Le Destin des
PUISSANCES

de seb

Magic League 2
de Dyson Walters

Bientôt...
...à découvrir!


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Destin des Puissances ☆ Evénement #94
Une mission de Cassandre Sandman - Ouverture : 27 avril 2018
« A Olympe, venez commez vous êtes... ! »

Partagez | .
 

 Vous avez un message d'outre-tombe ♦ Ft. les émotions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Deborah Gust


« Les plus grandes aventures sont intérieures. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3642
✯ Les étoiles : 3315




Actuellement dans : « Les plus grandes aventures sont intérieures. »


________________________________________ Sam 10 Fév 2018 - 23:41

Colère avait eu une idée brillamment stupide : commander une planche de Ouija sur Amazon afin de converser avec l'au-delà le soir d'Halloween. Mais vous noterez que nous sommes en février et que ce n'est absolument pas la période - ce qui avait d'ailleurs mis Colère en colère, quoique cette phrase sonne particulièrement mal quand on la dit. Ou qu'on la lit ou même qu'on l'écrit. Mais le fait est que le colis s'était perdu, passant probablement par le Pôle Nord, la Chine et Tombouctou avant d'arriver enfin à Storybrooke, dans le Maine, seulement quelques jours avant la Saint Valentin. Colère n'avait pas manqué de se défouler sur la table basse face à cet affront qu'il prenait très à cœur (car oui, aussi dingue que cela puisse paraître, il y a un cœur qui bat quelque part sous ces tonnes de rage incontrôlée). Peur avait naturellement tenté de lui faire comprendre que la table basse n'était en rien responsable de son malheur (tout en précisant bien que frapper Amazon ou un de ses livreurs ne servirait à rien non plus) mais... on va juste dire que cela ne marcha pas :
- CA SERVIRAIT A ME DEFOULER ET CROIS MOI C EST BIEN ASSEZ COMME CA ESPECE LOPETTE QUI A PARKISON ! cria-t-il en devant tout rouge.
Peur blêmit, se raidit avant que son instinct de survie ne prenne les commandes. Alors il déguerpit derrière le canapé, ce qu'il faisait au moins une demie douzaine de fois par jour, parfois même devant un épisode de Glee. Oui, vous l'aurez compris, c'était au moins aussi navrant que les crises de Colère.
Car moi et mon jugement n'avions rien manqué de cette séquence affligeante. J'étais restée assise sur le canapé, justement, sourcil arqué, bouche pincée et bras croisés, heureuse d'être l'émotion la plus cool et la moins ridicule. A ce moment-là, je m'aimais particulièrement beaucoup. J'entends par là, encore plus que d'ordinaire. Mais mes chevilles allaient très bien, merci de vous en inquiéter.
Et maintenant que la situation était au point mort, je pouvais intervenir pour réellement commencer à me la péter.
- Je ne voudrais pas faire la maligne, commençai-je faussement humble, mais je pense que les esprits travaillent toute l'année. Ou alors ce sont vraiment des feignasses sans aucun intérêt. Quoiqu'il en soit, puisque maintenant nous avons cette fameuse planche, peut-être qu'on pourrait s'en servir au lieu de fracasser bêtement le mobilier, ajoutai-je en coulant un regard lourd de sens dans la direction de Colère.
L'intéressé se renfrogna et serra fort les poings au point que ses jointures blanchirent entièrement.
Et je n'eus guère besoin de me retourner pour deviner que le claquement que j'entendais dans mon dos n'était autre que l'entrechoquement des dents de Peur, glacé d'effroi à cette seule idée.
Timidement, il sortit sa tête effarée de sa cachette. Je sentais d'ici sa sueur dégoûtante et collante. Mais je passai outre. Je savais que sa prochaine palette de déodorant serait livrée le lendemain.
- Un commentaire Peur ? m'enquis-je en battant des cils, voyant bien qu'il n'osait pas se faire entendre.
- Hem... eh bien... Je me demandais juste si... EST CE QUE CE SERAIT PAS TOTALEMENT DANGEREUX D APPELER LES ESPRITS DES MORTS POUR LEUR PARLER ? explosa-t-il finalement, incapable de contenir davantage son effroi.
Il tachycardait. Machinalement, je sortis un sachet marron de sous le canapé. Nous avions pris d'en cacher aux endroits stratégiques de la maison, juste au cas où. Je le lui tendis, yeux levés vers le plafond et attendis qu'il le prenne. Puis qu'il y déverse tout ses poumons avant de soupirer d'aise.
- Ca va mieux, nous informa-t-il alors que nous n'avions rien demandé.
Puis il se laissa retomber mollement derrière le canapé.
- Sinon on peut rejouer au Monopoly, hein ! pûmes-nous entendre quelques instants plus tard.
- TU ME FAIS CH*** AVEC TON MONOPOLY A LA CON ! TU SAIS OU JE VAIS TE LE METTRE SI TU CONTINUES ?
- On n'a vraiment pas envie de savoir où tu comptes le "foutre", intervins-je calmement en posant ma main parfaitement manucurée sur sa poitrine. Et je te dis ça avec toute l'amitié du monde.
Ce qui était un peu vrai.
- Bien. Peut-être que maintenant tu peux déballer cette planche et l'installer sur la table basse ? Moi je vais chercher du pop corn. Je sens que cette soirée va être divertissante, ajoutai-je avec un sourire mesquin en m'éclipsant à la cuisine où je croisai Sandy dans une mare de désespoir. Tiens, je ne te cherchais pas spécialement mais puisque tu n'es pas dans ta chambre pour une fois... J'allais faire du pop corn pendant que Colère prépare le Ouija et que Peur essaye de rester en vie. Tu nous rejoins ? Je suis sûre qu'on peut te trouver un gentil petit fantôme avec qui pleurer touuuute la misère de sa vie.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...

Sandy Ness


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Zooey Deschanel

Ѽ Conte(s) : Vice Versa
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tristesse, la plus triste des émotions qui vous donnera envie de vous rouler en boule dans un coin de la pièce en vous balançant d'avant en arrière

☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 165
✯ Les étoiles : 698




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 3 Mar 2018 - 15:33



Esprit, es-tu là ?

Je n'étais... rien. Plus rien. Plus Tristesse. Plus Sandy. Plus une émotion. Plus un être humain difforme. Même plus une masse de cellules et d'organes compactés ensemble pour former un tout bigleux et dépressif. Il ne restait de moi qu'un esprit, prêt à se connecter, à se reconfigurer, pour devenir autre chose. Pour évoluer. J'allais passer à un autre stade de l'évolution. Bientôt. Pour l'instant, je n'étais qu'au début de mon voyage. Il fallait que je me trouve. Que je me reforme. Que je ne fasse plus qu'un avec la Terre Mère.

Bientôt. Oh oui. Très bientôt. L'aventure sera longue et parsemée d’embûches. Des épreuves m'attendront, mais je devrais en triompher avec succès si, un jour, je souhaite m'extirper de ma chrysalide pour devenir un magnifique papillon prêt à s'envoler pour voir le monde, l'univers, la galaxie, la...

- Communiquer avec les esprits lorsque l'on est pas préparé à les recevoir dans notre monde peut être dangereux, Deborah.

Je soulevais mes paupières pour fixer calmement l'ancienne émotion qui me surplombait de toute sa hauteur. Elle était plus intelligente, d'habitude. Elle savait reconnaître une mauvaise idée. Avait-elle perdue son bon goût récemment ? Alpha m'avait bien dit, que quelque chose n'allait pas dans la maison. Quelqu'un était néfaste pour moi. Me tirait vers le bas. Me racontait des mensonges pour me forcer à rester au stade d'embryon, de larve. Je soupçonnais Deborah d'être cette personne. Les autres étaient trop bêtes pour être aussi manipulateurs et savoir faire fonctionner sur la durée un tel plan.

- Mon cerveau n'est pas encore au maximum de ses capacités mentales, mais je veux bien faire l'effort de me joindre à vous pour tenter d'amoindrir les dégâts.

Avec tout autant de calme que celui se retrouvant dans le timbre de ma voix, je quittais la fraîcheur du sol de la cuisine pour me relever et récupérer la cape violette que j'avais posé sur le dossier d'une des six chaises présente autour de la table. Je la jetais sur mes épaules et rabattis la capuche sur ma tête, plongeant mon visage dans l'ombre de l'inconnu.

- Fini de préparer le pop-corn. Je rejoins les autres.

Mes pieds glissèrent silencieusement sur le sol, flottant presque jusqu'au salon où Colère étranglait avec ses deux mains le long cou fragile de Peur qui avait prit une belle teinte violette, un peu plus clair que le nouvel habit qui ne quittait mon corps en pleine métamorphose que pendant mes séances intenses de méditation.

- Colère. Lâche le.

Je levais une main, imperturbable, pour que la paix se fasse dans la pièce. En me voyant, le vilain petit homme ouvrit grand la bouche comme un poisson sur le point de sustenter d'un moucheron posé sur l'eau, et il relâcha sa prise. Peur s'effondra du canapé, les yeux rejetés vers l'arrière, parti dans l'au-delà de l'évanouissement pendant quelques secondes, le temps de se remettre des mauvais traitements de l'émotion rougeaude.

- Depuis quand tu me donnes des ordres, la limace dégoûlinante ? Et retire ton poncho, fait pas froid à l'intérieur, espèce d'idiote.

Malgré ses insultes, je sentais son malaise. Il gigotait sur le gros coussin du fauteuil, de la sueur sur le front. C'était inédit, pour lui. Que je lui tienne tête. Que je ne me mette pas à pleurer. Que je n'implore pas son pardon. La nouvelle moi n'avait plus de crainte. Elle ne ressentait pas toutes ces... émotions.

-Installons nous. Quand Deborah sera revenue, nous pourrons commencer.

Moi, j'étais déjà prête. Je m'asseyais à même le sol, les jambes pliées, sans quitter ma cape. J'étais face à la fameuse planche de ouija. Une porte vers l'au-delà. Sous ma capuche, mes yeux se mirent à briller du même éclat que le verre du triangle en bois qui n'attendait plus que nous. Les esprits allaient bientôt me révéler leurs secrets. Et j'étais prête à les entendre me murmurer les affres de l'éternité et les regrets qu'ils laissaient derrière eux, dans ce monde sans saveurs et sans réel intérêt. Du moins pour l'instant.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Fais moi peur ♒︎ Boo to you and you ! It's not so very scary. It's really not so scary. Boo to you ! Boo boo boo ! Boo to you ! Boo boo boo ! Boo to you ! Boo boo boo ! Boo to you ! Boo boo boo ! It's not so very scary, It's really not so scary. Boo to you ! © endlesslove.

Deborah Gust


« Les plus grandes aventures sont intérieures. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3642
✯ Les étoiles : 3315




Actuellement dans : « Les plus grandes aventures sont intérieures. »


________________________________________ Sam 3 Mar 2018 - 17:10

Sans. Déconner. Parce que Sandy pensait vraiment que ça allait marcher ? La belle affaire ! Ce n'était qu'un jeu, nous étions des émotions, pas Merlin l'enchanteur. Je doutais fortement que nous puissions atteindre un résulta probant, mais je devais bien avouer que j'avais hâte de faire bouger la planche exprès pour effrayer Peur. Une perspective un peu sadique mais diablement amusante.
Le plus effrayant, cela dit, pour le moment, c'était le ton avec lequel Tristesse s'exprimait. Ma Tristesse, la larve amorphe et larmoyante que, malgré tout, j'affectionnais (pas de commentaire, je vous prie) n'aurait jamais parlé comme ça. Ni pensé comme ça. Ni rien fait de comme ça ou de similaire à ce comme ça. Quelque chose n'allait pas, j'en étais certaine et presque prête à regretter le trop plein de morve de la déprimée en chef.
Pour vous dire à quel point les choses allaient mal.
Mais cela ne m'empêcha pas de m'occuper de préparer le pop corn parce qu'une bonne soirée nous attendait, malgré tout. Sandy quitta la pièce dans une déclaration encore plus étrange que je préférai ne pas relever. Pour le moment, du moins.
Je les entendais, dans la pièce à côté. Seulement, j'ai beau être douée, je ne peux pas me démultiplier. Pas encore, du moins. Pourtant, je visualisais très bien la scène : Peur et Colère qui se chamaillaient une énième fois, Colère ayant le dessus et Peur, trop tétanisé pour riposter, qui regardait la mort s'approcher lentement mais surement, ses yeux exorbités de terreur. Ou quelque chose dans ce genre là.
Alors l'intervention de Tristesse me laissa curieuse parce que d'ordinaire, elle ne lui tenait pas tête, preuve, s'il en fallait encore, que quelque chose ne tournait pas rond dans cette coloc. Il fallait que j'enquête, que je trouve qui, quoi, comment où et pourquoi elle était aussi peu elle. D'abord le pop corn, cela dit. Il crépitait dans le micro-ondes pendant que j'attendais, tapotant impatiemment des doigts sur le plan de travail de la cuisine.
Un bruit sourd m'indiqua que Colère avait lâché Peur, ce qui était une bonne chose. Il avait changé de victime, ce que mes oreilles entendirent sans grand effort puisque Colère ne savait absolument pas modérer sa voix - ce qui était bien dommage, de mon point de vue (et de celui des tympans de toute personne normalement constituée).
Ding !
L'alarme du micro-ondes me tira de ma palpitante réflexion mentale. Je sortis précautionneusement le saladier de l'appareil, le refermai d'un geste nonchalant et me dirigeai vers le salon. Je posai alors le saladier sur ce qu'il restait de table basse et m'assis sur le canapé, en face de Tristesse et de sa cape immonde.
Remis de ses émotions (notez l'ironie), Peur s'était relevé. Il époussetait anxieusement ses habits et vint s'asseoir à côté de moi pendant que Colère gagnait son fauteuil habituel, le journal à portée de main, au cas où.
- Bien, commençai-je en frappant des mains (ce qui fit sursauter mon voisin). Si on veut que ça marche...
- On veut pas que ça marche, c'est dangereux, fit remarquer Jaspeur dans un murmure.
Je lui lançai un regard lourd de sens avant de reprendre. Je n'aimais vraiment pas qu'on m'interrompe.
- Si on veut que ça marche, disais-je, il faut se concentrer, fermer les yeux et poser chacun un index sur le palet. Juste poser son doigt pas diriger l'objet. En principe ce sont les esprits qui le feront.
Ou Deborah, si elle voulait en profiter pour interroger Sandy sur son comportement étrange. Mais je ne donnai pas cette précision.
- Des questions ? demandai-je à tous hasards, sachant pertinemment qu'il y en aurait une demie douzaine et qu'elles seraient stupides pour la plupart.
Jaspeur leva timidement le doigt. J'arquai un sourcil, espérant lui signifier qu'on n'était plus à l'école depuis longtemps. Il rougit mais se lança :
- Hem... dis, Deborah, si on ferme les yeux... ça veut dire qu'on va pas les voir, les f...f... FANTOMES ! A...a... alors.... c'est peut-être un peu dangereux ? s'étrangla-t-il de frayeur bien qu'il ait essayé jusqu'au bout (mais en vain) de garder son sang froid (et sa transpiration à l'intérieur de son corps).
Et voilà. Première question stupide, comme je l'avais annoncé.
Si tu veux mon avis, tu places trop d'optimisme dans nos compétences de médium, commentai-je tranquillement. Ce qui serait vraiment dangereux, ce serait d'invoquer les esprits à trois heures du matin mais ce n'est pas notre cas.
Peur pâlit davantage, si tant est que ce soit biologiquement possible.
- Qu... qu'est-ce qu'il y a à trois heures du matin ? osa-t-il pourtant demander.
J'allais lui dire qu'il ne préférait pas le savoir et lui promettre que le premier fantôme que nous essaierions de joindre serait Casper mais Colère (encore lui) ne m'en laissa pas l'opportunité.
- ON S EN COGNE DE CE QU IL Y A ! tonna-t-il en frappant du poing sur la table, ce qui fit voler quelques pop corn en direction de Sandy en manqua de renverser la planche.
Heureusement que je n'avais pas rapporté de soda, ça aurait vite pu devenir dégoûtant, notai-je en saluant ma présence d'esprit.
- ON VEUT PARLER AVEC LES MORTS ALORS MAINTENANT TU TE TAIS ET TU METS TON DOIGT OU JE PENSE ! poursuivit Colère, aussi rouge que l'émotion qu'il incarnait en posant violemment son gros doigt énervé sur le palet.
- Il veut que tu mettes ton doigts à côté du sien, précisai-je avant que cette soirée ne soit encore plus bizarre qu'elle ne l'était déjà.
Peur s'exécuta et je le rejoignis bientôt.
D... dites, est-ce que vous croyez qu'on pourrait commencer par appeler Casper ? demanda Peur alors que son doigt tremblait d'effroi.
Je vis du coin de l'œil que Colère était prêt à craquer de nouveau et lui intimai de se maitriser, pour une fois. Il augmenta alors la pression sur le palet de communication qui glissa, décrivit une arabesque et vint frapper le nez de Tristesse.
- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! C EST L APOCALYPSE ! LES PORTES DE L ENFER VIENNENT DE S OUVRIR ET SES FLAMMES VONT NOUS CONSUMMER ! s'écria Jaspeur. TOUS AU BUNKER DU SOUS SOL !
Il avait bondi, se cognant le genou dans la table basse mais n'ayant pas le temps de s'en apercevoir et avait presque atteint la porte quand il nota, anxieux, que personne ne l'imitait. Il se tourna alors vers nous, hésitant.
Je soupirai, m'interrogeant sur le bien fondé d'aller chercher un verre de vin en plus du pop corn.
- Jaspeur, il n'y a pas de bunker au sous-sol et ce n'est pas l'apocalypse, juste Colère qui ne sait pas se contenir. Maintenant, est-ce que tu voudrais bien revenir t'asseoir, manger un peu de pop corn pour te remettre de tes émotions et te calmer ? Pendant ce temps, Sandy, si jamais tu as toi aussi des doléances ou le besoin de t'exprimer, surtout n'hésite pas. Ensuite, on pourra peut-être aller discuter avec Casper.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Vous avez un message d'outre-tombe ♦ Ft. les émotions





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Aphrodite Emotions