Gravity
FALLS !

de Dyson

Minionement
Vôtre
de Adam & Pitch

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ L'Héritage Perdu ! ☆ Evénement #97
Une mission de Lily Olyphant - Ouverture : 4 juillet 2018
« La Vérité sans Compromis ! »

Partagez | .
 

 I want to feel sexy and free ! (PV Deborah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Angelika B. Beresford


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Katheryn Winnick

Ѽ Conte(s) : Bernard & Bianca
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Miss Bianca

✓ Métier : Médecin, Associée de Sherlock Holmes
☞ Surnom : Angel
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1053
✯ Les étoiles : 9353




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mer 4 Juil 2018 - 7:41


I'm feeling sexy an free !
Montre-moi à quoi pourrait ressembler la nouvelle Angelika

« Ridicule ! »

Ne cessais-je de me répéter tout en observant la foule des badauds aller et venir sans même prêter une attention particulière au banc sur lequel je m’étais assise quelques minutes auparavant. Ne cessant de fixer le cadran de ma montre, je ne pouvais m’empêcher de pester face à la grande aiguille qui continuait sa course folle semblant se moquer ouvertement de la petite souris qui craignait plus que tout le rendez-vous qui l’attendait. Pour quelle raison ? ll ne s’agissait pourtant pas d’une séance chez le dentiste ou d’une entrevue avec son patron. Mais c’est sans doute ce qui me gênais au plus haut point ! Je ne me trouvais pas ici pour parler de ma santé ou de mon travail. Au contraire, si j’étais ici c’était pour parler de moi. Un exercice auquel je n’étais guère habituée ! D’ordinaire, je me contentais d’écouter les gens et de les accompagner sur le chemin de l’espoir et de la rédemption. Jamais encore je n’avais eu l’occasion de parler de ma propre vie. C’était pourtant ce à quoi j’allais être confrontée aujourd’hui !

« Allez Angelika ! Essaie au moins de la rencontrer ! Je t’assure que ça te fera le plus grand bien ! »

Les paroles d’Hayden résonnaient en boucle dans mon esprit alors que tentais de me convaincre qu’une rencontre avec Deborah Gust était tout ce dont j’avais besoin en ce moment. C’était à lui que je devais cette rencontre ! Bien évidemment, qui d’autre aurait-il pu prendre autant plaisir à jouer les psys conciliants ? Il me l’avait chaudement recommandée un jour où je m’étais ouvertement confiée à lui… mon envie de m’émanciper de mon rôle d’ombre pour apprendre à mieux m’écouter, mes problèmes liés à ma vie personnels et sentimentales etc. Il fallait que je me reprenne en main pour redécouvrir la femme que j’étais et que j’avais perdue de vue à force de rester focalisée sur les problèmes d’autrui. Selon lui, elle était la femme de la situation. Il ne restait plus qu’à espérer que je n’étais pas en train de commettre une grossière erreur !

Me relevant de m’approchais de la baie vitrée du magasin située en face de moi. Tentant difficilement de deviner mon reflet dans la glace, je regardais d’un œil douteux la jolie robe noire à dentelle que je portais pour cette occasion. Sachant la rouquine très à cheval sur le bon goût, j’avais fait mon possible pour me vêtir et me coiffer avec beaucoup de goûts. A présent, je me sentais affreusement nerveuse et je doutais de mes propres choix. Allais-je vraiment faire bonne impression ? Sentant une personne s’approcher de moi, je finis par me retourner dans un sursaut.

« Oh pardon, je ne vous avais pas entendu approcher ! »


Dévisageant ensuite la femme qui se tenait devant moi, je tentais de découvrir son identité. Une allure décidée qui semblait témoigné d’un caractère bien trempé, une tenue des plus parfaite témoignant de son bon goût. Pas de doute, j’avais bien à faire à Deborah Gust ! Laissant apparaître un sourire charmant et accueillant sur mes lèvres, je lui tendis la main en signe de salutations.

« Vous devez être Deborah Gust, c’est bien cela ? Je suis enchantée de vous rencontrer, je suis Angelika Beresford. »
acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Everybody lies to you, Angelika !
La rédemption, ça n'existe que dans les contes de fées !
Mais tu es trop bête pour pouvoir le comprendre,
N'est-ce pas, naïve petite souris ?
En ligne

Deborah Gust


« Si on schtroumpfait ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3868
✯ Les étoiles : 3720




Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Mer 4 Juil 2018 - 22:45

Hayden Ravenswood était une drôle de personne. Pour commencer, il était trop maigre. C'était presque un défi pour la physique de le faire tenir debout, surtout par jour de grand vent. Capillairement parlant aussi, il était étonnant. Mais en dépit de tous ces défauts, c'était un docteur de compagnie supportable, presque brillant. Disons qu'à côté de moi il restait terne mais qu'en comparaison à la majeure partie de la ville, il valait quelque chose.
En tout cas, il avait suffisamment de valeur pour reconnaitre la mienne et agrandir ma réputation dans cette ville. Autant de pertinence méritait au moins ma considération. Il m'avait contactée quelques jours auparavant pour louer ma perfection et m'informer que Mademoiselle Beresford allait bien me contacter à son tour pour tenter d'atteindre, elle aussi, la perfection. Certes, il ne l'avait pas dit comme ça mais c'était l'idée. J'avais demandé si elle était moche, il avait dit que non et j'avais accepté.
Nous avions convenu d'un rendez au centre-commercial, mon terrain de jeu préféré. Et je ne tardais pas à apercevoir ma nouvelle poupée. Un sourire carnassier naquit sur mes lèvres. Je ne la voyais pour l'instant que de dos mais ce que j'observais était très appréciable. Il se pouvait donc que les yeux de Hayden ne soit pas seulement sempiternellement écarquillés mais qu'ils sachent aussi voir correctement.
Je m'approchai et elle me reconnut, ce qui est logique car ma réputation me précède toujours. Ca s'appelle le style, si jamais vous vous demandez.
- Moi aussi je suis enchantée, répondis-je nonchalamment. Tous les matins c'est ce que je me dis quand je me croise dans le miroir : Deborah Gust, enchantée de te rencontrer. Vous en avez de la chance, si je peux me permettre.
D'ailleurs, je me permettais toujours. C'est purement rhétorique de tourner les choses de la sorte.
Je commençai ensuite à lui tourner autour, l'air concentré, faisant abstraction de tout le reste. Il fallait que je commence par examiner la poupée blonde pour comprendre tout ce que nous aurions à faire.
- J'aime bien la robe, commentai-je en continuant de lui tourner autour quand j'en eus suffisamment vu pour reprendre la parole mais continuer de me rincer l'œil (car il faut dire les choses comme elles sont : Angelika valait bien une Elsa et Hayden n'avait pas menti). La coiffure aussi. J'aime moins l'assurance parce que… bah y en a pas, en fait. Va falloir arrêter de chercher à prendre le moins de place possible et de sourire niaisement. Vous êtes pas dans un trou de souris et avec un minois pareil vous pouvez mettre le monde à vos pieds.
Je laissai passer un temps avant de soupirer, presque lasse de mon talent :
- Ouais… vous avez vraiment de la chance de m'avoir. Allez-y, je vous écoute. C'est quoi le souci d'après vous ? Votre souci, je veux dire. Pas le mien vu qu'il y en a pas.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Angelika B. Beresford


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Katheryn Winnick

Ѽ Conte(s) : Bernard & Bianca
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Miss Bianca

✓ Métier : Médecin, Associée de Sherlock Holmes
☞ Surnom : Angel
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1053
✯ Les étoiles : 9353




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Jeu 5 Juil 2018 - 20:01


I'm feeling sexy an free !
Montre-moi à quoi pourrait ressembler la nouvelle Angelika

Dès les premières paroles de Mademoiselle Gust, je ne pus m’empêcher de rire gentiment. La confiance de cette femme sur sa propre personne était tout bonnement stupéfiante mais également très touchante. Je l’enviais un peu, moi qui n’avait pas une once d’arrogance en moi… et peut-être aucun amour propre non plus.

- Je commence à comprendre pourquoi Hayden vous apprécie tant. Pas de doute, vous êtes aussi stupéfiante que dans ses dires ! Je vous envie… ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir une telle assurance !


Puis, ma conseillère commença sa tournée d’inspection. Je ne la lâchais pas du regard tandis qu’elle me scrutait de la tête au pied. Je me laissais alors faire sans ajouter un mot ou prendre le risque de m’offusquer. Après tout, je vivais avec Sherlock Holmes. J’avais depuis longtemps appris à me faire à ce genre de comportement. Les propos qu’elle tint me surprirent alors d’avantage. En quelques secondes, elle avait su cerner le problème avec un professionnalisme qui dépassait l’entendement ! Dommage que mon cher détective ne l’ait pas rencontrée, ils auraient pu former un duo d’une efficacité étonnante. Je repris alors, tout en ne pouvant m’empêcher de rougir en me rappelant du terme de « joli minois » qu’elle avait employée à mon sujet.

- Je… je vous remercie pour vos compliments ! Mais je… enfin je dois admettre que vous avez raison ! Je n’en ai malheureusement aucune !

Je rougis alors légèrement et laissa mon regard retomber vers le sol. Ce n’était pas une mince affaire que de reconnaitre ses propres défauts. Mais à quoi cela m’aurait-il servi de lui mentir ? Il valait mieux pour moi faire preuve d’une franche sincérité ! Elle était là pour m’aider après tout.

Lorsqu’elle me demanda de parler de mes soucis, je portais machinalement ma main vers le collier que je portais à mon cou. Je caressais alors machinalement la petite souris de métal qui y était suspendue. C’était d’une stupidité sans nom de l’avoir gardé aussi longtemps et encore plus de le porter en cette occasion ! Relâchant mon emprise sur le bijou, je soupirais légèrement.

- Je crains de n’avoir rien de bien original à vous répondre… c’est un homme ! Ou plutôt l’image de moi qu’il me renvoit !


D’une manière ou d’une autre, je ne pouvais nier que mon enveloppe charnelle je la devais avant tout à Balthazar Graves. C’est son imagination qui, il y a une vie de cela, avait été responsable de mon apparence physique. Je n’étais alors qu’un rêve, un de ses fantasmes personnels de l’époque ! Pourtant aujourd’hui, il y demeurait totalement insensible et indifférent ! Notre histoire était terminée depuis longtemps mais mon apparence physique demeurait immanquablement rattachée à sa personne. Si j’avais pu, je l’aurais totalement modifiée pour ne plus ressentir la gêne que je ressentais à chaque fois qu’une personne faisait référence à ma beauté ! Mais c’était impossible… la petite souris demeurerait ainsi à jamais !

- Je ne me sens pas très bien dans cette peau et je pensais… enfin j’espérais qu’un changement de look me permettrait de me percevoir autrement ! Je pense que c’était avant tout ça qu’il faut que je change chez moi ! Il faut que j’oublie la femme que j’étais autrefois… et je pense que vous pourriez m’aider à changer mon opinion sur l’image que me renvoie mon miroir !

Voulant détendre l’atmosphère, je lui adressais un léger clin d’œil timide accompagné d’un sourire malicieux.

- Et je vous avoue que l’idée de me sentir désirable à nouveau ne serait pas pour me déplaire !

acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Everybody lies to you, Angelika !
La rédemption, ça n'existe que dans les contes de fées !
Mais tu es trop bête pour pouvoir le comprendre,
N'est-ce pas, naïve petite souris ?
En ligne

Deborah Gust


« Si on schtroumpfait ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3868
✯ Les étoiles : 3720




Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Ven 6 Juil 2018 - 0:44

Et en plus elle m'enviait. C'était sorti texto de sa bouche. Angelika avait tout pour me plaire : elle était jolie, suffisamment intelligente pour m'admirer, prête à m'écouter et, surtout, pas aussi cool que moi donc incapable de me faire de l'ombre. Pour ainsi dire, elle était la femme idéale.
J'aurais pu lui dire que, oui, on m'enviait souvent (même si la plupart des gens sont trop fiers pour le dire) mais ça, elle le savait déjà. J'en étais sûre. Ïnutile de gaspiller ma salive en paroles.
Angelika, par contre, gaspilla la sienne. Mais c'était courant avec les personnes qui ne sont pas de mon niveau. Bien sûr, un merci ça fait toujours plaisir (il parait, moi, ça me laisse la plupart du temps indifférente) et s'entendre dire qu'on a - une fois de plus, j'espère que vous comptez et que vous prenez des notes - qu'on a raison fait encore plus de bien. Mais pour le reste, elle ne faisait que reformuler ce que j'avais dit. Enfin bon. Personne ne peut-être parfait puisque je le suis déjà. Au demeurant, ça lui conférait un certain charme. Angelika avait les airs de poupées en porcelaine d'Elsa mais sans l'obsession pour les règlements médiévaux - ou alors elle cachait bien son jeu mais je doutais que pareille tare puisse exister deux fois dans la même ville et pour deux blondes de surcroit. J'avais presque envie de relever délicatement son joli petit menton pour la regarder droit dans les yeux avant de l'embrasser. Mais nous ne parlions que depuis deux minutes et je suis distinguée.
Elle releva pourtant la tête très bien toute seule, pour attraper ce pendentif sourcier que j'avais évidemment noté quand je l'étudiais. A tous les coups, c'était lié à son ancienne vie. Les gens d'ici ont l'habitude ennuyeuse d'en porter des souvenirs comme pour revendiquer leur différence alors que, désolée, mais on est pas dans un épisode de Glee.
- Ca, je ne vous le fais pas dire ! commentai-je quand elle eut avoué que toute cette affaire était liée à un homme. Mais bon, je vous pardonne, annonçai-je avant qu'elle ne poursuivre.
Qu'on se le dise, je ne suis pas psy. Alors je n'aurais pas forcément eu besoin de toute la psycho-thérapie dans laquelle elle nous embarqua. Mais cela eut le mérite indéniable de révéler à quel moment de son raisonnement la souricette faisait erreur. Hmm, que c'est plaisant de se montrer plus futée que les autres ! et ce, sur leur propre vie !
Il fut furtif, pourtant je perçu son clin d'œil qui se voulait sans doute complice mais qui rata un peu - beaucoup - son effet. Aha ! Angelika tentait, avec l'énergie du désespoir d'exprimer son potentiel. Là, peut-être - sûrement - que je pouvais faire quelque chose.
- En fait il faut que vous oubliez l'homme que vous aimiez autrefois, corrigeai-je, les bras croisés et l'air nonchalant. Contrairement à ce qu'ils pensent les hommes ne sont pas le centre de notre univers - ni de l'univers tout court, d'ailleurs. Laissez moi deviner : il en aime une autre mais la gentille petite souris - si vous me dites que vous êtes celle qui collecte les dents des enfants je vous préviens, on arrête tout tout de suite - que vous êtes est restée son amie parce qu'elle aime profondément être la gentille petite souris de l'histoire que personne ne remarque. Eh bah je vais vous apprendre un truc puisque visiblement vous l'avez pas encore appris : c'est pas comme ça qu'on devient l'héroïne de sa propre vie.
Je marquai une pause, le temps qu'elle digère tout ça.
- C'est même pas ça le plus triste. Vous avez du potentiel. J'admets que votre clin d'œil était limite embarrassant mais au moins vous avez essayé. Vous avez cette femme assurée qui fait des clins d'œil en vous, faut juste lui laisser un peu de place et l'assumer. Relever le menton et revendiquer votre place. En plus, si vraiment vous y tenez, ça fera regretter au fameux monsieur de vous avoir éconduite, notai-je avec un sourire carnassier.
J'attrapai ensuite son bras pour l'entrainer à ma suite dans la boutique.
- Assez blablater, Super Souris. Il est temps de réveiller la femme fatale qui sommeille quelque part sous trois tonnes de bienveillance. D'ailleurs, l'approchez pas trop de moi, votre bienveillance, je crois que je suis allergique. Et puis, arrêtez de dire des bêtises, aussi. Vous êtes déjà désirable, c'est juste que vous pouvez l'être encore plus.
Avec la même nonchalance que celle qui accompagnait mes dires je l'emmenai devant un portant de robes ultra sexy à la Jessica Rabbit mais sans les obus en silicone.
- D'après vous, ça met quoi une femme assurée ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Angelika B. Beresford


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Katheryn Winnick

Ѽ Conte(s) : Bernard & Bianca
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Miss Bianca

✓ Métier : Médecin, Associée de Sherlock Holmes
☞ Surnom : Angel
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1053
✯ Les étoiles : 9353




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Jeu 12 Juil 2018 - 20:32


I'm feeling sexy an free !
Montre-moi à quoi pourrait ressembler la nouvelle Angelika

La rouquine qui se tenait devant moi était une femme des plus déstabilisantes ! Certes c’était prévisibles de la part d’une femme exerçant cette profession avec un talent que tous ses clients lui reconnaissaient volontiers ! Cependant, je ne m’étais pas attendue à une telle franchise et effervescence de sa part. Son comportement ne me dérangeait nullement, au contraire ! Elle était une véritable bouffée d’air frais dans ma vie un peu trop monotone et elle me plaisait déjà beaucoup. Ne pouvant détacher un sourire enchanteur de mes lèvres, je la dévisageais avec le même soin que celui qu’elle avait porté à ma toilette. Assurément, elle savait ce qu’avoir de la classe voulait dire et elle parviendrait sans nul doute à réaliser mes ambitions personnelles !

Je ne pu m’empêcher de rougir lorsqu’elle confirma que mes craintes personnelles étaient des plus banales ! Mais c’était pourtant bien là que ma vie se trouvait en ce moment. Perdue entre le souvenir de mon très cher barbier qui me poussait constamment à me rapprocher de lui et celle, beaucoup plus raisonnable, de le fuir comme la peste. Les paroles de mon nouveau coach ne me rassurèrent nullement cependant. Elle ne se trouvait pas dans ma situation, que pouvait-il savoir de notre histoire commune à Balthazar et moi ? Je savais pourtant qu’elle avait raison, c’est sans doute cela que je devais faire pour avancer ! Mais comment oublier un homme que j’avais aimé durant toute ma vie depuis notre première rencontre. Hochant simplement la tête, je lui adressais un sourire à la fois triste et désabusé.

« Vous avez sans doute raison ! D’ailleurs je fais mon possible pour y parvenir. Pourquoi continuerais-je à rester attachée au souvenir d’un homme qui n’a d’yeux que pour une autre… Mais c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire ! Vous savez, il me semble que nous connaissons depuis toujours. Ce n’est pas évident de faire un trait sur un souvenir qui m’a accompagnée toute ma vie durant ! Cependant, si vous avez une recette secrète, j’avoue que je suis preneuse ! Oh en fait, je vous rassure tout de suite, je ne suis pas celle que vous croyez. »

J’avais ponctué cette petite remarque d’un sourire enjôleur comme pour chasser les tourments de mes premiers propos. Après tout, elle n’était pas là pour me voir m’étendre des heures sur ma vie privée des plus compliquées. Mes joues se tintèrent d’une nouvelle couleur rubiconde lorsqu’elle fit référence à mon clin d’œil qu’elle qualifiait des plus maladroits. Elle eut cependant le bon goût d’ajouter qu’elle croyait à mon potentiel et qu’il ne me faudrait pas beaucoup d’efforts pour faire ressortir cette femme fatale qui sommeillait en moi !

Je n’ajoutais cependant rien à cette remarque, laissant le feu follet me mener avec elle jusque dans une boutique de vêtements. Décidemment j’aimais de plus en plus son assurance ! Elle semblait pouvoir me mener jusqu’au bout du monde, dans un endroit qui m’était encore inconnu. Oserais-je l’avouer ? J’adorais ça ! J’avais hâte de découvrir la première étape de ma métamorphose !

« Votre projet serait donc de changer ma nature profonde ? C’est plutôt ambitieux de votre part ! Mai je suis quelqu’un de curieux alors allez-y ! J’ai hâte de voir ce que vous pourrez bien faire de moi ! »


Je ne tardais pas à regretter quelque peu mes paroles lorsque je vis le rayon vers lequel Deborah m’entraînait ! De toutes part, je voyais des robes plutôt osées bien que décentes et pleine de bon goût s’étaler devant moi. Jamais je n’avais porté ce genre de robes ! Il faut dire qu’en matière de séduction je misais davantage sur ma personnalité que sur mes atouts personnels ! Voilà sans doute pourquoi mes amants pouvaient être comptés sur les doigts d’une seule main ! Même si je ne m’en plaignais guère, j’aurais voulu sentir le regard de plus de personnes glisser discrètement dans ma direction. Interrompant le fil de mes pensées, elle m’interrogea sur les goûts que devaient obligatoirement possédés une femme assurée.

« Eh bien je dirais des robes assez courtes et proches du corps, des couleurs chamarrées et de préférences chaudes… le tout bien évidemment sans que cela ne paraisse vulgaire aux yeux des passants. Etre séduisante n’empêche pas d’avoir une certaine classe ! Est-ce que j’ai raison ? »
acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Everybody lies to you, Angelika !
La rédemption, ça n'existe que dans les contes de fées !
Mais tu es trop bête pour pouvoir le comprendre,
N'est-ce pas, naïve petite souris ?
En ligne

Deborah Gust


« Si on schtroumpfait ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3868
✯ Les étoiles : 3720




Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Jeu 12 Juil 2018 - 23:07

- Oh tu peux enlever le "sans doute", chérie. Crois-moi, insistai-je avec désinvolture.
Je n'ai pas souvent raison mais quand j'ai raison en principe c'est toujours. Sans vouloir me vanter - ou alors juste un tout petit peu, disons.
J'écoutai ses explications un peu foireuses, notamment au moins qu'elle avait compris ce qu'elle devait faire. J'ajoutai, pour la forme :
- La volonté, voilà le secret.
J'aurais pu étayer, étaler ma science pendant une demi heure mais je suis humble et je n'aime pas perdre mon temps. Accessoirement, je ne suis pas non plus psy, ça, c'est le rôle de Tristesse, quand elle n'est pas occupée à morver recroquevillée sur le tapis. Je préférai ne pas encourager Angie à me raconter sa vie pendant la prochaine heure, même si j'aurais ainsi pu augmenter mes honoraires. Ca m'aurait aussi valu d'augmenter ma dose de paracétamol dans le sang, ce dont je n'avais pas envie.
Le shopping et le relooking de l'extrême, ça, c'était bien mieux, d'autant qu'Angie semblait prête à coopérer. Et ça, ça allait me changer, c'est moi qui vous le dis !
- Améliorer votre nature profonde, corrigeai-je. Y a des choses que je pourrais plus changer chez vous parce que vous avez dépassé l'âge où c'est possible alors on va dire que ça fera votre charme. De toute façon vous ne pourriez pas être aussi incroyable que moi, remarquai-je après une courte pause.
Une fois encore, j'avais raison. On pourrait croire que c'est lassant mais en fait pas du tout. J'observai attentivement la mine délicieuse d'Angie tandis qu'elle sortait, littéralement, des sentiers battus. J'aurais osé porter chacune de ces tenues, à l'exception de la jaune moutarde qui aurait dû être interdite à la vente, de la mini robe orange peut-être appréciable dans Orange is the new black mais certainement pas dans la vraie vie et des fanfreluches qui n'étaient plus légales depuis 1793. Si Angie choisissait un de ces modèles, je démissionnais. Qu'elle soit canon n'y changerait rien.
Par chance, Super Souris fournit une réponse intelligence. Gloire à moi. J'étais certaine que ma seule présence devait l'inspirer. J'aurais pu applaudir mais ça aurait été lui accorder trop d'importance alors que notre relation démarrait à peine. Je me contentai de sourire, satisfaite. Si elle était aussi intelligente que ça, elle saurait interpréter ce sourire.
Sans rien ajouter, j'attrapai une robe rouge qui n'était pas sans rappeler les années folles. Elle correspondait à la bonne réponse de l'apprentie moi et lui irait à merveille.
- C'est votre taille, affirmai-je. Et ça vous ira comme un gant. La vraie audace c'est d'oser la porter également en dehors des occasions festives sans pour autant aller au supermarché avec, là vous auriez l'air d'un clown et personne n'aime les clowns. Puis ça vous changera des couleurs ternes, aussi. Allez, zou, aux essayages ! annonçai-je en tapant dans les mains avant d'attraper d'autres tenues.
Il ne fallut pas longtemps pour arriver aux cabines. J'exigeai la plus grande, celle d'ordinaire réservée aux handicapées et je l'obtins. Ca, ça s'appelle le talent mais j'ai déjà dû vous le dire. J'y poussai Angie et refermai le rideau.
- Il suffit de m'appeler si vous avez besoin de quoi que ce soit ou si la fermeture coince, assurai-je mielleuse en commençant à me limer les ongles.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Angelika B. Beresford


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Katheryn Winnick

Ѽ Conte(s) : Bernard & Bianca
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Miss Bianca

✓ Métier : Médecin, Associée de Sherlock Holmes
☞ Surnom : Angel
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1053
✯ Les étoiles : 9353




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Ven 13 Juil 2018 - 23:34


I'm feeling sexy an free !
Montre-moi à quoi pourrait ressembler la nouvelle Angelika

Ecoutant avec intention tous les propos de mon nouveau coach de vie, je ne pris pas soin de répondre lorsqu’elle me parla de « volonté ». Mesurait-elle la difficulté que cela représentait pour moi ? C’était bien facile de parler lorsque l’on ne se trouvait pas au cœur d’un problème épineux. Fort heureusement pour moi, elle ne s’attarda pas plus longuement sur les détails concernant ma vie privée. Fort heureusement, mes amis proches comptant à la fois Sherlock et Hayden, j’avais cent fois l’occasion de subir leurs interminable interrogatoires quotidiens sur ma vie. Ce que je désirais aujourd’hui, c’était prendre l’air et me changer les idées ! Une chance que Deborah prît immédiatement conscience de mes attentes !

Elle me parla alors des changements qu’elle voulait effectuer chez moi ! Selon elle, il était inutile de penser à changer ma nature profonde. Mon caractère était une chose que je possédais durant de nombreuses années, il aurait été impensable de reprendre le moule dès le départ ! Cependant, ses propos m’intriguaient et je le lui fis très rapidement savoir !

« Si cela n’est pas trop indiscret, sur quels aspects de ma personnalité pensez-vous qu’il faudrait travailler ? Je conviens que ma question est peut-être un peu prématurée, vous ne me connaissez que depuis très peu de temps… Ah moins que vous vous attendiez à ce que je fixe moi-même mes propres objectifs ? »

Bientôt, nous nous trouvions devant le magasin de vêtement et cet amas de robes sexy que j’avais si peu l’habitude de porter. Attendant patiemment que la rouquine trouve la perle idéale, je me mis également à regarder le choix qui s’offrait à moi. Quelques-uns de ces articles attirèrent particulièrement mon attention… comme cette magnifique robe violette voilée convenant parfaitement à cette saison estivale ou encore cette robe blanche plus austère mais passe partout.

Lorsqu’enfin Deborah choisit la robe et me la montra, je restais tétanisée sur place. Ce n’était pas tant le modèle qui me dérangeait mais sa couleur. Rouge ! Pourquoi sur toutes les couleurs qui existaient dans le monde avait-elle du prendre une robe rouge ? Outrée, je n’eus cependant pas le temps de riposter ou même de faire part de mon mécontentement. Mon coach débordant d’énergie, m’entraîna jusqu’aux cabines d’essayage.

Comprenant qu’il était à présent trop tard pour reculer, je l’enfilais sans trop de conviction, espérant sans doute que comme la robe de la Belle au bois dormant de Disney, elle changerait de couleur une fois que je l’aurais enfilée. Je n’avais alors qu’une hâte, pouvoir l’essayer très rapidement et tenter de convaincre Deborah que le rouge était à proscrire de ma garde-robe ! Pourtant, une fois que je me regardais dans le miroir, vêtue de ma robe, je ne pus m’empêcher d’être surprise. Cette robe était ravissante et m’allait à merveilles ! Ma contemplation fut cependant interrompue par une phrase parasite qui trouva le chemin de mon cœur.

"Tu as suivi mon conseil : le rouge te va beaucoup mieux."


Cette phrase me ramenait immanquablement à cette soirée du Nouvel An. Les 5 convives assis autour de la table, une discussion sous la branche de gui, un baiser léger et discret… Tous ces souvenirs douloureux ne faisaient que placer un peu plus d’amertume dans mon cœur meurtri. Je savais pourquoi je nourrissais une telle haine face à cette couleur, c’était celle que m’avait conseillé de porter Balthazar ! Soupirant lourdement, je détournais mon regard de mon reflet.

« Combien de temps continueras-tu encore à me gâcher la vie ? »

Soudain, mon regard se porta vers la cabine qui m’entourait. N’était-elle pas trop grande pour une seule personne ? Pourquoi Deborah avait-elle dû choisir expressément celle-ci au juste ? Une idée passa alors rapidement dans mon esprit, comme si je venais de me rendre compte d’une réalité qui jusqu’à présent m’avait échappée ! Si je me trouvais dans cette cabine-ci c’était parce qu’elle voulait… la partager avec moi ?

Rougissant légèrement à cette idée, je finis cependant par secouer la tête. Non c’était ridicule ! Il n’y avait aucune raison pour qu’elle puisse me trouver attirante. Après tout, qui avait-il d’attirant chez moi ? Furieuse contre mes propres idées, j’entrepris de retirer cette maudite robe. Sans la montrer à Deborah ? Bien sûr ! Je ne voulais surtout pas qu’elle puisse penser la même chose que moi sur ma tenue. Cependant, lorsque je descendais la fermeture, un morceau de tissu s’y glissa rendant l’opération impossible.

« Maudite fermeture, tu vas m’obéir oui ou non ? »


J’avais lancé cette phrase avec un soupir d’exaspération, suffisamment fort pour que ma coach puisse l’entendre.

« Deborah, est-ce que vous pouvez venir m’aider s’il vous plait ? »

Me débattant comme un beau diable pour tenter de la déloger, j’attendis que ma coach puisse entrer avant de m’emporter et de m’énerver. Une main passée sur mon visage, je lançais dans un second soupir.

« Je n’ai vraiment pas l’habitude de ces tenues ! Si je m’acharne comme ça, je vais finir par la déchirer. »

Je me tournais alors contre elle pour qu’elle puisse la saisir, La robe m’arrivait alors au milieu du dos, plus bas que mon soutien-gorge. Je pris soin de pousser ma chevelure tombante sur mon épaule pour ne pas la gêner dans son opération.

« Vous vous trompiez, cette robe ne me convient pas du tout ! Vous… vous voulez bien m’aider à la retirer ? »

acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Everybody lies to you, Angelika !
La rédemption, ça n'existe que dans les contes de fées !
Mais tu es trop bête pour pouvoir le comprendre,
N'est-ce pas, naïve petite souris ?
En ligne

Deborah Gust


« Si on schtroumpfait ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Catherine Tate

Ѽ Conte(s) : Inside Out
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Disgust

✓ Métier : Dégoûtée professionnelle
☞ Surnom : Deb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3868
✯ Les étoiles : 3720




Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Sam 14 Juil 2018 - 0:19

Elle était vraiment mignonne, dans sa naïveté… Comme si j'allais la laisser choisir les aspects de sa personnalité sur lesquels il fallait qu'elle travaille ! Ca, c'était mon job. Je la connaissais peut-être depuis dix minutes, mais j'en avais vu suffisamment. Croyez-moi. Ca s'appelle le talent, mais j'ai déjà dû vous le dire une ou deux fois…
Je lui adressai un sourire pas trop méchant mais tout de même supérieur. IL fallait bien qu'Angie comprenne que c'était moi l'experte et elle la novice - mais il fallait aussi qu'elle se rassure : elle ne risquait rien entre mes mains. Le pire qui pouvait lui arriver c'était d'enfin être le meilleur d'elle-même.
- Nous commencerons pas améliorer votre posture, assez symptomatique d'un manque de confiance latent. Nous pourrons travailler ensuite sur votre timidité et faire en sorte qu'elle soit charmante, pas handicapante, ce qui est un peu le cas, là tout de suite, ne nous mentons pas. Finalement, vous pourriez apprendre à vous aimer et à vous trouver au moins aussi intéressante que les autres. Ca vous ferait du bien, je pense. Et ça creuse moins de ride. Et si nous atteignons ces objectifs alors nous aurons déjà fait un sacré travail.
Pour l'heure, si déjà elle osait se pavaner dans sa joli robe rouge, ce serait déjà ça de pris. Pour tout vous dire, je commençais sérieusement à m'interroger. Angie était dans cette cabine depuis suffisamment de temps pour enfiler la robe, boire un thé et la retirer, pourtant je n'avais encore rien vu. Par contre, j'avais terminé de me limer les ongles, c'était toujours ça de pris.
Enfin, sa voix mal assurée me revint aux oreilles. J'aurais préféré que ce soit pour claironner quelque chose comme "tadam ! je suis prête, attention les yeux" mais je perçus une once d'agacement qui devait probablement lui plisser le front. Autrement dit, ce n'était pas tellement ce que j'avais prévu. Mais en bonne professionnelle que j'étais, je rangeai ma lime à ongles et passai derrière le rideau.
Ce fut alors à moi de froncer les sourcils, mécontente. Je l'écoutai. Elle me rappelait un peu Colère et la couleur de la robe n'était que plus appropriée. Quand elle eut fini - enfin - je repris, sans cacher mon agacement :
- Eh bien nous ne saurons jamais si cette couleur vous va puisque vous n'avez pas daigné me montrer le résultat. Cela dit, vous avez raison sur un point : ce serait vraiment dommage de l'abimer, surtout pour une crise de panique.
J'avais bien fait de prendre la cabine handicapée : à la voir gesticuler comme ça, je savais que j'aurais pris des coups si nous avions été dans une cabine normale. A noter aussi que j'avais une meilleure vue sur son corps - parfait et diaphane - puisque je pouvais prendre plus de recul. Il ne faut jamais bouder le plaisir de ses yeux.
- Si vous voulez bien vous tenir tranquille, je vais vous décoincer ( formulation voulue) tout ça.
Je posai mes doigts chauds sur son dos et fis lentement glisser la fermeture jusqu'au bas de ses reins, la libérant de cette robe "tellement affreuse". Je me penchai alors, de sorte à souffler les mots suivants dans le creux de son oreille :
- Pour votre information et du peu que j'en ai vu, le rouge vous sied à ravir. Si vous ne vous énervez pas en le portant il fait ressortir votre peau et votre potentiel pulpeux. Je ne me trompe jamais, Angie. Jamais. Tôt ou tard vous en prendrez conscience mais il vaudrait mieux que ce soit tôt, si vous voulez mon avis. Tôt ou tard il faudra aussi vous débarrasser de ces choses qui vous paralysent, en particulier si elles convergent toutes vers ce mystérieux homme de vos pensées. Vivez dans le présent, vous serez bien plus heureuse.
Je marquai une pause, m'éloignai, et attrapai la robe mauvais, plus classique et proche des couleurs sombres auxquelles Angie semblait habituée et l'observai.
- Elle vous ira à ravir et nous l'achèterons, j'en suis persuadée. Mais elle ne sera pas osée. Elle sera à l'Angelika ordinaire, pas à la Angie 2.0 que je vois en vous. Comme je le disais, il y a des choses que je ne peux pas changer.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(Practically) perfect in every way...
En ligne

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

I want to feel sexy and free ! (PV Deborah)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Boutiques :: ➹ Centre Commercial