Kiss Kiss
Bing Bang

de Nat

Magic League 2
de Dyson Walters

Bientôt...
...à découvrir!


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League 2 ☆ Evénement #93
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : 14 avril 2018
« Salle des dangers activée... Avengers Rassemblement ! »

Partagez | .
 

 Lethal Weapon ♛ Deb le Brocolis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Robyn W. Candy


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

✓ Métier : Pâtissière de l'extrême & Shérif à batte badass !


☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2416
✯ Les étoiles : 24428




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Lun 11 Déc 2017 - 14:18


Mais me juge pas, je suis débutante !

Contrairement à pas mal de monde, j'aimais bien bosser pendant les fêtes de fin d'année. Y avait toujours un monde de malade, trente mille commandes à préparer et des bûches de Noël aux saveurs plus extraordinaires les unes que les autres à proposer à la marée humaine de clients qui venaient s'engouffrer dans ma pauvre boutique pas du tout assez grande pour accueillir autant de monde. Alors ouais, je râlais beaucoup, je me prenais la gueule avec pas mal de monde absolument tous les jours et je finissais toujours par me retrouver avec de la crème au beurre ou des morceaux de Kinder dans la tignasse. Mais ça me plaisait, en fait. Je dormais pas beaucoup, c'était épuisant, mais au moins ça me vidait l'esprit et quand je m'affalais dans mon lit à deux heures du mat' bien passé, bah je risquais pas de faire de mauvais rêves tellement j'étais au bout du rouleau. En plus je sentais toujours le chocolat. Et ça aussi, c'était pas mal du tout.

Une fois le réveillon et Noël passé, y avait un petit creux de quelques jours. La pâtisserie était plus calme, les gens étaient encore pleins à rabord de mignardises et de bûches consommée avec exagération. D'ici quelques jours, ça allait de nouveau être le rush, vu qu'au nouvel an, apparemment on faisait pas que se bourrer la gueule. On mangeait encore vachement, aussi.

Vu que c'était plutôt tranquilou pour le moment, j'en profitais pour réfléchir à l'avance à de nouvelles recettes, de nouveaux formats de gâteaux et de nouveaux mélanges qui iraient bien avec le côté bourré des fêtards se faisant la bise à minuit et envoyant des cotillons baveux un peu partout, la tête enroulée dans une guirlande. J'aurai pu m'occuper autrement, à profiter de mes potes (entre autre) et de la neige sympa qui donnait à la ville un côté gâteau recouvert de sucre glace. Mais j'aimais trop être dans mon petit chez moi tout doux, qui sentait tout bon et qui donnait l'illusion pas du tout réelle de me protéger du tas de responsabilité qui m'attendait à l'extérieur. Parce que y en avait un sacré paquet, prête à me tomber dessus et à m'écrabouiller pour l'année à venir. Je voulais faire genre que j'étais sereine, mais en fait je flippais à mort. Pourquoi fallait toujours que je donne mon accord pour me lancer des conneries pas possible ?

J'avais pas eu trop le temps d'y penser, encore. Tout s'était enchaîné un peu beaucoup trop vite. Ça faisait à peine quelques jours que j'étais passée du stade de "pâtissière qui vit sa vie plus ou moins tranquilou" à "Pâtissière-shérif qui va devoir gérer les conflits, les poivrots et les potentiels tueurs en série". Ou un truc du genre. J'avais pas super bien lu les petites lignes inscrites en bas du contrat.

Le truc, c'était que moi j'étais pas prête du tout. Mon cerveau était englué dans de la pâte à sucre, et je m'en foutais sévère de tout le reste. Par contre, le reste de la population avait déjà l'air de voir en moi le nouveau Batman de la ville. Pourtant j'avais même pas lancé mon signal dans le ciel, surtout en ce froid début de journée.

- On a volé mon sac!

La porte venait de s'ouvrir à toute volée, faisant sonner de manière extrême la cloche accrochée au dessus pour prévenir quand quelqu'un se ramenait et me faisant sursauter au passage. Accroupie sous le comptoir pour ramasser les miettes et les copeaux de chocolat qui se faisaient souvent la malle avec une pelle et une balayette, je me cognais le sommet du crâne contre le bord pas du tout mou du plan de travail au dessus de moi. Putain, ça commençait bien !

- Vous avez entendu ? On m' a volé mon sac! Allez me le chercher !

La gonzesse en grosse doudoune qui s'était penchée par dessus le comptoir pour me gueuler dessus alors que je me frottais le front avait l'air au bout de sa vie. Mais bordel, que ce que j'en avais à foutre qu'on lui ait arraché des mains son sac probablement bordélique et inintéressant ?

- Eh oh ! Vous allez vous sortir les doigts oui ou non ? J'ai pas voté pour un shérif qui reste planté comme un idiot pendant que des braves gens se font violemment agressés dans la rue !

Ah ouais. Merde. J'avais presque oublié ce léger détail. Vu que j'avais désormais l'étoile dorée du shérif qui planait au dessus de ma tête déglinguée, j'étais supposée m'occuper de tous les cons et les pleureuses du coin. Super. J'avais pas pensé à ça non plus quand j'avais accepté de rejoindre l'équipe de Jack Frost. Fallait vraiment qu'on m'empêche de signer un quelconque papier quand j'avais pas bouffé grand chose et que j'étais mal réveillée.

- J'arrive, j'arrive...

Je grommelais entre mes dents, tout en me remettant debout et en prenant quand même le temps de vider ma mini pelle en plastique grise dans laquelle était entassé un joli paquet de grain de sucre et de farine. J'avais le droit de me laver les mains avant d'y aller ou comment ça se passait?

- Mais dépêchez vous voyons! Que ce que vous êtes empotée, c'est dingue ! Prenez votre arme et aller neutraliser l'imbécile qui m'a volé !

Elle avait l'air estomaquée par mon manque de professionnalisme. En même temps, ça faisait à peine trois jours que je m'occupais de ce genre de cas. Et jusqu'ici, on m'avait oublié et personne m'avait fait chier. J'avais le droit d'être une débutante, non?

Bon. J'avais beau fouiller tout partout, je retrouvais pas mon flingue. On m'avait refilé un flingue, déjà ? Et merde. J'avais un gros doute là. Je me souvenais d'en avoir vu un, mais je l'avais peut être oublié au bureau. Tant pis, j'allais devoir casser la gueule à un putain de voleur avec ma fidèle Lucille qui était restée accrochée au mur au dessus du comptoir depuis un peu trop longtemps.

- Vous restez là. Et empêchez les gens de rentrer, ok?

Manquerait plus qu'on en profite pour me voler moi. La gonzesse leva les yeux au ciel et fit claquer ses lèvres pour exprimer son mécontentement. Putain, mais je faisais l'effort d'aller me les geler à l'extérieur pour son sac, elle pouvait pas prendre ses gouttes ? Ça se passait pas comme ça, avec les forces de l'ordre? Un peu d'aide contre un service rendu?

- J'ai l'air d'avoir que ça à faire?

Bah ouais. Mais je lui répondis pas. Je me contentais d'enfiler un blouson, de poser Lucille contre mon épaule, de sortir de ma pâtisserie et de fermer la porte de la boutique derrière moi. Enfermant ainsi l'autre chieuse et en protégeant surtout au passage mes gâteaux. Je lui faisais pas du tout confiance, à cette geignarde !

- Putain, mais il est parti ou ce voleur à la con aussi ?

J'étais sur le trottoir, à secouer la tête vers la gauche et à la droite à toute vitesse, cherchant un indice sur la direction à prendre. C'était la merde. Y avait pleins de traces de chaussures dans la neige, embrouillant les pistes et les quelques passants qui avaient bravés le froid et qui fuyaient les réunions de famille avait pas du tout l'air suspicieuse. Je voyais personne en train de courir avec un sac à main, en tout cas. Pas étonnant, au final. J'aurai sûrement pas dû prendre mon temps pour jeter les saloperies récoltées au sol.

- Eh! Vous! Plus un geste !

Traversant la rue pour rejoindre une rouquine sur le trottoir d'en face, j'agitais Lucille sous son nez pour lui montrer du bout de la batte le sac à main qu'elle avait à son bras. J'avais pas de piste, alors autant commencé par là hein. On savait jamais.

- C'est votre sac ? Vous l'avez pas du tout volé à une gonzesse en doudoune qui gueule vachement ? Me mentez surtout pas, sinon j'hésiterai pas à utiliser la manière forte. Ou à vous envoyer derrière les barreaux. Je suis shérif, alors faîtes gaffe.

J'avais un peu l'impression d'être pathétique. Et vu le regard que me jeta la rouquine, c'était sûrement pas qu'une impression. Merde. Fallait vraiment que je travaille mes répliques.





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
You give me your smile, a piece of you heart
You give me the feel I've been looking for. Your are the one I've been waiting for. We're lost in a kiss, a moment in time. Forever young, juste forever in love. When you came into my life, it took my breath away. Cause your love has found it's way to my heart.

Deborah Gust


« Les plus grandes aventures sont intérieures. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3486
✯ Les étoiles : 2924




Actuellement dans : « Les plus grandes aventures sont intérieures. »


________________________________________ Mar 12 Déc 2017 - 2:42

Noël avait toujours été la période préférée de Riley, ce qui était un peu cliché mais compréhensible néanmoins. En tout cas, je ne lui avais jamais jeté la pierre pour si peu. Moi-même, j'appréciais la magie de noël. Moins sa neige, par contre.
On avait pas idée d'avoir inventé un truc aussi peu pratique que la neige. La glace encore, pourquoi pas. Ca a une certaine utilité dans les patinoires. Pour faire du hockey, par exemple. Ce qui me faisait penser que je n'avais pas mis les pieds dans une patinoire depuis des lustres, depuis le dernier match de Riley, en fait.
J'aurais pu m'y rende immédiatement, histoire de pallier cette situation. Mais je n'en avais pas envie. Pas maintenant que j'étais en ville, en train d'admirer les choses à peu près potables exposées dans les vitrines des boutique du coin. Je n'oubliais jamais que nous étions dans le Maine et qu'il fallait donc revoir mes exigences à la baisse - ce qui n'était pas pour me faire plaisir, loin de là. Mais j'en avas pris l'habitude. J'avais compris depuis longtemps que Storybrooke serait à jamais une source d'insatisfactions.
La dernière en date ? Ma non élection au poste de maire. Cela n'avait pas été faute d'avoir essayé de montrer à la populace locale que j'étais la solution à tous les problèmes de style, de bienséance et d'exigences de la ville. Mais non. Ils n'avaient rien voulu entendre et avaient préféré voter pour un jeune blanc-bec qui leur promettait de la neige toute l'année. Ou non sens similaire, je n'avais pas lu son programme en détails et je n'avais pas l'intention de le faire. De toute façon, après Regina le bolet meurtrier en décolleté, que pouvait-il se passer de pire ?
Peut-être se faire agresser sans raison par le nouveau shérif de la ville : Robyn Candy. Et son arme de pointe, manifestement. 
Je me tournai vers elle et la toisai, un sourcil arquée, ennuyée qu'elle ait ainsi interrompu le fil de mes précieuses pensées. 
- Vous êtes incroyable de ridicule, commentai-je d'un ton neutre. C'est bien mon sac et je ne vole pas les "gonzesses en doudoune", repris-je en mimant les guillemets pendant que mon visage exprimait tout le dégoût que ce jargon m'évoquait, pour la simple et bonne raison que les personnes qui osent encore porter des doudounes au XIXe sont des monstres qui ne méritent pas qu'on les vole. Et aussi parce que le vol n'est pas légal. Ce qui est peut-être le cas de votre promotion, fis-je remarquer d'un ton et d'un sourire charmant. Vous devez bien avouer que vous ne renvoyez pas une très bonne image, là, tout de suite. Sauf si on considère qu'il est de bon ton quand on représente la loi de s'en prendre aux inconnus quand on a pas la moindre piste pour résoudre sa première affaire ? minaudai-je en battant des cils. 
Robyn se souvenait peut-être de moi ou peut-être pas. Moi, je me souvenais parfaitement d'elle. La jeune fille colérique avec une mèche brûlée qui abritait Tristesse. Et maintenant, dieu merci, ses cheveux étaient présentable. Elle avait même réussi à e faire promouvoir au rang de shérif en dépit de son caractère et de ses manières... uniques en leur genre, disons. C'était impressionnant, mais je ne parvenais pas à déterminer de quelle façon.
- D'après ce que je comprends, mademoiselle le shérif, vous recherchez un voleur de sac à main et la victime porte une doudoune. On passera sur le fait qu'elle devrait être écrouée pour atteinte au bon goût pour se focaliser sur le vol. Et le voleur, de fait. Je ne suis pas experte mais il est sans doute parti en courant sans demander son reste et en bousculant des gens. Voilà un point de départ qui me parait intéressant. Si j'étais vous je demanderais aux gens - poliment s'il est utile de préciser - s'ils ont été bousculé par quelqu'un, si oui s'ils peuvent le décrire et je chercherais des traces de pas allongées qui témoigneraient du fait qu'on a couru dans la neige. Mais je ne suis pas shérif. J'ai peut-être tort, ajoutai-je humblement tout en étant persuadée d'avoir une fois de plus raison.
Croyez bien que ma perfection est parfois usante, sans parler de ma gentillesse.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Robyn W. Candy


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

✓ Métier : Pâtissière de l'extrême & Shérif à batte badass !


☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2416
✯ Les étoiles : 24428




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Mer 13 Déc 2017 - 15:29


Mais me juge pas, je suis débutante !

Argh. Le poids des mots, ça faisait vachement mal. Encore plus que de se prendre un poing dans la gueule. J'avais l'impression que la rouquine venait de me foutre un coup de pied dans le tibia. Mais même pas. Elle s'était contentée de rester plantée là, avec ses sourcils qui remontaient de manière chelou et en utilisant juste le pouvoir de sa langue qui balançait des cruelles vérités plus vite que son ombre. C'était mal si je lui fouttais des menottes juste parce qu'elle venait de dire tout haut ce que tout le monde devait penser tout bas?

- Bah... Euh... Peut être. Mais peut être pas. Si ça se trouve, c'est vous le voleur et vous essayez juste de m'embrouiller pour pas que je vous envoie passer la journée, voir même la semaine à venir, au poste de police.

Ou un endroit du même genre. Les personnes que j'arrêtais, fallait que je les envoie où? En prison? En cellule? Que je les menotte à un tiroir dans mon bureau de shérif? Ou alors je pouvais toujours les enfermer dans le frigo géant de ma pâtisserie qui gardait au frais les fruits, crèmes et bûches pas faîtes pour les fortes chaleurs. Pourquoi personne m'avait donné de guide genre "Être shérif pour les nuls"? Quelques infos en plus, avant d'être lancée dans le grand bain, ça aurait pu vachement servir.

- Alors? Vous avez vu quelqu'un partir en courant avec un sac à main? Vous avez été bousculée? Malmenée? Agressée par un type louche ?

Je plissais les yeux, en essayant de me donner un petit côté imposant et sévère. Lucille retourna se câler sur mon épaule, tandis que je jouais à croiser le fer avec le regard de la rouquine. J'aimais pas la façon dont elle m'avait méchamment cassé. J'étais la loi, maintenant. Faut respecter la loi! Donc elle me devait du respect. Et puis elle était louche. Le rôle du suspect idéal lui allait comme un gant.

- Vous êtes sûre de chez sûre de pas cacher un sac à main sous votre manteau?

Putain, c'était chiant d'être une naine. J'étais obligée de me hisser discrétos sur la pointe des pieds pour tenter d'avoir l'air un peu moins minuscule. Être interrogée par un minimoys, c'était probablement pas très angoissant comme situation. Sûrement que la rouquine ricanait intérieurement devant mes faux airs de cow-boy enroulée dans son manteau comme un burritos sucré.

- Je vous trouve vachement suspecte. Vous avez l'air de connaître un peu trop bien ce qui se passe dans la tête d'un voleur de sac à main. Pourquoi? Vous en cottoyez ? Vous en êtes un? Ne me mentez pas. Je suis peut être ridicule, mais moi je suis armée. Et avec une vraie arme qui peut faire très mal.

Avec un sourire légèrement agressif sur les bords, je fis tournoyer ma batte. Fallait qu'elle ait conscience que même si j'étais un shérif de pacotille pour l'instant, ça me gênait pas de lui tapoter dessus avec Lucille. Et que ça allait faire mal. N'importe qui à sa place serait déjà les mains en l'air, au dessus de la tête, à me déballer toute la vérité et rien que la vérité. Ou pas.





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
You give me your smile, a piece of you heart
You give me the feel I've been looking for. Your are the one I've been waiting for. We're lost in a kiss, a moment in time. Forever young, juste forever in love. When you came into my life, it took my breath away. Cause your love has found it's way to my heart.

Deborah Gust


« Les plus grandes aventures sont intérieures. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3486
✯ Les étoiles : 2924




Actuellement dans : « Les plus grandes aventures sont intérieures. »


________________________________________ Jeu 14 Déc 2017 - 0:07

Je roulai des yeux, exaspérée. Robyn et moi ne nous connaissions pas bien, c'était vrai. Nous ne nous étions pas revues depuis plus d'un an et aucune de nous deux ne devait s'en plaindre, je pense. Nous n'avions jamais eu le projet de devenir ami. A vrai dire, le seul projet que j'avais eu la concernant était de faire disparaître quelques ecchymoses de son minois et cette vilaine mèche cramée. Ni plus, ni moins, car mon temps est précieux, s'il est besoin de le rappeler.
C'est notamment pour ça que je ne vole pas les sacs des femmes en doudoune. Et aussi parce qu'elles portent une doudoune, ce qui prouve qu'elles n'ont pas de goût, contrairement à moi et mon sac à main parfaitement ordonné.
Et parce que je dispose de tout ce bon goût, de cette assurance et de tout un tas de qualités que beaucoup m'envient, je ne craignais pas Robyn. Elle était bien trop débutante pour m'arrêter et aurait eu mauvaise presse si elle l'avait fait sans preuve.
Au final, Robyn suivait simplement mes instructions. C'était presque comme si j'étais shérif à sa place et ça me plaisait. Beaucoup. D'un air faussement détaché, je lui répondis tout en me délectant d'être si parfaite (même si cela peut être épuisant) :
- J'ai bien peur que non, malheureusement. S'il m'avait bousculée, il ne serait pas parti bien loin, ce qui pourrait presque laissé croire que notre homme est intelligent...
Je laissai planer le silence et mon regard avant de rejoindre celui de la jeune pâtissière, visiblement vexée. Comme je le dis toujours : y a que la vérité qui blesse. Robyn n'en était qu'un exemple de plus. Quelconque.
Mais elle ne démordait pas de ses suspicions. Et ça devenait lassant. Très lassant. Néanmoins, j'ouvris grand mon sac, non sans un soupir audible, et repris :
- Si Mademoiselle le shérif veut se donner la peine de vérifier par elle-même, elle constatera par elle-même que ce sont bien mes affaires et non celles de sa victime à doudoune. Vous noterez également que je ne peux pas avoir eu le temps de faire un tour de passe-passe et que, de plus, je ne suis pas magicienne. Sinon cette ville aurait meilleure mine, ajoutai-je sans ciller.
Puis j'ouvrais mon manteau pour lui prouver qu'elle avait tort et que j'avais raison, comme toujours. J'aurais pu ajouter qu'elle était un peu (totalement) pathétique et se focalisait sur la mauvaise personne (sauf si elle désirait des cours de subtilité, de savoir vivre et de pertinence, auquel cas elle était au bon endroit car elle en avait cruellement besoin), mais Miss Shérif était suffisamment vexée pour si peu comme ça. Aux dernières nouvelles, c'était tout de même elle qui était armée.
Ce qu'elle me rappela inutilement tout en avouant être ridicule.
- Au moins vous êtes lucide, me consolai-je à haute voix. Je ne crois pas côtoyer de voleurs, non. Ou alors ils ne me l'ont pas dit. En fait, sans vouloir me vanter, je pense que je suis juste logique. Ca s'appelle le profilage mais je suis sûre que vous le saviez déjà, non ? demandai-je aussi mielleuse qu'innocente.
Si cette situation me procurait du plaisir ? Absolument.
- Oh bien sûr je n'y connais rien, je ne fais que supposer, mais je présume que vous avez été briefée par l'ancien shérif. Et formée. Et je suppose donc que maintenant vous allez vous mettre en route pour réellement enquêter. Peut-être même que vous allez proposer à une simple citoyenne de venir avec vous afin de montrer à tous à quel point vous êtes brillante et efficace avec votre batte.
J'étais vraiment bonne comédienne. Néanmoins, si elle était aussi intelligente que je l'espérais, elle comprendrait où était le défi et qu'en tant que pâtissière, elle devait faire ses preuves.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Robyn W. Candy


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

✓ Métier : Pâtissière de l'extrême & Shérif à batte badass !


☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2416
✯ Les étoiles : 24428




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Jeu 14 Déc 2017 - 13:59


Mais me juge pas, je suis débutante !

Quand elle avait ouvert son manteau, j'avais eu peur pendant dix secondes d'être en fait tombée sur une exhibitionniste qui attendait juste le bon moment pour me dévoiler sa nudité et me choquer à vie. Sûrement que si elle avait fait ça, je serais restée plantée là, mâchoire décrochée, les rétines en sang, pendant qu'elle aurait pu en profiter pour se casser discrétos en ricanant du nouveau traumatisme qu'elle aurait réussi à me refiler. Mais à mon grand soulagement, elle était habillée sous son manteau. Ouf. Merci Sucrerie Suprême. Je pouvais de nouveau respirer.

- Gnééé! Que ce que j'en sais moi que vous êtes pas magicienne? Dans cette ville à la con, tout le monde a des pouvoirs chelous et des idées pourries. Genre faire chier en Décembre alors que c'est le meilleur mois de l'année.

Décembre devrait être la période du plaisir ultime (N'y vois pas de sous-entendu spé, petite coquine ). Les psychopathes, les voleurs et les méchants auraient naturellement dû suivre une loi qui interdit de faire des mauvaises choses en cette chouette période hivernale. Juste un mois quoi. Uin tout petit mois de vacances, de repos, de tranquilité. C'était trop demandé?

- Mais du coup, si vous avez zéro pouvoirs et que vous êtes juste une gonzesse lambda... ça veut dire que vous avez rien d'exceptionnel contrairement au reste de la population.

Bah oui. En gros, c'était ce qu'elle venait de dire. Elle avait pas de pouvoir, elle était pas magicienne et en plus elle agressait un shérif. Moi à sa place j'aurai arrêté de me la péter. Y avait aucune raison pour afficher des chevilles aussi enflées.

- Eh mais prenez vos gouttes hein! Je suis votre shérif, pas votre copine ! J'ai cassé la gueule à pleins de méchants, tués des vilaines bestioles et sauvé le monde plus d'une fois. Ou presque. Donc un peu de respect! Je débute peut être dans le profilage, mais on doit tous commencer par apprendre avant de devenir super pro's!

Lucille continuait à s'agiter dans ma main, réchauffant mon bras et appuyant mes propos. J'essayais plus d'être menaçante, mais quand j'essayais de me justifier, fallait toujours que je parle avec les mains. Ma batte suivait juste le mouvement.

En m'en rendant compte, je m'arrêtais et plantais Lucille dans la neige, les doigts serrés autour du manche, en mode Gandalf empêchant de passer le grand vilain monstre de feu.

- J'enquête déjà, en plus. Vous avez pas remarqué? Vous êtes toujours mon suspect.

En fait, non. Je la soupçonnais plus. Mais je l'appréciais pas, alors j'avais envie de la faire chier. C'était plus fort que moi. Elle avait fait mal à mon petit orgueil à peine développé de shérif de pacotille.

- Mais bon, si vous êtes si douée, je peux vous laisser chercher ce sac à ma place hein. Vous allez sûrement tellement mieux vous débrouiller que moi, vu que vous avez été élu shérif par la majorité de la population et que votre boulot c'est de défendre cette ville.

J'étais pas en train de m'embrouiller là? Valait peut être mieux que je ferme ma gueule, avant que mon charabia se transforme en omelette au sucre.

- Yep toi! La rouquine ici présente a une ou deux questions à te poser. Félicitions, t'es suspecté de vol de sac à main!

Tout sourire, ma poigne se referma sur l'épaule d'un type qui passait par là, le nez caché sous la grosse écharpe qui lui enserrait la gorge et la moitié de la tête. Ses yeux s'aggrandirent de surprise, alors qu'il manqua de se casser la gueule sur une plaque d'égoût couverte de verglas. Il s'écroula pas uniquement parce que je le tenais fermemment. On dit merci qui?




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
You give me your smile, a piece of you heart
You give me the feel I've been looking for. Your are the one I've been waiting for. We're lost in a kiss, a moment in time. Forever young, juste forever in love. When you came into my life, it took my breath away. Cause your love has found it's way to my heart.

Deborah Gust


« Les plus grandes aventures sont intérieures. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3486
✯ Les étoiles : 2924




Actuellement dans : « Les plus grandes aventures sont intérieures. »


________________________________________ Ven 15 Déc 2017 - 2:48

Je n'étais pas de ceux qui ont beaucoup de regrets car les regrets nous polluent la vie et nous donnent des rides avant l'âge, sans compter qu'ils ne sont plus à la mode depuis le XIXe siècle et l'époque romantique. Mais là, tout de suite, je regrettais un peu que Colère ne soit pas là pour exprimer mon insatisfaisante frustration et encastrer Miss Parano dans un mur. J'étais presque sûre que ça m'aurait fait du bien, même si la violence n'a aucune classe quand elle est physique. Elle fait néanmoins un peu de bien.
- Puisqu'il est besoin de le rappeler, je suis le dégoût, pas David Copperfield. Mais a vous vous êtes suffisamment intelligente pour vous en rappeler, ajoutai-je après une pause.
C'était plus ou moins un compliment, même si le ton désinvolte pouvait prêter à confusion. Je n'allais pas lui mâcher le travail et il faudrait qu'elle garde ses neurones connectés si elle voulait comprendre qu'au fond je la trouvais intelligente. Pleine de potentiel, en fait. Si on se débarrassait de ses manières de charretier, pour commencer. Au moins nous étions nous débarrassé de sa mèche calcinée...
Et elle avait du mordant, ce qui se faisait suffisamment rare dans la ville pour le signaler.
- J'ai le pouvoir du dégoût et je sais détecter n'importe quel poison, qu'il soit social ou physique. Je pense que peu de gens de cette merveilleuse ville en sont capables. Mais en tant que shérif, vous le savez sûrement, non ? demandai-je, innocente.
C'était amusant de voir comment, piquée dans son orgueil, elle perdait son temps sur des détails inutiles au lieu de mener son enquête. Restait à espérer que sa client à la doudoune ne soit pas pressée...
Moi en revanche j'avais tout mon temps pour cette joute verbale.
- Oh mais je vous respecte, shérif Candy, repris en évitant de penser au fait que le titre et son nom n'allaient absolument pas ensemble - même si elle même devait en avoir conscience. Je ne suis qu'une citoyenne qui remet sa sécurité entre vos main. Je suis donc fort aise d'apprendre que vous savez nous contre toutes sortes de monstres et affreux jojos afin que les rues de la ville soient plus sûres ces gens dont moi qui comptent sur vous ! Je suis un peu surprise d'apprendre que votre formation en profilage n'est pas achevée, sauf si j'ai mal saisi le sens de vos propos, repris-je cependant, l'air ennuyé un instant, mais je ne remets pas en doutes vos nombreuses qualités. Je suis navrée d'apprendre que je suis toujours votre suspect, conclus-je en levant les yeux au ciel, impuissante.
J'espérais néanmoins que Miss Orgueil piqué au vif allait vite retrouver la raison, histoire de ne pas avoir trop bonne presse.
Malheureusement, elle continuait son manège puéril et j'étais à présent face à un homme qui n'avait rien demandé et se relevait endolori. Bravo. Mais que fait la police ?
- Veuillez excuser ma collègue, elle débute dans les relations sociales mais je vous assure que nous travaillons à corriger tout cela dans les plus brefs délais, déclarai-je à l'intention de l'homme. Nous sommes face à un vol de sac à main. La victime est une femme en doudoune. Et le coupable.... et bien, que faisiez vous il y a 5 minutes ?
L'homme papillonna des yeux, son regard hagard (notez la figure de style avec laquelle mon génie vous régale) passant de Robyn à moi, encore et encore.
- Je.. euh... Là... dans ce magasin... J'ai... j'ai le ticket de caisse qui le prouve ! s'écria-t-il au bord de l'apoplexie en brandissant fièrement le papier.
Je pris le papier et l'examinai pour la forme. Je confiais ensuite le "suspect" à Robyn en expliquant que j'allais vérifier son alibi et entrai à mon tour dans le magasin désigné. J'en ressortis satisfaite et annonçai :
- La caissière confirme. Mais au cas où je vais prendre vos coordonnées, ajoutai-je en lui tendant un calepin où il inscrivit scrupuleusement son nom, son prénom, son adresse et son numéro de téléphone.
Quand il fut hors de portée d'oreille, je me tournai vers Robyn :
- C'est dommage de gâcher votre talent par des enfantillages quand vous pourriez prouver à tout le monde - moi, cette dame à la doudoune et j'en passe que vous êtes le shérif dont cette ville à besoin. Ca fait la deuxième personne que vous accostait sans preuve. J'ai mis à faire que vous tailler une réputation mais vous êtes dans un lieu public. Les gens pourraient croire en vous - moi y compris - mais la peur vous rend agressive. C'est mauvais pour votre imagine, je pense. Car j ne suis peut-être pas experte en police mais en image, je m'y connais.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Robyn W. Candy


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

✓ Métier : Pâtissière de l'extrême & Shérif à batte badass !


☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2416
✯ Les étoiles : 24428




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Sam 16 Déc 2017 - 16:52


Mais me juge pas, je suis débutante !

Non mais en plus elle osait m'enfoncer devant un suspect potentiel! C'était carrément dégueulasse de sa part! Moi j'avais le droit d'être vexée et donc d'être agressive! J'étais la victime dans l'histoire! Putain. C'était mal dans une foutre à une vieille ? J'avais des bonnes raisons d'avoir un geste de violence envers elle. Ça aurait été pas vraiment ma faute. Ni été une vraie agression. Du coup, je m'en sortirai très probablement sans me faire tirer les oreilles par qui que ce soit.

- Mais j'ai pas peur ! Où vous avez vu ça? Vous me faîtes juste chier à essayer de remettre en question mon boulot, mes méthodes et à me refiler des conseils alors que vous êtes juste une citoyenne lambda. On a compris, mes manières de shérif sont nazes. Mais je suis naturellement agressive, alors je vois pas pourquoi je changerai cet adorable traît de caractère qui fait ma personnalité. Je suis très bien comme ça, et c'est grâce à ma grande gueule et ma Lucille que je vais arrêter le connard qui m'a forcé à quitter ma pâtisserie alors que j'en avais pas du tout envie !

Ok. J'avais peut être un peu trop crié sur la fin. En témoignait le regard lancé par le couple venant d'apparaître qui décida de changer de trottoir pour éviter notre duo des plus charmants. Bon, fallait se calmer. Zen, soyons zen. Inspiration par le nez, expiration par la bouche. Bien.

Suite à ce petit exercice pas mal relaxant, je réussi à étirer mes lèvres abîmées par le froid en un sourire juste assez poli comme il fallait. Il devait surtout ressembler à une grimace moche, mais elle allait devoir s'en contenter. J'étais au max là.

- Vous savez quoi ? On va faire comme si il s'était rien passé du tout. Vous êtes une simple passante, moi je suis le shérif qui va aller arrêter le voleur de sac à main. On est en mode cool, et on va s'arranger pour que ça se termine dans le calme et la sérénité. Ça vous convient?

Je m'appuyais sur Lucille, en attendant sa réponse, toujours sans me départir de mon sourire qui partait un peu en vrille sur les bords. On notera l'effort: je demandais son avis au lieu de me casser direct d'un pas énervé et le majeur en l'air.

- Mon sac! Mon dieu! Il... il a mon sac!

Un cri venait de se répercuter contre les bâtisses couvertes de neige qui encadraient la rue marchande. Je croisais le regard de la rouquine qui avait l'air un peu moins en train de me juger, avant de pivoter vers la source de ces hurlements paniqués. Lucille tournoya dans ma main, tandis que je me mettais en position d'attaque, prête à péter les genoux de ce voleur à la con qui avait rien de mieux à faire.

- Put...Argh!

Au lieu d'essayer de me contourner, la forme humaine dissimulée sous une parka orange fluo, et dont la tête avait l'air écrabouillée par ce qui devait être un collant de femme, préféra se jeter sur moi. Il me percuta de plein fouet, me frappant au niveau de l'estomac d'un coup de sac à main bien rempli, qui me coupa la respiration. Je me retrouvais à quatre pattes par terre, les genoux et les mains plongées dans la neige, et le souffle court. Vu que la rouquine venait de me rejoindre sur le trottoir, je suspectais que le criminel l'avait aussi envoyé valser. A moins qu'elle ait juste eu envie de se mettre à mon niveau pour changer un peu.

- Donc on... Hum... on est d'accord qu'on cherche un type en orange et qui... putain!... et qui aime les bas pour femme?

J'essayais de me remettre debout, une main sur le ventre, en m'aidant d'un réverbère. Putain, j'aurai jamais pensé qu'un sac à main pouvait servir d'arme et être aussi efficace! La gonzesse a qui il appartenait l'avait rempli avec quoi? Des lingots ?




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
You give me your smile, a piece of you heart
You give me the feel I've been looking for. Your are the one I've been waiting for. We're lost in a kiss, a moment in time. Forever young, juste forever in love. When you came into my life, it took my breath away. Cause your love has found it's way to my heart.

Deborah Gust


« Les plus grandes aventures sont intérieures. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3486
✯ Les étoiles : 2924




Actuellement dans : « Les plus grandes aventures sont intérieures. »


________________________________________ Dim 17 Déc 2017 - 23:44

Son caractère ? adorable ? Laissez moi rire. Pour toute réponse, j'arquai un sourcil perplexe. Visiblement, nous n'allions pas tomber d'accord là-dessus. Genre, jamais. Ca arrive. On n'y peut rien si les gens veulent se complaire dans leur erreur. Et leurs cris, manifestement. Pourtant, je ne cillai pas. Rappelez-vous : je cohabite depuis 2004 avec Colère, j'ai vu autrement pire que mademoiselle le shérif vexé.
Qui ne savait manifestement pas sourire. Mais qui, contre toute attente, tentait d'être polie, sinon courtoise, ce qui était... moyennement convaincant.
Je souris à mon tour, mielleuse, pour répondre moi aussi d'une voix agréable, formelle et guindée - le tout en plus crédible que Robyn :
- Mais très certaine mademoiselle le shérif. ce fut un plaisir pour la citoyenne lambda que je suis.
Je pouvais tourner les talons. Tout pouvait s'arrêter là, sans me faire perdre trop de temps ni trop de patience. Mais vous pensez bien que les choses ne se passent jamais ainsi cette petite bourgade aussi énervante qu'insatisfaisante qu'est Storybrooke. Sinon ça serait pas drôle, hein ?
Nous ne vîmes rien venir, un peu comme lorsque j'avais passé des portes dans une fête foraine foireuse. Il nous tomba dessus - ou plutôt nous nous tombèrent dessus - sans crier gare, dans l'indélicatesse et le manque de classe les plus totaux.
J'étais tombée dans la neige, en public, à cause d'un psychopathe de la mode et j'étais profondément insatisfaite de cette situation. Profondément. Je ne savais même pas ce qui me faisait le plus mal : ce orange ou cette chute ?
Point positif (car je sis en mesure de voir le positif dans chaque mauvaise situation, en dépit de mes exigences manifestement plus élevées que celles du reste de la population locale - faune et flore inclus) : ce n'était pas moi qui avait pris un coup de sac à main dans le ventre. J'aurais, certes, pu compatir davantage mais je n'étais pas née pour ça. Et puis Robyn était robuste. Elle s'en remettrait.
Je me levai à mon tour pour épousseter ma veste recouverte de neige.
- On est d'accord, répliquai-je, déterminée. On est aussi d'accord que ta batte de baseball aura le droit de rencontrer son nez quand tu l'arrêteras, Shérif Girl. Porter une couleur pareille ET un collant sur la tête ET en plus ME rentrer dedans, ça vaut au moins ça. Non ? D'ordinaire je suis contre la violence mais il y a des limites ! Et puis, il t'a aussi agressée, notai-je quelques secondes plus tard pour... compatir ?
Non, absolument pas. C'est pas mon genre, enfin !
- Non mais sans déconner, des bas pour femme, sifflai-je, sidérée, pour moi-même.
Je secouai la tête et me tournai finalement vers Robyn :
- On est aussi d'accord que Shérif Girl a un plan pour coincer ce malotrus ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Robyn W. Candy


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

✓ Métier : Pâtissière de l'extrême & Shérif à batte badass !


☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2416
✯ Les étoiles : 24428




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Mar 9 Jan 2018 - 17:32


Mais me juge pas, je suis débutante !

Soit ce type était con, soit il était très con. Voir peut être potentiellement très con et suicidaire. Histoire d'en rajouter une couche à ce cas décérébré qui avait osé s'en prendre à un shérif et surtout à une Robyn déjà bien remontée. J'espérais pour lui qu'il courait très vite, parce qu'il allait pas aimer quand mon genou viendrait méchamment écraser son entre-jambe.

Au moins, il avait réussi à nous rapprocher, moi et la rouquine aux mots qui claquaient plus qu'un coup de fouet. Je comprenais juste pas pourquoi elle était aussi choquée par le faciès écrabouillé par des collants, mais bon. On était tombées ensemble. Il nous avait humilié sans aucun respect. Il s'amusait à nous narguer. Une fois rattrapé, la rouquine voudrait bien le tenir pendant que je le frapperai ?

- Bien sûr que j'ai un plan !

Je me frottais une dernière fois le ventre avant d'épousseter les quelques flocons qui parsemaient mon pantalon au niveau du fessier. Si je chopais pas la crève à cause de ces conneries, ça serait un miracle. Je m'imaginais déjà avec 42 de fièvre, incapable de pâtisser ou de jouer mon rôle de flic débutante. Cette pensée suffit à me faire serrer très fort les mâchoires. Je devais avoir la peau toute rouge, tellement mon sang donnait l'impression de bouillonner dans mes veines.

- Et ce plan est... De... Consiste à...

M'appuyant sur Lucille si c'était une canne, non pas parce que je me sentais vieille tout à coup mais plutôt parce que j'avais besoin de m'occuper les mains, je me mordis l'intérieur des joues en faisant fonctionner à toute vitesse mes méninges peu actifs. Peut être que j'étais juste très fatiguée. Ou alors le froid me congelait une partie du cerveau. Mais non, j'avais pas de plan super génial à proposer à Madame la Juge. En même temps elle s'attendait à quoi ? Que j'appelle le FBI ? Que je pilote un hélicoptère pour survoler la ville et sauter en plein vol sur la silhouette floue d'un type étouffé par une paire de collants pour vieilles femmes ?

- OK, j'ai pas de plan ! Mais ça serait bien aussi de me laisser un petit temps de réflexion avant de me demander de planifier une course poursuite ! Ça fait même pas une semaine que je suis passée du stade de pâtissière tranquilou à shérif d'une ville où on peut jamais être tranquille ! Alors faut pas trop m'en demander pour l'instant !

J'étais calme. Pas du tout en train de me donner en spectacle en plein milieu de la route. Heureusement, parce que sinon j'aurai eu tout un public, vu qu'une petite foule s'était agglutinée sur les trottoirs suite à la nouvelle attaque du voleur de sac.

- Excusez moi...

L'un d'eux venait d'ailleurs de faire bravement un pas en avant, le visage rouge et les yeux rivés sur le sol. Quoi ? Il était trop timide ? Je lui faisais peur ? Peu importe la bonne option, il continua à fixer les traces de pas dans la neige tout en me tendant un portable au modèle vachement récent vu qu'il était quasi aussi fin qu'une feuille de papier.

- C'est quoi ça? Tu veux quand même pas qu'on se fasse un selfie ensemble ?

L'horreur absolue. Devenir shérif allait quand même pas faire de moi une personne célèbre ? Il était hors de question que je me mette à signer des autographes ou ce genre de trucs à la con.

- N-non ! C'est juste... que ça pourrait vous aider, je pense.

Son portable était supposé m'aider ? À quoi ? Il avait peut être filmé la scène avec un zoom super puissant. Ça aurait été pas mal, ça. Je câlais le manche de Lucille sous mon bras et pris en main le portable. Je dû plisser les yeux pour tenter de capter les informations que me balançait l'écran. Putain, elle était violente la luminosité ! Au bout de quelques secondes, ma vision comprit enfin ce que ce type voulait me montrer. C'était pas une vidéo. Ni une photo toute floue du type. Non, c'était plutôt une photo... de sac à main.

- C'est quoi ce bordel ? Un avis de recherche pour ton sac disparu ?

J'imaginais déjà les gros titres des journaux. "Pour sa première enquête, le shérif Candy sauve d'innocents sacs à main". J'étais déjà pas très crédible, mais là ça serait encore pire. À mon grand soulagement, le type secoua la tête en devenait encore plus rouge. Si il pouvait éviter de prendre feu, ça serait super cool de sa part.

- C'est le compte Instagram d'un utilisateur qui poste tout le temps des photos de sac à main. Son pseudo, c'est "Le Fétichiste de Storybrooke". Et... je me disais... Que c'était peut être lié avec cette personne que vous recherchez.

Ah. Instagram. Aka le truc que je connaissais que de nom. Je confondais toujours avec Pinterest. Y avait moyen de retrouver l'adresse d'un utilisateur ? Ou même de pirater sa Webcam pour pouvoir l'espionner discrétos ?

- Ouais, ça pourrait coller. Merci de ton aide. Même si je me demande comment ça se fait que tu connaisses ce compte...

Je plissais les yeux d'un air légèrement suspicieux, pendant que le type rentrait sa tête entre ses épaules et semblait sur le point de s'étouffer. Hum hum...

- Bon. On est donc à la recherche d'un fétichiste des sacs à main. Je savais qu'on pouvait être excité par les pieds ou les grandes oreilles, mais pas par ce genre de trucs. Et j'aurai préféré ne jamais le savoir, en fait.

C'était un peu chelou, quand même. Je voulais pas juger mais... Des sacs à main ? Sérieux ?

- Vous vous y connaissez en Instagram ? Ou c'est pas de votre âge ?

Me tournant vers ma partenaire pour la journée, je lui présentais le portable. J'étais pas sûre qu'elle s'y connaisse. Bah ouais, c'était pas un site ou une application ou un truc du même genre pour ados ?





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
You give me your smile, a piece of you heart
You give me the feel I've been looking for. Your are the one I've been waiting for. We're lost in a kiss, a moment in time. Forever young, juste forever in love. When you came into my life, it took my breath away. Cause your love has found it's way to my heart.

Deborah Gust


« Les plus grandes aventures sont intérieures. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3486
✯ Les étoiles : 2924




Actuellement dans : « Les plus grandes aventures sont intérieures. »


________________________________________ Mar 9 Jan 2018 - 22:27

J'étais curieuse de connaître le plan de Robyn. Mais pas pour me moquer, comme je sais si bien le faire. Juste pour l'écouter et savourer par anticipation le bonheur que je ressentirai lorsque le mufle aurait payé son affront. On n'humilie pas Dégoût en tout impunité, tenez-le vous pour dit ! Et si en plus nous pouvions agir en laissant mes précieuses petites cellules grises au repos pendant que Shérif Girl ferait tout le boulot, qui étais-je pour me plaindre ?
D'autant que je n'avais pas Colère pour cogner sous la main.
Par contre, la Miss n'avait visiblement pas envie se presser, comme si ses neurones avaient besoin d'un tour d'échauffement. Je ne dis pourtant rien et pris sur moi, lui accordant le peu de patience qu'il me restait après cette mésaventure neigeuse. Pour le meilleur et surtout le pire. Tant pis. Ce n'était qu'une déception de plus à ajouter à un listing bien rempli. Cette ville n'en manquait décidément pas une !
Et comme si ce n'était déjà pas suffisant, une petite troupe de curieux s'était amassée autour de nous. Je pinçai l'arête de mon nez, me remémorant tous les désavantages de la colère : la peau rouge homard, l'air échevelé, le pouls qui augmente et fait suer... Ce fut assez pour que je rester maîtresse de mes émotions (notez l'ironie), croisant mes bras avant de toiser les malotrus. Bah quoi ? Il n'y avait pas de raison pour que ce soit uniquement eux qui profitent d'un spectacle.
En l'occurrence, il n'y avait pas que les quidams anonymes qui faisaient partie du spectacle... Robyn pouvait, en fin de compte, s'avérait très divertissante. Dans son genre. Mais tout comme moi elle avait un potentiel de peste appréciable. Les perles de sueurs du pauvre type qui essayait d'aider étaient aussi dégoûtantes que satisfaisantes. Il y avait bien trop peu de personnes capables d'inspirer, comme moi, de la crainte. Robyn n'en était que plus intéressante.
Tout comme Monsieur Instagram, même si nous étions entrés dans la partie fétichisme qui me faisait déjà frémir de moi-même. J'allais le regretter mais tant pis : pour le bien de ma vengeance, je dégainais mon smartphone et me connectai à Instagram. Puis je recherchai l'utilisateur mentionné et commençai à scroller, horrifiée, son compte.
Certaines personnes ne devraient pas avoir le droit d'exister, croyez-moi.
- Vous vous y connaissez en Instagram ? Ou c'est pas de votre âge ?
J'aurai presque ri tant sa question était stupide. Mais on ne se moque pas de son partenaire de lutte anticrime.
- Mieux que toi, apparemment, commentai-je triomphale en lui montrant mon téléphone qui affichait à présent mon propre compte. J'ai jeté un œil au compte de ce fétichiste. Comme on pouvait s'y attendre, c'est glauque. Mais ça m'a donné une idée, annonçai-je d'un air faussement innocent.
J'entrainais alors Robyn à l'écart de la foule d'admirateurs curieux de second zone.
- Désolée les nases, à partir de maintenant la conversation de la brigade du style est privée.
Encore quelques pas et je pus reprendre :
- Tu t'y connais en infiltration ou c'est pas de ton âge ? demandai-je, mesquine, pour faire écho à sa précédente question. Je vais lui envoyer un message pour proposer une rencontre en me faisant passer pour une autre fétichiste. Crois-moi, il ne va pas se méfier. Le sac à main, même laid, c'est sa drogue. On va l'appâter avec du Chanel, il ne va pas résister.
Pour joindre le geste à la parole, je créai rapidement un faux compte Instagram puis déposai mon sac sur le rebord d'une vitrine. Je reculai, pris une photo et l'y tagguait pour lui proposer une rencontre au plus vite. J'allais dire que nous n'avions qu'à attendre mais le commentaire de notre suspect du mauvais goût sous ma publication ne se fit pas attendre.
- Et voilà le travail de pro ! Nous avons rendez-vous derrière la bibliothèque dans une demie heure.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Lethal Weapon ♛ Deb le Brocolis





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Boutiques :: ➹ Pâtisserie Robyn