Gravity
FALLS !

de Dyson

Minionement
Vôtre
de Adam & Pitch

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ L'Héritage Perdu ! ☆ Evénement #97
Une mission de Lily Olyphant - Ouverture : 4 juillet 2018
« La Vérité sans Compromis ! »

Partagez | .
 

 Un problème? Appelez Saul Goodman ! [Eulafifimichakikadou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Michel-Ange Turtles


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Andrew Garfield

Ѽ Conte(s) : Teenage Mutant Ninja Turtles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Michel-Angelo - La Tortue Orange

✓ Métier : Livreur de Pizza
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 660
✯ Les étoiles : 9112




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Ven 25 Mai 2018 - 14:50

“Un maison en chocolat ! ”






« C’est le meilleur appartement de tout Storybrooke ! Vous verrez ! Vous vous y sentirez comme chez vous ! »


Observant l’ agent immobilier qui lui semblait un peu véreux sur les bords, Michel-Ange croisa les bras au milieu de l’appartement. Il était vide, mais pour deux, ça ferait parfaitement l’affaire. Cela faisait maintenant quelques temps qu’ils avaient réfléchis. Figue voulait changer d’air, et lui, Michel-Ange en avait complètement marre de ses frères. Il voulait un lieu pour lui. Alors quoi de mieux qu’une superbe colocation avec Figue ? Ils s’étaient lancé dans ce projet, et après quelques disputes, ils s’étaient mis d’accord pour visiter plusieurs appartements. Et celui là semblait parfait ! Bien plus parfait que l’homme qui le regardait avec son dossier sous le bras.

« Alors, il vous plaît ? »


Observant les pièces en détails, ce loft était plutôt grand. Il disposait de 3 chambres, plus un petit bureau, avec une immense pièce à vivre. C’était très lumineux, et agréable. Les tortues, ça avait besoin de lumière. Hochant la tête et souriant comme un débile, comme à son habitude, il déclara :

« Ouais ! Il m’plaît ! Mais faut attendre encore un p’tit peu que ma future coloc vienne ! Elle est en retard. Elle me saoule. Elle saoule tout l’monde en fait. Mais faut pas lui dire. »


L’homme haussa un peu les sourcils et finit par lui dire :

« Ouais, les nanas sont comme ça ! Vous êtes un malade Monsieur Turtles ! Vivre si jeune avec votre p’tite amie alors que la vie est si longue ! Vous vous mettez la corde au cou ! Foi de Sull Goodman ! »


Puis, il le montra avec son index comme si il était dans une publicité. Qui avait pris ce guignol ? Figue ? Lui ? Non c’était Figue, ça pouvait que Figue. Quand les mauvaises décisions étaient prises, c’était toujours Figue. Observant l’homme d’un air surpris, il passa sa main derrière sa nuque un peu gêné.

« C’est pas ma copine, c’est juste ma coloc en fait. »


Sull Goodman l’observa un long moment puis se mit à éclater de rire.

« Bien sûr ! Et si y’a quelques suppléments, ça vous f’ra pas d’mal ! »


Michel-Ange se mit à réfléchir. Oui ca lui avait passé à l’esprit. Après tout, il était magnifique, et Figue aussi. Forcément, ils allaient devoir coucher ensemble. C’était quasiment une obligation. C’était même pas de la logique, c’était de l’instinct de survie. Pour faire des enfants parfaits, fallait bien un parfait et une femme parfaite ! Ca se passerait forcément comme ça. Par contre, Michel-Ange remarqua que cet homme était quand même un gros beauf. On était pas obligé de coucher avec ses colocs ! N’importe quoi ! Il voulut lui faire la remarque, que la porte s’ouvrit à la volée et que deux filles supers complices et surtout supers canons rentrèrent dans la pièce. Elles semblaient ricaner d’un truc qu’elles avaient dit plus tôt, et gloussèrent en l’observant. C’était qui l’autre ? Non parce que l’une, il l’a reconnaissait, mais l’autre ? Ah ! Oui ! Eulalie. Il l’avait rencontré deux fois, et la dernière fois, elle lui avait cassé la gueule. Qu’est ce qu’elle faisait là ? Il n’était pas Sherlock Holmes, mais il l’a vit commencer à regarder les pièces et à se projeter ! Oh ! C’était quoi l’embrouille là ! C’était la coloc de FIGUE et MICHMICH ici ! Pas celle d’Eulalie ! Sans prévenir, il prit Figue par le bras et l’entraîna dans une pièce adjacente.

« Hé ! T’es malade ! On peut pas la prendre avec nous ! Elle est trop bien gaulé ! J’vais saigner du nez tout le temps si elle se balade en sous-vêtements ! T’y as pensé à ça ? Mais non ! Comme d’habitude, MADAME FIGUE A ROW NE PENSE QU’A SES MOUSTACHES ! MADAME EST EN RETARD, GLOUSSE SUR CE BRAVE MICHMICH ET L’IGNORE COMME SI C’ETAIT LA NOUVELLE SA MEILLEUR AMIE ET PLUS LE SUPER GENTIL MICHMICH ! »


Dans l’autre pièce, Sull Goodman leva les sourcils, puis adressa son sourcil le plus charmeur à Eulalie avant de lui dire en tendant la main :

« Et bien ces deux là sont fait pour s’entendre. Si vous cherchez un logement, j’ai un lit à partager… Je plaisante haha ! Sull Goodman, pour vous servir. »






♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Eulalie? Elle l'a mauvaise parce qu'apparemment je sors avec n'importe qui...


Eulalie


« La Vérité sans Compromis »


avatar


╰☆╮ Avatar : Holland Roden

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Une Amazone

✓ Métier : Flic super canon en équipe avec la meilleure : Fifi le Chaton ♥
☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3872
✯ Les étoiles : 4159




Actuellement dans : « La Vérité sans Compromis »


________________________________________ Mer 30 Mai 2018 - 15:08


Pourquoi elle s'énerve la tortue ?
La colocation la plus géniale de tous les temps.


Vivre avec Figue était une expérience aussi enrichissante que déroutante. Ses habitudes étaient à l'opposé de ce à quoi j'avais été habituée. Non pas qu'une telle constatation me dérangeait, mais j'avais du mal à m'adapter, parfois. Le quotidien en sa compagnie était rythmé par des séances obligatoires de dégustation de chocolat ou de toutes autres pâtisseries – choses que j'appréciais même si je lui en laissais la plus grande partie. Souvent, je la couvrais aussi auprès de nos collègues lorsqu'elle ne désirait pas terminer ses heures de travail. Ça me semblait être naturel de lui rendre ce service puisqu'elle acceptait bien de m'accueillir. Et aujourd'hui, une simple sortie avait prit une tournure inattendue. Je n'avais pas encore eu le temps de me faire à cette vie que déjà, elle subissait un changement radical.

« Votre blague n'était pas drôle. »

Abandonnée dans le salon vide, j'avais suivi du regard Michel-Ange lorsqu'il avait attrapé Figue en oubliant toutes règles de politesse. Je me retournais en direction de ce Monsieur Goodman, serrant sa main un peu trop brusquement dans la mienne.

« Eulalie. Et je n'ai pas besoin qu'on me rende de services, merci beaucoup. »

Je le lâchais, m'animant soudainement pour visiter le reste de la propriété. L'appartement était spacieux, agréable. Je l'aimais bien. Il aurait été encore plus plaisant d'en ouvrir toutes les portes afin d'examiner chaque pièce sans les cris remontant à mes oreilles. Il n'était pas très gentil avec Figue, de ce que je percevais. Pourquoi est-ce qu'il parlait si fort ? Elle n'avait aucun problème d'audition à ma connaissance.

J'étais entrée dans la pièce dénuée de meubles où ils s'étaient dissimulés, adressant un regard interrogateur au jeune homme.

« Bonjour. »

Voilà, c'était comme ça qu'il était supposé me saluer, pas en m'ignorant totalement.

« Tu ne devrais pas lui parler comme ça. »

Ce n'était ni un ordre ni une demande, plutôt une constatation. Elle était adorable, il n'avait aucune raison de l'agresser.

« On habite déjà toutes les deux. Je n'ai plus de maison, j'ai été... mise à la porte. » précisais-je avec une moue embêtée, avant de secouer la tête.

Il n'avait pas besoin de savoir tous les détails. Il y avait bien Olympe, mais c'était trop vaste. Trop désert. Je ne voulais pas me retrouver seule. Le fait de me rajouter un autre colocataire ne me dérangeait donc absolument pas. Je le connaissais déjà, en plus de cela, et je l'appréciais. J'espérais juste qu'il éviterait de regarder plus bas que mes yeux de manière trop intense et trop régulière.

« Je ne me baladerais pas en sous-vêtements si cela risque de te causer des dommages cérébraux. Et je prends cette chambre. »

Je jetais un regard global à la pièce, affichant un sourire satisfait. C'était sans doute la plus petite. Je n'avais même pas besoin d'y mettre un lit, en théorie. Je le ferais quand même. C'était sa proximité avec la cuisine qui me paraissait être idéal. Et je ne risquais pas de les réveiller quand je me retrouverais réveillée alors qu'ils dormiraient.

« Est-ce que je suis vraiment ta meilleure amie ? »

Je m'étais retournée subitement vers Figue, intriguée par la réponse qu'elle pourrait apporter. Après tout, je ne m'étais jamais posée la question, j'avais du mal à comprendre les implications de cette notion. J'imaginais que je pouvais la considérer ainsi. C'était celle dont j'étais la plus proche, actuellement.

« J'aime bien cette idée. »

« Alors mesdemoiselles, qu'est-ce que vous en pensez ? »

« Vous prenez les paiements en liquide ? »

Pivotant totalement pour faire face à ce monsieur - comment il s'appelait, déjà ? - j'affichais un air quelque peu perdu. Je ne savais pas comment fonctionnait ces choses-là. Je devais lui donner de l'argent, d'ailleurs ? Je n'avais que des billets. Jules m'avait montré comment me servir d'une carte, mais je n'avais aucun compte bancaire à mon nom.

« Ou en nature ahah ! »

Je fronçais les sourcils, perplexe. Je n'allais pas lui donner des fleurs quand même.

« C'est... encore une plaisanterie. » jugea-t-il utile de rajouter.

« Vous devriez arrêter d'essayer d'être amusant. »

J'avais beau avoir un sourire compatissant, je doutais que ma réplique ait été très bien reçue en vue de son expression.

black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

even if it hurts, even if it's razordeep
I've got no regret because if I could, I'd do it over again. I'm not giving up, not gonna run,
I'll be there when you need me.



Figue A. Row


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Crystal Reed :love:

Ѽ Conte(s) : Le descendant de Cyrano de Bergerac, vous savez, celui qui a le nez qui pousse dès qu'il dit un mesonge. :uh:
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le plus beau, l'unique, le meilleur... Figaro, bien sur. :uh:

☞ Surnom : Fifi (brin d'acier :boulet:)
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1252
✯ Les étoiles : 3993




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Jeu 31 Mai 2018 - 21:14








Une coloc mortelle !


« Bienvenue dans la coloc de l'extrême »


Mon plan était absolument PAR-FAIT. Je ne pouvais pas habité avec Eulalie dans mon château en bonbon et en chocolat. C’était un peu trop tentant, et j’allais finir folle avec autant de sucreries autour de moi. Et même si mon lit à guimauve était extrêmement confortable, il collait un peu à mes cheveux. Alors, quoi de mieux que d’habiter avec les deux personnes ayant le PLUS DE CHANCE au monde de m’avoir auprès d’eux !

MichMich, parce que c’est MichMich et qu’en cas de besoin, je dois TOUJOURS l’avoir sous la main. Et puis, il était marrant, on pouvait faire plein de bêtises ensemble. Et, une personne digne de raison... Eulalie ! Bah oui, faut bien une maman, dans le lot et je pense qu’elle peut en faire office. Mais genre la maman IN trop cool tu vois. Ou la grande sœur responsable. Et en plus... POINT ESSENTIEL, je pouvais aller dormir avec elle pendant qu’elle me faisait des papouilles sur la tête et ça.. CA c’est important.

Je l’avais donc traîné avec moi pour visiter l’appartement. Elle n’avait pas été dure à convaincre, forcément, on ne refusait pas de vivre avec la magnifique, la splendide et la géniale Fifi. En plus, l’appartement était grand, c’était parfait ! Mais voilà.. VOILA THE PROBLEME. Tout le monde veut Fifi trop fort. Je comprends, je peux pas en vouloir à MichMich.

- COMMENT CA ELLE EST TROP BIEN GAULÉE ?!! EH TU LA REGARDES PAS ELLE EST A MOI !! ET TOI T’ES A MOI !! TU LA TOUCHES PAS !!

Et voilà ce à quoi je n’avais pas réfléchis. Il fallait limiter les interactions entre eux ! Ils étaient tout les deux à moi, ils n’avaient pas le droit de me remplacer par l’autre ! C’était pas juste, ils seraient pas assez méchant pour ça, si.. ?

- MAIS SI T’ES TOUJOURS MON SUPER MÉGA TROP COOL COPAIN ! Mais regarde, comme ça, je serais pas obligé de venir dormir avec toi ! J’aime pas dormir toute seule et quand j’essaye de venir dormir avec toi, tu mets du sang partout dans mes cheveux ! Et t’as les mains baladeuses ET PAS QUE SUR MA TETE ! Alors comme ça, la nuit, tu seras pas obligé de me papouiller, ce sera Eulalie qui le fera ! Tu vois, c’est un plan PAR-FAIT ! Parce que je suis trop maligne, eh ouais !

Quelques instants plus tard, Eulalie entra dans la pièce pour nous rejoindre. Et comme une super méga copine, elle prit ma défense. Aaah, je savais que j’avais bien fait de la prendre, elle était de mon côté et je l’aimais comme elle m’aimait. Donc elle est à moi. Compris ?! Personne s’approche d’elle, à par moi.

- Ouiiii, en plus elle prendra toujours ma défense pendant les disputes ! Hein c’est vrai Lalalie que tu prendras toujours ma défense ?!

Je sautillais jusqu’à ses bras, avant de me tourner vers MichMich qui faisait une drôle de tête. On dirait qu’il attendait que son nez saigne, mais que rien ne sortait. Zut, si ça bouche dans le pif, son cerveau va exploser. Mais.. Comme il a pas trop de cerveau, ça ira pour lui non ? Ou il était peut être jaloux. Rooooh.

Pour équilibrer la balance, je sautillais de nouveau vers lui avant de me pendre à son cou à son tour. Comme ça, tout le monde aura eu le super câlin de la super Fifi. Une fois les pieds de nouveau par terre, je me retournais vers Lalalie suite à sa question.

- Bah oui ! Vous êtes tous les deux mes meilleurs amis.. PAR CONTRE !! Si vous voulez pas connaître la FURIE TORNADE FIFI.. Vous êtes mes meilleurs amis A MOI ! A personne d’autre. C’est qu’à moi de moi, d’accord ? Vous allez pas être amis avec d’autre, y’a que moi ! Et vous êtes proches pas trop aussi hein ! C’est moi que vous préférez TOUT LE TEMPS ! Sinon je boude. Et je pleure. Et je fais la grève de la faim. Et je sors plus jamais de son ma couverture.

Appuyais-je en secouant la tête positivement, de grands yeux ouvert au bord des larmes. Je regardais MichMich puis Eulalie, avant de tendre mon petit doigt. Personne brisait ce genre de promesse, s’ils la brisaient, bah ce seraient plus mes meilleurs amis, et ils me briseront le cœur. Et ça.. Et ça.. ET CA C’EST PAS GENTIL.

- Jurez avec votre petit doigt ! Si vous mentez, vous... Mourrez ! Enfin peut être moins radical.. Si vous mentez ou que vous trahissez la promesse, vous... Ne pourrez plus manger de chocolat DE VOTRE VIE !

Là, j’étais sûre qu’ils ne trahiraient pas cette promesse. C’était trop horrible de plus manger de chocolat de sa vie, moi je préfèrerais mourir. Donc, j’attendis que chacun mette son petit doigt. Un... Deux... Trois.. Q.. Quatre ?! Je levais les yeux vers l’homme qui venait de s’incruster dans notre petite discussion. Je le fusillais du regard, avant de me planter en face de lui.

- C’EST PAS POLI D’ECOUTER LES DISCUSSIONS DES AUTRES !! AVEC CA, VOUS ALLEZ NOUS FAIRE AU MOINS UNE REDUC !!

En fait, j’m’en fichais, parce que c’était pas moi qui payait. Comment ça c’était pas prévu de base ? Bah quoi, moi j’ai juste assez d’argent pour survivre, je vais pas en plus payer des endroits où vivre ! Les gens ont déjà la chance de me côtoyer, c’est déjà pas mal ! Mais l’instant d’après, je croisais le regard de MichMich. Il avait suffit d’une seconde pour que la plus grande course poursuite s’engage. Je fusais vers les deux chambres qu’il restait, visant la plus grande avec salle de bain. Poussant MichMich sur le côté, je piquais un sprint vers la victoire.

- DEGAGE ELLE EST POUR MOI !!!

Ouvrant la porte en trombe, je sautais sur le lit, en position étoile de mer. C’était pour moi, c’était la mienne personne ne me la prendrait et certainement pas MichMich. Il serait pas aussi méchant pour me voler ma chambre ? Parce que j’étais sur le lit la première. Et de toute manière, s’il essayait de me la piquer, je viendrais dormir ICI en porte jartelle JUSTE POUR L’EMBÊTER !

- Bon, on s’installe quand ?!


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Au combat des héroïnes, il n'en restera... Qu'une seule !
Et c'est moi, si t'avais pas compris, parce que je suis carrément meilleure que toi sur tous les points. Et je suis plus aimée de tout le monde. Et je suis un vrai chat, et paf, dans ta face ! × by lizzou.

Michel-Ange Turtles


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Andrew Garfield

Ѽ Conte(s) : Teenage Mutant Ninja Turtles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Michel-Angelo - La Tortue Orange

✓ Métier : Livreur de Pizza
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 660
✯ Les étoiles : 9112




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Lun 4 Juin 2018 - 17:02

“OH MON DIEU J'AI TUE EULALIE ! ”







Michel-Ange regarda Figue s’étaler sur le lit et demander quand est-ce qu’on emménageait ? Puis, ses yeux se portèrent sur Eulalie. Dans son regard, on pouvait y lire une profonde réflexion. Puis, finalement, au bout d’une réflexion assez courte, il lui tendit la main avec un sourire jusqu’aux oreilles.

« Personne n’a le droit d’être mis à la porte, surtout maintenant qu’on s’connaît. Ca n’arrivera plus, c’est une promesse ! Bienvenue ma super coloc ! »


*** Le lendemain. ***

« YEEEEEEEEEEEUUUUUUUUUUUUCCCCCCCCCCCHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH »


Hissant un énorme carton dans les escaliers en courant, Michel-Ange le plaça sur la balance improvisée qu’ils s’étaient fait au milieu du salon. Le carton indiquait clairement 170 kg. Ben quoi, merci le mutagène non ? Posant le carton et levant les bras au ciel en signe de triomphe il déclara :

« Et paf ! Remonte ton slibard Eulaloche ! Michmich 1, l’Amazone 0 ! »


Puis, il plissa les yeux pour fixer le tableau à craie. Sur ce dernier, on pouvait y lire le concours de « Celui/Celle Qui Portera le Plus Lourd. » On y lisait clairement :
- Figue : 250g (de chocolaaaaat)
- Michmich 170kg
- Eulalie 648kg

« Quoiiii ? Mais comment on peut soulever 648kg ? »


Tournant la tête, il remarqua qu’elle avait monté son piano. Ah, effectivement. Se grattant la nuque, il effaça les résultats. Elle avait gagné, autant jouer à un autre jeu. Tournant la tête vers ses deux colocs, il remarqua que tous les cartons avaient été montés. Plaçant ses mains sur ses hanches, il remarqua que Figue était encore dans le canapé. Elle avait insisté pour qu’on le monte en premier… Il avait compris pourquoi. Ca ne le dérangeait pas le moins du monde, bien au contraire. Eulalie et lui était assez costaud pour déménager une caserne. Mais c’était par principe. Voyant qu’elle ne bougeait pas, il lui donna un petit coup de pied chamailleur sur les genoux.

« Bouge ton cul, faut vider les cartons ! »


Se dirigeant vers ses cartons, il ouvrit le premier, puis le referma d’un geste sec. C’était sa collection de DVD et de magasine porno vintage. Prenant le carton avec soin, il le hissa sur son épaule et se dirigea vers sa propre chambre, celle située juste en face de celle de Figue. Revenant au pas de course, il en ouvrit un deuxième. Oh ! Ses nunchakus ! Cela faisait tellement longtemps ! Les faisant tournoyer, il monta sur le canapé en beuglant :

« YATTTTTAAAAAA »


Voyant que toutes les deux étaient occupées, il les jeta sur la moquette. Il les rangerait plus tard. Se mettant accroupi, Michel-Ange observa un petit moment le carton où l’on pouvait lire « ATTENTION PROPRIETE EXCLUSIVE DE FIFI NE PAS TOUCHEY ». Roulant des yeux, il l’ouvrit sans ménagement et…

« WAOUWHHHH ! »


Se tournant vers les filles, l’ancienne tortue pointa l’arme de service de Figue sur Eulalie en ricanant.

« Haut les mains, canaille ! »


PAN. La détonation retentit dans tout l’immeuble et la balle partit droit vers l’Amazone. Lachant l’arme, ses mains attrapèrent ses cheveux et il commença alors à pleurer à chaude larme, au bord de la crise de panique :

« J’AI TUE EULALIE ! MON DIEU J’L’AI TUE FIGUE PARDONNE MOI J’VOULAIS PAS ! »






♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Eulalie? Elle l'a mauvaise parce qu'apparemment je sors avec n'importe qui...


Eulalie


« La Vérité sans Compromis »


avatar


╰☆╮ Avatar : Holland Roden

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Une Amazone

✓ Métier : Flic super canon en équipe avec la meilleure : Fifi le Chaton ♥
☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3872
✯ Les étoiles : 4159




Actuellement dans : « La Vérité sans Compromis »


________________________________________ Jeu 7 Juin 2018 - 21:30


I'm a survivor !
I'm gonna make it, I will survive.


J'avais très mal, d'un coup. Ça ne pouvait pas être dû aux nombreux cartons portés ou même au piano – il était encombrant et difficile à passer dans les couloirs, mais son poids n'était pas un problème. Je ne ressentais jamais la moindre courbature. J'étais habituée à pire comme exercice physique. Alors pourquoi... pourquoi est-ce que j'avais très mal ?

« Je ne suis pas morte. »

C'était un fait. Il ne m'avait pas tué. Il ne le pouvait pas, aussi fort puisse-t-il être. Parler me fit néanmoins grimacer alors que, par automatisme, ma main se portait à mon ventre. C'était poisseux. Je connaissais ça. L'odeur, aussi. Et je comprenais un tout petit mieux d'où venait la douleur, faisant le lien avec la détonation et l'arme à même le sol. Mes yeux se baissèrent pour voir le sang s'accrocher à ma main à travers le tissu. Ce n'était pas agréable. Je fronçais les sourcils, déliant mes doigts.

« Tu as fais un trou dans ma robe. »

J'ignorais ce qui me poussait à faire cette constatation. Ma respiration s'accélérait et j'avais chaud, d'un coup. Mais je n'aimais pas ça. Ce n'était pas profond, je le sentais, ça n'avait rien touché. Mon rein y avait échappé de peu. Je tenais encore sur mes jambes. Même si elles tremblaient. C'était la première fois qu'on me tirait dessus. La première fois qu'on me touchait, surtout. La première fois que je saignais autant. Je m'en sentais à la fois étrangement enthousiaste et dérangée.

Figue s'était précipitamment levée pour retirer la main que je tenais contre la plaie, y mettant ses doigts sans réfléchir plus longtemps. Est-ce qu'elle avait une formation d'infirmière que j'ignorais ? Ou est-ce que c'était juste un drôle de fantasme qu'elle réalisait ? Elle s'acharnait, la gêne que ça me procurait ne m'aidant pas à rester indifférente à ce qui se passait.

« MAIS VOUS AVEZ CRU QUE VOUS ALLIEZ ME BERNER AUSSI FACILEMENT ? »

Son cri m'arracha un sourire. Elle prenait la situation pour une farce, ce qui était le cas, sans doute, d'une certaine façon. Pourtant, ni Michel-Ange qui continuait de pleurer, ni moi, ne prirent la peine de lui annoncer joyeusement que tout était faux. Parce que ça ne l'était pas. Son visage se décomposa. Elle était bien trop pâle, d'un coup. Elle ne bougeait plus. Qu'est-ce qui lui arrivait ? Je la regardais avec plus d'inquiétude que je n'étais concernée par mon propre état alors qu'elle tombait au sol sans dire un mot de plus. Elle venait de faire un malaise ?

« Je... »

C'est que ça faisait vraiment mal.

« Elle n'est pas morte. Elle est tombée dans les pommes. Michel, s'il te plaît, arrête de paniquer. »

Pourtant, la situation était bien trop déroutante pour qu'il puisse avoir une autre réaction que celle-ci.

« Appelle une ambulance au moins ! Pour Figue ! »

Le fait de la voir ainsi m'angoissait. Je ne voulais pas qu'elle aille mal. Surtout pas juste parce que j'avais... une grosse égratignure. J'avais voulu me baisser pour me mettre à ses côtés mais ma peau se déchirait au moindre mouvement. Le mieux était de rester stoïque. Je lâchais peut-être quelques larmes, mais c'était à cause de Michel-Ange qui n'arrêtait pas à côté de moi et qui arrivait à me faire ressentir son stress d'une façon remarquable.

« Qu'est-ce que c'est que ce bordel ? »

Sauvée par le garde. Si au départ, j'avais préféré éviter de le convier, même si son pouvoir de téléportation aurait été des plus pratiques pour déménager, j'avais supposé que l'appeler était la meilleure des choses à faire.

« Qu'est-ce que t'as fait ? »

Moi ? Rien du tout ! Il ne le voyait pas à mon air désemparé que je n'étais pas le moins du monde responsable de ce qui se passait dans cette pièce ? Il avait l'air aussi perturbé que nous. J'aurais dû faire appel à Apollon. Ou bien à Athéna, elle était beaucoup plus mature. Et elle savait gérer les blessures avec efficacité. Elle n'avait jamais été jusqu'à m'enfoncer son épée dans le ventre, mais elle aurait peut-être dû pour me montrer ce que ça faisait.

« Enlève la balle. »

Je grinçais des dents, m'appuyant de ma main libre sur le bras du canapé. Je ne pourrais pas cicatriser tant qu'elle serait à l'intérieur, pas de façon efficace, et j'avais essayé de l'attraper sans y parvenir. C'était déjà assez difficile comme ça, si il était là, autant qu'il se montre utile.

« Quelle balle ? Où ça ? »

Si Basile était adorable en temps normal, j'avais parfois très envie de le secouer dans tous les sens. Il avait été capable de m'empêcher de perforer le corps de Balthazar à coups de flèches, mais il se montrait très lent à comprendre ce qui se passait, là, tout de suite. Ma main pleine de sang alla agripper la sienne, la plaçant pile à l'endroit où je commençais doucement à souffrir le martyr.

« Oh putain, je vais faire un malaise moi aussi ! J'ai pas fais médecine ! »

Il fermait les yeux en mettant la tête en arrière, ne regardant même pas ce qu'il était en train de faire. Parfait. J'avais appelé le pire des soigneurs possibles. Basile savait garder des secrets, il n'avait rien dit pour ma crise de la dernière fois, tout comme il ne raconterait à personne ce qui se passait ici. Il était plus prudent que les dieux, tout comme Hypérion, ignore qu'un humain avait tiré sur ma personne – pire, qu'il m'avait touché. Je n'avais pas pensé à l'éviter. Je n'imaginais pas qu'une telle scène puisse se produire, en réalité. Je n'en avais pas honte, c'était au contraire une expérience qui m'apprendrait à être plus prudente, à l'avenir. Tout comme elle me permettait de savoir ce que ça faisait, de recevoir une balle. Mais... Il était mieux qu'ils ne le sachent pas quand même.

« Faut que tu choisisses mieux tes fréquentations tu sais. »

Je lui adressais un regard noir qui le fit se taire immédiatement. Il s'appliquait du mieux qu'il le pouvait, je n'allais pas aller jusqu'à le gifler, mais il n'avait pas le droit de critiquer les personnes avec qui j'habitais maintenant. Ni celles avec qui j'avais pu habiter avant.

Je sentais clairement qu'il finissait par parvenir à faire ce que je lui avais demandé, me mordant l'intérieur des joues alors que la balle sortait. C'était aussi désagréable que se faire lécher la main par Grand Sourire. Peut-être moins, cela dit. Ce n'était pas aussi écoeurant.

« Bingo ! Je gagne quoi ? »

« Tais-toi. »

Ma main s'accrochait à lui un peu trop fortement, le faisant grimacer lui aussi. Quel spectacle nous devions être en train de donner. Je respirais plus profondément, libérée par l'absence de ce corps étranger dans mon organisme.

« Est-ce que je dois désinfecter avant de mettre... quelque chose ? »

C'était sans doute une question stupide. J'étais tellement habituée à m'occuper des blessures des humains que ça me paraissait logique, mais je ne risquais pas de tomber malade ou de devoir me faire amputer. Je finissais par déchirer un bout de ma robe, plaquant de manière un peu trop brusque le tissu contre le trou que j'avais à présent dans le ventre. Même si le plus gros était fait, ça ne s'arrêtait pas de saigner.

« Je vais bien. Tout va bien. »

Je n'étais pas certaine que ça suffise à rassurer mon nouveau colocataire mais je ne voyais pas quoi dire d'autre. Sentant que mes jambes avaient envie de se reposer, je me laissais simplement glisser par terre, m'adossant maladroitement contre le canapé. Le sol était relativement confortable. Je m'en contenterais pour l'instant.

« Basile, Michel-Ange. Michel-Ange, Basile. C'est... un ami, déménageur, taxi, garde d'Olympe. »

Voilà, ça, ça aiderait à détendre l'atmosphère. Les présentations rendaient toujours plus légères les conversations.

« J'aime pas trop quand tu me présentes comme ça. »

Je l'ignorais, lui indiquant Figue d'un geste de la tête. Et même si il n'aimait pas ça, il était foncièrement serviable et gentil. C'était ce que j'appréciais chez lui. Avec sa franchise parfois déplacée. Il ne tarda pas à la porter pour la remettre sur le canapé alors que je n'osais toujours pas bouger. J'étais très bien ici, à attendre. C'était moins douloureux.

« Elle va bien ? »

Il afficha une moue, haussa les épaules, sans doute incertain.

« D'accord... Un verre de lait. Une tablette de chocolat. Un plaid. »

« T'es sérieusement en train de me faire ta liste de courses ? »

« Peut-être. »

Je souriais du mieux que je pouvais en le regardant alors qu'il secouait la tête. Il disparu un instant, mais je savais qu'il allait revenir rapidement.

« Je crois que tu ne devrais plus t'amuser avec ces choses-là. C'est dangereux. Tu aurais pu te faire mal. Ou lui faire mal, à elle. »

Je ne lui en voulais pas. Ce n'était pas... c'était de sa faute, si, mais ce n'était pas grave. Il avait dû davantage se faire peur à lui-même. J'avais de la chance, d'être résistante, plus encore d'être une créature titanesque, mais les choses auraient pu déraper de manière bien plus violente. On devrait interdire les armes à feu dans cette maison, en fait. C'était plus prudent.

« Figue réclamera sûrement un nombre incalculable de câlins quand elle se réveillera. Elle va être traumatisée. J'espère que tu es prêt. »

Elle était l'une des premières que j'avais rencontré dans cette ville, ou plutôt l'une des premières avec qui j'avais tissé un lien assez fort et, sans vouloir me vanter, je ne pensais pas me tromper. Elle allait sans doute enchaîner les crises de larme entre plusieurs cris de panique et probablement refaire un malaise peu après le premier.

« Merci beaucoup. »

Basile était revenu, nous observant tour à tour avec une sorte d'incompréhension et de jugement dans le regard. Il avait recouvert le corps de Figue du plaid, avec toute la douceur qui le caractérisait. C'était presque... mignon. Le verre de lait avait été posé non loin et il n'avait pas ramené une, mais deux tablettes de chocolat. Il avait même apporté des bandes qu'il me tendit avec une moue gênée.

« Tu veux que... ? »

« Non. Je me débrouille. Merci. »

C'était vraiment le meilleur des gardes.

« Tu tires encore une fois sur elle et tu finiras en prison tout là-haut. »

C'était une menace plutôt justifiée, je suppose ? Comme si Michel-Ange n'était pas déjà assez en panique...

« Je reste à la porte. Je vous surveille. »

Il ne mentait pas. Il s'était vraiment mis à l'entrée de l'appartement, sortant son portable de son armure – elles avaient des poches ou il le cachait à des endroits bizarres ? Je n'étais pas sûre d'avoir envie de le savoir.

« Le chocolat, ça devrait l'aider à se réveiller. »

Elle réagissait toujours en présence de nourriture. Et si ça ne suffisait pas, il était toujours temps d'appeler une ambulance, ou de faire appel à Taxi Basile.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

even if it hurts, even if it's razordeep
I've got no regret because if I could, I'd do it over again. I'm not giving up, not gonna run,
I'll be there when you need me.



Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Un problème? Appelez Saul Goodman ! [Eulafifimichakikadou]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville