MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


BIENTOT :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Maison ☆ Evénement #101
Une mission de River Frost - Depuis le 14 novembre 2018
« Oserez vous franchir les portes de notre demeure ?! »

Partagez | .
 

 The Game Is On ! ♥ KIDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Isaac Ormebrun


« Si on schtroumpfait ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Johnny Depp

Ѽ Conte(s) : Sherlock Holmes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arsène Lupin

✓ Métier : Professeur d'Arts - Escroc professionnel
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3955
✯ Les étoiles : 1232




Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Lun 5 Nov 2018 - 15:35

“The Game, is on! ”






« A quoi joues-tu ? »

Dans une ruelle de Storybrooke, Isaac et Sherlock étaient face à face. L’un vêtu de son grand manteau, observait le Professeur en Arts d’un air supérieur. Le visage cireux, les yeux tirés par la fatigue et le teint pâle, il fixait son interlocuteur d’un air intense, profond et plein de dégoût. Isaac quand à lui, jurait parfaitement avec Sherlock. Bien que riche homme d’affaire et simple professeur d’arts à Storybrooke, il avait plutôt bonne mine. Un sourir se détachait sur ses lèvres et il regardait Sherlock avec un regard meurtrier. Réajustant son écharpe et son pull un peu kitch, il fit passer sa main dans un éventail exagéré devant le visage de Sherlock.

« Je joue à mon jeu préféré ! Titiller le grand Sherlock Holmes ! Tu veux plus jouer ? T’as l’air fatigué… Tu as des soucis peut être… Trop de Moriarty ? Oh… Tu n’es pas au courant ? Ah, si... »


Les poings de Sherlock se serrèrent dans son manteau. Sa mâchoire se contracta.

« Visiblement, t’es au courant. Ce Jim est vraiment quelqu’un d’exceptionnel non ? On dirait moi à mes débuts ! Ca te fait du bien ! Ca te rend… Humain ! »


Nouvelle mimique en éventail avec ses doigts devant le visage de Sherlock. Ce dernier ne broncha pas et ne bougea pas d’un pouce, en proie à un véritable duel intérieur.

« Pourquoi es-tu là ? »


Lupin l’observa de haut en bas et un sourire mauvais apparut sur son visage.

« Pour la même raison que toi ! Bloqué ici, finalement je m’y suis bien acclimaté. L’ambiance est sympa, les gens sont cool. Tu devrais te mélanger un peu plus aussi plutôt que de passer du temps avec l’Atlante... »


Sans prévenir Sherlock leva son bras avec la vitesse d’un serpent qui attaque, sa main se serra sur la gorge d’Isaac, ou plutôt, d’Arsène Lupin, tel qu’il le connaissait. Pivotant avec force, il le plaqua de toutes ses forces contre le mur de la ruelle. A sa grande surprise, Arsène Lupin éclata dans un rire dément et étouffé. Le fixant droit dans les yeux, sa langue passa sur ses lèvres et son sourire s’étira jusqu’à ses oreilles.

« En… Enfin ! Tu te montres tel que tu es ! T’es beaucoup plus canon comme ça chéri… »


La main de Sherlock se serra un peu plus, et le sourire d’Isaac n’en fut que plus grand.

« Vas-y. Fait le ! Tu en rêves depuis des années... »


Mais soudain, un détail qui n’avait pas échappé à Sherlock revint à sa pensée. La caméra. Elle les fixait depuis le bout de la rue. Tombant sur les fesses, Isaac se releva en éclatant de rire.

« Finalement, tu n’es pas si stupide que ça ! Que diraient les autres s’ils apprenaient que le grand Sherlock Holmes avait tué le pauvre et innocent Professeur Ormebrun... »
renchérit-il d’une voix mielleuse et un peu étouffée.
Posant une main sur son épaule, il poursuivit :

« Tu ne peux pas dire qui je suis, sans révéler au monde ce que tu as fais… C’est dommage hein ? Et bien j’ai décidé d’exploiter la faille, Sherlock. Je vais te détruire. M’en prendre à tes proches. A ta famille, à ton Baker Street, à ton Atlante. Tu verras ton monde se transformer en cendre comme le mien. Ainsi, tu me comprendras. Nous nous comprendrons. Ce n’est que Justice après tout non ? N’oublie pas ça, Grand Détective. Dans l’histoire, le méchant, c’est toi. Et la victime, c’est Arsène Lupin. »


Il avait dit ça froidement, le visage à quelques centimètres du sien. Finalement, il réajusta son manteau par dessus son pull ridicule et remit ses lunettes qu’il n’avait jamais eu dans son monde sur son nez.

« Très bien. Lançons la partie, dans ce cas. »
déclara Sherlock d’un ton glacial. « On suit tes règles, puisque je suis responsable de ce que tu es devenu. Le gagnant remporte la liberté, pour le perdant, c’est la mort. Seule exception sinon je ne joue pas, ne t’approche pas de l’Atlante. »

Arsène Lupin le fixa, et se mit à rire. Finalement, il ne répondit pas et commença à se diriger vers la rue principale de sa démarche droite et classe.

« Ca, mon brave Sherlock, il fallait le préciser avant... »


Et, tournant à l’angle de la rue, il disparut.

*** Quelques jours plus tôt. ***


Cela faisait maintenant plusieurs semaines qu’Arsène Lupin espionnait son fidèle ennemi. Tantôt déguisé en éboueur pour fouiller ses poubelles, tantôt en livreur de journaux, il avait beaucoup observé, et en avait peu appris. Les seules choses qu’il avait noté, étaient d’ailleurs les plus importantes :
1-Sherlock Holmes était généralement prudent et ne laissaient traîner que peu d’informations sur lui.
2- Il n’avait absolument pas remarqué et identifié sa présence.
3 – Il y avait une faille. Et elle était exploitable. C’était une fort jolie jeune femme, qui faisaient souvent des allés et venus au 221. Plusieurs fois il l’avait croisé déguisé en livreur, et plusieurs fois il avait pu sentir le parfum de Holmes sur elle. C’était son amante et c’était sa faille. Et elle était largement exploitable.
Après avoir compilé l’ensemble des données et remarqué qu’elle venait toujours le voir le même à la même heure, Isaac s’était préparé. Attendant à l’angle de la rue, il était vêtu de ses habits de professeur. Ce n’était pas Arsène Lupin, mais Isaac Ormebrun. La mise en scène avait été parfaite, tenant un journal dans les mains, il observait la jeune femme arriver à l’angle de la rue, celle perpendiculaire à Baker Street. Avançant droit devant lui, il accéléra subitement en levant le nez de son journal. A cet instant précis, il percuta Kida. Surpris d’être de bien moindre constitution, il roula à la renverse et tomba à côté des roues d’une voiture garée sur le trottoir. Se relevant subitement, il s’épousseta et déclara d’un ton calme et rassurant :

« Oh ! Veuillez m’excuser ! Je suis tellement maladroit ! Mon chauffeur, Ernest n’est pas venu me chercher ! Il me boude depuis ce matin du coup j’ai été obligé de prendre le bus ! »


Continuant de s’épousseter, il adressa à Kida un sourire plein de charme en tendant la main :

« Vous êtes d’une constitution solide mademoiselle ! Je me présente, Isaac Ormebrun, Professeur d’Arts à l’Université de Storybrooke ! Vous avez égaillé ma journée, pourtant elle était mal partie ! Une vraie rayon de soleil ! »




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

“ Tu as toujours la même tête d'andouille...”

 Page 1 sur 1

The Game Is On ! ♥ KIDA





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Baker Street