MAGIC
LEAGUE

01.12.19
de Cyril


TOP RP
Novembre 2019



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ MAGIC LEAGUE #6 Les ARENES du DERNIER MONDE !
☆ Evénement #116 - Une mission de CYRIL ☆


Partagez
 

 God and Monster [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Aryana Cloud-Sandman



« Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


Aryana Cloud-Sandman


God and Monster [Fe] 378254admin

╰☆╮ Avatar : Dianna Agron & Charlize Theron

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Aphrodite

God and Monster [Fe] 808687arya

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9923

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


________________________________________ Jeu 24 Avr 2014 - 22:38



« In the land of Gods and Monsters I was an angel livin' in the garden of evil. »

    La vie est belle... Un peu moins belle que vu du ciel vu d'ici, mais belle tout de même. Tout du moins, j'essaie de m'en persuader chaque jour. Le monde est toujours pleins de surprises, mais qu'elles soient bonnes ou mauvaises, je suis prête à les recevoir. Je reste persuadée que rien ne peut m'atteindre vraiment.

    Je fermai les yeux, laissant la brise caresser mon visage. C'était bien là. Aucun doute possible. Je soulevai les paupières. Une maison à trois étages quelque peu décrépite me faisait face. Sans attendre, je poussai la porte qui n'émit aucune résistance. Je jetai un regard en coin à l'interphone qui avait "mystérieusement" cessé de fonctionner le temps que j'entre. Un sourire passa sur mon visage sans aucun défaut avant de s'effacer.

    Je montai l'escalier en bois sombre, mes talons émettant un petit claquement qui troublait le silence du hall étroit. Je n'avais pas accéléré l'allure, mais mon coeur battait un peu plus fort à chaque marche. Non, maîtrise-toi Arya. Ne papillonne pas comme lors de tes deux cent premières années... Garde la tête froide. Tu sais exactement qui tu vas trouver à l'étage. Tu t'y es préparée depuis des temps immémoriaux...

    J'avais grandi, depuis. J'étais devenue mère et épouse. J'avais pris mes responsabilités. Cependant, chaque pas qui me rapprochait de cette porte close me rendait plus légère, comme si la bulle de goudron qui oppressait mon âme s'élevait et se gonflait d'air. Je n'étais rien qu'une sotte.

    Une fois parvenue sur le palier du premier étage, je m'immobilisai, passant une mains sur mon visage pour me recentrer. J'inspirai, expirai. Puis je passai une main dans mon chignon pour vérifier qu'il était toujours en place. Je savais que j'étais magnifique, je n'avais jamais besoin de m'en inquiéter. Cesse d'être aussi fébrile. Je me composai une expression froide et distante avant de frapper à la porte qui me faisait face.

    Une jeune femme rousse vêtue d'un mini short m'ouvrit quelques instants plus tard. Elle me dévisagea sans vergogne, avec une expression proche de celle d'un poisson rouge, juste avant de grimacer et de s'écrier, tout en se tournant vers l'intérieur de son appartement :

    "Non là, franchement, tu abuses ! Et la règle numéro quatre, alors ? Pas de pelotage dans mon appart ! Ca inclue aussi les pouffes que tu payes pour venir te secouer le prunier ! C'est pas une maison close, ici !"

    Et elle me claqua la porte au nez. Je battis des cils, plus intriguée qu'irritée par la réaction de cette tornade rousse. Je baissai les yeux sur ma tenue ; je ne la trouvai spécialement vulgaire. Je portais une robe blanche légèrement décolletée. La rousse croyait que j'étais une fille de joie. J'eus un petit rictus amusé. Si elle savait...

    Je rejetai la tête en arrière et plaçai les mains sur les hanches, sachant très bien qu'on allait m'ouvrir à nouveau. Je savais qu'il avait un certain penchant pour la désobéissance...

    J'expirai à nouveau un peu d'air, les yeux baissés sur mes chaussures élégantes. J'avais volontairement repris l'apparence qui était la mienne durant les vingt dernières années. Je ne souhaitais en aucun cas qu'il me reconnaisse. Je crois que cela m'amusait de le tourmenter, de l'intriguer.

    Lorsque la porte s'ouvrit de nouveau, je gardai la tête baissée encore un peu, fixant tout d'abord ses pieds.

    "Bonjour." dis-je d'une voix douce. "Je suis vraiment ravie de vous rencontrer."

    J'esquissai un demi-sourire avant de lever les yeux lentement. A mesure que je le détaillais, je sentais comme une sorte de malaise m'envahir. Quelque chose n'était pas normal... Quelque chose avait changé... Il avait changé... Non. La révélation me fit l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. Il était resté le même.

    Je plongeai mon regard dans le sien, dans ses yeux qui n'étaient plus noirs comme la cendre mais bleus, aussi bleus que l'azur... Une chanson me revint en mémoire, une ancienne fable qui me torturait... La vie est belle, un peu moins belle que vue du ciel... Je me noyais dans l'azur de ses pupilles.

    Puis je détournai le regard. Je ne devais pas lui montrer mon trouble. Rien n'avait changé. Il avait retrouvé l'apparence de sa jeunesse, mais il était toujours le monstre qui avait mis fin au règne des dieux, qui avait fait saigner notre famille. Je lui adressai un sourire de convenance et déclarai d'une voix posée :

    "Je m'appelle Aryana. Je suis votre nouvelle voisine. J'habite à l'étage juste au-dessus de chez vous. Très sympathique votre... petite amie."

    Mon sourire s'accentua, teinté d'un léger sarcasme. Je jetai un coup d'oeil par-dessus son épaule pour observer l'appartement. Il semblait en désordre, et c'était peu dire. Et très petit, également. Il était étrange que Hadès se contente de si peu d'espace, lui qui était habitué à la décadence grandiose des palais. Après tout, on pouvait changer, en quelques milliers d'années. J'en étais la preuve vivante.

    La rousse passa devant lui juste pour dire, d'un ton soupçonneux :

    "La personne qui habite au-dessus de chez moi, c'est une vieille mémé de quatre-vingt ans. A moins qu'elle ait fait un sacré lifting, c'est pas vous."

    Je lui lançai un sourire un peu crispé avant de répliquer, sans une once de nervosité dans la voix :

    "Je suis sa fille. J'ai été contrainte de déménager assez précipitamment."

    La rousse fronça le nez et s'en alla de mauvaise grâce, s'enfermant dans la pièce tout au fond de l'appartement. Je passai la langue sur mes lèvres et ajoutai d'un ton malicieux, à l'adresse de Judah :

    "Elle n'a pas nié qu'elle était votre petite amie, en tous cas ! J'ai comme l'impression que vous entretenez des rapports plutôt conflictuels. Je peux repasser plus tard, si vous le souhaitez. J'amènerai sûrement des cookies."

    Ou un poignard pour te le planter en plein coeur.

    Je battis des cils sans cesser de sourire avec mon masque de parfaite humaine un peu coincée.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

How would you feel
if I told you I loved you? It's just something that I want to do. I'll be taking my time, spending my life falling deeper in love with you. So tell me that you love me too.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7310-i-am-the-origin http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8991-l-eternite-est-ephemere

H£ll_M@st£r



« A la recherche,
du Papier Perdu !
Qui prouvera tout... »


H£ll_M@st£r


God and Monster [Fe] 378254admin

╰☆╮ Avatar : Robert Downey Jr. ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Hadès ☣ l'unique dieu des Enfers. ϟ

Fondateur Disney Rpg

☞ Surnom : seb ➹
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10551

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « A la recherche,du Papier Perdu !Qui prouvera tout... »


________________________________________ Ven 25 Avr 2014 - 0:42

God and Monster [Fe] Tumblr_myfkisBGdv1qet6nvo3_250God and Monster [Fe] Tumblr_m0rbh47x7T1qfvzyf

    Nouvelle voisine, ancienne voisine, charmante voisine... elle pouvait être tout ce qu'elle voulait, la fille d'en haut, la fille d'en bas, la fille de tous les côtés, moi ça m'allait. Elle avait peut-être passée l'âge de la beauté, mais chez elle, son corps était comme figé dans le temps. Chaque parcelle de sa peau dégageait une odeur de rosée matinale qui arrivait jusqu'à mes narines. Je l'aurai bien invitée à entrer pour papoter d'avantage, mais ça ne semblait pas plaire à ma très chère colocataire et comme je ne voulais pas la contrarier, je m'étais contenté de sourire à cette jeune et ravissante personne.

    "Elle n'est pas suffisamment bien élevée ni même aussi ravissante que vous, pour pouvoir prétendre être ma petite amie." avais-je dit avec un petit sourire en coin.

    J'avais refermé ma robe de chambre qui était restée grande ouverte entre le moment où j'avais quitté le canapé, et où je m'étais rendu jusqu'à la porte d'entrée, pour voir de qui Merida pouvait bien parler. J'adorais cette robe de chambre rouge qui me rappelait cette couleur qu'on trouvait bien souvent sur le corps des personnes qui côtoyaient mon enfer. Le sang avait toujours beaucoup compté à mes yeux. Ce rouge flamboyant, il m’enivrait, il me possédait totalement et... Est ce que j'étais vraiment en train de me faire tout un scénario entre moi et cette chose visqueuse qui était en chacun de ces mortels? Je n'avais pas pour habitude de me laisser aller à des choses aussi bizarres. Bien que... En fait si, pour être franc je m'y laissais aller tout le temps.

    "Vous êtes venue pour me délivrer de cet Enfer, Ariane?"

    Je lui avais tendue la main pour pouvoir lui faire comprendre que je souhaitais qu'elle la prenne et qu'elle m'entraîne au dehors avec elle, mais quand ma main était arrivée à l’extrémité de l'appartement, avant même de pouvoir l'atteindre, j'avais sentie une force invisible me pousser à reculer. Ma main était revenue à sa place initiale et j'avais fait un petit sourire à la belle. Elle ne devait pas comprendre ce que tout cela signifiait et je n'allais pas lui raconter ma vie. Mieux valait que le moins de personnes possibles sachent que je suis coincé ici.

    "Votre prénom, de là où je viens a été donné à une jeune femme qui était capable de guider les âmes égarées vers l'issue de leur calvaire. Sauf quand ces dernières croisées mon chemin, mais ça c'est une autre histoire. Quoi qu'il en soit, même si ça déplaît à ma très charmante colocataire qui a dû filer sous sa douche pour la troisième fois aujourd'hui, voulez vous boire quelque chose de rafraîchissant?"

    Sans me donner la peine d'attendre sa réponse, je m'étais tourné pour rejoindre la kitchenette et prendre un verre posé sur le comptoir. Il y avait la bouteille que j'avais prise quelques minutes auparavant et où j'avais bu dedans, d'où le fait que le verre était propre, mais ça c'était inutile de le lui préciser. Je m'étais mis à verser un peu de contenu dans le verre. J'avais jamais remarqué à quel point c'était... Excitant d'entendre l'eau couler. Après ça dépendait des personnes et surtout du moment. Si vous aviez une envie pressante, ça pourrait être un bruit très désagréable. Mais dans le cas où vous n'aviez pas cette envie, ou du moins pas celle à laquelle je faisais allusion précédemment, ce petit bruit avait un côté très... J'étais taré. Après avoir enfermé Merida six mois dans ma maison, le fait de me trouver seulement trois jours dans son appartement avait eu les même effets que sur elle. Si j'avais su que je deviendrai fou aussi vite, je ne serai pas venu.

    "C'est amusant que vous soyez nouvelle, car je le suis également. Je viens tout juste d'aménager ici et vue qu'on est tous les deux nouveaux, on pourrait peut être..."

    Tout en versant de l'alcool dans le verre, j'avais continué à parler. Je tenais désormais le verre dans ma main, la bouteille bien posée sur le comptoir et j'étais sur le point de me retourner, quand pour la première fois de mon existence, une chose plutôt surprenante c'était produite. J'avais lâché la pression sur le verre qui était tombée par terre et c'était brisé en milles morceaux. Ca ne m'était jamais arrivé de laisser échapper quelque chose. Même le plus insignifiant petit détail avait de l'importance à mes yeux. Que ce soit une main qui tremble, des pupilles qui se dilatent, une envie... un désir pour tout ce qui vous entoure. J'aurai dû faire le rapprochement plus tôt, mais il avait fallu qu'elle franchisse cette fichue porte pour que je me rende compte de ce qui était en train de se produire sous mes yeux.

    "Toi..."

    Je n'avais pas eu besoin de me tourner, ni même de lever les yeux sur elle pour vérifier mes dires. A peine était elle entrée que je pouvais sentir qui elle était. Fichu sortilège ou je ne sais quoi qui me condamnait à rester dans cet appartement et qui me privait de la plupart de mes sens. Après avoir été diminué à cause de fichu pays imaginaire, voilà que ma vie allait se déroulait entre ces quatre murs. Peut être que tuer Merida devrait figurer dans l'ordre de mes priorités. Dans le meilleur des cas, le charme sera rompu et je pourrai quitter cet appartement, dans le pire... Il n'y avait pas de pire. Il y avait même un autre bon point au fait de la tuer, c'est que je serai débarrassé de ses sauts d'humeurs. Je m'étais tout de même tourné au bout de quelques secondes et j'avais levé les yeux sur elle. J'avais sentie une étrange sensation me parcourir tout le corps. Ca remontait à plusieurs milliers d'années la dernière fois où j'avais croisé ce regard.

    "Je ne pensais pas que tu précipiterai ton arrivée..."

    C'était évident que si Elliot était là, elle ne le laisserait pas très longtemps si proche de moi. Sans compter que cet endroit promettait monts et merveilles. Elle finirait par être intriguée et viendrait vérifier sur place avec son cher et tendre Dyonisos. Qu'est ce qu'il devenait? Il s'en remettait de sa mortalité? Ca faisait combien? Une vingtaine d'années seulement si mes comptes étaient bons. Dire que pendant tout ce temps tellement de choses s'étaient passées, tellement de temps s'était écoulé. J'aurai voulu dire qu'elle n'avait pas pris une ride et à dire vrai c'était le cas, mais elle avait changée. Ce n'était plus la même jeune femme innocente que j'avais rencontré par le passé. Elle était devenue une bien grande et jolie jeune femme. De ce côté là, rien avait changé, sa beauté n'avait pas d'égale.

    "Le blanc te va toujours aussi bien."

    C'était difficile de trouver les bons mots, de savoir quoi prononcer. J'avais fait un geste de la main et le verre brisé avait été réduit en cendre. Puis, j'avais pris la bouteille toujours posée sur le comptoir et j'avais bu une gorgée avant de m'approcher d'Aphrodite. Une fois à sa hauteur, je lui avais tendu le restant du contenu du dit objet.

    "Tu as soif peut être?"

    Sans lui laisser le temps de répondre, j'avais reporté la bouteille à mes lèvres et je l'avais vidée, la laissant ensuite tomber. Mais pas de débris de verre cette fois ci, juste des cendres. Le feu c'était quelque chose que je contrôlais mieux que personne. J'avais entendu Merida rouspéter dans sa salle de bain avant de vouloir ouvrir la porte et de sans doute nous rejoindre, mais d'un geste rapide de la main j'avais verrouillé cette dernière. Elle s'était mise à rouspéter, mais désormais elle devait sans aucun doute avoir les lèvres scellées, vue que je l'entendais à peine. Il n'était pas question qu'on nous dérange, pas maintenant.

    "Comment vas tu? La vie? Le mari? Les nouveaux enfants? Tu as pas fait cette bêtise, rassure moi. D'un côté, Elliot me l'aurait dit, on entretiens une très bonne relation père et fils. Je lui ai même appris quelques petits tours de passe passe avec ses doigts."

    Je me demandais s'il avait retrouvé l'usage de son doigt. C'était la deuxième fois qu'il l'avait perdu, à force il finirait par ne plus pouvoir l'utiliser. Quoi qu'il en soit, je m'en moquait. C'était peut être mieux ainsi. Moins il avait de doigts, moins il pourrait pratiquer de la sorcellerie. Car même s'il avait des pouvoirs divins, tout le monde ici voulait toucher à la magie et il n'allait surement pas passer à côté de pareille occasion. Quel imbécile. Et si j'arrêtais de me penser à une tonne de choses à part celle qui aurait dû occuper tout mon esprit? Et si je me concentrais sur elle? Que pouvait-elle bien vouloir pour être venue ici et se faire passer pour une voisine? Et surtout...

    "Comment tu as su?" avais-je dis avec un petit sourire en coin. Oui, comment avait-elle su que je ne saurai pas que c'était elle avant qu'elle franchirait cette porte? Tout en me reculant vers le canapé, sans trop savoir si je voulais m'y asseoir ou non, j'avais passé mes mains derrière mon dos et j'avais croisé mes bras. Il fallait que je presse un peu ma main sur mon bras droit pour calmer ce petit tremblement, tout comme j'avais cligné des yeux plusieurs fois pour que cette pupille arrête de sautiller. Quelques petits tics, typiquement humains... Je détestais ce corps, il avait tellement d'imperfections. Finalement, ça aurait peut être été mieux si je n'avais pas suivi cette petite lumière bleue.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




Bienvenue dans notre monde au milles et une splendeurs.
Je vais ouvrir tes yeux aux délices et aux merveilles.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hade http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80955-hll_mstr#1021978

Aryana Cloud-Sandman



« Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


Aryana Cloud-Sandman


God and Monster [Fe] 378254admin

╰☆╮ Avatar : Dianna Agron & Charlize Theron

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Aphrodite

God and Monster [Fe] 808687arya

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9923

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


________________________________________ Dim 27 Avr 2014 - 0:53


« In the land of Gods and Monsters I was an angel livin' in the garden of evil. »

    Il était mielleux au possible, galant et séducteur. Peu de gens m'auraient cru si je leur avais dit qu'il était le dieu des Enfers, capable de tuer d'un seul regard. Hadès avait toujours eu deux personnalités bien distinctes, et seuls quelques rares chanceux -ou malchanceux- avaient eu l'infime honneur de connaître les deux. Je faisais partie de ces personnes et justement, je ne savais pas si je devais m'en sentir honorée ou chavirée. Il n'est pas bon de trop en savoir sur les autres. Les fils qui nous lient s'entremêlent et rien ne peut les dénouer, à part une bonne paire de ciseaux. Je tapotai la sacoche passée en travers de mon buste avant de faire un pas à l'intérieur.

    Judah était occupé à nous servir à boire. Il continuait de parler avec éloquence, pensant séduire une insouciante nouvelle voisine. Je l'écoutais avec attention. A mesure que je m'approchais de lui, je savais précisément ce qu'il ressentait. Ses sens se décuplaient. Chacune de ses émotions -aussi subtiles étaient-elles car il aimait se vanter qu'en tant que maître de la mort, il n'éprouvait rien- se ramifiaient jusqu'à exploser dans son cortex cérébral en une multitude de saveurs nouvelles. Je plantai mon regard entre ses omoplates. Je voulais qu'il sache. Plus de petit jeu. Jusqu'à maintenant, j'avais réussi à masquer mon odeur pour qu'il ne me reconnaisse pas. Passer une vingtaine d'années en donnant l'illusion d'être une mortelle avait fini par porter ses fruits, en fin de compte. J'étais l'illusion parfaite. Cependant, passer la porte de cet appartement avait suffi à faire tomber le voile d'humanité qui me recouvrait. Un bien étrange appartement, vraiment... Ce lieu était chargé de magie, non, d'une chose encore plus profonde que cela. Je ne parvenais pas à identifier ce que c'était, mais aucun doute là-dessus : c'était incroyablement puissant.

    La rouquine était peut-être plus que ce que prétendait Judah. En tous les cas, je pouvais comprendre ce qui l'attirait chez elle.

    Le verre qu'il tenait en main se brisa sur le sol en un bruit qui écorcha mes oreilles.

    "Toi..."

    Oui, moi. Je ne lâchais pas des yeux, même s'il me tournait le dos. Il était incroyablement irréel de le voir ainsi. Sous cette apparence. Il réveillait une tornade de souvenirs en moi. Je pris tout mon temps pour lui répondre. Après tout, nous avions l'éternité devant nous pour discuter. Qui plus est, il avait enfermé sa "colocataire" dans la salle de bains afin d'avoir plus d'intimité. Comme il était serviable...

    "Tu savais très bien que ce jour finirait par arriver. Elliot est tenace, j'étais persuadée qu'il saurait te trouver, où que tu sois. Le destin a voulu que vous vous retrouviez au coeur même d'une bombe à retardement. Ne te leurre pas, Judah. Cette ville est sur le point d'exploser, mais je pense que tu le sais déjà, ça aussi. Tu vas tout faire pour accélérer sa chute, n'est-ce pas ?"

    J'étais volontairement restée évasive. De ce fait, il ne savait pas si je parlais de la chute d'Elliot ou de Storybrooke. Peut-être m'inquiétais-je des deux ? Après tout, si cette ville se désagrégeait, la réalité telle que nous la connaissions subirait certainement de graves conséquences. Je tenais à ce que tout reste en l'état. J'aimais la terre telle qu'elle était, avec ses défauts et ses qualités.

    Il osa enfin m'affronter du regard, vidant la bouteille comme pour me provoquer. Je haussai un sourcil indifférent. Il me parla de ma vie avec un dédain évident. Il exécrait le choix que j'avais fait. Je décidai de ne pas lui répondre. A la place, je fis un pas vers lui, le visage impassible.

    Lentement, mon corps se gondola comme si l'on venait de jeter une pierre sur la surface lisse de l'eau qui le composait. Ma vision se brouilla quelques instants mais je ne battis pas des cils. Je continuai de fixer Judah tandis que la forme de mes yeux se mettait à changer. Les contours de ma bouche se dessinèrent pour composer des lèvres charnues sur lesquelles un ange aurait oublié un baiser. Les traits de mon visage devinrent plus fins, plus adoucies, plus jeunes. Les courbes de mon corps changèrent à leur tour. Ma silhouette s'affaissa de quelques centimètres avant que ma taille ne s'affine davantage, me donnant l'allure gracile d'une danseuse étoile.

    Un voile de tissu blanc dansa en miroitant dans la lumière telle des ailes avant de se transformer en une robe à volants qui me faisait ressembler à une enfant. A ce moment-là, et seulement là, je battis des cils. Une fois la transformation achevée, je levai les yeux vers Judah et déclarai d'un ton détaché, pour répondre à sa question :

    "Comme tu peux le constater, je vais très bien. J'ai décidé de reprendre l'apparence de ma 'jeunesse'. Là-dessus, on peut dire que l'on s'est donné le mot."

    J'esquissai un sourire devant son expression perplexe avant de contourner le comptoir, faisant glisser un index dessus puis je m'arrêtai devant Judah. J'étais nettement plus petite que lui, dans ce corps. J'avais oublié ce détail agaçant. Je chassai une mèche de cheveux blonds de devant mes yeux pour lui décocher un regard amusé.

    "Comment j'ai su pour ton infortune ? Hermès m'a envoyé un message."
    dis-je en pouffant quelque peu. "Il s'occupe du courrier divin, même depuis l'au-delà. Il a toujours pris son travail très au sérieux."

    Je restai rêveuse un moment. Penser à l'un de mes frères et même prononcer son prénom à haute voix me donnait toujours l'impression qu'un poignard s'enfonçait dans mon coeur. J'avais leur assassin sous mes yeux. Je l'avais laissé en vie durant tous ces siècles, ces millénaires... Je n'avais jamais tenté de le détruire. Et tout cela pour quoi ? Je me mordis la langue. Je savais très bien pourquoi.

    Quoi qu'il en soit, hors de question qu'il apprenne comment j'étais au courant de son "petit problème". Il n'aurait aucune confession de ma part. J'aimais bien avoir ce petit avantage sur lui. Il fallait toujours remercier les dieux -hum- d'avoir une petite supériorité tactique sur le grand Hadès.

    Il avait reculé vers le canapé et j'avais pivoté sur mes talons pour le rejoindre d'une démarche alanguie. Je voyais très bien que ma nouvelle apparence le déstabilisait autant que la sienne. Elle devait également raviver une foule de souvenirs dans sa mémoire, souvenirs que nous avions décidé d'occulter d'un commun accord. L'avait-il vraiment fait ? J'en doutais. Nous étions bien trop semblables, tous les deux. Il semblait hésitant, dansant presque d'un pied sur l'autre. Son comportement m'attendrissait, d'une certaine façon.

    "N'hésite pas à t'installer sur le canapé, je ne prendrai pas ton geste comme une impolitesse."
    dis-je en m'efforçant de ne pas rire. "Nous avons dépassé ce stade depuis longtemps, tu ne crois pas ?"

    Je secouai légèrement la tête et finalement posai les mains sur ses bras pour l'inciter à s'asseoir. Avec douceur, j'exerçai une légère pression et il tomba au fond du canapé. Je ne pus réprimer un petit sourire victorieux puis me plaçai devant la table basse encombrée. D'un revers de main, je poussai les objets qui traînaient dessus et les fit tomber sur la moquette. Après quoi, je m'agenouillai, enfouis la main dans ma sacoche, et en sortis une chose qui étincela dans la lumière avant de la poser religieusement au centre de la table. Il s'agissait d'une paire de ciseaux. Pour tout mortel, ce n'était rien d'autre. Une vulgaire paire de ciseaux ouvragée. Je levai les yeux vers Judah et ce que j'y lus me plut infiniment. Je sentis une onde frémissante courir le long de ma colonne vertébrale. Je lui amenais un nouveau jouet.

    "Tu pensais être le seul à avoir des petits secrets ?"
    fis-je avec une petite moue faussement modeste. "Par pitié, ne me demande pas où je l'ai trouvé. Tes questions sont assommantes. Contente-toi de te demander une seule et unique chose : pourquoi je te donne cette paire de ciseaux ?"

    Je n'avais pas pour habitude de faire des cadeaux, mais ce n'était pas la question qu'il devait se poser. Les trois Grées m'avaient offert leur paire de ciseaux il y a fort longtemps, ce fameux outil qui permettait de couper le fil de vie de n'importe quel mortel. Aucune magie, aucun sortilège ni malédiction ne pouvait résister à cette paire de ciseaux.

    Je me penchai au-dessus de la table basse sans lâcher Judah des yeux. Mes longs cheveux dorés effleurèrent la paire de ciseaux qui émit un léger tintement, comme si elle reprenait vie.

    "Avec ces ciseaux, tu peux couper tout net le fil de vie de cette fille qui te retient captif." murmurai-je avec un sourire sournois. "Je suppose que tu as tenté de la tuer et que ça n'a pas marché. Mais rien ne résiste à ces lames, absolument rien."

    Je tapotai délicatement les ciseaux. Oui, il allait avoir une dette envers moi. J'étais venue pour le délivrer mais rien de tout ceci n'était gratuit.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

How would you feel
if I told you I loved you? It's just something that I want to do. I'll be taking my time, spending my life falling deeper in love with you. So tell me that you love me too.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7310-i-am-the-origin http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8991-l-eternite-est-ephemere

H£ll_M@st£r



« A la recherche,
du Papier Perdu !
Qui prouvera tout... »


H£ll_M@st£r


God and Monster [Fe] 378254admin

╰☆╮ Avatar : Robert Downey Jr. ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Hadès ☣ l'unique dieu des Enfers. ϟ

Fondateur Disney Rpg

☞ Surnom : seb ➹
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10551

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « A la recherche,du Papier Perdu !Qui prouvera tout... »


________________________________________ Dim 27 Avr 2014 - 21:13

God and Monster [Fe] Tumblr_m8o2hilnzo1qkrky8 God and Monster [Fe] Tumblr_mwwbnkrHL21rbmjtho5_250

    J'étais comme un volcan en pleine irruption. Question de chaleur, non seulement j'avais vue ce qu'il y avait de pire depuis la création, mais en plus j'avais provoqué la plupart de ces horreurs. Mais là, je bouillonnait à un point que j'avais rarement atteint. En l'espace de quelques instants, elle était passée de son corps de vieille femme plutôt sexy à celui de la jeune, douce, sensuelle Aphrodite que j'avais connu par le passé. Si je m'écoutais, je lui aurai sauté dessus. Je n'avais d'ailleurs pas pu réfréner totalement mes envies. Je m'étais remis bien droit dans le fauteuil où je m'étais enfoncé si profondément que je ne pensais pas pouvoir en ressortir un jour. J'avais laissé échapper un petit sourire et un rire bête. Un rire bête? Moi? J'étais sérieux en faisant ça? Que voulez vous, face à elle j'avais vraiment un mal fou à rester moi même, ou alors justement j'étais un peu beaucoup trop moi même.

    Ma flamèche s'était allumée sur ma tête et j'avais pris la décision de me lever et de passer une main sur mes cheveux pour la faire disparaître. Ok, j'étais littéralement en feu. Il me fallait beaucoup de concentration pour ne pas exploser tel un soleil. Saleté de don qu'elle avait pour manipuler les esprits et qui n'avait aucun impact sur les dieux... Enfin si, il devait en avoir un peu tout de même, car je ne voyais vraiment pas pourquoi je serai si... attiré par elle. Après tout, des femmes avec un physique avantageux j'en avais vue des tonnes et j'en avais eu des tonnes. Je l'avais même eu elle. Peut être juste pour une nuit, mais je l'avais eu et c'était magique... Bon! C'était très bon! Puis j'étais passé à la suivante, car après tout ce n'était qu'une femme, tout ce qu'il y avait de plus ordinaire. Douée, mais une femme et c'était tout, rien de plus. Qui plus est une femme mariée. Non mais qu'est ce que je racontais? Je n'avais aucune morale et des femmes mariées j'en avais eu des tonnes.

    "Des ciseaux? Tu veux que je coupe son fil de vie? Tu es vraiment sérieuse?" avais-je dit en prenant le dit objet et en le tournant dans mes mains. Je les sentais devenir brûlant, d'où le fait que je les avais rapidement reposés sur la table en faisant comme si de rien était et en repassant une main dans mes cheveux juste avant qu'ils ne s'enflamment.

    "Sans intérêt. C'est une bonne idée, mais si j'avais eu envie de la tuer, j'aurai pu le faire avec de banals ciseaux de cuisine ou un cure dent. Tu sais que ça peut faire vraiment beaucoup de dégâts un cure dent?"

    J'avais déjà testé cela sur diverses personnes et on pouvait dire qu'elles avaient eu mal. Quoi qu'il en soit, la tuer n'était pas un projet à court terme. Par la suite, oui, pourquoi pas. Après tout, personne était à l'abri de ma colère et de ma folie! J'en étais conscient d'être un tout petit peu incontrôlable et d'être totalement fou. Je m'étais arrêté devant la télévision et j'avais posé ma main dessus tout en me tournant vers la jeune femme.

    "Tu es venue jusqu'ici pour me donner ces ciseaux ou c'est une autre raison qui t'as amenée jusqu'à moi? Encore..."

    Tout en parlant, j'avais entendu un petit quelque chose... Je ne savais pas trop quoi jusqu'au moment où de la fumée s'était échappée de la télévision. J'avais juste eu le temps de me décaler et de la faire tomber en cendres avant qu'elle n'explose. Ok, Merida n'allait pas être content, mais c'était elle qui était sur le point de nous agresser et non l'inverse. Fallait vraiment que je me calme. Je ne m’appuierai plus contre rien et je me contenterai de croiser les bras et de la fixer. Plus haut.

    "Tu sais que je déteste quand on me cache des choses ou qu'on essaye de se jouer de moi. Mais tu as de la chance, je suis persuadé que tu es pour rien dans le fait que je ne puisse pas quitter ces lieux. D'un, tu n'aurais jamais été assez folle pour oser me défier de la sorte et de deux, tu en aurais été incapable. Ton pouvoir ne te permettrait pas une telle chose. Non, en réalité la seule et unique personne qui pourrait réaliser une telle prouesse, s'avère être dans cette pièce, juste en face de toi. Et comme je ne me serai pas auto flagellé, l'explication doit se trouver ailleu..."

    J'étais resté figé quelques secondes en faisant la moue avec mes lèvres et en achevant ce petit cinéma par un roulement des yeux.

    "Quel con..."

    En fait si, je m'étais bien enfermé ici. Enfin pas tout a fait, mais ça devenait beaucoup plus clair. Finalement elle avait bien fait de venir ici et par chance, elle avait épargnée la vie de Merida. Bien que d'un côté, maintenant que je savais que ce n'était pas elle, je pouvais m'en débarrasser. Peut être que je devrai prendre ces ciseaux. Enfin une fois que plus rien ne s'enflammera à mon simple contact.

    "Trois mois. C'est le temps qu'il t'a fallu pour te soucier de ton fils, c'est vraiment touchant de ta part. Il a déjà perdu à deux reprises l'usage de l'un de ses doigts, il s'est fait cassé la gueule par un homme des bois et il a séjourné dans un endroit où il aurait pu mourir de froid. Sans compter ses rêves obscènes avec cette Emma Swan et sa relation plus que douteuse avec un éléphant. Bref... Si tu étais venue plus tôt, tu lui aurais évité d'apprendre par la bouche de la personne la moins appropriée, qu'il était un dieu. Et au passage, tu as bien fait de lui cacher ta véritable nature, car je crois qu'il n'est pas très friand des gens comme nous. S'il savait... C'est un parfait imbécile sans cervelle qui ne pense qu'à une chose : trouver une fille, s'installer et vivre le restant de ses jours comme un pauvre type. Il n'a rien d'un dieu. Il en a même pas le physique."

    Pas comme elle qui question physique avait tout ce qu'il fallait, où il fallait, comme il fallait, etc... Mon dieu, quel physique! Une fois que j'avais fini de parler, je m'étais rendu compte qu'un truc venait de s'écraser au loin, tel un moustique. En fait, c'était Merida qui avait réussi je ne savais pas trop comment, à défoncer la porte de la salle de bain et qui était écroulée de tout son long sur la porte, qui se trouvait désormais par terre.

    "Merida, ma chérie, bonne nouvelle. Cette jeune femme est venue pour nous faire signer les papiers du divorce. Tu vas pouvoir reposer en paix. Heureuse?"

    Oui, finalement j'allais peut-être bien la tuer.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




Bienvenue dans notre monde au milles et une splendeurs.
Je vais ouvrir tes yeux aux délices et aux merveilles.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hade http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80955-hll_mstr#1021978

Hope Bowman



« Hadès avec un Grand A ! »


Hope Bowman


God and Monster [Fe] 378254admin

╰☆╮ Avatar : Karen Gillan

Ѽ Conte(s) : Rebelle
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Merida

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10653

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « Hadès avec un Grand A ! »


________________________________________ Mar 29 Avr 2014 - 15:12

    Reposer en paix ? Qu'entendait-il par là ? Je restai aplatie contre la porte de la salle de bains, encore en état de choc. C'était vraiment moi qui venais de faire ça ? Je venais vraiment de défoncer ma propre porte ? Je n'étais plus chez moi. Ce type était en train de prendre possession de mon appartement. Déjà qu'il ne voulait pas dormir sur le canapé et qu'il fallait qu'on se partage le lit nuit après nuit... Il était tout bonnement invivable.

    Je me relevai tant bien que mal, perdant l'équilibre car la porte couchée n'était pas stable et me rattrapai au mur. J'avais passé cinq bonnes minutes à tenter de me coiffer, tout ça pour rien. Ma chute avait ébouriffé ma crinière. Les bras levés comme un zombi somnambule, je me dirigeai vers l'étagère en désordre et attrapai mon sac à mains. Après quoi je lançai un regard aux deux zozos. Tiens, la fille avait changé de tête. Je louchai sur ce détail en plissant des yeux. Elle était devenue sacrément canon. Non pas qu'avant elle soit moche, mais elle était plus âgée d'au moins vingt ans.

    "Laissez-moi deviner : vous êtes une déesse, vous aussi ?"
    fis-je en fronçant le nez.

    Je n'aimais pas trop que ces gens-là prennent mon appart pour le nouvel Olympe. Comment en étais-je arrivée là ? Avant même qu'on s'en aperçoive, des tas d'inconnus passent le seuil de votre porte et squattent chez vous.

    "Ne me demande même pas si elle peut s'installer ici !" ajoutai-je à l'adresse de Judah. "C'est hors de question ! L'appartement est déjà trop petit pour deux, et puis deux mecs ok, mais deux filles c'est non."

    Je m'interrogeai sur le sens caché de ses paroles. Ca sous-entendait que je ne voulais pas avoir de concurrence avec Judah ? Il était vrai que la présence de cette blonde au charme incroyablement magnétique m'irritait au plus haut point, mais c'était normal après tout. Elle était sur MON territoire, dans MON appartement, à taper la discut' avec MON Judah.

    ...Judah. Judah tout court. Mon regard devint fuyant.

    Pourquoi es-tu si possessive ?

    Tiens, le retour de la petite voix. Toujours là quand il ne faut pas, celle-là. A me susurrer des vérités que je n'aime pas entendre.

    Je plantai un regard soupçonneux sur Judah avant de mettre ma main en visière et de me diriger vers la porte d'entrée.

    "Je sors. Je veux pas savoir ce que vous faites. Pas de cochonneries ! Surtout pas !"
    fis-je en levant l'index en l'air. "Au cas où, y a des préservatifs dans ma table de nuit... mais si vous vous en servez, je le saurai ! Ils sont numérotés ! Alors pas de trucs chelous sous mon toit !"

    ... pas sans moi, avais-je envie de préciser, mais comme je n'avais pas spécialement envie de me faire un sandwich -quoique, avec deux dieux, ça devait être... NON ! Merida, un peu de concentration ! Tu sors, tu vas prendre l'air, tu vas t'acheter une bonne glace pour refroidir tes idées mal placées, et tout ira bien !

    Mon regard tomba sur le tas de cendres qui remplaçait ma télé et j'écarquillai les yeux, en proie au désarroi le plus total. Non, non je n'allais pas m'interroger là-dessus maintenant. Au pire, je passerais par le magasin pour acheter un écran plat car il y avait ma série préférée ce soir, et si jamais je la loupais, j'allais commettre un meurtre.

    Je repris mon chemin et sortis vivement de l'appartement en claquant la porte derrière moi. Si jamais il se passait un truc entre eux, je me promettais de... trouver un moyen de... me venger. Peut-être en faisant rétrécir les fringues de Judah quand j'irai au Lavomatic. Je savourai déjà par avance. D'un côté, même s'ils se tenaient bien, j'avais quand même envie de passer ses vêtements à 60° juste pour le faire enrager...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

BE YOURSELF
.
Everyone else is already taken.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13165-fate-and-desti http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t4959-do-you-want-to-chase-the-wind-and-touch-the-sky-with-me http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1312-merida-s-big-adventure http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80951-nounours_rebelle

Aryana Cloud-Sandman



« Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


Aryana Cloud-Sandman


God and Monster [Fe] 378254admin

╰☆╮ Avatar : Dianna Agron & Charlize Theron

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Aphrodite

God and Monster [Fe] 808687arya

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9923

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


________________________________________ Mar 29 Avr 2014 - 23:36


« In the land of Gods and Monsters I was an angel livin' in the garden of evil. »

    Son comportement avait changé du tout au tout depuis que j'étais redevenue... moi. Il était maladroit, gauche mais surtout... enflammé. J'eus un petit rire en voyant son crâne prendre feu, comme au bon vieux temps. Il tentait de garder le contrôle de ses propres pulsions, mais c'était plus fort que lui. Le feu parlait à travers lui. Je me délectais de le voir si malhabile. La télévision de sa "colocataire" en fit les frais. Après toutes ces années sans avoir vu le moindre pouvoir divin, toute cette brusque effervescence me laissait quelque peu rêveuse. J'avais des paillettes dans les yeux, mais je les masquais bien mieux que les braises ardentes qui brillaient au fond de ses pupilles.

    Il avait eu une révélation. Il semblait à la fois soulagé et amusé par ce qu'il venait de comprendre. Je patientai. Je savais qu'il n'allait rien m'en dire, et après tout peu importait. Je n'étais pas là pour obtenir des réponses le concernant. Il pouvait passer des millénaires enfermé dans ce ridicule appartement. J'avais voulu lui porter "secours" et il avait décliné mon offre ; c'était ce à quoi je m'attendais. Hadès ne se laissait jamais secourir, il préférait trouver lui-même le moyen de s'échapper.

    Tandis qu'il parlait d'Elliot, un mince sourire se dessina sur mes lèvres. Je l'écoutais tout en prenant la paire de ciseaux entre mes doigts. Je ne sentais aucun amour dans sa voix, aucun attachement particulier. C'était parfait. Après tout, il avait toujours insisté sur le fait qu'il ne voulait aucun contact avec lui, qu'il ne voulait jamais en entendre parler. Cependant, le fait qu'il m'en fasse tout un monologue sous-entendait autre chose... Une chose qu'il ignorait peut-être encore car elle développait une sorte de chaleur en lui à laquelle il n'était pas coutumier. Il avait beau se débattre contre ses principes, l'étincelle s'était allumée et il ne pourrait rien faire contre le brasier qui allait bientôt l'envelopper tout entier...

    Je ne pipai mot, cela aurait été le braquer davantage contre cette fatalité. Je tournai et retournai délicatement les ciseaux entre mes doigts. Ils étaient chargés de pouvoir, ils chuchotaient des secrets anciens à mon oreille. Je savais que Judah les entendait aussi. Ces mots susurrés par les morts à qui le fil de vie avait été coupé...

    Un grand bruit me fit sursauter. La tornade rousse avait encore frappé. Elle nous offrit un sketch du plus bel effet avant de s'en aller comme une furie. Je passai la langue sur mes lèvres rouges, parfaitement sereine. Jalouse. Cette demoiselle était jalouse. Je me tournai à nouveau vers Judah. En avait-il conscience ? Bien entendu. Il abusait du pouvoir qu'il avait sur les mortelles. Je fis un pas vers lui, tapotant les ciseaux contre ma paume, et finalement, déclarai avant de les ranger dans ma sacoche :

    "Bon, étant donné que tu n'en as pas l'utilité, je les reprends. Non pas que je compte m'en servir, mais je m'y suis attachée. J'ai quelques autres objets qui appartenaient à nos frères."
    révélai-je dans un souffle, la tête baissée. "ça me rassure, c'est comme s'ils étaient encore là. Comme une partie d'eux qui ne mourra jamais."

    Voilà que je versais dans le sentimental. Venant de la déesse de l'amour, vous allez me dire que c'était évident, mais détrompez-vous, je n'étais pas du genre à laisser parler mes émotions. Mon âme était morte depuis longtemps, depuis ce jour maudit où mes frères et mes soeurs avaient péri.

    Je chassai une mèche de devant mes yeux et redressai la tête pour adresser un sourire attristé à Judah. Puis je me composai une expression placide. C'était facile de jouer avec les contrastes sur mon visage. J'étouffais chaque jour davantage tout ce que je ressentais. Ainsi, personne ne connaissait la véritable Aryana. J'eus un pincement au coeur en pensant à Elliot. Bien sur, je lui avais menti, je ne lui avais jamais révélé ce que j'étais, mais c'était pour son bien. De ce fait, il avait grandi comme un garçon ordinaire, il aurait la chance d'avoir également une vie ordinaire... Je me mordis les lèvres. Peut-être.

    "Tu n'as aucun projet pour notre fils, vraiment ?"
    demandai-je, masquant difficilement mon anxiété.

    Avant même qu'il ne me corrige, je levai brièvement les yeux au ciel et repris :

    "Oui, je sais, tu considères que ce n'est pas ton fils. Dans ce cas, nous sommes d'accord. Ne t'approche plus de lui. S'il cherche à te revoir, évite-le. Je ne souhaite pas qu'il lui arrive malheur. C'est ce qui se produit quand on est trop près de toi... "

    Je ne voulais surtout pas que Judah l'endoctrine. Il savait pertinemment ce qu'il représentait, et pourtant il n'en avait cure. C'était curieux. Il manigançait certainement quelque chose, il devait avoir quelques projets pour lui. Je plantai mon regard dans le sien pour me faire bien comprendre, après quoi je décidai d'emprunter une direction plus légère :

    "C'est vrai ce que la rouquine a dit ? Tu comptes me proposer d'emménager ici ?"

    Je jetai un coup d'oeil circulaire à l'appartement en désordre avant de faire une petite moue peu engageante. Puis je croisai son regard et déclarai, l'oeil pétillant :

    "Je préfère vous laisser tous les deux. Vous formez un charmant petit couple. Etant donné que tu ne l'as pas encore tuée, je suppose qu'elle représente plus pour toi que ce que tu veux laisser paraître."

    Je n'avais aucune rancoeur en disant cela. Après tout, j'avais été la première à lui tourner le dos. On n'était bien peu de choses pour tomber amoureux de simples mortels... On entrait dans l'ère de la désillusion. Cependant, j'avais le mérite d'être tombée amoureuse d'un dieu devenu humain... Quelle était l'excuse de Judah concernant cette petite diablesse rousse ? J'étais bien curieuse de savoir par quel sortilège elle avait pu le piéger.

    Cependant, je n'allais pas lui demander de front. J'allais jouer la désintéressée afin qu'il m'en parle de lui-même. Il avait toujours aimé se confesser à moi, même si je n'avais pas la capacité d'absoudre ses péchés.

    "Je vais te laisser."
    décidai-je d'une voix douce tout en effleurant son épaule du bout des doigts comme pour enlever une poussière imaginaire de la robe de chambre qu'il portait. "Tu as sûrement des tas de choses à faire. Cuisiner, passer l'aspirateur, faire les poussières... Je te souhaite bien du courage, tu vas avoir un sacré boulot !"

    Je lui lançai un regard un peu moqueur avant d'ajouter, sincèrement impressionnée :

    "Je ne t'imaginais pas homme au foyer, même si tu l'es devenu par la force des choses. C'est bien, ça va te changer un peu."

    Soit son caractère allait s'adoucir, soit il allait exploser comme un volcan. Ce serait tout l'un ou tout l'autre.

    Je m'aperçus que ma main caressante s'était posée sur son épaule. La chaleur qui émanait de lui cuisait l'intérieur de ma paume, traversait tout mon bras. J'inspirai à fond et m'éloignai. J'avais presque oublié la sensation que ça faisait.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

How would you feel
if I told you I loved you? It's just something that I want to do. I'll be taking my time, spending my life falling deeper in love with you. So tell me that you love me too.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7310-i-am-the-origin http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8991-l-eternite-est-ephemere

H£ll_M@st£r



« A la recherche,
du Papier Perdu !
Qui prouvera tout... »


H£ll_M@st£r


God and Monster [Fe] 378254admin

╰☆╮ Avatar : Robert Downey Jr. ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Hadès ☣ l'unique dieu des Enfers. ϟ

Fondateur Disney Rpg

☞ Surnom : seb ➹
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10551

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « A la recherche,du Papier Perdu !Qui prouvera tout... »


________________________________________ Mer 30 Avr 2014 - 13:20

God and Monster [Fe] Tumblr_mwwbnkrHL21rbmjtho3_250 God and Monster [Fe] Giphy

    Aphrodite me voyait comme un homme au foyer, peut être que c'était ce que j'étais devenu? Piégé dans un appartement, comme j'avais piégé la jeune femme dans ma maison. Dans mes souvenirs, elle n'avait pas fait le ménage, je ne voyais pas pourquoi je le ferai chez elle. J'étais un dieu au foyer et un dieu au foyer, c'était quelqu'un qui se contentait d'habiter un appartement et de ne pas le quitter. Tout en parlant, elle avait caresser mon épaule et ça m'avait fait frémir. Je sentais la chaleur revenir en moi et si elle ne s'arrêtait pas, c'était tout l'appartement qui prendrait feu. Comme si elle avait entendu mon supplice, elle avait retirée sa main et s'était éloignée. Mais je ne voulais pas en rester là, quel qu'en serait le prix. J'avais posé mon regard sur la porte qui s'était refermée devant elle.

    "Tu te crois où? Sérieusement..."

    Je tentais de retrouver toute mon assurance tout en faisant les quelques pas qui me séparait d'elle. Je devais redevenir Hadès et non pas cette chochotte face à la dame de ses pensées... Qu'est ce qui me prenait d'avoir des pensées aussi stupides? J'étais Hadès, je devais le lui montrer. En un battement de cils, ma robe de chambre s'était transformée en une longue robe noire. Mes cheveux s'étaient enflammés mais pas pour les mêmes raisons que quelques instants plus tôt. Je devais lui faire comprendre que je n'étais pas un jouet et qu'elle n'aurait pas le dernier mot face à moi.

    "Tu viens ici, me voir et ensuite tu repars comme une voleuse, sans rien me donner. Et je ne parle pas de ces ciseaux dont tu savais pertinemment qu'ils me serviraient à rien. Tu sais ce que je crois?" avais-je dit tout en posant ma main sur sa joue et en la caressant d'un geste doux.

    "Je crois que tu voulais juste me montrer que tu étais là, que tu savais que j'étais prisonnier de cet endroit et que tu n'avais qu'une seule intention : celle de me narguer. Tu as juste oublier un détail."

    J'avais retiré ma main et j'avais fait le tour de la jeune femme pour être entre elle et la porte d'entrée. Mes cheveux brûlaient toujours, remplissant la pièce d'une très forte chaleur.

    "Mes pouvoirs n'agissent pas en dehors de cette pièce vue que je ne peux pas la quitter. Mais ici, ils sont intégralement à ma disposition. Je pourrais te forcer à rester avec moi, dans cet appartement, sans que tu puisses rien y faire."

    Pour lui montrer que j'étais déterminé, j'avais fait quelque chose de très... déterminant... J'avais croisé les bras et je l'avais fixé droit dans les yeux. Wouah! Je devais faire peur comme ça. Mes cheveux s'étaient éteins. Inutile de faire une tonne d'artifices. Si je voulais l'effrayer, je devais rester le plus banal possible, car c'était bien plus impressionnant et en aucun cas je devais me toucher le ventre à cause de cette douleur qui venait d'apparaître et qui m'avait foudroyé de toute part. J'en avais eu le souffle coupé.

    "Nooon... Tu... N'as pas le... droit..." avais-je réussi à marmonner tout en me pliant en deux pour faire passer la souffrance. Rien y faisait. Ca allait se passer, ici, sous mes yeux et je pourrai rien faire pour l'éviter. Je n'avais même pas le temps de lever les yeux pour la regarder une dernière fois et lui murmurer ces mots qui pesaient lourd dans ma tête. Trop tard, c'était le trou noir, le néant...



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




Bienvenue dans notre monde au milles et une splendeurs.
Je vais ouvrir tes yeux aux délices et aux merveilles.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hade http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74519-fiche-personnage-hades#815319 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80955-hll_mstr#1021978

Elijah Snake



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Elijah Snake


╰☆╮ Avatar : ➹ Robert Downey Jr.

Ѽ Conte(s) : ➹ Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Hadès, l'unique dieu des Enfers. ϟ

God and Monster [Fe] 82095759xy

☞ Surnom : ➹ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 272

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 30 Avr 2014 - 13:40

God and Monster [Fe] Tumblr_mwwbnkrHL21rbmjtho3_250 God and Monster [Fe] Giphy

    "Bonjour jeune fille..." avais-je murmuré une fois la douleur passé et en me redressant. J'avais pris une grande inspiration. Ca faisait du bien d'être de retour. Ca faisait du bien de la revoir. Ca me ramenait plusieurs siècles en arrière. J'étais persuadé qu'elle serait très heureuse par ces retrouvailles. Après tout c'était moi qui avait sauvé notre fils, moi qui avait combattu pour elle, moi qui... J'avais remué les lèvres. Quelque chose me démangeait. J'avais ouvert la bouche et pouffé un peu, des cendres en étaient sortis. Ca allait prendre un peu plus de temps que d'habitude, mais ce n'était pas grave. J'avais réussi.

    "Pardonne moi pour ce désagrément indépendant de ma volonté. Disons que je suis en... rodage. Mais tu sais ce que c'est ma belle, n'est ce pas?"

    Je lui avais fait un magnifique sourire tout en regardant autour de moi. On était chez Merida, je le savais, mais c'est fou ce que son appartement pouvait devenir de plus en plus bordélique avec le temps.

    "Petite question... Tu trouves vraiment que Merida et moi on est bien assortis? C'est vrai qu'elle a ce petit côté rebelle et qu'elle est du genre à en redemander, mais... Une humaine? Sérieusement? Elle n'a même pas de pouvoirs. Par contre Kiana... Je ne te l'ai pas encore présentée. Qui sait, on se fera peut être une soirée à quatre quand on en aura l'occasion."

    Je m'étais approché de la jeune femme et ma longue robe noire qui ne m'allait pas du tout au teint, s'était transformée en un magnifique costard avec chemise à col ouvert. Ca ça m'allait bien. Il fallait que j'ai la classe en toute circonstance. J'avais tendu la main devant moi et un verre rempli de scotch était apparu. Puis j'avais tendu mon autre main et un kir à la liqueur de framboise avait pris forme. Je lui avais tendu avec un petit sourire en coin.

    "Je crois que tu adores ça. Prend donc ce verre." Ou prenez juste un doigt.

    J'avais attendu qu'elle le prenne, puis je m'étais dirigé vers le canapé, j'avais fait tomber en cendres tout ce qui se trouvait dessus et je m'y étais assis. J'avais étendu un bras sur le dossier et bu une bonne gorgée de mon scotch.

    "Bon, voyons voir, je suis coincé ici, pour ça il n'y a rien de différent. Cela dit, contrairement à ce qu'il pensait, je crois que tu es la solution à mon problème. Ce n'est pas de la magie qui m'a mis ici ou quoi que ce soit. A dire vrai, je pense que ça bloque simplement au niveau de ma ... régénération. Mais c'est en train d'être réglé, il faut juste patienter un tout petit peu. Je dirai... une petite dizaine de minutes car il est jeune et solide. Mais ils finissent tous par succomber. En attendant, on pourrait discuter de ce qui se passera quand on franchira tous les deux cette porte."

    J'avais porté une nouvelle fois le verre à ma bouche et je l'avais ensuite posé sur la table basse. Puis j'avais croisé les mains et regardé la jeune femme bien droit dans les yeux.

    "Quand j'ai entendu parler de cet endroit, ou plutôt quand il m'est apparu, j'y ai vue de la nouveauté... Quelque chose d'intéressant vue que ces derniers siècles étaient plutôt ennuyeux. Les humains sont charmants mais ils n'évoluent pas. J'ai tenté de me rendre dans leur monde grâce à ce portail qu'ils ont ouvert, mais ce... Pays imaginaire comme ils l'appellent est... Dangereux. Oh mais ce n'est pas grave, ne t'en fais pas, je suis encore entier. Le vrai soucis c'est que je ne peux pas permettre à un tel endroit d'exister, mais je ne peux pas non plus y aller pour le... raser. Donc, j'ai longuement réfléchis à une idée qui me semble parfaite pour tous les deux."

    Je m'étais levé, histoire d'être face à face avec elle, car la jeune femme d'un, ne semblait pas si heureuse que cela de me revoir et de deux, elle n'avait pas envie de s'asseoir ou n'osait pas... tsss... Une fois debout, j'avais regardé les ciseaux. Elle avait eu une bonne idée, mais pas le bon objet.

    "C'est une île où se trouve cette.... Ombre. Je pense qu'un déluge pourrait l’ensevelir sous les flots. Ca ne serait pas la première fois que je raserai une île entière. Je te l'accorde, la dernière fois ça avait fait trop de dégâts et j'y avais perdu beaucoup, mais là, j'ai peut être ce qu'il nous faut. D'un, nous avons un portail à disposition. On pourrait déverser l'eau d'un monde sur un autre et je crois que ces jeunes gens viennent justement d'un monde où il y a suffisamment d'eau pour réaliser mon oeuvre. Quand au petit détail qui pourrait nous poser problème, c'est à dire pouvoir contrôler l'eau, je crois que j'ai le Trident qu'il faut. Avec lui on pourra créer le déluge qu'on veut. Notre frère n'en a plus vraiment l'utilité maintenant."

    J'avais pris son verre des mains et j'en avais bu une gorgée en faisant une grimace, puis je l'avais posé sur la table basse à côté de mon verre.

    "J'ai jamais compris comment tu pouvais boire ce genre de choses, c'est infect."


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥






Aryana Cloud-Sandman



« Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


Aryana Cloud-Sandman


God and Monster [Fe] 378254admin

╰☆╮ Avatar : Dianna Agron & Charlize Theron

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Aphrodite

God and Monster [Fe] 808687arya

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9923

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


________________________________________ Jeu 1 Mai 2014 - 23:37


« Go back to hell ! »

    Je haussai un sourcil en le voyant s'enflammer à nouveau avant de faire barrage entre la porte et moi. Cherchait-il à me séquestrer ? Je savais qu'il était joueur mais il se trompait sur un point : j'étais tout à fait en mesure de m'opposer à lui au cas où il m'empêcherait de passer. Même si je n'étais pas censée les utiliser, j'étais en pleine possession de mes pouvoirs. Je lui lançai un regard tandis qu'un petit sourire se dessinait sur mes lèvres charnues.

    "Tu veux vraiment me garder pour toi tout seul ? C'est... mignon."

    Brusquement, les flammes qui dansaient dans ses cheveux s'éteignirent. Il plaqua les mains sur son ventre, en proie à une douleur effroyable. Mon sourire disparut, les traits de mon visage de contractèrent. Nulle souffrance ne pouvait traverser un dieu... Hormis l'ultime souffrance. Je fis un pas en arrière lorsqu'il se redressa, ses yeux fous un peu rieurs croisant les miens. Il était redevenu celui qu'il était lorsqu'il était sorti de l'Olympe et qu'il venait de détruire nos frères. Ce visage... Cet effroyable visage marqué de tous les tourments et les vices qu'il leur avait infligés...

    Je détournai le regard, la mâchoire contractée. Du coin de l'oeil, je vis des cendres s'échapper de sa bouche. Il venait de dévorer Judah. Il n'en subsistait probablement rien. Je fermai brièvement les yeux avant de les rouvrir sur l'amère réalité. Il était arrogant, beaucoup plus détaché que l'autre. Il semblait tellement plus... amical. Un piège dans lequel beaucoup de gens s'étaient fourvoyés. Pas moi. Je savais très bien qui j'avais devant moi.

    "Elijah..." dis-je sans aucune chaleur dans la voix.

    Il était aussi nettement plus sophistiqué, car il changea bien vite la robe de chambre qu'il portait contre un costume élégant, probablement un Armani. Un verre de kir à la framboise apparut dans la main qu'il me tendait. Je le pris avec réticence.

    "Tu crois vraiment qu'il suffit d'attendre la fin de ta régénération pour pouvoir sortir d'ici ?"
    fis-je en émettant un petit claquement agacé du bout des lèvres. "Je pense plutôt que tu viens de te condamner. Tu aurais mieux fait de le laisser en vie et prisonnier au lieu de prendre sa place et de t'emprisonner."

    Je savais qu'il n'écouterait pas mon conseil, mais je n'avais rien à perdre. J'avais du mal à croire que Judah soit vraiment parti. Je l'avais déjà cru mort, remplacé par celui que j'avais devant moi. Certes, le revoir avait éveillé quelque chose en moi, surtout de le voir toujours sous mon charme. Cela avait créé de nouvelles perspectives dans ma tête. Je bus une gorgée de kir pour chasser ces pensées. Ne jamais ressasser le passé.

    J'écoutais Elijah parler d'une oreille attentive. Une île, une ombre... Que me chantait-il ? Je ne comprenais que la moitié de ce qu'il disait. Nous avions des plans bien différents. Il voulait déverser l'océan de tout un monde dans un autre. Grand bien lui fasse. Mais qu'il ne compte pas sur moi pour l'y aider. J'avais bien d'autres problèmes à résoudre.

    Il se leva du canapé pour me prendre mon verre des mains avant de le porter à ses lèvres avec une grimace. Je m'en saisis de nouveau et répliquai avec un air de défi :

    "Il faut croire que nous avons des goûts bien différents."

    Je le jaugeai d'un oeil accru.

    "Donc voilà les plans du grand Hadès. Tuer sa moitié pour créer un déluge dans un monde qui ne nous a rien fait. Tu n'étais pas obligé de te rendre sur cette fameuse île... Ce qui t'est arrivé, tu l'as bien cherché."

    Je terminai mon verre sur cette répartie, puis le posai sur la table basse. A cet instant précis, on frappa à la porte. Je songeai aussitôt au retour de la rousse, puis réalisai qu'elle serait entrée sans s'annoncer, étant donné qu'elle était chez elle.

    "Tu attends quelqu'un ?"
    demandai-je à Elijah non sans ironie.

    Sans hésitation, je me dirigeai vers la porte et l'ouvris. Lorsque je vis qui était de l'autre coté, je sentis mon coeur manquer un battement. Je faillis ouvrir grand les bras mais je me ravisai. J'étais différente, il pourrait se méprendre.

    "Bonjour, Elliot."
    dis-je dans un souffle.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

How would you feel
if I told you I loved you? It's just something that I want to do. I'll be taking my time, spending my life falling deeper in love with you. So tell me that you love me too.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7310-i-am-the-origin http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8991-l-eternite-est-ephemere

Elliot Sandman



« Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


Elliot Sandman


God and Monster [Fe] 378254admin

╰☆╮ Avatar : Pierre Niney *o*

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le fils de Hadès et Aphrodite

✓ Métier : Propriétaire du Lasergame de Storybrooke, une immersion plus vraie que nature (une zombification achetée, la seconde à moitié prix !)
Meilleur duo Awards

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9998

God and Monster [Fe] _


Actuellement dans : « Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


________________________________________ Ven 2 Mai 2014 - 0:17


« Hey ! I just met you ! And this is crazy but here's my number ! So call me maybe ! »

    Depuis mon retour du Grand Nord, j'avais eu besoin de faire plusieurs choses essentielles : mettre du baume sur mes engelures (il ne faut pas croire, contrôler le feu n'évite pas certains désagréments), passer voir Hope, et surtout, SURTOUT, reconquérir Lily. Cette dernière chose passait en première position, évidemment, mais j'avais comme l'impression d'avoir foiré quelque chose dans l'histoire. Je n'avais pas la sensation qu'on était de nouveau ensemble. La faute à son imbécile de William qui jouait les trouble-fêtes en la perturbant avec ses muscles et son air de grand seigneur. Mais je n'avais pas dit mon dernier mot.

    Pour l'instant, je devais penser à autre chose. Je voulais savoir si Hope allait bien. En effet, je les avais quittés assez précipitamment dans la ruelle, elle et son lémurien de petit ami. Je n'avais pas su le dénouement de cette drôle d'histoire avec Judah... Judah, Elijah... Hadès. Tout devenait vraiment trop compliqué. Il se partageait la vedette pour être mon père sans l'être. Bref, ce jour-là, Elijah m'avait fait rappliqué illico sur la banquise et j'avais donc été contraint d'abandonner les deux à leur triste sort. J'espérais que Judah s'était montré clément avec eux, mais rien n'était moins sur avec un gars aussi siphonné du bocal. J'avais tout de même bon espoir que Hope soit encore en vie. C'était une battante, une dure à cuire. Elle aurait bien trouvé une solution pour s'en sortir.

    J'étais donc monté chez elle et avait frappé à sa porte, piétinant sur son paillasson tout en remettant bien ma chemise dans un geste machinal. Lily m'aurait certainement tué si elle avait su que j'étais sur le point d'entrer chez une strip-teaseuse, mais je n'avais pas de compte à lui rendre. Nous n'étions plus ensemble. Elle préférait ce mec taillé comme Superman plutôt qu'un demi-dieu qui pétait le feu ? Tant mieux pour elle. Moi aussi j'allais rebondir. J'allais me trouver une nana super canon.

    Je ne pensais pas la trouver si vite. La porte s'ouvrit sur une créature de rêve. Elle était absolument ravissante. Bien que petite, elle était élancée. Son visage avait la couleur et la douceur de la porcelaine -j'en aurais mis ma main à couper. Ses grands yeux me fixaient avec une douceur suave qui me fit frémir de la tête aux pieds. J'avais l'impression de la connaître, comme si quelque chose nous liait déjà... Wouaho.

    Ma mâchoire en tomba. Je ne pensais pas tomber si vite amoureux. En plus, elle connaissait mon prénom ! Ses yeux se baissèrent comme si elle était gênée et mon coeur s'embrasa de plus belle. Elle était... Ce qu'elle provoquait en moi c'était... Un peu trop, je dois dire.

    A tâtons, je portai une main à ma chemise et défit le premier bouton sans cesser de contempler la jeune femme, hypnotisé. J'avais incroyablement chaud.

    "Oui, c'est moi, Elliot..." fis-je avec un sourire béat. "Je suis vraiment surpris et charmé que vous connaissiez mon nom. Hélas, je ne me souviens pas du votre. Vous pouvez me châtier de la façon que vous voulez, car c'est un crime d'oublier pareille beauté."

    J'étais presque parti dans du Shakespeare. C'était comme si mon cerveau était tombé dans un bocal de formol. Je parlais mais je ne contrôlais pas mes paroles.

    La jeune femme laissa échapper un petit rire qui caressa mon oreille avant de s'effacer. J'aperçus alors mon père et aussitôt, toute la chaleur se figea dans mes veines. Je me raidis et fis un pas dans la pièce, une lueur d'indécision nimbant mes pupilles.

    "Euh... normalement c'est Hope qui habite ici. Enfin je crois..."

    Je posai un doigt contre ma bouche, en pleine réflexion. Hadès était chez Hope. Cela signifiait que leur histoire n'était pas finie... Je posai un regard méfiant sur mon père -j'étais toujours sur le qui-vive avec lui- avant de me tourner vers la jeune femme qui lui tenait visiblement compagnie. Je me penchai vers elle et chuchotait à toute allure :

    "Vous ne devriez pas rester ici. C'est dangereux pour vous. Cet homme... si vous saviez qui il est vraiment... Je vais faire diversion, ça vous laissera le temps de partir."

    La demoiselle se mordit les lèvres, charmée par mon assurance, et je me redressai avec un air un peu pompeux. Cependant, je ne m'attendis pas qu'elle me réponde avec autant d'audace et de détachement :

    "Je l'ai connu bien avant toi, tu ne vas pas me faire la leçon, Elliot. Tu es un gentil garçon, toujours à vouloir sauver les plus faibles. C'est bien, mais ne deviens pas arrogant. Tu sais ce que je t'ai toujours dit sur les gens arrogants."

    Elle jeta un bref regard à Elijah avant de me fixer à nouveau. Ma mâchoire tomba pour la seconde fois, mais plus pour les mêmes raisons. Non... Non... Oh non... La réalité se peignit sur ses traits, aussi sûrement que si je venais de la voir à travers un miroir déformant. Elle était toujours aussi belle, désirable, mais... Non, pas désirable ! Elle ne l'était plus ! Je devais calmer cette chaleur qui m'habitait dès qu'elle posait les yeux sur moi... A tous prix !

    J'articulai lentement, comme un bébé qui apprend à parler :

    "M'man ?"

    Ma mère avait rajeuni. Elle ressemblait à une minette de vingt ans. Etait-ce un coup de Elijah ? Encore ? Je me tournai vers lui, les poings serrés :

    "Qu'est-ce que tu lui as fait ? Retransforme-la ! Fais-la redevenir comme avant !"

    Je le fusillai du regard avant de lui prendre son verre des mains et de l'engloutir d'un trait, sans respirer. Je lâchai le verre qui se brisa au sol et crachai mes poumons. Du scotch... Il fallait que ça soit du scotch... A dix heures du matin, mon père s'enfilait du scotch...

    "Tu... tu vas arrêter d'embêter ma mère !" fis-je dans un filet de voix, des larmes plein les yeux.

    Sinon quoi ? Sérieusement, qu’étais-je en mesure de lui faire ? Je réfléchis rapidement. Je n’étais armé que de mes petits poings enflammés, c’était plutôt médiocre face au dieu des enfers. Je me composai un air farouche. Tant pis, pour ma mère, j’aurais tout fait, absolument tout.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

❝Heaven can wait we're only watching the skies❞
Hoping for the best, but expecting the worst. Are you gonna drop the bomb or not? Let us die young or let us live forever. I want to be forever young. Do you really want to live forever? Forever, and ever...
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t974-call-me-god-elli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11851-elliot-this-is-my-kingdom-come http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1908-la-vie-trepidante-d-un-demi-dieu

Contenu sponsorisé








God and Monster [Fe] _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

God and Monster [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations