La 12ème Heure :
13.01.19
de seb


LA TOILE :
30.12.18
de Honey


CHATPERLI :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Douzième Heure, Chronos ☆ Evénement #104
Une mission de Hadès - Depuis le 13 janvier 2019
« Viendras-tu ? »

Partagez | .
 

 The Game Is On ! ♥ KIDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Isaac Ormebrun


« Si on schtroumpfait ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Christoph Waltz

Ѽ Conte(s) : Sherlock Holmes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arsène Lupin

✓ Métier : Professeur d'Arts - Escroc professionnel
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3894
✯ Les étoiles : 2912




Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Lun 5 Nov 2018 - 15:35

“The Game, is on! ”






« A quoi joues-tu ? »

Dans une ruelle de Storybrooke, Isaac et Sherlock étaient face à face. L’un vêtu de son grand manteau, observait le Professeur en Arts d’un air supérieur. Le visage cireux, les yeux tirés par la fatigue et le teint pâle, il fixait son interlocuteur d’un air intense, profond et plein de dégoût. Isaac quand à lui, jurait parfaitement avec Sherlock. Bien que riche homme d’affaire et simple professeur d’arts à Storybrooke, il avait plutôt bonne mine. Un sourir se détachait sur ses lèvres et il regardait Sherlock avec un regard meurtrier. Réajustant son écharpe et son pull un peu kitch, il fit passer sa main dans un éventail exagéré devant le visage de Sherlock.

« Je joue à mon jeu préféré ! Titiller le grand Sherlock Holmes ! Tu veux plus jouer ? T’as l’air fatigué… Tu as des soucis peut être… Trop de Moriarty ? Oh… Tu n’es pas au courant ? Ah, si... »


Les poings de Sherlock se serrèrent dans son manteau. Sa mâchoire se contracta.

« Visiblement, t’es au courant. Ce Jim est vraiment quelqu’un d’exceptionnel non ? On dirait moi à mes débuts ! Ca te fait du bien ! Ca te rend… Humain ! »


Nouvelle mimique en éventail avec ses doigts devant le visage de Sherlock. Ce dernier ne broncha pas et ne bougea pas d’un pouce, en proie à un véritable duel intérieur.

« Pourquoi es-tu là ? »


Lupin l’observa de haut en bas et un sourire mauvais apparut sur son visage.

« Pour la même raison que toi ! Bloqué ici, finalement je m’y suis bien acclimaté. L’ambiance est sympa, les gens sont cool. Tu devrais te mélanger un peu plus aussi plutôt que de passer du temps avec l’Atlante... »


Sans prévenir Sherlock leva son bras avec la vitesse d’un serpent qui attaque, sa main se serra sur la gorge d’Isaac, ou plutôt, d’Arsène Lupin, tel qu’il le connaissait. Pivotant avec force, il le plaqua de toutes ses forces contre le mur de la ruelle. A sa grande surprise, Arsène Lupin éclata dans un rire dément et étouffé. Le fixant droit dans les yeux, sa langue passa sur ses lèvres et son sourire s’étira jusqu’à ses oreilles.

« En… Enfin ! Tu te montres tel que tu es ! T’es beaucoup plus canon comme ça chéri… »


La main de Sherlock se serra un peu plus, et le sourire d’Isaac n’en fut que plus grand.

« Vas-y. Fait le ! Tu en rêves depuis des années... »


Mais soudain, un détail qui n’avait pas échappé à Sherlock revint à sa pensée. La caméra. Elle les fixait depuis le bout de la rue. Tombant sur les fesses, Isaac se releva en éclatant de rire.

« Finalement, tu n’es pas si stupide que ça ! Que diraient les autres s’ils apprenaient que le grand Sherlock Holmes avait tué le pauvre et innocent Professeur Ormebrun... »
renchérit-il d’une voix mielleuse et un peu étouffée.
Posant une main sur son épaule, il poursuivit :

« Tu ne peux pas dire qui je suis, sans révéler au monde ce que tu as fais… C’est dommage hein ? Et bien j’ai décidé d’exploiter la faille, Sherlock. Je vais te détruire. M’en prendre à tes proches. A ta famille, à ton Baker Street, à ton Atlante. Tu verras ton monde se transformer en cendre comme le mien. Ainsi, tu me comprendras. Nous nous comprendrons. Ce n’est que Justice après tout non ? N’oublie pas ça, Grand Détective. Dans l’histoire, le méchant, c’est toi. Et la victime, c’est Arsène Lupin. »


Il avait dit ça froidement, le visage à quelques centimètres du sien. Finalement, il réajusta son manteau par dessus son pull ridicule et remit ses lunettes qu’il n’avait jamais eu dans son monde sur son nez.

« Très bien. Lançons la partie, dans ce cas. »
déclara Sherlock d’un ton glacial. « On suit tes règles, puisque je suis responsable de ce que tu es devenu. Le gagnant remporte la liberté, pour le perdant, c’est la mort. Seule exception sinon je ne joue pas, ne t’approche pas de l’Atlante. »

Arsène Lupin le fixa, et se mit à rire. Finalement, il ne répondit pas et commença à se diriger vers la rue principale de sa démarche droite et classe.

« Ca, mon brave Sherlock, il fallait le préciser avant... »


Et, tournant à l’angle de la rue, il disparut.

*** Quelques jours plus tôt. ***


Cela faisait maintenant plusieurs semaines qu’Arsène Lupin espionnait son fidèle ennemi. Tantôt déguisé en éboueur pour fouiller ses poubelles, tantôt en livreur de journaux, il avait beaucoup observé, et en avait peu appris. Les seules choses qu’il avait noté, étaient d’ailleurs les plus importantes :
1-Sherlock Holmes était généralement prudent et ne laissaient traîner que peu d’informations sur lui.
2- Il n’avait absolument pas remarqué et identifié sa présence.
3 – Il y avait une faille. Et elle était exploitable. C’était une fort jolie jeune femme, qui faisaient souvent des allés et venus au 221. Plusieurs fois il l’avait croisé déguisé en livreur, et plusieurs fois il avait pu sentir le parfum de Holmes sur elle. C’était son amante et c’était sa faille. Et elle était largement exploitable.
Après avoir compilé l’ensemble des données et remarqué qu’elle venait toujours le voir le même à la même heure, Isaac s’était préparé. Attendant à l’angle de la rue, il était vêtu de ses habits de professeur. Ce n’était pas Arsène Lupin, mais Isaac Ormebrun. La mise en scène avait été parfaite, tenant un journal dans les mains, il observait la jeune femme arriver à l’angle de la rue, celle perpendiculaire à Baker Street. Avançant droit devant lui, il accéléra subitement en levant le nez de son journal. A cet instant précis, il percuta Kida. Surpris d’être de bien moindre constitution, il roula à la renverse et tomba à côté des roues d’une voiture garée sur le trottoir. Se relevant subitement, il s’épousseta et déclara d’un ton calme et rassurant :

« Oh ! Veuillez m’excuser ! Je suis tellement maladroit ! Mon chauffeur, Ernest n’est pas venu me chercher ! Il me boude depuis ce matin du coup j’ai été obligé de prendre le bus ! »


Continuant de s’épousseter, il adressa à Kida un sourire plein de charme en tendant la main :

« Vous êtes d’une constitution solide mademoiselle ! Je me présente, Isaac Ormebrun, Professeur d’Arts à l’Université de Storybrooke ! Vous avez égaillé ma journée, pourtant elle était mal partie ! Une vraie rayon de soleil ! »




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Introduire une goutte d’anarchie, déranger l’ordre établi et tout devient brutalement... chaotique...


Kida


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Saoirse Ronan

Ѽ Conte(s) : L'Atlandide, le monde perdu
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kida

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 743
✯ Les étoiles : 1




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Dim 16 Déc 2018 - 19:56


The Game is On

Obsédée par ce qu’elle lisait Kida ne parvenait pas à relever la tête de ses lignes d’encres noirs qui la transportait bien au-delà du monde réel, avec le Vieil homme et la mer et cet immense poisson, symbole de la Nature toute puissante face aux êtres de papiers qu’ils étaient tous dans ce monde. Elle avançait d’un pas modéré, bien décidée à atteindre la salle de sport dans laquelle elle travaillait à présent, tout en prenant tout de même le temps de savourer son court roman. Hemingway avait une façon de faire virevolter les mots qui la laissait pantoise, qui l’hypnotisait, au point qu’elle ne parvenait plus réellement à distinguer les obstacles sur son chemin…

- OH !

Le choc frontal qu’elle avait subi lui avait coupé le souffle, bien plus par surprise que par une quelconque douleur. Elle avait pourtant généralement une assez bonne capacité à sentir la terre, le passage des gens, à percevoir les poteaux, elle n’avait pas vraiment l’habitude de percuter quelqu’un toujours attentive aux vibrations que chacun faisait dans le tumulte de la vie. Et pourtant, elle venait de le percuter, cet homme qui n’avait rien demandé et qui se retrouvait désormais par terre, à côté de son livre et du journal de l’inconnu.

- Oh Grande Mère, je suis vraiment désolée… venez, je vais vous aider, je ne regardais pas où j’allais, c’est entièrement de ma faute…

Elle tenta de l’aider à se relevait tandis qu’il se confondait en excuse également. Il n’avait pas à le faire à son sens, elle n’avait qu’à regarder où elle allait, d’autant qu’elle était la plus solide des deux. Elle avait d’ailleurs vu son visage surpris alors qu’il s’était retrouvé au sol tandis qu’elle n’avait pratiquement pas bougé d’un poil. Avec douceur et sans user de trop de force, elle l’avait remis sur pieds en l’aidant à s’épousseter, trop confuse pour réaliser ce qu’elle était en train de faire. Ses remarques suivantes en revanche avaient eu le don de lui faire monter le rouge aux joues instantanément.

- Oh… ben… merci… Je vous percuterai plus souvent alors…

Elle avait d’abord bredouillé quelques mots avant de sortir sa blague avec un rire aussi cristallin que nerveux. Maintenant qu’elle le voyait mieux, l’homme avait un certain âge et une classe indéniable. Il avait le sourire bienveillant mais quelque chose dans ses yeux la perturbait, une lueur en sous ton dont elle ne parvenait pas à déchiffrer le message et qui la perturbait grandement. Passant une main dans ses cheveux, elle observa autour d’elle avant de froncer les sourcils :

- Vous avez pris le bus, vous dîtes ? Mais il n’y a pas d’arrêt dans cette rue… et vous alliez à contre-sens de l’université…

Elle observa sa montre qui indiquait 10h du matin.

- Vous n’avez pas cours ce matin ?

Déglutissant, tout en se rendant compte qu’elle posait tout de même beaucoup de questions pour rester polie, elle finit par se mordiller l’intérieur de la joue avant de préciser :

- Je peux peut-être me rendre utile ? Vous menez quelque part ou… vous appeler un taxi ?

Elle se demandait bien comment un professeur d’Arts pouvait se permettre d’avoir un chauffeur mais il y avait dans cette ville tellement de gens étrange qu’il pouvait être possible que cet homme eut été un homme très fortuné dans le monde des contes et qu’il avait décidé de garder son métier de malédiction pour avoir un passe-temps. Se penchant en avant, elle ramassa son livre qui était resté par terre et tandis le journal à Isaac avec un sourire. Elle commençait à se demander s’il n’était pas le nouveau leurre de Sherlock, la nouvelle personne chargée de l’espionner après l’ancienne tortue qu’il avait placée sur son chemin et qui était le colocataire d’Eulalie. Etrange choix de personnage en ce cas et aucune raison apparente de le faire si ce n’était qu’elle avait préféré garder ses distances avec lui et les faits qu’elle avait vécu sur cette maudite île. Elle espérait pourtant que sa relation avec le détective avait quelque peu changé, qu’elle avait gagnée en confiance pour qu’il fasse le premier pas plutôt que d’engager un acteur pour l’aider à comprendre son fonctionnement. Légèrement sur ces gardes après que la pensée eut germée dans son esprit, elle garda tout de même le ton courtois, attendant de voir ce dont avait besoin le professeur Ormebrun.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
ALL I WANT FOR XMAS IS...
ANAPHORE

Isaac Ormebrun


« Si on schtroumpfait ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Christoph Waltz

Ѽ Conte(s) : Sherlock Holmes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arsène Lupin

✓ Métier : Professeur d'Arts - Escroc professionnel
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3894
✯ Les étoiles : 2912




Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Mer 26 Déc 2018 - 15:27

“The Game, is on! ”






Arsène tourna instinctivement la tête comme un enfant quand elle lui dit qu’il allait à contre-sens de l’Université, et qu’il n’y avait aucun arrêt de bus dans rue. Roulant son journal avec une lenteur infinie, il s’appliqua à le faire avec le plus grand soin. Son regard était perçant et assassin, mais son sourire était jovial. C’était un contraste parfait. Plissant des yeux et se retournant plusieurs fois, il sortit toujours aussi lentement un plan des arrêts de bus de la ville.

« A contre-sens de l’Université ? Vous en êtes sûr, j’étais persuadé que... »


Dépliant le plan, on ne voyait plus du tout son visage. Finalement, avec la lenteur d’un tueur à gage qui va éliminer sa victime de sang froid, il baissa le plan et eut la mine déconfite.

« C’est vrai. Excusez moi, je suis un peu perturbé en ce moment. Cet histoire de chauffeur m’a légèrement désappointé. Hmmm… »


Toujours en la fixant, sa manche se releva pour effectuer d’un mouvement sec une rotation du bras assez vive pour un homme de son âge… Et, d’un seul, et sans prévenir… Il regarda l’heure.

« Effectivement. Je suis en retard. Tant pis. Ils feront du coloriage. Les mandalas sont leurs spécialités. L’art d’être à l’heure, diront les plus brillants, et la déception sera alors dans les yeux des plus simples d’esprits mais ô combien des plus sage... »


Il avait dit cela en se grattant la barbe d’un air pensif. Tout en observant Kida de pied en cape, il sortit un cigare de la Havane et en coupa le bout avec un petit couteau très aiguisé. Le rangeant avec la dextérité de quelqu’un qui s’entraîne tout les jours pour voler des portes feuilles, il sortit un briquet à essence l’instant suivant dans la fluidité parfaite du mouvement. Allumant ce dernier, il inspira une bouffée d’air, et souriant en levant les bras, il déclara d’un ton enjoué.

« Tant pis ! La vie est faite pour être vécue non ! Je perds une salle remplie d’étudiant, pour gagner une discussion avec une femme aux yeux magnifiques. Dans tous les cas, je suis gagnant. »


L’oeil rieur, il tira une bouffée de son cigare, et fixa Kida dans ses yeux bleus, lui même en pleine réflexion. C’était donc ça, le point faible de Sherlock Holmes ? Plissant des yeux, il sourit machiavéliquement à l’intérieur de lui. Après tout, ce n’était pas étonnant. Elle représentait tant de chose. La pureté, la rareté, l’esprit, la force, l’innocence… C’était en réalité d’une banalité tellement affligeante qu’il ne put s’empêcher de ricaner légèrement en toussotant à cause de la fumée.

« M’être utile, non. Personne n’est réellement utile en réalité. Nous sommes tous les esclaves de notre propre existence… D’une certaine compagnie le temps que je prenne un Hubert… C’est bien comme ça qu’on dit ? Un Hubert ? »


Sortant son smarthphone dernier cri, il fit semblant de ne pas savoir s’en servir. Fronçant les sourcils, il émit un petit ricanement enfantin et pervers (comme un wooh that’s a bingo).

« La vie est tellement excitante, vous ne trouvez pas ? Mon employé me fait la tête et je me retrouve à la merci des transports du peuple ! Le bus tout à l’heure, et maintenant, le Hubert… Ah… Sacré Hubert. »


Pianotant sur son iphone, rien ne se produisit. Finalement, il se décida à le ranger et se grattant la barbe d’un air pensif tout en la regardant.

« Hubert ne marche pas. Nous pourrions marcher tranquillement ! Je n’ai besoin de vous que le temps d’une petite discussion finalement. Les contacts forment la vie ! Et nous sommes un contact maintenant. Peut être même que nous pourrions devenir amis. Si je savais ce que c’était qu’avoir des amis. J’ai des contacts, qui ont des amis. Il paraît que c’est vraiment enrichissant. Je veux bien essayé avec vous. Enfin, si vous vous décidez à me conduire à destination. Sans quoi, j’ai bien peur que je sois condamné à marcher encore et encore jusqu’à finir par croiser quelqu’un d’autre. Et j’ai peur qu’il soit de bien moins bonne compagnie que vous… D’ailleurs, qu’est ce que vous faites dans cette rue à une heure pareille ? D’habitude, les gens sont au travail à cette heure ci. Puis, c’est tout de même rarissime de voir des gens arriver à lire en marchant… Enfin… On a vu ce que ça a donné... »


Haussant les épaules en se trémoussant, il lui montra sa bosse qu’il avait sur le front comme s’il s’agissait du meilleur jour de sa vie.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Introduire une goutte d’anarchie, déranger l’ordre établi et tout devient brutalement... chaotique...


Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

The Game Is On ! ♥ KIDA





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Baker Street