverne d’une fumée blanchâtre ainsi que d’une forte odeur de poudre. Lorsque le nuage se dissipa, je fus la seule debout. Tous les lascars étaient étendus au sol, raides ou presque. Les balles m’avaient traversée. Ces idiots s'étaient tirés dessus. Dégageant du pied un corps sur mon chemin, je me dirigeai vers un coin de la salle. Pas la peine de te cacher, c’est fini. Je vais pas te bouffer. Une masse tremblante se redressa. C'était un jeune homme, même pas la vingtaine, au visage terrifié derrière ses lunettes rondes. Tu devrais voir ta tronche, m’exclamai-je en riant de bon cœur. Je posai une main sur l'épaule du gosse. Faut qu’on cause tous les deux. T’es un navigateur toi, non ? Un cartographe peut-être ? … Comment je le sais ? Hehe, facile : des lunettes en bon état, des mains tachées d’encre, pas assez de cicatrices pour être un habitué de la castagne. CQFD. Je lui souris. Tête brûlée oui, mais tête pleine. Tu crois que tu pourrais m’emmener voir la Reine ? Il me répondit entre deux bégaiements : Heu… Ou- oui je p- peux. Mais f- faut un b- bateau… Je lui tapai sur l’épaule, comme si nous étions les meilleurs camarades du monde. T’en fais pas pour ça ! T’as bien un capitaine, c’est qui ? Hornigold. Ce nom m’était totalement inconnu. Encore un de la Nouvelle Vague. La jeune génération de pirates, qui se démarquait des anciens par une sacrée allergie à toute forme d’autorité. Le Code compris. Des petits merdeux en manque de sensations fortes, si vous voulez mon avis. Tortuga en était bondée. Beh je suis sûre que ce Hornigold sera ravi de faire un détour ! Allez, en route moussaillon, on a pas toute la journée ! J'entraînai le jeune mousse à l'extérieur de la taverne dévastée. La Tornade avait encore frappé.

Je précisai à mon acolyte à écailles de ne pas croquer notre ami binoclard car nous en avions encore besoin. Mais après… Je déconne, on se détend. Rumpy digère mal les humains, ça lui donne des maux d’estomac. Me demandez pas comment je l’ai découvert. Vous ne voulez pas le savoir. Mon bras entourant les épaules de notre nouveau compagnon, je tentai de le rassurer avec mon tact légendaire. Calme-toi mon p’tit pote ! T’es tellement tendu qu’on dirait que tu vas nous claquer dans les mains ! Hum. Visiblement, ma technique n'était pas très efficace. Je parvins quand même à lui soutirer son nom. Little John. Ça reviendra à la mode. Un jour. Le jeunot m’indiqua le navire de son équipage et nous fit monter à bord. Il alla ensuite chercher son capitaine tandis que les matelots se retenaient de sauter par-dessus bord en voyant Rumpy. Il faisait toujours son petit effet. Alors comme ça tu veux voler mon bateau ? Tout fringant dans son riche costume, Hornigold débarqua, plus fier qu’un paon. Relevant mon chapeau afin que tout le monde puisse voir mon visage, je lançai : Réctification, je réquisitionne ce bâtiment (depuis que j’avais vu Pirates des Caraïbes, j’avais toujours rêvé de placer cette réplique)... avec l’équipage, ça va de soi. Comme je m’y attendais, les brigands des mers ne me prirent pas au sérieux. Le capitaine me demanda ce que j'avais à lui offrir (accompagné du couplet habituel du “en dehors de cette belle paire de jambes”). Un prix. Il y avait toujours un prix. Je m’approchai du gaillard jusqu'à ce que nos nez se touchent presque. Il devait avoir vingt-trois piges à tout casser. Un morveux. Avec des habits encore propres. Un nouveau dans le métier. D’un air de défi, je lui présentai mon marché. Qu’est-ce que tu penses de… ta virilité ? Clic. Le clinquant capitaine n’osa même pas baisser les yeux. Il déglutit avec grande peine, comprenant ce qu’il risquait. Le canon de mon arme était pointé vers son entre-jambes. Ses hommes pouvaient me tirer dessus, mais ils n’iraient pas aussi vite que moi. Et ça, il le savait. Tt-tt-tt… Horny Horny. Comment t’as fait pour survivre jusque là ? C’est un miracle. La bouche du pauvre bougre se tordit dans un sourire crispé. C’est pas facile tous les jours… Mais on s’accroche. Posant mon pistolet contre mon épaule, je ne pus m’empêcher de rire. C’était un comique ce Horny. Puisque tout était clair à présent, nous pouvions larguer les amarres. Je m'installai à la proue du navire, fixant l’horizon. Direction la demeure de Sa Majesté ! L’équipage ne semblait pas enchanté. M’en fiche.

Le voyage fut plutôt rapide. Little John était un bon quartier-maître, et Hornigold devait avoir fait ses classes dans la marine. Enfin, l'île de la Reine se détachait de la brume. Le bateau ne pouvait pas aller plus loin sans se faire intercepter par les vigiles. Puis je ne comptais pas me coltiner ces boulets plus longtemps. Les colonies de vacances, c’est pas ici. Descendez-moi une barque, je continuerai seule. Et alors que les matelots me préparaient ma coque de noix, Rumpy se jeta à l’eau. La barque était prête à voguer. Je grimpai sur la balustrade pour sauter, mais avant de me lancer, je me retournai vers les jeunes pirates en herbe. Vous savez, il est pas trop tard, vous pouvez encore vous trouver un boulot honnête, vous construire une vie sympa. Vous m'avez l'air d'être de braves gars. La piraterie c'est pas choix, les jeunes. Vous pouvez pas vous lancer là-dedans comme vous testeriez le nouveau menu d'une auberge. On "devient" pas pirate. On l'est. On est pirate parce que c'est la seule chose qu'on sait faire de bien. Le monde a pas voulu de nous ailleurs. Alors si vous pouvez éviter ce nid de vipères, profitez-en tant que vous en avez l'occasion. Parce qu'une fois que vous aurez franchi le point de non retour, c'est pas une vie de gala qui vous attend. Pas de répit pour les forbans. Y a rien de pire qu'un type qui joue aux pirates au milieu de vrais pirates. Vous allez vous faire bouffer par tous les bouts. Vous avez eu de la chance jusqu'ici, mais ça va pas durer. Les océans sont bourrés de brigands encore plus dangereux et tarés que moi. Alors faites-moi plaisir et sortez-vous de cette misère. J'étais sincèrement peinée pour eux. Ça se voyait à des kilomètres qu'ils n'étaient pas faits pour cette vie-là. Ils seraient beaucoup mieux chez les corsaires, ou dans la marine royale. Je pliai les genoux pour bondir dans la barque quand une main me retint. Qui es-tu ? Question toute bête, hein. Cependant, je mis quand même quelques secondes à répondre à Hornigold. Rebekah avait toujours été mon prénom, que ce soit dans le monde des contes ou pendant la Malédiction. Mais des Rebekah, il y en avait à la pelle. Dans ma forêt natale, c'était juste Rebekah, puis sous le Sort Noir, un nom venu de nulle part s'était rajouté. Je n'y étais pas attachée, il n'avait aucune signification pour moi. Soudain, un sourire mutin illumina mon visage constellé de taches de rousseur. Stormborn. Rebekah Stormborn. Et je sautai.

TOC. Ah, je crois qu'on est arrivé ! La proue de la barque venait de toucher l'extrémité d'un ponton. Avec cette purée de pois, je progressais dans le schwarz complet. A tâtons, je parvins à grimper sur la passerelle, mon fidèle croco sur les talons. J'avançais, j'avançais, j'avançais... POUM. Oups, pardon madame. Ah non, pas madame. Le garde me regarda d’un air interloqué. D’où sor-... Je balayai d’un revers de la main les interrogations du vigile. Mets-moi les menottes et emmène-moi voir ta reine. Le pirate était de plus en plus surpris. C'était bien la première fois qu’un intrus lui demandait de lui passer les menottes avant qu’il ne le fasse. Je lui présentai mes poignets. Allez, on va pas y passer le Nouvel An ! Un peu perdu, le garde s’exécuta et m’embarqua. On n’entrait pas chez le boss des pirates comme dans un moulin. Il fallait soit un passe-droit, soit des chaînes. Et vous vous doutez bien que je n’avais pas eu le loisir de me procurer quoi que ce soit. Le palais de la Reine était un vrai labyrinthe. J’essayais de mémoriser un maximum d’éléments pour m’y retrouver, mais mon sens de l’orientation quasi inexistant (un comble pour un pirate, hein) ne me facilitait pas la tâche. Enfin, le garde s’arrêta face à une grosse porte en bois massif. Deux de ses collègues étaient postés devant. je leur fis un grand sourire et ils nous laissèrent passer après les quelques démarches protocolaires. La pièce dans laquelle j’entrai alors fourmillait de choses intéressantes. Cependant, mon attention fut tout de suite portée sur la tête blonde assise dans un grand fauteuil derrière un tout aussi grand bureau. Il était temps que je me libère de les chaînes : liquéfiant mes mains, je les solidifiai aussitôt à l’extérieur des menottes. P’tite reine ! m’écriai-je avec joie en levant les bras en l’air. Le vigile qui m’avait emmenée faillit s’étouffer en découvrant que je n’étais plus attachée. Ça fait un bail ! Comment va la vie de château ?

Emi Burton

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
raise your flag & stand tall

Seek freedom ♆ and it will lie stretched out before your eyes. Endless dreams guide your restless spirit.
 
ACIDBRAIN
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33258-rebekah-lachowski-ou- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t47291-rebekah-lachowski-daughter-of-the-sea http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33455-les-rps-de-bekah En ligne

Wendy Darling


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Shailene Woodley

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wendy

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 724
✯ Les étoiles : 90




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Jeu 2 Fév 2017 - 1:01

I've Got your Back
Wendy & Bekah

Le menton appuyé sur la paume de sa main, elle fixait l'horizon le regard vide, perdue dans les méandres de ses pensées. Ses devoirs l'obligeaient a rester sur l'Ile depuis quelques jours, et a vrai dire elle n'avait pas particulièrement hâte de reprendre la mer. Son dernier souvenir n'était pas le plus joyeux...

La jeune femme passa une main dans ses cheveux, coupés bien trop court a son goût. Caressa sa nuque ou elle en sentait les pointes, avant de pousser un soupire. Passer un doigt sur la cicatrice encore rose de son cou. Elle frissonna en repensant a la peur qu'elle avait eut, avant fermer les poings et de baisser l tête pour se concentrer a nouveau sur ses cartes. Peu importait le passé , il lui restait encore énormément de choses a accomplir. Elle n'allait certainement pas se gacher la vie pour un type tel que Jones. De plus, les « vacances » qu'elle c'était octroyée lui avait permis de reprendre son souffle. De faire un break bien mérité pendant lequel elle c'était entre autre saouler a n'en plus finir.

Et maintenant, elle devait envoyer des ordres, des demandes et promettre des récompenses a certains capitaines pour qu'ils daignent bouger leurs fesses ! Depuis le temps, son autorité c'était énormément affirmée dans le monde des contes, c'était incontestable. Mais il n'en restait pas moins qu'elle traitait avec des pirates et que les ordres, ils n'aimaient pas spécialement ca. Alors elle devait composer, arranger. Mais le jeu en valait la chandelle. Le nombre de ses partisans avaient quadruplé depuis qu'elle c'était mise en tête d’empêcher la compagnie des indes de faire du commerce d'esclave. Arreter leurs navires, libérer les hommes et les femmes enchaîner pour les relâcher... La plus part devenaient pirates, et lui étaient dévouer. Mais tous qu'ils le veulent ou non avaient une dette envers elle... Elle s’arrêta, caressant son menton avec sa plume.

Des bruits de pas dans le couloir la firent tiquer, et tranquillement elle replia sur elle même la carte magique qu'elle avait et qui lui permettait de voir tous les navires qui naviguaient dans le monde des contes. Les voir aller et venir était terriblement instructifs, et ainsi elle pouvait surveiller l'arrivée de Jones Senior et Junior.

Même si en l’occurrence ce n'était pas du tout eux qu'on lui amenait...

« P’tite reine ! Ça fait un bail ! Comment va la vie de château ? »


Wendy eut un sourire amusé, refermant discrètement le tiroir du meuble, avant de croiser les mains sur le plats du bureau encombré.

« Dites moi, vous vous croyez dans un moulin ? »
demanda elle avec un regard blasé vers le pirate, attendant la réponse avec un calme qui l'étonnait elle même.

« Euuuh..... bah elle m'a dit de v'nir vous voir... »


Wendy attrapa la tasse de thé a coté d'elle et la porta a ses lèvres, écoutant d'une oreille distraite l'homme s'emeller les pinceaux. Puis elle la reposa, toujours aussi tranquillement, avant de croiser les mains sous son menton en faisant mine de l'écouter.

« Humhum... Et toi tu lui a obéit sans réflechir une seconde ? Non c'est bon, j'en ai rien a faire. Vas donc voir Mr Diney, dis lui que je t'envoie et explique lui la situation. »
fit elle en le congédiant de la main.

L'homme hésita un instant, jetant un regard vers Rebekah.

« Vous voulez que je... »


« Non, maintenant qu'elle est là autant faire avec. Dehors. »
La porte claqua, les laissant dans un silence lourd. Wendy la toisa, observant ses vêtements, sa posture, son regard vif. Cela faisait un moment qu'elle ne l'avait pas vue...

« Désolée pour ca, tu sais comment c'est, faut toujours leurs dire dix fois les choses... »
fit elle finalement avec un sourire. « Mais bon... Je me demandais quand tu viendrais me voir. »

D'un geste elle lui désigna le siege qui était appuyé contre l’immense baie vitrée qui donnait vue sur le port, avant d'elle même poser les jambes sur un coin du bureau pour s'installer confortablement. Sa main se baissa jusqu'au sol ou elle trouva le goulot d'une bouteille de rhum juste a coté de Nana qui dormait paisiblement. Elle ne la quittait plus d'une semelle depuis son retour, visiblement la séparation l'avait éprouvée elle aussi.. D'un geste, elle envoya la bouteille a la jeune femme qui l'attrapa au vol.

« Oui, tu t'en doutes, tu fais parler de toi, et pas qu'un peu. »
Ignorer que la tornade rousse était de retour dans le monde des pirates reviendrait a être sourd, muet et aveugle ! Autant dire que ce n'était pas le cas de Wendy. « Alors dis moi, que puis je faire pour toi ? »

Elle attrapa son thé et en bue une gorgée, fixant Rebekah avec des yeux brillants. Les gens venaient toujours pour lui demander quelque chose. Toujours ca ne changerait pas, même si c'était un peu répétitif, clairement.

« Il paraîtrait que tu es a la recherche de Killian ? Il c'est encore volatilisé ? »


Ce type allait devenir un expert, sérieux. De toute façon elle n'avait jamais pu compter sur lui, alors au bout d'un moment, elle avait du apprendre a faire avec... Rebekah était sûrement en train d'apprendre la même leçon que celle qu'elle avait apprise des années plus tot. C'était triste pour elle.

La jeune femme but une gorgée de thé, avant de le reposer sur le bord du bureau et de reprendre, d'un ton pus sérieux :

« Il n'est pas ici. Dans le monde des contes j'entends. Totalement introuvable, il doit être de l'autre coté, dans le monde "réél". Crois moi, j'ai les moyens de me tenir informée a ce niveau là. »


Elle ne lui pardonnait pas a vrai dire. De l'avoir abandonné, de l'avoir laisser. Et pourtant d'une certaine manière elle esperait toujours un retour... mais des retours il y en avait eut tant, quel intérêt d'y croire a nouveau ?

« Lui et son... ordure de paternel sont sous étroite surveillance. »
Pour autant qu'on puisse surveiller le Hollandais Vollant, mais ca elle ne pouvait pas le savoir. Même Jones sénior ignorait l'existence de la carte.... « Enfin bon ! Dis moi ce qui t'ammene par ici ! Je manque de divertissements en ce moments, donc... »

Ecouter une bonne histoire ne serait pas de refus.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus forts...

Depuis toute petite, je sais une chose : la vie nous abîme, tous. On n'y échappe pas. Mais je sais aussi qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres et on se fortifie.
   
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t29803-une-seule-fill http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41789-rps-de-la-reine-des-pirates-wendy-darling

Rebekah Stormborn


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Cintia Dicker.

Ѽ Conte(s) : folklore germanique & légendes phéniciennes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : une nixe, la fille du Léviathan.

☞ Surnom : Bekah.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1269
✯ Les étoiles : 61




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Mer 1 Mar 2017 - 18:57

I’ve got your back
Wendy & Rebekah

Lorsqu’elle me vit, la p’tite Reine souria. J’étais contente de la revoir. Ce n’était pourtant pas une grande amie de longue date (je ne pouvais pas vraiment dire ça), et d’ailleurs je ne m’étais pas attendue à ressentir autant de joie à la vue de sa tête blonde. Mais à bien y réfléchir, et aussi surprenant que cela puisse paraître, oui, Wendy m’avait manqué. Pendant que cette dernière congédiait son pirate visiblement pas très dégourdi, je l’observai, elle et son environnement. Ça puait les responsabilités de partout. Les prises de tête suintaient du bureau croulant sous la paperasse, des armoires pleines à craquées. Et après on se demandait pourquoi je n’avais jamais voulu devenir ne serait-ce que capitaine… L’administration, très peu pour moi. Miss Darling m’avait l’air changée. Le poids de la couronne, sans doute. Ses cheveux coupés courts lui donnaient un air sérieux, militaire, presque sévère. Elle respirait le calme, la maîtrise de soi et l’impassibilité. Ce n’était décidément plus une enfant. La p’tite Reine avait grandi. L’école de la piraterie, ça vous change un homme… ou une femme, en l’occurrence. Même si je la soupçonnais d’avoir toujours eu ce côté royalement pirate. Une balafre rosâtre marbrait sous cou. Eh, c’est que le trône n’était pas de tout repos ! Qu’il me paraissait loin le temps où nous voguions pour la première fois sous le même pavillon… Sur le Jolly Roger, évidemment. Sacré rafiot. Malgré tout ce que lui avait fait subir sa tête brûlée de capitaine, le bateau avait tenu le coup.

Alors que le type qui m’avait escortée tournait les talons, je lui fis un signe d’au revoir de la main, tout sourire. Puis je reportai mon attention sur Wendy, appuyant mes mains sur mes hanches. Désolée pour ça, tu sais comment c’est, faut toujours leur dire dix fois les choses… J’esquissai un rire complice. Ces mecs. Tous les mêmes. Mais bon… Je me demandais quand tu viendrais me voir, enchaîna-t-elle en me proposant un siège près de la gigantesque baie vitrée donnant sur le port. Je ne me fis pas prier et m’y installai confortablement, balançant une jambe sur l’accoudoir. C’est là que je vis Nana, sa fidèle boule de poils en train de roupiller. La Reine des Pirates m’envoya une bouteille de rhum que j’attrapai au vol avant de me servir une généreuse gorgée. Il y a des choses dont on ne se lasse jamais. Oui, tu t’en doutes, tu fais parler de toi, et pas qu’un peu. Un léger "hehe" s’échappa de ma bouche. C’est vrai que je suis difficile à louper. Surtout que depuis mon retour, j’avais été particulièrement… entreprenante. J’avais quelques décennies de piraterie à rattraper, qu’est-ce que vous voulez. Alors dis-moi, que puis-je faire pour toi ? J’allais me resservir une lampée de rhum, mais sa phrase me stoppa en plein mouvement. Je croisai son regard de félin. Après un instant d’hésitation, j’haussai les épaules, la tête sur le côté. Je n’y avais pas vraiment réfléchi. J’étais venue ici par instinct plus que par réelle raison. Il paraîtrait que tu es à la recherche de Killian ? Il s’est encore volatilisé ? Je détournai mes prunelles d’ouragan vers la vitre, me perdant un instant dans le décor. Je vois que tes services de renseignements son drôlement efficaces. On peut rien te cacher. Bon point. Un fin sourire en coin étira mes lèvres. Effectivement, je cherchais mon Jones favori (ouais parce que le papa est bien sympa, mais les tentacules je les préfère chez le Kraken). Je m’étais mis en tête de lui mettre la main dessus pour qu’on se refasse des petits pillages à l’ancienne, entre potes. Mais impossible de retrouver sa tronche. Il n’est pas ici, reprit la Darling. Dans le monde des contes j’entends. Totalement introuvable, il doit être de l’autre côté, dans le monde "réel". Crois-moi, j’ai les moyens de me tenir informée à ce niveau-là. J’arquai un sourcil d’intérêt, me retournant vers la souveraine des forbans. Lui et son… ordure de paternel sont sous étroite surveillance. Je notai qu’elle non plus ne portait pas le capitaine du Hollandais Volant dans son cœur. Je poussai un soupir. Si Killian n’était pas dans ce monde-ci, alors je savais où il était passé. Et je savais aussi que par conséquent, je ne le reverrai certainement pas avant au moins plusieurs années. Il avait sans doute plié bagages pour Avalon afin de retrouver ses enfants et sa dulcinée, accessoirement ma sœur, dont le souvenir avait du mal à se ternir. Conclusion : je pouvais d’ors et déjà tirer un trait sur le Kiki pour un bon bout de temps. Quand il décidera de ramener ses guêtres dans le coin, on en reparlera. Je ne lui en voulais pas. Au contraire, j’étais contente pour lui. Il méritait un peu de repos. Enfin bon ! Dis-moi ce qui t’amène par ici ! Je manque de divertissements en ce moment, donc… Croisant mes bras derrière ma tête, je me penchai en arrière, cherchant quoi lui raconter. Hmm par où commencer… Depuis la dernière fois qu’on s’est vues, je pense que ta vie a été plus mouvementée que la mienne ! Avec le reste de l’équipe on est revenus à Storybrooke, Killian s’est barré et moi je suis restée avec Scampi. Le fric du trésor nous a pas mal aidées, je dois te l’avouer. Anna dans la partie, les trois Roussequetaires ont sévi un certain temps, puis j’ai senti que j’en avais fini avec le monde sans magie. Ça me correspondait plus, tu vois ? Ça collait plus avec qui j’étais, qui j’ai besoin d’être à nouveau. Puis fallait bien ramener la Scamp’ à ses vieux quand même ! Alors on a embarqué toutes les deux sur un bateau en nuages -j’étais sceptique au début, mais c’est costaud ce truc-, direction Tortuga. Par chance, on a vite remonté la trace des McBernik père et fils. Je leur ai largué le paquet -aka Scampi- et j’ai tracé ma route. La suite, tu m’as l’air de la connaître autant que moi : j’ai roulé ma bosse dans les parages, j’ai repris mes bonnes vieilles habitudes. Ça m’avait manqué, tu sais… Je pensais pas que c’était à ce point. L’espace de quelques secondes, je fermai les paupières, me délectant de cette sensation d’avoir enfin retrouvé mon chez moi. L’océan du monde des contes. Le royaume de mon père. J'avais également renoué avec la Rebekah d'avant la Malédiction. La sauvageonne brutale et fougueuse, la bestiole indomptable qui n'hésitait pas à rentrer dans le tas. La Rebekah plus dure, plus brute, moins édulcorée et peut-être plus sombre. Et surtout, la Rebekah seule. Je n'irais pas jusqu'à dire que ma solitude m'avait manqué, mais c'était dans ma nature... Puis, reprenant mes esprits, je fis tomber ma jambe de l’accoudoir et posai mes coudes sur mes genoux, face à Wendy. Et figure-toi que t’es pas la seule à t’être mise au parfum, plaisantai-je, l’œil mutin. J’ai cru comprendre que tu t’étais lancée dans une guérilla contre les négriers de la Compagnie des Indes, c’est ça ? Chouette projet. J’adhérais complètement à son entreprise. La liberté me tenait tellement à cœur, était tellement cruciale pour moi que se dresser contre l’esclavage avait une grande valeur à mes yeux. Ça t’a rapporté pas mal de succès… Mais je suis sûre que t’as conscience qu’un bon paquet de jeunes pousses se rendent pas compte de tout ce que t’apportes à la piraterie… Un tas de gamins paumés, mais tu sais ce qu'on dit : les mauvaises graines ne donnent pas de meilleures plantes... Je ne savais pas trop ce qui me poussait à lui parler de la Nouvelle Vague, cette génération de sales gosses sans foi ni loi, dénués de tout respect élémentaire pour la moindre ligne du Code. Un étrange sentiment grimpait en moi. Je ne voulais pas qu’il arrive des problèmes à la p’tite Reine. Et, bien qu’elle doive certainement être au courant de tout, cette histoire de Nouvelle Vague était encore très récente et seuls quelques piliers de comptoir des tavernes les plus reculées avaient mis un mot sur le phénomène. La Queen devait avoir des espions à sa solde dans chaque mètre carré de la région cependant, je me devais de le lui dire. Je me devais de l’aider, pour ne pas dire protéger. Pourquoi, je n’en avais pas la moindre idée. Nous étions liées par notre passé, c’était évident, mais jamais je ne m’étais sentie concernée par le destin de qui que ce soit hormis mes amis les plus proches… Dont Wendy ne faisait pas partie. Du moins, c’était ce que je croyais.

Emi Burton


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
raise your flag & stand tall

Seek freedom ♆ and it will lie stretched out before your eyes. Endless dreams guide your restless spirit.
 
ACIDBRAIN
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33258-rebekah-lachowski-ou- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t47291-rebekah-lachowski-daughter-of-the-sea http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33455-les-rps-de-bekah En ligne

Wendy Darling


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Shailene Woodley

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wendy

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 724
✯ Les étoiles : 90




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Dim 19 Mar 2017 - 16:42

I've Got your Back
Wendy & Bekah


"Et figure-toi que t’es pas la seule à t’être mise au parfum."


Oh ? Wendy lui rendit son sourire, attentive soudain.

"J’ai cru comprendre que tu t’étais lancée dans une guérilla contre les négriers de la Compagnie des Indes, c’est ça ? Chouette projet."


Ah, ca... elle hocha la tête. Effectivement, ca lui tenait a coeur depuis un moment. Certes sa tête était mise a prix mais... plus la prime était alléchante plus sa réputation se solidifiait auprès de ses paires. Amis et ennemis... aucuns pirates digne de ce nom ne pouvait soutenir de tels démarches. Ces hommes avaient choisit la liberté au mépris du danger et du regard que l'on pouvait porter sur eux. Alors voir des êtres enchainer, parqués dans des cales comme de vulgaires marchandises... non, a qui cela pouvait il plaire ?

"Ça t’a rapporté pas mal de succès… Mais je suis sûre que t’as conscience qu’un bon paquet de jeunes pousses se rendent pas compte de tout ce que t’apporte à la piraterie… Un tas de gamins paumés, mais tu sais ce qu'on dit : les mauvaises graines ne donnent pas de meilleures plantes..."

Le regard de Wendy se fit soudain plus attentif, plus concentré. Plus sérieux. Elle soupira et attrapa une pomme avant de ordre dedans, réfléchissant silencieusement a la manière dont elle pourrait formuler sa réponse.

"Oui je vois de quoi tu parles... pourtant ce ne sont que des rumeurs non ? Rien de très concret pour l'instant ...?"


Sa question resta en suspends quelques instants, et devant le silence de Rebekah, elle jura.

"Et merde.. je pensais avoir plus de temps."
lâcha elle avant de se lever et de se diriger vers une armoire fermée a clef das son dos. Elle l'ouvrit et fouilla dedans un instant avant d'en tirer un rouleau de parchemin froissé, qu'elle laissa tomber sur son bureau avant de refermer l'armoire, faisant par la même occasion relever brusquement la tête de Nana qui l'observa. D'un geste ample, Wendy déplia la carte et en, coinça les coins avec certains objets du bureau. Une bouteille d'encre, un bibelot en ferraille...

"Tu vois ces crois rouges ? Ce sont d'anciennes planques. Avant que je ne monte sur le trône »
dit elle avec une grimace en se laissant tomber sur son fauteuil « Ceux qu'on appelait les « anciens », c'était.. comment dire, la noblesse de la piraterie. »

Elle devait le savoir, ca avait toujours été le cas. De grands pirates qui avaient sous leurs commandement plusieurs bâtiments. Des hommes dont les noms résonnaient a travers les mers et inspiraient a la fois crainte, respect et admiration. Sous le règne de l'ancien roi, ils avaient prospéré en exploitant les « nouveaux pirates ». Ceux qui prenaient des risques pour attaquer les navires marchands, la marine parfois ! Ils perdaient des hommes mais récupéraient un butin conséquent a leurs efforts.

« Pendant longtemps, ils ont profité du code. Les pirates ne s'attaquent pas entre eux si il n'y a pas de raisons de le faire. Donc les « petits pirates » les laissaient approchés après leurs pillages et les grands... »
Elle soupira. Comment expliquer en quelques mots la barbarie, l'horreur et les trahisons impardonnables qu'ils avaient commis ? « Ils s'approchaient en utilisant le code, et les détruisaient. En échange de quelques coffres d'or, le roi fermait les yeux. »

Évidemment, lorsqu'elle avait pris le pouvoir, les choses s'étaient mal passé. Elle avait voulue s'en tenir au code, la seule base qu'elle avait, la seule chose qui légitimait son pouvoir. La seule chose qui lui permettait d 'être autre chose que simplement une gamine sans envergure. La situation l'avait tout simplement révoltée et elle avait tout mis en œuvre pour les punir, pour les empêcher de recommencer. Elle avait risqué sa vie, perdue des amis, des hommes... Mais au final, ca en avait valu la peine. Les choses c'étaient tassées et son nom avait pris plus d'ampleur jusqu'à ce qu'elle ne se rende compte que certains d'entre eux pratiquaient l'esclavage. De la, remonter jusqu'à la compagnie des indes n'avait pas été très difficile...

« Bref, je leur ai botté les fesses et j'ai tenté de restauré le code. Ca n'a pas été facile, mais aprés de longs mois de travaille j'y suis parvenus. »


Elle ne savait même pas pourquoi elle lui racontait tout ca. Rebekah devait être au courant depuis longtemps... Quoi que... Si elle savait qu'elle était partie en guerre contre les anciens, elle devait certainement en ignorer la raison, au final, peu de gens étaient au courant. Le roi, elle et les pirates qu'elle avait chassé, en plus de ceux venus lui demander son secours. Et c'était ne vielle histoire, on ne devait plus en parler depuis longtemps...

« Plus on s'éloigne de L'ile du Roi, plus le respect du code deviens fragile. Pourtant il est la... J'ai entendu dire que quelques chahuteur faisaient un peu parler d'eux mais... »
Elle soupira. « Je pensais que j'aurais plus de temps. Tant que je n'ai pas reçue de plainte officielle... Ici, ce n'est qu'une rumeur, je me suis dis que ca se calmerait tout seul. »

A nouveau un long soupire, las, avant d'attraper une bouteille de vin dont elle se servit un verre. Une vielle bouteille, donc la contenance était rare et précieuse. Le liquide rouge sombre semblait illuminer l'espace autour de lui.

« Ca n'en finira jamais... »
D'un geste brusque, elle replia la carte bariolée de rouge et la laissa tomber sur un tas d'autres parchemins. Elle se leva et s'approcha de l'immense baie vitrée qui donnait sur la mer. Croisa les bras, son verre toujours dans les mains. Elle resta immobile, avant de se permettre de boire une petite gorgée. Laissa le vin rouler sur sa langue avant de l'avaler.

Ses yeux claires parcouraient la baie, s’arrêtaient sur ces hommes et ces femmes qu'elle protégeait, a qui elle permettait d'avoir une vie meilleure. Sur les navires alignés le long du port. Un sourire se dessina sur son visage, dévoilant des dents qu'elle s’efforçait de garder blanches, l 'esprit agité de mille mots.

« Il faut tuer le mal a la racine.... Je crois que ces gamins ont besoin d'une bonne leçon. »


Elle se tourna vers Rebekah, le regard étrangement attentif.

« Tu veux venir avec moi ? »
demanda elle finalement. Après tout, elles avaient commencé a développer un bon.. feeling la dernière fois qu'elles c'étaient vues, et même si le temps avait quelque peu ternis ces sentiments, Wendy se disait qu'il était toujours possible de développer quelque chose. ; d'autre. Rebeah avait une sorte d'aura, une énergie qui se dégageait d'elle et la rendait... différente. Insaisissable et dangereuse a la fois, et pourtant... Elle avait l'impression que Rebekah était le genre de femme a vous glisser entre les doigts comme une anguille.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, elle accepta de l'accompagner. Wendy masqua sa surprise et en moins d'une heure, elles prenaient la mer sur le Walrus avec Nana. Le soleil se couchait doucement sur les flots, éclairant la mer de mille reflets chatoyants. La brise était légère et douce, apportant l'embrun sur leurs chemises alors que les voiles se tendaient dans un grincement presque imperceptible pour les pousser en avant.

Elle avait laisser la barre a son second, Diney, un ancien esclave qui, elle le savait, n'hésiterait pas a offrir sa vie pour elle. Il parlait peu, et sa peau sombre associée a une carrure imposante avait le don de calmer les matelots récalcitrant. Wendy descendit du pont supérieur et rejoignit Rebekah, s'accoudant au bastingage a ses cotés, rapidement rejoint par Nana qui elle aussi, posa ses pattes dessus, la truffe au vent comme pour sentir les ennuis a distance.

Le silence s'installa un instant entre elles, alors que Wendy appréciait avec délice le bruit des vagues, la senteur du sel et le son de la coque fendant la mer.

« Comment tu en est arrivée la ? »
demanda elle finalement, avant de faire un sourire amusé a Rebekah. « Comment t'en es venue a devenir.. pirate ? »

Le voyage risuait d'être long, alors autant commencer a en apprendre un peu plus sur elle non ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus forts...

Depuis toute petite, je sais une chose : la vie nous abîme, tous. On n'y échappe pas. Mais je sais aussi qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres et on se fortifie.
   
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t29803-une-seule-fill http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41789-rps-de-la-reine-des-pirates-wendy-darling

Rebekah Stormborn


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Cintia Dicker.

Ѽ Conte(s) : folklore germanique & légendes phéniciennes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : une nixe, la fille du Léviathan.

☞ Surnom : Bekah.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1269
✯ Les étoiles : 61




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Jeu 23 Mar 2017 - 15:05

I’ve got your back
Wendy & Rebekah

Lorsque j’abordai le sujet de la Nouvelle Vague, le visage de Wendy se durcit. Elle m’écouta alors avec une attention toute particulière. J’avais touché dans le mille. Après mon petit rapport, elle poussa un soupir et laissa le silence s’installer quelques instants avant de me répondre : Oui je vois de quoi tu parles… Pourtant ce ne sont que des rumeurs non ? Rien de très concret pour l’instant… ? Je me contentai d’un mutisme encore plus expressif que n’importe quelle explication. La Reine savait aussi bien que moi que, chez les pirates, les rumeurs et autres histoires de commères avaient une importance presque religieuse. Les forbans des mers étaient une communauté dans laquelle chaque réputation, chaque fait d’arme, chaque anecdote était amplifié par le bouche à oreille. Et si par malheur le bruit d’une révolte parmi la jeunesse se faisait entendre, il n’en faudrait pas plus à beaucoup de flibustiers pour la considérer comme déjà entamée. Rien de plus facile ensuite, pour les plus dégourdis, de tirer leur épingle du jeu et prendre la tête de la révolution. Vous pensez que j’exagérais ? Vous ne connaissez pas les pirates. Une étincelle suffisait pour tout faire sauter, de la cale jusqu’à la cime du grand mât. Le moindre murmure d’ivrogne devait être pris en considération quand on ne faisait pas l’unanimité. La miss Darling n’était pas encore dans une position assez confortable pour se permettre de prendre les ragots à la légère et de les balayer d’un revers de main. Et merde, reprit-elle, me certifiant qu’elle avait bien compris le message, je pensais avoir plus de temps. Elle se leva et se dirigea alors vers une armoire scellée. Je la suivis de regard, intriguée par son attitude. Qu’avait-elle voulu dire par “plus de temps” ? Wendy sortit un parchemin et le jeta sur la table, ce qui réveilla Nana. Coucou toi. Quand la Queen déplia le rouleau, j’entrevis les esquisses d’une carte. Je bondis aussitôt de mon siège, ma curiosité montant crescendo. Tu vois ces croix rouges ? Tandis qu’elle m’indiquait les emplacements, je me penchai par-dessus son épaule pour mieux scruter le dessin. Ce sont d’anciennes planques. Avant que je ne monte sur le trône. La blondinette retomba sur son fauteuil, visiblement contrariée. Le schéma de la situation commençait à se tracer dans mon esprit. Ceux qu’on appelait les “anciens”, c'était… comment dire, la noblesse de la piraterie. J’avais connaissance de ce phénomène. Ceux qui pensaient que la piraterie n’avait aucune hiérarchie se trompaient amèrement. Il y avait une pyramide sociale très précise et, même si elle n'était que rarement évoquée, chacun d'entre nous en avait pleinement conscience. Ces gentilshommes de fortune dont me parlait la p’tite reine, avaient régné sur les mers jusqu’à ce qu’elle prenne la couronne. Les “boucaniers aristocrates”, autrefois aussi puissants que le Roi (si ce n'était plus), avaient alors perdu tous leurs privilèges ainsi que leurs marchés parallèles. Tout le monde savait ça dans le milieu. Je grognai de mépris, les yeux toujours rivés sur la carte, lorsque la Darling me raconta les méthodes peu orthodoxes de ces pontes de la flibusterie. J’avais déjà entendu ces histoires, mais je n'y avais prêté qu’une oreille discrète à l'époque. Trop jeune, trop centrée sur mon petit quotidien.
Bref, je leur ai botté les fesses et j'ai tenté de restaurer le code. Ça n’a pas été facile, mais après de longs mois de travail j’y suis parvenue. Bien que mes prunelles couleur tempête parcouraient ardemment le parchemin, je ne perdais pas une miette de ce que me disait la blonde. Elle avait mené son début de règne d’une main de fer. C'était sa seule chance de se faire respecter. Ça n’avait pas dû être de tout repos… Et ce n’était que le début. Ceux qui s’insurgeaient en premier étaient les plus sanguins mais les moins calculateurs. Il valait mieux se méfier des autres. Ceux qui attendaient, tapis dans l’ombre des hautes instances de la piraterie, épiant chaque faiblesse. Les plus patients, les plus vicieux. Les plus dangereux. J’avais déjà eu l’occasion d’admirer leurs stratégies aussi insidieuses que du poison administré goutte après goutte.
Certains lieux marqués d’une de ces fameuses croix ne m'étaient pas étrangers. J’avais déjà vogué non loin. Des lagons peu fréquentés, des côtes peu commodes à la navigation… Que de bons choix pour des planques. Plus on s'éloigne de l’Île du Roi, plus le respect du Code devient fragile. Pourtant il est là… J’ai entendu dire que quelques chahuteurs faisaient un peu parler d’eux mais… Je pensais que j'aurais plus de temps. Tant que je n’ai pas reçu de plainte officielle… Ici, ce n’est qu’une rumeur, je me suis dit que ça se calmerait tout seul. Je me retournai vers la jeune reine. Elle semblait si lasse. Tandis qu’elle se servait au goulot d’une vieille bouteille, je m’appuyai contre le grand bureau, l’observant d’un œil compatissant. Ça n'en finira jamais… Debout devant cette grande baie vitrée surplombant la baie, ses cheveux coupés courts, son verre de vin à la main, elle m’apparut soudain sous un autre jour. Une souveraine prenant son rôle à cœur, souhaitant protéger ses sujets à tout prix. Ça n’en finira jamais, non. Tu suis les règles, tu appliques le Code. Eux non. Vous ne pouvez pas vous battre à égalité dans ces conditions. Ils auront toujours un coup d’avance, un moyen de contourner la juridiction. Tu joues cartes sur table, alors qu’eux se passent les as en-dessous de la nappe. Si tu ne t’en tiens qu’à la stricte et honnête écriture du Code, ils t’auront à l’usure. Mais… Je me redressai, croisant les bras d’un air déterminé. ... personne n’a dit que le Code ne pouvait pas nous aider et tourner en notre faveur. Oui, j’avais bien dit nous. Je me sentais impliquée. Je n’aurais jamais eu l’audace de regarder Wendy dans les yeux et de lui balancer “bon bah c'était cool de te revoir, à la prochaine”, et disparaître aussi vite que j’étais venue. Je ne pouvais pas. Et surtout, je ne voulais pas. Il faut tuer le mal à la racine… Je crois que ces gamins ont besoin d’une bonne leçon. Un sourire mutin s’étira au coin de mes lèvres. Tu veux venir avec moi ? Ma décision était déjà prise depuis plusieurs minutes. Les dernières paroles de ma p’tite reine réveillèrent en moi un feu tari depuis trop longtemps. Le brasier reprit tout d’un coup avec une force vigoureuse. Mon regard d’ouragan flamboya d’une sauvage malice. Et comment que je viens !

Le soleil n’était pas encore couché que nous embarquions déjà à bord du Walrus. Un foulard d’un bleu vieilli ceignant mon front, j’aidais l’équipage à charger les tonneaux et gros sacs de vivres. Avec une étonnante facilité, je montais paquetage après paquetage sur l’épaule, sans une goutte de sueur. A Storybrooke, ma résistance surnaturelle avait été sous-exploitée. Je m’en étais servie à l’occasion pour soulever une voiture sous laquelle avait roulé une bouteille. Ici, j’allais enfin pouvoir mettre mes gènes de monstre à l’épreuve. A ce propos, alors que les derniers ordres étaient lancés avant de larguer les amarres, je partis y méditer dans mon coin. Assise sur la rambarde, une jambe se balançant dans le vide, j’étudiais d’un air songeur la paume de ma main. Depuis mon retour à Tortuga, j’avais remarqué à plusieurs reprises ces étranges reflets écailleux qui apparaissaient l’espace d’un battement de cil sous ma peau. Ils surgissaient lorsque mes nerfs prenaient le dessus. J’avais ma petite idée sur l’origine des symptômes… Elle m’avait laissée tranquille durant la Malédiction et tant que j’avais habité à Storybrooke. A présent, la magie du monde des contes la sortait de sa torpeur. Elle reprenait goût à la vie, Elle se renforçait de jour en jour. Et il arriverait un moment où je devrais y faire face. Où je ne pourrais plus la contenir. Où Elle assiègera mon esprit, me laissant prisonnière de ma propre conscience. Il fallait absolument que j’apprenne à ne pas m’en faire mon ennemie, mais une partie entière de moi. Elle était moi et j’étais Elle. Je l’avais compris, mais Elle semblait plus réticente à accepter la vérité. Ma Bête.
Des pas me tirèrent de mes pensées. Je relevai la tête et vis Wendy marcher à ma rencontre, Nana sur les talons. Je laissai la Reine des Pirates s’accouder à côté de moi. Une légère brise faisait voleter nos mèches de cheveux et s’engouffrait sous nos chemises amples alors que la coque du Walrus traçait sa route sur les flots calmes. Comment tu en es arrivée là ? J’haussai un sourcil, surprise par la question. Comment t'en es venue à devenir... pirate ? Un sourire un brin nostalgique s’étira lentement sur mon visage. J’inspirai un grand bol d’air salin, me perdant dans l’horizon dont le feu rougeoyant se reflétait dans mes yeux. C’est une longue histoire, mais elle se résume assez rapidement. Je suis née dans un endroit où je n’avais pas ma place. Je suis partie m’en faire une ailleurs. Quand j’ai vu l’océan pour la première fois, j’ai tout de suite su que je ne serais jamais aussi heureuse qu’ici. Jamais je ne pourrais oublier la sensation de plénitude qui m’avait envahie lorsque j’avais touché l’eau salée. Une liberté sans limite, un bonheur complet. Travailler, mener une petite vie tranquille sur le plancher des vaches, c’était pas fait pour moi. Me restait plus qu’à choisir vers quel camp me diriger. Et le seul qui offrait une bonne dose de liberté et qui s’affranchissait de toutes les règles du monde des hommes, c’était la piraterie. Je me suis engagée dans cette voie pour ça. Piller, saccager, voler… tout ça ne fait pas partie de mes priorités. Je m’en fiche un peu en fait. Même si je dois avouer que je suis plutôt douée à ce petit jeu… Et c’est pas sans me déplaire. Ça, je n’aurais pas pu le nier. La montée d’adrénaline avant un abordage valait toutes les montagnes russes. J’ai pris la mer pour trouver des réponses. Trouver quelqu’un… ou quelque chose… à vrai dire je sais toujours pas. Le réveil de mon Monstre me rappelait que j’étais partie à la recherche de mon paternel. Je m’étais dit que lui seul pourrait m’aider à découvrir qui j’étais vraiment. De quoi j’étais capable et comment appréhender cette part de Léviathan qui ne demandait qu’à s’exprimer. Seulement, ma quête n’avait pas été très fructueuse jusqu’ici. Finalement, j’ai trouvé encore mieux : un foyer. Je ne me sens chez moi que sur l’océan. Je m’étais faite à l’idée que peut-être je ne rencontrerais jamais mon père. J’avais appris à ressentir sa présence dans chaque courant, chaque vague, chaque tempête. Son royaume était à la fois mon nid, mon refuge, ma mère nourricière. Là était ma place, dans son monde à lui. Et même si je ne le voyais pas, j’aimais à croire qu’il veillait sur sa fille. Et toi, tu te fais à cette vie ? T'as l'air de bien te dépatouiller.
Eh mais c'est... Un mousse détala devant nous en criant. Je vis apparaître derrière lui la cause de sa terreur : Rumpy venait de sortir de la cale, un morceau de viande séchée entre les dents. J'éclatai de rire devant la tête que tirait les marins. Sacré croco, t'en as mis du temps ! J'ai fini pas croire que t'étais resté à terre. Lui tapotant gentiment la tête, je le récupérai près de moi pour calmer l'équipage.

Un clapotis irrégulier me fit tourner la tête vers le bord de la coque, juste en-dessous de moi. Trois dauphins suivaient le navire. L’un d’eux donna de la voix, et ce qu’il me dit me fit froncer les sourcils. Les dauphins étaient du genre bavards. Toujours à raconter la moindre de leurs péripéties. Et dans ce cas-là, les informations étaient plutôt intéressantes. Plusieurs bateaux à bâbord. On les voit pas encore, ils sont cachés par l’horizon. Ils vont dans la même direction que nous. A mon avis, ils veulent se rendre à la même planque que nous. Et… ils ont sortis le pavillon rouge. Le pavillon rouge n’était brandi qu’en cas d’attaque, lorsqu’un parti voulait signifier qu’il ne ferait pas de quartier. Littéralement : “pavillon rouge” égale “pas de prisonniers”. Il se trouvait que la Nouvelle Vague avait la fâcheuse manie de le laisser tout le temps voler au vent. Une pure provocation envers le Code. Nous approchions de notre destination. Nous y serions à la nuit tombée. Et visiblement, nous tombions à pic sur un rassemblement de ce ramassis de blancs-becs. Parfait. A cette perspective, j’échangeai un regard sardonique et complice avec la blondinette.
Les derniers rayons de soleil finirent par disparaître complètement derrière la ligne d’horizon. La brume nous permit de continuer notre progression en toute discrétion. Du nid-de-pie, la sentinelle nous signala que l’île que nous visions était en vue. Mes espions dauphins firent plusieurs allers-retours pour me faire l’état des lieux. Une dizaine de bâtiments étaient ancrés dans la baie. D’après mes amis cétacés, une fête se préparait. Cela signifiait que le comité d’accueil allait être garni. Je fis aussitôt part de ces éléments à Wendy. Nous avions deux possibilités. Nous pouvions d’une part foncer droit dans le tas, débarquer dans la baie et couler un maximum de bateaux ennemis avant de se faire couler soi-même. Risqué. Surtout que les lumières de la fête nous empêcheraient d’approcher cachés. Nous serions repérés en un clin d’œil. En plus, nous étions clairement en infériorité numérique. Mais d’autre part, nous pouvions également la jouer plus fine. Comme les dauphins s’attaquant à un immense banc de poissons, il fallait encercler la proie. Et si on s’invitait à leur petite fête ? Mon ton malicieux voulait tout dire. Quitte à leur botter les miches, autant en profiter. Niveau impact médiatique, il fallait que notre opération ait fière allure. Qu’elle puisse être racontée et divulguée partout comme une preuve que la Reine n’était pas Reine juste grâce à sa puissance de frappe. La forme avait autant d’importance que le fond. Vaincre l’ennemi ne suffisait pas. Il fallait le faire d’une manière à marquer les esprits. Frapper un seul coup, mais un grand coup. Les pirates étaient friands de spectacle. Eh bien nous n’avions qu’à leur en donner ! Nous pouvions nous séparer en trois groupes. Un premier irait neutraliser les vigies et faire dériver les navires adverses en levant leurs ancres. Le deuxième, le principal avec Wendy et le gros de l’équipage, entrerait dans la baie et se joindrait à la fête. L’ennemi serait trop surpris et curieux pour attaquer. Ils voudraient tous savoir ce que la Reine venait faire ici. La plupart d’entre-eux étaient des abrutis finis, mais je soupçonnais leur peloton de tête d’être moins idiot qu’on ne le pensait. Tant que l’attitude de la p’tite reine n’était pas agressive, ils seraient ravis de l’avoir parmi eux pour, qui sait, se la mettre dans la poche. Je faisais confiance à la blonde pour leur balancer tout son charisme dans la tronche et les mettre bien mal à l’aise. Une fois que le deuxième groupe serait au coeur de la planque, là où tous ces rats étaient terrés, le troisième groupe (aka le reste des gars et moi-même), qui serait passé par les "coulisses", entrerait en action. Et sans plus attendre, les prenant en tenaille, nous mettrions fin aux festivités dans un dernier apothéose. C’est ainsi que je proposai mon idée à miss Darling. Je n'étais pas une grande stratège, mais je connaissais quelques trucs. Cependant, elle pouvait tout à fait refuser. Elle aurait le dernier mot.

Emi Burton

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
raise your flag & stand tall

Seek freedom ♆ and it will lie stretched out before your eyes. Endless dreams guide your restless spirit.
 
ACIDBRAIN
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33258-rebekah-lachowski-ou- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t47291-rebekah-lachowski-daughter-of-the-sea http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33455-les-rps-de-bekah En ligne

Wendy Darling


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Shailene Woodley

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wendy

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 724
✯ Les étoiles : 90




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mer 3 Mai 2017 - 1:14

I've Got your Back
Wendy & Bekah
« C’est une longue histoire, mais elle se résume assez rapidement. Je suis née dans un endroit où je n’avais pas ma place. Je suis partie m’en faire une ailleurs. Quand j’ai vu l’océan pour la première fois, j’ai tout de suite su que je ne serais jamais aussi heureuse qu’ici. »

Wendy eut un sourire nostalgique. Elle non plus n'avait jamais trouvé sa place dans le monde réél, préférant rêver et imaginer des centaines d'histoires passionnantes plus tôt que de rester sagement, comme toutes les filles de son age, a attendre de grandir. Non, cette vie la, parsemée de broderie et de partie de thé n'était vraiment pas pour elle. Elle avait trouvé son bonheur a Neverland, a jouer avec Peter, avec les garçons perdu... a courir dans la jungle, a observer les sirènes, a sauter dans les lagons. C'était la qu'avait toujours été, et que serait toujours sa vrai place.

« J’ai pris la mer pour trouver des réponses. Trouver quelqu’un… ou quelque chose… à vrai dire je sais toujours pas. »


La jeune reine masqua sa surprise. Rebekah avait donc un objectif ? Une recherche, quelqu'un a retrouver ? Mais pourquoi ? Quel était l'importance de cette personne pour elle ? Quel était la raison qui la poussait aussi loin ?

« Finalement, j’ai trouvé encore mieux : un foyer. Je ne me sens chez moi que sur l’océan. »


Son sourire se fit un peu crispé. Wendy ne l'avouerai jamais mais elle était, d'une certaine façon, un peu jalouse. Elle aurait aussi aimé pouvoir a nouveau sentir ce sentiment de sécurité, cette aura rassurante qu'on trouvait en étant chez soi... elle aurai aimé pouvoir s'endormir a la lueur des veilleuses de sa mère, sans avoir sans cesse un couteau sous son oreiller. Elle aurait aimé pouvoir partager des jeux avec ses frères a nouveau, passer de longues soirées en leur compagnie a jouer aux cartes ou a discuter tout simplement. Par réflexe, sa main revint sur la tête de Nana, la caressant doucement. Elle état la seule qui lui restait. Sa nounou, sa meilleure et plus fidèle amie, et même si sa présence lui faisait un bien fou, elle sentait toujours ce manque au fond d'elle.

« Et toi, tu te fais à cette vie ? T'as l'air de bien te dépatouiller. »


Elle hésita, ne sachant si elle devait soupirer de tritesse ou afficher un sourire victorieux. Wendy finit par hausser les épaules.

« Je fais ce que je peux. Je change »


Et d'une certaine façon, ca lui faisait peur, sans pour autant qu'elle ne se décide a l'avouer. Elle se sentait plus sure d'elle, plus.. provocatrice, voir même séductrice. Elle n'avait jamais expérimenté ce genre de choses auparavant. Sa main revint a son cou, a son pendentif en dé a coudre qu'elle effleura du bout des doigts. Elle avait presque déclenché une guerre pour le récupérer, un duel entre elle et Davy Jones qui c'était, contre toute attente, soldée par sa victoire. Faire flamber le Hollandais lui avait donné une nouvelle image, bien plus crainte et respectée que par le passé. Elle se souvenait encore de la chaleur des flammes, de la douleur qu'elle avait lue dans ses yeux, de sa surprise aussi. Le craquement du bateau, ses gémissements presque lorsque le feu avait grimpé de la cale au nid de pie.Mais elle ne c'était pas laissé démonté. Elle l'avait affronté et avait gagné la bataille, récupérant au passage le dé a coudre et le compas du capitaine.

Depuis elle se sentait... sure d'elle, comme si passer ce cap l'avait changée du tout au tout. Et découvrir de quoi la nouvelle Wendy était capable la fascinait... et la terrifiait a la foi. Elle ne revint a elle que lorsque Rebekah, accompagné de son croco de poche – qu'est ce qu'il faisait la lui ? - lui annonça la présence de plusieurs navires non loin d'elles.

« Plusieurs bateaux à bâbord. On les voit pas encore, ils sont cachés par l’horizon. Ils vont dans la même direction que nous. A mon avis, ils veulent se rendre à la même planque que nous. Et… ils ont sortis le pavillon rouge. »


Ah tien vraiment ? Ces gamins étaient stupide, il fallait toujours laissé des survivants pour raconter et amplifier les histoires ! C'était ce qu'on lui avait appris ce que les pirates prônaient... mais pas les valeur qu'elle défendait. Elle avait toujours tenue a ne tuer que par.. obligation, pour sauver sa propre vie. Jamais de sang froid, jamais... juste pour la tuerie ou dans le feu de l'action. Non, elle ne faisait que blesser, amocher assez pour que les hommes ne se relèvent pas... ou jugent plus prudent de rester au sol. Son regard croisa celui de Rebekah et elle lui lanca un sourire avant de se tourner vers son second.

« Mr Diney ? A bâbord je vous prie. »


Les choses devenaient soudain bien plus sérieuse. Elle allait se trouver au milieu de.. de gamins en crise d'adolescence, mais de gamins armés, et n'avait pas la moindre idée de la manière donc elle allait bien pouvoir leur faire comprendre que leur attitude devait changer. Elle passa un long moment, les yeux rivés sur l'océan a observer la brume en reflechissant. Elle était leur reine, leur mère. Elle devait les arreter, protéger ses autres « enfants » quoi qu'il en coute.

« Et si on s’invitait à leur petite fête ? »

Wendy rendit son sourire a Rebekah.

« Je técoute. »

Le plan de Rebekah était... risqué. Enfin surtout pour elle, si elle entrait et qu'ils l’abattaient sur le champ... Elle hocha la tête en l'écoutant, réfléchissant a son tour. Ce n'était... pas mal a vrai dire, quoi qu'il y ai clairement quelques défauts.

« On ne pourra pas neutraliser les vigies aussi facilement » r
épliqua elle alors qu'elles c'étaient installé a son bureau. Elle chercha pendant un long moment avant de trouver, au milieu des parchemins, une carte approximative de l'ile. C'était un endroit célèbre, mais elle n'avait que ca sous la main.

« Regarde, même si ils ne nous attendent pas, ils auront au moins mis des vigies ici, ici et la. La brune nous couvre pour le moment parce qu'on est a distance, mais je ne pense pas qu'un seul de mes hommes, hormis Diney, ne sera assez discret pour les avoir. Et il y en a trop pour Diney, je ne peux pas l'envoyer seul la dedans. »


Elle soupira. L'ancien esclave était bien la seule personne sur laquelle elle pouvait se fier. Certes son équipage la suivait de bon cœur, et se battre a ensemble avait fini par former des liens, mais tout de même... Elle tapota ses doigts sur la table pendant un moment, rythmant ses pensées. Le plan de Bekah méritait quelques améliorations.

« En plus leurs navires seront gardé, jamais un pirate sensé ne laisserai son bâtiment sans une dizaine d'hommes pour le surveiller avec autant de danger potentiel... pardon, « d'alliers » autour d'eux. Ce serait suicidaire, et la il s'agit de bon sens, même eux ne prendraient pas un risque pareille. »

Plus de... un sourire mesquin s'installa sur son visage avant qu'elle se se penche sur le coté, poussant du pieds un petit coffre vers Rebekah.

« Tu sais ce qui est bien depuis qu'on peut faire des « allers - retour » entre les mondes ? J'ai rapporté quelques... souvenirs de mon dernier voyage. »


Juste après avoir fait brûler le Hollandais, elle avait , une fois de retour sur l'ile du roi, fais un voyage a Neverland. Retourner a Londres, voir son meilleur ami et acheter quelques... surprises. Jamais Arya ne laisserai les pirates traverser aussi facilement qu'elle, elle avait donc un certain avantage sur eux. Et elle connaissait ce monde. Ce qu'elle avait pendant longtemps crue être une malédiction se trouvait a présent être un avantage non négligeable. Rebekah lui jeta un regard curieux et ouvrit le coffre. Wendy lui laissa quelques secondes avant de se lever a son tour.

« Avec ca, on va pouvoir leur en mettre.. « plein la vue ». » dit elle. « Et puis ca fait un moment que je veux tester l’entraînement de certains hommes... »


Et dire qu'avant qu'elle ne prenne les commande, aucun de ces hommes ne savait nager...

* * *

Le Walrus pénétra tranquillement dans la baie, un pavillon blanc hissé sur le mat. Wendy, installée a son bureau fixait d'un regard dure un pauvre chandelier qui, pour le coup ne lui avait rien fait. Ca allait marcher ca devait marcher. Enfin elle l’espérait. Rebekah et Diney étaient partit plus tot avec quelques hommes, plongeant dans l'eau glacée pour passer discrètement la vigilance des vigies. De toute façon, il était peu probable que qui que ce soit les remarque puis qu'elle jouait le rôle de l'apas. Elle se leva, s'observa dans le miroir un instant et rajusta sa chemise, son corset en cuire et attrapa son foulard qu'elle noua sur sa tête. Le dé a coudre a son cou, le compas a son coté, son colt et un détonateur savamment caché dans les plis de sa chemise. Bien, maintenant, elle était prête.

Des cris se firent entendre a l'extérieur, et elle sortit sur le pont, pour voir des centaines de canons de fusils pointés sur elle. Immédiatement, deux de ses hommes se mirent de part et d'autre d'elle, prêts a la défendre, leurs pistolets levés a eux aussi. Wendy observa leur nouvel environnement pendant quelques secondes. Les rochers, effilés et coupants, étaient tendue vers la coque comme pour l’empêcher d'avancer, pour la cueillir au passage. Des hommes dont – comme d'habitude – l'hygiène laissait a désirer, observait le nouvel arrivage avec une certaine méfiance, teintée de fascination.

« Baissez vos armes. »
dit Wendy d'un ton qui ne souffrait aucunes répliques.

Après un instant d'hésitation, les hommes obéirent, baissant leurs canons sans pour autant les lâchers. Le navire accosta avec douceur, et on lança une planche par dessus bord pour se rendre a terre. L'agitation se faisait dans les rangs ennemis, elle avait vue certains pirates courir vers l'intérieur de la baie comme pour apporter la bonne nouvelle, et comme elle l'avait prévue, un charmant comité d'accueil se rendit a la baie. Des capitaines, des sous fifres a n'en pas douter...

Elle ne fit même pas mine d'hésiter et descendit tranquillement du Walrus comme si la situation était tout a fait normal.

« Eh bien ? » fit elle en arrivant a leur niveau, un soupçon de mépris dans la voix. « Qu'est ce que vous attendez ? »

Les hommes hésitèrent une seconde jusqu'à ce que l'un d'eux ne s'approche, dissimulant son hésitation sous un visage colérique.

« Qui êtes vous ? »


Wendy haussa un sourcil, un peu surprise et vexée de ne pas avoir été reconnue. EN même temps, elle avait pas mal changé ces derniers temps et les photos n'existaient pas réellement dans le coin. Elle s’avança vers l'homme, bien plus près que ce qu'il aurait fallut, avant de se pencher a son oreille pour murmurer, d'un ton suave :

« Je suis ta reine. »


Un sourire mutin sur le visage, elle recula, alors que le pirate se décomposait littéralement devant elle. Wendy porta se doigts a sa bouche et siffla un grand coup, et aussi tôt une masse sombre bondit du navire pour venir se poster juste devant elle, les babines retroussées, menaçantes. Elle voyait le regard du pirate passer d'un air paniqué de la coque du navire auparavant dissimulé par la brume, a sa chienne pour finir par son visage. Il évalua rapidement ses chances, hésita a lancer l'alerte pour finir par dire :

« Que voulez vous ? »


« Me joindre a votre petite compagnie, c'est aussi simple que ca. J'ai un... Message a transmettre. Ne... me faite pas perdre de temps. »

A nouveau l'homme sembla hésiter avant de se tourner vers les pirates dans son dos.

« Suivez moi »


Si ils se jetèrent des regards curieux, les hommes qui l'accompagnaient finirent par entourer Wendy et les quelques hommes – une demi douzaine seulement – qui l'accompagnaient. La jeune femme avança au milieu des groupes et es chuchotements. La curiosité était peut être le plus gros défaut des pirates, mais sans elle, ou serait l’aventure ? On la mena dans une sorte de grotte bouffée par l'humidité, au bout de laquelle elle trouva une table a laquelle était installés les « chefs » de la nouvelle vague. Un instant son regard se fit plus dure, trahissant en un éclaire le sorte qu'elle réservait a ces traîtres, pour redevenir lisse et impénétrable. Elle claqua la langue trois fois et immédiatement ses hommes se mirent en mouvements, arrachant en quelques secondes les armes de ceux qui les entouraient, laissant a la reine, le chemin libre. Wendy les laissa, sans même se retourner, pour s'avancer vers la table alors que le capitaines se levaient brusquement et tiraient leurs mousquetons en croyant a une attaque.

La jeune femme se dirigea vers le bout de la table, ou se tenait un homme qui recula lentement a son approche. D'un signe de tête, elle le salua avant de s'installer d'une cuisse sur le bois de la table, dans une attitude a la fois très tranquille et presque lascive.

« Eh bien messieurs ? Je ne suis pas invitée a votre petite fête ? »


Un pirate se leva brusquement, la pointant d'un doigt tremblotant et rageur.

« Mais qui êtes vous ?! Pour qui vous prenez vous a venir troubler notre réunion ? »


Wendy lui jeta un regard presque surpris par tant d'audace. Elle n'eut pas a répondre car un homme le fit a sa place. D'une voix calme, presque amusée. Son regard se braqua sur le jeune homme qui était installé non loin. Ses cheveux bruns tombaient en mèches sombres devant ses yeux claires, et il la fixait avec une intensité presque inquiétante.

« Wendy Moira Angela Darling. C'est la Reine qui est venue a notre table ce soir messieurs... »

Les pirates se levèrent en masse et seuls quelques un restèrent assis, sans dégainer leurs armes qu'ils pointèrent vers elle brusquement. Wendy quand a elle avait négligemment attrapé un couteau et faisait mine de se nettoyer les ongles comme si tout cela ne la concernait pas le moins du monde.

« Eh bien, me voilà découverte... »
fit elle en jetant un regard a l'homme. « Mais je n'ai pas le plaisir de savoir a qui je m'adresse... bien que ca n'ai pas d'importance au final. »

L'homme tiqua devant son indifférence, n'appréciant pas particulièrement un tel traitement.

« Allons messieurs... Si j'avais voulue vous tuer, pensez vous que je me serai donné la peine de venir vous rencontrer? »



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus forts...

Depuis toute petite, je sais une chose : la vie nous abîme, tous. On n'y échappe pas. Mais je sais aussi qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres et on se fortifie.
   
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t29803-une-seule-fill http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41789-rps-de-la-reine-des-pirates-wendy-darling

Rebekah Stormborn


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Cintia Dicker.

Ѽ Conte(s) : folklore germanique & légendes phéniciennes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : une nixe, la fille du Léviathan.

☞ Surnom : Bekah.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1269
✯ Les étoiles : 61




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Mer 17 Mai 2017 - 18:22

I’ve got your back
Wendy & Rebekah

Wendy hocha la tête en écoutant la description de mon plan. On ne pourra pas neutraliser les vigies aussi facilement, me répondit-elle une fois que j’eus fini ma petite présentation. Je fronçai le nez, presque déçue. J’avais tendance à oublier que tout le monde n’était pas aussi tête brûlée que moi, et que tout le monde ne fonçait pas tel un bélier dans le danger. Et surtout, tout le monde ne s’en sortait pas aussi bien que moi à chaque fois. Miss Darling farfouilla dans sa volumineuse paperasse pendant quelques instants, avant d’en sortir une carte. Je posai mes mains sur le bureau pour mieux étudier ce parchemin. Regarde, même s’ils ne nous attendent pas, ils auront au moins mis des vigies ici, ici et là. La brume nous couvre pour le moment parce qu'on est à distance, mais je ne pense pas qu'un seul de mes hommes, hormis Diney, ne sera assez discret pour les avoir. Et il y en a trop pour Diney, je ne peux pas l'envoyer seul là-dedans. J’émis un petit hmhm compréhensif, tout en posant une cuisse sur la table, bras croisés. En plus leurs navires seront gardés, jamais un pirate sensé ne laisserait son bâtiment sans une dizaine d'hommes pour le surveiller avec autant de dangers potentiels... pardon, “d'alliés” autour d'eux. Ce serait suicidaire, et là il s'agit de bon sens, même eux ne prendraient pas un risque pareil. Là encore, je n’avais pas calculé le fait que l’équipage de la p’tite reine ne se composait pas que de casse-cous imprudents qui auraient pu se jeter (comme moi) dans la gueule du loup pour mieux lui casser les dents. Il fallait vraiment que je réalise que je n’étais pas dans la norme. Je jetai un coup d’œil à Wendy. Celle-ci affichait un sourire qui n’augurait rien de bon… du moins pour ses adversaires. Elle poussa un petit coffre vers moi avec sa botte. Je haussai un sourcil, intriguée. Tu sais ce qui est bien depuis qu'on peut faire des “allers-retours” entre les mondes ? J'ai rapporté quelques... souvenirs de mon dernier voyage. Ma bouche s’entrouvrit. J’étais de plus en plus curieuse. Je me redressai et m’accroupis devant le coffre. J’actionnai l’ouverture et, dans un grincement lent, le contenu se dévoila sous mes yeux. Mes prunelles brillèrent d’une lumière malicieuse. Des bombes. Rooh la vilaine… Je saisis le sac imperméable contenant les explosifs à l’intérieur du coffre et le jetai sur mon épaule. Avec ça, on va pouvoir leur en mettre.. “plein la vue”. Et puis ça fait un moment que je veux tester l’entraînement de certains hommes… Un ricanement s’échappa de ma gorge. Mais où est passée la gamine qui courait dans la jungle ? Effectivement, Wendy changeait. Et elle avait déjà plus changé qu’elle ne le pensait.

Après avoir lancé un dernier regard à la Reine des Pirates, je grimpai sur le bastingage et plongeai dans un magnifique saut de l’ange. Je pénétrai dans l’eau froide sans bruit, fendant la surface comme une lame. J’avais distribué une bombe à chacun des pirates plongeurs, et avais gardé le reste avec moi. Une fois sous l’eau, je nageai à une vitesse à faire pâlir les sirènes jusqu’à la coque que j’avais repérée avant de sauter du Walrus. Ma cible était un gros rafiot qui trônait au milieu de la baie. Il semblait important, et assez loin du trajet du navire de Wendy pour éviter toute répercussion accidentelle. Arrivée à sa hauteur, je sortis un explosif du sac et le collai sur le bois. Ces petites bombes qui s’accrochaient partout étaient franchement très pratiques. Je programmai le détonateur à la durée prévue, et repris ma route. Les pirates de ma team de plongeurs devaient faire pareil sur d'autres bateaux amarrés loin du Walrus.
En-dehors d’une crique sableuse et d’un quai surveillé, les rives de l’île étaient rocailleuses. Le relief parfait pour sortir des flots en toute discrétion. J'atteignis un passage entre des rochers escarpés et y attendis le reste de l'équipe. Cette dernière ne tarda pas à me rejoindre. Dans un geste de la tête, j'indiquai à Diney (qui me semblait être le meneur de la troupe) de me suivre. Nous nous frayâmes un chemin le long de la côte afin de nous rapprocher du repère des forbans de la Nouvelle Vague. En me retournant, j’aperçus le Walrus s’avancer avec lenteur vers le quai, drapeau blanc hissé. Tout allait bien se passer. Il n’y avait aucune raison que le plan foire. Pourtant, mon instinct bestial me susurrait que les évènements à venir n’allaient pas être aussi simples que prévu. Soudain, je fis signe à mon groupe de stopper net. Un peu plus haut, une vigie observait l’horizon. Grâce à la diversion qu’offrait Wendy, la sentinelle ne nous avait pas remarqués. J’en profitai donc pour me glisser derrière elle et lui plaquer ma main contre la bouche. Shhh… Dans un craquement sec, je lui brisai la nuque. Nous pouvions avancer. Si la carte était exacte, ne ne devions pas tarder à tomber sur une entrée menant aux galeries de la planque. A partir de là, nous n’aurions plus qu’à poser les bombes restantes dans des coins judicieux et retourner au bateau comme nous en étions partis. Cependant, j’hésitais encore à accepter la dernière partie des opérations. En revenant à bord du Walrus, j’allais rater un sacré spectacle…
Nous finîmes par dénicher la porte dérobée et nous nous y engouffrâmes les uns après les autres. Les couloirs que nous longeâmes alors étaient faiblement éclairés par des torches accrochées aux parois à intervalles plus ou moins réguliers. Puis, tout s’enchaîna avec fluidité : chaque membre de l’équipe alla poser quelques explosifs par-ci par-là sans se faire repérer, et nous nous retrouvâmes tous devant la porte par laquelle nous étions entrés. Bon, chuchotai-je, vous avez fait votre part du boulot, je vous en demanderai pas plus… Ne m’attendez pas, je vais voir comment se débrouille la reine. La tentation était trop forte. Je ne pouvais pas m’en empêcher. Rebroussant chemin, je m’enfouis de nouveau dans les galeries, à la recherche… d’un déguisement potable. Des voix me parvinrent d’un couloir adjacent. Je m’approchai lentement de la source du bruit. Me plaquant contre le mur humide, je vis passer une petite troupe de civils portant un sacré paquet de victuailles. Y en a qu’ont prévu de finir la soirée en beauté. Je suivis le cortège, cachée dans l’ombre. A un angle, je chopai le col de la fille qui fermait la marche. Avant qu’elle ne puisse émettre le moindre son, je lui passai mon foulard autour de la tête, au niveau de sa bouche. Fais de beaux rêves. Au diable les berceuses, je me contentai de lui frapper le crâne contre la paroi. Son corps tomba lourdement au sol. Je la traînai ensuite dans un recoin tranquille et échangeai nos vêtements. Pas que cette robe de tavernière aux épaules dénudées soit des plus pratiques pour la bagarre, mais au moins je passerais inaperçue.
Au petit trot, je rattrapai la cohorte, et me fondis dans la masse, ma tignasse flamboyante cachant mon visage. Mais qui êtes-vous ?! Pour qui vous prenez-vous à venir troubler notre réunion ? Ohoh, les choses commençaient à devenir intéressantes du côté de Miss Darling. Le groupe que je venais d’infiltrer se rapprochait de la salle principale, et les conversations arrivaient à présent jusqu’à mes oreilles. Wendy Moira Angela Darling. C'est la Reine qui est venue à notre table ce soir messieurs… Cette voix avait quelque chose d’animal. De reptilien. En tout cas, elle me fit tiquer. Comment se faisait-il que ce type connaisse tous les prénoms de Wendy ? Je les ignorais moi-même ! Un brin de nervosité me fit presser le pas. Eh bien, me voilà découverte… Mais je n'ai pas le plaisir de savoir à qui je m'adresse... bien que ça n'ait pas d'importance au final. Le timbre de voix de la p’tite reine me rassura. Elle maîtrisait la situation, c’était bon signe. Allons messieurs... Si j'avais voulu vous tuer, pensez-vous que je me serais donné la peine de venir vous rencontrer ? J’esquissai un sourire. C’est qu’elle devenait mauvaise la Wendy.
Enfin, je pénétrai dans l’arène. Ou la fosse aux lions. Ça dépend du point de vue. Je fis bien attention à rester noyée dans la troupe de taverniers, piquant au passage une chope pour me donner contenance. Les vivres furent déposés sur une large table. Notre arrivée eut pour effet d’apaiser les tensions et de détendre l’atmosphère. Était-ce dû à la nourriture appétissante ou aux jupons (tout aussi appétissants visiblement) ? Un peu des deux sans doute. Mimant les actions de mes “collègues”, je partis servir quelques pirates (me forçant à ne pas répondre à leurs remarques et regards lubriques) avant de m’appuyer contre le mur, en face de Wendy afin que celle-ci puisse me voir. Je lui lançai un clin d’œil discret. La fête pouvait commencer.

Emi Burton

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
raise your flag & stand tall

Seek freedom ♆ and it will lie stretched out before your eyes. Endless dreams guide your restless spirit.
 
ACIDBRAIN
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33258-rebekah-lachowski-ou- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t47291-rebekah-lachowski-daughter-of-the-sea http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33455-les-rps-de-bekah En ligne

Wendy Darling


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Shailene Woodley

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wendy

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 724
✯ Les étoiles : 90




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Lun 5 Juin 2017 - 14:11

I've Got your Back
Wendy & Bekah

Ce ne fut que lorsque chacun fut servis et que la cohue se calma qu'elle remarqua la présence de Rebekah, adossée a un mur en face d'elle. Wendy ne fit pas un geste vers elle, bien qu'elle ai vue son clin d'oeil. Le moindre signe pouvait la trahir, et si elle se savait entourée par une population pour le moins demeurée, elle savais aussi que parmi eux pouvaient se cacher des ennemis puissant et dangereux.

Comme le type qui lui avait parlé. Elle l'avait observé un moment avec ca cicatrice parcourant son visage et ses cheveux sombres qui tombaient sur ses épaules. Son air reptilien, et l'énorme crochet qu'il avait au bras. Un instant, elle se demanda comment il pouvait le soulever avant de s'intimer de penser a autre chose. Elle avait des abrutis a gérer. Son regard claire passa sur la salle, s'attardait sur ces visages qui, loin d'être amicaux, la dévisageaient avec une certaine méfiance. Evidemment. Ils ne savaient pas ce qu'elle faisait la, ils ne savaient pas comment elle se trouvait ici... ce n'était pas bien difficile de comprendre pourquoi ils ne l'aqueillaient pas a bras ouverts. Certains capitaines - bon sang ils étaient a peine en age de se raser - se penchaient les uns vers les autres pour murmurer des paroles. Bon, elle devait commencer son show, leur donner la leçon qu'ils méritaient.
Ares tout ils étaient la pour ca non ?

Wendy attrapa son colt et tira un coup en l'air, faisant immédiatement cesser les convertations. Les regards convergèrent vers elle et elle se laissa le loisir de patienter quelques instants, avant de venir s'asseoir sur le rebord d'une des table en bois, devant eux.

"La Nouvelle Vague. C'est bien comme ca que vous avez appelé votre mouvement non ?"
les hommes se jetèrent des regards assez surpris, et elle repris, sans leur laisser le temps de l'interrompre. "En tout cas c'est de cette manière dont j'ai entendu parler de vous. Une bande de pirates sans foi ni loi qui refuse de respecter le Code." son ton avait pris des accents menaçants masqués cependant par son sourire enjôleur. Comme si elle était de leur avis.

"Apres tout il ne s'agit que de quelques règles établies par de vieux pirates sénile, ceux qui ont lancé la piraterie et on fait en sorte que ce ne soit pas totalement l'anarchie !"
Elle se leva dans un petit bond, ses bottes touchant le sol dans un bruit sec, avant de faire quelques pas dans la salle. "Des hommes qui vous ont ouvert la voie et a qui vous devez tout ! Des hommes qui, il ne faut pas être Einstein pour le comprendre, sont allé bien plus loin que vous. Ont vue des milliers de choses, ont vécu des centaines d'aventures. Des hommes qui clairement connaissent mieux la vie."

Oh ? Ca y étais, ils commentaient a se dire que peut être elle n'était pas animée de bonnes intentions... Eh bah c'était pas trop tot ! D'un geste vif, Wendy fit jaillit un couteau de son ample manche de chemise et le planta brutalement dans la main d'un homme, la clouant littéralement a la table, lui faisant pousser un hurlement de douleur incontrôlable. Elle c'était penchée vers lui, toujours fermement appuyée contre son couteau, ses yeux lançant des éclaires de haines dans le regard, terrifié du pirate.

"Des hommes d'honneur"
reprit elle, "Qui avaient soif de liberté bien plus que de sang."

Sa voix, méprisante, avait perdue toute chaleur. Elle les haïssait, tous. Dans la salle, c'était comme si le temps c'était soudainement arrété. Elle n'entendait rien, même les respirations semblaient s'être stoppées jsuqu'a ce que soudainement les pieds des chaises ne se mettent a racler le sol et que deux hommes se le lèvent.

"Arrêtez la ! Tuez ..."


Il n'eut pas le temps de finir qu'une détonation retentissait et qu'il baissait lentement les yeux sur la tache rouge qui ornait a présent son coeur. Son arme pointée vers lui, Wendy n'avait pas cillé alors qu'il tombait en arrière, stoppant immédiatement tous mouvements dans la salle.Qu'avait ils cruent ? Qu'elle n'était qu'une gamine ? Qu'elle avait survécu jusqu'ici en étant bien sage et sans se salir les mains ? De temps en temps, la bestialité dont elle faisait preuve sur les navires ennemis l'effrayait profondément. Se retrouver, enfin dans un moment de lucidité le visage taché de sang et la chemise si imbibée qu'elle en gouttait sur le pont... Wendy Darling. Wendy la Reine Pourpre. Un surnom qu'elle avait mérité malgré elle. Si elle n'avait jamais voulue faire de mal a personne, elle c'était rapidement rendue compte que c'était un luxe qu'elle ne pouvait s'offrir. Adieu l'innocence de l'enfance... enfiler la couronne des pirates avait un prix. Celui du sang.

Elle baissa lentement le bras, sans qu'aucun sentiment ne transparaisse sur son visage.

"Votre arrogance n'a d'égal que votre stupidité."
reprit elle en remettant son colt a sa ceinture, ignorant les gémissements de l'homme qu'elle avait cloué a sa table. "Le Code doit être respecté. Le Code est la pour nous empêcher de nous entre tuer, pour que les pirates ne se fassent pas exterminer par la Compagnie. Pour que malgré nos différents nous puissions nous unir contre un ennemie commun au lieu de nous affaiblir en nous attaquant les uns les autres. Le Code, c'est la clef de notre liberté."

Elle les défia du regard, tous, ces gamins qui c'étaient opposé a elle. Les Anciens, ces pirates vendu, sans le moindre honneur qui exploitaient les "petits"... elle les avait exterminés, les avait ralliés a elle sans leur laisser le choix. Maintenant, c'était eux. C'était l'avenir de la piraterie qu'elle contemplait, c'était l'avenir de la piraterie qui avait besoin de comprendre a quel point... on ne s'opposait pas a la Reine. On ne s'opposait pas au Code. Son regard parcouru la salle du regard, étudia les visages tourné vers elle, parfois marqué par la craintes, parfois par le respect...

"Vous opposer au Code"
reprit elle, "C'est vous opposer a moi. Et ca a des conséquences."

D'un mouvement du poignet, elle fit glisser le détonateur qu'elle avait emporter jusqu'a sa main et appuya sur le petit bouton. Casi instantanément, une série d'explosions se firent entendre a l’extérieur, faisant trembler les murs de la grotte. Effrayés, les pirates levèrent les yeux vers la voûte de pierre qui se craquelait doucement, avant de brusquement se précipiter vers la sortie en courant pour essayer de comprendre s'ou venaient ces bruits. Wendy fit un hochement de tête vers Rebekah, pour lui demander de les suivre et surtout, leur donner la lecon qu'ils méritaient avant que son regard ne se plante dans celui de l'homme qui avait parlé au début. il n'avait pas cillé, il n'avait pas réagit jusqu'a maintenant, comme si chacune de ses actions n'avait pas la moindre importance. Lui aussi la fixait, la détaillait du regard, l'évaluait.

"Laisse nous."
fit elle a l'intention de Rebekah. "Je te rejoint après."

Son instinct lui disait que celui la, elle devait l'affronter seul. Elle attendit que la tornade rousse ne s'éloigne, les laissant seuls, elle et l'inconnue. Pendant un long moment il ne se passa rien, jusqu'a ce qu'enfin, sa voix ne se fasse entendre.

"Tu m'as fait perdre la flotte."
lacha il.

Au loin, on entendait les cris des pirates, soit désespérés, soit rageur, et le bruit des flammes dévorant leurs navires. Les aboiement agressifs de Nana aussi... Elle ne doutait pas que son équipage et Rebekah soient en train de faire ce qu'il fallait, de nettoyer.

"Votre flotte ?"

Lentement, elle tira son sabre.

"Je pensais que tu ne représentais pas une menace"
continua il. "Mais je t'a sous estimée... je ne referai pas cette erreur..."

"Ca arrive souvent vous en faites pas, j'ai l'habitude...."

Wendy ne se baissa que par instinct, évitant un jet de sable qui l'avait manqué de peux.

"Qu'est ce que..."
elle n'avait jamais vue une chose pareille. N'avait jamais ressentis une telle.. peur en regardant quelqu'un. Son aura était terrifiante, écrasante. Elle sauta en arriere, evitant un nouveau jet de sable qui s'écasa a l'endroit pile ou elle se tenait quelques secondes auparavant. L'homme c'était levé, et maintenant, elle le voyait complètement, alors qu'il la dominait de toute sa hauteur. Pendant un instant, elle resta pétrifiée, comme clouée sur place par son regard jusqu'a ce qu'elle sente quelque chose glisser sur son pieds. Elle aperçut un tas de sable qui se mouvait pour la tenir fermement... Elle leva les yeux. Qui était il...

"Comment...?"


Elle n'eut pas le temps de finir que les enfers se entachaient, la laissant, quelques minutes plus tard au bord de la mort alors que l'inconnue quittait d'un pas tranquille la grotte.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus forts...

Depuis toute petite, je sais une chose : la vie nous abîme, tous. On n'y échappe pas. Mais je sais aussi qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres et on se fortifie.
   
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t29803-une-seule-fill http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41789-rps-de-la-reine-des-pirates-wendy-darling

Rebekah Stormborn


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Cintia Dicker.

Ѽ Conte(s) : folklore germanique & légendes phéniciennes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : une nixe, la fille du Léviathan.

☞ Surnom : Bekah.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1269
✯ Les étoiles : 61




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Sam 10 Juin 2017 - 23:47

I’ve got your back
Wendy & Rebekah

Il y avait de l'électricité dans l’air. La tension était palpable, pesant sur les épaules. La caverne semblait soudain bien étouffante. Bras croisés, je détaillais avec curiosité les pirates en herbe qui m’entouraient. Des gamins. Rien que des morveux qui voulaient jouer aux plus forts. Certains avaient encore du lait au coin de la bouche. Si j'avais été du genre à m’apitoyer sur le sort des autres, j’aurais presque eu de la pitié pour eux. Mais ils l’avaient cherché. Maintenant ils allaient payer. Et à en croire la lueur froide que je décelais dans les yeux de Wendy, la note serait salée.
BANG ! Les derniers murmures se turent. La p’tite reine venait de tirer un coup en l’air, attirant toute l’attention comme des spots braqués sur sa chevelure d’or. Elle avait du cran la Queen. J’esquissai un léger sourire en coin, fière de la miss Darling. Elle me surprenait d’heure en heure. La Nouvelle Vague. C'est bien comme ça que vous avez appelé votre mouvement non ? entama-t-elle après s’être installée sur le rebord de la grande table. Tout le monde l'écoutait dans un silence de plomb. Silence qui cachait une anxiété grandissante. Je pouvais sentir la nervosité des forbans du dimanche à mes côtés. Ils commençaient à s’agiter, plus trop sûrs que Sa Majesté ne soit là qu’en simple visite de courtoisie. Dans son discours, Wendy les tenait sur une corde raide. Ils n’osaient pas l’interrompre, redoutant le moment où elle finirait son laïus. Car à l'instant précis où sa bouche se refermerait, le ton changerait. Il n’y aurait plus de fausses civilités, plus de diplomatie, plus de courbettes. L’orage se déchaînerait, et aucun d’entre eux n’en réchapperait.
Le point de non-retour ne se fit pas attendre. D’un mouvement fluide et rapide, La Reine vint clouer la main d’un homme près d’elle sur le bois de la table avec un couteau. Le pauvre bougre s’égosilla de douleur. Son cri résonna dans la grotte, se répercutant sur les parois irrégulières, tel un signal. Le signal qu’ils attendaient tous pour sortir de leur contemplation. Les chaises raclèrent le sol rocailleux tandis que tous se levaient comme un seul homme. Arrêtez-la ! Tuez… Une nouvelle détonation coupa le flibustier dans son élan. Il observa d’un air ébahi la tache rouge s’étaler sur sa chemise. Avant que sa tête ne touche le sol, il était déjà raide mort. Je jetai un coup d’œil vers Wendy. Aucun sentiment ne transparaissait derrière son masque de fer. Aucun remord, aucun regret. Votre arrogance n'a d'égal que votre stupidité. Son timbre glacial m’étonna presque. Oui, elle avait bien changé. Je ne pouvais décidément plus la voir comme la môme courageuse qui cachait tant bien que mal ses peurs pour faire face à son destin. Si elle était toujours apeurée, elle avait bonifié ses talents d'actrice. Cependant, quelque chose me disait qu’elle n’était plus la petite chose effrayée qu’elle avait pu être. Elle avait épousé son rôle à la perfection, ancrant sa couronne au plus profond de son âme. Elle était notre souveraine, et elle n'avait plus besoin de nous le dire. C’était devenu naturel. Vous opposer au Code, c’est vous opposer à moi. Et ça a des conséquences. Dans d’autres circonstances, je lui aurais lancé un “bien envoyé !” tellement sa phrase était badass. Mais là, ç’aurait été déplacé. Même venant de moi.

C’est quoi ça ?! Un gars derrière devant moi exprima à haute voix la terreur de tous : des explosions en chaîne faisaient trembler la caverne. Des débris de roche tombaient du plafond qui se fissurait lentement. Wendy avait enclenché l’opération “feu d’artifice”. Les blaireaux allaient sortir de leur terrier. Un vent de panique s’empara de la foule. Tous se ruèrent vers la sortie, écrasant père et mère pour passer en premier. Je me détachai de la masse afin de garder la Reine dans mon champ de vision. Celle-ci me fit un signe de la tête. Je lui répondis de même. J’avais capté le message : pas de quartier. Toutefois, j’eus un mouvement d’hésitation. L’homme qui lui faisait face ne me disait rien qui vaille. Mon instinct me criait qu’il avait quelque chose d’étrange… de dangereux. Quelque chose que nous n’avions jamais vu. Sa longue balafre en travers de son visage et son air carnassier sous son grand manteau n’aidait pas à instaurer la confiance. Son gros crochet non plus. Je ne pus m’empêcher de me faire la réflexion que celui de Hook était quand même plus élégant. Laisse-nous. Je te rejoins après. Bien. Si Wendy voulait se le garder pour elle toute seule, alors je le lui laissais. C’est avec un mauvais pressentiment que je quittai la grotte à la poursuite des marmots de la Nouvelle Vague. Dans ma course, j’enlevai ma robe pour dévoiler ma panoplie de pirate. Beaucoup plus confortable. J’allais enfin pouvoir me dégourdir les pattes.
Dehors, le chaos régnait en maître absolu. Lorsque les fugitifs avaient vu qu’une partie de leur flotte n'était plus qu’un formidable brasier, ils avaient compris que la fuite n'était pas une option. L’équipage de la Queen les attendait de pied ferme et, quand j’arrivai sur les quais de fortune, la bataille avait déjà débuté. Plongeant tête baissée dans la myriade de corps, je lâchai la bride à la tempête qui grondait au fond de mon être. Tel un ouragan, je décimais toute trace de vie sur mon passage, n’utilisant mes lames que pour la forme. J’étais plus à l’aise avec le combat à mains nues. C’était là que je pouvais exploiter mon véritable potentiel de destruction. Les ennemis tombaient les uns après les autres. Je faisais un sacré ménage de printemps. La violence de mon maelström était dévastatrice. Ceux qui ne se trouvaient pas dans l’œil du cyclone voyaient leur espérance de vie chuter grandement. Sans parachute. Enfin, quand mes yeux d’un bleu sauvage ne dénichèrent plus aucune proie, je pris le temps de calmer mon souffle, debout au milieu du carnage. Bon sang ce que ça faisait du bien de se défouler. Je me sentais revigorée. J’avais répondu à ma soif de sang. Les pirates de la Darling me regardaient avec méfiance et crainte. Ils ne m’avaient jamais vue aussi déchaînée. Et encore, je ne m’étais pas donnée à fond. La montagne abritant le repère de la Nouvelle Vague s’effondrait de plus en plus. Je cherchai Wendy du regard, m’attendant à la voir sortir d’une seconde à l’autre. Mais rien. Une inquiétude grinçante me prit à la gorge. P*tain faites que ce soit pas ça… Je me ruai à l’intérieur de la grotte, là où j’avais laissé la p’tite reine.

Une bombe éclata dans mes entrailles. WENDY !! À travers la poussière soulevée par la voûte qui s’effritait dangereusement, je découvris le corps de la blondinette. Elle gisait sur le sol, inconsciente. Je me jetai à genoux à ses côtés et pris avec délicatesse sa tête entre mes mains. Bordel p’tite reine réveille-toi ! Wendy ! Tu m’entends ? Dis tu m’entends ? Réponds-moi merde ! Wendy… Wendy… Ouvre les yeux… Wendy… La gravité de la situation se frayait un chemin jusqu’à moi. La p’tite reine était dans un état effroyable. Elle avait tellement de blessures qu’on la reconnaissait à peine. Tout ce sang sur sa figure… Encore plus troublant, elle était complètement desséchée. Une pointe aiguë vint transpercer mon cœur. Cette vision me faisait mal. Plus mal que je ne l’aurais cru. C'était ce sombre connard qui lui avait infligé ça ? Une fureur volcanique me fit serrer les dents, accompagnée d'un profond désir de violence. Si j'arrivais à remettre la main sur cette pourriture, je lui ferais la peau. Il allait souffrir.
Un tremblement plus fort que les précédents me ramena à la réalité. Le plafond allait nous ensevelir. Je passai un bras dans le dos de Wendy et un autre sous ses jambes pour la porter hors de la caverne. Je courus jusqu'au rivage où s'étaient regroupés les forbans de Sa Majesté. La touche pas ! aboyai-je quand l'un d'eux s'approcha. Mon ton était cinglant. Je déposai Wendy en douceur sur le sol. Et maintenant ? Personne ici n'était capable de soigner la Reine. Mais je ne pouvais pas me résoudre à la laisser agonir dans mes bras. Non. Je le refusais. Il y avait un autre moyen. Une solution. C'était obligé. Elle ne pouvait pas mourir. Pas ici, pas maintenant. Me fais pas ça p'tite reine, qu'est-ce que je vais devenir sans toi ? J'ai besoin de toi t'as compris ? Me lâche pas... Je ne savais pas si c'était la peur qui me faisait penser des choses pareilles. Il paraît que c'est au moment de perdre quelque chose que l'on se rend compte de son importance. J'oubliais tout. Autour de moi, tout était flou. Les navires en feu, la montagne en ruines, plus rien n'existait. Néanmoins, une agitation me fit lever la tête. Mes yeux écarquillés par l'angoisse tombèrent sur un drôle de type en justaucorps violet avec des bas en résille. On aurait dit… une drag queen. Difficile de savoir derrière tout ce maquillage à quoi il ressemblait vraiment. Même sa moumoute de cheveux ne paraissait pas naturelle. Il était suivi par une petite troupe tout aussi loufoque. Des pirates ? Épaules contractées, j’étais prête à défendre Wendy contre ces nouveaux-venus. Quoi qu’ils soient. Destresse chérie, je suis là pour sauver la choupinette. Comment ça la sauver ? Il me prenait pour une cruche ce travelo ? Mon trouble dut se voir car il enchaîna de sa voix excentrique : On est du même côté, j’ai jamais pu me piffrer Crocodile… Il serait peut-être plus cool s'il assumait son côté femme… Crocodile. C'était donc le nom de cet enfoiré. Bref. Soit tu me laisses m’occuper de la petite cocotte, soit elle te claque entre les doigts. À toi de voir sweetheart… Oooh mais j’en oublie mes bonnes manières ! Je me présente : Emporio Ivankov, reine de Kedétrav ! Rien à foutre. Mais le fait est qu’il (elle ?) avait raison. Pour que Wendy ait une chance de s’en tirer, je devais faire confiance à ce dénommé Ivan machin. Je me reculai à contre-cœur. T’as intérêt à la sauver. Pas la peine de rajouter “sinon je te bute”. Mon intonation était assez claire.

Emi Burton

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
raise your flag & stand tall

Seek freedom ♆ and it will lie stretched out before your eyes. Endless dreams guide your restless spirit.
 
ACIDBRAIN
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33258-rebekah-lachowski-ou- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t47291-rebekah-lachowski-daughter-of-the-sea http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33455-les-rps-de-bekah En ligne

Wendy Darling


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Shailene Woodley

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wendy

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 724
✯ Les étoiles : 90




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Sam 15 Juil 2017 - 12:55

I've Got your Back
Wendy & Bekah


Les yeux grands ouverts, fixés sur le plafond, elle resta immobile de longues secondes. Elle était seule. n'entendait que le bruit de sa propre respiration, ne sentait que l'humidité de la piece sur ses membres. Il n'y avait, autour, plus rien. Rien d'autre qu'elle et ce sentiment diffus de mort qui rodait.

Wendy le sentait, elle l'avait échappé belle. De justesse, un pieds de nez a la faucheuse. Mais la douleur qui en avait résulté... Elle ne parvenait même pas a bouger, les larmes c'étaient depuis longtemps tarries pour ne laisser qu'une trainée salée sur ses joues. Au final, elle ignorait encore énormément de choses sur l'art de souffrir. Elle se souvenait vaguement de ce qu'il c'était passé. Dans l'obscurité de la salle ou elle avait finit de hurler, elle avait pu se remémorer les derniers evenements. Sa défaite, sa presque mort... Cet homme... un frisson de terreur courut le long de son échine. Plus jamais elle ne voulait affronter quelquechose comme lui, et pourtant au fond, elle sentait bruler la flame de la vengeance. Cette flamme qui disait : "Tu as essayer de m'abattre ? Je me releve plus forte."

Ce qui ne me tue pas me rends plus forte.


Elle vivrait comme ca maintenant.

Wendy bougea un doigt. Puis un autre avant de lentement, difficilement fermer le poing. Chaque mouvement était difficile, comme si son corps ne lui appartenait plus. Comme si il était enlisé dans une chape de béton et qu'elle devait se battre pour se mouvoir. Même respirer n'était pas un acte naturel mais une volonté consciente de vouloir remplir ses poumons, qui, elle le savait, resteraient inertes si elle cessait de se concentrer. Par un effort de volonté, elle réussit a attraper une lame qui était encore caché dans sa manche et entreprit un long et fastidieux travail de coupe. De coupe oui, pour les lanières qui la maintenaient attachées a cette planche de bois. Elle du s'arreter plusieurs fois pour reprendre son souffle tant l’épreuve l'épuisait, et, une fois ses mains libre, elle se fit basculer et tomba a moitié par terre, se tenant par les bras de toutes ses forces a la planche sur laquelle elle se reposait quelques instants auparavant. Elle n'aurait pas eut la force de se relever.

Ce mettre debout lui sembla être impossible. Marcher seule jusqu'a la porte - et s'effondrer a moitié dessus - elle ne pensait pas qu'elle y arriverait. Ouvrir le lourd battant et se trainer le long du couloir, une épaule appuyée au mur, un pas aprés l'autre, elle pensait qu'elle n'y survivrai pas. Tout coup, elle apercut son reflet dans le miroir et resta immobile, incapable de dire ou de penser quoi que ce soit. Pendant plusieurs instants, elle fit quelques gestes pour être sure qu'il s'agissait bien d'elle même... Mais oui. Et pourtant, elle ne ressentait aucune colères, aucune crainte. Juste un calme absolut et l'impression que c'était surement mieux comme ca.

Elle se remit en tour et, au bout d'un temps qui lui sembla infiniment long - qui pourtant n'était que quelques mètres, elle appeçut enfin le bout du tunel... au sens propre. Le couloir débouchait sur une vaste salle dans laquelle on avait installé de nombreuses tables de bois et autour de l'une d'elle se trouvait une sorte de géant (géante ?) et... Rebekah.

Elle n'eut pas besoin de faire ou de dire quoi que ce soit - a par être en train d'agoniser sur le rebord de la porte - pour qu'on la remarque. Le type qui était avec Bekah releva simplement la tête et la tornade rousse, suivant le mouvement, l'apercut. Trente secondes après, Wendy la retrouvait plaqué contre elle dans un calin on ne pouvait plus surprenant. Pourtant, passé les premieres secondes de surprises, elle posa une main dans le dos de la jeune femme pour la maintenir contre elle, fermant un instant les yeux pour apprécier ce moment qu'elle ne pensait jamais vivre. C'était apaisant, c'était rare. Jamais elle n'aurait crue que Rebekah puisse un jour tenir a elle, et pourtant, maintenant, elle avait l'impression que c'était le cas. Qu'il c'était formé entre elles un lien indestructible, nouveau. Unique. La jeune femme la relacha et l'aida a venir jusqu'a la table ou Wendy se laissa tomber avec soulagement.

Elle leva un regard méfiant et inquisiteur vers la femme - l'homme ? - qui se tenait assis sur le rebord de la table, les jambes croisées. Il la regardait avec un air surpris, mais surtout un sourire qui dévoilait toutes ses dents.

"Je ne pensais pas que tu serai réveiller si vite, et encore moins que tu pourrais marcher !"
lacha il d'un ton mi approbateur mi impressionné.

La jeune reine répondit d'un grognement avant d'attraper un bout de pain qui trainait sur la table et de mordre dedans a pleine dents.

"Qu'est ce que vous faites ici ?"
demanda elle au bout d'un moment en lui jetant un regard peu avenant.

"Pas la peine de me regarder comme ca mon chou !"
S'écria il en lui faisant un clin d'oeil. "Tu devrais me remercier pour avoir sauver ta peau au lieu de jouer a l'effarouchée !"

La jeune femme resta muette un instant en l'onservant, le détaillant. Ils ne se lachèrent pas du regard en s'évaluant l'un l'autre pendant de longues secondes, Wendy refusant de baisser les yeux face a l'homme. Il eut un petit sourire comme si cette situation l'amusait grandement avant de murmurer :

"J'ai bien fais de venir..."
En un instant il était a coté, d'elle, lui tenant le visage entre les mains, ses ongles - des griffes ? - menacant de percer la peau de Wendy. "J'aime bien ton regard, "majesté". "reprit il alors que la main de Wendy se refermait lentement mais surement sur le couteau qui était a coté d'elle. Bon, elle n'aurait probablement pas la force de frapper qui que ce soit avec mais tout de même. Pourtant, avant qu'elle ait eut besoin de s'en servir, l'autre la lacha, fit une sorte de pirouette et se mit dire, en prenant une pause... ridicule il fallait le dire :

"J'ai été envoyé ici pour t'apporter un message Miss Darling !"
Brusquement, il mit sa main devant sa bouche et murmura : "Normalement on ne fait pas ca mais on c'est dis qu'on allait faire une exception pour une fois. Je t'invite a rejoindre Grand Line mon chou."

"Hein ? C'est quoi ca ? Et qui m'invite ?"


Il ou elle ne répondit pas, sortant un petit objet de sa poche pour le poser sur la table entre elle et Bekah.

"C'est un long-pose. Il vous aidera pendant votre voyage a rejoindre les différentes iles. Les champs magnétiques sont.."
Il haussa les épaules avant de faire un grand sourire. "Bah vous verrez bien ! Mais je te préviens petite Reine. La bas ton titre risque de t'attirer des ennuies... Il en faut dans les tripes pour être Seigneur des Pirates, et tu devras prouver ta valeur ! Tout le monde ne peut pas aller sur Grand Line..."

Wendy sentit sa tête lui tourner. Elle n'y compreneait rien.

"Qu'est ce qui vous a décidé ?"


"Davy Jones... Ta réputation a commencé a te précédé par la bas depuis un moment mon chou, mais faire bruler le Hollandais.. Tu as attirer l'attention d'un de mes amis.. et de beaucoup d'autres. On aimerai te voir sur ces mers là..."
Il tourna les yeux vers Bekah. "Avec la Tornade Rousse."

Wendy resta silencieuse. Elle était presque certaine d'avoir entendu parler de Grand Line, mais savoir ce a quoi ca faisait allusion, c'était une autre histoire. Ses yeux restèrent figé sur le compas avant qu'elle ne prenne brusquement sa décision. elle releva le regard vers Ivan et déclara :

"C'est d'accord, on ira."

Et c'est ainsi que débutèrent leurs nouvelles aventures...


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus forts...

Depuis toute petite, je sais une chose : la vie nous abîme, tous. On n'y échappe pas. Mais je sais aussi qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres et on se fortifie.
   
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t29803-une-seule-fill http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41789-rps-de-la-reine-des-pirates-wendy-darling

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

I've got your back ✘ ft. Wendy





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde enchanté :: ➹ Neverland