Gravity
FALLS !

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ L'Héritage Perdu ! ☆ Evénement #97
Une mission de Lily Olyphant - Ouverture : 4 juillet 2018
« La Vérité sans Compromis ! »

Partagez | .
 

 Du sang sur nos mains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

River Frost


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Colton Haynes

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Gray Fullbuster

✓ Métier : Infirmier en psychiatrie


☞ Surnom : Riv, Frosty, le Glaçon
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1455
✯ Les étoiles : 17108




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Dim 6 Mai 2018 - 19:56

La lune était presque pleine, bien haut dans le ciel étoilé et sans nuage de Storybrooke. Le village était paisible et, à cette heure tardive où le soir était devenu nuit, presque toute la ville dormait à poing fermé. Pourtant, une activité secrète, voir clandestine, se déroulait dans un palais au milieu des bois. Pour en avoir seulement connaissance, il fallait avoir reçu une invitation privée du maître des lieux, le Prince Ali en personne. Au sein de ce palais somptueux se trouvait une salle aménagée pour les détraqués et amateurs de sensation fortes. Tout avait été pensé jusqu’au moindre détail. Il y avait deux vestiaires pour se changer, une petite infirmerie en cas de besoin, où aucune infirmière ne travaillait, mais où on avait accès au matériel nécessaire, mais l’attraction principale se trouvait dans la très grande salle. Il s’agissait d’une arène de combats extrêmes où tous les coups étaient permis. La seule protection dont les combattants pouvaient se prévaloir était un protecteur buccal. La violence était innommable et les blessures étaient nombreuses.

La salle ou se trouvait l’arène de combat était vaste. Le ring se trouvait au centre de la pièce. Il s’agissait d’un grand octogone au plancher de bois blanc immaculé et verni, afin de permettre un nettoyage plus efficace. Les pourtours de l’arène sont bordés d’un grillage métallique de plus de deux mètres de hauteur avec une unique porte de sortie. Tout autour se trouvent des estrades en hauteur pour permettre au autres combattants ou leurs invités de regarder le spectacle. Alors que les ampoules de la pièce diffusent un éclairage blafard et doux, celles se trouvant directement au dessus de l’arène illumine les combattants de façon agressive. Il est impossible de manquer un seul coup avec la lumière blanche qui éclaire l’octogone. Bien que l’endroit soit toujours propre, il y règne en permanence une odeur acre, mélange de sueur et de sang.

Dans l’octogone, deux adversaires se battaient depuis un bon moment déjà. Krane Thorson et River Frost s’affrontaient pour la cinquième fois en autant de mois. Si la plupart des gens aimaient parier sur l’issus des différents combat, aucun ne se risquait à miser sur la victoire de l’un ou l’autre des deux hommes. Leur force était si semblable malgré leur style différent. Krane utilisait la force brute. Il frappait le plus souvent possible et le plus fort possible. River savait encaisser les coup sans broncher et il préférait attendre une bonne ouverture avant de passer à l’offensive. Et lorsque celle-ci se présentait, il mettait dans son coup toute sa force, sa hargne et sa douleur. Il frappait pour blesser et, de sa formation d’infirmier, il connaissait mieux que quiconque le corps humain. Il savait exactement où enfoncer son poing ou son pied pour causer à la grande brute le plus de dommages. Il voulait lui faire poser le genou au sol, le voir grimacer de douleur.

River était entré dans l’arène vêtu d’un short noir uniquement. Sur son torse, sur son pectoral droit, trônait fièrement son tatouage de flamme bleu nuit, le symbole de sa guilde, Fairy Tail. Ce simple vestige de sa vie d’avant donnait à Riv la force et le courage de continuer à se battre malgré la douleur. Le sol blanc de l’arène était taché du sang des deux adversaires. Comme une trainée de pétales de rose sur un tapis de neige, le sang s’étendait en un millier de gouttes écarlates. River avait une coupure à la lèvre inférieure et l’arcade sourcilière gauche éclatée. Le sang qui lui coulait devant les yeux brouillait son regard. Un coup de pied de Krane sur le côté de son abdomen donnait à sa chaire une couleur rouge violacé et la douleur qui en émanait était quasi insoutenable. Ses jointures étaient presque toutes ouvertes et chaque coup qu’il portait au grand Thorson lui laissait une marque de sang. D’un geste rapide, le jeune Frost essuya le sang qui lui coulait devant l’œil ce qui en envoya quelques gouttes de plus sur le plancher moucheté de l’arène. Sa respiration était forte et chaque fois que sa cage thoracique se soulevait, River se sentait comme poignardé là où Krane lui avait envoyé son pied. Il savait qu’il ne tiendrait plus très longtemps, alors il devait donner tout ce qu’il avait avant de succomber.

Krane s’élança pour donner à River un coup de poing du droit qui, s’il ne l’avait pas esquivé, l’aurait envoyé au plancher. Le Frost cru voir une ouverture, mais elle disparut aussitôt dans un autre coup qu’il reçu directement sur son tatouage. Il recula d’un pas, mais quelque chose venait de changer dans son regard de glace. Ce coup sur la marque de sa guilde, c’était comme si le Thorson avait attaqué directement Fairy Tail. Il venait de toucher son point faible. Si, depuis qu’il avait fait sa connaissance, il caressait le fantasme de démolir Krane dans un bain de sang, à cet instant précis, il voulait le tuer. Tout ses muscles bandés malgré la douleur fulgurante qui se déchaînait dans son corps comme une foudre qui le traverserait encore et encore, River saisit une petit ouverture que Krane lui avait offert en le voyant reculer. Dans le coup de poing qu’il s’apprêtait à donner, il mit toute l’énergie qui lui restait. Il y mit toute la puissance de la magie qu’il avait jadis eu. Il y mit la force d’Erza, les flammes de Natsu, l’amour de Juvia, le courage de Lucy, la détermination de Loke. Il mit dans cet ultime coup de poing toute la puissance de Fairy Tail.

Ce fut au moment exacte où le poing de River s’écrasa avec une violence incroyable contre la tempe de Krane qu’il la ressentit. La haine et le désir de saisir l’ouverture de son adversaire lui avait fait oublié de se protéger. La douleur dans son poing qui venait de s’abattre sur le Thorson n’était rien devant celle de son abdomen. Pendant qu’il visait la tempe du combattant, il n’avait pas vu son pied qui se dirigeait à toute vitesse sur la blessure rouge violacée qu’il portait depuis plusieurs minutes. Aussitôt, le mage recula. Ses yeux étaient écarquillés et son souffle était coupé. Il porta instinctivement ses mains sur sa blessure qui, avec ce second coup, c’était mise à saigner. Sa bouche entre-ouverte cherchait de l’air, mais sans succès. Un million de petits points noirs se mirent à danser devant ses yeux bleu de glace. Il sentit ses jambes se dérober sous son corps juste avant de tomber à genoux dans une flaque de sang. C’est en s’étalant de tout son long sur le ventre, dans un bruit plus visqueux que sourd, que le Frost sourit. Krane, son adversaire, venait de tomber lui aussi. Dans un geste saccadé, il porta sa main à sa bouche pour retirer son protège buccal.
‘’T’as pas…’’, dit-il à Krane avant de s’interrompre dans une plainte de douleur. ‘’T’as pas… gagné…’’ La tête de River retomba mollement sur le sol alors qu’il perdait connaissance.

Lorsqu’il ouvrit les yeux, River fut d’abord éblouit par une lumière très blanche au dessus de lui. Il laissa quelque seconde à sa vision pour s’adapter, puis, il reconnu l’infirmerie. Il était couché sur une table de métal recouvert d’un drap qui avait probablement déjà été blanc, mais qui passait au rouge un peu trop rapidement. Il avait probablement été sorti de l’arène par un des prochain combattant, comme lui l’avait fait à quelques reprises auparavant. Il respirait de nouveau, mais la douleur que cet effort engendrait était une véritable torture. À ses côtés, il pouvait voir Momo qui fouillait dans une armoire, probablement à la recherche d’un pansement ou de désinfectant. Il y avait une autre femme avec elle. Riv ne mit pas longtemps à reconnaître Brunhildr, la sœur de Krane. Elle avait combattu plus tôt et elle avait envoyé son adversaire au tapis en trois coups. Elle était une très bonne combattante, le mage le reconnaissait bien, même s’il ne l’avait jamais affronté dans le ring. Lorsqu’il tourna la tête de l’autre côté dans une petite plainte de douleur étouffé, il le vit. Couché sur une table de métal couverte d’un drap tout aussi rouge que le sien, Krane. Il ne put s’empêcher de sourire malgré la douleur. Ils étaient dans le même état. Styles différents, mais force égale… On ne pourra donc jamais les départager.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Une guilde, c'est un lieu qui fait croître les sentiments.
(c) Miss Pie

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77273-termine-river-gray-fr http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77280-mes-amis-ma-famille-ma-guilde http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77411-once-you-go-gray-it-s-all-the-way

Krane Thorson


« Viking Détestable! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Alexander Ludwig

Ѽ Conte(s) : Dragon et tous ses dérivés
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kranedur( Tuffnut)

✓ Métier : Papa de Siggy et Tuff-Tuff -Jumeau insupportable


☞ Surnom : Krane, tuff
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 434
✯ Les étoiles : 1113




Actuellement dans : « Viking Détestable! »


________________________________________ Lun 7 Mai 2018 - 5:08



L'ours en moi n'hiberne plus..
 
Flash Back
Tu avais toujours été ma faiblesse, depuis ce jour ou tes doigts ont effleurés les miens et que nos doigts se sont entremêlés ensemble.  Tu as approchée ma main de ta joue.  C'était la première fois que je faisais preuve de douceur. J'avais caressé ta peau satinée. Mes doigts glissaient sensuellement  derrière ta nuque. Le bout mes doigts frottaient tendrement ton cuir chevelu doré.  Mon visage s'approchait au ralenti du tien. Je déposais timidement mes lèvres contre les tiennes. Tu prolongeais le baiser. Ce qui réveillait en moi, cette facette orageuse. Tu avais réveillé en moi , l'ours féroce qui hibernait. Je prolongeais le baiser, d'une façon plus sauvage. J'en profitais pour venir capturer ta langue, avec la mienne. Je mettais ma main de libre en haut de tes fesses, je te forçais à te coller a moi. Trop longtemps, j'espérais que tu fasses les premiers pas..

 Ensuite, je t'embrassais avec ardeur. Ma main descendait vers cette courbe  ronde qui  me  donnait d'avantage  envie de toi .  Tandis que mon autre main s'agrippait a ta longue chevelure couleur blé,je penchais ta tête vers l'arrière pour te démontrer ma domination. Je quittais ta bouche, pour imprégner le parfum de la mienne tout le long de ton cou. Je pouvais sentir par la même occasion l'essence de ta peau. Une senteur que je ne pourrais jamais oublier. Une senteur  que je connaissais depuis ma conception. Mes prunelles méditerranéennes, admiraient tout les moindres détails de ta beauté.

 J'avançais quelques pas , pour te faire reculer pour t adosser le dos a ce tronc d'arbre. Cet arbre qu'on grimpait , quand nous étions des enfants innocents. Te souviens tu de cette  clairière ? Cet endroit ou  ce baiser a fait de moi ce monstre ,car tu avais dérobée mon innocence. Parce que je savais que ce n'était pas sain ce que je partageais avec toi. Je partageais avec toi, ma douleur intérieure, celle qu'en grandissant ,  nos  chemins allaient se séparer,parce que j'aurais soif de toi. Une soif que je ne pourrais jamais apaiser, parce que nous  partagerons pas les même sentiments, au fil du temps.  Je devrais grandir avec le fait que je ne pourrais pas vivre sans toi, parce que je ne pourrais pas vivre avec moi-même, parce que le secret de croire que tu étais mon véritable amour deviendra lourd au fur a mesure parce que nous allons grandir.

Grandir avec l'envie d'éliminer tout ceux qui voleront ma place dans ton coeur. Tu avais fait de moi le jumeau en soif de sang. Le jumeau dominant et contrôlant. Le jumeau qui partageait tout avec toi,  mais qu'il était incapable de te partager avec un  autre. Tu avais fait de moi ce guerrier qui se battait pour un amour inconditionnel et inaccessible. 

Quand je t'avais adosser contre l'arbre. Je prenais tes mains et les installaient sur mes hanches pour que tu défasses le cordon de ma tunique. Pendant ce temps là , je défaisais le cordage de ton chemisier pour ensuite prendre possession de tes seins.  J'avais envie d'être ton premier.Le premier a découvrir ton corps. Le premier a laissé ma marque, même si je commettais pêché et que je pourrais être banni du Valhalla et déshonorer si notre père l'apprendrait. J'étais prêt a désobéir parce que tu étais ma faiblesse. J'étais prêt a me faire punir.. 

Alors que je collais ma bouche à une de tes oreilles. Je te murmurais d'une voix déterminée :Épouse moi! Est-ce que j'étais venu cinglé? Non! Je désirais simplement que tu sois ma moitié pour toute la vie. J'enlevais donc mon bracelet doré autour de mon poignet, pour le glisser autour du sien, en guise que je serais à  toi peu importe les chemins qu'on choisirait.   J'attendais ta réponse, mais un bruit suspect venait interrompe ce moment. Je vis une ombre dans les buissons. Je laissais donc l'emprise que j'avais sur toi. Silencieux, je me prenais la fuite sans un mot. Ne sachant jamais la réponse! Mais qui avait surprit la naissance de mon premier amour?

***
Sans laisser un mot, sans regarder en arrière ,parce que mon coeur était envahi de regrets. Pour la première fois de notre vie s'était moi qui souffrait. Et c'était toi qui se nourrissait de ma souffrance. C'était moi qui avait pris feu, et toi qui me regardait. Tu ne pouvais pas vraiment me comprendre,  à moins de te souvenir de ce que symbolisait ce bracelet..pour moi. Mais tu ne pouvais pas me comprendre parce que cette soirée là, tu n''avais pas pris la peine d'écouter mes ressentis. Non tu m'avais blâmée. Tu m'avais torturée de tes mots. J'étais resté de marbre face a la rage qui avait pris possession de ton corps. J'avais serré des dents et je serais des poings, me retenant. Me retenant de te plaquer violemment contre la porte, tu m'avais gentiment ouvert pour m'indiquer que ma conduite était impardonnable. J'avais envie de crier, que je faisais tout cela : Pour toi !

Et toi ton attitude  dans cette histoire était-elle irréprochable ? Tu les avais préféré à moi. Certes la petite loutre était adorable. J'aurais pu développer des sentiments au fil du temps. Parce qu'elle me faisait pensée à ''Poulette'', mais elle n'était pas toi..Et elle ne pourrait pas supporter  un homme aussi différent qu'elle,qui avait des besoins particuliers.  Parce qu'au fil des jours que j'avais passée avec cette mignonne créature, j'avais appris à la connaître. Elle ne pourrait jamais domestiquer un ours sauvage, comme moi. Elle en aurait pas la force, parce que j'étais un homme insupportable à endurer, mais toi tu le savais que je n'étais pas facile a vivre. C'était pour cette raison, que quand tu m'annonçais que tu désirais être maîtresse de ton destin. Que tu allais m'abandonnée quelques temps? Combien de temps? J'avais été pris de panique et que j'avais fais quelques bêtises, donc une qui m'avait presque coûtée la vie. en affrontant mon alter ego. Cet événement m' avait mêlé auprès de lui. Celui qui faisait de moi , cette ombre dans ton bonheur. Celui avec qui je devrais apprendre a te partager, mais si tu restes auprès moi. Que tu me tiens par la main comme autrefois quand nous courrions dans les champs. Je ferais des efforts pour partager ton coeur et ton corps.

Sans laisser un mot, sans regarder en arrière je quittais mes frères parce que la vie sans toi n'avait plus aucun sens. J'étais disparu sans laisser trace de moi. J'avais pris le stricte nécessaire, joyeux festin: mon poussin jaune soleil , ma doudou de petit garçon, et ma masse : Macey avec moi. Et je m'aventurais dans des terres inconnues. J'errais dans la forêt faiblement dans les bois, bouteille de whisky à la main. Buvant et marchant nu pied trimbalant mon corps d'ivrogne de droite à gauche. Jusqu'à temps que je n'ai plus la force de trouver un chemin pour m'éloigner de toi. 

Cette nuit là, alors que j'étais en train de mourir d'un froid nordique. Mais  cela n'avait d'importance pour moi ! Parce que mon corps était déjà paralysé par la peur de ne jamais te revoir. Mais un homme vêtu d'une tunique du désert me retrouvait et m'offrait un peu chaleur en me couvrant d'un manteau de fourrure.. Il m'offrait aussi  un gîte , de la compassion et compréhension parce que lui aussi son premier amour voulait son indépendance. Et lui il était complètement dépend de sa princesse. Mais ce que je me doutais gère c'était que cet homme connaissait ma jumelle parce que lui  aussi portait des bijoux. Des bijoux bien particuliers, c'étaient des bracelets de cheveux tressés. Et l'un d'eux était une mèche de ma sœurette! Comment il avait pris ce droit? Je ne préférais pas le confronter toute suite sur le sujet. Mais au premier regard je pouvais savoir que cette mèche était  celle de ma jumelle. Ce prince prenait soin de moi. 

Je faisais maintenant parti des petits bourgeois de Storybrooke. Au début je me sentais pas à ma place, parce que j'étais un vulgaire Viking, mais au fur a mesure que j'apprenais à connaître le propriétaire de  ce palais. Nous avions quelques points en commun, comme sur le plan affectif  mais aussi dans nos secrets..Je m'étais même habitué à la présence de cet Anglais, mais je ne pouvais pas rester seul avec lui à cause de mon impulsivité.C'était pour cette raison, que le Prince m'avait proposé d'être son champion attitré pour des combats  clandestins, pour évacuer mes envies colériques et meurtrières. Il disait voir un grand potentiel en moi et qui pourrait me perfectionner dans plusieurs arts du combat, comme son mentor, son meilleur ami qui habitait avec nous,  avait fait pour lui. 
***
Pendant plusieurs semaines , Je laissais mon entourage sans  nouvelles surtout ma famille. J'avais été discret , même l'Anglais qui fréquentait ma soeur avait gardé ma présence secrète parce qu'il devait une faveur au Prince. Donc ma jumelle avait eu ce qu'elle désirait : de la liberté, donc elle devait sans doute en profiter  avec sa meilleure amie:La mignonne petite loutre. C'était elle qui récoltait sans doute mes câlins a ma place.  Heureusement, j'arrivais a me câliner quand j'en sentais le besoin..Comment? Un secret que ma soeur devra découvrir ..

Mais en échange de cette liberté, elle avait perdue sa moitié. Parce que je la boudais, et parce qu'elle avait froissée tout mon être et mon ego. J'aimais quand elle ne mâchait pas ses mots et qu'elle me faisait  du rentre-dedans mais pas de cette manière. Ses paroles avaient laisser des blessures intérieures encore ensanglantée. Donc elle devra faire les premiers pas si elle me désirait toujours dans sa vie..Mais le pardon existe-il ? Selon le Prince, les femmes avaient du mal a pardonner, nous laissant culpabiliser jusqu'à ce qu'il soit trop tard et que l'ombre s'empare de notre coeur. 

Heureusement, j'avais quelques personnes précieuses hors de ma soeur,  dans ma vie pour m'empêcher de sombrer dans les ténèbres. Mais qui ? Moi qui n'avait pas beaucoup d'amis, car la petite bande Dragon était un peu dissoute depuis la malédiction. Vous pensez que je vais révéler ce secret ? Elle devra le découvrir en se mettant a  ma place. Moi aussi durant notre pause, j'avais pris mes aises..Mais la question qui me tourmentait dans ses moments inoccupés , est-ce qu'elle s’inquiétait pour  moi?




code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
What is this Krane hair color?
T'es une Thorson maintenant!. Si tu penses choisir ma couleur de cheveux le Viking.
Tu peux aller te gratter!

Krane Thorson


« Viking Détestable! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Alexander Ludwig

Ѽ Conte(s) : Dragon et tous ses dérivés
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kranedur( Tuffnut)

✓ Métier : Papa de Siggy et Tuff-Tuff -Jumeau insupportable


☞ Surnom : Krane, tuff
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 434
✯ Les étoiles : 1113




Actuellement dans : « Viking Détestable! »


________________________________________ Mar 8 Mai 2018 - 3:14



L'ours en moi n'hiberne plus..
 
Après quelques semaines à  reprendre ma vie en mains. Il était temps pour moi de reprendre le poil de la bête, c'était pour cette raison que cette nuit j'enfilais mon costume de guerrier et j'attendais sagement dans la loge royale que ça soit mon tour de défouler tous mes ressentis. Assis confortablement dans un trône aux cotés du Prince du désert et de ce bourgeois Anglais que je tolérais pour le moment.  Sa maîtresse n'était pas présente , elle devait sans doute s'occuper  du bébé sorcière du prénom de Kenza et du petit singe de son amant .

On regardait la salle se remplir de spectateurs clandestins, qui étaient escortés par des danseuses du ventre. Dans la présentation du spectacle, on pouvait s’apercevoir que le Prince avait des goûts excentriques. Ça ne me dérangeait pas , parce que je savais que toute sa vie il s'était battu pour survivre dans la pauvreté. Il pouvait enfin profiter un peu de ce que la vie lui offrait. 

Le Dauphin d'Agrabah, avait envoyé quelques invitations spéciales pour moi ,car cette nuit il était temps de savoir si je lui manquais, ou si je n'étais qu'un boulet qui n'empêchait de s'épanouir. Dans les invitations magiques conçues par la Génie des lieux, esclave libre de l'Anglais, il avait un parchemin appartenant a River G.Frost, un adversaire que j'avais combattu sans victoire, ni défaite quelques fois. Je ne connaissais sans plus, mais il rôdait autour de ma soeur. Comment je le savais ? Le demi-ange avait une bonne technologie pour surveiller les moindres détails de  Storybrooke. Pourquoi surveiller le village? Parce qu'il avait comme mission céleste de protéger les êtres magiques et les terrestres, des êtres malsains dans l'ombre. Il avait sans doute d'autres raisons, mais on discutait que rarement. Ce soir, River était mon adversaire parce  que j'en  avais décidé ainsi, et parce que je devais une petite faveur au bourgeois, qui m'avait sauver la vie. Donc je devais m'assurer que le mage comprenne que ma soeur ce n'était pas une catin qui allait se faire courtiser et s'allonger dans n'importe quel lit. Si vous désirez ma soeur, il fallait me passer sur le corps. A la taille et au poids que j'avais..et aussi a la férocité que j'avais. Les prétendants n'osaient pas me défier. Surtout qu'un coup de Macey dans la mâchoire c'est fatal ! Et le pire dans cette histoire, c'est que j'adorais collectionner les dents que je briserais..Sadique ?! Non je protégeais simplement ma jumelle , des chasseurs. Et pour le moment, le seul qui avait ses preuves d'être bon parti pour mêler mon sang était cet Anglais.

Le premier combat était celui de Brunhildr, je l'observais de mon trône mais elle ne pouvait pas me reconnaître parce que j'étais masqué et vêtue d'une manière plutôt noble. Un noble viking, parce que je portais un long manteau bouffant noir qui me donnait l'apparence d'un puissant ours. Et le masque de bois avait le visage de cet animal. Mais pourquoi cette apparence ? Parce que le Prince aimait le mystère et les déguisements, malgré le fait que la ville était plutôt moderne. Il gardait des vieilles traditions en vie. Ma jumelle était une excellente combattante, même meilleur que moi.  Et c'étais normale parce que toute sa vie, elle avait du prouver que les femmes pouvaient porter le statut de Viking. Elle était née dans un  monde d'hommes  avec l'instinct explorateur et de guerrier. Elle rêvait d'aventures et d'être libre.  De ne  pas être cette femme qui restait sagement a la maison a attendre de savoir si elle allait devenir veuve ou de tomber enceinte au retour de son époux.  Pour ensuite élever les enfants pendant que le  viking repartait a la  conquête du monde ! Pas de chance l'Anglais pour te reproduire avec ma jumelle ne sera pas facile !   Son adversaire tombait au combat rapidement. Le Prince faisait signe de ramasser  le perdant et ma soeur quittait la scène..
***

Face a mon adversaire, je le regardais avec mes prunelles glacées a travers mon masque. Un masque que j'enlevais  quand l'animateur annonçait nos noms. À la  place d'une présentation bien ordinaire , j'avais eu le privilège qu'on me présente sous un surnom. On me surnommait : Bjorn. Pourquoi ? Parce que cet animal symbolique était assez présent dans ma vie depuis un certain temps.. Je commençais a me dévêtir sur scène enlevant mon manteau de poil dévoilant un corps musclé dont chaque courbe de  mes abdos étaient parfaitement dessinées. Des poils d'un blond cendré étaient présent dans le haut de mon torse et sous mon nombril formant une petite ligne de bonheur qui menait droit a ce jardin réservé.Réservé a qui ? Sur mon ventre, on pouvait voir une longue cicatrice fraîche , car j'avais encore les points cousus présent. Cette blessure  n'était pas là , la dernière fois que Brunhildr m'avait vu nu..Me voir nu ? Ça arrive parfois dans certains contextes de voir son jumeau a poil. Mais le Prince m'avait souligner que chaque amour déchu me laisserait une plaie,qui guérira avec le temps mais restera graver a jamais dans ma chair. Il savait de quoi il parlait. Il avait partager avec moi chaque mutilation de son corps qui représentait un souvenir, d'une aventure avec celles que son coeur s'était épris. 

La foule pouvait aussi s’apercevoir que j'étais un homme tatoué. J'avais des tribal dans la nuque et sur les épaules. Et un petit tatouage sur mon coté gauche entre mon bas du ventre et le commencement de ma cuisse. Ce petit dessin est un tribal de deux lettres ''TR''.Je l’appelais affectueusement ma tache de naissance..Comme mon adversaire, je portais un ''short'' court , assez moulant gris. Par contre pas  question de mettre ce ''machin buccal'' étrange dans ma bouche. Se faire amocher le joli minois à la dure c'était pour moi.

Eden , la génie m'avait accompagnée sur scène pour prendre mes accessoires me laissant juste mes bijoux: ma chaine argentée et ma bague de marié. Elle m’offrait  un peu d'eau. Ça servait d'être le petit chouchou du Prince ! Elle me donnait un baiser sur la joue droite pour la chance et disparue de la scène. Je souriais en coin charmer par cette délicate attention. Le combat pouvait commencer..
***
Chaque coup que je donnais avec une forte puissance, était un mot que j'avais a te crier pour me justifier . Justifier ma  mauvaise conduite..Chaque coup que je me prenais dans le corps, était chaque larme que j'avais envie de verser pour toi. Mais j'étais trop orgueilleux pour pleurer. Et mon coeur s'était aséché depuis notre premier baiser. Il était devenu dur comme de la pierre, que mon coeur avait du mal a exprimer  et démontrer physiquement ,ce sentiment qu'on appelait Tritessse. Mon éducation n'avait pas aider a cette facette de mon être , parce que notre père m'avait élèver à la dure ,après cette aventure dans les bois. Sans que tu le saches,  il m'avait puni parce que c'était lui l'ombre de la clairière. Il était mécontent que je tombe amoureux de ma jumelle. Notre père avait dont décider que je devais devenir un ''Cranedur''. Que je devais écouter ma tête, au lieu d'écouter mon coeur.
Ma tête me disait que je devais mettre ma rage dans mes coups pour mettre River au ''tapis''. Mais mon coeur me disait que je devais le laisser vivre , car ma jumelle l'aurait voulue . Parce que  les viking se battaient jusqu'à la mort..Et ma seule raison de me battre ainsi était pour protégée la vie de Ruffnut. Parce que je m'acharnerais sur lui qui briserait son coeur, je le tuerais même dans la mort..Je  m'anarchais sur son cadavre jusqu'à sa douce main me retienne de frapper.  C'était pour cette raison que je ne donnais pas tout ce que je ruminais  et accumulait depuis de nombreuses années..C'était pour ma moitié, qui n'avait pas le coeur brisé par ce magicien que je me laissais porter le coup fatal. Avant de m'écrouler , je te jetais le même regard doux qu'elle avait connue lors de notre premier baiser. Je tombais lourdement dans les marres de sang ..Mon corps  était ensanglanté..Ma plaie s'était entre-ouverte, mais ce sang qui souillait le sol était tous les '' Je t'aime'' que j'aurais voulu te murmurer a l'oreille. 

 ''T'a pas gagné'' Non je n'avais pas gagner son pardon. Mais j'avais gagner la bataille entre la tête et mon coeur. Mon coeur démontrait enfin que ma jumelle était ma faiblesse. Que sans elle a mes côtés , je ne pouvais pas vivre bien longtemps avec moi-même. Mes yeux se fermait sur son magnifique visage..
***
Contrairement a mon adversaire , je ne donnais pas signe de vie. J'étais allongé sur ce lit froid d'infirmerie. Mon corps était revêtu d'une jaquette et recouvert d'un drap blanc souillé par notre sang. C'est à ce même moment, que le Prince Arabe pénétrait dans la pièce s'approchant de Brunhildr, la tête baisse comme s' il allait lui annoncer une mauvaise nouvelle. Il lui tendait une mèche de cheveux tressée dorée comme de l'or. Non ce n'était pas celle de Brunhildr, mais celle de Krane. Le Dauphin lui disait : - Ton frère voulait que tu es toujours une partie de lui avec toi. Et parce qu'il voulait te faire re-mémoriser l'histoire du bracelet.. Maintenant selon c'est qu'il désirait, je te laisse quelques instants pour lui dire ''Au revoir''.  Le prince regardait quelques instants, l'infirmière asiatique et le mage qui avait bien combattu  sans un mot avant de s'approcher de Krane et de le couvrir avec son manteau de fourrure. Puis il quittait la pièce les laissant quelques instant ensemble..



code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
What is this Krane hair color?
T'es une Thorson maintenant!. Si tu penses choisir ma couleur de cheveux le Viking.
Tu peux aller te gratter!

Minatozaki Momo


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Myoui Mina

Ѽ Conte(s) : Finding Dory
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : une loutre

✓ Métier : Agence de rencontre
☞ Surnom : Momo ou Mina
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 24
✯ Les étoiles : 300




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 21 Mai 2018 - 9:11

Du sang sur nos mainsRiver + Bru = Krane
slap slap slap ••• ( the innocent doll )

Il était le soir. Normalement, Momo serait probablement en train de se préparer pour le lit ou bien toute silencieuse devant la télévision. Elle aimait bien écouter des téléromans tels que les feux de l’amour ou good morning call, dans sa langue « native » avant de dormir. Ce n’était pas vraiment sa langue native, puisqu’à sa vrai naissance elle était une loutre, mais les faux souvenir faisait qu’elle avait pensée longtemps être née japonaise. Cependant, ce soir, elle ne pourrait pas avoir une petite soirée calme avec du thé, des biscuits et de l’humus devant des séries télévisés. Non, elle devait accompagner son ami de fin de malédiction et frère de cœur River.

Elle avait donc enfilé une petite robe d’été blanche avec de petites fleurs jaunes. La majorité des gens ne porterait pas ce genre de vêtement pour aller voir des combats corps à corps, mais Momo aimait porter des robes et être bien habiller lorsqu’elle sortait de son appartement pour une autre raison que travailler. Sans oublier que depuis un moment, elle ne sortait plus vraiment, car sont amie Bru vivait dans son appartement le moment de pardonner à son frère d’avoir fait croire à Momo qu’il était un parfait inconnue simplement pour connaître la personne qui avait l’attention de Bru. Son amie ne faisait plus grand-chose depuis que cela était arriver.

Ce que Minatozaki pouvait comprendre, la famille pour les humains c’est important et Bru était particulièrement proche de son frère. Alors la petite japonaise avait trouvée difficile de voir son ami dans un état de vie de zombie en décomposition dans son appartement tous ce temps. Malgré les repas que Momo lui préparait, elle perdait énormément de poids, ne mangeant pas ses portions. La jeune rousse commençait à s’inquiéter. Elle avait donc passée la semaine à tenter de la convaincre de bouger et de faire quelque chose. Voilà qu’aujourd’hui elle était parvenu à la persuadé de quitter l’appartement pour aller voir le combat de River avec elle. Ayant souligné comment les foules la rendait anxieuse et qu’elle n’aimait pas s’y retrouvé seule et que la présence de sa sœur de cœur la rassurerait. Chose qui était cent pour cent vrai. Momo n’aimait pas les attroupements de gens, étant pour sa part très solitaire, discrète et timide elle-même. Cela venant du au fait d’être une loutre de sa vraie nature.

Les deux jeunes femmes s’étaient donc rendu au combat ensemble, dans ce palace ? Château ? L’endroit où vivait le prince Ali, peut importe qui il était. Momo fut surprise d’apprendre que Bru avait décidée de participer au combat d’ailleurs. Non pas qu’elle ne croyait pas son ami capable de gagner ou de se battre, bien au contraire, mais après autant de temps à être zombie elle n’était pas certaine qu’un combat était la meilleur idée. Finalement, elle gagna en quelque coups sont combat et revint ensuite porter compagnie a Momo. Tout allait bien, jusqu’à ce que Momo comprennent que River sa battait contre Krane en personne, le frère de Bru. Oops. Elle n’aurait peut-être pas dû amener sa sœur de cœur à ce combat… Tentant de rassuré son amie, lors du combat, Momo prise sa main dans la sienne. Elle ne savait pas quoi dire pour s’excuser de l’avoir amener à l’endroit même ou son frère qu’elle évitait se trouvait, alors elle préféra garder le silence dans sa panique interne. Est-ce que Bru savait en acceptant que son frère serait la ? Momo l’ignorait.

Sans oublier que le combat, lui-même, était très violent et stressant. Momo ne comprenait pas vraiment l’intérêt pour se genre de violence gratuite, mais comme elle aimait bien River et voulait s’assurer qu’il serait toujours vivant après ses combats, elle venait le supporter moralement. Bien qu’elle passait généralement le combat entier les yeux fermé très très fortement ou même le visage sous la main. Ce jour là, elle mit sa main libre devant ses yeux, regardant de temps en temps lâchant des « hiff ! » et des « oh ! ah ! ouf ! » Son autre main serrant Bru dans les rares moments où elle regardait le combat. Momo devait avouer que la seule chose qu’elle aimait de ses soirées étaient de voir ses hommes muscler à moitié habiller, mais la partie violence ne lui plaisait pas une seconde. Finalement, lorsqu’elle regarda à nouveau le combat, River était au sol inconscient… Oh ?! Momo se leva rapidement de sa place et se dirigea vers l’endroit où elle savait par habitude que River serait amené, traînant Bru avec elle.

Tous les endroits de combats étaient pas mal pareils sur les procédures. Ils envoyaient les blessés à l’infirmerie. Une fois sur place, elle attendit l’arriver de son ami faisant comprendre d’un regard bête, autant qu’un regard de Minatozaki pouvait être bête, aux infirmières de ne pas l’empêcher de faire leur travail. River était encore inconscient qu’elle chercher des pansements et des désinfectants. Il saignait beaucoup et il faudrait nettoyer ça rapidement avant que les plait ne prennent en infection. S’était la raison principal qui la poussait à se présenter à ses événement, s’occuper de son grand dada après ses combats et être certaine qu’il rentrait à la maison et non pas qu’il tombait inconscient sur n’importe qu’elle trottoir sale sur le chemin. Les gens qui organisaient ses événements n’avaient aucun intérêt pour les combattants. Elle cherchait encore lorsque River repris conscience. Elle le remarqua donc un moment de retard, avec ce qui lui fallait désormais placer sur la petite table à côté du lit de River.

« Hey rebienvenue parmi nous monsieur muscle. »

Lui dit-elle en passa sa main sur sa joue un sourire de lèvre serrer démontrant légèrement son mécontentement de la fin de la soirée. Sans un mot de plus, elle prit un désinfectant en main et commença à nettoyer les plais de l’homme qu’elle considérait comme son grand frère et qui s’était pris toute que des coups dans son combat. Elle suivit le regard de River pour voir qu’il regardait Krane sur la table de l’autre côté. Momo regarda deux secondes celui qu’elle avait considérer comme un ami avant de réaliser qu’il ne l’avait qu’utiliser pour contrôler sa sœur. Elle ne lui en voulait pas, Momo n’était pas capable de rancune, mais elle n’avait pas envie de lui parler non plus. S’était lui après tout qui avait mis River dans cet état… bien qu’elle devait avouer qu’il n’était pas dans un état vraiment mieux. Peut-être que quand elle aurait fini avec River elle prendrait soin de lui…

« Je pense qu’un congé de combat ne te ferais pas de mal après ce soir Riv. »

Une fille pouvait bien espérée dit-on.
© 2981 12289 0

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

A bond between souls is ancient – older than the planet.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77300-termine-you-make-me-s http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77442-cuddle-party-with-momo#914664

Brunhildr K. Thorson


« Tu es mort mon poussin? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gaia Weiss

Ѽ Conte(s) : Dragon
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kognedur

✓ Métier : Videuse au Rabbit hole


☞ Surnom : Bru, brun, Ruff, Fraise
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 891
✯ Les étoiles : 7665




Actuellement dans : « Tu es mort mon poussin? »


________________________________________ Lun 21 Mai 2018 - 13:52

« Our love is like the venom »
we need a antidote


La pièce était plongée dans une obscurité presque totale. J’étais assise contre le mur, dans la chambre de Kranedur. La tête enfouie entre mes jambes collée à mon buste. Elle cachait mes yeux rougies, mes joues humidifiés par les larmes. Mes jambes faisaient comme un rempart à mon coeur saignant. A cet endroit, j’y ressentais une douleur peut commune. Une douleur criarde et non physique. Cela aurait été pourtant plus agréable, une plaie physique. Je saurais au moins comment la pansée. Comparée à la douleur psychologique, la douleur physique était plus facilement réparable à mon sens.

J’écoutais en boucle la même chanson. Celle de cet artiste belge mort depuis longtemps. Les paroles faisaient écho à la douleur. Je ne pouvais pas vraiment dire qu’elle m’apaisait mais elle avait au moins le mérite d’accompagnée ma peine. Cette peine que j’avais créer malgré moi. Cette colère, envers moi, envers lui, envers le monde entier. J’avais toujours été animée par la colère et la violence, aujourd’hui, elle me blessait. J’avais toujours pensée que Kranedur resterait auprès de moi. Même s’il était loin, il aurait dut être présent. Parce qu’un homme à dit un jour. Jamais deux sans toi. Pour moi, c’était plutôt nous ne sommes qu’un. Séparé, nous ne sommes rien.

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s'oublier
Qui s'enfuit deja
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu



Je regardais Krane. Sa présence ici n’était pas habituelle. En vérité c’était la dernière personne que je pensais voir chez Momo. L’inquiétude monta en moi à une vitesse fulgurante. J’approchais d’eux. Murmurant le nom de mon amie. Momo. Elle était mon havre de paix, ma bulle de réconfort. Mon ile déserte et tranquille. A coté d’elle, Krane était un ouragan. Puissant et intrusif. Même si je l’aimais. Il était ma moitié. Mais une part de moi ce voulait indépendantiste.

« Qu’est-ce que tu fou là Krane?» Mon ton se voulait sec, presque trop pour mon frère. Je me sentais trop démousolée pour me montrer compréhensive. Je lui avait posée une question. Me tenant droite dans la pièce. « Bordel, c’est ce que je pense hein? Qu’est-ce qu’il y a ? Est-ce que c’est serieux?» Non, il me répondit que non. « Krane...tu...es-ce que tu te rends compte? De ce que tu as fais? A quel point tu peux m’être insupportable en ce moment? J’ai le droit de vivre MA vie, avoir MES amis et tomber amoureuse. Que tu sois mon frère jumeau n’excuse rien.»
Ma parole s’était faite de plus en plus sèche et blessante. A chaque mot, je voyais à son visage que j’enfonçais ma lame, un peut plus dans sa poitrine. Je n’aimais pas être comme cela avec lui mais ces derniers temps il était particulièrement énervant. On était peut être dans une période du mois qui n’était pas en sa faveur en plus. Le sang battait mes tempes. Mon coeur accélérerait. J’attrapais Krane par le bras en le tirant vers la sortie.

« Dégage de là. Je risque d’être beaucoup moins patiente si tu restes.» Je n’écoutais plus. Ses paroles glissaient sur moi. Momo elle ne comprenait rien, je devais peut être l’effrayée. Je lui expliquerait. Je poussais mon frère vers la sortie en l’accompagnant. La mâchoire serrée. Sur le pas de la porte d’entrée, devant l’immeuble, mon poing fila. Une fois, puis deux. De toutes mes forces, avec toute ma rage.

« Comment tu peux faire ça à Momo? Elle est tellement..inoffensive et adorable ! Elle n’a rien fait et toi tu...tu couches avec elle, parce que tu l’as touchée n’est-ce pas? Ouai, qu’est-ce qui pourrait me blesser sinon ça hein? C’est Lars? Merde. Krane t’aurais pu venir m’en parler. T’aurais du venir. Si tu m’avais dit on en serait pas là. Je vais prévenir les garçons, je risque...de ne pas rentrer avant un p’tit moment. Le temps que j’encaisse.»
Je remontais dans l’appartement. Le regard baisser. Momo ne comprenais pas vraiment ce qu’il arrivait. Je le voyais à son regard. J’ouvris mes bras en m’approchant doucement d’elle. Je les refermait sur elle. Un calin de Momo c’était si agréable. Si doux et rassurant. Un havre de pais.
« Je suis désolé, c’est ma faute.» C’était la première fois sans doute que je m’excusait auprès de quelqu’un. J’avais terriblement mal au coeur. JE n’aimais pas me disputer avec mon frère. Il était aller trop loin et je devais le lui faire comprendre, mais si je devais en souffrir également. « Krane n’est pas méchant. Il est juste très possessif et collant. Je pensais pouvoir garder au moins notre amitié pour moi. Mais il a dut le découvrir et s’en est méler. Il n’aime pas que je le mette à l’écart et il peux être blessant. Mais il n’est pas méchant.»



A savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
A coups de pourquoi
Le coeur du bonheur
Ne me quitte pas


« Ne me quitte pas...» soufflais-je dans une voix rauque qui n’avait plus parler depuis trop longtemps. Je n’étais habillée que d’un short court et d’un T-shirt appartenant à Krane. La pièce. Mes cheveux détachaient retombaient dans mon dos et cachaient mon visage. Cela faisait deux semaines que j’étais chez Momo.

J’étais rentrée dans l’appartement que nous avions. Ce n’était pas la première fois depuis notre dispute. Je me rendis dans la chambre de Kranedur, rien ne semblait avoir bouger depuis la dernière fois. Le temps y semblait être suspendu. Comme s’il n’était pas revenu. Je m’empressait de prendre mon téléphone et de l’appeller mécbaniquement, mais rien. Du moins, rien de ce que j’éspérais n’arriva. Le téléphone ne sonna pas. Quelque chose n’allait pas. Mon instinct m’hurlais de ne pas chercher à comprendre et d’attendre que les choses redeviennent normales. Il me criait que la vérité me blesserait. J’entendis la porte d’entrée s’ouvrir et courrut à sa rencontre. Ce ne fut pas lui mais eux que je trouvais. Mon regard changea, affichant ma décéption.

Lars se mordit la lèvre, Axel baissa la tête. Ils me demandèrent de m’asseoir. Je reculais. Quelque chose s’installa au creux de mon ventre, un sentiment malaisant. Une peur soudaine. Je n’avais jamais vraiment eu peur. Mon rythme cardiaque s’accelera. Je manquais d’air. Axel posa ma main sur mon épaule mais je la rejetais rapidement.

« Kranedur.»

Il lui était arrivé quelque chose? Mes jambes se dérobèrent et je tombais sur les genoux. Ma première réaction fut d’hurler, le plus fort possible. Hurler à plein poumon. Hurler jusqu’à ce que la douleur atteigne ma gorge et mes tempes. Je m’effondrais. La première fois que je pleurais surement. Axel me pris dans ses bras, tentant maladroitement de me réconforter. Lars toujours debout ne bougeait pas, se retenant du moindre geste, comme s’il allait se trahir en bougeant.

Cela faisait presque 24h que je m’étais réfugiée dans la chambre de Krane. J’avais envoyée un message à Momo. Je ne lui avait rien dit. Je n’en avais pas la force. J’avais juste prévenue mon amie de mon absence ces prochaines heures.


Je courrais comme me l’avait conseiller Kranedur pour ne pas que Rustik nous retrouves. Nous jouions avec les autres, Harold, le gringalet, le fils du chef. Astrid avec qui ça allait comme ci comme ça, Varek. Mais mon meilleur ami, mon frère, celui qui me comprenait mieux que personne c’était sans doute Kranedur. A l’époque. Nous étions les jumeaux Thortson, issus d’une longue lignée de Thortson, fiers et blonds.

Je courrais plus vite que mon frère dans cette clairière quand j’aperçus cet arbre. Je pris sa direction, mon frère me suivrais, nous nous suivons toujours. Si tu sautes je saute ! Si tu frappes je frappe ! Si tu as mal j’ai mal. Je grimpais avec hardeur. Pouffant de rire lorsque je vis passée Rustik, nous cherchant. Il n’avait sans doute pas penser que nous pouvions monter aux arbres et passa une vingtaine de minutes à tourner autour de nous avant de s’en aller. C’était le primptemps et j’avais vu plein de vikings faire un geste que je ne comprenais pas. Quand je leurs avait demander, ils m’avaient répondu que c’était quand on trouvait une personne qu’on aimait vraiment. Ou avec qui on avait fait une alliance qu’on le faisait. ça s’appelais un baiser.

J’étais assise sur la même branche que Krane. Le fixant. La personne que j’aimais le plus au monde? C’était lui.

« Krane? Je peux essayer quelque chose?
- Quoi?
- ça se fait quand deux personnes sont très proches.
- Bha explique moi.
- ça s’appelle un baiser.

- C’est quoi baiser?

- Non, pas baiser, UN baiser. C’est ça.»


Je me penchais vers lui, collant mes lèvres contre les siennes. C’était humide, chaud, agréable.

« - Ce sera juste entre nous deux.»


Pour la première fois depuis longtemps, je poussais la porte de cet appartement. Pas le mien mais celui que notre père avait. Je n’avais aucune envie de le voir mais je ne pouvais laisser aucune piste de coté. Je frappais. Il ouvrit, son regard fus surpris. Il ne dit pas un mot et me laissa entrer. C'était juste après avoir quitter l'appartement que nous avions pour retourner chez Momo.

« Ou est il? Demandais-je aussitôt entrer.

- Qui donc?

- Te fou pas de ma geule le paternel ! Krane ! Tu lui as fait quoi? J’ai fait ce que t’as dit...pour lui. J’ai essayer de prendre des distances. Parce que tu m’as dit que c’était mieux pour lui. Il a rien capté et il s’est encore plus incruster dans mes relations. Je peux pas. Okay? J’ai essayer, même si je pouvais éprouver quelque chose pour quelqu’un d’autre. Krane reste le premier homme de ma vie. Celui que je ne pourrais jamais remplacer. Il a disparu. J’en suis malade et maintenant, tu vas me dire ou il est bordel !»


Mon père resta debout avec son regard froid. Il s’approcha de moi, je reculais d’un pas. Le regard noir fixé sur lui.

« Ma fille, ta relation avec lui n’est pas saine.
-Ta gueule, j’ai 27 ans ! Quand est-ce que tu vas arrêter de me prendre pour une gamine? La relation que j’ai avec mon frère c’est moi seule que ça regarde. C’est une moitié de moi. Je peux pas. Sans lui, je ne peux tout simplement pas continuer d’exister.»


Je hurlais, les larmes se remirent à couler. Pourtant je le refusais. Je ne voulais pas qu’il me vois dans cet état. Personne ne devait me voir ainsi.

« Je surveille tes relations ma fille. Je sais tous de toi, de cet anglais, de ces combats, de ton boulot.
- Mais ta geule! T’es pire que lui en fait, plus vicieux. T’es toujours là, tu seras toujours là pour me pourir la vie.
- Tu le sais. Tous ceux que tu aimeras...
- Ta geule putain ! Tu leurs fera rien! Tu laisses mon anglais tranquille ! Ouai, j’avoue, il est un peut distant parce que Kranedur s’est déjà occupé de lui faire peur. Tu t’es fait devancer hein? Touches à Momo et je promet de te tuer moi même t’as compris? Et tous les autres. Approches moi et la dernière chose que tu verras sera mon visage. Depuis toutes petite tu m’interdis d'aimer. Je sais que t’as fais en sorte qu’Eret sorte avec moi pour éloigner Kranedur. Je sais TOUS. T’as juste oublier qu’il était obnibulé par Astrid et que ça n'a pas marcher.
- J’ignore ou se trouve ton frère pourtant. Là est la vérité.»


J'étais furieuse. Revoir mon père n'avait rien arranger à la situation, il était parvenu à m'énerver encore plus. Pour lui, je n'étais qu'un objet servant d'échange et de garantie. Son esprit était toujours rester arriérer et ancré dans une tradition qui n'avait plus lieu d'être. Je quittais la maison d’un pas rapide. Je ne voulais plus jamais avoir à faire avec lui. JAMAIS. J’étais vraiment trop stupide d’être revenue vers lui.


Mes recherches n’avaient rien données. J’étais allongée, emmitoufflé dans les couvertures. J’hibernais comme un ours attendant le primptemps. Mon primptemps c’était lui. Je ne mangeais plus que le strict minimum pour me maintenir en vie. Ne sortant plus que pour prendre une douche. J’étais totalement plongée dans les ténèbres. Ma vie venait de sombrer. J’avais prévenue ma patrone et mes collègues de mon absence prolongée.


Je cognais avec rage. Ce type s’en prenait à cette fille, ivre. Tentant certainement quelque chose de pas très net avec elle. il était à terre, son visage recouvert d’échimoses. La fille, elle, était toujours à terre, à demi consciente. Tous se déroulait devant le rabbit hole. Je sentis la main de mon collègue s’emparer de mon poignet pour m’empêcher de lui donner un coup supplémentaire.

« Brunhildr, ça va, on a appeller les flics. T’as fait ton boulot, tu vas pas le tuer quand même.
- Ce connard mériterais bien pourtant. C’est pas la première fois qu’on le prends à draguer des filles hein? Là il l’a carrément droguée ! T’as vu son état?
- Le tiens nous inquiète aussi Bru, ça tourne pas ronds depuis quelques semaines.
- TA GEULE !
- Bru...rentre chez toi, on va expliquer à la patronne que t’es tombée malade...ça va pas et tu ne peux pas travailler dans cet état.»




L’adrénaline, elle hurlait en moi, faisant vibrer tout mon corps. J’aimais cette sensation, elle restait même après le combat. Qu’ils parlent, je leurs répondrais avec mes poings. Pour l’heure, c’était toute l’excitation qui m’avait envahie. Des blessures il y en avait, en grand nombre, j’étais ouverte à plusieurs endroits. Pour être franche, j’éprouvais de la douleur, mais comparée au plaisir et à la sensation d'exister de nouveau, elle était infime.

Je levais la tête, n’écoutant plus autour de moi. On avait annoncé à mon adversaire sa défaite...et surtout MA victoire. Une victoire que j’avais eu grâce à un désistement. Je n’étais pas sensée combattre ce soir mais accompagnée Momo. Elle avait tenue à ce que je vienne aussi. Un désistement avait eu lieu. J'avais beaucoup perdu, en poids et en énergie. Je ne pouvais pas dire si je gagnerais ou pas, vu mon état, les doutes étaient permis. J'étais trop proche de mon frère, pour notre bien à tous les deux. Cette proximité m'étouffais et l'empêcher de s'épanouir, mais je ne pouvais pas non plus le garder à distance. Il l'avait surement pris pour une trahison.

Mon adversaire était un jeune combattant, je ne l'avais encore jamais vu. Il ne connaissait pas et c'était à mon avantage. Je frappais, de tous les cotés avec rages et rapidité. je ne ralentissais pas et frappais frénétiquement. Il m'envoya un coup, puissant, utilisant ma propre vitesse contre moi et je fus projetée au sol. La douleur me coupa presque le souffle. Je me relevais. Tomber sept fois et se relever huit fois. Je restais à distance, observant mon adversaire qui tenait aussi bien que moi dans un état de zombification avancée. Je me jetais sur son corps, lui faisant perdre l'équilibre. Mes coups pleuvaient sur lui, sauvage. Accumulant toute la rage que j'avais en moi.

Celui qui conclut le combat fut celui qui l'assomma. Il ne bougea plus



Je marchais jusqu'à l'infirmerie, ça irait, mes blessures guériraient rapidement. Je m'approvisionnais chez une alchimiste dont les potions pouvaient guérir les blessures très rapidement. J'en avais toujours une sur moi et la but. Je profitais du silence pour me poser un peut.

Ce n'étais pas de l'instantané. J'allais quitter l'infirmerie lorsque deux hommes entrèrent, me félicitant pour mon combat mais soulignant ma maigreur comparée aux mois précédent.

« Tiens, je pensais qu'on te verrais avec ton frère."


Enfonce le couteau dans ma chair, c'est tellement agréable, connard.

« Non, comme tu peux le voir, Krane n'est pas avec moi. On est pas siamois.
— Parce qu'il combat tout à l'heure. Et comme on ne t'as pas vu avec lui...
— Vous pensiez que je n'allais pas combattre? Le nouveau c'est votre pote non?
— La prochaine fois sera la bonne.
— Comme à chaque fois."

Je quittais l'infirmerie. Le poing fermer. Ils m'avaient énervé ! Le prochain combat était celui de River. Je rejoignis Momo et vis Krane. Sur le ring, face à River. Il n'avait pas bonne mine non plus. Savoir qu'il était là et le voir c'était comme savoir que le titanic allait couler et voir la scène ou ils mourraient.

Riv était un excellent combattant, c'était ce que j'admirais chez lui. ça et le fait qu'il ai compris qu'entre nous, depuis que je connaissais Darcy, il n'y aurait plus rien.
Lui et moi c'était particulier et j'espérais que ça reste secret. Tout en doutant. J'avais peur, peur que Krane ne comprenne pas, peur qu'il ne prenne trop ça à coeur.
Son rival.

Il était devenu son rival après nos premiers ébats et depuis qu'ils se combattaient, avec River ça n'étais pas la même chose. Ce qui était sensé me faire tout oublier me culpabilisait d'avantage et avait l'effet inverse de ce que je voulais.

Je pris la main de Momo, sa main douce et rassurante qui me maintenait debout. Ce combat n'eu pas de gagnant mais chaque coup que recevais mon frère, je les ressentais.
Notre lien était décidément trop fort. Notre empathie réciproque était devenue un poison pour nous deux.





« Ton frère voulait que tu es toujours une partie de lui avec toi. Et parce qu'il voulait te faire re-mémoriser l'histoire du bracelet.. Maintenant selon c'est qu'il désirait, je te laisse quelques instants pour lui dire ''Au revoir''. »

Comment ça "Au revoir" ? Je regardais le dauphin, un mélange de rage et de douleur qui serrait ma mâchoire si fort qu'elle m'en faisait mal. Je retins mon souffle quelques secondes. Je ne savais plus comment respirer. Comment bouger. J'étais rester immobile. Je pris la mèche de cheveux et la serrait fortement dans mon poing. Je m'avançais vers le corps inerte de Krane.
« Krane..." appelais-je d'une petite voix, les larmes me montant aux yeux. " Connard ! Tu n'as pas intérêt de crever tu m'entends ? J'étais furieuse, d'accord? Je me suis trop emportée. Je ne pensais pas que t'allais le prendre comme ça, crétin ! Tu es mon frère, mon sang ! C'est plus fort que n'importe quoi alors tu reviens."
Je me tenais droite, les larmes coulant sur mes joues qui se guérissaient.
« T'as rien dit à Lars et Axel putain ! Ils s'inquiète encore pour toi ! Egoïste ! T'as pensée à moi hein? J'ai failli tuer un mec au boulot ! Je suis partie en vrille ! Et toi t'étais ou tous ce temps hein? Je sais que tu m'entends, j'ai besoin de te le dire Krane...Il m'est arrivé de te cacher des trucs pour ton bien, et uniquement ton bien t'entends? Parce que je sais comment tu peux réagir. T'es un vrai gamin quand tu t'y mets."
J'avais peur, terriblement peur de le perdre parce qu'il était une partie de moi.
« Krane, notre lien sera toujours là, l'amour, et amis, ça va et ça viens, ça tiens tant que ça tiens. Mais l'un pour l'autre et jusqu'au Valhalla, nous serons là."
J'en avais oublier tout le reste, Momo et River sur l'autre table. Enfin, River, Momo était à coté de lui.
" Je te jure que si je découvre ou il était passé tous ce temps, celui qui l'a aider va m'entendre gueuler."
Je disais ça à Momo, relevant la tête.






 
crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Let me love you

Oh pretty baby, now that I found you stay


River Frost


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Colton Haynes

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Gray Fullbuster

✓ Métier : Infirmier en psychiatrie


☞ Surnom : Riv, Frosty, le Glaçon
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1455
✯ Les étoiles : 17108




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Sam 26 Mai 2018 - 1:03

‘’After all that you put me through,
You think I'd despise you,
But in the end I wanna thank you,
'Cause you've made me that much stronger’’

River venait d’ouvrir difficilement ses yeux bleu de glace. La douleur à ses côtes le poignardait à chaque respiration qu’il osait prendre. Il n’avait toujours pas la force de se redresser, car les muscles dont il aurait du se servir pour cette manœuvre était fortement endommagés. Ce n’était pas la première fois qu'il affrontait Krane dans l'arène, et certainement pas la dernière, mais ses blessures semblaient plus graves que les précédentes. Il saignait beaucoup, mais ce n’était que superficiel. L’infirmier savait que les blessures qui ne saignaient pas étaient celles dont on devait le plus se méfier. Certes, du sang s’échappait de ses côtes meurtries, mais les coupures n’étaient qu’en surface. La douleur poignante sous la chaire semblait plus importante. Sa lèvre et son arcade sourcilière allaient guérir tout seul en quelques jours, mais ses côtes étaient dans un sale état. ‘’T’as pas… intérêt à me… me les avoir cassées… connard…’’, grogna-t-il entre ses dents malgré la douleur.

Quand River se retourna vers Momo, celle-ci lui souhaita la bienvenue parmi les vivants, le gratifiant du surnom de Monsieur Muscles. Elle savait vraiment comment flatter son égo. Doucement, elle avait passé sa main sur la joue du combattant qui avait alors fermé les yeux pour savourer ce premier contact doux depuis son entrée dans l’arène. Lorsqu’il ouvrit les yeux, les lèvres de sa petite sœur étaient pincé dans un sourire qui se voulait autant réconfortant que réprimandant.
‘’Je n’aurais pas… Arg… Pas voulu manquer une… occasion de te voir… sourire… Ma belle…’’, lui répondit-il entrecoupé de petites plaintes de douleur. Draguer Momo était le meilleur moyen de chasser ses tracas et de la faire sourire, même dans une situation comme celle-ci.

La jeune femme commença à désinfecter ses plaies en se concentrant d’abord sur celles qui se trouvaient sur son si beau visage. Si River grimaça à cause du picotement, il n’émit aucun son. Après ce qu’il venait d’endurer, un peu de désinfectant était comme un millier de bébés licornes léchant sa peau. Par contre, dès qu’elle posa le coton imbibé de désinfectant sur la blessure aux couleurs multiples de ses côtes, le mage poussa un grand cri de douleur en se tordant. Sa mâchoire était serrée et on pouvait même voir une larme perler au bord de son œil. Sa plainte de douleur ne s’arrêta pas lorsque Momo rompit le contact. Il y avait vraiment quelque chose qui clochait avec ses côtes. Une fois calmé, il tenta de contrôler sa respiration et il posa délicatement une main sur sa blessure. Elle était dure, ce qui était très mauvais signe. Le Frost plongea son regard de glace dans celui de Momo.
‘’Trouve une… une seringue… Une grosse… seringue… Ce connard… il m’a fait… une hémo… Putain de merde!... Une hémorragie…’’ Momo devait absolument drainer le sang qui s’accumulait dans ses côtes et qui pourrait provoquer des caillots ou encore une nécrose.

Alors que la jeune femme cherchait une seringue convenable, elle lui conseilla de prendre une petite pause des combats. Il était trop orgueilleux pour lui donner raison, surtout devant Brunhildr et Krane, alors il se contenta de grogner en guise de réponse. Pourtant, elle avait raison. S’il avait bel et bien une hémorragie interne, et fort probablement quelques côtes fêlées, il allait devoir prendre une petite pause pour ne pas aggraver son cas. Toujours endolori, le combattant tourna la tête vers son adversaire. Il était étendu sur la table, les yeux fermés, sans bouger. On avait même eu le culot de le déclarer mort. River n’y croyait pas une seconde, mais Bru semblait être tombée dans le panneau. Si elle croyait que le mage avait tué son frère, il était assuré de ne plus jamais pouvoir coucher avec la belle blonde et ça, il ne pouvait l’envisager.

Plus Momo drainait le sang, plus la pression qu’il ressentait et qui accentuait sa douleur diminuait. Il pouvait donc parler plus librement, bien que son ton n'avait pas la force et l'assurance habituels.
‘’Krane… Espèce d’idiot, arrête ton numéro… T’es pas mort et je le sais…’’, dit-il, espérant calmer un peu la viking qui semblait plus fâchée que triste. Lentement et accompagné d’une douleur lancinante, Riv tendit son bras vers l’autre homme. Arrivé à la hauteur de son cou, l’infirmier étira deux doigts et les posa sur la veine jugulaire de l’homme. Il ferma les yeux un instant et compta dans sa tête. Lorsqu’il ouvrit les yeux, il souriait. Il retira ses doigt glacés de la peau de Krane et replaça sa main sur sa table. ‘’T’as un pouls, t’es pas mort… T’es même pas proche de mourir… Alors arrête ton cinéma…’’, affirma-t-il en connaissance de cause. Connaître le corps humain était son métier, alors il savait ce qu’il disait. Puis, il décida de s’adresser à Brunhildr qui semblait s’être calmée. ‘’Si j’avais voulu tuer ton frère, il serait mort… Je lui ai juste donné une bonne commotion cérébrale… Crois-moi, je sais très bien où j’ai visé… J’ai frappé pour donner une commotion et c’est ce qu’il a. Rien de plus…’’, dit-il à la viking, espérant la rassurer un peu.

River se retourna une nouvelle fois pour regarder Momo. Sa petit louloutre semblait savoir ce qu’elle faisait, car la pression dans ses côtes avait diminué avec le sang qu’elle retirait. La seringue était pleine et la pauvre jeune femme semblait chercher quelque chose du regard.
‘’Vide la par terre… Je pense qu’ils ont déjà vu du sang ici avant… Et ensuite, recommence… Il faut en enlever encore.’’, dit l’infirmier qui avait déjà pratiqué ce type de soin pendant ses études. En psychiatrie, il y avait moins de plaies à penser, mais tout autant de soin à prodiguer. ‘’Après ça, je vais avoir besoin d’un gros steak bien saignant… Et d’un bon massage aussi… Momo? Tu as du steak chez toi?’’, demanda-t-il à la loutre, une nouvelle étincelle dans les yeux. Un sourire taquin s’installa sur le visage du Frost qui savait bien que la jeune femme comprenait où il voulait en venir.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Une guilde, c'est un lieu qui fait croître les sentiments.
(c) Miss Pie

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77273-termine-river-gray-fr http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77280-mes-amis-ma-famille-ma-guilde http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77411-once-you-go-gray-it-s-all-the-way

Krane Thorson


« Viking Détestable! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Alexander Ludwig

Ѽ Conte(s) : Dragon et tous ses dérivés
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kranedur( Tuffnut)

✓ Métier : Papa de Siggy et Tuff-Tuff -Jumeau insupportable


☞ Surnom : Krane, tuff
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 434
✯ Les étoiles : 1113




Actuellement dans : « Viking Détestable! »


________________________________________ Mar 29 Mai 2018 - 22:05



L'ours en moi n'hiberne plus..
 

Égoïste j'avais été , je n'avais pas donné de nouvelles à ma famille, ni même mes amis et je ne voulais pas en donner. Tout simplement, parce que je voulais être le centre d'attention. Et le fait qu'ils s’inquiétaient vraiment pour moi. Me prouvait  qu'ils m'aimaient. J'étais au courant , des tentatives de recherches de mes frères, ma soeur Krok et de la dépression de ma jumelle. Parce que dans cette histoire, celle avec qui je partageais tous mes secrets. Ma confidente veillait pour moi, dans l'ombre sur ce que j'avais de plus important dans ma vie : Ma famille. Je lui avais fais promettre à ma manière , de rien dire ! Comme Darcy d'ailleurs parce que lui et moi avions un secret. Un secret que ma soeur ne devait pas savoir,avant que je lui dise. Et s' il osait lui dire quoi que ce soit sur moi, il savait exactement comment ça allait se terminer. 

C'était une menace ? Non c'était une chance que je finisse par l'accepter dans la famille Thorson. Une chance qu'on pourrait être un jour avec le temps être des beaux frères complices.  Mais pourquoi être si secret? Je voulais créer un vide dans leurs coeurs, pour savoir si je leurs manquerais. J'étais manipulateur mais c'était pour une bonne cause. C'était pour recevoir de l'amour ! Malgré que tous les soirs que je me couchais dans la valise de mon camion . Ma confidente m'avait ramener gentiment mon automobile sur le domaine du Palais. Le chasseur de démons avait été assez gentil pour mettre une rune d'invisibilité pour que personne de ma famille puisque le trouver. 

Donc tous les soirs, en regardant l’obscurité du ciel, je priais Freyja pour qu'elle m'offre ce que ma jumelle possédait et pas moi ! Je priais cette déesse pour qu'elle donne  la force de conquérir un coeur. Celui de la femme qui pourrait me sauver de cet amour poison que je ressentais pour ma jumelle. Cette femme que Brunhildr et moi avons rencontrée a Disneyland. Et que depuis ce Jour, je me torturais l'esprit a savoir si je devais la retrouver pour me donner une chance d'être heureux..Donner une chance a ce mariage . Mais je t'en parlais pas, car tu étais trop préoccupé par tes amis, ou ta petite amourette. Donc cette fugue n'était pas seulement a cause de cette dispute , dont Momo n'était qu'une pauvre victime de mes ressentis et tous les secrets.. C'était pour faire le point sur ma vie..

Krane , À ta voix je bougeais discrètement les doigts de ma main la plus proche de toi et ma bouche s'était entre-ouverte comme si j'avais envie de prononcer à mon tour ton prénom.

Connard ! Tu n'as pas intérêt de crever tu m'entends ? Oui j'entendais tes promesses et ce que je voulais entendre. Savoir qu'en quelque sort, nous serons marier symboliquement même dans le Valhalla. Même si nous étions tous les deux attirer d'autres personnes . Que nous partageons nos vies avec d'autres amants.Je serais toujours le premier amour de ta vie.   Et que tu seras le mien. Tu seras toujours la première personne qui m'avait goûter aux petits plaisirs de la vie. Toi et moi c'était toujours , malgré toutes les tempêtes entre nous, car tu l'avais dit toi même. Je suis ton frère. Tu es ma soeur. Nous partageons le même sang . Nous partageons cet amour particulier.Cette magie était l'une des puissances de ce monde. Cette magie allait toujours nous permettre de se retrouver..Peu importe les obstacles de la vie.


 J'étais furieuse, d'accord? Je me suis trop emportée. Je ne pensais pas que t'allais le prendre comme ça, crétin !  Moi j'étais furieux que tu ne partages pas tes secrets avec moi. C'était pour cette raison que je n'avais pas envie de partager les miens. Pour te faire souffrir autant que je l'avais été. C'était aussi pourquoi je m'avais autant impliqué dans ta vie. Dans ta vie amoureuse, dans tes amitiés.. Parce que tu ne me faisais pas assez confiance.  Tu avais peur de mes réactions. Tu voulais les protéger de ce don que Papa appelait : Ma colère et ma facette imprévisible.  

Mais tu voulais aussi nous protéger parce que tu avais peur que je t'abandonne.Comme je venais de le faire !  Mais ce n'était pas le seul dans cette histoire. tu l'étais toi aussi. car tu n'avais pas partager pas tes confidences avec moi. Alors pourquoi je t'aurais dévoilé ou je me trouvais ? Toi  tu  m'avais cachée ou tu allais pendant deux semaines. Jusqu'à temps que je le découvre. Tu avais voulue m'éloigner de toi pour nous pussions nous épanouir chacun de notre coté. Mais ce n'était pas la bonne manière ! Te savoir aussi cachottière, était comme une condamnation sur le bûcher. C'était pour cette raison que moi aussi je m'étais emporté radicalement, en me sauvant comme un lâche.

Tu reviens. Même inconscient tu voulais le dernier mot sur moi. Tu donnais l'ordre de revenir. Même si au moment, j'avais cette envie de te dire au revoir, et te laisser ma mèche de cheveux en souvenir . Il ne fallait pas t’inquiéter. Je n'iras pas au Valhalla sans toi. Et je ne pouvais mourir sans revoir la femme que j'avais épousé. Non ! J'étais un combattant, car Papa me répétait sans cesse . Que fais un Viking? Il combat . Que fais un Viking quand il échoue? Il se relève ! Je lutterais pour avoir ce que je voulais ! Mais qu'est-ce que je voulais ? T'apprendre que les secrets en nous, ils ne devaient plus en avoir.. Que je pouvais être aussi à l'écoute que Varek. Mais je voulais aussi que ça soit le cas pour toi..car moi aussi..


Krane...Il m'est arrivé de te cacher des trucs pour ton bien, et uniquement ton bien t'entends?  Je laissais échapper un grognement quand une de tes larmes tombaient sur mon poignet. Je n'aimais pas te savoir sangloter pour moi, car je préférais que tu pleures pour un autre.De cette manière, je pouvais te réconforter. Te serrer dans mes bras, en te disant que tu n'avais pas besoin des autres.. Tu m'avais moi ! Ensuite dans ton dos je te vengeais , comme je l'avais fais avec Eret. Mais à cet instant, nos secrets m'épuisaient.. Entre mes lèvres , tu pouvais attendre un murmure: Moi aussi..

Krane… Espèce d’idiot, arrête ton numéro… T’es pas mort et je le sais…

Il avait raison..Je n'étais mort. Mais je n'étais pas fort. Parce que vous avez tenter m'enlever ma jumelle. De l'éloigner de moi, surtout toi Donjuan. J'en étais convaincu que tu ferais tout pour me nuire. Que tu avais l'intention que me rendre faible pour m'achever. Mon coeur ruminait encore de la colère envers vous deux .Et un jour, je me vengerais, mais qui m'arrêtera ?  Mais ce que vous saviez pas.. C'est que depuis notre dernière rencontre..Il m'était arrivé quelque chose.Et c'était ce que Darcy et moi partageont dans un pacte du silence.  Mais si tu me dérobais ce qui m'était chers..Et là il n'avait pas seulement ma jumelle en jeu. Tu allais de faire de moi cette bête avec du sang sur les mains. 
Comment osais-tu m'adresser la parole ?Après la pagaille que tu faisais dans ma vie. Tu osais même me prend de haut en me traitant d'idiot. Je ne t'en avais pas donner le droit. Simplement mes amis, pouvaient me traiter de cette manière..Et toi tu n'en étais pas un. 


T’as un pouls, t’es pas mort… T’es même pas proche de mourir… Alors arrête ton cinéma.


Mon coeur battait encore..Même après la mort il battra encore à cause..de cet autre secret mais aussi parce que l'amour que je ressentais pour certaines personnes était éternel. Mais ce que personne avait aperçue était ma plaie profonde que le Grizzili que j' avais abattu a coup de hache, dans les bois avec  Darcy. M' avais sauvagement déchiré la peau. La peau de mon ventre. Cette blessure avait été cousus d'une façon barbare. Les coups de River, avait rompu le fil qui refermait bêtement ma plaie. Donc sous le manteau de fourrure, mon sang se déversait sur le plancher déjà souillé . Donc non, je ne faisais aucun cinéma. Je faisais simplement résister..Tu avais toucher mon cou. J'avais ressentis une sensation froide et désagréable. Certes je ne craignais pas le froid, mais je n'appréciais pas du tout, le fait qu'un ennemi effleure ma peau. Au moment ou tu enlevais tes doigts, j'attrapais brutalement la main de Brunhildr. Serrant fortement ses doigts dans ma main. Elle pouvait sentir une forte pression, voir que mes ongles s'allongeait. Que ma barbe blonde s'allongeait, comme par magie. Mon corps se mettait a trembler, je laissais l'emprise de la main de ma jumelle. 

Mes muscles se contractaient. On voyait des veines apparaîtraient sur mes avant-bras.  Sans prévenir, dans un geste brusque je m’assoyais sur la table. Les yeux grands ouverts.. Je tournais la tête vers mon adversaire et l'adorable momo. Je les regardaient d'un regard aussi glaciale que les mains du mage. Je restais muet. Je me relevais , la couverture que j'avais sur moi glissait sur le sol. Je dévoilais donc des blessures du combat, mais aussi la plaie ouverte. La jumelle pouvait aussi apercevoir un tatouage tribal d'Ours sur mes cotés gauches. Allait-elle le reconnaître ? C'était ma tache de naissance, cet héritage que leur père avait décidé de lui offrir..J avais été recruté ! 

Quand je décidais de faire le premier pas vers la loutre et le mage. Mon corps se balançait de gauche et à droite. Je me sentais mal..Ensuite, je me prenais la tête a deux mains. Je tombais a genoux dans le sang qui souillait la pièce. Heureusement, le Prince avait  une génie pour tout faire disparaître le massacre de l'infirmerie .Je me sentais étourdit. Je Tendais une main vers ma jumelle. 

Mais au même moment, une enfant pénétrait dans la pièce. En apparence, elle était a peine âgée de deux ans. Elle avait une magnifique chevelure blanche et fine. Elle avait un regard bleu nuageux. De ses prunelles tempêtes, elle me dévisageait . Son regard devenait humide . Des petites larmes coulaient sur ses petites joues blanches comme de la neige.  Je la regardais a mon tour, me mordant la lèvre inférieure mal à l'aise. Puis mon apparence physique, redevenait comme auparavant, en voyant la gamine. Elle avait calmer l'ours ! Puis sèchement je lui disais.. Parce qu'elle n'avait pas a être la mais elle avait sauvée la loutre et le guerrier d'un bain de sang..

- Siggy retourne auprès de ta mère..

Mais qui était Siggy ?! Je prenais la main de ma jumelle pour me relever. Je regardais celle-ci , plus la gamine. Je devais aller voir sa mère, elle m'attendait ma chambre..Elle serait là pour me soigner.. et arrêter le sang de couler. Je tirais Brunhildr vers moi..quittant la pièce avec difficulté. 

-Aide moi on doit monter a l'étage..Je dois t'avouer quelque chose.. 

Car leçon en ce jour, nous avons tous du sang sur les mains a cause de nos secrets..

FIN


code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
What is this Krane hair color?
T'es une Thorson maintenant!. Si tu penses choisir ma couleur de cheveux le Viking.
Tu peux aller te gratter!

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Du sang sur nos mains





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Blue Palace