Gravity
FALLS !

de Dyson

Minionement
Vôtre
de Adam & Pitch

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ L'Héritage Perdu ! ☆ Evénement #97
Une mission de Lily Olyphant - Ouverture : 4 juillet 2018
« La Vérité sans Compromis ! »

Partagez | .
 

 Attentat au bon goût - Lucy 2.0

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Deborah Gust


« Si on schtroumpfait ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3868
✯ Les étoiles : 3720




Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Mar 19 Juin 2018 - 23:30

Il y a des crimes qu'on ne peut pas pardonner. Rectification : il y a des crimes que je ne peux pas pardonner. Et, croyez-le ou pas, de nombreux crimes de la sorte sont commis tous les jours à Storybrooke. Je suis certes géniale, mais pas au point de pouvoir me démultiplier à l'infini pour rendre ce monde meilleur et visuellement plus supportable. En plus, je ne suis pas suffisamment généreuse pour avoir envie de le faire. Mais quand pareil acte est commis sous mon nez, je suis obligée d'agir.
Tout a commencé il y a deux ans, quand Riley est morte et que je suis arrivée ici. La malchance a voulu que, non contente d'être vraiment pourrie, cette ville a commencé par me mettre en relation avec la lie de sa population. Parmi eux : Dyson Walters, le psychologue agaçant qui n'en a visiblement jamais pris conscience. Dès que je l'ai vu, j'ai su que lui et moi ne serions jamais amis. Ce que je ne savais pas alors c'est que nous serions un jour ennemi.
J'avais dû me montrer patiente et méticuleuse. Plus que d'ordinaire, j'entends. J'avais alors passé près de deux ans à monter un dossier solide - en béton armé, si vous tenez à le savoir - pour ne lui laisser aucune chance. Puis j'avais vaguement appris qu'il était dans le coma mais décidé tout de même de poursuivre mon œuvre car le bien n'attend pas.
Lucy Wright était une avocate qui avait le bon goût d'être rousse et jolie. Et d'être avocate, puisque c'était ce dont j'avais besoin, là tout de suite. J'aimais énormément les rousses. Preuve en est : je m'aime énormément. Plus que tout au monde. Elle ne pouvait pas être rousse et totalement stupide, j'avais donc décidé qu'elle ferait l'affaire. Dans le pire des cas, elle serait au moins jolie à avoir dans la même pièce.
J'attendais dans la salle d'attente depuis déjà trois minutes et feuilletai Women Daily en me demandant qui était la grue qui avait embauché cette niaiseuse d'Amelia Peters au courrier du cœur quand enfin on réalisa mon importance. La secrétaire m'indiqua de Mlle Wright allait me recevoir et mon mépris lui fit bien comprendre tout ce que je pensais d'elle (la secrétaire, pas Wright, pour les deux du fond qui dorment).
Puis je m'avançai d'un pas assuré, le menton relevé et le regard perçant. Une fois dans le bureau de Lucy, je ne pris pas la peine de lui serrer la main. J'observai l'endroit - plutôt chic, professionnel et livré avec la jolie rousse que je voulais et sur qui je finis par poser mes yeux. J'entrai alors dans le vif du sujet sans perdre un instant :
- Je suis Deborah Gust mais vous pouvez m'appeler Deborah. Cela dit, j'accepte également les qualificatifs mélioratifs et peut-être que je ferai un effort pour retenir votre non. Ca va dépendre, en fait, avouai-je, nonchalante en observant ma manucure. Etes-vous suffisamment brillante pour mériter que j'apprenne votre nom ?
Je plantai mes yeux dans les siens, n'attendis pas sa réponse et repris en posant mon lourd dossier sur son bureau :
- Tout est là. Je suis tellement géniale que je vous ai mâché le travail et j'ai tout classé par ordre chronologique. Les pastilles jaunes sont pour les délits mineurs. Les oranges pour les délits et les rouges pour les crime. Vous verrez qu'il y a majoritairement des crimes. Je ne sais pas ce que vous en dites mais je pense qu'autant de mauvais goût ça vaut au moins la prison à perpétuité. Mais allez y, analysez et parlez, c'est vous l'experte.
Il y avait un peu de flatterie dans tout ça, évidemment.
Je m'assis enfin dans le fauteuil en cuir prévu à cet effet, notant que la secrétaire idiote ne m'avait pas fait apporter de café glacé ce qui aurait quand même été le minimum syndical. Ca ou un Starbucks et mon prénom calligraphié sur le gobelet.
Tout se perd...
La rouquine, de son côté, étudiait le dossier que j'avais monté contre Dyson Walters et son mauvais goût congénital. Dès que je le croisais, les choses empiraient. A ce niveau-là, ce n'était ni plus ni moins que de la mauvaise volonté.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Lucy Wright


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jessica badass Chastain

Ѽ Conte(s) : La Famille Pirate
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Lucile MacBernik

✓ Métier : Avocate ✗ Dirige une maison de poker illégale au dessus de son bureau mais chut.


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 884
✯ Les étoiles : 1107




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Ven 29 Juin 2018 - 9:15


Attentat au bon goût
Mon portable vibre.

A QUAND LA PROCHAINE PARTIE ? M.

Je réponds rapidement au sms avant de me lever et de me préparer. J’avais un rendez-vous aujourd’hui. Prenant une douche rapide, je m’habille d’une de mes nouvelles tenues acheter récemment et je me coiffe rapidement avant de me maquiller. Lily dormait chez Eliza alors je n’avais pas à m’inquiéter pour ma fille et il fallait que je me dépèche parce que je risquais d’être en retard. Quittant mon studio, je ferme la porte avant de me rendre jusqu’au bureau.

« Bonjour Adeline. »

Je salue ma secrétaire avant de me rendre dans mon bureau et de refermer la porte pour m’installer. Posant mon manteau sur le porte manteau et m’installe à mon bureau avant de lever le regard vers la jeune femme qui venait d’entrer.

« Bonjour Mademoiselle Gust. » dis-je simplement avec un léger sourire « je suppose l’être assez pour accepter votre affaire. Je vous montre ? »

Un sourire narquois né sur mon visage. Je regarde le dossier qu’elle pose sur mon bureau avant de lever le regard vers elle.

« Je vais regarder tout ça. Vous voulez peut être un café ou quelque chose à boire ? » demandais-je à la jeune femme.

Attendant sa réponse, je commençais à feuilleter le dossier qu’elle avait elle-même fait et c’était intense. Des photos, des notations et tout ce dont j’avais besoin pour qu’un procès soit gagné. Un petit rire m’échappa avant que je ne lève le regard vers la jeune femme.

« C’est vraiment du bon boulot et je crois bien que ça peut être bénéfique pour nous tout ça. Vous voulez vraiment envoyer en prison Dyson Walters ? »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Take my hand and become a Pirate !

Deborah Gust


« Si on schtroumpfait ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3868
✯ Les étoiles : 3720




Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Ven 29 Juin 2018 - 21:52

Mais c'est qu'elle avait confiance en elle, la rouquine ! J'attendais de voir si elle avait bien fait d'être aussi sûre d'elle car on ne sait jamais, surtout dans cette ville de ploucs où les apparences sont parfois trompeuses. Tenez, prenons un exemple, je sens que ça vous intéresse. Regina Mills. On pourrait croire, si on base son jugement sur ses tailleurs impeccablement coupés, son air volontaire et ses escarpins cirés qu'elle ait une personne distinguée qui pourrait, éventuellement, prétendre à me fréquenter - et dieu sait s'il s'agit d'une chance immense. Sauf que non. Regina Mills n'a de superbe que l'extérieur - et aussi la connerie, faut bien le reconnaitre. J'ai une fois essayé de me mettre à son niveau mais c'était tellement fatigant que j'ai arrêté.
Bref, tout ça pour dire - en plus de troller Marie Lou - qu'il faudrait bien plus que des belles paroles pour que Lucy Wright me convainque.
Mais on pouvait effectivement commencer par un cappuccino.
- Vous pensez que votre assistante fait des cappucinos décents ? J'ai le palais sensible et aussi les gouts les plus simples du monde : je me contente du meilleur, expliquai-je, nonchalante, en tortillant une mèche de mes cheveux comme si je m'en fichais totalement.
Sauf que ce n'était absolument pas le cas. Tout était pensé, millimétré, prévu. C'est ça, le style.
J'aurais bien appelé l'assistante pour passer commande, sauf que puisque c'était Wright qui offrait, c'était à elle d'aller au bout de la démarche. Rapidement, de préférence. C'était une chose de passer en revue mon excellent travail, mais fallait quand même penser à mon confort immédiat et plus particulièrement à celui de mes papilles desséchées.
Réflexion faite, j'aurais pu - dû ? - exiger que la secrétaire court au Starbucks du coin, fasse calligraphié mon prénom sur un mug et revienne en deux deux avec une délicieuse boisson. Mais, comme vous le voyez, je sais me montrer raisonnable. Ca, ça s'appelle la perfection. Je vous l'accorde, elle n'est pas donnée à tout le monde. Deborah me bénisse.
Pour continuer dans l'exemplification qui me permet de me mettre au niveau de vos cerveaux défectueux, Lucy n'était pas synonyme de perfection. Ou alors elle avait choisi la question rhétorique la plus pourrie qui soit parmi le large choix qu'elle avait pourtant. "Etes-vous vraiment aussi parfaite que vous en avez l'air ?", "Pourquoi Dyson n'a-t-il pas déjà été arrêté et condamné pour attentat à la mode ?", "Puis-je avoir un autographe ?"... et j'en passe.
Je ne laissai cependant rien paraitre de ces réflexions, me contentant de décroiser les jambes et de planter mon regard dans le sien.
- Est-ce que j'ai vraiment l'air d'une personne qui plaisante ? demandai-je, rhétorique, pour le coup. Dyson Walters me fait mal aux yeux et me sors par les trous de nez. Je prendrai toute sentence qui sera jugée suffisante pour le punir de son manque de goût criant et de son ravalement de façade raté. Je me doute bien que ça ne vous traverse pas l'esprit tous les jours parce que vous avez la chance d'être jolie - et rousse - mais il y a sur cette planète des gens vraiment très moches qui ont en plus l'outrecuidance d'être particulièrement agaçants. Et ça, de mon point de vue, c'est un crime fédéral. Prison, interdiction de m'approcher, obligation d'être coaché par Pascal le grand frère… Ce sera le juge qui décidera et s'il fait bien son travail Dyson obtiendra la sanction qu'il mérite.
Je marquai une pause pour observer mes cuticules et demander finalement :
- Je ne vois toujours pas de cappuccino.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Attentat au bon goût - Lucy 2.0





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville