Magic
League 3

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

AWARDS :
Rentrée 2018
de Eulalie


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 Never too old for an easter egg hunt ♡ EVE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Wilson Wallander


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : George Blagden

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wall-E



☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3108
✯ Les étoiles : 3131




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Sam 5 Mai 2018 - 13:32


come with me in a world of pure imagination
Parce que le chocolat, c'est la vie.


Oh mon dieu. Oh. Mon. Dieu. OH MON DIEU.

Il était dans cette salle de bain, à la décoration trop kitsch pour ne pas être suspicieuse, à tourner en rond avec Iris accrochée contre lui qui le fixait de ses grands yeux brillants.

« Chut. Tout va bien se passer. Papa est là. »

Il avait parlé si bas qu'il doutait qu'elle l'ait entendu. Elle n'avait pas l'air très inquiète, en plus de cela. Elle était la plus sereine d'entre eux deux même. Elle lui offrit un sourire qui aurait pu le faire fondre en d'autres circonstances, mais qui n'eut pas d'autre effet que d'augmenter son taux de panique à cet instant précis. Il avait chaud, il sentait que son corps commençait à frémir à quelques endroits. Pas de crise, non, pas maintenant. Il en stoppa rapidement le flot : il ne pouvait pas se permettre de laisser sa peur le prendre dessus, par avec sa fille dans les bras. Surtout pas.

Il avait plaqué sa joue contre la porte – qui ne comprenait pas de verrou, évidement – pour tenter d'écouter ce qu'ils se racontaient, de l'autre côté. Sa gorge était serrée et il en allait jusqu'à se mordre nerveusement l'intérieur des joues. En se rendant compte que ça ne servait à rien, il s'écarta non sans avoir encore un peu de sucre sur le visage. Les murs de cette maison étaient loin d'être pratiques.

C'était simple. EVE l'avait envoyé ici parce qu'elle ressentait un danger. Lequel ? Il ne le savait pas. Il était juste conscient maintenant, pleinement, que ce gamin était un sacré psychopathe et que jamais ils n'auraient dû accepter leur invitation. Si Evelyn avait voulu rester avec lui, deux options étaient envisageables : elle comptait lui régler son compte rapidement mais ne désirait pas qu'Iris voit ça, ou elle les protégeait en les écartant... L'absence de bruit quelconque dans l'autre pièce le faisait opter pour la deuxième solution. Celle qui le rassurait le moins.

L'endroit où il se trouvait était relativement étroit. Tout les meubles étaient colorés, lui rappelant de la fraise tagada ou encore des sortes de schtroumpfs gélatineux. Le rideau de la baignoire lui faisait penser à du réglisse, le lavabo à de la guimauve. Il se sentait oppressé et mal à l'aise maintenant, entouré de toutes ses sucreries. Qu'est-ce qu'il était supposé faire ?

Du mouvement de l'autre côté de la porte le fit sursauter et se mettre à tourner sur lui-même. Ok. Tout allait bien se passer. Il était intelligent, il pouvait se débrouiller avec peu. Si la porte en sucre ne pouvait être fermée à clé, il pouvait la bloquer. Il arracha un morceau de réglisse – devant s'y prendre à plusieurs fois – afin de l'enrouler à la poignée, accrochant l'autre extrémité à ce qui ressemblait plus ou moins à un radiateur, juste à côté. Ça ne tiendrait pas longtemps, mais ça ferait l'affaire.

« Wilson McGyver en action. » soupira-t-il comme pour se détendre, sans grande réussite.

Il secoua la tête, se retournant vers la seule sortie à présent possible. La fenêtre. Son regard se posa dessus et il déglutit péniblement. Elle n'était pas très grande, un peu haute. Il se doutait que c'était volontaire, pour ralentir toute fuite potentielle d'autres invités qui comme eux avaient flairé les problèmes. Il choisit de se mettre debout sur le bord du semblant de baignoire, en prenant garde à ce qu'Iris ne soit pas étouffé entre lui et ce mur de pain d'épices. Ils pouvaient y passer, se rattraper de l'autre côté ne serait pas difficile.

Il restait anxieux malgré tout. Il devait se décider vite et ça lui mettait une certaine pression. Sans parler du fait de laisser Evelyn qui le mettait dans une situation de dilemme extrême. Il ne mit que quelques secondes à se décider quand une voix féminine lui parvint, étouffée, sans qu'il ne puisse distinguer ce qu'elle disait. Ce n'était pas celle d'EVE, c'est tout ce qu'il retenait. Le passage fut délicat et il fit son possible pour ne pas faire le moindre bruit en ouvrant la fenêtre – la vitre semblait être faite de sucre relativement solide et transparent, à l'odeur qu'elle avait, il ne put s'empêcher de remarquer ce détail. Sa main resta posée sur la tête d'Iris tout le long, l'autre lui permettant de s'accrocher et de se hisser en s'appuyant sur le bord de la baignoire. Il se rattrapa difficilement sur ces deux jambes de l'autre côté, manquant de chuter sur le dos, alors que la petite se mettait à babiller quelques mots indistincts. Il posa son index sur sa bouche, une ride soucieuse sur le front, l'intimant au silence. Pourquoi est-ce que tout devait toujours être si compliqué ?

La sécurité de leur fille passait avant tout. Ils auraient dû la laisser à Callio aujourd'hui encore. Quoi que... Elle n'était peut-être pas moins en danger en compagnie de cette femme. Il respirait vite, regardait partout autour de lui, aux aguets. Le décor avait beau être féérique, il avait l'impression de se retrouver dans un film d'horreur à petit budget. Il s'écarta de la maison sans que les battements de son cœur ne daignent se calmer, se plaçant derrière un énorme buisson de bonbons. Il devait aller la chercher. Il devait aller chercher Evelyn. Sa main passa sur son visage, sa panique ne cessant de s'accroître et il émit un cri étouffé en rouvrant les yeux.

Un gamin le fixait avec curiosité et intérêt, à deux mètres à peine de lui. Il ne disait rien mais l'observait attentivement, sa casquette posée sur son front, son sac à dos lui donnant l'impression qu'il était penché en avant. Il ressemblait au petit d'un dessin-animé qu'il avait regardé avec Iris. Sauf que là, il était plus... réel quoi.

« Euh salut ? »

Le sourire du gosse s'agrandit comme au ralenti alors qu'il se rapprochait.

« Bonjour madame, monsieur, je m’appelle Russell et je suis un explorateur de la tribu des Wapitis section 54 douzième campement. »

Ok. C'était pas plus étrange que ce qu'il venait de vivre. Il secoua la tête, entamant un pas en avant. Ou en arrière. Il n'avait aucune idée de ce qu'il devait faire.

« Avez-vous besoin que je vous rende un service aujourd’hui monsieur ? »

« Je... Je crois pas. »

Evelyn. Joe. La voix de femme. Il crut percevoir des cris. Elle avait pas l'air contente.

« Je peux vous aider à porter votre enfant ! »

« Non... Non non, ça ira, merci. »

« Vous êtes perdus ? »

« Euh... »

Dans quel sens ? Dans le sens géographique ou mental ?

« Moi aussi je suis perdu. »

Le ton employé lui brisa presque le cœur alors que le dénommé Russell baissait les yeux, regardant ses pieds qu'il faisait bouger de manière nerveuse.

« Je m'appelle pas vraiment Russell. C'était mon déguisement pour la fête de l'école. Je voulais juste vous impressionner. »

Ah. Bon déjà, ça expliquait un petit peu mieux la situation... Pas du tout en fait.

« Moi c'est Andrew. »

Il avait relevé ses yeux tristes vers lui et le jeune homme lâcha un soupir. Il ne pouvait pas le laisser là.

« Wilson. Et Iris. »

Il n'allait pas rentrer dans des explications trop approfondies, ça ne serait sans doute à rien. Mais il ne pouvait pas non plus ne rien dire, parce qu'Evelyn avait toujours besoin de lui.

« Je veux bien t'aider petit mais j'ai un petit problème à régler avant... Tu vois, la maman d'Iris a été... hum... elle a besoin de moi et... Il faut que je retourne dans la maison là-bas. »

« Faut pas y aller. C'est interdit par la règle numéro 66 du règlement. »

« Quel règlement ? »

« Celui que j'ai dans ma tête. »

Oh... mon... dieu. Ça allait pas en s'arrangeant tout ça. Il était sûr de lui en plus ce gosse.

« Ils mangent des enfants. » chuchota Andrew en se penchant vers lui, une main contre le bord de sa bouche, comme si il avait peur qu'on l'entende.

C'est pas qu'il s'en doutait mais un peu quand même. Et c'est pas que ça l'inquiétait mais beaucoup quand même.

« Et ils font quoi aux grands comme moi ? »

« Ils en font des enfants. »

Hein ? C'était quoi cette histoire ? Andrew hochait la tête de haut en bas, certain de ce qu'il avançait. Il n'avait pas l'air plus ou moins traumatisé. Ça devait être des histoires qui se racontaient... dans le coin. Même si ils ignoraient de quels autres types d'habitants regorgeaient ce monde étrange.

« Tu veux dire que... Quoi ? »

« Ils préfèrent les enfants. Alors les grands, ils les rendent petits. Avec la magie. Pour ensuite leur donner beaucoup à manger et puis... pour les manger. »

… Il devait être en train de faire un cauchemar en fait. C'était pas possible autrement. Il était où Willy là-dedans ?
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

you look like yourself, but you're somebody else⋆ You were the better part of every bit of beating heart that I had, whatever I had. I finally sat alone pitch black flesh and bone. Couldn't believe that you were gone.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8971-wilson-wall-e-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t9124-wilson-allons-rallumer-les-etoiles#77617

Evelyn Nichols


« If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


avatar


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE



☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 487
✯ Les étoiles : 1288




Actuellement dans : « If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


________________________________________ Jeu 24 Mai 2018 - 22:49


« Never to old for an easter egg hunt »


Evelyn put voir directement que quelque chose clochait lorsqu’elle rouvrit lentement les yeux en les clignant à plusieurs reprises. Tout semblait plus grand qu’au moment où elle s’était effondrée. Joe la regardait de haut avec un sourire qui ne lui disait rien qui vaille. Tout en lui semblait désormais mauvais et l’éclair qu’elle avait cru percevoir dans ses yeux quelques temps auparavant était désormais omniprésent.

- J’ai tenté de nous prendre le moins moche des deux, la gamine était trop petite…

La tête d’une femme apparut alors dans son champ de vision. Elle ne souriait pas et son air était tellement hautain qu’on pouvait apercevoir clairement qu’elle la méprisait de tout son être. Elle la regarda de haut en bas avant de dire :

- Mouais… ça peut aller.
- Wilson n’est PAS moche !

On pouvait dire tout ce qu’on voulait sur elle, elle s’en contrefichait mais il était hors de question qu’on s’en prenne à son amoureux ou sa fille. Dire qu’elle n’était pas encore assez mûre n’était pas un motif suffisant mais parler de la beauté de Wall-E en revanche… ces gens n’y comprenaient rien, il était la plus belle personne qu’elle n’avait jamais rencontré, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Il était parfait tel qu’il était et personne au grand personne ne pourrait jamais le remplacer dans son cœur, pas même un homme plus grand, plus viril, avec des yeux plus bleus ou des boucles d’un brun bien plus sombre. Même s’il avait une barbe de quelques jours. Non. Son Wilson était de loin le meilleur. C’était bien tout ce qu’elle avait envie de dire et c’est sans aucun doute tout ce qu’elle aurait dit si elle ne s’était pas stoppée nette en entendant la petite voix fluette qui était sortie de sa gorge. Une voix d’enfant, à n’en pas douter.

Lorsqu’elle tenta de se relever, elle aperçut une main d’enfant dans son champ de vision qui l’aida à se soulever et lorsqu’elle fut enfin debout, elle remarqua qu’elle n’atteignait désormais plus que le bas ventre de Joe. Un peu désorientée, elle tourna la tête à la recherche d’un miroir qu’elle finit par trouver et un petit « Oh ! » de surprise s’échappa de sa gorge lorsqu’elle observa son reflet. C’était donc à cela que son « elle » humain aurait ressemblé si elle avait un jour été enfant. Elle sentit son visage se faire violemment compresser entre les doigts de la femme, ses ongles lui entrant même dans la peau. Elle lui tourna la tête sans ménagement à gauche et à droite plusieurs fois avant de lui pincer les bras et de se pencher vers elle, les mains sur les cuisses, un sourire carnassier sur les lèvres :

- Bien. Et tu as quel âge « petite » ?
- J’ai 33 ans…
- QUOI ?! MAIS T’ES MALADE ?! ELLE EST ENCORE PLUS VIEILLE QUE LE PRÉCÉDENT !

La femme s’était retournée brusquement vers Joe qui tentait d’expliquer son choix face à sa compagnonne de route apparemment furieuse. Evelyn profita de ce court moment pour tenter d’observer d’un peu plus près ses capacités à cet âge. Elle détourna la tête et fit quelques pas vers la porte par laquelle Wilson avait disparu avec Iris. Sa vision passa la porte de sucrerie et elle constata qu’ils n’étaient plus là. Malheureusement, elle ne put en faire plus car soudain, sa vision se brouilla et elle manqua de perdre l’équilibre. Sa tête lui faisait soudainement terriblement mal… elle était défectueuse, elle le sentait, et elle ne savait pas comment réparer cela. Préférant éviter tout danger supplémentaire, elle désactiva ses fonctions les plus poussés pour ne garder que celles humaines, identique de ce fait à celle d’un enfant de 8 ans.

Elle comprit que la dame était furieuse car son âge avancé risquait de la rendre adulte bien plus vite que si elle n’avait eu que 25 ans. Elle comprit aussi que cela signifiait pour la sorcière de faire plus de potion de rajeunissement car la faire grossir ne prendrait pas que quelques heures. Elle comprit que Joe tentait de la faire taire car Wilson n’était pas loin et soudain, ils découvrirent qu’il n’était plus là et le volume sonore augmenta encore jusqu’à ce que Joe décide de s’occuper d’elle en attendant que l’autre reprenne ses esprits. Il s’accroupit alors pour avoir ses yeux à hauteur des siens et la prit par les épaules.

- Tu as faim ?
- Non…
- Tu es sûr ? Tu ne veux pas goûter à toutes ces bonnes choses ? Tu sais, cette porte est faite en pain d’épice, cette chaise en chocolat et je peux même te trouver de la barbe à papa si tu veux… tu peux manger tout ce que tu désires ici.
- J’ai pas faim.

Elle avait froncé les sourcils et serrés les poings d’un air résolu. Il essayait déjà de la faire grossir. Il fallait qu’elle résiste. Mais la surprise sur le visage de Joe laissa bientôt place à nouveau sourire malsain tandis que sa voix se faisait plus basse et plus doucereuse aussi.

- C’est ce qu’ils disent tous au début, tu sais ? Mais ils finissent tous par craquer… Après tout, quand on est enfant, c’est toujours plus dur de résister, n’est-ce pas ?

Elle n’eut pas le temps de répondre qu’elle sentit une main se refermer sur son bras avec une poigne si importante qu’elle avait l’impression que la pince d’un crabe venait de lui manger le bras. La femme la tira sans ménagement jusqu’à un endroit reculé de la pièce où une trappe était présente sous un fauteuil. Joe poussa le meuble sans cérémonie tandis que Griselda (si elle avait tout bien compris) ouvrait la trappe d’un geste sec avant de la lancer dedans.

- On vous amène une amie Monsieur Wonka. En espérant qu’avec celle-ci vos essais seront plus concluants… Vous ne voudriez pas qu’on vous fasse plus de mal que de mesure, n’est-ce pas ?

Sans attendre de répondre, la trappe se referma et Evelyn fut plongé dans le noir.

- J’ai peur…
- Ne t’en fais pas petite…

Elle entendit une allumette craquer et soudain, une flamme jailli d’une lampe à gaz assez étrange, laissant apparaître un homme émacié, fatigué et sale : le fameux chocolatier qu’ils cherchaient.

- Monsieur Wonka, avec mon n’amoureux et ma fille on est venu vous sauvez…

- C’est plutôt toi qui as besoin d’être sauvé, non ?

Il eut un rire triste qui brisa le cœur de la petite Evelyn mais elle posa sa petite main sur celle du monsieur et lui tapota d’un air encourageant.

- Vous en faîtes pas, on s’en sort toujours. Pourquoi vous êtes ici ?

- Ce monde est malheureusement bien différent de ce qu’il ne laisse paraître… Je pensais y trouver de nouveaux ingrédients pour mes créations mais je n’avais pas vu que le bonbon que j’ai fait tomber dans le puits avait commencé à se gâter et je me suis retrouvé dans ce monde qui représente tout ce qui est de plus mauvais dans la sucrerie. Toutes les beautés que vous voyez autour de vous ne sont que des illusions, la vérité est plus sombre, moins ragoûtante, mais les Akariatr ne les laissent jamais voir.
- Akariatr...
- Oui ! Comme les caries ! Ce sont des créatures maléfiques qui mangent les petits enfants grassouillets et trop sucrés. Plus ils en mangeant, plus ils deviennent beaux et puissants. La beauté est surtout l’apanage de Griselda… elle est obsédée par la beauté et plus les enfants qu’elle mange sont beaux, plus elle s’embellit.

Evelyn comprenait mieux pourquoi Joe avait parlé de « plus beau des deux ». Même si elle trouvait toujours que c'était complétement erroné. Mais Willy reprenait déjà la parole et EVE décida de continuer à l'écouter poliment, tout en se demandant où son amoureux et sa fille pouvaient bien se trouver à cet instant précis.

- Malheureusement les enfants ont fini par manquer avec le temps... les habitants ont perdus les leurs et étaient bien trop désespérer à l'idée d'en avoir d'autres pour recommencer. Alors les Akariatr ont du se rabattre sur les adultes qu'ils doivent transformer en enfants pour que leur appétit continue d'être rassasié. Malheureusement, ils se sont rapidement rendus compte que ces nouveaux enfants, gorgés d'une vie plus vaste de par leur expérience d'adulte, étaient encore plus riches en "protéine" si j'ose dire et ils se sont mit à les chasser avec encore plus de force que les enfants eux-même. Comme tu as pu t'en rendre compte, Griselda possède une potion suffisamment puissante pour te faire retomber en enfance... malheureusement les effets sont temporaires et plus la personne est âgée, plus elle redevient adulte rapidement. Quand je suis arrivée, ils m'ont acceuilli chez eux, sans doute pour me faire subir le même sort mais lorsqu'ils ont compris que j'étais chocolatier et qu'ils ont appris les choses que je pouvais créer avec les sucreries, ils se sont mis en tête de me faire créer un chocolat qui permettrait de ne jamais faire dissiper les effets de la potion. C'est cela qu'il vous ont mis dans votre tasse, mon chocolat fondu et coupé avec du lait. Malheureusement, je n'ai pas encore atteins la perfection et même si vous allez vieillir plus lentement, vous redeviendrait adulte d'ici quelques minutes...


Il soupira et Evelyn comprit toute sa tristesse. Il était sans aucun doute parti pour un court temps, juste assez pour trouver des ingrédients fabuleux et revenir chez lui. Malheureusement, tout ne s'était pas passé comme prévu et s'il ne parvenait pas à faire tenir Evelyn suffisamment longtemps enfant, alors il n'était pas encore prêt à rentrer chez lui. La blonde s'était mis à réfléchir mais fut rapidement prise hors de ses pensées par la trappe qui s'ouvrit brusquement. Sans crier gare, elle fut remonter à la surface, tout comme Willy pour se retrouver nez à nez (ou du moins visage à bas-ventre) avec Wilson et Iris. Joe avait eu le temps de les retrouver...

- Wilson !
- Non non petite, tu ne bouges pas où tu es si tu ne veux pas que je fasse du mal à ta fille...

Elle aurait bien voulu répliquer mais soudain, les deux Akariatr furent absorbé par les paroles de Willy qui s'était mis à expliquer qu'il était parvenu à faire l'impossible. Il se perdait dans ce qu'il disait, son discours était bien trop long pour tenir la route et ce n'est que lorsqu'il soutint fortement le regard de Wilson qu'elle comprit qu'il fit diversion. Sans réfléchir plus longtemps, elle transforma ses deux petits bras en deux bazzoka tout aussi petits et explosa les murs de la maison. Tou s'effondra alors sur eux en quelques secondes et Wilson eu juste le temps de sortir avec Iris tandis que Willy plongeait sur Evelyn pour la protéger de ses bras. Cette dernière avait de nouveau perdu connaissance, une fraction de seconde seulement peut-être mais lorsqu'elle rouvrit les yeux, sa vue était brouillée et elle saignait abondamment du nez.

- Mais qu'est-ce qui m'arrive ?
- Sortons de là !

Le chocolatier poussa les décombres de la maison et releva la petite avant de les traîner tous deux vers Wilson et Iris.

- TOIIIII !

Griselda venait de sortir des décombre à la manière d'un boulet de canon et se dirigeait désormais vers Evelyn avec une vitesse surhumaine. La petite trébucha et se mis à reculer à l'aide de ses mains et de ses fesses pour rester hors de la portée du monstre. Au moment où la main de la sorcière s'approchait dangereusement vers son visage, elle eut le réflexe d'attraper des graviers de sucres de canne qu'elle lui lança droit dans la bouche. La femme toussa à plusieurs reprises avnt d'exploser dans une fumée noir. Willy précisa, tout en l'aidant à se relever :

- Les Akariatr ne peuvent pas manger du sucre pur, sinon ils explosent et... tous leurs enchantements disparaissent !

A peine avait-il fini sa phrase qu'une vague sombre se propagea tout autour d'eux, le montrant désormais des arbres décharnés aux pommes d'amour pourries, tout étaient devenu sombre, purulent, dégoûtant. Le chocolatier leur conseillait désormais de courir vers le puit avant que Joe ne se réveille mais Evelyn peinait de plus en plus à comprendre ses alentours. Sa tête allait exploser, elle le sentait. Elle ne parvenait plus à voir correctement, elle entendait très peu, ses jambes ne la portaient plus et quelque chose lui disait qu'elle s'était remise à saigner. Elle entendait à peine les hurlements de Wilson au loin et se contenta de préciser d'une voix faible :

- Je crois que mon cerveau a trop de compétences pour ce corps d'enfant... si je ne reviens pas moi-même... je vais mourir. Je ne contrôle plus r...

Elle ne put plus rien dire, plongée dans un coma à demi-conscience. Elle ne pouvait plus voir ce qui se passait désormais.

- Continuez à courir, je la porte !


Le chocolatier avait attraper la petite fille blonde dans ses bras tandis que Wilson courait avec Iris. Ils étaient proches du puit il n'avait plus qu'à les ramener... mais comment ? Wonka commença à demander comment ils étaient arrivés jusqu'ici et lorsque Wilson leur expliqua, l'homme se contenta d'affirmer :

- Oui... le chocolat utilisé par l'oeuf vient d'une fêve que j'avais trouvé ici par le passé. C'était mon deuxième voyage... j'ignorais où je mettais les pieds.

Il eu un regard désolée en direction du robot, tenant toujours l'amour de sa vie dans ses bras, mais qui commençait petit à petit à grandir. A bien y regarder, elle ressemblait d'ailleurs déjà plus à une enfant de 13 ans que de 8 et Willy avait du adapter sa façon de la porter. Pendant ce temps, Iris, tentait désespérement de communiquer avec son père :

- Colaaaat ! Ocolaaat !!


Elle faisait des petits "hin hin" de mécontentement tout en tentant d'attraper le sac que Wilson tenait dans ses mains avec une volonté de fer. OUIIIII elle savait que ce n'était pas le moment pour du chocolat mais ce n'était pas pour le manger qu'elle en avait besoin. Il avait fallu qu'elle sevisse et qu'elle se mette à hurler en tirant les cheveux de son père pour qu'il daigne enfin rapprocher l'intérieur de la saccoche. La petite se mit alors à chercher le premier oeuf qu'elle avait trouvé, il en resté un morceau, elle le savait, elle avait vu sa mère le ranger. Un oeuf créé par Aster, elle avait entendu ses parents le dire... un oeuf de Storybrooke. Lorsqu'elle le trouva, elle pointa le puit de son poing qui tenait le chocolat et Wilson le jeta dans le puit. Avant que Joe ne puisse les rattraper... ils avaient disparus.

Les oiseaux, le soleil, le bruit des feuilles et aucune odeur de sucre. Aucun doute, ils n'étaient plus dans ce monde délirant et aussi dingue que ça puisse paraître, Iris venait de leur donner la solution... en espérant que cela lui pardonne son tirage de cheveux intempestif sur son père. Malheureusement, il y avait sans doute plus important pour le moment. Maman était livide, elle avait désormais environ 25 ans et il fallait l'amener à l'hôpital de toute urgence...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- Even if I die, let it all burn -
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Wilson Wallander


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : George Blagden

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wall-E



☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3108
✯ Les étoiles : 3131




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Sam 2 Juin 2018 - 18:46


come with me in a world of pure imagination
Parce que le chocolat, c'est la vie.

Tout était allé très vite. Le gamin avait finit par ne plus vouloir l'aider quand il lui avait fait comprendre qu'il devait ABSOLUMENT retourner dans cette maison, peu importe si les propriétaires étaient des cannibales étranges ayant des vues sur les enfants. Cette hypothèse le laissait perplexe et surtout inquiet. Qu'est-ce qu'ils feraient à Evelyn ? Comment allait-il la retrouver ? Est-ce qu'il allait la retrouver ? Bien évidemment. Ils se retrouvaient toujours, peu importe ce qui pouvait leur arriver.

Il avait déjà imaginé trois plans potentiels. Mais l'un nécessitait qu'il laisse Iris à cet enfant et clairement, il ne le pouvait pas. EVE était déjà en mauvaise posture, si il abandonnait à présent sa fille, il ne pourrait se concentrer pleinement sur le sauvetage et culpabiliserait. Passant régulièrement sa main sur son visage, il faisait les cents pas, cherchant un moyen de tout régler rapidement et, surtout, efficacement. La seule possibilité avec des chances élevées de réussite était d'y aller. Volontairement. De se laisser prendre, avec Iris. Il n'était peut-être pas aussi fort que sa chère et tendre physiquement, mais il se débrouillait. Il avait eu le droit à des entraînements divins. Il avait été Peste, bon sang, et même si ça avait été la pire période de sa vie, ça lui avait permit de se renforcer, non ? Il pouvait faire face à ce taré qui ressemblait au gars de Game of Thrones.

C'est ainsi qu'il se retrouva attrapé par la main du psychopathe et embarqué de nouveau à l'intérieur de la maison qu'il trouvait plus flippante qu'appétissante, à présent. Ses neurones se connectaient à une vitesse excessive, à un tel point qu'il ne comprenait plus le propre fil de ses pensées. Maintenant qu'il était là, il faisait quoi ? Il l'assommait ? Il y avait une femme maintenant. C'était un remake de Joeffrey et Margaery, sauf que Mademoiselle Tyrell avait l'air beaucoup plus sympathique que sa copie. Et Willy. Willy était là. Bon sang ! Il était planqué depuis le début ? Au moins, la mission était réussie : le but était de le retrouver. Même si il parlait trop et qu'il ne comprenait rien à ce que racontait le chocolatier... Oh, c'était le but.

Il dû agir vite pour s'extirper de l'habitation en voyant les membres de la mini-Evelyn se transformer en arme. Il ne s'était pas préparé au choc de la voir avec cette apparence. Elle était adorable. Autant que lorsqu'elle était vraiment elle-même. Elle avait un visage angélique et il se demanda, l'espace de quelques secondes, si c'était à ça que ressemblerait Iris plus tard. Il aurait bien l'occasion de le voir à l'avenir, la priorité n'était pas à ce type d'interrogations futiles.

« Tu vas bien ? »

Il avait vu la femme exploser. Ce n'était pas ce qui le choquait ou l'inquiétait. Iris serrée très fort contre lui, il observait avec intérêt le visage enfantin d'Evelyn. Il n'eut même pas l'idée de se questionner sur la nature de ses Akariatr ou de savoir ce qu'ils faisaient ici, exactement. Le changement de décor lui indiquait que tout n'était qu'une illusion depuis le début. L'endroit était moins joli qu'il l'avait pensé. Moins accueillant. Ils devaient à tout prix s'en aller.

Il hésita à tendre les bras vers EVE alors qu'elle annonçait que ce corps ne pouvait pas contenir ses capacités. Mais elle allait redevenir comme avant, n'est-ce pas ? Elle ne risquait pas de mourir. Non, il ne pouvait croire qu'un simple chocolat chaud lui ait fait cet effet. Non, elle allait aller mieux. Wonka la prit dans ses bras tandis qu'une ride soucieuse barrait le front de Wilson. Il voyait les marques du sang ayant coulé de son nez, il avait senti sa fatigue. Son souffle était court et il hocha simplement la tête. Que pouvait-il faire de plus que courir ? Il était impuissant.

Iris avait posé ses mains contre lui, serrant le haut de son père comme si elle sentait sa peine. Elle était incroyable. Cette pensée ne fit que se confirmer lorsqu'elle chercha à lui faire comprendre, à sa manière, de quelle manière rentrer chez eux. Il resta béat, bouche bée, en comprenant ce qu'elle avait voulu lui dire. Comment pouvait-elle avoir cette réflexion, déjà, à cet âge ? Il se contenta de sourire. Le chocolat fut jeté dans le puit et le décor changea presque dans l'immédiat.

Il n'aurait jamais pensé pouvoir être aussi heureux de retrouver cette ville. En réalité, à chaque fin de voyage palpitant et où ses nerfs étaient mis à rude épreuve, il finissait par ressentir ce sentiment. Il ne voulait être à aucun autre endroit qu'ici. Wonka avait posé Evelyn sur l'herbe du parc où ils avaient commencé leur chasse et où ils s'étaient retrouvés. Elle avait grandit et il ne pouvait plus la porter. Il semblait surpris de retrouver ce décor qu'il n'avait pas dû voir depuis des lustres et ses mains tremblaient.

Wilson ne s'inquiéta pas de l'état de l'homme. Immédiatement, il s'agenouilla près de la jeune femme, passant une main sur son visage pour en retirer les cheveux. Elle avait les yeux fermés et le teint pâle. Il avait posé Iris à ses côtés, qui serraient ses petits doigts autour de la main de sa mère. Par réflexe, il sortit le téléphone de son sac à dos et composa le numéro des urgences. Qu'est-ce qu'il regrettait, dans ce genre de situation, de ne pas être capable de se téléporter comme les dieux... Son cœur battait la chamade et il était parcouru de frémissements incontrôlables. Ils étaient les signes de sa crainte quotidienne à laquelle s'ajouter une inquiétude sans borne. Elle allait s'en sortir. C'était une évidence.

Sa main resta sur la joue d'Evelyn alors qu'il raccrochait, respirant de manière inégale. Ses yeux se levèrent en direction de Willy, dont l'expression perdue ne laissait aucun doute sur le trouble. Il s'était assis à côté d'eux, semblant encore plus dérouté que lui.

« Merci Monsieur Wonka. » furent les premiers mots qu'il prononça.

Il les avait aidé. Il les avait sorti de là. C'était quelqu'un de bien, il n'en doutait pas. Il n'arriva pas à ajouter quoi que ce soit d'autre, Iris babillant quelques mots dans l'espoir de réveiller la EVE endormie. Les sirènes de l'ambulance retentirent bien vite autour d'eux et deux médecins se précipitèrent dans leur direction. Ils ne l'interrogèrent pas immédiatement sur les circonstances les ayant mené à un tel phénomène. Storybrooke était une ville étrange où tout était possible. Le fait qu'elle semble vieillir lentement ne les étonna pas. Ils la placèrent sur un brancard, lui intimant des les accompagner, lui assurant que tout allait bien se passer.

« Les Oompa Loompa vous attendent chez vous. » précisa-t-il néanmoins, en lançant un coup d'oeil en direction du chocolatier. « Vous devriez rentrez. Vous leur manquez. On repassera vous voir, avec Evelyn, si vous le souhaitez. Et... Joyeuses Pâques. »

Un faible sourire se dessina sur ses lèvres avant qu'il ne se détourne. Iris dans ses bras, il pénétra dans l'ambulance, s'asseyant juste à côté de la belle endormie. Elle avait l'air plus paisible. Il entendait quelques bips dont il ignorait la signification exacte, mais se sentait rassuré de savoir que ses signes vitaux ne faiblissaient pas.

« On va rentre à la maison, tout va bien se passer... » murmura-t-il simplement, embrassant la main d'Evelyn qu'il avait attrapé de nouveau.

Il fallait vraiment qu'ils arrêtent de se mettre dans des histoires rocambolesques sans le vouloir... Même si ils finissaient toujours par s'en sortir.

Un jour, ils allaient manquer de chance. Un jour. Mais pas aujourd'hui.

*tire sa révérence*: cry:
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

you look like yourself, but you're somebody else⋆ You were the better part of every bit of beating heart that I had, whatever I had. I finally sat alone pitch black flesh and bone. Couldn't believe that you were gone.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8971-wilson-wall-e-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t9124-wilson-allons-rallumer-les-etoiles#77617

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

Never too old for an easter egg hunt ♡ EVE





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ Grande Place