Magic
League 3

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

AWARDS :
Rentrée 2018
de Eulalie


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 Evénement #95 : Minionement vôtre [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage

Gru


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


Ѽ Conte(s) : Moi, Moche et méchant
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Gru

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10
✯ Les étoiles : 500




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 29 Juin 2018 - 15:23

Minionement vôtre
Mission impossible : rien ne l'est.
Je suis dans la grande salle. Après ce message diffusé, je bouillonnais. Ils ne pouvaient faire ça ! Ils allaient le payer et nous allions trouver les coupables. Je ferais tout pour les trouver ! Ils n'allaient pas anéantir tout ce que j'ai mis autant de temps à construire. Nous étions respectés, nos services étaient devenus une agence connu à travers le monde, réputé, je pouvais choisir nos missions, je pouvais être à la tête et faire ce que je voulais. Ce travail était important, même si le reconnaître me faisait chier. ça me rappelait une époque où avec Lucy nous avions travailler ensemble, mais c'était bien révolue, c'était du passé, un passé lointain. Aujourd'hui, tout avait été reconstruit, tout et certaines personnes avaient décidé de me l'enlever. Agnès serait là, elle aurait bien volontiers participé à trouver qui était derrière toute cette mascarade.

Je voyais les efforts de mes employés. Ils travaillaient, toutefois, pas assez vite à mon goût. Je donnais une nouvelle fois l'ordre d'accélérer, les attaques semblaient s'être calmer. Nous avions rapatrier pas mal de personne atteinte par cette arme. D'autres étaient allés vérifier les différentes adresses où les deux ennemis auraient pu être localisés. Je levais un sourcil en voyant un point rouge sur la carte. Je m'adressais à l'un de mes employés, lui demandant quel était ce point et est-ce que des personnes avaient été envoyées. Il me répondit que non, mais pourtant le point disparu. Je fronçais des sourcils et m'éloignais de la salle de contrôle pour m'adresser à l'agent Bob que j'avais vu se diriger vers le laboratoire.

Arrivé à destination, tout ce que je trouvais était une pièce vide. L'agent m'avait vu et se stoppa en me voyant, baissant légèrement la tête, prêt à recevoir ma colère.

"OU sont-ils ?" lui demandais-je furieux.

Il m'indiqua le fameux point sur la carte, leur localisation. Il m'expliqua que tous étaient occupés et que ça lui semblait être une bonne idée, sachant que Adam était avec qu'eux. Je grognais à son explication et poussais un long soupire d'agacement.

"Espérons pour vous trois" commençais-je en pointant les trois agents devenus humains. "Qu'ils ne leurs soient rien arrivé, si l'un d'eux meurent, ils risquent de ne jamais retrouver leur véritable corps. Vous êtes inconscient !" m'agaçais-je, désespéré.

Je repartis de nouveau dans le grande salle, essayant d'établir le contact avec eux, mais rien. Je serrais les points et je composais un numéro. Après tout l'effectif était déjà réquisitionné. Alors que je passais mon coup de fil, l'un de mes agents me signala quelque chose. Je vins regarder son écran et mes yeux ne purent s'empêcher de s'écarquiller. Alors ainsi cela expliquait cela. Je sentis ma colère montée réellement en moi. Je griffonnais l'adresse indiquée et partie sans plus de cérémonie vers la sortie. Il était temps que je règle les choses moi-même. La seule question qui me vint à l'esprit était "pourquoi" ?

Une fois dehors et dans ma voiture requin, je me dirigeais vers la maison notée en adresse sur mon bout de papier. Mon mécontentement, ma frustration, ma colère ne faisaient que grandir au fur et à mesure de mon avancement. Les trois agents les plus fidèles qui soient avaient essayé de me dissuader d'y aller surtout sans eux. Chose que l'un n'avait pas respecté puisqu'il se trouvait avec moi. Je grognais une nouvelle fois. L'agent S se trouvait ici à mes côté, je lui lançais un regard noir.

La maison en vue, je m'arrêtais, rentrant dans la voiture devant moi, sans y faire plus attention. Je dégainais mon arme, je me doutais qu'il n'y aurait personne, mais je fis le tour, pour trouver une meilleure entrée plus discrète au cas où. Je rentrais dans le jardin, l'agent S sur mes talon, il ne pouvait s'empêcher de toucher à tout. Je râlais et lui dis de faire du silence. Nous entrons par la baie vitrée, après l'avoir découpé le plus silencieusement possible et pénétrons dans le salon. Il ne semblait pas avoir grand monde, elle semblait vide, même de tout objet réellement personnel, je n'étais jamais vraiment venu ici, j'aurai sans doute du, d'ailleurs cela me semblait étrange maintenant que j'y pensais.

Le silence était roi bien trop à son goût. Nous montions à l'étage. Une porte était en entrouverte. J'y allais le plus doucement possible, je fis signe à mon Agent S, de se mettre bien derrière moi, pour me couvrir. Au bout de trois, j'y entrais, personne. S'était une chambre, un cadre se trouvait sur la commode face au lit, bien le seul, je m'y approchais et le regardais, mon froncement de sourcil se fit plus prononcé. Quelque chose me semblait bien trop familier, plus que je ne l'aurais cru.

D'un coup, la porte claqua. L'agent S, essayait de l'ouvrir sans succès. Un son de spray se fit entendre, je relevais la tête vers la conduit d'aération. Une fumée s'émanait et se répandait dans la pièce.

"Couvre toi avec du tissus, essaie de ne pas la respirer, le moins possible" déclarais-je en allant vers la fenêtre pour tenter de l'ouvrir. Mais bien sur le piège avait été parfait et j'avais plongé directement dedans. Ma manche me faisant office de couvre chef, je tentais, je prie mon arme et tirait, mais une sorte de champ l'empêcha de fonctionner. Il aurait du le savoir.

Je sentis le sommeil m'envahir, je vis mon comparse dans le même état et sans pouvoir y faire grand chose, nous nous écroulions.

Je ne savais pas combien de temps, j'étais resté dans l'inconscience, je me sentais vaseux, j'ouvris difficilement les yeux. Une forte lumière m'agressait le visage, bien trop proche de moi, pour m'éviter de réellement voir ce qui se trouvait autour de moi. Je tentais de m'y habituer. Un mal de crâne bien présent, je grimaçais. Je tournais la tête vers ma droite et une autre lumière y était, un autre corps attaché à une chaise comme moi, je distinguais juste un costume. La lumière m'empêchait d'avoir une vision assez net. Je tournais la tête vers ma gauche aucune lumière pourtant dans la mienne une ombre s'y reflétait, et je compris bien vite qu'il s'agissait de mon fidèle acolyte. Je regardais à présent devant moi.

"Montrez-vous ! La partie est terminée, je vous ai démasqué !"
(c) sweet.lips

Inspecteur G


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Matt Smith <3

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5
✯ Les étoiles : 200




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 29 Juin 2018 - 21:12


Minionement vôtre

Inspecteur G à la rescousse ! enfin je crois...



Quelques heures plus tôt.

"Je suis en position !"Informais-je la personne qui m'écoutais, j'étais en effet bien caché entre une plante verte et un poteau de pierre, personnes ne semblait faire attention à moi ce qui prouvait que j'avais bien choisi ma cachette et que j'aurais aucun mal à accomplir ma mission. Les cibles était en vue parmi les autres gens présent dans la pièce, ils ne se doutaient de rien mais moi j'étais prêt. Tout d'un coup alors que l'homme nommer Gru était en plein monologue pour présenter sa nouvelle arme, les lumières s'éteignirent et se fut le chaos dans tout la pièce."Essaie de voir si tu peux rallumer les lumières, je passe à l'action."Je sortait une lampe torche de ma poche que j'allumais avant de me mettre à courir rapidement pour traverser la pièce, mais un sac qui se trouvait sur mon passage me fit trébucher et je tombais au sol évitant de justesse un rayon de lumière. Quand je me redressais enfin la lumière était revenu et je ne voyait plus les cibles."Cibles perdu, je répète cible perdu."J'écoutais la réponse de mon interlocuteur avant de repartir dans l'autre sens en courant le plus rapidement possible, zigzaguant entre les gens qui quittait l’endroit en courant.


"L'arme à été volée comme prévue, je m'en vais suivre notre prochaine piste."Une fois sortie de l'agence je sautais derrière le volant de ma voiture, la démarrait et quittait l'endroit rapidement, la partie n'était pas encore fini.

Quelques minutes avant l'explosion.

"Bien arrivée au coordonnées transmise."Je pointais ma montre en direction du bâtiment pour le scanner, je baissait les yeux pour observer le résultat, plusieurs point rouge était présent, huit point vert et un point jaune."Tout le monde est à l'intérieur, il est temps de passer à l'opération dentifrice."J'avançais d'un pas quand un énorme bruit secoua entièrement la bâtisse et fit trembler le sol, une explosion ! Il y avait eu une explosion. Sous mes yeux le bâtiment trembla avant de s'écrouler tandis que je voyait des gens sauter par la fenêtre, ni une ni deux je criait assez fort tout en me précipitant vers la fenêtre et en tirant sur un bout de mon manteau" Go-Go ! Gadget-au-matelas !"Je me jetais au sol tandis que mon manteau se gonflait."Ouch ! Aïe... c'est vraiment pas pratique."Commentait-je tandis que tout le monde m'atterissait dessus, le problème était que tout était tellement gonflé que tout le monde rebondit sur moi avant d'aller s'écraser sur le sol, ce qui fait que tout le monde venait de perdre connaissance."Saperlipopette !"Je me relevais en titubant légèrement, une main sortant de mon chapeau pour se poser sur le sol et m'empêcher de tomber sur le côté, je secouais la tête très rapidement de gauche à droite et mon manteau reprit sa taille normal.

L'arme qui avait été volé était sur le sol, je m’empressais de la récupérer tandis que des grognements m'indiquait que les autres reprenait peu à peu connaissance, j'observais un type qui n'avait pas l'air commode se relever, il regarda autour de lui avant que ses yeux ne croise les miens."Qui êtes vous ? Ou sont les méchants."J'affichais un grand sourire tandis que je secouais l'arme dans tous les sens avec un grand sourire aux lèvres, je pointais un doigt en l'air."Je suis l'inspecteur Gadget ! Ici pour vous aider, les méchants ont réussi à s'enfuir."Une jeune femme aux cheveux rose se releva, elle n'avait pas du tout l'air commode et son bras droit avait une drôle de tête, était-ce normal ? Non on avait dû surement le lui disloquer."Si vous êtes ici pour nous aider pourquoi vous n'êtes pas en train de poursuivre ces deux imbéciles ?"Je m'avançais dans sa direction, je sortais un petit bâton de ma poche que lui coinçait dans la bouche, j'attrapais des deux main son bras tandis qu'une troisième main elle tenait l'arme pour ne pas la perdre.

"Ne vous en faite pas, je sais parfaitement où se trouve les deux agents qui ont volé l'arme, nous l'avons enfin trouvé, nous nous y rendrons dans les minutes qui vont suivre."Tandis que je m'expliquais auprès du petit groupe je remettais en place le petit bâton dans la bouche de la jeune femme avant de lui remettre son bras en place, elle émit un gémissement de douleur et je lui tapotais le bras récemment remis en place pour la calmer."Depuis quand savez vous qui ils sont ?"Lui même semblait savoir à qui ils avaient à faire, je lui fit un grand sourire."Nous somme à leur poursuite depuis plusieurs mois à présent, ce n'est pas la première fois qu'ils causent le chaos, nous espérons cette fois-ci pouvoir les arrêtés."Un bruit de moteur attira mon attention, je tournais la tête pour voir un bus rouler dans notre direction avant de freiner non loin de nous, un jeune garçon se trouvait au volant et il semblait attendre patiemment quelques chose, la porte du bus s'ouvrit soudainement et un homme avec un pendentif ourson en sortie pour nous faire de grand signe, apparemment nous devions tous les rejoindre et monter à bord de ce bus.

"Oooh transport ! Parfait, allons-y !"Je commençais à marcher rapidement quand une voix me stoppa, j'écoutais attentivement ce qu'on m'expliquais avant d'hocher plusieurs fois la tête."C'est pas malin ! Très bien je note et je vais en informer les autres, merci Penny."Je me tournais en direction des cinq autres personnes."Apparemment Gru et l'un des agents ont été kidnappée, par chance ils sont été emmener là où nous nous rendons."Toujours voir le bon côté des choses, je reprenais mon chemin pour me diriger vers le bus tandis que les autres me suivait, je me décalais pour les laisser entrer."1...2...3...4...5 ! tout le monde est là c'est parfait."L'homme aux cheveux en bataille fronça les sourcils avant de compter les autres une fois de plus avant de me fixer du regard, il n'avait pas l'air très bien, était-il malade ?."Un problème mon ami ?"Il se mit à parler à tout vitesse dans un langage des plus incompréhensible en agitant six doigts sous mes yeux, oui, il était certainement très malade."Ne vous en faite pas mon ami, nous trouverons de quoi vous soigner, je vous le promet."Je lui tapotais l'épaule de ma main gantée en espérant qu'il n'était pas contagieux avant d'attraper l'arme que j'avais récupéré pour la pointer en direction des autres.

"Je crois que notre ami est très malade, je ne sais pas de quoi il en retourne mais sachez qu'on l'aidera et si il est contagieux on vous aidera vous aussi."La jeune femme au cheveux rose qui grattait l'oreille de son chat leva les yeux pour observer le malade avant de jeter un coup d’œil en direction de ces petits camarade."Mais non pauvre imbécile, il est en train de vous dire qu'il manque l'un d'entre nous, mon corps à disparue"J'appuyais sur l'un des boutons de l'arme, un jet de lumière se lança dans la direction du groupe, ça devrait être assez efficace pour les aider dans leur problème d'apparence."Penny il semblerait qu'un corps est manquant, je ne comprend pas pourquoi on volerait un corps, mais tiens moi informé si tu le retrouve."J'entendis des bruits de clavier dans mon oreille avant qu'elle ne prenne la parole."D'accord, très bien. Votre corps se trouve là où se trouve les méchants, essayer quand même à l'avenir de pas perdre un corps, c'est vraiment pas pratique."Je m'installais sur l'un des sièges et le véhicule démarra rapidement, je transmettais l'adresse aux jeune homme qui hocha simplement la tête, il était temps de régler cette affaire.


Code by Fremione.


Adam B. Parker


« Je suis le plus minion de tous les tics tacs ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Max Greenfield

Ѽ Conte(s) : Film d'animation ; Moi, moche et méchant
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le chien Brutus

☞ Surnom : Charlie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 517
✯ Les étoiles : 53525




Actuellement dans : « Je suis le plus minion de tous les tics tacs ! »


________________________________________ Sam 30 Juin 2018 - 13:58

Minionement vôtre
Evènement #95



Imaginez une musique de Jmes Bond ! Entre combat, Sauvetage, défense, attaque, prêt à démordre ! Leur mission actuelle ! Attraper les vilain pas beau ! Adam avait pu les observer pendant qu'il se prenait des coups, où qu'il défendait la veuve et l'orphelin, enfin surtout la princesse en détresse , qui commençait à l'irriter et bien plus encore, si il n'était pas concentré sur leurs ennemis. Et plus, il réfléchissait, plus il les voyait et plus son agacement était palpable. Alors pour se défouler malgré qu'il en recevait aussi, il donnait coup sur coup, tirait, envoyant valdinguer toutes cet amas de personnes pitoyable ! "Strikee!" "oh loupé !" "oh ça fait mal" "ah non j'ai rien senti" "Merci corps de Aster" "Buuuut" "prend toi ça dans ta gueule !" "Oh yeah la classe baby" "petiiite poneyyyy veux tu être mon ami ?" "Tu es mort Dada!" "Vous ?!"

Mais des bips se firent entendre. Il était à présent aux côté de Aster enfin de lui, bref, il essuya le sans qui coulait du coin de ses lèvres. Le James Bond en eux rentra en action, et tel de valeureux hommes, ils coururent et sautèrent à travers la fenêtre, faisant un saut de l'ange ! Très vite amortie par une poupée gonflable, surpris, ils avaient été tous pris de court et leur atterrissage se fit sentir, sa tête cognant lourdement, il perdit connaissance. Décidément, il n'aura jamais autant dormi de sa vie.

Quelques instants plus tard, il ne saurait dire combien de temps, il avait perdu connaissance, il se réveilla et regarda les alentours avant de tomber sur un homme, lui demandant qui il était. Des échanges survinrent, alors ainsi il enquêtait depuis un moment sur eux, il était vrai que ce n'était pas la première fois que G se heurtaient à eux, il était temps d'en finir, il ne pouvait qu'être d'accord. Il s'était entre temps relevé et avait grimacer au moment de la remise du bras pour la jeune femme qui était possédée par un homme, ça sonnait étrange, il aurait pu le dire tellement autrement pour sonner perversement, enfin ça s'était un autre débat.

Un bus arriva et il vit l'agent K et B, il en sourit heureux de les revoir, mais bien trop déterminé pour plus d'excitation. Il entra dans le bus, avant de comprendre que ce que son comparse disait, Pitch fille répondit tout bonnement. Il manquait en effet quelqu'un. Mais avant qui'l n'ait pu dire autre chose le rayon le percuta et tout au long du trajet, il se sentit complètement absent, incapable de parler ou faire quoique ce soit, il ne voyait même que du noir, comme si il était aveugle sur un moment défini.

Il sentit le véhicule se stopper. Adam cligna plusieurs fois des yeux, sentant un mal de crâne et quelques que nausée, pourtant il n'avait pas de problèmes avec les transports. Mais alors qu'il se leva et descendit du bus, il constata en grattant sa soi-disant barbe, qu'il en avait plus. Oh, il se regarda, se palpa, sa tâtonna, tourna même sur lui même, avant de faire un grand sourire, l'expérience fut bonne, mais il était heureux de se retrouver. Quoique ? Nooon, il en oubliait presque pendant un instant leur autre mission. Mais très vite, une lumière le fit se stopper et il regarda dans la direction de où elle provenait. D'une petite fenêtre vers la terre tout en bas de la maison, comme si une cave y était. Il détailla la maison et put voir qu'elle était sur deux étages, enfin trois si l'on comptait peut-être le grenier, enfin il pensait que ça pouvait être le grenier. Il regarda l'inspecteur s'approcher de la maison. Il le suivit également, ainsi que le petit groupe, il était temps de libérer Gru, S (car oui il avait compris que s'était lui) et la jeune fille en homme. Il n'avait pas été spécialement heureux d'apprendre que G avait été kidnappé, malgré sa non surprise, ça devait arriver un jour, mais son sentiment le rendait bouillant sans le comprendre.

L'inspecteur actionna la poignée et elle s'ouvrir. Adam pensait qu'ils étaient dans un film, bien étrange que cela soit trop facile pourtant, il était à présent dans l'entrée comme le reste du groupe, l'inspecteur avait fait le tour par l'extérieure au final. Adam se tourna vers les autres.

"Vaudrait mieux que nous nous séparons pour couvrir plus d'espace" dit-il avant de rajouter "je vais aller voir à l'étage, il y a la cave aussi" continua-t-il pointant une porte qu'il imaginait très bien comme le passage pour y accéder. Il trouvait la maison anormalement calme, ses oreilles semblaient un peu perturbées après tout, être de nouveau dans leur corps demandait un temps d'adaptation. Il monta silencieusement les marches et une fois en haut sur sa droit un long couloir avec plusieurs portes. devant lui une autre et une sur sa droite. Il se décida d'aller sur la droite et en l'ouvrant, une sorte de réserve ou buanderie se présenta à lui. Alors qu'il l'a franchi la porte se ferma rapidement derrière lui, il essaya de l'ouvrir sans succès. Une radio se déclencha semblant lui donner un filet de lumière.

"Daddy ! Mum ? Vous êtes là ?" et un cri de peur se fit entendre avant que trois rire se fassent entendre par la suite, riant aux éclats. Adam essaya d'observer la pièce et tomba sur une poupée de chiffon, il avait presque faillit sursauter. Les voix semblaient joyeuses. Il regarda la poupée de plus près, il devait halluciner, elle avait cligner des yeux. Enfin halluciner ? Lui qui avait vu des jouets prendre vie...ou pire encore. La pièce semblait se dérober sous ses pieds, il avait le tournis, il se raccrocha à une étagère. Maudit soit cette maison, il ne pouvait prévenir personne de faire attention, même si ce fut l'évidence même ! Leurs ennemis étaient créatifs, bien sur que oui, s'étaient bien eux !

fait par Blueberry


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18323-termine-mi-chien-mi-p http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18997-un-toutou-modifie-ca-vous-dit

Fitzwilliam Darcy


« Comment est votre blanquette ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Armie Hammer

Ѽ Conte(s) : Orgueil & Préjugés
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mr. Darcy

✓ Métier : Docteur en Amour
☞ Surnom : Gwen
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2841
✯ Les étoiles : 30191




Actuellement dans : « Comment est votre blanquette ? »


________________________________________ Sam 30 Juin 2018 - 20:43




Tout ce qui est petit est Minion et tout ce qui est grand est...

Bru le sauva des chocs électriques. L’esprit de Darcy était vide, un étau enserré son crâne. Les décharges l’avaient transformé en légume, enfin temporairement. Son cerveau ne resterait pas éternellement embrumé par l’électricité, normalement…
Fitzy resta assis sans rien faire, les bras branlants. Il clignait des yeux mais voyait toujours flou. Les sons environnants semblaient sourds à ses oreilles, c’était un brouhaha dont il ne pouvait distinguer les bruits le composant.
Soudain, quelqu’un lui atterrit dessus, tout le poids de la personne pesa sur son torse. Sa respiration fut brièvement coupée et sa tête cogna une énième fois sur le sol. Cette fois-ci, c’est l’arrière de son crâne qui percuta les dalles. Cela eut l’effet de lui remettre les idées en place. Sa léthargie passa et il se demanda souvent où il était. Il vit le visage de Pitch, Pitch qui renfermait l’esprit de Bru.
Il lui baragouina quelque chose d’incompréhensible, ses lèvres et sa langue étaient encore paralysés par l’électricité reçu. C’était peut-être une bonne chose, car il avait voulu dire à Brunhildr d’ôter son affreux postérieur d’homme de son torse. La viking l’aurait sûrement mal pris, et lui avait assez pris de coup pour la journée.
Il essaya de l’aider à se relever, mais lui-même de tenait pas bien sur ses jambes. Finalement Bru réussit par elle-même à se redresser, et elle repartit dans la bagarre.

Alors une sorte de sonnerie inquiétante se fit entendre. Cela ressemblait fortement à un bip de bombe, tel que dans les films d’espionnage. Tout le petit groupe se préciîta vers les fenêtres, et alors tous ensemble ils sautèrent.
Darcy sentit bien un pique de peur vouloir l’empêcher de faire ce saut de l’ange, mais la peur de mourir dans une explosion, aussi phénoménale soit elle, était plus forte.

Sa chute fut amortie par une sorte de poupée gonflée à l’air, mais ce fut tout de même rude. Il tomba d’abord sur les fesses, heureusement que c’étaient celles de Krane et qu’elles étaient musclées, peut-être trop musclées car elles rebondirent et Fitzwilliam se prit de plein fouet le sol sur le front. Décidément, sa tête semblait continuer la relation si intime qu’elle avait commençait avec le sol.
Le monde se mit à tourner autour de lui et il tomba dans l’inconscience.

Des voix parlaient autour de lui quand il se réveilla. Mais il ne les comprit pas. Les nombreux coups sur sa tête avaient définitivement eut raison de lui. Le petit pois que Krane avait pour cerveau avait du se défaire des liens qui l’empêchait de se balader à volonté à l’intérieur de son crâne. C’était pour ça que Darcy n’arrivait plus à aligner deux pensées correctes.

Il se mit une gifle, et secoua la tête. Il retrouvait peu à peu un état de conscience correcte. Alors un bus s’arrêta devant eux, Darcy suivit les autres et monta à l’intérieur. Ses pensées étaient toujours un peu éteintes mais il réussissait à plus ou moins suivre ce qu’il se passait autour de lui.

L’inspecteur G, ce drôle de personnage, utilisa alors l’arme sur le petit groupe. L’anglais se sentit encore plus décroché de la réalité. Des nausées le prirent, des vertiges aussi. Il se sentit affreusement mal tout au long du trajet.
Quand enfin le bus se stoppa, il descendit. Ses pas lui paraissaient soudain légers, comme si ses jambes avaient perdues du poids. Darcy baissa les yeux et remarqua avec joie qu’il portait de nouveau son costume noir.

- Oui ! Oui ! Cria-t-il de contentement.

Il s’enserra le torse de ses bras et s’auto-berça. Il était plus qu’heureux d’enfin retrouver son corps parfait. Darcy espérait seulement que Krane n’ait pas trop fait de dégâts.
L’anglais semblait avoir retrouver son QI et son cerveau intact. Krane avait sûrement hérité des dégâts cérébral, à moins que cet état de légume sur patte soit normal pour lui, allez savoir, il avait quand même toujours l’air idiot.

La joie passée, Fitzwilliam remarqua en même tant que les autres une maison devant eux.
Il avala sa salive, vraiment effrayante cette demeure. Il se retourna vers les autres pour leur demander s’il était obligatoire que tous y rentre. Mais il ne prononça pas ses mots là.

- Attendez, où est Bru ?

La viking avait disparue. Le cœur de Darcy s’emballa soudainement. Bru pouvait se trouver dans n’importe quelle situation, peut-être une situation qu’elle ne pouvait pas gérer seule.
Il dut se résoudre à partir explorer la maison, sûrement hantée. Bru était à l’intérieur, son instinct lui criait qu’elle y était.
Ses poils se dressèrent au moment où l’inspecteur tourna la poignée. Et son courage l’abandonna aussi vite qu’il était venu.
Alors quand Adam proposa de se séparer, Darcy se colla à lui et le suivit, refusant de rester seul dans cette demeure du diable.
Adam monta à l’étage et s’engagea dans une pièce. Fitzy voulut le suivre, mais la porte se referma brusquement derrière Parker.

- Adam ?

Seul le bruit d’une radio lui répondit, et c’était réellement, réellement effrayant. Darcy se retrouvait seul dans le couloir et il n’aimait pas ça. Il sentait d’ailleurs comme quelqu’un dans son dos.
D’un coup une ombre passa derrière lui, l’anglais fit volte-face mais personne n’était en vue.

- Adam ! Il serait temps de sortir de là-dedans ! Fit Fitzwilliam en augmenta le volume sonore sa voix tremblante.

Darcy saisit la poignée de la porte et la tira, la tourna mais la porte ne s’ouvrit pas. Alors il se mit à donner de grands coups de pieds. C’était d’ailleurs un excercice risqué car la position jambe relevée, appuyait sur sa vessie, petit organe près à relâcher son contenu sous une trop forte pression. Que se soit pression physique ou morale, de type peur.

- Adam ! Hurla-t-il plus fort. Est-ce que tu vas bien ?

Cette question sous-entendait « ne meurs pas et ne m’abandonne pas dans cette sordide baraque qui veut notre mort à tous ».
Darcy comprit que c’est effort était vain, alors il décida de passer dans la pièce d’à côté pour voir si la cloison était fine ou comportait une issue.

- Adam, je reviens !

Alors il leva les yeux et vit la trappe menant au grenier. Des outils étaient souvent entreposés dans les greniers, de quoi ouvrir la porte de la pièce où était Adam. Un frisson le parcouru. Un grenier c’était comme une cave, c’était là on l’on mourait en premier dans les films d’épouvantes.

- Nope. Fit-il en secouant la tête. Non, je ne monte pas là-haut, j’aime trop la vie.

Il se détourna de la trappe et pénétra dans la pièce adjacente à celle d’Adam. C’était une jolie salle de bain à la décoration raffinée. Une pièce de très bon goût et que Darcy aurait sûrement apprécié si elle n’était pas dans la maison la moins accueillante du monde.

Sur sa droite, l’anglais put apercevoir une baignoire où était déposés des jouets pour enfants. Encore des jouets… pensa-t-il.
Sur sa gauche, un lavabo, surmonté d’un miroir. Une radio était posée pour le marbre blanc du lavabo.
La porte claque derrière lui.

- Noooooooon ! Cria-t-il en se précipitant sur la poignée. Je te hais le fantôme des portes, toi et toute sa famille de spectres !

Il se retourna et se plaqua au bois de la porte. Il n’y avait aucune fenêtre. Une bouche d’aération était au plafond, permettant d’évacuer l’humidité de la pièce.
La radio s’alluma elle-même et arracha un sursaut à Darcy. L’appareil diffusait comme un enregistrements. Des rires et des sons d’éclaboussures.

- Juny, attention tu vas en mettre partout. C’était une voix feminine et elle semblait joyeuse. Le son d’un baiser se fit entendre.
- Qu’est-ce que c’est que ce b….

La vision d’horreur qui apparu devant ces yeux, le coupant radicalement. Des dizaines et dizaines de cafards dégoûtants sortaient de la bouche d’aération.
Les bestioles se précipitèrent sur Darcy, comme s’il était leur repas. Dos contre la porte, l’anglais n’avait aucune issue possible. Alors il se regarda avec désespoir, les insecte lui grimper dessus. Il tentait de les écraser mais les sales bêtes continuaient leur escalade comme si de rien n’était.
Darcy émit alors le cri le plus aigu de sa vie.

Soudain la porte derrière lui s’ouvrit et il tomba à la renverse et percuta Adam.
Les cafards disparurent aussitôt, comme s’ils n’étaient que le fruit de l’imagination de l’anglais. Il se révéla prestement.

- Je veux quitter cette maison ! Je n’ai pas signé pour tourner dans un film d’horreur ! Hurla-t-il à Adam. L’ancien chien-piranha l’attrapa par les épaules et retourna l’anglais face à lui.
- Tu ne comprends pas ? Ils font ça justement pour nous faire fuire. C'est ton imagination qui te joue des tours. Ils utilisent des hallucinogène ! Tu as ta petite copine quelque part ici veux tu la retrouver ? Ou la laisser comme un foutu lâche ? Ces paroles étaient dures, mais pourtant vraies, Darcy n’était qu’un lâche. Maintenant tu te reprends ou je te fais revenir à toi par la manière forte ! Fitzy déglutit. La manière forte il en avait assez. Il secoua doucement la tête, il se sentait en état de choc.
- Je… D’accord… Pour Bru… Murmura-t-il.
- Bien. Fit Adam. As-tu été voir dans le grenier ? Darcy aurait voulu lui répondre « même pas en rêve ! » mais il se contenta de :
- Non, je te laisse le privilège de l’inspecter.

Adam leva les yeux au ciel. L’anglais savait qu’il était froussard, mais au moins, c’était lui qui mourrait le dernier. Les lâches ont un don pour sauver leur peau.

- Bon, reste derrière moi Princesse Dada. Darcy ne prit même pas la peine de relever la pseudo insulte. Lui-même se demandait si le titre de princesse ne lui était pas justement donné. Fais-moi la courte échelle.
- Retire tes chaussures avant. Ordonna l’anglais avec son ton hautain.

Adam n’eut pas le temps de répliquer. La trappe s’ouvrit d’un coup et l’escalier se déplia, frappant l'arrière de la tête de Parker, celui-ci étant dos à la trappe. Adam bouscula Darcy et les deux s’étalèrent à terre.
L’anglais entendit des pas monter l’escalier qui menait jusqu’au premier. Mais ces marches-ci étaient derrière son dos et il ne se retourna pas pour connaître l'identité de la personne. Son attention était focalisée sur la trappe du grenier, quelqu'un descendait. Pas un type avec une hache, pas un type avec une hache, supplia Darcy en pensée.
Alors il vit apparaître un homme qui l’avait déjà aperçut aujourd’hui, il était parfaitement reconnaissable grâce à son nez hors du commun, cette véritable péninsule de cartilage. C’était Gru.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Fallen & Poor Gentleman...
... Modern & Jailed Valkyrie
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74556-chronologie-du http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77779-darcy-o-les-liens-d-un-gentleman-plein-de-fierte

Aster Spleaster


« Rien ne peut tuer un espion. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Hugh Jackman

Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Lapin de Pâques

✓ Métier : Chocolatier
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 324
✯ Les étoiles : 2952




Actuellement dans : « Rien ne peut tuer un espion. »


________________________________________ Dim 1 Juil 2018 - 19:37


Minionement Vôtre

Aster versus les tas de ferrailles round 2
S'il devait retenir une chose positive dans toute cette histoire, c'était bel et bien qu'il avait ENFIN retrouvé son corps. Il n'en pouvait réellement plus d'être dans celui d'un autre. Mais en même temps qui aimerait la sensation de ne pas être réellement soit ? Réponse : personne. Personne n'aimerait ça et lui le premier. Quoi qu'il en soit, il était à présent, seule dans la maison pendant que les deux autres étaient monté à l'étage. Ne lui restait comme option que les différentes autres pièces ou bien la cave. Et étrangement, c'est cette dernière option qu'il choisit. Il y pouvait rien, depuis qu'il fréquentait Blacky, sa consommation de film avait augmenté. Et en plus de ça, Anna avait une certaine culture cinématographique si bien qu'il avait a force, finit par comprendre que quand il y avait une cave ou un grenier, c'était généralement là que l'on trouvait les choses intéressantes.

Empruntant l'escalier y descendant, il remarqua néanmoins qu'il ne faisait étrangement pas si sombre que ça. Alors, soit ils avaient des fenêtres taille XXL à l'intérieur de cette dernière, soit il y avait un truc bizarre qui se tramait et il avait bien fait de miser sur cet endroit pour poursuivre les investigations. Une fois arrivé en bas, la première chose qui le frappa fût l'espèce de grand espace sur lequel se trouvait plusieurs postes de travail, digne du parfait petit chimiste, avec des alambiques et toute autre sorte d'éprouvette, et tube a essais renfermant des liquides phosphorescent. Ça expliquait un peu mieux pourquoi il ne faisait pas sombre avec tout cet attirail dernier cri. Poursuivant sa visite, Aster remarqua sur sa droite différents matériaux robotiques ou technologique ainsi qu'un espace avec une zone délimité par des traînés rouge en forme de rond

Histoire d'en savoir plus, Bunny choisit de s'approcher de la table avec l'atelier du parfait petit chimiste pour mieux y trouver des sortes de plan, des schéma d'une création de produit qui serait introduit dans un robot du moins sa boîte crânienne et son cœur. Essayant toujours d'avoir le plus d'infos possible,il constata que le dernier des schémas se trouvait dans un ordinateur où l'on pouvait toujours y voir une sorte de robot mais avec l'air plus balèze. Dans le coin robotique qui fût sa prochaine destination c'est différents jouets d'enfants qu'il pu distinguer. Peut-être était-ce la première étape de tout ce foutoir. Faire vivre des choses non vivantes tels que les jouets qu'ils avaient dût affronter tout a l'heure.

Mais tout a son observation, Aster ne remarqua malheureusement pas l'ombre imposante qui semblait se dessiner derrière lui. Il eu juste le temps d’apercevoir un robot baraqué, avant d'être violemment projeté contre une poutre de l'espace vide. Définitivement, il détestait ces espèces de tas de ferrailles. Entre le Marvin de la dernière fois, et celui-ci, ça lui filait des envies de pièces détachés. A moitié sonné, il remarqua une silhouette féminine pointant un jouet ressemblant à un fusil sur lui. Elle semblait garder la tête baissé, ne permettant de voir que son chapeau

"Vous n'avez rien à faire ici. Sortez ou croyez moi l'ami que vous voyez ici se fera un plaisir de vous tuer"


Et c'était repartis pour un tour : faites ci ou ça ou je vous tue. Non mais ils avaient vraiment rien de mieux en stock ? Il ignorait si c'était dût au coup qu'il s'était prit et dont il était toujours pas complètement remit, l'agacement général dût à cette journée ou bien un mix de tout ça. Mais, il était plus blasé qu'effrayé. Probablement qu'il allait le regretter plus tard -sauf s'il passait l'arme à gauche. Mais, il fallait qu'il exprime son exaspération de manière orale

"Vous avez rien en stock hormis des menaces de mort ? Non parce qu'a force ça fait réchauffer tout ça"

"oh alors si j'arrêtais mais menace sortiriez-vous ?" Demanda-t-elle d'un ton hautain en levant les yeux au ciel.

Non, mais au moins ça amènerait de l'originalité.


- Même avec les menaces on sortira pas. C'est généralement ce qui arrive quand un groupe d'inconnus est foutu ensemble


Au bout d'un moment, soit il semblait tous s'accorder que la cause à défendre était bonne. Soit, ils finissaient par tous en avoir tellement marre, qu'ils décidaient de se serrer les coudes pour en finir rapidement. Dans le cas présent, c'était plutôt la seconde option.

"Gru n'a jamais eu de bonnes idée"
dit-elle plus pour elle que pour lui. "soit dans ce cas vous allez faire connaissance avec Giro"

Il avait cru déceler comme une légère pointe d'accent espagnol, lorsqu'elle prononça ces mots mais il n'en était pas sûr. Quoi qu'il en soit elle le laissa donc seul avec le robot, puisqu'il supposait que c'était lui le "fameux" Giro. Soupirant, Aster décida d'engager la conversation, de toute façon il y avait que ça a faire.

- On dirait qu'on est juste tous les deux. T'as jamais songé à la reconversion professionnel ? Non parce que je connais un pote qui tiens une boutique de jouet. J'suis sûr qu'il serait ravis d'avoir un coup de main supplémentaire


Et puis un robot contrairement à lui, North serait positivement ra-vis. Là dessus ça ne faisait aucun doute. Quoi qu'il en soit, cela n’eus pas l'air de faire grand chose au robot. Non, il se contenta de le sonder. Du moins, c'était ce que pensait Aster. Il se prétendait pas expert niveau "langage" robotique. Et ne souhaitait nullement l'être. Il avait eu sa dose pour au moins les dix années à venir si ce n'est plus.

"Ma mission n'est pas terminée"

Et lui en dire un peu plus c'était en option ? Manifestement, oui. Déjà que lui, était pas un as de la conversation, il semblait avoir trouvé pire

- Et c'est quoi ta mission ?


En d'autres terme, développe. Ce serait cool pour tout le monde lui le premier. Parce que les monosyllabes ou bien les réponses d'un mot ça le saoulait légèrement. Et si par la même occasion, il pouvait en apprendre plus sur la bande d'enquiquineur qu'ils se farcissaient depuis le début, ce serait réellement pas de refus pour lui.

"Leurs permettre de finir ce qu'ils ont commencé. Et vous êtes sur leur route"

Ben voyons...

- Et pourquoi tu les aide ?

"La Justice"

Alors, il était pas expert hein. Mais il voyait pas trop où se trouvait la justice dans toute cette histoire. Là tout ce qu'il voyait, c'était une bande d'emmerdeurs qui avaient piqué une arme potentiellement dangereuse, et évidemment c'était eux qu'on avait envoyé la chercher. Donc, son histoire de justice le convainquait pas des masses des masses quoi.

- La justice ? Quelle justice ?! Je les aient pas vraiment vu animé d'intention altruiste moi

Sans doute que s'ils n'avaient pas échangés leur corps, et tenté de les tuer aurait-il était un peu plus enclin à vouloir comprendre cette histoire de "justice" Malheureusement là, il l'était pas.

"Vous ne savez rien. Allez vous-en"

Et c'était repartis pour le dialogue de sourd. En quelle langue fallait-il dire qu'ils n'avaient aucunement l'intention de partir. Ils étaient bouché ou quoi ? Il finissait par se le demander. Parce qu'être aussi fixé sur un truc, soit ils étaient bouchés soient ils étaient encore plus borné que lui. Et fallait saluer l'effort parce que dans le genre borné et du genre à pas vouloir arrondir les angles, Aster était champion.

- Non Répondit-il On a été balancé dans cette galère contre notre volonté alors on partira tant qu'on en aura pas finit avec tout ça

"Je suis désolé" dit-il d'un ton qui semblait sincère.

Et avant que le chocolatier n'ai eu le temps d'esquisser le moindre mouvement, il l'attrapa pour le balancer en haut des marches défonçant la porte de la cave par la même occasion. Serrant les dents, refusant de se laisser démonter et laisser "l'ennemi" gagner. Aster, cru néanmoins entendre une berceuse. Mais, il n'eu pas le loisir d'en savoir plus, le robot l'avait déjà reprit avec la ferme intention de le faire partir

"Je ne veux pas vous tuer sortez"

Vous vous souvenez l'histoire du dialogue de sourd ? Eh bah on était encore une fois en plein dedans.

- Alors on a un problème répondit-il calmement parce que j'ai déjà dit non

Le robot fit à nouveau un pas dans sa direction, afin de l’attraper. Sauf que cette fois-ci, Aster l'anticipa et l'esquiva. Malheureusement, le robot aussi était rapide, et l’attrapa dès qu'il eu finit d'esquiver, l'empêchant de recommencer. Et l'envoya dehors, où son dos heurta violemment le bitume de la rue. Il lui sembla qu'une silhouette d'homme lui passa devant pour entrer mais impossible de distinguer son identité

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
So i lay down this armor
I'm not bullet proof when it comes to you. Don't know what to say when you made me the enemy. After the war is won, There's always the next one. Maybe I'll crash into you, Maybe we would open these wounds. We're only alive if we bruise. So I lay down this armor for you

Pitch K. Black


« Un permis de tuer est aussi un permis de ne pas tuer »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jude Law

Ѽ Conte(s) : Les cinq légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

✓ Métier : Fossoyeur
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 59
✯ Les étoiles : 2200




Actuellement dans : « Un permis de tuer est aussi un permis de ne pas tuer »


________________________________________ Lun 2 Juil 2018 - 15:31



Mionement vôtre
Je ne savait pas d'où sortait cette imbécile de Gadget, mais malgré le fait qu'il ai l'air complètement à côté de la plaque il nous avait empêchés de nous écraser au sol et il avait son apparence à tout le monde, enfin sauf à moi vu que quelqu'un avait eu la bonne idée de kidnapper mon corps et je ne savais pas quoi pensée, pour quel raison avaient-ils décidé de kidnapper quelqu'un ? Avait-ils seulement réfléchis ou simplement kidnapper la première personnes qui leur était tombé sous la main ? Tant de question et encore une fois aucune réponse, j'espérais que la maison serait la dernière étape de cette journée qui devenait de plus en plus longue. J'hésitais presque à demander à quelqu'un de sortir son téléphone et de contacter Miss Swan au poste de police, je la savait compétente aussi bien qu'en temps qu'agente de police mais aussi en tant que sorcière, elle aurait pu nous êtres d'une précieuse aide, mais nous étions à présent arriver au repère des méchants et tout le monde ou presque s'était précipiter à l'intérieur, sans même se poser la question si c'était encore une fois un piège ou non.

Orion sauta de mes bras pour s'étirer avant qu'il ne regarde un peu partout, reniflant l'air pour ensuite se rouler sur le sol légèrement terreux tel un cheval, je l'observais faire avant de secouer la tête, exaspérer."Ne vient pas pleurer auprès de moi quand viendra le temps de te laver."Les chats et la douche, une histoire d'amour tumultueuse qui finissait souvent à coup de griffe et de miaulement à la mort. Je jetais un dernier coup d'oeil au alentour avant d'entrer à mon tour dans la maison, avant que tout le monde ne se sépare pour que l'on puisse explorer plus rapidement la maison, un plan tout à fait logique alors je ne le discutait pas me contentant simplement d'avancer en direction d'une porte au hasard avant de l'ouvrir à la volée pour ensuite me glisser à l'intérieur de la pièce qui se trouvait être la cuisine, j'avançais de quelques pas et la porte se referma derrière moi, mais je ne réagissais même pas, je connaissais tout les clichés des films d'horreur et j'avais fait subir assez de cauchemar dans le même genre au fil des années que ça n'avait plus d'effet sur moi.

Orion se mit à se frotter contre le frigo tandis que j'observais la pièce éclairée par la lumière du jour, sur ma droite je pouvais voir un égouttoir et au dessus se trouvait des couteaux aimantés au mur, cette observation des plus anodine aurait pu le rester si tout à coup ils ne s'était pas décrocher pour venir dans sa direction pour l'attaquer, je remarquais aussi que d'autre ustensile de cuisine semblait vouloir me faire du mal. Orion tenta de s'avancer vers moi mais je gesticulait de ma main pour le stopper."Reste où tu est, tu risque de te faire couper."Un bruit de coup attira mon attention, j'esquivais plusieurs attaque d’ustensile pour trouver d'où était venu le coup, mes yeux finirent par tomber sur la fenêtre, Gadget me fit un grand signe de la main tout souriant.

"Mon ami, pouvez vous ouvrir la fenêtre ?"J'avançais en direction de celle-ci mais elle semblait verrouiller, il sembla comprendre mon problème car il fit apparaître un énorme marteau avant de péter le carreau, il dégagea les bouts de verre, retira son manteau pour le placer sur le rebord de la fenêtre avant d'entrer à l'intérieur avec autant de délicatesse qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine, il se releva d'un seul coup comme si il était monté sur ressort (probablement) avant de remarquer tous les ustensiles qui m'attaquaient."C'est vous qui faite ça ?"J'ignorais sa question pour me concentrer sur le bruit qui venait de résonner un peu partout suivit d'une légère secousse, les ustensiles se stoppèrent d'un seul coup avant de tomber en direction du sol. Gadget se précipita en direction de la porte, il toucha la poignée avant de lâcher un petit cris et de secouer la main."Courant électrique."Un deuxième gros bruit se fit entendre, que se passait-il donc encore ? Gadget se mit à s'agiter sur place comme un enfant de trois ans avant qu'il ne jette le marteau qu'il avait en main, à la place il fit apparaître une espèce de scie électrique, d'où sortait-il tout se bazar ?

"Sciiiiiiiiiieeee !"S'écria-t-il triomphalement avant d'enfoncer sa scie dans la porte qui par chance n'était pas assez solide pour résister à l'outil de Gadget et nous pouvions enfin quitter cette maudite cuisine."Toujours aussi pratique."Il tapota la scie de sa main gauche et je remarquais enfin que c'était sa main droite qui avait en faite disparue pour laisser place à cette fameuse scie, cette homme semblait aussi humain que le robot qui nous fixait du regard, il n'avait pas l'air très enchantée de nous voir, il s'avança dans notre direction surement pour venir nous jeter dehors comme il semblait l'avoir fait pour Bunny.

"Pourparler ?"Déclara Gadget qui ne semblait plus vraiment à l'aise tout d'un coup, quand à moi je serrais les poings, si il voulait me virer, il allait devoir me traîner dehors après que je lui est collé une raclée.


code by bat'phanie



Brunhildr K. Thorson


« Tu es mort mon poussin? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gaia Weiss

Ѽ Conte(s) : Dragon
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kognedur

✓ Métier : Videuse au Rabbit hole


☞ Surnom : Bru, brun, Ruff, Fraise
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 938
✯ Les étoiles : 7666




Actuellement dans : « Tu es mort mon poussin? »


________________________________________ Mar 3 Juil 2018 - 0:15

« Minionnement votre »
Et mourir...

Il n’y avait pas enlevez moi d’écris sur mon front que je sache. C’était vraiment agaçant à la longue. J’en avais ras le bol. Les muscles du corps de pitch se tendaient de plus en plus tandis que mon peut de patience diminuait et que m’on agacement augmantais. Etre dans le corps de Pitch se révélais être plus difficile que je ne l’aurais cru et son pouvoirs était bien trop difficile à contrôler pour moi.

Je m’étais faite enlevée, mon dernier souvenir remontait à ce moment ou nous avions sauter par la fenêtre. J’avais était une nouvelle fois plongée dans l’inconscience et vraiment, je n’aimais pas du tout ça. Enlevée contre ma volonté, les mecs qui m’avaient fait ça aller le payer tôt ou tard.

Quand je repris connaissance, j’entendis cette voix à l’accent tranchant que j’avais du entendre au moins une fois dans la journée. J’étais assise, pieds et mains liés. Les types qui m’avaient ammener savaient faire les noeufs en tout cas. Je n’entendis personne d’autre. Ce qui était bien et pas bien à la fois. Certes Krane avait de la ressource quand il était question de défendre sa peau, Adam dans le corps de Wolverine pouvait également se défendre avec sa force ou bondir à défaut d’autre chose. Wolverine semblait capable de bien s’en sortir dans ces moments là également, Je n’avais aucun souci à me faire avec Pitch dans mon corps. Mais Darcy. C’était pour lui que je m’inquiétais le plus. L’idée que les choses pouvaient potentiellement très mal tournés pour nous n’aidaient pas à me calmer. J’avais besoin de lui. Je ne m’étais jamais sentie aussi bien avec quelqu’un avant. Krane était de la famille. Mais Darcy, il était parfait tel qu’il était. Il n’avait pas besoin d’être aussi courageux qu’Aster ou aussi fort que Krane. Mon frère se fatiguait à le tester sous divers formes et ne semblait pas comprendre qu’il n’avait aucun test à lui faire faire. Il allait devoir accepter notre relation, d’accord ou pas, il n’avait pas le choix.

A ma gauche il y avait l’agent G ( ou Gru mais ça reviens au même ) et à coté de lui l’agent S. La lumière m’éblouissait, m’empêchant de correctement voir qui était là. Je soupirais, comprenant la situation dans laquelle j’étais...encore...tombée.

« Laissez moi devinée, je me suis encore faite enlevée. C’est bien ma journée.»

Après quelques secondes d’adaptation, je pouvais voir la silhouette de Gru à ma gauche.

" Vous savez qui ils sont, G? "
elle va faire une pause. " et pourquoi je suis là? C'est un choix au hasard ou c'est juste a cause de moi? Ou de ce corps? "

J’éspérais qu’ils n’en avaient pas personnellement après moi. Je ne voyais pas pourquoi. J’avais juste dut envoyer quelques personnes à l’hopital dans ma vie. J’avais fini par me pencher sur la question de la reconversion professionnelle d’ailleurs. Du coatching pour célibataire qui en avaient un peut trop baver dans leurs vie sentimentale.

"Je ne sais pas pourquoi vous vous êtes ici. Ils ne font pas les choses sans raisons. Montrez vous !"


Les lumières s’éteignirent soudainement. Ils nous avaient entendu mais pas compris. C’était peut être à cause de l’accent de Gru. Non il n’y avait pas d’ambiguité dans sa demande. Je fronçais les sourcils, tous ça puait les emmerdes. Je me mis à râler.

"C'est qui eux? Comment vous les connaissez? si c'est encore une énigme je vous préviens vous vous démerdez. "

Les deux fois ou ont m’avait plongée dans le noir aujourd’hui c’était pour résoudre des énigmes. Merci mais non merci, j’en avais assez eu pour aujourd’hui.

La lumière s’alluma, personne n’était là. La voix d’une femme se fit soudainement entendre et celle ciapparut devant nous dans une robe appropriée pour un tango, noire. Son visage me rappelait vaguement quelque chose, nous l’avions probablement déjà croiser dans la journée ou alors je l’avais vu à la télé ou dans un magazine. Je ne pouvais juste pas dire ou je l’avais vu. Elle marchait tout en dansant une sorte de danse latino je crois et envoya un petit bisous dans les airs. « Je m’appelle Moji !»

Quel nom pourri franchement. Moji. Brunhildr était peut être pas aussi contemporain que d’autres mais il était tout de même plus honorable que moji.

Un homme apparut dans mon champs de vision. J’ouvris la bouche, stupéfaite. Lui. LUI ! Dans une tenue de Tango également. Il se mis derrière la femme et ajouta : « Et moi To.» Par les dieux, ils avaient vraiment un nom comme ça ?

Une musique se fit entendre. Je restais scotchée à mon siège ( en même temps, j’étais ligotée ) Les regardant danser un tango. Il fit pencher sa dulcinée en arrière, celle ci leva sa jambre. Leurs visages se tournèrent vers nous.

« Nous sommes les agents Mojito.»

Nous étions tomber bien bas. J’hésitais entre rire ou pleurer, vraiment. J’étais énervée de plus en plus. Je me pinçais l’arrête du nez.

" Vous êtes l'agent de tout a l'heure ! C'est pas joli joli de trahir son patron. Vous l'avez fait pourquoi ? Le pouvoir? L'argent? C'est le moment de tout raconter. J'ai été trainée dans cette histoire, on m'a échangée avec un homme et vous m'avez enlevée ! J'ai le droit à des explications non? C'est quoi votre but?»

Moji me regarda un instant puis jetta un regard entendu vers To. Avant de reporter son attention sur moi,

«Comment vous appelez vous ?»

"Pourquoi ?" Demanda simplement Gru.

To s'avança vers Gru et lui colla un poing en pleine figure, sans prévenir. Cela ne répondait pas vraiment à la question.

"Tu oses nous le demander. Tu n'es qu'un raté qui mérite aucunement la place que tu occupes. Tu as oublié c'est si facile"


La femme se retourna vers moi.

«comment t'appelles tu ?
- Pitch Black.»


J’étais dans son corps, je ne l’avais jamais vu et je voulais des réponses, voilà pourquoi j’avais décider de me faire passer pour lui. Obtenir des réponses. J’aurais peut être mieux fait de me taire.

« Parfait!»
Annonça l’ex Whisky ( ça lui allait bien mieux comme surnom ) qui sortit une sorte de mini bazooka et le pointa dans ma direction. Heu...attendez là...il voulait me tuer? Enfin tuer Pitch? Mon idée me parut soudainement très, très mauvaise. Nous devions gagner du temps ! Beaucoup de temps pour que quelqu’un trouve une dée et nous sortir de là.

«Nous te tenons et tu ne partiras plus jamais d'ici en vie» Ajouta l’agent Moji.

Je tentais de rester impassible face à l’arme braqué sur moi. A l’interieur l’adrénaline était montée subitement dans mon corps. Je ne voulais pas mourir.

" Pourrais-je savoir pourquoi? Je devrais vous connaitre? " Demandais-je aussi calme que possible.

Ils eurent tous les deux un sourire. Moi je ne riait plus.

«Vous êtes tous les deux les même. Vous vous foutez de tout ou seulement que de votre petite personne. Aujourd'hui vous signez votre fin. Utilises ce qu'on appelle ton sable sur lui" dit l'agent To en pointant G. Gru semblait réfléchir intensément mais ne faisait rien paraitre, seul son regard semblait chercher un éhappatoire. A coté de lui, S semblait partager entre l’excitation et la peur. Je le comprenais. Je devais moi même jouer les types calmes mais j’étais effrayée. C’était rare en même temps, mais je n’avais jamais vu la mort d’aussi près.

Chose que je ne savais pas, c’était que le sable se propageait, semblant guider par mes émotions. Je ne m’en rendais absolument pas compte et une athosphère pesante seule se faisait ressentir.

"Vous ignorez qui je suis. Je ne me soucis que de ma propre personne? Et vous? Vous avez sauver storybrook du dôme qui aurait pu tous nous tuer? Vous faisiez quoi pendant que l'on cherchait une solution ? Je suis là, devant vous mais les autres ? Vous les considérer comme des dommages collatéraux? Comme cette famille dans la voiture?" Ma voix laissa un peut plus transparaitre mon énervement cachant ma peur. " Je n'ai aucun ordre a recevoir de vous. Et je n'utiliserais pas mon sable."

Pitch en personne n’était peut être pas un type qui avait une longue carrière dans la protection des gens, mais il en avait tout de même sauver. Les gens changeant s’ils sont aider non? Moi, au contact de Fitz, je m’améliorais. Pitch pouvait très bien devenir quelqu’un de bien aussi.

]b]"oh pardonnez moi je m'adresse à un héros. Vous en êtes un bien entendu" [/b]fait elle en s'inclinant sarcastiquement. "Veuillez nous pardonner nous nous prétendons pzs l'âme de sauveur. Nous ne soulevons qu'un point de l'incompétence d'un homme égocentrique. Vous l'êtes tout autant et une bonne action ne rachète pas celle que vous avez détruites tous les deux ! Maintenant utilisez le ou vous pourrez bien le regretter ! ". Gru s'écria." il ne le fera pas et vous le savez.. Nous tournons en rond. Qui êtes vous ?"L'intervention de Gru n'eu pour effet de les énerver encore plus.


Cette femme m’énervait. Je ne prétendais pas être un héros. J’avais simplement énoncé une vérité que Storybrook connaissait.

« Tant que je n’aurais pas de réponse, je ne ferais rien.
- ça ne vous changera pas de vos habitudes.Oh pardon sauf exception"


Et ma main dans ta gueule ça va être une exeption dès que je serais détachée et quand je serais dans mon corps. Je me tournais vers Gru en faisant un petit geste de la tête.

Elle va se tourner vers Gru. " tuez le vous même. Il est là devant vous. Qu'est-ce qui vous empêches de le tuer? Vous n'avez pas besoin de moi pour ça." Crachais-je à la femme.

"Croyez vous qu'il est le seul que nous voulons tuer" Elle s’avança et me mis le bout de son arme sous ma gorge, m’obligeant à relever ma tête d’un geste. Je serrais les dents. Tous ce que j’avais envie de faire là, c’était de lui sauter dessus pour la frapper. J’allais juste faire le necessaire pour qu’elle ne meurt pas.
- Je ne suis pas stupide" Je serrais les dents. " mais vous n'etes pas très fut fut non plus." Vous n'avez pas compris que la vengeance n'apportais rien de bon? Yoda ça vous parle? Penser que je vais céder est mal me connaitre. Je n'utiliserais pas mon sable. Et lui. Qu'est-ce qu'il vous a fait pour que vous le vouliez mort?
"Nous vous voulons tous les deux morts. Nous n'avons rien à perdre. Nous avons vécu et nous savons. Mojito nous sommes." elle marque une pose et l'agent To s'approche de Gru. Il lui mis une sorte de cercle sur la tête et Gru se mis à convulser. Je serrais des dents en le voyant comme ça. " j'aurais bien aimé vous voir vous noyer dans vos propres cauchemars monsieur Black."

Un peut de poésie n’etouffait pas les horreurs qu’elle lui faisait subir. Elle aller presser la détente. J’allais mourir là, dans le corps de Pitch de façon peut glorieuse. Sans que je puisse y faire quoi que ce soit. J’eu une pensée pour Krane et mes frères mais l’image qui resta fut celle de Fitz. Je gardais les yeux ouverts, immobile, la fixant. Une alarme se déclancha et elle baissa son arme. Mon coeur battait à cent à l’heure.


"Vous avez gagné un sursis"

Ils sortirent, nous laissant la lumière comme elle le fut avant qu’ils n’arrivent.

" j'ai cru que c'etait la fin. Gru ! S. ! On doit sortir de ce pétrin. Je ne controle pas son foutu sable ! Donc oubliez le. S t'as rien de tranchant? Un gadget pour nous sortir de là?"

L’agent S nous libéra de nos liens et je libérais Gru de sa torture. Une fois tous le monde libérer nous sortions de cette salle. La porte menait à un escalier. Nous devions être dans un grenier. Je dépassais deux silhouette ( sans savoir que c’était Darcy et Adam ) Il y avait plusieurs portes et je choisis de façon tout a fait hasardeuse, de prendre celle en face. de moi. La pièce était clairement une chambre. Face à moi il y avait une fenêtre et juste à coté il y avait un fauteuil. Je m’approchais d’elle prudemment. L’adrénaline battant encore mes tempes et me donnait assez de courage pour aller voir. une jeune femme se trouvait là, son regard était totalement vide. Je fis un sursaut au moment ou elle cligna des yeux. Je pouvais entendre sa respiration. Je me penchais vers elle, tendis ma main pour toucher la sienne. Son regard croisa le mien et elle parut effrayée avant de hurler de façon stridente.

 
crackle bones


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Hey le Jedi !
J'suis pas ton padawan Okay ?
Ouai ouai, t'es un dieuMais bon, vu tous le bordel que vous foutez, faudrait pas en être fier.
En ligne

Krane Thorson


« Viking Détestable! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Alexander Ludwig

Ѽ Conte(s) : Dragon et tous ses dérivés
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kranedur( Tuffnut)

✓ Métier : Papa de Siggy et Tuff-Tuff -Jumeau insupportable- Tueur a Gages pour Jefferson


☞ Surnom : Krane, tuff
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 473
✯ Les étoiles : 1355




Actuellement dans : « Viking Détestable! »


________________________________________ Mar 3 Juil 2018 - 17:43








 Krane a besoin de repit! 

La vie de Viking c'est dur




Être un héros c'était épuisant.Je n'avais jamais été un héros contrairement a mon ami Harold. Moi j'étais plus comme Tuff-Tuff celui qui accompagnait le héros dans sa quête. Cette journée était une des pires de ma vie. Pas la plus pire mais pas loin ! Parce que la journée la plus pire que de ma vie était celle ou j'avais appris que ma jumelle était une jumelle facile. Et que plusieurs hommes a part moi, avait vu son jardin secret. 

Je me demandais donc pourquoi j'avais accepté deja cette invitation de ses bananes? Parce que je pensais que j'allais m'amuser. Qu'on allait a une fête ou a une visite culturelle. Qu'on allait pouvoir jouer avec pleins de jouets. Mais non ! Au lieu de cela on devait s'en prendre pleins  la tronche..En plus je m'étais retrouvé dans un corps que je devais tolérer dans ma vie..Parce que ma soeur avait décidé que c'était son véritable amour. Et en plus de cela, le prétendant de ma jumelle etait le meilleur ami d'un de mes meilleurs potes. Donc on se croisait souvent ! En parlant de cet ami, comment faisait-il pour trouver répit dans sa vie d'héros et avoir le temps de faire des bébés ? C'était un grand mystère. Moi une journée en héros et j'avais besoin de repos..Oui j'aurais besoin de vacances après cet horrible journée.

Après l'épisode du saut de l'ange..La balade en bus que j'avais détesté parce que j'aurais préféré utiliser mon bolide dragonnier de la dernière fois. Elle était ou ma superbe voiture au faites ? Je ne savais pas et je n'avais pas le temps de poser mes questions ,parce que le temps pressait encore une fois.:ma Jumelle était disparue. Enfin Brunhildr dans le corps de Pitch. Et c'était les deux seuls qui n'avait retrouvé leurs corps. Moi j'avais retrouvé le mien et j'étais le plus heureux du monde! Toute facon j'avais vu ce qui m'interressait sur le corps de mon beau frère.  J'avais pris le temps aussi  remettre ma ficelle a mon doigt et redevenir officiellement marier a ma petite Dragonne. Ensuite, Nous étions parti a la recherche de la jumelle.J'aurais pu être inquièt mais je n'étais pas . C'était pas son premier kidnapping..Elle avait de l'expérience et j'étais convaincu qu'en ce moment elle avait déjà buter ses agresseurs,même dans le corps de Pitch c'était une redoutable guerrière. Nous devions aussi aller sauver le type chauve. Ça me tentait  pas trop, mais je n'avais pas le choix, parce que pour cet horrible journée il devait me dédommager..Et surtout qu'il devait rester envie pou que je recupère Macey.
Ensuite, nous étions tous dans une maison. Sous les ordres d'Adam, on avait tous pris des chemins différents sauf Princesse Darcy trop peureux qui suivait Adam comme un petit chien. Dommage! Il aurait pu me suivre, je l'aurais protégé des horribles trucs qui se trouvaient sans doute , dans cette maison. J'avais pris donc la direction du salon,avec mon tic-tac.. Parce que je pourrais enfin me reposer un peu.M'allonger sur le canapé et regarder la télévision tout en câlinant mon bébé.  Pendant que les autres faisaient tout le sale boulot et jouait aux sauveurs. Je méritais ce repos..C'était dur la vie de Viking. Je passais donc les deux portes coulissantes  du salon quand tout a coup, boom! Les deux portes se refermaient sans mon intervention. 

Je me retournais sans troncher..Ce n'était pas un coup de vent qui allait me faire peur. J'avançais dans la pièce, je prenais place dans le canapé. Ça faisait un bien fou de s'assesoir. Tuff se couchait sur mes cuisses et je lui faisais des caresses. Mais tout a coup , la télévision s'allumait toute seule . Comment ca ? J'étais pourtant pas assis sur une manette. Mais tant mieux si le téléviseur s'allumait..Je pourrais au moins écouter un truc, a moins que la petite fille du cercle sorte de là pour tenter de me tuer. Mais je ne flipperais même pas ! Parce que ma plus grande peur était : L'amour. Parce que l'amour s'était la plus souffrance du monde..C'était un poison dans ma vie.

A la télévision, il avait une famille..Une femme, un homme et un enfant qui jouaient ensemble. La gamine était en train de se faire balancer par l'homme. Cette famille avait l'air heureuse .Contrairement a la mienne..Parce que je n'étais pas satisfait de la mienne pour diverses raisons. Je décidais donc d'ignorer ces images trop douloureuses.Et d'explorer la pièce avec mon minion. Sur la table de séjour, il avait un dossier médical,avec écrit "Juliana Rodriguez". Juste à côté il avait ,une  note où il m'étais possible de lire 13 juin 2018 7h30. Avec celui d'écrit en plus:Rien à changer. Toujours pareil. Aujourd'hui sera le jour du changement je le promets. Signé J.

Pendant ma lecture d'un  coup toutes fenêtres qui se trouvaient dans le séjour et le salon leurs volets se fermaient. A part le feu qui exercait une lumière . J'étais dans la pénombre. Un  silence de mort régnait.. Et ma petite banane montait sur moi pour faire réconforter. - Ne t'inquiète pas Tuff-Tuff c'est surement Aster qui a fait sauter la boite électrique dans le sous sol..Et les volets c'est une vieille maison.  Il m'en fallait plus que ça pour que je flippe. Mais mon instinct animal , sentait quand même une présence dans le noir, mais il avait personne..Mais vu que je commençais a m'ennuyer dans ce salon hanté par un fantome. Sans doute cette Juliana Rodriguez qui devait être morte dans cette maison. Je n'avais pas envie de me méler de sa vie. J'avais déja mes démons intérieurs a combattre. Je m'en allais sortir du salon par la porte du séjour mais en ouvrant un grand coup mettait  donné et m'avat  projeter  à l'intérieur du salon ,  la porte se refermait..

Le fantome semblait aimer ma compagnie. J' atterrissais dans la télévision, me frappant encore la tête..Heureusement elle était dure ma tête. Un peu sonné, je me redressais rapidement, parce que cette fois ci j'étais en contrôle avec mes deux moitiés. Mon minion n'avait rien car je l'avais proteger en l'enveloppant dans mes bras.Des robots débarquaient.. Pour me bloquer le chemin..M'empêcher de sortir. Mais je réussissais a me faufiler vers la bibliothèque. Je commencais a balancer tout ce qui avait dans cette bibliothèque comme des DVD. Les robots  balançaient des toiles d'araignées pour dévier les boites.. Là c'était assez..J'en avais marre de cette journée. Je me transformais en ours.Enfin pas complètement.Parce que je pensais a Mina pour contrôler l'ours en moi, parce que seul l'amour pouvait calmer mes pulsions sauvages. Donc j'avais juste les crocs et les griffes. Je commençais a dégommer des robots en lui les brisant en morceaux. Un des robots va te donner une pulsion électrique plus forte quon le croit et dautres robot arrivent et font de même. Et la dose est assez dense pour te calmer. Mais un robot m'envoyait une rafale électrisante pour me calmer et me faire redevenir moi-même. Je devenais moi-même, mais a coup de poings je continuais a frapper jusqu'à ce qu'un cri  strident d'une femme se fasse entendre..Les volets s'ouvrent et la lumière se rallumait.. La télévision s'éteignait.. 

Les portes coulissantes s'ouvrient.. Et je quittais ce salon hanté, suivant mon instinct . Le cri venait d'en haut.J'allais donc  rejoindre la pièce en haut à gauche au bout du couloir .La porte était ouverte. En chemin , je rencontrais Aster et Pitch dans le corps de ma jumelle. On montait donc se suivant comme des moutons..

Ma jumelle se trouvait dans la pièce, dans le corps de Pitch. Heureuse de la voir..Je le savais qu'elle allait s'en sortir sans moi. Elle n'avait pas toujours de moi après tout..J'étais juste son frère après tout. En face d'elle, enfin lui parce qu'elle etait toujours un homme.. se trouvait  un fauteuil avec une  jeune fille assise dedans. Sans doute la fille qui avait  crier.  elle avait  les mains devant son visage comme pour se protéger de quelque chose ou quelqu'un. Elle avait peur de Pitch? Ou Brunhildr lui avait quelque chose.. ? Confus ! Quand on avait entrer dans la pièce elle avait arretée de crier, mais elle tremblait toujours. Je m'approchais donc  de la fille pour essayer de la réconforter, mais au même moment Gru pénétrait dans la pièce. L'homme chauve se braquait en restant de marbre, choqué en voyant la fille. Ils se connaissaient ? Pas le temps qu'en savoir plus que nos deux méchants arrivaient  et pointaient l armes sur nous, nous faisant un peu reculer. Les méchants s'approchaient de  la jeune fille. La femme s accroupie à côté du fauteuil et lui chuchotait comme une mère le ferait "Juny je suis là. Tu es enfin parmi nous. Ils ne te feront aucun mal. Je te le promets.' Et elle la prenait délicatement dans ses bras. Alors que l'homme semblait ému il continuait a pointer ses deux armes sur nous.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
What is this Krane hair color?
T'es une Thorson maintenant!. 
Tu peux aller te gratter le Viking..Va te plaindre a Adopteunviking.com

Juliana Rodriguez


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Adelaide Kane

Ѽ Conte(s) : Moi, moche et méchant [bien avant le film]
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Juliana Rodrigez

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2
✯ Les étoiles : 100




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 4 Juil 2018 - 1:35


Minionement vôtre

Mission impossible : rien ne l'est.

Mes yeux s’ouvrent et je cris, je cris aussi fort que mes cordes vocales me le permettent. La peur tétanise mes membres, je ne peux rien faire d’autre que regarder la forme devant moi et hurler aussi fort que possible. Peut-être devrais-je parler, crier à cette entité de partir ? Mais je ne parviens par à mettre les mots sur la peur qui me tord les entrailles. Seulement je ne ressens pas que de la peur face à ce visage, je ressens aussi de la colère et de la douleur, une douleur que je n’arrive pas à comprendre ou plutôt une douleur que je veux oublier. Une douleur qui a un arrière-goût de trahison.

Soudainement un autre visage prend la place de celui de l’ombre, un visage familier et aimant, le visage de ma mère. Je sens ses bras s’enrouler autour de moi, comme pour me protéger de quelque chose, mais aussi pour me rassurer, me faire comprendre que tout, absolument tout ira bien. Je sens ces paroles dans ses gestes et ça me rassure un peu. Pourtant je ne comprends pas, qu’est-ce que je fais là ? Pourquoi est-ce qu’il y a toutes ses personnes ici ? Mais surtout qu’est-ce que cet ici ? Ce n’est pas ma maison, enfin la maison de mes parents, ce ne sont pas mes meubles. Je ne comprends pas. Je laisse mon regard se poser sur toutes les personnes présentes, je ne les connais pas, je le sais, je le sens. Ce n’est que quand une autre personne entre dans la pièce que je me mets à retenir mon souffle. Il est là ! Là, devant moi certes un peu vieilli, mais je le reconnaîtrais même s’il n’était plus qu’un petit vieux décharné. Gru, l’amour de ma vie, mais aussi celui qui m’a brisé le cœur comme jamais. J’ouvre la bouche pour parler, mais aucun son ne sort, ma voix est sûrement encore paralyser après tous ces mois sans parler. Il a l’air choqué et c’est en regardant avant attention son visage que les émotions et les souvenirs recommencent à faire surface.

Je me revois avec quelques années de moins, face à cet homme qui m’a envoûté, je le vois me tendre la main pour m’aider à me relever après m’avoir malencontreusement fait tombé. Je me souviens encore des sentiments qui ont étreint ma poitrine quand sa main à touché la mienne. Je suis tombée immédiatement amoureuse de cet homme étrange et d’une certaine manière délicat. Les jours passes, je le revois, il est toujours pareil, avec la même expression pourtant quand je le revois, son visage s’ouvre, il devient plus accueillant. Comme si tous les malheurs qui pesaient sur ses épaules venaient soudainement de disparaître. On ne s’était revu qu’une seule fois depuis qu’il m’avait aidé à me relever et de loin, pourtant je sentais qu’il y avait quelque chose. Quelque chose qui promettait d’être magique.

La scène suivant ce n’est plus moi, mais ma mère et mon père qui me regardent avec des questions plein les yeux, ils veulent savoir pourquoi je suis heureuse, pourquoi j’ai l’impression que le monde est rempli de couleur alors que quelques semaines plus tôt je n’étais qu’une jeune femme normale voyant le monde tel qu’il était représenté. Mon dieu ils ne savaient pas encore que j’étais amoureuse et pourtant je pouvais déjà sentir qu’ils avaient peur pour moi. Puis la bombe est tombée, pendant quelques minutes le silence était le seul bruit que l’on entendait et finalement ma mère c’est avancé vers moi et m’a demandé de l’inviter pour apprendre à le connaître. Tout dans leur attitude montrait qu’ils réservaient leur jugement. Et ils l’ont fait, jusqu’à la fin, ils ont accepté que j’aime cet homme. Ils voulaient me blâmer, mais ils comprenaient, après tout eux-même avaient trouvé l’âme sœur en l’autre personne, peut-être que ce Gru était le mien ? Je ne voyais pas aussi loin, pour moi Gru était l’homme parfait, je ne pouvais pas rêver de mieux.

Puis mes parents l’ont rencontré, je sentais dans leur regard et dans leur voix qu’il n’était pas d’accord avec mon choix d’homme, mais c’était le mien et comme il me rendait heureux, ils ne diraient rien par respect pour mes sentiments. C’est peut-être seulement deux ou trois mois plus tard que j’ai décidé de lui offrir le don le plus précieux que j’avais chez moi, ma virginité. Je lui faisais confiance, c’était l’homme que j’aimais et surtout qui m’aimait, jamais il n’aurait pu me trahir. J’étais amoureux, aveuglée par mes sentiments et je n’ai vu le vrai visage de Gru qu’un fois l’avoir vu avec l’une des créations de mes parents entre ses mains. Mon coeur s’est brisé à ce moment là, j’aimais un voleur, pire encore, j’aimais le voleur de mes parents. Je venais de lui faire le don le plus précieux et il venait de me briser le coeur. Pourquoi est-ce que je ne m’élançais pas pour l’arrêter ? Parce que le choc m’avait laissé vide d’émotion, vide de toute substance. Je ne voulais pas y croire pourtant tout s’était passé devant mes yeux, je ne pouvais plus nier l’évidence, mes parents avaient raison et moi, moi la cruche de service, je me suis fait avoir. Il était parti, laissant la maison vide et le seul témoin du drame était ce collier, mon collier, celui qui me faisait office de porte bonheur. Le flocon gisait sur le sol de la même manière que les morceaux de mon coeur gisait sur le sol de mon coeur.

Les images continuent à s’imposer à moi jusqu’à ce que la dépression commence. Tout ce que je revoyais me donner l’impression de regarder le film d’une autre personne. J’étais cette Juny malade d’amour et j’étais aussi celle qui avait dépassé tout ça, j’étais elle et en même temps, j’étais une autre. Je vois ma version plus jeune s’enfermer de plus en plus en elle-même, devenir de plus en plus maigre jusqu’à ce que ses parents décident de faire quelque chose. Ils ne voulait pas que leur fille disparaisse, mais la perte de l’homme qu’elle aimait lui avait porté un coup presque fatal. Je voyais les cauchemars arriver petit à petit pour finalement devenir une constante qu’elle ne comprenait pas. A force de s’enfermer en eux, elle perdit petit à petit sa vitalité et se laisser entraîner dans les méandres de son âme. La douleur était omnipresente et avait pour compagne la peur, la peur de ne pas réussir à vivre sans Gru, mais aussi la peur de cet homme en noir, qui venait la visiter dans ses sommeils, qui ravivaient ses cauchemars.

Mon attention se perturbe un instant et quand je lève les yeux vers les autres personnes de la pièce, je vois mes parents contre Gru et son équipe. Mais je ne veux pas qu’ils blessent ces gens, je ne veux pas qu’ils blessent l’homme qui a volé mon coeur il y avait quelques petites années. Sans un mot, je tends le bras vers lui, je veux lui dire ce que je ressens. Alors comme pour faire un marché, je tend la main Gru, il s’avance, je vois qu’il a autant envie que moi de parler. Je me tends vers lui dans l’intention de bouger un peu de pouvoir commencer à vivre ma vie dans mon propre corps, mais mes parents ne sont pas de cet avis, ils s’élancent pour se mettre entre Gru et moi, comme pour nous empêcher de parler, de nous toucher. Mon père se met entre nous deux et à ses yeux je sais qu’il n’hésitera pas à tuer Gru si je n’étais pas là. Les bras écartés, je regarde mon père barré la route pendant seulement quelques secondes avant de tourner mon visage vers Gru. J’ai envie de lui parler, mais je sais aussi que si mes parents font ça, c’est simplement pour me protéger, me protéger d’un homme qui a un jour brisé mon coeur.




Code by Fremione.


Fitzwilliam Darcy


« Comment est votre blanquette ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Armie Hammer

Ѽ Conte(s) : Orgueil & Préjugés
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mr. Darcy

✓ Métier : Docteur en Amour
☞ Surnom : Gwen
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2841
✯ Les étoiles : 30191




Actuellement dans : « Comment est votre blanquette ? »


________________________________________ Mer 4 Juil 2018 - 23:05




Tout ce qui est petit est Minion et tout ce qui est grand est...

Tous se trouvaient dans une pièce. La bande des méchants et des gentils réunis. D’ailleurs, Darcy commençait à douter de la gentillesse proclamée de leur équipe dirigée par Gru, l’homme au grand nez.
Les deux « méchants » semblaient préoccupés par le bien-être de la jeune femme, celle qui avait crié. Était-elle la motivation de leurs soi-disantes mauvaises actions ? L’anglais regardait la scène qui se déroulait sous ses yeux d’un œil intrigué. Le train de ses pensées prenait de la vitesse. Le méchant s’était mis entre la jeune femme et Gru… Pourquoi ? Gru lui avait-il fait quelque chose ? Darcy arbora un air dubitatif. Cet homme au long nez était-il vraiment capable de faire du mal à quelqu’un ? A part bien sûr, planter le bout de son nez dans l’œil de son interlocuteur en lui faisant la bise ou en l’embrassant. En l’embrassant ? Une ampoule s’éclaira au dessus de la tête de Fitzy. Le méchant agissait comme un père face à son gendre. Plus l’anglais pensait à cette hypothèse, plus elle lui semblait probable. Une chose le dérangeait seulement : Juliana était beaucoup trop belle pour avoir une quelconque aventure amoureuse avec Gru et son nez imposant. Darcy haussa les épaules, après tout, il était le seul accro à son apparence. L’amour pouvait éclore entre n’importe qui, sa propre histoire lui en avait apporté la preuve. Fitzwilliam se décida à intervenir avant que la situation dégénère et qu’il se prenne un tir perdu. Avec le bol qu’il avait depuis la matinée, c’était à tous les coups ce qui se passerait.
Il s’avança vers le méchant et Gru.

- Restons calme d'accord ? Nul besoin d'en venir aux mains, ou aux pistolets.
Fit-il en jetant un regard terrifier aux armes.
- Et que proposez vous ? Lui répondit le méchant sans lâcher Gru du regard. Avez vous la moindre idée de ce qu'il a fait ?! S’écria-t-il en colère.

L’homme avait en effet tout d’un homme voulant protéger sa fille. Darcy se reconnu un peu quand il protégeait sa sœur autrefois. Il fixa les yeux de l’homme et paria qu’il avait le même regarde de haine et d’inquiétude quand Wickham avait voulu s’enfuir avec Georgiana dans le seul but de lui voler sa fortune. Gru avait-il volé quelque chose à Juliana ?

- Non, je n'en sais rien... Peut-être pourriez-vous raconter cela à tout le monde. Il marmonna ensuite : Si je suis dans le camp des méchants j'aimerais autant le savoir.

L’anglais jeta un regard un Gru pour montrer à tout le monde que dans cette phrase, méchant rimait Gru.
Bien sûr, il n’était en rien sûr que Gru était en vérité un homme aux vils intentions. La méchante l’avait quand même traîné lui et Krane dans un skate parc et leur en avait fait voir de toutes les couleurs. Peut-être que Gru était du côté obscur mais les deux parents y étaient sûrement aussi. Il allait maintenant déterminé lequel des deux parties était le moins mal attentionné. Darcy devrait alors se ranger du côté de ce parti. Les « gentils » avaient quand même plus tendance à gagner que les méchants.

Le père tourna son regard vers Darcy un instant, mais il vit du coin de l’oeil, sa fille tendre un peu plus la main vers Gru, qui lui tentait de s’avancer.

- NON ! JULIANA ! NE T'APPROCHE PAS D'ELLE ! TU LUI AS FAIT ASSEZ DE MAL COMME ÇA ! Hurla le méchant, le regard plus dur et noir qu’auparavant.

Il voulait obtenir vengeance, cela se lisait dans ses yeux. Gru se stoppa et leva de nouveau les mains en l’air.

- Vous, l’anglais. Interpella la méchante. Qu'en avez-vous à faire du camp dans lequel vous êtres ? Si vous êtes ici c'est bien que vous vouliez protéger cet homme et ce monstre des cauchemars ! Renchérit la femme avec autant de haine que son compagnon.

Elle désigna Gru et Pitch, enfin le corps de Pitch, là où Bru était encore enfermée. Darcy sentit ses entrailles se tordent, la viking couraient un danger. La situation était une bombe à retardement, qui à tout moment pouvait exploser. Et Bru pourrait bien en être une victime collatérale, tout comme Darcy d’ailleurs. Il souhaitait rentrer main dans la main avec sa chère et tendre, tous les deux en vie et en bon état.
La méchante pointait le canon de son arme sur toutes les personnes présentes. Fitzy pria presque pour que le tir éventuel le tue, et ne le transfère pas de nouveau dans le corps de Krane.

- Du calme ! Pour commencer, le "monstre" n'est pas dans son corps, c'est l'esprit de ma copine qui est là dedans. Darcy pointa le corps de Pitch du doigt. Alors ne faites rien qui pourrait lui faire du mal à elle ! De l’angoisse mais aussi un soupçon de menace se faisait sentir dans le son de sa voix.

Un silence plein de mal à l’aise plana dans la pièce. Les méchants échangèrent un regard. Juliana osa jeter un coup d’œil à Pitch mais détourna rapidement son attention vers Gru. Son regard était interrogatif et effrayé. Effrayé de comprendre qu’une autre personne était dans le corps du monstre des cauchemars et donc par conséquent que Pitch pouvait être n’importe qui d’autre dans cette pièce.
Darcy réalisa que la situation n’était en rien désamorcée. La tension était palpable dans la pièce.

- Bien. Dit la femme d’une voix qui ne rassura pas l’anglais.

Elle appuya ensuite sur un bouton. Chaque son résonnait dans la pièce d’une manière étrange à cause du silence glacial qui régnait toujours. Personne n’osait dire quoi que se soit. Le sourire glacial de la méchante gelait les cordes vocales de toutes les personnes présentes.
D’un coup, Darcy se fit emprisonner par le robot, qu’il avait à peine remarqué jusqu’à maintenant. Une lame se pressa contre sa gorge et son cœur se mit à battre à un rythme anormalement élevé. Le sang tambourinait jusqu’à dans ses tente, formant une pression insupportable sur son crâne. La mort le regardait avec un sourire malicieux.

- Maintenant. Dis nous qui est le soi-disant vrai Pitch. S'exclama la femme d’une voix tranchante.

Alors l’anglais regarda Pitch, regarda Brunhildr. S’il dénonçait Pitch, le corps de Bru pourrait être endommagé, peut-être que la viking resterait coincée à tout jamais dans l’enveloppe charnelle du croque-mort. Darcy se sentait imprégné d’une mission : protéger Brunhildr quand elle ne pouvait pas le faire elle-même. Il l’aimait, du plus profond de son cœur. Il l’aimait et devait tout sacrifier pour la protéger. Car, il ne pourrait plus vivre sans elle.

- C’est… moi… C’est moi… Ne faites de mal à personne…
Murmura Fitzwilliam en tentant de maîtriser les tremblements de sa voix.

Le sacrifice était pour lui, une chose inédite. Enfin, le sacrifice de sa vie l’était.
L’anglais tenta de mettre ses mains en l’air mais ses doigts tremblaient plus que ceux d’un malade de Parkinson. La peur le tétanisait tout entier. Mais étrangement, Darcy ne parvenait pas à regretter son acte héroïque, il n’arrivait pas à dénoncer le véritable Pitch.
S’il réussissait à s’en sortir, ce moment devrait être reconnu comme historique. Et l’anglais préférerait vraiment que son acte d’héroïsme ne soit pas reconnue post-mortem.

- Vous êtes si brave. Merci pour cette franchise. Déclara la femme avec sarcasme.

Elle fit alors un hochement de tête et la lame commença à entailler la peau de Darcy. L’anglais ferma alors les yeux. Une larme perla sur sa joue et il pria pour atterrir dans un monde meilleur une fois que la lame eut fini son trajet.
Alors Adam esquissa un mouvement vers Darcy. Le chevalier allait voler au secours de la demoiselle en détresse qu’était l’anglais. Mais Parker n’eut pas le temps de faire quoi que se soit, la lame se stoppa. Le robot sembla être sur arrêt.
L’anglais expira tout l’air de ses poumons tant le soulagement était immense. Il essuya rapidement le reste de larme salée sur sa joue avant que quelqu’un lui en fasse la remarque. Le blond se retourna vivement et vit l’agent S surgir derrière le robot, des fils électriques plein les mains.

- Ca suffit cette mascarade ! Vous semblez bien trop lâche pour être ce que vous prétende. S’écria la méchante.

Grillé, pensa Darcy avec un peu de soulagement tout de même. La femme braqua son premier canon sur le corps de Bru puis son deuxième sur l’anglais. Son compagnon pointa sur arme sur Gru de plus belle. Ils allaient tous les deux tirer. Fitzwilliam ouvrit des yeux plein de terreur. Mais rapidement, de la détermination prit le pas sur son regard terrifié. Il devait agir.
Sans réfléchir davantage, l’anglais se jeta sur le canon de l’arme qui le pointait. Adam, comme le sauveur qu’il était, sauta sur la femme. Cela évita à Darcy un énorme trou dans la poitrine. Décidément, Parker devrait être sacré chevalier en titre de l’anglais. Le tir dévié atterrit sur le robot, qui tomba sous l’impact. La lame qu’il tenait encore à la main, effleura le bras de Darcy, mais heureusement, son costume le protégea d’une nouvelle coupure.
L’anglais était intact, ce qui ne fut pas le cas d’Adam. Il fut touché à l’épaule, prenant un tir à sa place du corps de Bru. Darcy ne le remercierait jamais assez pour cela.

- Adam ! Fitzy se précipita vers son ami. Son épaule droite saignait abondamment. Il ne semblait pas être touché gravement mais la blessure était visiblement très douloureuse, faisant grimacer Adam de douleur. Est-ce que ça va ? Si tu vois une lumière n’y vas pas, c’est un piège. Il fit une pause. Merci beaucoup.

Ce n’était pas le moment pour sortit les violons mais peut-être n’aurait-il plus jamais l’occasion de remercier Adam qu’il considérait maintenant comme un vrai ami. Parker sourit mais une quinte de toux le prit. Il hochait la tête et on entendait son souffle rapide et lourd.

Darcy fut arraché à ce petit moment d’amitié par un cri.

- Non ! Arrêtez !
Hurlait Juliana après qu’elle eut rassemblé toutes ses forces pour avoir une voix si forte.

Son père venait de tirer et l’agent S tenta de dévier le tir mais celui-ci l’atteint à la cuisse.
Il y avait deux blessés. Et la situation était loin d’être réglé. Juliana devait faire entendre sa voix, c’était à elle d’imposer la paix. Darcy lui lança alors des regards d’encouragements, mais la jeune femme n’y fit pas attention, trop occupée à réunir ses forces pour tenir debout.
L’anglais jetait un regard à Bru et à son corps. Tous deux étaient intacts. Au moins une mission de réussi.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Fallen & Poor Gentleman...
... Modern & Jailed Valkyrie
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74556-chronologie-du http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t77779-darcy-o-les-liens-d-un-gentleman-plein-de-fierte

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 5 sur 7
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Evénement #95 : Minionement vôtre [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ Grande Place