CIVIL WAR:
02.02.19
de Dyson


DESTINATION
PACIFIQUE:

10.03.19
de Tigrou


L.V. de L.:
16.03.19
de seb



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Les Vents de l'Hiver ☆ Evénement #107
Une mission de Hadès - Depuis le 16 mars 2019
« Insoumis, Invaincus, Intacts. »

Partagez | .
 

 Ce qui est important ce n'est pas la magie, mais le mage qui l'utilise. Erza is back Bitch ! [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

Queenie E. Scarletto


« Not Today, SATAN ! »


Queenie E. Scarletto


╰☆╮ Avatar : Amber Heard

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La meilleure, Titania Reine des Fées ✽

✓ Métier : Propriétaire du Fantasia et pâtissière dedans par la même occasion → on est jamais mieux servi que par soi même ! ✽ "Ancienne" espionne détruisant des sectes & féministe engagée (présidente de l'association Console) ✽ Nouvelle Adjointe à l'éducation à la Mairie de Storybrook


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1072
✯ Les étoiles : 7522




Actuellement dans : « Not Today, SATAN ! »


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 22:39


    Queenie Erza Scarletto
« Les fleurs ne choisissent pas ou elles poussent! »


Rachmaninoff ⚜️ Concerto n°2 in C Minor




    ♠️ Surnom(s) → Titania - La Reine des Fées - Le monstre - Sinon essayait pour voir on verra sa réaction
    ♠️ Age → Vient de fêter ses 30 ans le 15 Octobre mais à techniquement plus de 400 ans au compteur (trèèès longue histoire qui est légèrement évoqué à un moment donné mais vu qu'elle est pas au courant pour le moment #mission )

    ♠️ Occupation / Emploi → Propriétaire du Fantasia : grande pâtisserie qui fait aussi salon de thé & de réception ↬ Pâtissière par la même occasion ↬ Ancienne espionne éradiquant les sectes dangereuses ↬ Présidente de l'Association Console (contribution solidaire aux victimes d'abus, de maltraitances et d'isolements de son nom entier )


    ♠️ Votre personnage est-il tiré d'un conte ? : Fairy Tail
    ♠️ Si oui, lequel et qui est-il dedans ? : Erza Scarlett La Meilleure entre les Meilleures !




Antonio Vivaldi ⚜️ l'Inverno Allegreto Non Molto



On ne gagnera pas notre liberté en leur obéissant ou en fuyant. On doit se battre! On doit se lever pour notre liberté!

Quelques personnes nous font immédiatement nous sentir importants. Quelques personnes nous font immédiatement nous sentir spéciaux. Certaines personnes illuminent une pièce simplement en y entrant. Elles sont naturellement charismatiques. Mais quelques personnes sont remarquablement charismatiques : Elles construisent et entretiennent d’excellentes relations, influencent dans la durée et de bonne façon les personnes autour d’elles, font constamment les gens se sentir mieux. Elles sont la sorte de personnes que chacun veut fréquenter… et veut être. Queenie en fait partie. Droite, de corps et d’esprit, elle dégage une aura de confiance en elle impressionnante, influençant les personnes se trouvant dans son sillage. Elle semble à l’aise partout et dans toutes les circonstances. Ou qu’elle aille, quoi qu’elle fasse, elle trouve sa place avec une rapidité déconcertante. D’ailleurs, elle n’hésite pas à prendre des risques, à sortir de sa zone de confort en se lançant des défis, des challenges toujours plus difficiles, les uns que les autres. Doté d’une imagination sans limite, elle est de nature créative. Sa conversation peut alterner entre pensées dignes d’un philosophe et paroles d’une naïveté sans pareil, ne comprenant d’ailleurs toujours pas souvent la notion de second degré. Ainsi, elle apporte de nouvelles idées, surprennent ses interlocuteurs, se démarquant de la foule. Constamment à la recherche de stimulis pour se sentir vivante, elle ne réalise parfois que trop tard le danger de la situation dans laquelle elle s’est mise, ou son impossibilité, qu’elle n’acceptera bien entendu pas.

Dès le plus jeune âge Erza s’est fixée des principes d’éthiques et de moralités dont elle n’a jamais dérogé. Elle classe le monde avec la simplicité et la rigidité d’un enfant de 5 ans. Les choses sont « bonnes ou mauvaises » et ceux qui suivent les mêmes perspectives, valeurs et opinions seront sur la bonne voie. Toutefois, quiconque présente une divergence ou une opinion différente à la sienne sera assez mal parti. S’appliquant les valeurs qu’elle prône, première à subir les assauts de son esprit quelque peu rigide, elle estime qu’elle ne doit pas être la seule à se restreindre. Elle projette sa longue ombre, rôdent toujours autour des nombreuses situations quotidiennes. Si elle est bénéfique à un grand nombre de personnes, son charisme peut aussi avoir tendance à se tourner en autoritarisme. Il lui arrive d’être condescendante voir même méprisante d’une manière sibylline, obligeant même à lui demander de répéter pour comprendre les véritables sens de ses paroles. Agressive quand elle perd ses repères, elle possède une très faible tolérance à la frustration et sa jauge de patience, qui dans certains domaines est grande peut exploser à tout moment. En réalité, Erza est légèrement lunatique. Il peut lui arriver de passer très rapidement d’une émotion joyeuse à une grosse contrariété. Parfois les raisons sont valables, mais la plupart du temps, cela peut partir d’un tout petit détail. D’un stylo qui coule, à un regard de travers, un bouquet de fleurs tout peut basculer d’un côté comme de l’autre en une fraction de seconde. C’est souvent dans ces moments là, qu’elle a tendance à parler de façon inconsciente, sous le coup de la colère, sans penser réellement ce qu’elle a dit. Ce n’est qu’après, au calme, quand elle se repasse sa journée qu’elle se rend compte qu’elle a encore une fois, dépassé les limites. Son cerveau est quasiment tout le temps en activité, ressasser le mal que les autres lui ont fait, les injustices dont elle a été victimes et qu’elle reproduit parfois à son insu. Elle a conscience de ce trait de caractère qui peut en perturber plus d’un et elle essaye d’y travailler dessus, sans réel succès.

Aristote définit le courage comme un juste milieu entre deux défauts – la lâcheté et la témérité. Dans une situation donnée, si nous sommes aussi peu lâches que téméraires, c’est que nous faisons preuve de courage. Lâche est celui qui n’y va pas, car il sait toujours trouver les bonnes raisons de ne pas y aller. Téméraire est celui qui ne connaît pas la peur et fonce comme une tête brûlée. Erza connaît la peur, l’ayant malheureusement découvert à un âge où il aurait été préférable de découvrir la joie et le bonheur. Elle a accepté ce fait inéluctable. On ne peut pas changer le passé, et il faut avancer. Même si elle y repense, sans cesse, elle ne peut que faire avec. Ainsi, pour elle, faire preuve de courage, c’est connaître la peur, avoir des raisons de ne pas y aller, mais y aller quand même. Y aller malgré tout, malgré la peur et avec elle. Y aller parce qu’il y a plus important que son petit confort ou que le risque d’échouer : quelqu’un à aider ou à sauver, des valeurs à défendre, une fidélité à faire vivre, même si elle doit coûter notre confort, notre tranquillité, parfois même la vie. Son courage ressemble à de l’audace mais avec quelque chose en plus : une durée et une dimension morale. Avoir du courage, c’est exprimer une combativité qui s’inscrit dans la durée et porte en elle des valeurs. Le courage est une persévérance et, de façon implicite au moins, une éthique. Il faut de l’audace pour aborder un inconnu qui nous plaît, mais du courage pour essayer, tout le long de sa vie, d’exprimer sa singularité dans un monde normé. Elle est authentique et n'essaie pas de se comporter de façon à plaire aux autres. L’important est de se plaire à soi même, une phrase qu’elle prononce à qui veut l’entendre. Queenie n’abandonne jamais. Elle est la tortue et non le lièvre, la dernière à être encore là, debout, parmi les ruines. Sa détermination n’a aucune limite et elle s’arrêtera au moment où elle estimera avoir réussi.

En résumé Erza est une femme énergique et volontaire, capable de prendre des responsabilités et de les assumer, dynamique, active et entreprenante. Elle est ambitieuse et ne manquent pas de courage, surtout lorsqu'elle est motivée. Assez cyclothymique, elle passe souvent par des extrêmes et manque de mesure. Mais elle est généreuse et entière, et n'aime ni les compromissions, ni les flatteries, ni l'injustice. Elle peut avoir un certain goût pour le risque et est tout à fait capables de prendre une position de leader, d'autant qu'au fond, elle recherche le pouvoir pour se rassurer et en mesure de l'assumer. Elle a besoin d'avoir la foi en ce qu'elle fait, et il n'est pas impossible qu'elle accède à une certaine notoriété ou autre forme de reconnaissance. Sa tendance aux rêves, sa riche sensorialité, sa quête d'absolu peuvent, si elle ne se matérialise pas, la conduire vers les paradis artificiels. Sociable, elle est faite pour être entourées d'amis qu'elle tend à entraîner dans son sillage. Elle ne laisse personne indifférent et peut aller haut et loin si elle se sent aussi portée par les autres. Cela sera d'autant plus important qu'elle s'impliquera de manière désintéressée, sincère dans ses paroles comme dans ses actes. C'est un personnage hors normes, qui ne suit pas les sentiers battus et ne connaît pas de frontière. Loyale, franche, bien que pourvue de tact et de diplomatie, maîtrisant parfaitement les mots pour qu’ils aient le même effet qu’une lame. Cependant, il lui arrive toutefois de réagir très violemment lorsqu'elle se sent attaquée injustement ou lorsque son amour-propre est en jeu. Tout en étant sportive, Queenie est très féminine, soucieuse de séduire, que ce soit par une attitude accueillante et sympathique ou par un besoin de soigner son apparence. Elle est coquette, raffinée, appréciant les bijoux de prix ou les vêtements luxueux avec un goût prononcé pour le beau ainsi que pour les signes extérieurs de richesse.

Les grandes causes, les grandes idées, les valeurs humaines ou spirituelles. Queenie voit toujours en grand, son idéal étant illimité. Ses goûts la portent vers l'inaccessible, l'étrange, le mystère, l'occulte, la psychologie, la politique, l'archéologie, l’histoire, la médecine, ou encore la musique, le cinéma, l’opéra, le théâtre, la cuisine, ... tant de domaines qu’elle apprécie, qu’elle touche du bout des doigts pour avoir la sensation de faire quelque chose d’utile. Au quotidien, elle est difficile à cerner et à suivre, son cœur étant, à l'image de son idéal, immense: Queenie est romanesque et ses histoires sentimentales sont souvent périlleuses. Elle ne correspond pas non plus précisément à la maîtresse de maison parfaite. Souvent peu ordonnée, fantaisiste, elle laisse plus de place aux émotions, aux sensations, aux ambiances, qu'à ses devoirs ou obligations contrairement à ce qu’on pourrait penser. Si elle veut se donner une image parfaitement lisse, c’est parce qu’elle sait qu’en réalité elle est cabossée, déformée par les affres de la vie, blessures internes jamais réellement soignées, refermées. Elle est tout à fait consciente de ses faiblesses, de ces points qui pourrait la faire chuter mais qu’elle s’efforce à utiliser pour en faire une force.


Pour ceux que j'aime, j'oublie la souffrance physique

Est féministe • La fraise est sa drogue • Adore les sucreries • Aime cuisiner • Aime forcément manger • Adore les piques niques • Sa couleur préférée est le rouge • Fait du théâtre depuis son plus jeune âge • Maîtrise tous les types d’armes • Experte notamment en maniement des sabres japonais • Pratique de nombreux sports de combats mais n’est pas très à l’aise au corps à corps • Possède un hangar pour stocker toutes ses armes et armures • Porte des eaux florales • Fait du pôle dance de base à but sportif • Habite techniquement dans trois lieux différents: sa chambre à la guilde, l’appartement au dessus de la pâtisserie et une petite maison en bord de mer • Prend toujours trois milles valises pour partir en vacances alors qu’elle n’utilise même pas de sac à main au quotidien & que sa magie lui permet de changer d’habits • Elle a les yeux vairons à cause de son oeil magique : Gris/bleu à droite et Marron à gauche • Adore tous les bijoux • Est fan de smoothie • Ne sait pas dessiner • Aime regarder les comédies romantiques de Netflix • Aime bien changer de couleurs de cheveux • A ses cheveux qui redeviennent rouge quand elle utilise sa magie (cela peut aller de la simple mèche à toute la chevelure • Adore faire la fête et trouve toujours un prétexte pour la faire • A du mal à gérer son stress • Est une acheteuse compulsive • Est stérile • Possède de nombreux tatouages pour cacher certaines cicatrices • Sa marque de guilde est bleu sur son bras gauche • Met parfois du fond de teint sur ses tatouages et des lentilles sur ses yeux pour que l’attention de son interlocuteur soit focalisé que sur ses paroles et pas son apparence • Adore les épices • Aime la musique classique mais n’est pas fermée à d’autres types • Aime boire un verre de vin rouge en rentrant après le travail • Adore faire des gratouilles sur la tête des gens (qu’elle apprécie bien évidemment) • Porte de temps en temps des lunettes • Aime lire • Joue du violon et adore les opéras • A toujours écrit dans des carnets pour sortir les idées de sa tête et rester impassible à ses sentiments •


Pouvoirs:

→ Le royaume de Fiore, qui se trouve dans le monde D’Earthland est un royaume politiquement neutre composé de 17 millions d’habitants. En ces lieux règnent la magie, Celle-ci est commercialisé librement et fait partie intégrante de la vie quotidienne. Il existe ainsi une partie de la population qui utilisent encore plus couramment la magie que les autres : ce sont les mages. Ils réagissent à une molécule contenue naturellement partout : l’Ethernano. C’est elle, qui combinait au flux spirituel de la nature provoque la magie. C’est ainsi l’incarnation physique de l’esprit, présent ainsi dans chaque individu d’Earthland. Cependant, 10% de la population peut utiliser le boost de magie fournie par l'Ethernano pour augmenter considérablement leurs capacités. Ce sont eux, qui vont former les guildes pour venir en aide aux autres. Pour obtenir le titre de mage, il ne suffit pas de maîtriser la magie, il faut appartenir à une guilde officielle.

→ A Storybrook, la puissance des mages d'Earthland est limité car l'Etharnano n'existe pas. Ainsi il n'est pas possible pour eux d'obtenir le boost qu'ils avaient au quotidien. Cependant, ne les sous estimez pas non plus, même s'ils ont encore du mal pour certains à maîtriser leurs pouvoirs.

→ Il existe trois types de magie : la magie capacitaire ou apte, qui est la magie expulsait directement pas le corps. La magie propriétaire ou porteuse, qui nécessite l’utilisation d’un artefact pour faire sortir l’ehternano sous forme de magie à l’arrivée. Et enfin la magie perdue, magie ancienne et rare qui a été effacé de l’histoire car beaucoup trop dangereuse d’utilisation même s’il reste encore des mages capables de l’utiliser.

→ Erza est la femme la plus forte de Fairy Tail avec Mirajane et l'un des cinq piliers principaux de la guide. Fille d’Eileen Belsrion, ancienne reine des dragons du royaume Dragonof, c’est elle qui créa la célèbre magie du chasseur de dragon qu’utilise par exemple Edan (Nastu). Grâce à cette force, Makarof pense à elle comme pouvant être le prochain Maître de la guilde, or le pouvoir ne fait pas tout car il estime qu'elle est trop jeune et bien trop stricte (elle sera finalement nommée 7e Maître de Guilde quelques années plus tard). En tant que Mage de rang S de la Guilde Fairy Tail, rang de mage le plus élevé avant celui des 10 mages sacrés, Erza possède une énorme quantité de puissance magique. Tout au long de nombreuses batailles difficiles ,Erza a pu changer ses armures puissantes en succession rapide, sans montrer le moindre signe de fatigue. Elle a également été en mesure de faire apparaître plus de 200 épées avec son Armure de la nature. Ses cercles magiques sont de couleur rouge. Elle a aussi été en mesure d'aller à une vitesse fulgurante pendant un moment avec la voiture magique qui utilise comme carburant l’éthernanos ce qui souligne la puissance et la durabilité de sa magie.. Il semble qu'elle possède un pouvoir magique encore plus grand et plus puissant que ce qu'elle montre, n’ayant pas conscience du potentiel que sa mère lui a légué. Elle possède ainsi une régénération plus rapide que la normale comme tous les membres de Fairy Tail, mais elle n'est pas invincible, bien au contraire.

→ La principale magie d’Erza s’appelle le chevalier. C’est une magie apte du type rééquipement.. Il s'agit d'un type de magie qui lui permet de changer ses armes, ses armures et ses vêtements à volonté. En effet, elle permet aux utilisateurs de stocker des éléments dans une dimension de poche afin qu'ils puissent facilement les convoquer à tout moment, même pendant un combat, ce qui leur confère un haut niveau de flexibilité, pendant ce dernier. Cependant, il y a une limite de stockage. Erza entreposant nombreuses de ses armures dans sa chambre de dortoir. Elle est connue pour sa capacité à se ré-équiper très rapidement et est la seule Mage épéiste connue pour être capable de ré-équiper ses armes et ses armures pendant un combat, ce qui la rend célèbre pour sa force immense dans la ville de Magnolia,et dans tout le Royaume de Fiore. En plus de sa magie du Ré-équipement qui de base, n’est porté que sur les armures, Erza est également une utilisatrice extrêmement talentueuse des épées magiques. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un type de magie qui tourne autour de l'utilisation des épées. Grâce à l'utilisation de cette magie, Erza est capable d'utiliser ses épées pour effectuer différentes attaques magiques. Cela se fait généralement en combinaison avec des armures spécifiques, ce qui peut rendre mortel un combat rapproché ou à proximité, lorsqu'il est combiné avec sa télékinésie, lui permettant de cibler les adversaires qui sont hors de sa portée physique. Ses capacités offensives proviennent principalement de son épée, qui lui permet d'utiliser efficacement les armes que sa magie lui offre, qui inclut des épées,des épées courtes, des haches, des lances et des bâtons (entre autres). Erza a montré une grande habileté dans l'utilisation de l'inversion de poignée de l'épée ainsi que l'adhérence normale. Elle est même capable d'employer ses épées en utilisant efficacement ses pieds, en maniant leurs poignées entre son gros orteil et le deuxième orteil. En outre, les coups de ses épées possèdent tant de force derrière eux qu'ils sont capables de couper à travers le métal en utilisant uniquement la pression de l'air. Les mouvements qu'elle effectue avec des lames ont peu de limites. C’est pour cela que sa magie s’appelle le Chevalier, elle est unique de par la personne qui l’utilise.

→ Erza est également une utilisatrice expérimentée de la télékinésie et de la télépathie. La première fois qu'elle a utilisé cette magie était accidentelle. Quand elle était enfant dans la Tour du Paradis, elle a utilisé cette magie pour faire léviter des armes jetées au sol et les lancer à ses ennemis,une attaque qu'elle a fait par inadvertance,en raison du choc provoqué par la mort de Rob. Erza utilise la Télékinésie avec ses épées, elle peut effectuer différentes attaques en contrôlant ses épées à distance. Pour la télépahie, il s’avère que cette magie est toujours soumise à ses émotions et qu’elle n’arrive pas à la contrôler réellement. Elle se déclenche quand la peur de perdre ses camarades se fait ressentir ou qu’un immense danger menace des innocents.

→ A Storybrook, sa magie est vraiment limité. Elle peut toujours utiliser sa dimension de poche mais elle ne peut stocker qu'une dizaine d'armures à tout casser en plus d'une quinzaine d'armes. Ces armures de loisir ne prenant quasiment pas de magie, il n'y a pas de soucis avec ça. Le reste est entreposé dans ses domiciles, et elle permute assez souvent, on ne sait jamais ce qui peut se passer. Bien entendu, sa magie reste inefficace contre l'attaque d'un dieu où de Regina, qui est l'utilisatrice de magie la plus puissante à ce jour.

→ Elle possède les armures qui sont en gras et aussi en italique (mais leurs pouvoirs sont inexistants). Elle n'a plus celle qui sont barrés.


Les armures:
 




Saint Saens ⚜️ Danse macabre Opus 40






« La liberté se trouve dans ton coeur»


Est ce qu’un fantôme peut pleurer ? Est ce qu’un fantôme peut rire et sourire ? L’on aurait tendance à dire non, mais c’est parce que vous ne connaissez pas encore Mavis, la fondatrice de Fairy Tail. Mavis la 1e, Mavis la fée tacticienne, résidente de l’île Tenro quasiment à jamais, un fantôme pas comme les autres. Reniflant bruyamment, elle changea de position, descendant de ce qu’il restait de la table du campement servant à l’examen des mages de rang S pour se mettre par terre. Elle n’avait lu que les premières pages de ce journal, qu’elle était déjà assaillie d’un sentiment de tristesse incommensurable et qu’elle sentait que le reste à venir serait pire. Diable pourquoi l’avait elle enchanté aussi ? Ah oui ... parce que les membres de sa guilde lui manquait terriblement, qu’elle ne savait toujours pas ce qui s’était passée réellement passé ce jour terrible où Acnologia et Grimoire Heart avaient attaqué et qu’un nuage violet s’était abattu sur eux. Elle qui avait redécouvert pendant quelques jours la sensation heureuse d’avoir de la compagnie en avait été privée et le petit fantôme voulait en réalité, retrouver cela et ce journal était son graal.


Il s’est mit devant moi à l’arrivée de l’escouade magique. Les spectres volaient par dizaines en créant des cercles magiques. J’étais au milieu, je n’avais pas peur. Pourquoi ? J’étais convaincue que les autres allaient y arriver alors que la mort me touche maintenant, ce n’était pas grave. Au moins j'arrêterais de souffrir. L’escouade à lancé son attaque, j’ai mis mon bras devant les yeux mais je n’ai rien sentit et c’était normal...


Erza regardait horrifié Rob, les bras ouverts, venant faire bouclier pour lui éviter les attaques. Il avait tout encaissé, avec une force incroyable.“Je ne laisserais pas une vie si jeune être fauchée!”Le vieil homme invoqua son cercle magique, et du feu sortit de ses mains, qu’il dirigea droit vers les monstres, créant une immense explosion. Elle n’en revenait pas de sa puissance, mais son émerveillement ne fut que de quelques secondes en voyant la peau de celui qu’elle appelait Papy devenir grise, et se craqueler. Crapahutant comme elle pouvait, elle lui attrapa le bras, essayant de l’aider à tenir du mieux qu’elle pouvait. “La force vitale d’un mage réside en ses pouvoirs. Je suis vieux, je devais fatalement terminer comme ça.” Terminer ? Non, Papy n’allait pas mourir. Elle le voyait se relever, il allait y arriver, il ne pouvait pas la laisser. “Mais toi Erza, tes possibilités sont illimitées.” Elle ? Non, elle n’avait pas de magie, même si elle avait toujours espérer pouvoir voler dans le ciel, sur un balais, ce qui faisait d’ailleurs beaucoup rire Rob. Le bruit se faisait plus présent, et elle osa tourner la tête quelques secondes. Les renforts arrivaient, encore plus nombreux, encore plus monstrueux. La rébellion devait être mater au plus vite et la secte n’avait pas lésiné sur les moyens. Les attaques pleuvaient à nouveau et Rob les arrêta toutes, sans qu’elle ne puisse rien faire.“La foi ma petite, la foi t’aidera. La liberté est dans ton coeur, ne l’oublie pas.” Les spectres continuaient et Erza arrivait quand même à entendre ce que Rob lui disait. La voix .. était dans sa tête. “Je suis sur que ton rêve se réalisera !” Et puis plus rien. Ouvrant les yeux, elle hurla en voyant tout le corps du mage se craquelait complètement avant d’exploser, l’entrainant avec, sur quelques mètres. Assise sur le sol, elle ne voulait pas y croire. Il ne restait que les menottes de Papy, et de la poussière. Il était parti en cendres. Elle tremblait, tout son être vibrait de tristesse. Non, il n’avait pas le droit, il ne pouvait pas. C’était étrange, la douleur qu’elle avait au fond de son coeur. Même les tortures magiques qui lui avaient fait, sur son oeil ou son ventre par exemple n’étaient rien comparés à ce qu’elle ressentait. Un cri résonna, se répercutant en puissance sur les roches et un immense cercle magique d’un rouge écarlate apparaissait sous la petite fille. Il fallait qu’elle fasse sortir cette douleur qui lui serrait la poitrine, qui l’empêchait même de respirer. Tout commença à voler autour d’elle. De la pierre la plus petite au plus gros des rochers. De la simple cuillère, en passant par la pioche, la hache, la pelle, le marteau, à l’épée des soldats, les katanas, les dagues. Papy Rob n’avait pas le droit de mourir et elle allait leur faire payer. Elle dirigea ses mains vers les troupes qui ne s’attendaient certainement pas à ça et elle leur lança toutes les armes dessus, les transperçant sans pitié, volant leurs vies comme on avait volé la leur. Une fois que le sang commença à couler, que la douleur se tarissait, Erza se leva, et attrapa une longue épée qu’elle tendit droit devant elle, relevant la tête, fière et combative malgré ses yeux humides. C’était donc ça, la sensation que la magie procurait, lui donnant le courage d’affronter ses plus grandes peurs ? “Nous allons conquérir notre liberté !” Il n’y avait plus un bruit dans l’endroit, les escouades magiques décimés par cette petite fille, les prisonniers la regardant avec hébétement, avant qu’eux aussi, ne hurlent de cette rage, prêts à la suivre jusqu’en enfer s’il le fallait pour gagner cette insurrection.


Je ne peux pas croire que Jellal m’ait fait ça … Je ne comprends pas pourquoi il est devenu comme ça … Aujourd’hui tout devait être différent, on devait s’échapper ensemble, avec les plus petits, on devait trouver un monde meilleur et je me retrouve toute seule.


Les larmes coulés sur le visage de la petite fille, de son oeil valide alors qu’elle fixait l’horizon de la mer azur. Elle était seule, toute seule, dans ses haillons tachés de sang, sa lourde épée posé sur le sol. Elle s’autorisa enfin à craquer, tombant à genou sur le sol et hurlant tout ce qu’elle pouvait encore. Elle s’étonna elle même d’avoir encore la force de crier après ce qu’elle avait subi ces dernières semaines. L’incompréhension se mélangeait maintenant à la rage, à sa colère si intense qu’elle en avait déclenché sa magie, celle que l’on nommera plus tard la magie du chevalier. Pourquoi Jellal l’avait il abandonné ainsi .? L’avait il traité de cette manière ? Lui faisait il payer le fait qu’il avait prit sa place dans la chambre de torture ? Non, ce ne pouvait pas être ça. Il était venu la sauver, il avait combattu lui aussi pour la libérer parce qu’il n’acceptait pas son sort. Elle s’était sacrifiée pour que Sho ne soit pas puni, il était bien trop petit pour pouvoir résister à des barbaries pareilles. Elle aussi d’ailleurs, mais sa force de conviction était déjà là. Les protéger, protéger ce qu’elle aimait avant sa propre vie. Quand les gardes l’avaient enlevé de la croix pour mettre le garçonnet à sa place, elle n’en avait même pas été consciente, mais une fois de retour dans sa prison, cette pensée lui avait insupportable. Ceci devait cesser. Plus aucuns enfants ne devaient être torturés, sacrifiés pour construire la tour du Paradis. Aucuns enfants, aucuns adultes, plus personnes, ce massacre devait se terminer aujourd’hui. Alors Erza avait prit les armes, sa voix fluette, son corps couvert de blessures et ses idéaux de justice, de liberté, étaient arrivées à motiver les troupes. Elle était la martyr qui avait constitué la révolution pour briser les chaînes. Ils étaient en surnombres. Tous les prisonniers attaquaient, des milliers d’esclaves attrapaient tout ce qui passait par là pour se défendre et les gardes n’étaient que des fétus de pailles. Ensemble tout devient possible. Devise qu’Erza se fera tatouer à l’âge adulte. Et tout était devenu possible, l’espoir de voir un autre avenir que celui de mourir en taillant des pierres ou tuer pour la gloire d’un démon. Un dernier sacrifice avait été nécessaire, l’ultime, constitutif de sa personnalité. Jellal l’avait téléporté sur le rivage le plus proche et les mots qu’il lui avait dit tourner dans sa tête. “Il n’y a pas de liberté dans ce monde Erza ..” Elle le revoyait, avec cette étrange fumée noire qui s’échappait de son corps et ce regard, pire que les barbares qui les avaient kidnappés. “Je ne veux pas d’une liberté factice, mais la véritable … Celle du monde de … Zereph !” Elle tapa de son petit poing sur le sable, continuant de déverser des torrents de larmes. Elle avait échoué, totalement et lamentablement échoué. Shô et les autres étaient à nouveaux prisonniers mais leurs vies étaient entre ses mains. “Si tu parles à quiconque de ce qui s’est passé, je n’hésiterais pas à les tuer.” Le regard de Jellal l’avait glacé, encore plus que les paroles. Elle sentait qu’il en serait capable, Jellal n’était plus Jellal, il était devenu autre chose, une chose terrifiante, malfaisante, cruelle et sans pitié, même envers elle.


Papy Rob avait une marque dans le dos, un symbole que j’ai gravé dans ma mémoire. Souvent, il me parlait de Fairy Tail pour que je puisse m’endormir sans trop faire de cauchemars. Cela ne marchait pas mais je ne lui ai jamais dit parce que j’aimais qu’il me raconte des histoires. Alors j’ai décidé de trouver cette guilde, pour devenir forte et pouvoir sauver Shô, Miliana, Wally, Simon et Jellal. Je sais qu’il n’est pas mauvais, il ne peut pas l’être alors je le sauverais, lui aussi. Après avoir marché pendant longtemps, je ne sais plus trop, je n’ai pas vraiment la notion du temps j’ai fini par trouver le grand bâtiment dans la ville de Magnolia. C’était immense, tellement lumineux et coloré que je n’arrivais presque pas à tenir mon oeil ouvert. Puis la gentillesse des gens présents. Immédiatement le Maître a voulu m’aider, en me posant des questions, encore plus quand je lui ai parlé de Papy Rob. Visiblement il le connaissait très bien, et la peine qu’il a eu à raviver la mienne, enfin elle n’est jamais partie. Alors il a encore plus voulu m’aider, surtout quand il a vu mon oeil. C’est bizarre parce que même si j’ai toujours très mal, je passe outre. C’est comme si ça faisait partie de moi, je m’y suis habituée et quand la dame n’a pas voulu m’aider je lui ai dit que ce n’était pas grave mais elle aussi connaissait Rob alors elle m’a soigné.


“ Tu arrives à y voir correctement ?” Erza cligna plusieurs fois de la paupière, et sa bouche prit la forme d’un o. Oui, elle y voyait correctement, chose qu’elle pensait plus ne jamais pouvoir faire. Elle y voyait même mieux. Tous les détails lui sautaient aux yeux, les couleurs, les contours, des choses imperceptibles pour un oeil normal. Polyussica lui tendit un miroir, et elle se regarda dedans. Plaquant les mains sur sa bouche, encore une fois, elle ne pensait plus revoir son visage normal. Les blessures qui ornaient cet oeil, la défigurant encore plus que le blanc de sa pupille avaient totalement disparus. Posant le miroir, c’était bien trop de joie pour elle, qui n’avait quasiment connu que la misère. Elle sentit les larmes couler de bonheur, mais fut surprise en entendant la vieille femme crier. “Ton oeil ! Il ne pleure pas !” Remettant la glace devant elle, elle haussa les sourcils. Effectivement, elle ne pleurait que de l’oeil droit, son oeil gauche totalement insensible aux sentiments qui lui faisaient utiliser son canal lacrymal. “J’ai du me tromper dans les dosages, ce n’est vraiment pas bon …Il doit y avoir d’autres effets dans ce cas ...” Erza tourna lentement la tête vers Polyssucia et lui fit un petit sourire. “Ce n’est rien ! Je pense que c’est parce que j’ai déjà dû pleurer la moitié des larmes de mon corps.” Devant un tel visage, un tel sourire rayonnant qui contrastait avec ces larmes et ses paroles, Poly qui pourtant détester les humains, ne pouvait qu’être admirative et comprenait l’attachement que Rob avait eu pour elle. “Très bien ! Si c’est ton choix ! Ne vient pas te plaindre s’il y a autre chose … Et maintenant file d’ici avant que je ne t’en chasse à coup de balais !” Pour la première fois depuis des années, la petite fille émit un son qui se rapprochait du rire tandis qu’elle sautait du lit pour partir en courant.


Mavis poussa un long soupir, faisant bouger les feuilles des arbres à proximité. Elle n’avait pas eu connaissance de l’enfance horrible d’Erza avant de tomber sur son journal et elle comprenait mieux certaines choses. Pourquoi elle avait ce caractère si trempé, ce courage sans borne, cette foi sans limite. Les actes nous constituent et la fondatrice n’était pas étonnée qu’au final, qu’Erza ai trouvé en Fairy Tail la famille qu’elle avait toujours cherché. Malgré son comportement distant et froid qu’elle avait pu avoir à ses débuts, elle avait vite apprit à aimer ses camarades, parce qu’elle ne pouvait faire autrement, son coeur était bien trop gros et devait être comblé d’amour pour être légèrement apaisé des terribles souffrances qu’elle avait eut. Continuant de tourner les pages, survolant les dessins mal fait et autres choses, vignettes collées, photos de ses amis, elle s’arrêta sur une page qui l’a fit déglutir, surtout quand l’image de sa guilde détruite apparu.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Let's go to the Murder Party !
Détective Queenie & Inspecteur Livio ✭ Mais la chair fraîch’, la tendre chair, mon vieux, ça coûte cher..Et pendant qu'il le lui tenait, elle l'assassinait. On dit que, quand il expira, la langue ell' lui montra. Prise d'un vrai remords, elle eut chagrin du mort, tombant à genoux, ell' dit : Pardonne-moi ! C'est une larme au fond des yeux qui lui valut les cieux. Et le matin qu'on la pendit, ell' fut en paradis.♫
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81218-les-fleurs-ne-choisis http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81178-queen_of_fairy#1033989 En ligne

Queenie E. Scarletto


« Not Today, SATAN ! »


Queenie E. Scarletto


╰☆╮ Avatar : Amber Heard

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La meilleure, Titania Reine des Fées ✽

✓ Métier : Propriétaire du Fantasia et pâtissière dedans par la même occasion → on est jamais mieux servi que par soi même ! ✽ "Ancienne" espionne détruisant des sectes & féministe engagée (présidente de l'association Console) ✽ Nouvelle Adjointe à l'éducation à la Mairie de Storybrook


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1072
✯ Les étoiles : 7522




Actuellement dans : « Not Today, SATAN ! »


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 22:40



Johan Strauss ⚜️ Ainsi parla Zarasouthra Opus 30





« Plutôt mourir que de vous donner une amie ! »

Ils ont osés ces bâtards ! Ces fils de putes de Phantom Lord ont continués leur bataille avec nous ! Détruire la guilde ne leur a pas suffit, ils s’en sont pris à Levy, Jet et Droy. Attaquer un bâtiment peut passer, mais attaquer nos camarades … Ce n’est plus une bataille, mais la guerre, comme le Maître à dit.... Je le jure sur Mavis qu’ils vont payés pour avoir osé touché à un cheveu de Levy.


D’un coup de pied puissant, Erza défonça l’immense porte en fer de l’entrée de la guilde de Phantom Lord. Derrière elle, quasiment tous les membres de Fairy Tail étaient là pour en découdre et rétablir l’honneur bafoué, le Maître en première ligne. Natsu attaqua en premier, suivit de Grey et le combat s’engagea. L’adrénaline qui parcourait son corps était une drogue dont elle n’arrivait plus à se passer, mais la rage qu’elle avait dans son coeur était bien plus forte. Elle ne lésinait pas sur les attaques, hurlant en s’époumonant qu’elle réclamait uniquement justice. Il n’y avait pas que cela, il fallait bien qu’elle se l’avoue. Voir ses connards comme elle disait intérieurement, gisant au sol était vraiment grisant. Or cela ne lui suffisait pas, ils n’étaient rien d’autres que de la main d’oeuvre, ceux réalisant les basses tâches de cette guilde de pourriture. Alors quand elle entendit l’arche craquait, elle plissa les yeux pour voir qui venait d’arriver. “Le pourfendeur du dragon d’acier.” Elle poussa un petit soupir. Certes elle connaissait sa puissance, mais face à un dragon slayer tel que lui, elle aurait du mal. De plus, elle n’avait pas besoin de se retourner pour savoir qu’un autre adversaire l’attendait. Ce n’était pas le sien, ce n’était pas le moment, elle le pressentait, comme d’habitude. Mais ce n’était pas le cas d’Elfman qui se lança à l’attaque. Elle leva les yeux au ciel. Décidément les hommes ne savaient pas anticiper et même s’il arriva à le stopper pendant quelques minutes, il se fit éjecter rapidement, et le véritable duel pouvait commencer quand Natsu lui sauta dessus pour s’enflammer. Macao et Wacaba rigolaient devant la tête des membres de Phantom qui étaient choqués qu’un mage puisse tenir tête à Gajeel, et même si un petit sourire de fierté passa sur son visage, elle resta concentré. Ce n’était pas le moment de se relâcher. Puis le bâtiment se mit à trembler et une puissance magique énorme envahit les lieux. “Ça a commencé …” Erza lança un petit regard à Grey avant de tourner la tête vers Loki. “La colère du géant va se répandre.” Oh oui pensa t’elle. Elle n’avait que très rarement vu le Maître en véritable en colère, mais quand il l’était, rien ne pouvait l’arrêter. Il n’était pas l’un des dix mages saints pour rien. “Avec le Maître dans nos rangs, nous ne pouvons pas perdre !” Comme d’habitude, son air suffisant avait repris le dessus tandis qu’elle attaquait les gens de ses épées. Parfois, Erza pouvait être d’une arrogance sans nom, étant bien trop sûre d’elle. Un bruit l’a stoppa net, alors que tout le monde regardait dans la direction du centre de la pièce. “Quelque chose est tombé !” Elle se retint de répliquer froidement à Elfman, préférant accourir pour voir de ses propres yeux. Son épée tomba au sol alors qu’elle se figeait. Le Maître était là, exactement comme Papy Rob. Elle se précipita sur lui en criant, comme Grey, Natsu et Mira, le prenant dans ses bras. Elle savait ce qu’il avait, ce teint vert, ces fissures sur son visage. “Qu’est ce qu’il a ?” “Je ne ressens aucune force magique en lui !” “Papy accroche toi !” Erza passait sa main sur le front brûlant du 3e Maître de la guilde alors qu’elle entendait autour d’elle les Phantom reprendre du poil de la bête. Elle l’avait dit elle même, avec le Maître ils étaient invincibles, sans lui … Il fallait vraiment qu’elle apprenne à se taire, cela posait vraiment des soucis. Les Phantoms ne faisaient pas que murmurer, ils s’élançaient maintenant sur eux, et ils étaient en nombre. Protégeant le Maître de ses épées, elle analysait en même temps la situation. Il n’y avait pas que la force, mais la motivation. Tout le monde était inquiet pour Makarov, et les idées noires aspiraient la combativité. Dans cet état, ils se feraient submerger rapidement. Elle devait prendre une décision, rapidement. “Retraite ! Tout le monde rentre à la guilde !” Cela ne lui convenait pas non plus, elle, qui ne quittait le champ de bataille qu’une fois ses ennemis vaincus, mais elle devait penser aux autres, à la guilde et sans le Maître, c’était elle qui dirigeait, qu’on écoutait, son autorité naturelle quasiment jamais contesté. “Erza !” “Tu plaisantes ou quoi ?”Je peux encore me battre Erza !” “J’en ai pas fini avec eux !” Une veine pulsait dans le coin de sa tempe et elle du faire un geste avec son épée pour qu’on l’écoute enfin. “Sans le Maître, nous ne pouvons battre José … J’ai dit Retraite ! C’est un Ordre !” Sa voix était dure tout comme son regard qui ne laissait présager rien de bon si on osait la contredire. La quasi totalité des membres sortirent du bâtiment en courant, mais les plus téméraires continuaient de se battre et elle commençait légèrement à en avoir marre. Ne comprenaient ils donc pas qu’ils mettaient leurs vies en danger à vouloir jouer les cowboys ? “Tu crois que je vais me sauver ? Je suis venu pour venger l’équipe de Levy !” Les mots de Grey lui firent raviver des souvenirs, voyant la jeune femme cloué au pilori, sur le grand cerisier du parc de la ville. Elle aussi avait envie de réparer cette injustice, elle brûlait de ce feu ardent qui l’avait toujours fait avancer mais elle ne voulait pas plus de perte. Elle avait vu de ses propres yeux avec Rob ce que la perte de magie pouvait entraîner, elle ne voulait pas revivre ça, encore une fois. Ne craignant pas la glace de Grey, elle posa sa main sur les siens, lui demandant cette fois beaucoup plus gentiment d’arrêter, essayant de lui transmettre tant bien que mal ces sentiments. Erza ne se confiait presque jamais, cachée en permanence derrière son armure, mais Grey, avait su voir au delà. Il avait été le premier à la défier, le premier à voir ses larmes alors qu’elle avait tout fait pour se cacher des autres. Il avait su enlever ses plaques de métal pour entrapercevoir son coeur et elle l’avait accepté. Elle se rapprocha de lui, les larmes aux yeux et l’enlaça. “On a pas le choix … il faut fuir …” Si elle venait à le perdre, lui, ou un autre membre de sa guilde, elle n’arrivait pas à s’en remettre. Elle avait échoué une fois à protéger ses amis, pas une deuxième. La main de Grey dans ses cheveux et son baiser sur son front lui donnèrent le courage nécessaire pour se relever, et affronter tous les dangers, mettant virtuellement l’armure autour de son esprit.


Une fois rentrée à la guilde, tout le monde essaya de reprendre des forces comme il le pouvait. Le moral était au plus bas mais j’avais rassuré nos camarades. Poly était géniale malgré son aversion pour les humains, elle aiderait le Maître sans aucuns doutes. Je suis d’ailleurs persuadée qu’ils ont eu une relation ensemble, c’est le seul qu’elle écoute et tolère, mais je m’échappe de mes propos, ce n’est pas le moment de parler de ça ! Tout cette guerre inutile n’avait qu’un seul et unique but, mettre la main sur Lucy ! Ils avaient d’ailleurs réussi ! Pendant que nous combattions ces chiens étaient arrivés à l’enlever ! Heureusement que Natsu est allé la chercher à la fin de cette bataille. Je me demandais où il était encore passé, et mon inquiétude était grande, mon soulagement le fut tout autant quand je le vis arriver avec Lucy à ses cotés. C’est là, qu’elle nous a raconté son histoire. Heartfilia, bien sur que j’en ai entendu parler ! Il faudrait vivre dans une grotte pour ne pas connaître cet empire ! Mais pour moi Lucy reste Lucy. L’argent ne fait pas le bonheur, mais je suis d’accord sur le fait qu’il y contribue. Il ne faut pas tout oublier pour l’argent, s’y perdre pour ne penser qu’à lui. Il doit servir à des fins utiles, à un but concret comme faire plaisir aux autres, aider les personnes défavorisés plutôt que de s’en gargariser. Phantom veut bien entendu cette fortune et le prétexte est trop beau pour le laisser passer. Prendre la fille et détruire la guilde en même temps, un beau combo …


La vapeur était tellement intense que l’on ne voyait plus rien. Erza avait toujours aimé prendre des douches pour s’y retrouver, pour penser à ce qu’elle devait faire et ne pas faire. Elle aimait aussi se prélasser dans les grands bains mais là, pour se vider la tête. Deux endroits, deux façons de faire. L’eau ruisselait sur son corps qui retrouvait rapidement son énergie. Ils s’étaient fait avoir comme des bleus et l’issu n’était pas réjouissante. Luxus avait refusé de venir, Mystogan était injoignable. Mira n’était toujours pas en état de combattre après son traumatisme, les blessés se comptaient par centaine et cet aveu de faiblesse…. terrible. Se tenant au mur, elle sentait la rage l’envahir à nouveau. Elle voyait le Maître, dans cet état, sur le point de mourir et elle avait fait quoi ? Rien .. Son poing cogna violemment dans les briques qui constituaient la douche, les éclatant, ne faisant pas attention à la douleur qui lui irradiait le bras, alors qu’elle tapait dedans encore et encore. C’était sa faute. Elle n’avait rien fait pour couvrir les arrières du Maître, elle avait eu un excès de confiance alors qu’elle savait qu’aucunes batailles n’étaient gagnées d’avance. Mais alors qu’elle se culpabilisait, toute la guilde trembla. Écarquillant ses yeux en levant la tête au ciel, le bruit était assourdissant et les tremblements reprirent continuellement. Sortant en trombe de la douche, attrapant au passage une serviette, elle déambula rapidement dans la guilde, descendant les grands escaliers, courant au milieu du hall taverne pour aller à l’extérieur et ce qu’elle vit lui glaça le sang. Face à eux, au bord de l’eau, une immense chose qui avançait, provoquant des vagues gigantesques, continuant de faire trembler le sol. “Je … je n’avais pas prévu ça …” Oh non .. elle avait envisagé toutes les hypothèses de combats, des 4 éléments essayant de les piéger en passant par José lui même, mais pas que la guilde de Phantom Lord pouvait marcher et les attaquer directement, en face à face. Le géant s’arrêta enfin, et les fées étaient suspendues à ce qui se passait. Le visage d’Erza devint livide au moment où une trappe s’ouvrit. “Le .. le canon Jupiter …” Elle se souvenait d’avoir lu dans le journal de la ville d’Oak que la guilde était équipée de cette magie destructrice car ‘pouvant protéger la ville en cas d’attaque’. Bien sur, protéger la ville alors qu’ils rackettaient les habitants .. Si le feu du canon venait à toucher un cheveu de la guilde, il n’y aurait plus rien, un cratère et une partie de Magnolia serait aussi rayée. Visiblement c’est ce que José pensait faire, vu que le canon se chargea en particules magique. Horrifiée, son cerveau marchait à tout allure et elle ne vu qu’une seule solution. Se mordant la lèvre violemment elle n’avait pas le temps de peser le pour et le contre. “Tout le monde ! A Couvert !” Elle s’élança alors, sa serviette tomba au sol en même temps qu’une lumière doré la recouvrait. Elle n’entendait pas ses amis hurler à son encontre, elle n’entendait pas Alzack dire que son armure avait une bonne défense mais qu’elle n’y arriverait pas, elle n’entendait pas Wacabe dire qu’elle était folle et qu’elle allait mourir, elle n’entendait pas Mira pleurer, elle n’entendait pas Nastu et Grey hurler parce que son esprit était concentré sur une unique chose. Sa permutation finie, une armure impressionnante en Adamantine l’habillait ainsi qu’un bouclier scindé en deux. “Vous … ne toucherez pas à la guilde !” Elle avait hurlé de toutes ses forces et sa voix était arrivée à passer outre le bruit du canon, qui fit feu. Immédiatement elle enclencha sa magie, un cercle vert apparut devant elle, gigantesque. Elle regarda la mort dans les yeux, ce trait de lumière noire qui fonçait vers eux et ne cilla en aucun cas, faisant ressortir toute la puissance magique qu’elle pouvait. Le choc fut violent mais l’encaissa, pendant de longues secondes, elle arriva à tenir et puis elle sentit que la force était trop puissante. Elle voyait son bouclier commençait à se briser sous le flux ininterrompu mais elle ne baissa pas les bras. Si elle le faisait, tous ses compagnons périraient. Elle leur devait ça. Alors dans un hurlement elle agrandit un peu plus la protection magique qu’elle avait établie, or elle sentait qu’elle tirait trop sur la corde. Il lui fallait tenir encore quelques secondes, le canon Jupiter n’ayant pas infini de se vider. Son armure se disloquait au fur et à mesure des secondes, mais le canon faiblissait lui aussi. Elle allait réussir, non elle réussirait, et Erza réussi. Le tir s’arrêta net mais il donna une dernière impulsion qui l’envoyant au loin. Son corps entier tremblait sous l’effort et sa limite magique était presque atteinte, si bien qu’elle n’arrivait même plus à tenir les derniers lambeaux de son armure, qui s’envola, laissant place à ses habits de tous les jours. N’ayant même plus la force de stopper l’attraction de son corps, elle se laissa rouler sur quelques mètres et la fumée du choc se dissipa. Les yeux toujours clos, elle pouvait entendre maintenant les cris de ses camarades, sentir la main brûlante de Natsu vérifier qu’elle était toujours vivante. “Makarov … et maintenant Erza qui est hors d’état …” Elle serra un peu la main que le chasseur de dragon avait passé autour d’elle pour la soulever. La voix de son ennemi lui glaça le sang et elle essaya de se lever pour lui prouver le contraire, sans succès. “Remettez nous Lucy Heartfillia immédiatement !” Elle ne put que serrer son poing, détestant ce sentiment d’impuissance qu’elle avait. Les autres membres crièrent avant elle, que Lucy restait là ou elle était, mais José montait le ton, commençait à dire des horreurs. “Plutôt crever que de donner une amie” Par la force de conviction, elle avait réussi à relever son torse, tapant du poing sur le sol, regardant droit le canon qu’elle avait affronté. Cette idée même lui donnait envie de vomir, et tant qu’elle aurait un peu de vie dans son corps, elle se battrait sans répis. La révolte grondait, et le sentiment qui l’a traversé était collectif. José le ressentit aussi, déversant sa haine. “Alors vous périrez dans un second tir du Jupiter ! Faites vos prières pendant la prochaine heure !” Une heure… elle n’aurait pas le temps de reconstituer toute sa magie et de se régénérer correctement si elle se battait mais elle n'abandonnerait pas. Surtout qu’une équipe venait de partir pour aller affronter directement le coeur du problème. Sauf que son esprit l’empêcha d’aller plus loin vu qu’elle sombra dans l'inconscience.



Mavis avait pesté tout du long de sa lecture, en insultant José et les Phantom. Comment avaient ils osés s’en prendre à sa guilde ? Ah si elle avait été encore là, elle leur aurait fait subir un châtiment pire que la mort, mais … elle était morte, ce qui l’embêtait d’ailleurs assez. Elle passa sa petite main sur la feuille qu’elle venait de terminer de lire. Erza …elle aussi .. comment pouvait elle se sous estimer de cette manière là alors qu’elle avait sauvé la guilde ! Elle ne se rendait pas compte des pouvoirs magiques qu’elle avait. Rob avait raison, quand il lui avait dit que ses possibilités étaient infinies. Mavis bougea son nez plusieurs fois. Erza lui faisait penser à quelqu’un dont elle avait entendu des rumeurs…. mais ce n’était pas possible, vu que cette personne était vivante au moment où elle même était encore en vie, ce qui remontait à pas mal de siècles. Non elle devait se tromper. Haussant les épaules comme si de rien était, le fantôme se replongea dans sa lecture passionnante.


Natsu est arrivé à détruire le canon Jupiter juste à temps. Cana m’a dit qu’il s’en était fallu de peu vu qu’il avait même commencé à charger. Mais ce n’était pas tout, c’était sur que José avait autre chose dans son escarcelle. La guilde s’est transformée en un véritable géant animé. Nastu et les choses qui bougent ce n’est pas la plus grande histoire d’amour … nos chances de vaincre nos adversaires même avec le canon en moins venait de se réduire. Il s’arrêta quand même et pour cause, le géant pouvait lui aussi faire de la magie, certainement celle du Maître qu’il transférait comme un artefact. La magie de José est nocive … corrompu … et ce qui en sortirait de là nous enverrait tout droit en enfer ..


Ouvrant difficilement les yeux, Erza pensa avoir fait l’un de ses horribles cauchemars. Or elle se rendit vite compte que ce n’était pas le cas quand la douleur saisit son corps et les souvenirs affluents dans sa mémoire. “Abyss Break … C’est l’une des magies interdites !” Fermant les yeux pour faire croire qu’elle était toujours endormie, elle essaya d’analyser la situation. Elle venait d’entendre la voix de Lucy parler d’un sort démoniaque, d’un sort interdit, quelque chose n’allait pas. Quand la jeune femme s’approcha d’elle pour lui passer un autre onguement sur ses bras, elle se concentra pour essayer de détecter son aura magique. C’était bien ce qui lui semblait. Ce n’était pas Lucy qui l’avait ramené dans la guilde tenant à peine debout mais Mirajane. Si elle avait été en état, elle lui aurait certainement passé un savon. Utiliser la magie, même à petite dose lui était déconseillée et elle ne savait pas à quoi elle jouait. “La vague de ténèbres pourrait détruire Magnolia et la ville voisine si elle s’abat sur nous.” La voix de Cana résonna à quelques mètres de là ou elle était installée mais Erza ne bougea pas. “Mira … dans combien de temps penses tu que le sort sera actif ?” “Environ 20 minutes, je ne suis pas certaine …” “Huum ils auront le temps d’en trouver la source !” “Ils ? Nastu n’est pas tout seul ?” “Non Elfman et Grey sont aussi là bas !” Erza entendit le cri de sa meilleure amie et elle dut se retenir de ne pas aller la prendre dans ses bras. “Il n’est pas en état de se battre !” “Tu sais Mira … quand ça c’est passé .. Quand toi et Elfman êtes revenus et que ..” Se mordant les lèvres, Erza ne voulait pas penser à ça maintenant. La voix de Cana tremblait, pour expliquer à la jeune femme que tout le monde avait souffert mais qu’il fallait aller de l’avant. Bien sur, la rouquine pensait aussi comme ça, c’était évident, vivre dans le passé ne faisait qu’accentuer la souffrance que l’on pouvait avoir, mais elle connaissait aussi Mira, et elle savait qu’il lui fallait simplement du temps, du temps pour accepter l’inacceptable, la mort de sa petite soeur, tuée sous ses yeux à cause de la magie de son grand frère. Forcément, l’ancienne démone prit à coeur ce que Cana lui avait dit. Voila pourquoi c’était Erza qui s’en occupait, parce que Mira était comme elle. Ce n’était pas pour rien, si enfants, elles passaient leurs temps à se chamailler et à se battre pour savoir qui était la meilleure. Elle entendit les pas de la jeune femme, le bruit des planches en bois que l’on pousse puis plus rien. “Tsss”. Claquant sa langue contre son palais, Erza ouvrit enfin les yeux, se relevant tant bien que mal. Elle se sentait déja mieux qu’avant, devant certainement remercier son amie qui avait appliquer des soins régénérateurs. Grave erreur de l’avoir laissé seule. Descendant de la table, elle se dirigea rapidement vers le comptoir du bar, tapant un code secret sur une petite armoire. Où cas où avait elle dit au Maître quand elle avait rangé ces barres magiques que Yashima avait cuisiné. L’élu au conseil, cuisinier de formation et ami de Makarov lui avait donné un cours lors de l’une de ses journées de repos, et elle lui avait demandé quels aliments pourraient la booster. Comme un secret entre les deux, il lui avait appris à faire cette recette de barre qui permettait d’absorber plus vite les molécules magiques présentes dans l’air. Quand le Maître avait su ça, il n’avait pas forcément été heureux, étant donné que la recette était limitée aux officines et que la guilde avait assez de problèmes. Mais Erza avait dit que tout irait bien, que Yashima était au courant et qu’elle le cachera, en cas de soucis. Les soucis étaient à portés de nez et il était grand temps qu’elle goûte. Croquant dedans, elle poussa un soupir de contentement en sentant l’arôme de fraise se répandre dans sa bouche. En réalité, elle était sûre qu’elle n’aurait mangé qu’un bol de fraise, elle aurait été remise sur pied. Un frisson l’a parcouru alors qu’elle regardait ses mains s'illuminait de la couleur de sa magie pendant quelques instants ayant juste l’impression d’avoir dormir comme un bébé et puis plus rien. Est ce que cela allait marcher ? Si ce n’était pas le cas et qu’elle survivrait, elle irait rendre une petite visite à Yashima pour lui dire deux mots. Pour le moment, elle avait bien d’autres chats à fouetter. Sortant discrètement, passant à l’arrière de la guilde, elle préféra prendre un chemin un peu plus long, entre les différentes maisons pour éviter les fantômes de José et surtout ses camarades. S’ils la voyaient ainsi, elle était certaine qu’ils l'empêcheraient de se jeter dans la gueule du loup sans savoir si l’intégralité de ses pouvoirs étaient là, mais elle ne pouvait pas ne pas y aller. Rien faire lui était totalement insupportable, surtout en période de combats. Alors aussi rapidement qu’elle put, elle se fraya un chemin jusqu’au géant, qui avait ralenti par ailleurs dans l’écriture du sort noir. Au moins, Mavis les aidait en leur donnant un peu de temps, et la force d’affronter ces dangers. Arrivant au pied, elle fit apparaître son épée la plus basique sans le moindre effort. Finalement, entre le repos et la barre, sa jauge remontait. Tant mieux. Transperçant le métal comme si c’était du beurre, elle rentra discrètement pour grimper au sommet. Irait elle voir José directement ? Ce n’était pas l’envie qui lui manquait mais une partie un peu plus raisonnable de son cerveau lui disait d’abord de retrouver Natsu et Grey. A eux trois, ils avaient certainement le même niveau qu’un mage saint. Se repérant grâce à ses sens surdéveloppés, elle arriva très vite dans les étages. A partir de là, c’est le bruit des hurlements qui l’a guidèrent. Les cris de Natsu étaient tout aussi puissant que ceux d’un dragon et il fut aisé de le retrouver. Sans perdre une seconde, elle sauta sur son adversaire qui ne s’attendait pas à ce qu’une furie déboule dans la pièce. Le coup envoya Aria au loin, permettant à Natsu de reprendre ses esprits. “Erza .. avec tes blessures … qu’est ce que tu fais là ?”

Le regard que lui lança la mage fut aussi noir que les ombres de José et Natsu se recula de quelques pas. “Erza est en colère …” Il tira la queue du chat volant qui avait osé parler tout en continuant de se mettre sur le coté. “C’est lui qui a fait ça au Maître ?” La magie du vent, celle qui dissipe les pouvoirs d’un Mage. C’était à cause de lui que le Maître souffrait, c’était à cause de lui que l’espoir avait été perdu et elle ne le tolérait pas. “Qui voila ! Erza Scarlett ! Comme c’est triste … Je ne vais pas seulement avoir la tête de Salamander mais aussi de la grande Titania !” “Il est comme un père pour nous … Enfoiré !” Si elle ne supportait pas que l’on touche à ses camarades, la barre était encore plus haute avec Makarov. Il s’était occupé d’elle, il l’avait soigné, il l’avait aidé à combattre ses angoisses et à maîtriser sa magie. Lui faire ça méritait une punition exemplaire. “Maintenant que tu es là je vais pouvoir me battre sérieusement !” L’homme enleva le bandeau qui cachait ses yeux, des yeux étranges dont la pupille était scindé en quatre. La pression magique de la pièce se fit plus forte et le vent commençait à se lever, mais Erza s’en fichait particulièrement, n’ayant aucunement peur de soutenir son regard. “Approche Titania ! Viens …” Un cercle d’invocation jaune apparu dans les mains d’Aria. “Espace aérien de la mort, Zéro ! Activation ! Héhéh … Toute forme de vie se trouvant dans cet espace aérien va être consummé ..” Ce qu’Aria ne comprenait pas, c’est que plus il parlait, plus sa voix avait un effet de catalyseur de colère et de rage. L’air autour d’elle se fit plus rare, le vent augmenta et les rafales eurent le même effet que des lames de rasoir. Le sol se fissura quand il était touché, et elle entendait au loin la voix de Natsu lui disant de partir. Or, elle ne bougea pas d’un millimètre, les pieds ancrés au sol. “Comment oses tu décider de qui a le droit de vivre ou de mourir dans tel espace juste par plaisir ?” Sa voix n’avait rien avoir avec d’habitude, encore plus froide, venant directement des régions les plus froides de Fiore. Son regard était pire que le vent qui fouettait dangereusement les murs et son aura magique commençait à s’échapper tant son être vibrait de haine pour celui qu’elle avait en face. “Sale pourriture !” S’en était trop pour sa patience qu’elle trouvait déja bien grande. Elle s’élança à toute vitesse malgré le vent, esquivant en observant les mouvements des rafales. “Résisteras tu à ça ?” Poussée par la rage, elle trancha tout simplement l’air avec son épée dont la lame brillait d’un joli bleu avant d’activer son cercle magique. Oui, cela avait marché. Un petit sourire passa sur son visage alors qu’elle poussa sur sa détente pour sauter, se ré équipant de son armure de la Nature, celle qu’elle utilisait régulièrement. Des dizaines d’épées apparurent en même temps au dessus de la tête d’Aria qui avait reculé, essayant d’augmenter lui même sa magie mais la furie arriva sur lui. C’était trop tard, le tank était lancé, ne laissant aucun répit à ses ennemis. Les épées dansaient et elle se posa de l’autre côté en même temps que le mage tombait, inconscient. “Elle … elle l’a battue en un seul coup !” “Elle est trop dangereuse !” Se retournant lentement en pointant ses épées vers Natsu, elle claqua sa langue sur son palais dans son tic d’agacement régulier. “Un minable comme toi n’aurais jamais dû battre le Maître.” Si sa rage était légèrement apaisée, la colère d’avoir été humilié et de vouloir faire pareil était toujours présente. Cependant, elle ne put rien faire d’autres que le géant se mit à bouger rapidement, lui faisant perdre l’équilibre. Elle tomba avec un petit couinement qui tranchait particulièrement avec le combat qu’elle venait de faire. Natsu se précipita sur elle, avant qu’il ne se sente mal. “Ne me vomit pas dessus !” Reprenant son souffle, elle haussa un sourcil en entendant une musique d'ascenseur. “A l’attention des membres de Fairy Tail ! Ecoutez bien cette voix, ça va vous rappeller des souvenirs !” Et une voix de femme hurlant de douleur s’entendit dans toute la ville. Erza ouvrit les yeux de plus en plus grand tandis qu’elle sentait la main de son ami pinçait fortement son épaule. C’était Lucy que l’on torturait. “Nous avons capturé Lucy, l’un de nos objectifs est rempli !” Comme elle l’avait pensé, ils profitaient de son père immonde pour les attaquer. Finalement, sa rage revint en force, lui provoquant un hoquet. Plus Lucy criait et plus cela lui rappelait ses propres cris, ou les cris de Milianna. “Maintenant je vais vous rayer de la carte ! Petits moucherons inutiles.” Les hauts parleurs cessèrent et le silence revint partout. Passant une main sur son visage, elle voyait que le combat avec José allait se faire. “Natsu …” Le jeune homme avait attrapé sa main pour l’aider à la relever. “Protège Lucy !” Si José était quasiment impossible à battre, Gajeel l’était tout autant dans cette configuration. Dans ce cas là, seul un chasseur de dragon pouvait attaquer de front un autre chasseur. “Réveille ton pouvoir ! Pour elle ! Pour la guilde !” Elle l’avait attrapé par les épaules, le secouant comme un prunier avant de poser son front contre le sien. “Pour Papy Makarov !”. S’il battait Gajeel, peut être auraient ils une chance de survie. Il hocha la tête et elle commença à sentir une chaleur intense. Elle lui avait transmis sa colère comme fardeau, le meilleur moteur pour les faire bouger à vrai dire, sans savoir qu’elle avait activé son pouvoir de télépathie, transmettant son envie à tous les membres et au Maître….


Quand Natsu se recula de moi, son regard avait changé, ses iris étaient teintés d’un doré magnifique et elles avaient la forme d’un dragon. Lui aussi hurla la tristesse qu’il avait de savoir le Maître dans un état pareil. Vraiment, comme je l’avais crié, il est un père pour nous, les enfants oubliés, rejetés, que le monde ne voulait pas. Il nous a prit sous son aile, nous couvant de toute la chaleur qu’il pouvait nous donner pour nous faire grandir dans les meilleures conditions, effaçant notre passé, recommençant tout à zéro. Chacun de nous à eu l’âme brisé en deux et il est arrivé à recoller les morceaux. Rien que pour ça, je lui en suis éternellement reconnaissante, et il est de mon devoir, de notre devoir d’aussi veiller sur lui.


Au moment où elle allait partir dans les étages, Erza entendit son prénom plusieurs fois. Un sourire barra enfin son visage quand elle vu Grey, Elfman et Mira. Sourire qui se transforma en petite grimace quand ils lui firent la leçon. “Ne vous inquiétez pas ! Je vais bien ! Les fraises ça règle tous les problèmes.” Mira s’approcha d’elle pour lui faire une soufflette dans ses cheveux, l’air renfrogné. “Idiote ! Tu n’aurais même pas du te lever ! Tu as profiter de mon absence en plus !” “Ho .. ho .. Erza ne me dit pas que …” Passant sa main dans ses cheveux, elle rigola en voyant l’air stupéfait des deux garçons, tandis que Mira continuait de la sermonner, les mains sur les hanches. Ce moment de détente aurait pu se prolonger si tout à coup une sensation mauvaise les étrilla, une ombre passant dans leurs yeux. “Qu’est ce que … ?” “C’est ..” Le regard fixe au sol, les yeux grands ouverts, Erza frissonna de tout son être. “Je sens la mort ..” Même magie encore qu’elle avait entreperçu à la tour de Paradis. Se mettant sur ses gardes, elle serra fermement la poignée de son épée quand elle entendit des applaudissement. “Vous m’impressionnez grandement .. mages de Fairy Tail …” Devant eux arrivait tranquillement un homme ressemblant à un démon, son aura magique noire l’entourant. “Je ne pensais pas que j’aurais pu m’amuser autant !” “Maître José !” Erza l’avait déja rencontré, une fois, lorsqu’elle était plus jeune. Elle accompagnait le Maître Makarov au conseil des dix mages saints en récompense de son bon comportement. Il n’était plus du tout le même, il avait complètement changé, et sa puissance magique augmentée. “Attendez ! Ne vous précipitez pas !” Forcément, Grey et Elfman s’étaient rués sur lui sans même prendre le temps d’observer leur ennemi et le résultat fut s’en appel. Elle attrapa le bras de Mira qui hurla en voyant son frère se faire transpercer par la magie de José. Erza serra des dents, poussant son amie au loin, esquivant l’attaque omnidirectionnelle qu’il envoyait. Voila, ils étaient arrivés à ce qu’ils devaient faire. Le Maître les avait formé pour ça, anéantir le mal sous toutes ses formes et ils en avaient un exemple terrifiant devant eux. Se lançant à l’attaque, Erza permuta d’armure pour mettre celle des ailes noires qui augmentait ses attaques offensives en aspirant des sorts corrompus. Combattre le feu par le feu, le mal par le mal. Elle se rapprocha le plus de José, maîtrisant parfaitement sa longue épée mais elle n’arriva pas à le toucher. Bien au contraire, il lui attrapa le poignet, l’envoya avec force contre le mur. Heureusement qu’elle déplia ses ailes à temps, prenant appui avec ses pieds pour se propulser plus loin. “J’étais certain que tu t’étais pris un tir direct de Jupiter .. Comment peux tu encore tenir debout ?” La voix de José était presque admirative, si ce n’était pas de venin qu’il crachait de sa bouche. Position défensive, elle ne devait pas rentrer dans son jeu, elle ne devait pas se déconcentrer. “Allez ce n’est pas grave, je vais te briser les os !” “Si cela permet de sauver mes amis mais je ne tomberais pas seule ! Tu iras dans la tombe avec moi !” Les deux mains sur son épée qui brillaient, elle n’était pas folle à attaquer la première, préférant contrer pour profiter d’une feinte, mais visiblement José préférait discuter. “Forte, magnifique courageuse, téméraire, intelligente, je ne vais pas faire que te briser les os … ma belle ! Ton corps sera mien ...” Calmant sa respiration, elle ne devait pas répondre, mais Erza restait Erza et elle avait eu trop de provocations pour aujourd’hui, cette dernière fut la goutte d’eau. “Vous êtes tous pareils les hommes !” José éclata d’un rire à faire froid dans le dos et il lança une attaque. Hors cette dernière passa à coté d’Erza, se dirigeant vers l’extérieur. “Personnellement je ne fais pas de différence avec vous, je vous tuerais tous, mais c’est vrai que toi, tu es la cerise sur le gâteau !” Finalement elle se lança, et tant pis si elle souffrait, elle ne pouvait plus entendre le son de sa voix. Moins elle arrivait à le toucher et plus cela l’énervait grandement. Pourtant ses attaques étaient titanesques, les ondes de choc détruisant plusieurs morceaux de cette guilde. Il n’avait quasiment rien à faire, lançant ses créatures de l’ombre qui en la traversant lui pompaient toute son énergie vitale. Mais c’était mal la connaître que de penser qu’elle abandonnerait comme ça. Voir ses camarades au sol, entendre sa guilde se faire détruire lui donnait encore plus de force. Elle arriva à le toucher, coupant quelques mèches de cheveux. Ce n’était pas grand chose, mais cela lui donnait l’espoir d’arriver à faire mieux. Puis encore une fois, le bâtiment trembla, changea d’angle pour se pencher dangereusement à gauche. Profitant de ce moment de répit pour souffler dans un coin, son cerveau essayait de trouver une solution. Si elle pouvait le forcer à lui faire une grosse attaque pour vider un peu de son pouvoir, peut être qu’elle pourrait le toucher plus facilement.

“Oulalal, qu’ils sont violents ces dragons.” Forcément, qui d’autres que Natsu pouvait faire ébranler une structure pareille. Avec lui elle pourrait certainement le battre. Oui, il fallait qu’il vienne, maintenant, ne se rendant pas compte qu’elle plaçait un peu trop d’espoirs en lui. “Vous ne vous êtes même pas rendu compte de sa puissance.” Pointant son épée, elle soutient à nouveau son regard. “Vous ne voyez même pas que c’est lui, qui va me dépasser, et vous terrasser.” C’était ça. Elle devait le retenir, l’épuiser au maximum et Natsu viendrait l’achever. “Ne fais pas la modeste Titania ! Tes pouvoirs magiques sont tout simplement fabuleux ! C’est bien la première fois qu’un mage résiste autant à mes attaques…. et si Jupiter ne t’avais pas blessé, je t’aurais sans doute craint ! Qui sait …” Serrant les dents, elle ne pouvait accepter de tels compliments dans la bouche d’un monstre pareil. “Je ne peux tolérer qu’une magicienne de cette exception soit avec Makarov … ou dans une autre guilde ..” Elle sentait le coup venir, mais son épée n’était pas faite pour arrêter une chose pareille. D’une violence sans merci elle alla s’écraser dans le mur sans dire un mot, s’envolant rapidement alors que José avait décidé de passer à la vitesse supérieure. “Tu sais pourquoi je n’ai pas achevé Makarov ? Pour le désespoir que je vais lui causer .. voir ses enfants souffrir tu te rends compte ?” Parfois elle n’aimait pas avoir raison et actuellement c’était le cas. Les paroles de José étaient pire que les sorts qu’il lui envoyait à la figure. Il parlait, parlait, continuellement, expliquant la torture psychique qu’il voulait faire au Maître, et qu’il lui faisait subir par procuration. Elle ne devait pas s'attarder sur ça, elle ne devait pas l’écouter. “Lâche ! Tu as juste peur de l’affronter !” Elle sautait dans les décombres, évitant avec de plus en plus de mal, les coups. “Phantom a toujours été la plus puissante des guildes, mais ces dernières années, les noms d’Erza, Luxus et Mystogan sont parvenus jusqu’à nous … et je ne parles même pas de Salamender … Comment une guilde de minables, de vauriens à t’elle pu obtenir autant de puissance.” “Ta gueule !” La colère l’aveuglait souvent, fonçant finalement dans le tas comme ses amis. Ils étaient tous idiots à penser qu’ils voulaient le pouvoir. Si seulement ils comprenaient leurs mentalités, leurs ambitions. Erza ne voulait rien d’autre que faire plaisir à ses amis, les protéger et faire quand même régner l’ordre et la morale. Elle avait vécu le mal dans sa chaire et elle le combattait de toutes ses forces pour que plus jamais, d’autres enfants subissent ces atrocités. Alors entendre dire qu’ils cherchaient le pouvoir pour le pouvoir la mettait hors d’elle. Encore une fois, elle se lança sur lui, essayant de le frapper à toute vitesse mais José l’a toucha avant. Son épée envoyait de l’autre côté de la pièce, elle sentit les ombres de l’homme l'encercler, la saucissonner. Il leva la main et elle monta dans le ciel, prisonnière, à sa merci. D’accord, là elle était en mauvaise position, regrettant d’avoir agi sous l’impulsion. Il l’électrocuta, et la douleur parcourra son corps mais elle restait concentré sur ses paroles. Elle avait de la pitié en réalité pour lui, et elle ne put s’empêcher de rigoler. “Vous êtes pitoyables mais ça ne m’étonne pas, ne pas chercher à avoir des informations n’est pas à votre porté intellectuelle !” La douleur s’arrêta quelques instants tandis que José s’approchait d’elle, un air surpris. “Lucy a fugué ! Elle n’a pas d’accès sur sa fortune familiale ! Elle vit comme nous, elle combat, mange, pleure, rit avec nous ! Elle n’a pas choisi la famille ou grandir mais elle a pu choisir la famille ou s’épanouir !” Sa voix résonna dans la pièce sans trembler de peur. “Tu crois que je vais la rendre comme ça ? Je vais m’amuser un peu avec elle avant …” Les ombres rentrèrent dans son corps et Erza ne put retenir ses cris d’angoisse, de douleur, de peur, revivant ses plus sombres souvenirs. “Misérable être !” Elle devait tenir, résister, ne pas céder à la panique. “Tu ne devrais pas ma chère et tendre, plus tu fais et plus je te donnerais !” José activa plusieurs cercles magiques qui déclencha une magie encore plus sombre. Deux immenses ombres squelettes se stoppèrent devant elle et commencèrent à aspirer sa vie. “Que le bal des atrocités commence !” Elle ne pouvait rien faire, elle sentait tous ses moments de joie partir, son corps ne restant qu’avec ce qui l’a faisait le plus souffrir. “Je vais te montrer aux autres, toi, Titania la fière, l’indomptable, dans cet état pitoyable !” Non ! Si jamais ils l'entre percevaient comme ça, elle savait très bien qu’ils seraient prêt à faire n’importe quoi. Elle essaya de lutter encore un peu et une idée lui traversa l’esprit. “Natsu … tout dépend de toi maintenant !” Sa télékinésie marchait encore, et elle préférait mourir de sa propre main plutôt que des tortures ignobles que José lui avait promis. Contrôlant son épée à distance, elle la pointa dans son dos pour se transpercer elle même, mais au moment où elle sentit la pointe de l’épée sur sa chaire, un éclair traversa le ciel, le tonnerre gronda et le temps s’arrêta. Une lumière blanche l’envahit, une douce lumière qui lui restituait ses pouvoirs, qui pansait ses blessures et qui l’enlevait surtout des griffes du diable. La lumière la posa avec douceur sur le sol qui commençait à trembler. Doucement, elle se retourna dans la direction que José regardait et son coeur bondit dans la poitrine. Le Maître était là, vivant, descendant comme l’ange salvateur sur les décombres. “Tout ce sang versé, c’est celui des enfants. De mauvais parents les ont fait souffrir à en pleurer…” Et effectivement, l’oeil d’Erza se remplit de larmes tant la joie qu’elle avait de le voir à cet instant lui réchauffait le coeur et l’âme. Elle avait envie de se jeter dans ses bras, de l’amener à tout le monde, mais elle savait que ce n’était pas le moment. Un combat allait s’engager, le plus terrible de tous, un combat entre deux mages Saints.

Se reculant légèrement, elle sentait la puissance magique des deux hommes et elle comprit qu’elle serait vraiment morte entre les mains de José. Pour qui c’était elle prise encore ? Elle n’était pas assez forte, pas assez pour protéger les gens qu’elle aimait. “Tu veux un cataclysme ?” “Si c’est pour le bien de la guilde !” Rien que l’échauffement était d’une puissance sans nom. Elle voyait les trois autres se réveillaient alors elle se dirigea vers eux, essayant de répondre à leur stupéfaction, tandis que Makarov bloquait les attaques à leurs encontres. “Il faut partir !” “Mais Erza !” “Grey ! Ce sont deux mages saints, il ne pourra pas se battre s’il nous sait dans les parages !” Cette fois, elle lui attrapa le poignet pour l’entraîner de force dans le couloir. Un petit sourire passa sur son visage alors qu’elle le retenait toujours, laissant à Mira et Elfman de l’avance. “J’ai dit s’il ne nous sait pas …” La curiosité était un vilain défaut qu’Erza se targuait d’avoir. Intéressée par un grand nombre de chose, elle ne pouvait pas passer devant ce spectacle grandiose. Ce n’était pas pour rien que le conseil avait interdit les batailles entre les dix mages saints, alors avoir le privilège d’un voir une, entre deux hauts gradés. Les deux chenapans se cachèrent derrière une arche à moitié détruite ayant un point parfait d'observation. “Nous allons pouvoir mesurer notre force ! et après je les tuerais !” “Qu’ils soient fiers d’appartenir à Fairy Tail ! Mes petits se sont bien battus !” Erza et Grey se regardèrent avec un petit sourire, n’ayant pas suivi toute la conversation mais ils s’en fichaient, l’essentiel avait été prononcé. Puis l’apocalypse se déchaina. Le bruit des vagues se faisaient entendre, le vent gémissait de souffrance, le tonnerre grondait sourdement, la terre vibrait dangereusement alors que les deux mages réalisaient des figures complexes d’invocation. Elle sentit la main de Grey dans la sienne, refermant ses doigts dessus. Elle aussi tremblait de peur en réalité devant une telle puissance. Elle n’était rien, ils n’étaient rien face à eux. Les deux magies venaient de se confronter et si Erza ne s’était pas accrochée à Grey, s’accroupisant derrière le mur qui avait l’air de résister par miracle, ils se seraient certainement envolés tant le choc était violent. “On aurait peut être pas du rester ..” “Ouais ..” Mais maintenant c’était trop tard pour partir, il fallait assumer les bêtises jusqu’au bout. Crapahutant dans les décombres, Erza regarda à nouveau, émerveillée par ce qu’elle voyait. Plusieurs fois Grey l’a ramena vers lui, alors qu’elle s’avançait toujours à découvert pour observer, jusqu’à ce que les deux se figent durant un moment de calme. Le Maître faisait la leçon à José et ils durent se retenir de pouffer, avant de reprendre leurs sérieux, l’écoutant avec attention et crainte. “Conformément à l’usage en vigueur à Fairy Tail je vais compter jusqu’à trois avant de te juger.” Stupéfaite, Erza savait, et elle secouait le bras de Grey en poussant des petits cris. “Qu’est ce qui se passe ?” “Il va le faire, il va le faire ! Regarde et tais toi !” Parfois la rouquine pouvait avoir des comportements étranges, et là, c’était le cas. “A genoux José !” “Hein ? “ “Un” “Aria ne t’as vraiment pas fait du bien …” “Deux ..” Erza se pencha à l’oreille de Grey, surexcitée de pouvoir assister à une telle chose. “C’est comme dans la légende !” Makavov venait de rentrer en transe, mettant les mains dans une position parallèle, n’écoutant plus les déblatérations de José. “Trois !” Une boule de lumière blanche était apparue dans ses mains et quand il les ferma, un gong se fit entendre. La magie de José n’arrivait plus à le toucher et d’énormes piliers de lumières blanches apparurent. “J’invoque .. Fairy Law !” Les piliers fusionnèrent ensemble et la pièce fut rempli de cette même clarté, puis la ville toute entière même, recouvert par le cercle d’invocation doré. “C’est la loi des fées !” “Pardon ?Tu parles de quoi ?" “C’est la lumière sainte qui détruit les ténèbres ! Elle ne touche que ceux que l’ennemi considère comme le mal incarné ! C’est Mavis qui l’a créé !” Totalement hypnotisé par la beauté et la douceur de la chose, Erza tendit la main vers la lumière qui lui chatouillait les doigts, contrairement aux ombres qui hurlaient à la mort. “Il s’agit d’une magie transcendantale qui appartient aux légendes … je ne pensais pas qu’elle pourrait être utilisé un jour !” Erza avait les yeux qui brillaient d’un bonheur infinie, remplie de larmes, encore plus quand la lumière disparut, laissant José dénué de sa magie, vieillit de plusieurs dizaines d’années, terrifié et apeuré. “Ne vous approchez plus jamais de Fairy Tail ..” “On .. on a gagné ..;” Elle l’avait murmuré pour elle avant de sentir la main de Grey sur son épaule. “Allons voir si tout le monde va bien … avant que le Maître nous trouve !” Elle opina de la tête, d’accord pour une fois avec son ami. Certes Makarov serait souple avec eux, mais elle ne voulait pas voir en face qu’elle avait désobéi à ses ordres, même si après tout, elle avait bien le droit de temps en temps à s’accorder quelques petites incartades.



Mavis sautait de joies, dansant avec des petites créatures qui étaient venues l’entourer. Le troisième Maître avait réussi à utiliser Fairy Law sans problème, et elle en était transcendée de bonheur. Elle avait fait cette magie pour protéger la guilde, et Makarov lui avait montré qu’elle avait bien fait. Qu’est ce qu’elle aimait cette génération de mages ! Ils étaient parfait en tout point, à l’identique des fondateurs et cela lui apportait une joie immense. Elle avait vibré, pleuré, attendu jusqu’au bout, haletant de suspense, criant même au geste de désespoir d’Erza. Elle la reconnaissait bien là, à se faire passer après, à vouloir annihiler ses actes pour faire resplendir ses compagnons. Tout le monde dans la guilde avait l’âme de Fairy Tail, mais Erza, lui ressemblait beaucoup. Vraiment, elle avait bien fait de venir fouiner dans les objets qu’ils avaient laissés car elle découvrait un peu mieux, à travers ses récits, les membres formidables qui composaient la maison qu’elle avait fondé. Se calmant un petit peu, elle reprit sa lecture après s’être déplacé pour se mettre à côté de la cascade.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Let's go to the Murder Party !
Détective Queenie & Inspecteur Livio ✭ Mais la chair fraîch’, la tendre chair, mon vieux, ça coûte cher..Et pendant qu'il le lui tenait, elle l'assassinait. On dit que, quand il expira, la langue ell' lui montra. Prise d'un vrai remords, elle eut chagrin du mort, tombant à genoux, ell' dit : Pardonne-moi ! C'est une larme au fond des yeux qui lui valut les cieux. Et le matin qu'on la pendit, ell' fut en paradis.♫
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81218-les-fleurs-ne-choisis http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81178-queen_of_fairy#1033989 En ligne

Queenie E. Scarletto


« Not Today, SATAN ! »


Queenie E. Scarletto


╰☆╮ Avatar : Amber Heard

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La meilleure, Titania Reine des Fées ✽

✓ Métier : Propriétaire du Fantasia et pâtissière dedans par la même occasion → on est jamais mieux servi que par soi même ! ✽ "Ancienne" espionne détruisant des sectes & féministe engagée (présidente de l'association Console) ✽ Nouvelle Adjointe à l'éducation à la Mairie de Storybrook


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1072
✯ Les étoiles : 7522




Actuellement dans : « Not Today, SATAN ! »


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 22:40



Anthony Dvorak ⚜️ Symphonie du Nouveau Monde Allegro con fuoco





« J'ai fais ça pour votre avenir ! »

Des vacances ! Enfin des vacances ! Je ne m’en accorde que très rarement mais là j’en avais vraiment besoin. Alors quand Loki nous a donné ces tickets pour Akane Resort je les ai pris immédiatement en ordonnant que tout le monde se prépare. Nous avions tous besoin de décompresser et de laisser les missions de coté pour quelques temps. Les stigmates de la guerre avec Phantom étaient toujours présent mais la guilde reprenait forme petit à petit, c’était maintenant à nous de nous reposer. Nous avions enchaîner directement et je devais l’avouer mes batteries étaient à plat. Loki me donnait sur un plateau d’argent l’excuse que j’attendais. En plus Akane ! Le plus grand parc d’attraction de la région, avec un hôtel 5 étoiles ! Comment dire non ? Tout avait bien commencé et je n’aurais jamais pu imaginer la tragédie que je vivrais, que le passé ressurgirait à ce moment là.


Étendue sur son transat, Erza se délectait des derniers rayons de soleil qui léchaient sa peau d'albâtre. Elle n’était pas très bronzette, toujours caché sous ses plaques de métal, mais quand le moment était opportun, elle ne disait pas non à s’étendre sur le sable de la plage, vidant son esprit pour profiter du moment. C’est ce qu’elle avait fait une partie de l’après midi, n’écoutant que d’une oreille les cris d’amusement de ses camarades. Il fallait dire qu’elle s’était dépensée dès son arrivée, elle, qui avait exigé d’être à l’ouverture du parc. Elle avait traîné Grey dans tous les grands huits en quête de sensations fortes et elle n’avait aucunement été déçue. La publicité qu’Akane faisait été loin d’être mensongère, ils avaient bel et bien été dans le plus haut et le plus rapide des grands huits. Elle même, qui pourtant adorait ce genre de chose, avait été vaseuse à la descente, se soutenant à un Grey qui était dans le même état. Le seule regret fut qu’elle n’avait pas pu le faire avec tout le monde, comprenant que Natsu avec son mal des transports n’était pas le plus à l’aise dans ce genre d’amusement. La pause du midi avait été courte car Lucy voulait profiter des jacuzzi régénérateur de magie avant d’aller sur la plage où ils avaient passés l’après midi entière à jouer à différents jeux. Vraiment, elle ne s’était pas amusée comme ça depuis de nombreuses années et elle en venait presque à le regretter. C’est ce qu’elle pensa dans un petit soupir. Oui, à l’avenir, elle devait penser plus à se détendre. Le Maître lui avait dit, qu’il fallait qu’elle lâche la bride, qu’elle profite plus de la vie, qu’elle fasse des choses de son âge mais elle n’avait jamais pu complètement, ayant toujours dans un coin de sa tête que ceux qu’elle considérait comme sa famille étaient toujours prisonniers. “La liberté n’existe pas Erza !” Elle ouvrit les yeux en se redressant vivement, essoufflée comme si elle avait couru un marathon. Clignant plusieurs fois des paupières, elle regardait autour d’elle, rien n’avait bougé. Elle était toujours sur la terrasse de sa suite, la mer s’étendant à perte de vue, seul le soleil avait laissé place à la lune. C’était un rêve … un cauchemar plutôt. Jellal n’était pas là, sa voix n’était qu’un souvenir fugace que son esprit avait choisi de faire sortir maintenant, comme s’il n’avait pas envie d’être un peu tranquille. Allant dans la salle de bain pour se passer un peu d’eau fraîche, n’ayant en aucun cas envie d’inquiéter ses amis, elle se changea pour mettre son armure habituel. S’étirant, il ne fallait plus qu’elle pense à ça, il ne fallait pas qu’elle anéantisse elle même tout le travail qu’elle avait fait sur sa conscience pour passer outre ses démons. Heureusement quelqu’un toqua à la porte, et rentra sans sommation, comme d’habitude dans leur équipe. “Erza ! Viens t’amuser avec nous au casnio !” Sortant de l’endroit ou elle était, elle eut un petit hoquet de surprise. Lucy était magnifique, ayant revêtu une longue robe rouge. “Natsu et Grey y sont déja !” Ah oui, elle se souvenait avoir vu un casino dans le descriptif qu’on lui avait remis à l'accueil. Un petit sourire traversa son visage alors qu’elle hochait la tête à ses pensées silencieuses. Elle n’allait pas laisser un cauchemar ridicule lui gâcher ses vacances. Elle avait dit à Mira en partant qu’elle profiterait un maximum, et elle le ferait. “Dans ce cas …” Fermant les yeux, elle activa son pouvoir de permutation pour enlever son armure et laisser place à un habit convenant mieux à ce genre de lieu. Quelques secondes après, elle était vêtue d’une splendide robe fendue violette, ses cheveux remontées en gros chignons, des gants blancs sublimant ses bras et une paire d’escarpins pailletés. “Wow … Erza …” Parce qu’elle ne faisait rien à moitié, la mage voulait en mettre plein les yeux à tout le monde et rien que le petit mot de la blonde lui faisait plaisir. Même si elle se sous estimait régulièrement, elle avait, de temps en temps, selon le contexte des bouffées d'orgueil et de narcissisme, ce soir étant l’un de ses soirs. Elle se sentait bien, heureuse, belle, et rien ne pouvait l’arrêter. Son émerveillement grandit en puissance quand elles arrivèrent dans l’immense salle qui ressemblait plus à une salle de bal qu’à un véritable casino. Et encore .. c’était un mélange entre plusieurs univers. Il y avait même un rail de grand huit qui passait au dessus de leurs têtes. Tout était démesuré, et cela ne pouvait que lui plaire. Lâchant quelques instants Lucy, elle se mit à fureter, observant tout ce qui pouvait être observé. Elle entendit les cris de Natsu qui avait perdu au jeu du loto et poussa un soupir. “Une coupe de champagne ?” Elle regarda le serveur et attrapa le verre qu’on lui tendait. Non ce soir, elle ne ferait pas la police, il prendrait ses responsabilités. Elle remarqua qu’un peu plus loin, Grey était assis à une table de jeu, concentré. “Attendez !” Attrapant une deuxième coupe sur le plateau du serveur qui avait fait demi tour elle rejoignit le brun pour lui tendre, après qu’il eut fait son coup. “Tu es assorti à Lucy avec ta chemise !” “C’est un hasard !” Posant son dos contre la table, Erza était d’humeur taquine ce soir. “Elle est jolie n’est ce pas ?” “Euh .. ouais … j’ai pas trop fait attention …” Levant un sourcil, elle cherchait la jeune femme dont ils parlaient du regard. “Et tu as fais attention à qui ces derniers temps ?” Grey releva la tête pour planter son regard dans celui de son amie, l’air complètement perdu. "Hein? Mais de quoi tu parles? Est-ce que c'est Juvia qui t'as demandé de te renseigner pour elle?" Au final, ils finirent perdu tous les deux. “Juvia ? La fille de Phantom ?” Plus que surprise, sa curiosité la démangeait et elle avait envie d’en savoir plus, mais Lucy arriva, l’air surexcitée. “Erza ! Il y a une nouvelle séquence de jeu de poker et les sommes mises en jeu sont colossales … ça pourrait payer mon loyer !” Croisant les bras sur sa poitrine dégagée, la rouquine fit une petite moue. Elle était partagée entre l’idée de questionner Grey sur cette fille et l’idée de tacler tous les joueurs de poker présent ici. Finalement, son côté joueur l’emporta sur sa curiosité mais elle lui glissa un mot avant de partir. “On va avoir une petite discussion tous les deux après que j’ai plumé ces imbéciles !” Et elle partie avec Lucy, avec un excès de confiance qui transparaissait dans sa démarche chaloupée.

“Erza … tu as une quinte flush royale !” Elle avait abattit sur ses cartes dans un geste empli de théâtralité, provoquant l’admiration de son amie mais de la table aussi, empochant les jetons. “C’est impressionnant c’est ta troisième !” “Il est vrai que je me défends assez bien dans ce genre de jeu !” Elle laissait enfin exprimer des émotions sur son visage, la joie notamment, heureuse de pouvoir aider Lucy à payer son loyer, et aussi de gagner bien entendu. Mauvaise perdante, elle pouvait se morfondre pendant quelques temps, estimant qu’il fallait donner le meilleur de soi même à chaque fois. “Mais la chance est avec moi ce soir !” Oh oui, elle se sentait pousser des ailes sans même qu’elle ait une armure à enfiler, et elle avait l’impression que quelque chose de grand lui arriverait. Allait elle faire la rencontre du prince charmant ? Chose à laquelle, elle pensait comme toutes les filles de son âge ? Ou même, juste un homme sympathique, de bonne compagnie, qui l’aiderait à terminer cette soirée dans les meilleures des conditions. Elle n’était pas comme ça, mais la phrase de Mira tournait en boucle dans sa tête. “Amuse toi ! Ça ne te fera pas de mal ! C’est quand la dernière fois que tu as pris du plaisir ?” Rien que d’y penser, deux taches rouges se dessinaient sur ses joues. Mira avait le don pour arriver à la mettre dans des états pas possibles. Mais le pire dans tout ça, c’est que la démone avait raison. “Changement de croupier.” Chassant ses pensées de sa tête, elle devait être pour le moment concentré que sur le pactole qu’elle était à deux doigts de gagner et elle aurait à loisir de réfléchir à plus tard à cette question là. Levant la tête vers le jeune homme qui venait d’arriver, Erza fut prit d’une sensation étrange, d’une boule qui se forma dans sa gorge qui s’accentua quand il distribua les cartes, le mot Mort formé devant elle. “Que dirais tu de mettre ta vie en jeu ma chère Erza ?” Cette voix… ça ne pouvait pas être un rêve, ni un souvenir … elle avait bien devant elle son petit Sho. Son visage prit les traits de la stupeur, alors qu’une forme d’espoir naquit dans son coeur. “C’est … bien toi ?” “Ça faisait longtemps ma soeur !”Tu es indemne !” Oui ! S’il était ici, comme croupier, cela voulait dire qu’il avait survécu, qu’il avait réussi à s’échapper tout comme elle. Les larmes remplirent son oeil gauche, et elle porta les mains à sa bouche. Elle n’y croyait pas … C’était donc ça, la chose incroyable que son 7e sens avait senti ? Les retrouvailles avec Sho ? Cependant, la lumière s'éteignit d’un seul coup, les plongeant dans le noir sans que personne ne puisse rien faire. Se levant immédiatement, Erza appela Lucy, et Sho. Si la première était à ses cotés, le deuxième ne répondait pas. Non, elle venait juste de le retrouver, elle ne pouvait pas le perdre encore. N’écoutant pas son intuition, elle marcha doucement avant de sursauter au coup de feu qui résonna dans l’endroit. Puis la lumière revient. Il n’y avait plus qu’elles, la salle était entièrement vide. “Sho !” Sa voix tremblait, elle ne comprenait rien, et elle avait peur. “Par ici ma soeur !” Il apparut devait elles, mais au lieu d’être soulagé, elle ne percuta que trop tard qu’il était responsable de ça. Les cartes qu’il fit tomber au sol contenaient tous les gens présent aux alentours. “Tu … De la magie !” “Oui, moi aussi je peux !” Perturbée, sa garde totalement baissée, elle se retourna quand Lucy poussa un petit cri alors que d’étranges cordes apparurent sur son corps, en même temps qu’une autre jeune femme. “Alors ça boum Erza ?” Miliana était aussi là et elle aussi utiliser la magie ! Qu’est ce que tout ceci signifiait ? Non elle cherchait après, elle devait d’abord libérer la constellationniste. “Libère Lucy, c’est mon amie !” “Ami … n’est ce pas ..” Elle remarqua l’air triste de la jeune fille aux oreilles de chat, ainsi que la voix défaite de Sho. “Nous aussi on était tes amis avant …tu t’en souviens?” Comment aurait elle pu oublier ? Se mordant la lèvre, elle ne devait rien dire, l’épée de Damoclès étant toujours sur leurs têtes. Si elle parlait, Jellal les tuerait, où qu’ils soient. “Non … pourquoi t’embêterais tu avec ça vu que tu nous as trahis !” Elle baissa la tête, ne pouvant pas affronter son regard. C’était faux. Elle avait envie de lui hurler dessus, de lui dire toute la vérité mais elle ne pouvait pas. “Ne pousses pas trop Erza, Sho ! Un Dandy doit savoir contenir ses émotions.” Wally était là aussi, il ne manquait plus que Simon … qui apparut derrière elle. “Tout le monde peut utiliser la magie ma soeur, il suffit juste d’avoir la volonté nécessaire.” Sa voix lui provoqua des frissons et elle n’osait pas se retourner. Lucy criait continuellement, les liens de Milianna lui faisant des dégats, mais Erza n’arrivait pas à se concentrer. Elle était assaillie par des milliers d’informations en même temps, son coeur était sur le point d’exploser et elle ne savait pas quoi faire. Pour la première fois depuis longtemps, elle était désarmée. “Qui sont ces gens Erza ? Pourquoi t’appellaient ils ma soeur ?” Elle arrivait encore à placer quelques mots, et si elle ne pouvait dire la vérité au groupe, elle pouvait un peu lever le coin du tapis. “Nous ne sommes pas de la même famille biologique mais c’est tout comme …” Elle put voir l’étonnement sur le visage de Lucy pendant quelques secondes avant qu’elle ne se crispe de douleur. “Mais tu fais partie de Fairy Tail depuis que tu es toute petite non ?” “C’était avant ..” Cette période qu’elle avait refoulé, qui ne sortait que par torrent de larmes. Même Grey, qui avait été le premier à sécher son visage ne savait pas les véritables raisons de sa tristesse constante. “Pourquoi êtes vous là ?” “Pourquoi ?” “On est venu te chercher !” “Tu rentres à la maison ma soeur !” Ses yeux s'écarquillèrent et la peur qu’elle essayait de dissimuler était bel et bien présente. Non, elle ne voulait pas aller là bas, elle ne voulait pas y retourner. “Si jamais tu refuses …” Wally changea son bras en gros calibre, le pointant sur Lucy. “Non ! S’il te plait, ne fais pas ça !” Elle s’était avancée, un ton suppliant. Tout mais pas ça. Elle ne voulait pas la mêler à ces horreurs, elle ne devait rien savoir de tout ça. Or pendant ce temps, pendant qu’Erza perdait totalement son self contrôle, elle ne sentit que trop tard le coup partir, la balle traverser son épaule et l’effet quasi immédiat de la chose que Wally lui avait injecté. Une larme tomba au sol au moment où elle sentit Simon la prendre sur son épaule. Alors c’était ça … tout allait recommencer.



Quand j’ai repris connaissance, j’étais attachée à un pilier, à même le sol. Je sentais de part les mouvements qu’ils avaient prit la mer. Voilà, qu'après une douzaine d’années après ma révolution, je m'apprêtais à retourner dans cet enfer au nom pourtant si doux. La tour du Paradis. Celui qui l’avait baptisé ignorait soit toutes les atrocités qui avaient été commises, soit avait un sens de l’humour plus que douteux. J'essayais de me détacher et d’invoquer une armure mais les liens magiques de Milianna bloquait ma propre magie. C’était bien ma veine, le soir ou je décidais de me passer de mon armure. Je me sentais vulnérable, à la merci de n’importe qui, comme avant, comme à l’époque. J’avais beau avoir grandi, avoir vieilli, le temps avait beau s’être écoulé, j’avais l’impression que c’était hier que je me faisais attraper par les gardes et ligoté à ce genre de poteau pour avoir osé essayé de m’échapper. Et le pire dans tout ça, c’est que là, c’était Sho et les autres qui me maintenait comme ça. Il est venu, dans le cale, pour me parler, m’expliquer pourquoi il ne pouvait pas me libérer. Toujours cette histoire de trahison. Je peux les comprendre, à leur place, j’aurais fait pareil. J’aurais écouté Jellal raconter des mensonges sur ma disparition. Je ne pouvais pas le contredire. Surtout pas maintenant. La tour était finie, elle allait être activée, et si jamais ils apprenaient la vérité, il serait cruel avec eux. Le seul moyen pour arrêter tout ça serait de le combattre. Mais qui ? Moi ? C’est vrai qu'inconsciemment je me suis entraînée pour ce jour là, mais je sais que je ne pourrais pas. Natsu ? Grey ? Oui, ils auraient la force mais je ne veux pas les impliquer là dedans. Enfin, je ne le sais pas encore à ce moment là mais je l’ai déja fait., malheureusement.



“Mais tu es magnifique dans cette robe !” La tête baissée, Erza ne savait pas quoi répondre. “J’ai peur … je … je ne veux pas y retourner …” Aveux de faiblesse flagrant, elle n’était plus à ça près de toute façon. Le corps tremblant, elle arriva quand même à être surprise quand Sho se rapprocha d’elle, les larmes aux yeux pour l'enlacer. “Je ne voulais pas en arriver là !” Bien sur que non … elle le savait au fond d’elle même qu’ils étaient manipulés, comme elle était aussi. Ils n’étaient que les pions du jeu morbide de Jellal. “Tu m’as tellement manqué grand soeur !” Elle pouvait sentir les larmes dans son cou, et la douceur dans sa voix lui rappelait le petit garçon qu’elle berçait la nuit pour l’aider à dormir. Mais d’un coup, l’ange se transforma en démon, ses traits se durcirent, les larmes de tristesses devinrent celle de la colère et elle ferma les yeux quand elle sentit le poing partir. Il avait frappé le pilier, à quelques centimètres de son crâne. “Pourquoi as tu trahi Jellal ?!” Elle détourna la tête, son oeil pleurant. Son coeur lui faisait mal, si mal, une douleur qui n’était jamais réellement partie. Elle l’aimait, et elle s’en voulait toujours de ne pas arriver à tourner la page correctement. “Nous sommes arrivés !” La voix de Simon calma quelques instants le blondinet qui parti sans un regard, remplacée par la détentrice des liens. Tête baissée, Erza resta silencieuse. Que pouvait elle dire de plus ? Rien … elle ne pouvait que constater les dégâts que Jellal avait fait sur leurs amis. Il était le grand frère, il devait prendre soin d’eux mais ils les avaient brisés. Sortant du bateau, elle était catastrophée de voir que finalement, elle était belle et bien terminée. Elle avait encore espérée à vrai dire, que la tour n’était pas totalement achevée, comme si un miracle pouvait arriver maintenant. Elle frissonnait de terreur devant une telle chose monstrueuse, lui rappelant qu’elle n’était qu’un minuscule insecte qui avait contribué à cette construction gigantesque. Rapidement, en traversant les lieux, sa mémoire corporelle et psychique lui envoyèrent des souvenirs qu’elle avait mit tant de temps à enfouir. Les coups de fouets, les décharges électriques, les blessures aux mains, aux pieds, au ventre, les punitions quand ils n’allaient pas assez vite, les magies expérimentales, les tortures toujours plus cruelles. Une forte envie de vomir lui tordait l’estomac, lui soulevant le coeur. Et pour finir, la prison. Simon n’eut aucun mal à l’accrocher par la corde de ses poignets comme un vulgaire sac. “Nous ferons la cérémonie ce soir !” Se mordant les lèvres, Erza essayait de sortir sa tête du brouillard que son coeur n’arrêtait pas de lui provoquer. Si elle ne se reprenait pas maintenant, elle risquerait d’y passer sans que rien ne change. La cérémonie … elle se souvenait des deux gardes qui parlaient beaucoup trop pendant qu’ils s’amusaient avec elle. Le R-System que contenait la tour ne pouvait être activé que par un dernier sacrifice, l’ultime sacrifice après les millions nécessaires. Était elle étonnée qu’il aille jusqu’au bout ? Non … Mais qu’il l’a choisisse elle comme sacrifice humain la surprenait assez. Sauf que ça ne se passerait pas comme ça, elle ne le laisserait pas faire et tant pis, s’il fallait qu’elle l’affronte, elle le ferait, elle essaierait en tout cas. “Tu trembles Erza ? Mais quelle belle fin tu vas avoir ! Enfin tu vas pouvoir servir Jella correctement, c’est un honneur qu’il te fait là !” “Arrête Sho ! Reprends toi ! Tu réalises le danger pour l’équilibre que cela représente de ressusciter quelqu’un avec le R Systèm ?” Retrouvant petit à petit son esprit combatif, il fallait qu’elle reprenne les choses en main. “Oh ? Je suis étonné de voir que tu connais son utilité !” “Revive System … refaire vivre quelqu’un en échange d’un nombre incalculable de sacrifices humains … c’est une magie interdite, inhumaine !” Elle n’avait pas chômé ces dernières années. En réalité, elle prenait toujours les missions qui auraient pu lui apporter des éléments, son rang de mage S lui conférant le droit d’en faire des toujours plus dangereuses. Elle allait là où les bibliothèques étaient immenses, elle fouillait dans les coins sombres, elle rencontrait des créatures étranges pour comprendre. “Mais soeurette, la magie a toujours été à l’encontre de l’humanité ! Toutes les magies dévorent ce qui fait de nous des humains !” Ce discours, elle l’avait entendu, par les mages justement qui les torturaient. Comment Sho pouvait il dire une chose pareille. La colère commençait à se faire entendre au niveau de ses tempes. Elle remplaçait petit à petit la peur, et elle avait comme une sensation de déja vue. N’écoutant pas les divagations de son ancien ami, elle grimpa légèrement, prenant appui sur le mur pour se libérer. La prenait elle vraiment pour faible face à ses sentiments pour penser qu’elle ne pourrait pas sortir d’un endroit pareil avec peu de lien ? Certainement, elle aussi l’avait pensé dans le bateau, mais elle avait laissé la rage qu’elle enfermait dans une cage s’échapper, et là, plus rien ne pouvait l’arrêter. Quelques minutes après, elle sauta au sol, les poignets toujours attachés et s’élança sur Sho, l’assommant, à regret. Ce n’était pas de sa faute, il était victime de tout ça, et la folie qu’il avait eu dans son regard en était la preuve. Enlevant enfin ses liens avec ses dents, elle sentit la magie à nouveau dans son corps et immédiatement elle se changea, mettant son armure, chassant définitivement la peur au loin.


J’ai parcouru cette tour de long en large pour trouver le chemin menant Jellal. Immense labyrinthe sans fin, je n’hésitais pas à me défouler sur les gardes pour qu’ils m’indiquent la bonne direction. J’essayais de ne pas penser à cette peur qui rongeait mes entrailles, j’essayais de ne pas penser à ce qui allait se passer quand je me retrouverais devant lui. Comment allais je réagir en le voyant, face à moi ? Heureusement, pour quelques minutes, Fairy Tail est arrivé à me faire réfléchir à autre chose, comme d’habitude. En allant de pièces en pièces, je suis tombée nez à nez avec Grey, Lucy et Juvia. Mon étonnement de les trouver dans un tel endroit se dissipa vite pour laisser place à la peur, à nouveau. Ils devaient partir maintenant s’ils voulaient avoir une chance de vivre… mais ce ne sont pas mes amis pour rien. Ils ont commencé à parler, à insister pour m’aider, à essayer de comprendre aussi et j’ai du tout leur dire, leur avouer mes faiblesses. C’était plus facile que je ne l’imaginais en fait, ça m’a même libéré d’un poids en réalité. Puis Simon et Sho sont apparus. Simon savait tout depuis le début. Cela ne me surprends pas. Il s’est toujours méfié de Jellal, rivalité masculine, guerre de coqs qui n’a servi à rien, étant donné que la tour est finie. Je ne suis pas arrivée à saisir entièrement son plan, mais il savait, et malgré tout je lui ai toujours fait confiance. Mais Sho … son esprit torturé a eu du mal, à concevoir cette vérité, que Jellal n’était pas celui qui laissait croire. Il lui a fallu un peu plus de temps que les autres mais quand il l’a compris, sa réaction a sans doute été la pire. Il voulait s’en occuper lui même. Sho, affronter Jellal ? Autant qu’il se jette du haut de la tour … Et quelle idée de vouloir me protéger dans sa carte … La pire qu’il n’est jamais eu. Non la pire était celle qui m’a fait perdre mon oeil, passons sur ça. Heureusement pour lui, je suis arrivée à sortir à temps, pour affronter Ikagura, l’un des membres du trio de la guilde d’assassin que Jellal a embauché pour s’amuser. Vraiment, nous n’avons pas la même définition de ce mot, et de tous les autres aussi. Mais je dois lui reconnaître une chose, grâce à ce combat, je suis arrivée à me libérer totalement de mes chaînes. J’ai toujours pleuré, de tristesse, de rage, de colèr, de peur. La peur est le moteur de la survie, mais si elle est utilisée à bon escient, elle est le moteur du courage. Cette peur de voir tous mes amis mourir, de voir disparaître les personnes chères à mon coeur comme je l’ai vu maintes et maintes fois. J’ai toujours mis des armures autour de moi pour me protéger du monde extérieur, pour éviter les contacts, pour que personne ne se rendent compte de mes faiblesses. Pour avoir l’air forte, j’ai enfermé mon coeur de pleureuse dans mon armure. Mais je me trompais, grandement et Ikagura me l’a fait réalisé. Ces armures ont figé le temps et l’espace entre mon coeur et celui des autres. J’ai commencé à le réaliser, petit à petit grâce à Fairy Tail mais je ne voulais pas voir la vérité en face. Ils m’ont montré à nouveau que la peur et l’amour n’étaient pas des faiblesses, mais bel et bien des forces. J’ai su redéfinir ma puissance grâce à ça, et j’espérais après avoir vaincu Ikagura que j’allais y arriver … mais l’on ne gère pas les sentiments amoureux comme les stratégies de combats malheureusement ...


Mais Erza y avait encore cru. Les mots qu’il lui avait prononcé se relevait être un poison pour son esprit, détruisant toutes ses protections. Oh qu’elle s’en voulait d’avoir été aussi faible, d’avoir pactisé avec le démon, d’avoir embrassé le diable. Elle s’était faite avoir en beauté, et les larmes qui coulaient de son oeil était celle de la rage qu’elle avait, piégé dans la lacrima géante que l’utilisation de l’Etherion avait dévoilé. Quand Jellal lui avait dit que le conseil allait faire feu, elle n’avait plus rien à perdre. Ils allaient mourir tous les deux, alors elle voulait comprendre, elle voulait répondre à cette question qu’elle se posait depuis toute petite. Et le serpent sournois avait joué de sa faiblesse, pour sauver sa peau. Il était parfaitement conscient que le katana qu’elle pointait sur sa gorge pouvait le traverser à tout instant mais il devait faire la montre, son projet n’étant qu’à quelques minutes de se concrétiser. L’âme d’Erza se lisait comme un livre ouvert pour ceux qui savait outrepasser l’épaisse cuirasse. Alors il avait appuyé bien profondément sur la blessure de son coeur pour la briser un peu plus et il avait gagné. L’Etherion avait frappé, Erza pensait qu’elle l’avait aidé à expier le mal qui le rongeait en lui faisant dire qu’il avait été manipulé par le fantôme de Zeref et qu’elle pouvait partir en paix. Le plus délectable pour lui, avait certainement été sa tête quand Jiegrain était arrivé, par la suite alors qu’elle était encore confuse d’être en vie après le tir du Satellite Square, découvrant ainsi tout le pot aux roses. La belle Titania apprenant que le membre du conseil, que l’homme avec qui, elle avait cédé un soir, n’était rien d’autre que lui même. La meilleure des supercheries. Il s’était fait le conseil qu’il avait réussir à détruire, et Erza, qu’il pensait aussi avoir réduit en miettes, mais quel pied ! Oh il avait sentit sa colère bourdonnait dans la tour alors qu’elle sortait des épées toujours plus grosses pour, cette fois, le tuer. Il lui laissa se défouler quelques minutes avant de l’envoyer à sa place, pour réaliser le sacrifice humain.

Elle soupira quand Natsu l’attrapa pour la sortir de là. Il était rare qu’elle n’ait plus d’espoir, mais là, plus la lacrima l’avalait et plus sa motivation fondait comme neige au soleil. A quoi bon continuer alors qu’elle s’était faite berner pendant des années par Jellal ? Même la consolation de savoir qu’elle n’avait pas été seule, que des dizaines de gens hauts placés étaient tombés dans le panneau ne l’aidait en rien à relativiser. Toutes ses pensées négatives ainsi que l’aveu que Jellal lui avait fait, tournaient dans sa tête l’empêchait de réfléchir correctement. Elle devait remercier Natsu pour l’avoir assommé lui évitant d’autres questionnements, elle ne savait pas ce qu’elle aurait été capable de faire. Ces minutes où l'inconscience apaisa son esprit en feu furent bénéfique. Quand elle se réveilla, elle ne savait pas combien de temps était passé mais elle pu voir qu’un combat acharné avait eu lieu, continuait même. Natsu tenait à peine debout, la Tour du Paradis avait été abîmé et Jellal était rentré dans une colère folle à la vue des ombres qui s’échappaient de son corps. Il commença à se mettre dans une position dangereuse, faisant des gestes d’invocation. Erza voyait les ombres avaler les zones de lumière tandis qu’un vent fort se levait, emportant tout sur son passage. Elle dut s’agripper tant bien que mal à un pic rocheux pour tenir. Ses yeux s’ouvrirent plus malgré la tempête parce qu’elle reconnaissait la magie qu’il allait utiliser. Non, ce n’était pas possible. Se levant rapidement, elle se plaça devant Natsu pour le protéger. Jellal ne tenterait pas de l’annihiler vu qu’il avait besoin d’elle. Il s’arrêta, gardant quand même les bras en l’air, hésitant grandement devant sa ténacité, sa volonté.“Cela n’a plus d’importance …” Et il recommença son sort, d’une puissance sans pareille, une sorte de gigantesque trou noir se formant au dessus de sa tête. Quand il lança sa magie, une étrange sensation l’étrilla. Etait ce ça la sensation de mourir ? Non, autre chose, plutôt une sorte de déja vu qui ne fit qu’augmenter son malaise. Et Simon arriva, se plaçant devant elle, comme Papy Rob avait fait … au même endroit … quasiment au même moment. Il encaissa le choc, le contrecarrant avec toute sa magie. Quand le nuage se dissipa, Erza tremblait de tout son corps en voyant celui de Simon tomber au sol. Elle se précipita vers lui, essayant de ne pas penser au pire. “Pourquoi ? Pourquoi tu n’es pas avec les autres ?” Elle leur avait dit de fuir, de partir quand Etherion avait frappé, elle ne comprenait pas ce qu’il faisait là. La respiration de l’homme était difficile, éradique, et ses yeux devenaient de plus en plus vitreux. Il arriva à lever la main pour toucher son visage. Non, il ne pouvait pas lui non plus mourir. “Tu as …. toujours … été si gentille…” “Ne parle pas !”Il ne fallait pas qu’il s’épuise, il était déja mal, il ne devait rien dire. Elle l'amenait à la guilde, elle le soignerait, elle… elle ne ferait rien de tout ça. Elle arrêta de respirer en même temps qu’elle sentit le corps de son ancien compagnon devenir mou, sa tête retombant en arrière comme une poupée de chiffon. Les secondes passèrent, la sidérant totalement. Sa main passa sur son torse, se posant sur son coeur, il n’y avait plus rien, la vie venait de s’envoler. Les tremblements de son propre corps se firent plus fort, les yeux remplis de larmes, la gorge en feu. Le seul moyen qu’elle trouva pour essayer de faire partir cette sensation fut de hurler. Elle hurla tout ce qu’elle put et posa sa tête sur Simon une fois tout exprimé. Ce n’était pas vrai … quand est ce que la mort arrêterait de s’abattre sur ses proches ? Etait elle vouée à vivre éternellement la perte d’un être cher ?

Et puis, elle entendait le rire de Jellal, se moquer de Simon, comment osait il … Elle n’eut le temps de rien faire car Natsu passa telle une furie à ses côtés, envoyant Jellal au loin. Plissant les yeux, elle se rendit compte qu’une lumière bleue entourée. Non … lui aussi allait y passer… “Arrête ! C’est insensé !” Mais il continuait, à dévorer la lacrima, concentré de magie pure. “Ce n’est pas que du feu, c’est un mélange d'éléments ! Natsu Arrête !” Lui aussi hurla de douleur, dans cette tour de l’enfer. Mais il arriva à absorber le pouvoir, et Erza n’en revenait pas. Puis un cri, plus puissant que les autres, différent, celui d’un dragon. Elle voyait des écailles apparaître sur son visage, sur ses bras, tandis qu’un brasier immense l’envelopper. Le pouvoir du dragon … Ethérion avait sans doute dû le libérer. Ébahie, elle l’observa, non sans une réjouissance déplacée livrer une bataille féroce avec Jellal. Une débauche de puissance comme elle n’en avait rarement vu. Ce n’était pas humain, il n’était plus humain. Natsu révélait la puissance qu’Igneel lui avait transmise, celle d’un dragon, celle capable de tuer un dragon, et tout aussi fort que Jellal pouvait être, il n’était pas de taille. Sous les assauts répétés, la tour commença à vaciller mais Erza, qui s’accrochait à Simon, regarda plutôt la fin du combat. Quand Natsu donna le dernier coup de poing, qu’il écrasa Jellal, totalement inconscient, les larmes coulèrent à nouveau, mais cette fois, de joie. Le combat qu’elle menait depuis des années était entrain de s’achever. Se relevant pour courir en direction du chasseur de dragon, une sensation de bien être qu’elle n’avait pas connu vint chasser l’énorme tristesse qu’elle avait. Enlaçant le jeune homme, elle ne pourrait jamais assez le remercier pour ce qu’il venait de réaliser. Cependant, ses quelques minutes de paix furent brisé par la tour qui commençait à se déformer, la magie accumulé étant devenue trop instable. Des jets de lumières explosèrent un peu partout et les tremblements s’intensifièrent. Natsu dans ses bras était mal au point, il fallait qu’elle trouve une solution. Rapidement, le portant sur son dos, elle avança, regardant une dernière fois en arrière, le corps de Simon partir dans le néant qui se créerait. Elle aurait aimé le récupérer, pouvoir lui donner une sépulture digne, mais il fallait qu’elle choisisse. Il était mort, Natsu vivant et il devait le rester. Elle courait à perdre haleine pour essayer de voir une porte de sortie alors que la tour s'effritait. Tout ça pour rien … elle devait faire abstraction de ses pensées pour assurer sa survie et celle de son ami. Or un jet les propulsa au loin, roulant sur plusieurs mètres tandis que d’énormes bulles apparaissent sous l’énorme quantité de magie présente. Ils ne pourraient pas sortir à temps … Se relevant, son cerveau réfléchissait à milles possibilités à la seconde quand une la frappa. Regardant ses mains, les mots de Jellal revenaient dans son esprit. “Ton corps et ta magie vont fusionner avec la Lacrima”. Son regard se porta sur l’énorme bulle transparente, face à elle. La fusion … cela voudrait dire qu’elle serait dissoute dedans, et qu’elle pourrait peut être avoir la mainmise dessus. Oui, elle pourrait le contrôler de l’intérieur et ainsi stopper l’explosion. Il y avait de forte chance pour que cela ne marche pas, mais c’était la seule solution qu’elle avait pour sauver tout le monde. Respirant, se concentrant sur cet objectif, elle se laissa, cette fois volontairement, aspirer par la lacrima. La voix de Natsu lui mit cependant le doute, mais elle ne devait pas reculer. “Tu es totalement folle !” La douleur commençait à se faire sentir, ne pouvant s’empêcher de crier alors que le jeune homme essaya de la sortir de là. “Non, ne te fais pas de soucis, ça va bien se passer.” Après tout, sa vie avait commencé ici, c’était presque dans une certaine logique qu’elle devait aussi s’y terminer, comme celle de Jellal. “Erzaa !” Elle sentit la main de Natsu sur sa peau, et un petit sourire fugace passa sur son visage buriné de crispations. “Si je peux sauver tout le monde, je n’hésites pas une seule seconde. Ce corps, ne vaut rien en comparaison des sentiments que j’ai pour vous, ma véritable famille !" La lacrima les sépara, l’avalant définitivement alors que Natsu tapait dessus, hurlant qu’elle sorte de là. Sa voix résonna dans son esprit, dans l’esprit de tous ses camarades pour la dernière fois alors qu’une lumière blanche envahissait les lieux et qu’une colonne de magie pure se forma. “Prenez soin de vous, je serais toujours là, avec vous.”

La pluie continuait de tomber sur la ville de Magnolia, comme si le ciel pleurait toutes les larmes de l’univers. La procession silencieuse n’y faisait pas cas, réalisant ceux pourquoi on l’avait convié en ce jour funeste. Toute la ville marchait derrière la guilde, si silencieuse, si morose, si triste, si sombre. A chaque coin de rue, des habitants se rajoutaient au cortège, qui se dirigeait vers l’immense cathédrale. Les doubles portes étaient déjà ouvertes, et des gens étaient même déjà installés, le regard vide, posé sur ce cercueil blanc, encadré par deux chevaliers du conseil magique. Il n’y avait pas un mot échangé, tout se fit dans un silence religieux, une chape de plomb posait au dessus de la ville. L’orgue résonnait, premier son qui se fit entendre de la journée. Yashima, ami de longue date de Makarov, membre du conseil et restaurateur à ses heures perdu se leva de sa place, comme convenu. “En ce jour noir, nous sommes ici pour célébrer la perte de notre amie, Erza Scarlett. Célébrer, oui, car le geste qu’elle a fait, ne peut mériter que ça. De la célébration et de l’admiration.” Déglutissant, il jeta un coup d’oeil à son ami, tête baissé, qui tenait la main d’une jeune femme aux cheveux blancs, dont les sanglots ne s’étaient pas arretés depuis le départ de la guilde. “Erza a sacrifié sa vie pour que vous puissiez vivre. Oui, vous, vous tous ici présent pouvait respirer, marcher, parler, pleurer, uniquement grâce à cette jeune femme. J’avais voté contre l’utilisation d’Ethérion, mais la majorité a estimé que l’annihilation de la tour du Paradis était plus importante, ce qui n’était pas faux, mais les conséquences n’ont pas été mesurés. Ethérion hors de contrôle est une arme capable de détruire un continent, et Erza l’a compris. Sacrifice à la gloire de Zeref, elle a changé les cours des choses pour devenir le sacrifice de la vie. Pour que ses amis puissent continuer sur leur chemin, puissent évoluer dans un monde de paix… Erza était la bonté même, l’amour coulant dans ses veines malgré toutes les souffrances qu’elle avait pu connaître… Elle aimait la vie, ses amis qu’elle considérait comme sa famille, toujours à se sacrifier pour eux … ce qu’elle n’a pas hésité à faire quand il l’a fallu le faire....” La douleur était telle que les mots ne venaient ne venaient plus. Makarov lui fit un petit signe de tête pour prendre sa place, redoutant ce moment fatidique. “Erza est ...partie” La musique baissa en intensité, tandis que l’homme agé se tenait au pupitre, regardant au loin. “Par la grâce et le jugement divin, son coeur était plus vaste que le ciel, son épée brillait pour ceux qu’elle aimait. La beauté de son visage féerique n’avait d’égal que la nature elle même … L’amour nous rend fort mais il peut s’avérer une grande faiblesse.” La voix du Maître tremblait d’émotions, tout comme le pupitre. “Je … je la considérais comme ma propre fille …” S’il avait été là, rien ne serait arrivé. Il n’arrivait plus à parler, tant il réalisait maintenant la perte qu’il avait. Il ne l’avait pas cru, il n’avait pas voulu le croire, mais aujourd’hui, devant cette foule immense, devant ce cercueil, cette statue qu’on lui avait faite en son honneur, tout prenait sens. “Son courage … sa …” Il devait être fort, pour le reste de la guilde, il devait tenir et ne pas céder à la douleur du deuil. Ses autres petits avaient besoin de lui. Ils avaient déja perdu leur grande soeur, il ne pouvait pas les laisser comme ça. Ravalant sa tristesse, il allait reprendre quand les portes de la cathédrale s’ouvrir à nouveau. Dans un mouvement de synchronisation, tout le monde tourna la tête vers les personnes qui rentraient, le bruit de leurs chaussures résonnants. Descendant les marches de l’estrade, il s’inclina devant le haut conseil car il n’y avait pas seulement les législateurs de la magie, mais les représentants en personne du roi. Crowford, le président du conseil, plus haut personnage avant le roi s’avança vers lui, inclinant aussi la tête avant de prendre sa place, bouleversant le déroulé de la cérémonie. “Par la voix du Roi de Fiore, par la représentation ici du conseil de la magie au complet, il a été décidé à l'unanimité d’accorder un des deux sièges vacants du conseil à titre posthume.” Des murmures commencèrent à se répandre, se demandant bien à quoi cela pouvait servir. “De plus, de part l’exploit exceptionnel qu’elle a réalisé de part son sacrifice, Erza Scarlett obtient le titre de Mage Saint.” Le murmure devint brouhahah, certains se réjouissant de cette nouvelle, d’autres blâmant le conseil de ce qui était arrivé. Crowford alla vers le cercueil, et déposa au milieu la croix des chevaliers de l’ordre runique, ainsi que la médaille de Mage Saint tandis que Grey prenait sa place au pupitre. “Erza.” Il ne put dire que le prénom de la jeune femme qu’une colonne de flamme passa à travers les rangs, suivit de plusieurs hurlements. “Comment … comment pouvez vous faire ça ! Erza n’est pas morte !” Natsu débloquait totalement, hurlant de colères, de frustrations et de déni. Grey poussa un soupir avant de foncer sur lui, essayant de le stopper. “Et toi ! N’as tu pas confiance en elle ? Elle n’est pas morte !” “Il te faut quoi putain ! C’est son cercueil ! Bien sur qu' elle est morte ! Devant tes yeux même !” Presque comme d’habitude, les deux amis se mirent à se battre, mais cette fois, ce fut le Maître qui les sépara. “Elle a fait ça pour votre avenir ! Alors vivez ! Vivez pour elle et n’oublie pas qu’elle vous regarde !”


Vivre sa propre mort n’a vraiment rien d’agréable. Comment cet exploit a t ‘l était possible ? Je n’en sais trop rien. Le Maître pense que c’est Mavis qui m’a montré une vision de l’avenir pour m’aider à choisir, et je le pense aussi. Bien sur, j’étais consciente de ce que je faisais, en donnant mon corps à la lacrima, ayant vécu moi même de multiples deuils mais le voir ainsi, le ressentir, c’est différent. Déja être une sorte de fantôme est une expérience que je ne recommande pas, mais en plus, voir la douleur de ce que l’on aime, sans pouvoir agir c’est insupportable. Puis Mage Saint, Chevalier Runique, qu’est ce que je me fiche de ces titres. Si j’ai fais ça c’est uniquement pour leur avenir, comme l’a dit le Maître. Certes la guerre contre le mal n’était pas gagné, mais en réalisant ce que j’ai fais, une très grande bataille avait été faite. Détruire le R System sans plus de victimes était un exploit et donner ma vie pour sauver celle de mes amis m’importe peu. Cependant, j’ai compris à quel point je comptais aussi pour eux. Mavis me l’a fait voir, et je reste persuadée qu’en choisissant de vivre, elle m’a fait sortir de là. Je ne me souviens pas de grand chose à part de cette vision du futur, de cette voix douce, et de cette main tendue vers moi. Quand j’ai retrouvé mes esprits, j’étais dans les bras de Natsu au niveau de la plage, nos amis courant vers nous. Même si je n’ai pas changé, que je referais toujours la même chose si je dois choisir entre leurs vies et la mienne, cela est allé dans le sens du changement que j’avais commencé à opérer. Je ne dois plus me cacher derrière mes armures, je ne dois plus me blâmer pour quoi que ce soit, je dois profiter, entièrement et pleinement de la vie qui s’offre à moi, de cette véritable deuxième chance que Mavis me donne, libéré totalement de mes démons.


La fondatrice de Fairy Tail souria pleinement. Cela ne l’étonnait pas que Makarov et Erza aient compris qu’elle avait été derrière tout ça. Zeref … elle en était elle même une victime, mais consentante, tellement consentante…. Elle ne pouvait pas laisser Erza donner sa vie comme ça, refaire les mêmes erreurs qu’elle. Heureusement, son lien avec la guilde était puissant, ses valeurs et ses convictions d’une valeur inégalée. Elle avait pu intercéder, lui faire comprendre à quel point sa propre vie était importante, pour les autres, pour elle même. Si elle n’avait pas fait ça, jamais elle n’aurait pu voir la main de Natsu tendu devant elle. Mavis était contente que cela ait fonctionné, ayant la confirmation grâce à ses écrits. Encore plus curieuse, elle continua sa lecture, qui l’a fascinait totalement.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Let's go to the Murder Party !
Détective Queenie & Inspecteur Livio ✭ Mais la chair fraîch’, la tendre chair, mon vieux, ça coûte cher..Et pendant qu'il le lui tenait, elle l'assassinait. On dit que, quand il expira, la langue ell' lui montra. Prise d'un vrai remords, elle eut chagrin du mort, tombant à genoux, ell' dit : Pardonne-moi ! C'est une larme au fond des yeux qui lui valut les cieux. Et le matin qu'on la pendit, ell' fut en paradis.♫
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81218-les-fleurs-ne-choisis http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81178-queen_of_fairy#1033989 En ligne

Queenie E. Scarletto


« Not Today, SATAN ! »


Queenie E. Scarletto


╰☆╮ Avatar : Amber Heard

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La meilleure, Titania Reine des Fées ✽

✓ Métier : Propriétaire du Fantasia et pâtissière dedans par la même occasion → on est jamais mieux servi que par soi même ! ✽ "Ancienne" espionne détruisant des sectes & féministe engagée (présidente de l'association Console) ✽ Nouvelle Adjointe à l'éducation à la Mairie de Storybrook


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1072
✯ Les étoiles : 7522




Actuellement dans : « Not Today, SATAN ! »


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 22:40



Claude Debussy ⚜️ Clair de Lune 3e mvt en Ré bémol Majeur





« J'aurais du mieux te protéger ... Je suis désolée ... Jellal !»

J’ai toujours approuvé les dires du Maître ! Jamais je n’ai remis ses décisions en compte mais là, c’est vrai, que j’ai réellement poussé une gueulante. Intérieurement il va s’en dire, quand j’étais inconsciente. Nous avons fait un véritable fiasco face à la guilde Oracion Seis. Vraiment nul, d’archi nul, mais il faut dire qu’avec l'équipe que nous avions. Vraiment je ne sais pas qui a décidé d’envoyer ces membres là … Entre Léon et Grey qui ne font que se disputer par rapport à Oul, Sheryl et Lucy qui se battent pour des histoires de chiffons, les Trimens qui ne pensent qu’à essayer de mettre une des filles dans leurs lits .. et le pire, d’entre tous; ichiya … c’était sur et certain que nous courrons à la catastrophe. Est ce que j’ai été étonné qu’Ichiya se fasse piéger par Angel ? Non ! Mais est ce que j’ai été surprise de nous faire prendre comme des rats, quelques mètres après être partie de notre QG ? Oh oui ! Ils étaient fort, très fort, trop fort peut être. J’ai attaqué Cobra, essayant de lutter, mais son serpent géant est arrivé à me mordre, m'empoisonnant par la même occasion. Génial … visiblement la mort m’aime bien s’il faut croire le nombre de fois que cela m’arrive par semaine. Le coma est une chose étrange, où notre subconscient prend le dessus. J’ai pensé à pleins de choses pendant ses heures qui me rapprochaient de ma tombe, que j’avais vu par ailleurs. Le pire certainement était le mot de Jellal. Sur le moment, je n’ai pas su si c’était moi qui y avait pensé, ou si je l’avais bel et bien entendu. Mon cerveau m’a montré la vie que j’aurais pu avoir, avec lui, si tout avait été différent. J’avais envie de rester là, dans cet endroit fictif, empli de rêves et de passions. Malheureusement, ou heureusement, cela depend du point de vue, Wendy, la petite fille envoyé par Caitshelder m’a guéri. Comme à mon habitude, j’ai profité du fait qu’ils me croyaient endormi pour m’enfuir. Je sais que ça ne se fait pas, après tout ma survie avait dépendu de cette chasseuse de dragon exceptionnelle et je n’ai même pas eu un mot de remerciement. Mon attitude est déplorable, mais celle de Natsu m’a crée une angoisse sans précédent. Il a cru le dire dans sa barbe, mais Nat’ n’est vraiment pas discret. Jellal. J’ai été étonné aussi que mon esprit pense à lui dans un tel moment. Ce nom avait bien était prononcé. Je suis partie, à sa poursuite, n’y croyant pas vraiment. Après tout, il avait été emporté dans l’explosion de la tour de Paradis, que j’avais pu contrôler. Comment aurait il fait pour s’en sortir ? Une question auquel je n’aurais jamais la réponse … étant donné que Monsieur s’est permis de tout oublier … Mais quel toupet ! Heureusement que ma priorité était d’arrêté le sort qu’il avait déverrouillé, Nirvana, celui pour lequel une alliance de guilde avait été créé, pour me poser d’autres questions. Or je suis faible, terriblement faible et je m’en veux pour ça. Il a suffit qu’il prononce mon nom, avec ses grands yeux, sa tête d’innocent, pour que je perde tous mes moyens et être à nouveau embarqué, quasiment contre mon gré, dans un maelstrom de sentiment. Un seul sortait du lot, celui qui, en vrai, donnait l’impulsion aux autres. L’espoir. L’espoir que Jellal puisse être celui d’avant, mais il faut croire que le destin ne me voit pas avec lui….


Erza ressentait clairement de la fierté à avoir découvert sous les yeux de Jellal les points faibles de Midnight aussi rapidement. Son cerveau avait travaillé d’arrache pied, porté par l’adrénaline d’être la meilleure. Forcément, cela n’avait pas été difficile. Midnight ne pouvait pas utiliser la magie à deux endroits à la fois, c’était soit son corps, soit ses épées. A partir de là, il lui était facile de le battre, il suffisait qu’elle le noie sous une pluie d’épée saillante et le tour était joué. Orgueilleuse et froide, elle l’avait remis à sa place, entendant l’émerveillement de Jellal à sa prouesse, son coeur gonflant. Or rien n’était simple, rien ne s’arrêtait comme ça, et encore une fois elle fit preuve de présomption. Souvent elle faisait la leçon à Natsu et à Grey, mais elle n’était pas mieux, surtout quand ses sentiments prenaient le dessus. “Je voulais … je voulais … juste que mon père ne m'abandonne pas !” Il y avait quelque chose de différent, et immédiatement, elle se remit sur ses gardes, regardant Midnight d’un oeil étrange. Le jeune homme pleurait des larmes … des larmes de sang, et une cloche retentit dans la ville de Nirvana. Regardant autour d’elle, sa lance en position d’attaque, elle déglutit en voyant le ciel devenir d’un rouge sang, tandis qu’un cercle d’invocation magique apparaissait, gigantesque, au dessus de la tête de MacBeth qui hurlait. Tout changea, et sa fierté partit au sixième sous sol. Un monstre, elle avait un monstre devant elle. Des bubons se formaient, des sons sortaient, et il grandissait, gigantesque, monstrueux. Elle en avait connu des choses effrayantes, mais ça, c’était au dessus de tout ce qu’elle avait pu voir, même pendant ses séances de tortures. Serrant sa lance, la main de Jellal sur son épaule lui donnait le courage de l’affronter, tandis que la cloche s’éteignait. Le monstre fit apparaître une boule noire qu’elle essayait de trancher mais la déflagration fut telle qu’elle se fit éjecter des mètres plus loin. Le seul son qu’elle cria fut le nom de Jellal, qui lui aussi fut éjecté comme un fétu de pailles des mètres à son opposé. Le cauchemar ne faisait que commencer. Rapidement elle essaya d’aller à ses cotés, voir s’il n’était pas trop blessé. “Erza … fuit ! Ce n’est pas une assimilation ! Tant de magie … même moi je n’ai jamais vu une chose pareille !” Déglutissant, son épée fasse au monstre, Jellal avait vraiment perdu la mémoire pour penser qu’elle allait fuir à un moment pareil. Elle aussi ressentait cette magie puissante, atteignant un niveau pareil à celui du Maître Makarov, mais elle n’avait pas de choix, ou sinon elle échouait dans sa mission, ce qui n’était pas acceptable dans son esprit. “Jellal … ton projet n’était qu’un mensonge !” La bête attrapa l’homme à terre, le serrant dans son poing. Elle essaya de l’attraper, mais en vain, il s’échappait avec. Hurlant son nom, il était hors de question pour qu’une créature démoniaque s’empare à nouveau de Jellal. Sa résurrection lui avait fait un lavage de cerveau, et égoïstement, elle voulait s’en servir. “Il n’y a jamais eu de liberté … à la tour du Paradis … N’est ce pas Erza ?” Se figeant en pleine course, son cerveau s’arrêta. Midnight savait, lui aussi était prisonnier, comme elle. “Après la révolte, après TA révolution, la terreur a empiré. et je n’ai jamais pu trouver le sommeil.” “Vous .. vous aussi ! Vous y étiez ! Tous !” La clarté se fit dans son esprit, comprenant enfin ce que Cobra avait voulu lui dire avant de l’empoisonner. Ce moment de flottement lui fut fatal, car Midnight sous sa forme monstrueuse profita pour l’attaquer. “Tu es aussi coupable que lui Titania !” Elle arriva à arrêter le coup qui lui porta, non sans douleur, son corps entier souffrant. “Pendant douze ans, tu as ignoré la souffrance de tes camarades … et maintenant tu réapparais au coté de l’être honni …. Jellal le Maléfique ?” Il ne fallait pas qu’elle l’écoute, il ne fallait pas que ses souvenirs reviennent. "Tu ne penses donc pas à ceux qui ont donné leur vie pour toi ?” Oh si, continuellement, elle n’était jamais apaisée, son esprit lui rappelant chaque jour, à un moment donné, qu’elle était en vie par des sacrifices. Mais il fallait vivre, il fallait avancer, elle l’avait fait, honteusement mais c’était comme ça. Serrant les dents, elle repoussa encore une fois l’attaque de Midnight, préférant se morde la langue plutôt que de répliquer les véritables pensées qui l’a traversait. Cependant, plus elle se murait dans le silence et plus son adversaire parlait, jusqu’au moment où les cadavres de Papy Rob et Simon apparurent à ses cotés. Ses pupilles se dilatèrent d’incompréhension, de peur. Pourquoi Makarov ne lui avait il pas dit que Midnight était un nécromancien ? Elle aurait pu s’y préparer … alors que là … voir ses deux visages l’a déstabilisent totalement. Elle s’était retourné vers eux, tendant sa main pour les toucher, les larmes envahissant ses yeux.

“Papy Rob ! Sim’ !” “Ils sont là pour te rappeler les crimes, tu es leur bourreau … Titania !” Perdue … les mots de Midnights lui transpercent le coeur. Ses mains tremblaient, comme son être, au fur et à mesure que les cadavres s’approchaient d’elle. “Pourriture !” Le contact froid entre sa peau et la main de Rob lui fit un électrochoc, lui rappelant que ce qu’elle avait en face, n’était qu’une poupée dans les mains d’un être abject. Soufflant, elle se retourna pour attaquer une fois l’immense être qu’était devenu Midnight. Cependant, elle fut encore une fois désarmé quand son armure tomba au sol. Regardant ses pieds, le sol était beaucoup trop proche, elle était redevenue enfant, comme dans la tour du paradis. “Faire ça … à ses amis … Erza … je ne pensais pas !” Elle leva la tête et elle hurla, voyant le corps de Papy Rob recouvert de sang, du sang qu’il y avait sur sa lame. Non, c’était faux, jamais elle n’aurait pu faire une chose pareille. Criant, elle courra vers le monstre qui fuyait. Sautant de muret en muret, elle tomba sur son dos. “Oui, viens ici ma petite.” Accélérant, elle trancha sa gorge, reprenant sa taille d’origine. Or ce qu’elle pensait être le monstre, ne fut que le corps de Jellal. “Quoi ?” “Oh oui ! Fait le !” Elle n’arrivait plus à penser, voyant l’homme qu’elle aimait, et qu’elle détestait tout aussi fort se tenir la poitrine. “Tue le de tes mains, rend lui les souffrances qu’il t’a fait !” “Non !” Non, elle ne le ferait pas parce qu’un être magique lui avait dit, elle le ferait de sa propre volonté. Jellal n’était pas en mesure de comprendre, il avait besoin de soin de mémoire, pour se rappeler des crimes atroces, se venger maintenant ne lui apporterait aucune paix. Sa lame fendit l’air, tranchant la main du monstre, mais cela ne lui fit rien. Il l’attrapa, ses griffes déchirant sa peau pour saisir son coeur. Elle avait le souffle coupé, une douleur qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant, alors qu’elle le voyait, refaire le même geste, labourant son corps de part en part. Et puis, d’un coup, elle se rendit compte. Fermant son oeil droit, elle laissa pendant quelque seconde son oeil gauche scanner les environs avant que tout ne s’éclaire d’une lumière bleue. Respirant un bon coup, elle sut où donner le coup fatal. Le ciel rouge s’ouvrit en deux, et le ciel étoilé réapparu, ainsi que la vieille ville de Nirvana. Le corps de Midnight tomba lourdement au sol, tandis qu’il posait la question de ce qu’il s’était passé, ne comprenant pas comment son illusion avait pu être brisé. “Les sorts touchant les yeux sont inefficaces contre moi !” Toujours son oeil droit fermé, Erza s’avança vers son ennemi, prêt à l'achever avant que son rire machiavélique ne résonne. “Mais c’est trop tard … je suis arrivé à réaliser mon vœu !” Alors que le mage tombait dans l'inconscience, la rousse ouvrit ses deux yeux, essayant de comprendre ce qu’il voulait dire. Tournant un peu sa tête dans les environs, sa lance tomba sur le sol dans un bruit mat en se rendant compte de ce qu’elle avait fait. “Jellal !” Elle s’entendait crier, alors qu’elle se précipita sur le jeune homme, affalé contre une pierre, qui se tenait de le ventre, le sang coulant par dessus sa main. “Tu n’y es pour rien !” Elle avait tant voulu le faire, un an avant. Elle avait tant voulu le voir mourir pour assouvir son désir de vengeance, mais quand elle l’avait revu, si faible, si vulnérable, tout s’était envolé. Son deuil qu’elle n’avait jamais réellement fait, et pour cause, comme si elle était toujours liée à lui; “Ne bouge pas ! On va … je vais .. chercher Wendy.” Sa voix était prise par l’émotion. Mais qu’avait elle fait bon sang ! La magie de Midnight devait être une illusion, sa lance n’aurait jamais du réellement le toucher, alors pourquoi diable était il entrain de se vider de son sang et de ses organes ? Par sa faute ? Essayant de garder la tête froide, arrachant un bout de sa robe pour lui faire un bandage, elle hurla en voix et en pensée le prénom de la dragon slayer de l’air. C’était elle qui l’avait ramené, elle pourrait très bien le sauver. Quelques minutes après, une petite fille arriva, essoufflée, portée à moitié par un chat. “Wendy ! S’il te plait !” Erza était suppliante. Qu’adviendrait il s’il ne survivait pas ? “Bien sur !” “Non ! Ne force pas sur ton pouvoir ou sinon c’est toi qui va y passer !” La rousse ne préféra pas regarder le chat volant, se contentant de serrer la main de Jellal, lui disant qu’il allait vivre, qu’il avait tout à rattraper. La mage du ciel fit ce qu’elle devait faire, et toujours aussi émerveillée, elle voyait les plaies du brun se refermer. Or si elle ne l’avait pas retenu, la fillette serait tombée sur le sol, épuisée. “Je … je ne peux pas faire plus … j’ai trop utilisé de pouvoir avec toi tout à l’heure.” Se mordillant les lèvres, elle lui embrassa le front pour lui signifier que ça ira. Regardant Jellal, elle le voyait grimacer de douleurs mais se révéler. C’était bon, tout irait bien elle lui avait dit, elle lui avait promis, qu’elle aiderait à se souvenir, pour qu’il puisse se repentir de ses péchés, pour qu’elle puisse enfin le protéger.


Quand Ikibi nous a dit d’aller chacun à une lacrima, au niveau des pieds de Nirvana, j’ai empéché Jellal de parler. Personne à part Wendy n’était au courant de son état, et je n’avais pas envie que Natsu s’en mêle. Mais entre mon envie et la réalité, souvent la deuxième passe sur la première. J’ai décidé de chacun numéro, mais j’aurais du voir que quelque chose clochait. Je l’ai senti mais j’ai tut mon instinct. Au moment ou j’ai parlé de Natsu, le regard de Jellal a changé … et j’ai revu celui que je pensais banni, celui de la tour du Paradis, celui de Zereph. Ce n’était qu’une fraction de seconde, mais assez pour que je le remarque. Il a baissé la tête, prextant que sa blessure le faisait souffrir et il a prit la direction de sa lacrima, en secret. Bordel ! Pourquoi je ne l’ai pas suivi ! Mais Pourquoi ! Encore maintenant, je m’en veux, mais je m’en veux tellement. Les larmes coulent sur l’encre et je fais des grosses tâches à cause de mon incompétence et de ma stupidité. Putain, je n’arrive plus à dormir, je n’arrive pas à passer à autre chose et je ne sais pas comment je vais faire. Moi qui ai toujours voulu ce moment, je l’ai amère, tellement amère que parfois je me demande ce que ça ferait si je disparaissais … pour faire taire la douleur dans mon coeur. Heureusement que Mavis m’a montré ma mort, sinon je l’aurais fais, certainement, pour le rejoindre.



“Il est mort je te dis !” Le vent souffla dans ses cheveux, sa bouche légèrement entre ouverte avant qu’un petit rire, nerveux, s’en échappe. “Qu’est ce que tu racontes Natsu ? Jellal ne peut pas mourir, moi aussi je te l'ai dit !” Elle regardait la main sur son épaule, le visage triste de ses amis, qui la couvait du regard. Non, il ne pouvait pas mourir, comme elle l’avait si bien dit, froidement. Après tout, Jellal était quasiment mort une fois, il était revenu à la vie, cela allait faire pareil. “Ou est il ?” De toute façon, elle ne le croirait pas tant qu’elle ne verrait pas son corps, qu’elle n’attesterait pas elle même de sa mort. Sa résurrection lui avait fait un trop grand choc pour qu’elle puisse à nouveau le supporter. Elle était forte, mais la limite était atteinte deja depuis un moment. Soufflant, elle marcha dans les bois, n’écoutant pas les paroles de Natsu ou de Grey qui essayaient de la rassurer, de la couver de la douleur. C’était faux et ce n’était pas le moment. Elle devait retrouver les autres membres de l’alliance et établir un rapport sur leur victoire. “Ça suffit !” Son bras droit cogna directement le front de Grey, qui arrivait derrière elle, le faisant tomber au sol, sonné. Ne s’excusant même pas, elle continua tout en soupirant, essayant de réduire les tremblements de ses mains qui trahissait son inquiétude. Bien sur que Jellal était faible, elle l’avait vu partir en clopinant vers sa lacrima, et ce regard … le mal était revenu … mais mort ? Non, ce n’était pas possible. Se rassurant comme elle pouvait, elle fit apparaître une épée dans sa main en attendant du bruit dans les fourrés. “Derrière moi !” Protégeant ses camarades, elle baissa son arme en voyant que ce n’était que Jura, Ichiya et l’homme qui avait retourné sa veste entre temps. “Vous êtes vivants !” Laissant les retrouvailles pour les autres, elle continua son chemin avant d’être à nouveau stoppé, mais cette fois magiquement, par des runes. Une barrière invisible les empêcha d’aller plus loin. Commençant à être échauffé, elle préféra faire quelques pas en arrière, croisant les bras sur sa poitrine, laissant Nastu s’énervait. Il n’apprennait jamais. Les runes étaient comme celle de Freed, beaucoup plus puissantes même, cela ne servait à rien de lutter. Quelques minutes plus tard, une escouade magique du conseil arriva. L’homme qui se présenta à eux … était le même que dans sa vision, celui qui avait posé la médaille sur son cercueil. Un frisson la traversa, se rendant de plus en plus compte qu’elle avait échappé elle même de peu à la mort.

“Je suis Lahart, chef de l’armée du conseil magique ! Veuillez nous remettre le fugitif dénomé Hot Oeil !” Erza se fichait bien des pourparlers, regardant attentivement l’homme qu’elle avait vu en étant un fantôme. S’il était là, à cette place, cela voulait dire que s’il elle avait fait le choix de ne pas prendre cette main, de ne pas écouter cette voix, ce qu’elle avait vu se serait réellement produit. Déglutissant de frayeur, elle leva la tête, un temps après, alors que tout le monde l’a regardait. Il était assez rare qu’elle soit perdue sans ses pensées, première représentante de l’ordre et de la morale. “Excuse moi ? Vous disiez ?” “Que vous n’avions accompli toute notre mission.” Oh ! Bien pour vous.” En réalité, elle s’en fichait comme de sa première épée. Tout ce qu’elle voulait été de retrouver Jellal, aller prendre une douche, et pouvoir lui expliquer calmement tout l’histoire, sans rancoeur et sans haine. “Scellez son corps, qu’il ne soit plus possible de faire ce qu’il a fait.” Comme une intuition, elle s’approcha de Lahart qui s'était retourné, faisant des grands gestes mais se figea.“Erza …” "Non ! Il nous a aidé ! Rendez nous le !” Clignant plusieurs fois des paupières, elle n’en revenait pas. Natsu avait raison … Jellal était mort … bien mort. Six mages transportaient son corps, enveloppé dans un drap blanc, seul ses cheveux bleus ressortant. Un poids se fit sentir sur ses épaules, elle ne pouvait pas lutter contre, et si Grey n’avait pas été à coté, elle aurait dit volontiers bonjour au sol. “Cet homme est dangereux, c’est le mal incarné ! Il a été et sera toujours possédé par l’esprit de Zeref ! Une sépulture ne sera même pas envisagé.” Elle avait l’impression d’être dans le même cauchemar qu’avec Midnight. Fermant son oeil droit, regardant les alentours avec son oeil artificiel, elle sentit sa gorge se serrait. Non, ce n’était pas un rêve, mais bel et bien la réalité. Les minutes passaient au ralenti, et la même sensation qu’elle avait eu, un an avant apparaissait, encore plus forte, encore plus douloureuse. “Ça suffit Natsu !” Elle avait eu un espoir, un véritable espoir de retrouver l’homme qu’elle aimait. Et voila que le destin lui arrachait, à nouveau, de la manière la plus brutale qu’il soit. Engourdi, aigre, elle fit un geste de la main au chasseur de dragon qui baissa la tête, alors que le cadavre se faisait embarquer dans le fourgon magique. Serrant les poings à s’en faire blanchir ses phalanges, seule les mouvements de sa bouche trahissait l’immense douleur qu’elle avait. “Membre de l’Alliance, le conseil discutera de votre mission avec vos Maître de Guilde. Erza Scarlett, Jura Neikiss, nous voulons aussi une copie du rapport.” “Cela sera fait dans les temps.” “Je n’en doute pas Mademoiselle.” Une fois les barrières levées, Lahart salua d’un geste protocolaire les membres présents, avant de téléporter toute sa troupe, laissant seul le vent passait entre eux. “Cherchez les autres. Nous nous rejoignons à Caitshelder.” “Tu vas ou Erza ?” Elle regarda Grey mettre la main sur l’épaule de Natsu, qui voulait la suivre. Il avait comprit, comme d'habitude. Elle marcha, droite, fière, pendant quelques mètres, tant qu’elle était dans le champ de vision de ses camarades, puis quand les hautes herbes se firent plus dense, elle accéléra le mouvement, grimpant de plus en plus vers la montagne, sentant la douleur de ses muscles alors qu’elle n’avait pas encore récupéré de l’exploit qu’ils avaient fait. Pour le moment, elle ne pensait à rien, juste ses muscles qui faisaient un effort, ses poumons qui essayaient de prendre de l’air, ses yeux qui regardaient le chemin, ses mains qui géraient son équilibre. Arrivant en haut de la falaise, le vent fouettait son visage, s’engouffrant dans sa jupe plissée. D’un coup, elle hurla, comme d’habitude dans ces moments là. Elle hurla à s’en briser les cordes vocales, elle hurla à en pleurer toutes les larmes de son corps. Elle pensait qu’elle avait quasiment tout pleurer, visiblement ce n’était pas le cas. Ses genoux heurtait le sol de pierre, s’écorchant alors qu’elle le tapait, de ses poings, se fichant de s’ouvrir les mains. Pourquoi ! Pourquoi n’avait elle pas droit elle aussi au bonheur ? Elle avait réussi à faire son deuil de Jellal à l’époque car elle était dans un esprit vengeur, son âme empoisonné par les tortures qu’elle avait subit. Mais là, une semaine auparavant, quand elle l’avait vu, aussi démuni, la regardant comme la première fois, elle avait eu de l’espoir. L’espoir d’un renouveau, l’espoir d’une deuxième chance. S’il ne se rappelait que de son prénom, c’était pour une bonne raison non ? Elle devait l’aider, elle devait être sa lumière qui le sortirait une bonne fois pour toute de ses ténèbres ! Et qu’avait elle fait ? Elle l’avait tué … elle lui avait oté la vie de ses propres mains et ce geste tournoyait dans son esprit brisé. Certes, Nastu lui avait expliqué, mais elle s’en voulait. Ce n’était pas de sa faute. Jellal était grand, il savait parfaitement ce qu’il faisait en donnant la totalité de ses pouvoirs à Natsu, surtout dans son état. La mort était assurée mais il l’avait fait. Pour te libérer de ton démon avait il dit au chasseur de dragon. Cela l’a mettait dans un état pire qu’avant. Elle avait tué un Jellal en pleine rédemption, qui voulait marcher sur le chemin du pardon. Elle lui avait promis, que s’il sombrait à nouveai, elle serrait là, pour le tirer vers le haut. Plus jamais il ne serait posséder par l’esprit du démon suprême, plus jamais il ne ferait du mal, plus jamais il ne se ferait du mal, et elle avait échoué, lamentablement. Pour la première fois, elle n’arrivait pas à envisager la suite des évènements, totalement épuisée par les hurlements à la mort qu’elle poussait. Elle s’effondra de fatigue, de peine et de douleur, alors que l’aurore se levait, dévoilant un ciel rouge sang, rempli pourtant de promesses d’un avenir radieux.


Mavis papillona, essuyant les larmes qui emplissaient sa vue, reniflant encore une fois, très bruyamment. Elle savait parfaitement la douleur que la rousse avait pu ressentir, l’ayant elle même vécu. Pas de la même façon, étant donné que c’était elle, qui avait été tué mais aussi par la personne qui lui voué un amour sincère et pur. Des années après, il ne s’en était pas remis, et même en forme spectrale elle n’avait pu l’aider à tourner la page. Est ce qu’Erza était arrivée ? Une partie d’elle même lui disait que non, jamais elle ne pourrait passer outre. Une autre partie, lui disait le contraire, gagnant en poids et en assurance. Elle n’était pas comme elle ! Déja parce qu’elle n’était pas un fantôme, ce qui aidait grandement, et surtout, elle savait qu’elle avait comprit son message, de vivre. De vivre pour elle, et d’apporter la joie aux autres. Il fallait juste lui laisser du temps, et de trouver la bonne personne. Mavis était persuadée qu’Erza serait heureuse, très heureuse, mais elle ne savait pas quand. Alors elle continua à lire attentivement son journal, espérant trouver des détails croustillants avant de tomber sur ce chapitre … celui qui signait pour le moment la fin des membres les plus forts de Fairy Tail à Magnolia. Erza n'avait pas fini de l'écrire ... et pour cause ... il n'y avait plus que la dévastation et le chaos ... Et Mavis en fut le témoin malheureux, sans pouvoir rien faire contre cela à part prier, et essayer d'invoquer Fairy Sphère.


Carl Orff ⚜️ Carmina Burana O Fortuna




« Il n'y a pas un "un" mais uniquement un "nous" ! »


Dire que je pensais qu’on allait gagner serait présomptueux de ma part. J’ai eu des doutes, d’immenses doutes, de la peur aussi, comme je n’en avais quasiment jamais ressenti. Celle que je connaissais de la tour du Paradis n’était rien en comparaison à celle que j’ai expérimenté face au Maître Hadès. Elle était renforcée car l’espoir de vaincre nous avais été enlevé. Certes Azuma avait tenu sa promesse. Si je le battais, il rendrait toute la magie qu’il avait volé à mes camarades, ainsi que leur énergie vitale. Il l’avait fait, car sa défaite était sans appel. J’étais moi même dans un sale état, mais je ne pouvais pas perdre, ce qu’il a compris à mon regard quand mon Benizakura lui a tranché le torse. Contrairement à lui, la vie de tous mes amis étaient posés sur mes épaules, je ne pouvais pas perdre, et je n’ai pas perdu. Azuma c’est alors transformé en une sorte de bosquet d’arbre, effet secondaire de sa magie perdue. Il a eu le temps seulement de m’expliquer ce que son Maître cherchait à mettre au point avec Zeref … qui se trouve ici, sur l’île Tenro, l’île sacrée de notre guilde, là où Mavis est enterré. Visiblement Natsu, Ever et Elfman l’ont croisé et ont bien y failli laisser la vie … Heureusement pour moi que je ne l’ai pas rencontré … j’ai encore deux trois petites choses à lui dire … comme sa possession sur Jellal. Mira me dit que ressaser le passé ne sert à rien … elle est marrante … c’est ma propre phrase … Or là ce n’est pas ressasé le passé mais mettre les points sur les i et réclamer uniquement justice. Mon enfance ainsi que celle de milliers d’autres ont été brisés. Jellal a sombré uniquement à cause du fantôme de ce Mage noir .. Alors si je l’avais en face … je lui dirais ses quatre vérité. Hors ça n’a pas été le cas, et mon adversaire suivant fut tout aussi désarmant. Ne pouvant y aller seule, je connais quand même mes faiblesses, nous avons formé notre équipe habituel, celle d’attaque, celle dans laquelle je sais qu’il ne peut rien nous arriver. J’ai une confiance aveugle en eux et réciproquement. Pendant que l’équipe sauvetage surveillait les blessés, l’équipe attaque est … passée à l’attaque. Le combat fut long, difficile, abominable. Déja parce que notre adversaire n’était rien d’autre que Precht, le second Maître de la guilde, qui, selon moi, à sombré dans la folie à force de vouloir toucher du bout du doigt la puissance, oubliant totalement les principes que Mavis lui avait transmis. L’attaquer à été difficile pour ça, mais surtout parce qu’il avait effectivement acquis une puissance monstre. Il invoquait des mantras incroyables, des sortilèges anciens, puisés à même les livres de Zeref. Or tout le monde a un point faible. Celui d’Hadès était son coeur. Grimoire Heart, le coeur du démon… pas seulement une métaphore … son coeur de démon, géant, était la source d’énergie du vaisseau ainsi que de ses pouvoirs. Alors quand Happy, Charuru et Panther Lily ont réussi à le trouver et l’abîmer il a quand même été plus facile pour nous de l’atteindre. Et puis, un seconde point faible si je peux dire ça, le manque total d’empathie et de liens. Nos liens sont réunis, souvent la guilde ne fait qu’un seul homme et elle l’a prouvé cette nuit. Luxus est revenu. Par miracle il a senti notre desespoire, et il a été la lumière qui nous a fait réagir, cette lumière qui chasse les ténèbres comme seul un membre de Fairy Tail sait le faire. Nous avons mis nos forces en commun pour chasser le démon et nous sommes arrivés à le faire car rien n’arrête la guilde pour exterminer le mal. Luxus a passé son pouvoir de foudre à Nastu et nous l’avons guidé jusqu’à Hadès, pour l’achever dans un combat, qui, même si j’en ai toujours des frissons d’horreurs, était grandiose. Voir Hadès allongé au sol, inconscient, sans magie, fut une joie non négligeable que je laissa éclater quand mes camarades blessés ainsi que le Maître se joignirent à nous pour éliminer le reste de la troupe, qui, ne demanda pas son reste ! (Je ne m’améliore pas en jeu de mot je sais ! Mira me dit que je devrais arrêter …mais moi j'aime bien !)



Erza passa son bras bandé sur son front, essuyant les quelques gouttes de sueur qui perlait. Les rires de ses amis lui parvenaient, alors qu’elle s’était assise contre un gros rocher, à l’ombre, un peu à l’écart. On aurait pu penser que tout ceci s’était passé il y a fort longtemps, mais non, il ne s’était même pas passé trois heures depuis la fin de la bataille contre Grimoire Heart. Fairy Tail avait cette capacité à panser ses blessures rapidement, grâce aux autres, chacun se soutenant mutuellement. “C’est l’heure du repas !” Une ombre se forma au dessus d’elle, et un petit sourire passa. “Je t’aurais entendu Mira…” Son amie descendit du rocher sur laquelle elle était montée, pour se mettre à ses côtés tandis qu’elle claqua brusquement son cahier. “Dit ? C’est quand que je pourrais le lire ?” Erza leva les yeux au ciel tout en poussant un soupir las. Depuis qu’elles étaient gamines, Mirajane n'arrêtait pas de lui demander. Enfin non, depuis qu’elles avaient passés la période de l’adolescence, avant la démone, essayait par tous les moyens de le lui voler, sans succès. “Ma réponse est toujours là même … Jamais.” Si elles ne se chamaillaient plus comme autrefois, ne se battant plus comme les monstres qu’elles pouvaient être, il y avait parfois des réminiscences de petites batailles, et son journal en faisait parti. Elle pouvait la comprendre parce qu’elle la connaissait par coeur. Mira adorait tout savoir sur tout le monde, les potins les plus croustillants étant sa nourriture favorite. “Tu sais que je ne dirais rien ! Alleeeez ! Je veux savoir avec qui tu as pris du plaisir dernièrement !” Le regard noir que la rouquine lui lança n’eut strictement aucun effet, contrairement aux autres, la blanche y était totalement insensible. “Toi ? Ne rien dire ? Mais laisse moi rire ! Même Cana balance moins de chose sur la vie privée !” Elle eut un air offusqué mais Erza savait très bien qu’elle jouait la comédie. Se levant tranquillement, elle lissa les quelques plis de sa robe légère avant de s’avancer vers le campement, son journal serré contre elle. Ses lèvres se retroussèrent au moment même où Mirajane lui sauta dans le dos pour essayer de la faire tomber en arrière. “Vraiment ?” Cela faisait un moment qu’elles n’avaient pas fait ça, se battre amicalement pour un sujet futile. Elles se tiraient les cheveux, se tapaient dans les jambes, se mordaient les épaules, se donnaient des coups de coudes dans les seins tout en s’insultant. “Euh … les filles ?!” Regardant toutes les deux dans la direction de Wendy et Charuru, choqués d’un tel comportement, tandis que Grey et Elfman secouaient la tête en poussant un soupir, murmurant un ça recommence. Tout aurait bien pu se passer, tout aurait pu bien continuer si d’un coup, la terre ne s’était pas mise à trembler, l’air ne s’était pas mit à vibrer, propagent des ondes sonores terrifiantes. “Qu’est ce que c’est ?” Tout le monde se regarda, stupéfait. Les deux grandes se relevèrent pour suivre le reste du groupe jusqu’au campement où encore une fois, ce hurlement retentit. Puis, une ombre terrifiante cacha le soleil, gigantesque. Etait ce le vaisseau d’Hadès qui revenait ? Non, c’était quelque chose de bien pire, d’au delà leur imagination. “Un monstre …” Les hypothèses du groupe étaient diverses, jusqu’a ce que les nuages dévoilent toute la grandeur de cette légende. “Le dragon noir de l’apocalypse … Acnologia.” Se retournant, Erza regarda le Maître passer tranquillement, se mettant devant eux au moment où l’immense dragon commençait à descendre en piqué pour se poser sur l’île. Gildardtz ajouta quelque chose mais Erza ne l’écoutait déjà plus, les yeux rivés sur cette chose qui s’était posé. Elle en avait lu des écrits sur les dragons, après que Natsu lui ai raconté son histoire. Elle était attirée, étrangement par ces créatures, fascinés même, sans savoir que son propre passé en était composé intégralement. Acnologia hurla à nouveau et son souffle fut dévastateur. Elle agrippa la main de Mirajane et Luxus pour essayer de tenir debout et ne pas partir au loin comme Lucy et Levy, dont elle avait hurlé le prénom. Quand il eut fini, la forêt de l’endroit où il se trouvait avait entièrement disparu. Si à un moment donné elle n’avait plus eu d’espoir pendant le combat avec Hadès, elle ne voyait clairement pas comment lui faire face. Peut être qu’en combinant les trois magies des chasseurs de dragons … après tout, elle avait été créé pour ça, pour éliminer les dragons. Mais sa réflexion fut coupé par le Maître, qui utilisa les dernières forces qui lui restait pour empêcher le monstre de les tuer. “Fuyez ! Allez au bateau pendant qu’il est encore temps !” Bien entendu, aucun des membres présents ne bougea, horrifié par ce qu’ils voyaient. Mais quand Luxus attrapa Natsu par son écharpe, les yeux remplis de larmes, Erza comprit que c’était le seul moyen de vivre, se rappelant avec panique la vision de sa propre mort. Le sacrifice d’un pour la survie du groupe. Papy était entrain de faire ça pour les protéger. Ses propres yeux se remplirent aussi de larmes, courant sans se retourner, essayant de faire abstraction des cris de douleurs de leur Maître. Or Natsu ne pouvait s’y résoudre, s’échappant de l’attention de Luxus en hurlant que s’il mourait, il n’aurait plus le goût de vivre, que ça n’aurait servi à rien. Le petit groupe s'arrêta un moment, regardant le grand dadet faire le chemin inverse. Luxus se pinça le nez mais Erza put distinguer un fin sourire, tandis que la fratrie Strauss levait le poing en l’air. Il avait raison, il ne fallait pas abandonner, et au moins, s’ils mourraient, ils seraient tous ensemble. S’élançant rapidement, espérant qu’il n’était pas trop tard, elle se plaça devant le Maître qui avait été lancé de l’autre contre ce qui restait de la montagne. “Non … pas toi aussi Erza !” Elle le regarda tendrement tout en penchant la tête sur le côté, se ré équipant par la même occasion, tandis que Luxus se plaçait à sa gauche. “J’étais contre … mais pensais tu vraiment que les membres de ta guilde s’enfuiraient, en laissant un vieux sénile combattre ?” Elle l’avait souvent repris sur son langage, n’aimant pas du tout comment il traitait son grand père. Forcément le jour où il était rentré en total rébellion, cela ne l’avait guère étonné. Mais aujourd’hui, devant les portes de l’enfer, elle savait qu’en réalité, cela était sa façon de lui prouver son amour, que malgré son exclusion, Luxus faisait toujours partie de Fairy Tail. La place n’était pas à l’émotion, Erza reprit bien vite ses idées, hurlant d’attaquer le monstre à ses camarades. Au bout de quelques minutes, Luxus encouragea les troupes à donner le meilleur, à combiner leur magie ensemble. Ils allaient montrer à ce dragon, qu’ensemble, ils pourraient vaincre même l’apocalypse. L’espoir fait vivre, l’une des devises de la guilde sans doute. Bien entendu, même avec tout ce concentré de magique, Acnologia ne fut même pas blessé. Il s’amusait comme disait Gildartz. Mais personne ne baissa les bras, ce n’était pas le moment d’abandonner, car dans l’adversité, seul les liens comptent. Et quand il s'éleva dans le ciel, c’était cette fois pour les rayer de la carte. Or si Fairy Tail était connu pour ses attaques dévastatrices, elle était aussi connu pour sa défense exceptionnelle et surtout sa chance merveilleuse. Tout le monde saisit la main de son voisin pour former un grand cercle de défense, priant Mavis de leur venir en aide, sans savoir qu’un nuage violet les attrapa au moment même où Acnologia utilisa son souffle pour les détruire, laissant ainsi un immense vide à la place de l’île Tenro.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Let's go to the Murder Party !
Détective Queenie & Inspecteur Livio ✭ Mais la chair fraîch’, la tendre chair, mon vieux, ça coûte cher..Et pendant qu'il le lui tenait, elle l'assassinait. On dit que, quand il expira, la langue ell' lui montra. Prise d'un vrai remords, elle eut chagrin du mort, tombant à genoux, ell' dit : Pardonne-moi ! C'est une larme au fond des yeux qui lui valut les cieux. Et le matin qu'on la pendit, ell' fut en paradis.♫
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81218-les-fleurs-ne-choisis http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81178-queen_of_fairy#1033989 En ligne

Queenie E. Scarletto


« Not Today, SATAN ! »


Queenie E. Scarletto


╰☆╮ Avatar : Amber Heard

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La meilleure, Titania Reine des Fées ✽

✓ Métier : Propriétaire du Fantasia et pâtissière dedans par la même occasion → on est jamais mieux servi que par soi même ! ✽ "Ancienne" espionne détruisant des sectes & féministe engagée (présidente de l'association Console) ✽ Nouvelle Adjointe à l'éducation à la Mairie de Storybrook


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1072
✯ Les étoiles : 7522




Actuellement dans : « Not Today, SATAN ! »


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 22:41


Niccolo Paganini ⚜️ 24 Caprices pour Violon Opus 1






« L'histoire n'est qu'un éternel recommencement»

Si vous lisez cette lettre cela veut dire deux choses mais dans tous les cas il y aura un mort. La première option est que vous ayez fouillé dans mes affaires par pure curisoité et vous allez mourir. La deuxième option est que vous avez trouvez cette lettre à la suite d’instructions bien précises et que je suis morte. Je ne parlerais pas du premier cas car il serait trop loin d’argumenter sur les raisons alors je vais me focaliser sur la deuxième probabilité qui est la plus probable. Si vous êtes Viktory je suis vraiment désolée de te l’annoncer comme ça, tu trouveras à la suite de cette lettre un autre testament avec les biens que je te laisse . Si vous ne l’êtes pas, ce n’est pas grave tout est à son nom alors cela ne servira à rien de falsifier, la technologie vous l’empêchera. Dans tous les cas, je vous conseil de lire cette lettre attentivement pour poursuivre ma mission , mais avant, un récapitulatif est nécessaire. Promis je vais essayer de faire court, surtout que le temps vous est compté.

Je m’appelle Queenie Scarletto, surnommée le désespoir écarlate, je suis agent spécial au service de sa majesté, la Reine d’Angleterre et ceci est mon histoire.

Je suis née visiblement à la frontière entre l’Italie et la Slovenie dans la ville d’Udine, enfin c’est ce qu’il y a marqué dans les papiers que l’on a trouvé sur moi. J’ai ainsi été abandonné comme un vieux sac et un couvent m’a recueilli jusqu’à ce que je me fasse enlever par une secte. A l’époque je ne savais pas que c’était le cas. J’avais l’habitude de me promener en forêt, seule, parce que je n’appréciais pas la mentalité des autres personnes et une dizaine d’hommes me sont tombés dessus. J’ai essayé de me débattre, avec un bâton et des pierres mais rien n’y a fait, ils étaient bien entendu trop nombreux, trop fort, pour la fillette de cinq ans que j’étais. Quand je me suis réveillée, j’étais dans une sorte de chambre blanche, aseptisée, tout comme mes vêtements. Et à partir de là, ma vie est devenue un enfer. La secte s’appelle la Porte du Paradis le destin ayant un humour que je n’apprécie pas. Cette secte, n’a qu’un seul but, rejoindre un point particulier dans l’espace qui mènera à une nouvelle vie, éternelle et pure, où tous les pếchés commis ici seront absous. Mais avant, pour que l’âme puisse passer la porte, elle doit avoir un niveau spécifique, validé par le grand prêtre. Chaque niveau s’obtient en faisant un sacrifice toujours plus fort avant d’attendre le pire, sacrifier sa propre âme pour que cette dernière puisse rentrer dans le vaisseau qui amènera à la porte dudiment cité. Oui cela est totalement fou mais je peux vous assurer qu’un nombre incalculable de personnes arrivent à croire en ses théories plus que fumeuses et pas du tout rationnelle. Pourquoi enlever des enfants me direz vous ? Plusieurs raisons. La première, car les enfants constituent l’un des derniers niveaux de sacrifices. Ils sont d’abord torturés pour passer les premiers niveaux, permettant aux nouveaux membres de s’intégrer et ils sont ensuites tués dans une longue cérémonie après des mois ou des années de tortures. Heureusement pour eux, ils ont un peu de chance dans leurs malheurs car les tortures ne sont pas sexuelles, il ne faut pas non plus souillé l’âme qui ne pourrait plus passer la porte... Cela est mon cas. Pendant cinq ans j’ai été un enfant esclave de la secte du Paradis avant que je ne décide de me rebeller lorsque mon tour d’être sacrifié sur l’autel fut venu. Parfois même aujourd’hui je me demande comment j’ai pu réaliser une chose pareille, la chance m’accompagnant pour une fois. Mais c’est sans doute la rage et la colère qui ont formenté dans mon coeur et mon esprit qui m’ont permis de sortir de là avec quelques autres enfants. J’ai profité de leur inconscient du à la cérémonie, avec leurs drogues et autres, pour m’insurger. J’ai saisi la dague qui aurait du me transpercer le coeur laisser libre court à ma haine. J’avais mis en place un plan depuis des années et nous avons pu le réaliser. Je me souviens avoir couru dans la forêt du Magadan avec douze autres enfants pendant des heures et des heures sans jamais nous arrêtés. Nos pieds étaient en sang mais nous avions l’habitude de souffrir, mais là, c’était pour la liberté. Les jours défilaient, et quand enfin, nous virent les lumières de la ville, nous étions de plus en plus sauvages, et de moins en moins nombreux. Malheureusement, démuni, malnutri, abîmé, seuls les plus résistants ont survécu. La police locale nous as arrêté, après qu’un commerçant nous ai dénoncé pour avoir volé quelques pains et c’est sans doute l’une des choses que je regrette, d’avoir abandonné les plus faibles des moins faibles mais la peur d’être à nouveau capturé me nouait les entrailles. J’ai attrapé le poignet de Vicktory, et je me suis enfuie à nouveau mais uniquement avec lui. Ainsi débuta une vie d’errance et de clochardisation, mais tout était bien mieux que la prison de la Porte du Paradis. D’abord des vols, ensuite des petits boulots, je faisais tout pour essayer d’éclairer un peu notre quotidien de vagabonds. Au fur et à mesure des mois, nous firent le chemin inverse, pour revenir vers l’Europe continentale et c’est là, que nous avons rencontrés Douglas, espion de renom, et qui grâce à son talent est devenu le chef de la section où nous sommes.

A partir de ce moment là, une nouvelle vie allait pouvoir débuter.

Il venait de finir une mission quand sa route a croisé la nôtre, et depuis ce jour, il nous a élevé comme ses propres enfants. Je lui serais éternellement reconnaissante, et même si je ne lui ai jamais dit, je l’aime comme mon propre père. J’ai tout fait pour qu’il soit fier de moi, et même si, je le reconnais, parfois j’ai abusé sur certains points qui le faisait criser, j’espère que c’est le cas. Mais je m’égare. Ainsi nous formions une sorte de famille un peu étrange. Douglas a arrêté ses missions pendant quelques temps, jusqu’à ce que je l’oblige à reprendre. Il a embauché une nounou et un précepteur pour que nous ne soyons pas seuls. Déja qu’il avait fait quelques embrouilles de part son statut particulier, il ne pouvait pas tellement tiré sur la corde. Ce n’était pas si mal, mais je m’ennuyais fermement, et un jour, j’ai décidé de le suivre. Il ne m’a découvert qu’une fois arrivé sur place, n’ayant que d’autre choix de me prendre avec lui. Oh il m’a engueulé, ça c’est sur, mais il a aussi été impressionné par tout ce que j’avais mis en place pour le retrouver, et c’est ainsi que j’ai fais ma première mission. Bien entendu, il a essayé de m’empêcher de suivre cette voie là, mais c’était peine perdu, tout comme à Viktory. Personnellement l’idée de vengeance contre la Porte du Paradis ne m’était pas sortie de l’esprit, bien au contraire. Elle était mon leitmotiv, ma raison de vivre, qui a évolué avec le temps. Ce n’était pas simplement cette secte là que je devais éradiquer, mais le maximum. J’ai alors entrepris un travail colossal de classements et de recensements de toutes les sectes européennes qui m’a permis après des années de monter en grade et de devenir spécialiste. J’ai travaillé avec différents gouvernements, avec différents corps d’armées, avec des associations parce qu’il n’y a pas seulement l’aspect destruction, mais aussi reconstruction. J’ai vécu dans ma chaire ces traumatismes et je ne veux pas que cela recommence, enfants, femmes, hommes, tout le monde à le droit d’avoir sa propre vie, libre, pouvant réaliser leurs envies. Je suis pour l’égalité des droits et des devoirs. Pourquoi la parole d’un enfant ne devrait elle pas être considérée ? Pourquoi une femme ne pourrait elle pas toucher le même salaire qu’un homme ? Pourquoi un genre de sexualité condamnerait elle à la damnation éternelle ? Tous ces combats sont les miens et maintenant les vôtres.

Effectivement, comme cité plus haut, si vous lisez cette lettre c’est qu’il m’est arrivée quelque chose. J’ai toujours dit à Douglas que j’avais arrêté de pourchasser les membres de la secte du Paradis, ce qui est évidemment un mensonge. Je les ai traqué durant toutes ses années, et je suis arrivée à en éliminer les trois quarts. Cependant, l’organisation a prit de l’ampleur avec des répercussions que même moi je ne peux pas gérer et ….


Viktor sursauta de sa lecture en entendant plusieurs coups de feu provenant de la porte d’entrée de l’appartement dans lequel il se trouvait. Sautant du canapé, attrapant son arme de service, fourrant la lettre dans la poche de son jogging, il s’approcha doucement de l’entrée, sur le qui vive, prêt à n’importe quelle éventualité. Depuis qu’il avait lu les mots de Queenie, il s’attendait à tout … mais certainement pas à ça. La porte se fit défoncer d’un coup de pied, et une jeune femme apparut dans l’encadrement. Elle était mal au point. Ses cheveux blonds partaient dans tous les sens, une partie était même arraché. Ses vêtements étaient troués par endroits, imbibés de sang séchés, elle n’avait plus de chaussures et elle portait les stigmates sur son visage de la fatigue et de la douleur. Passant comme si de rien était, à côté du jeune homme dont la bouche faisait un o, elle s’exclama, la voix enrouée et brisée. “Peux tu me donner un verre de vin rouge s’il te plait, et le pot de glace à la fraise aussi !” Elle commença à se déshabiller sans pudeur, avant de s’affaler dans le canapé, nue comme un ver, laissant apparaître tous les bleus, les coups et les contusions. “Allez Viktory ! J’ai soif !” “Attends sérieusement Queenie ?” Ses yeux vairons lui lancèrent un regard noir. Oui sérieusement, elle avait soif, faim, et elle était fatiguée, pas forcément le meilleur des accueils qu’il venait de lui réserver. Préférant ne rien dire, elle allait se lever pour chercher ce qu’elle voulait elle même, quand elle le sentit se jeter sur elle, l’obligeant à se rassoir. “6 mois … 6 putains de mois Queen’ et tu fais comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes ?” Un soupir fatiguée passa la barrière de ses lèvres alors que sa main se glissait dans les cheveux clairs du jeune homme, qui lâchait enfin la pression. “J’ai cru … on a tous cru que tu étais morte !” Elle aussi d’ailleurs, l’avait cru à un moment donné, mais c’était bien mal la connaître de penser qu’elle abandonnerait aussi facilement. Elle préféra ne rien dire, lui laissant le temps de récupérer, de pleurer autant qu’il voulait. Elle le berça doucement, le rassurant par des gestes doux. Quand il se releva enfin, essuyant ses larmes du revers de sa manche, il l’enguela sévèrement, s'énervant avec des grands gestes tandis qu’elle se levait pour aller dans la cuisine. “Ma mission ? Je l’ai faite en trois jours …” Au moins, cela avait eu l’effet de le faire taire pendant quelques instants, le temps qu’elle débouche sa bouteille de St Emilion. Un petit sourire satisfait en voyant son air ébahi. “Le reste a été pour ma mission secrète, qui ne l’est plus vu que tu as lu la lettre.” Elle poussa un ah de contentement en savourant le liquide rouge qui coulait le long de sa gorge. Oh elle en avait rêvé de ce verre de vin, et elle s’excitait encore plus en pensant à l’énorme pot de glace à la fraise qu’elle allait se descendre. “Et alors ?” “Et alors quoi ? J’ai réussi bien entendu !” Enfin, après des années et des années de luttes, elle avait réussi. Elle n’y croyait pas elle même, mais la réalité du terrain lui confirmait qu’elle avait gagné. Un petit sourire hautain se dessina sur son visage. “Nous allons partir Viktory. Loin d’ici, très loin.” Le jeune homme, qui était passé par toutes les émotions depuis que celle qu’il considérait comme sa grande soeur était rentré, leva les deux sourcils. “Hein mais pourquoi ? Qu’est ce que tu as fais ?” La blonde n’eut pas le temps de répondre que son téléphone sonna, alors qu’elle annonçait qu’elle allait prendre une douche. “Douglas tu ne vas pas me croire !” “Toi non plus Vik’... tu ne vas pas me croire …” Le ton glacé et inquiet de son menton s'inquiéta encore plus, se doutant qu’il y avait bien un rapport avec tout ça. “Queenie est rentrée !” s’écria t’il, fou de joie, mais se contenant un peu pour ne pas détruire les tympans à l’autre bout du fil. “Bien … et est ce que Madame t’as dit ce qu’elle a fait en douce ?” Il hésita à répondre, alors qu’il entendait de la musique jazzy venir de la douche. “Euh … vaguement … ” “Elle vient d'assassiner le 1e ministre de la Slovénie ainsi que son ministre de la défense.”


J-S Bach ⚜️ Suite pour Violoncelle No 1 en Sol Majeur






« Si vous êtes avec moi, tout ira bien !»

“Sérieux Riv’ pourquoi je dois venir ?” “Parce que c’est sur le chemin de chez toi … et ça va ça prendra 5 minutes !” Le blondinet poussa un énorme soupir, mettant ses mains dans ses poches alors qu’ils avançaient rapidement vers le bâtiment de la guilde de Fairy Tail. “Puis pourquoi c’est toi ? JB où Vik’ n’auraient pas pu y aller ?” Vraiment, Aguistin ne comprenait pas pourquoi River obéissait autant au monstre qu’était la propriétaire du Fantasia. “Mais j’en sais rien Raven ! T’es pénible ! Ils doivent être occupés ! Et tu n’auras qu’à rester dehors si tu ne veux pas rentrer !” Imitant les paroles de son ami, le corbeau continua à pester en silence, alors que le bâtiment se dessinait en forêt. “Donc répète, on doit chercher quoi en fait ?” “Son portefeuille ! Elle m’a dit qu’elle ne le trouvait pas, et qu’il n’était ni à la pâtisserie, ni à l’appartement au dessus, ni dans la maison au bord de mer et il n’est pas non plus dans ses entrepôts …et là, elle est vraiment occupée” Aguistin cligna plusieurs fois des yeux, étonné. “Mais elle a combien de logements ?” “C’est Erza … cherche pas. Mais en tout cas, c’est le dernier endroit où elle était alors on cherche là...” Effectivement, le jeune homme préféra ne rien dire, haussant les épaules alors qu’il se stoppait net devant l’entrée. “Bon tu viens ?” Il hésita quelques secondes avant finalement de rentrer, suivant River dans les étages pour atteindre l’appartement de Queenie. Retenant son souffle, il vérifia quand même qu’elle ne se trouvait pas là, par précaution avant de rentrer. L’appartement était sobre, du design aux lignes épurés avec du mobilier moderne. “Euh … t’es sur qu’on est au bon endroit …” Quand il voyait l’abus de décor à la pâtisserie, Aguistin se demandait vraiment si c’était la même personne. Il avait l’impression de se trouver dans un appartement d'hôtel tant tout était bien rangé, ordonné, avec un certain excès à vrai dire. “Erza aime varier les styles, c’est comme avec ses armes et armures.” “Ouais ouais j’veux pas savoir…” Pendant que River cherchait l’objet en question, Aguistin resta quelques minutes à l’entrée, observant les lieux, mais forcément, sa bougeotte et sa curiosité eurent raison de lui. Il commença d’abord par regarder les bibelots du salon, passant un doigt sur la commode tout en sifflotant, passant un doigt sur la tranche des livres de l’armoire du coté. Puis, il se rendit dans la salle de bain avant d’aller dans la chambre, n’ayant rien trouvé d'intéressant. River était accroupi derrière le lit, cherchant à tâton dessous, marmonnant dans sa barbe. “Dit, on teste la résistance du matelas ?” Un gloussement mutin s’échappa de la bouche du blondinet qui s’était d’ailleurs jeté dessus sans ménagement. “Mais t’es pas bien ma parole ! La dérouillé qu’elle t’a donné la dernière fois ne t’as pas suffit ?” “Rooh ça va ! Suffit de pas lui dire !” Se mettant sur le ventre, il donna une petite tape sur la tête du brun. “On parle de Queenie là, d’Erza hein … elle sait quasiment tout ! Et si elle apprend déja que tu es allé sur son lit …” Rigolant, Aguistin s’amusa à rouler, puis à sauter dessus, avant de laisser sa tête retomber mollement sur le coussin. “Aïe !” Un cri de douleur sortit de sa gorge, alors qu’il se massait la tête. Il avait cogné sur quelque chose de dur. Regardant immédiatement, son intérêt grandit encore plus. Poussant la grande dague sur le côté, il attrapa le carnet qu’il y avait en dessous. “Raven …. pose ça …” Il pouvait entendre l’inquiétude dans la voix de River mais ce n’était pas ça qui allait l’empêcher d’ouvrir le petit trésor qu’il avait trouvé. “Oh non … c’est le moment de pouvoir se venger de toutes les misères qu’elle nous fait subir !” Ouvrant au hasard, il passa les pages où il y avait des dessins ridicules, des tickets de caisses ou de concertes collés pour atterrir sur une page très coloré qu’il lut à haute voix.


Je suis assez anxieuse aujourd’hui. Ce n’est pas forcément dans ma nature de stresser mais il se trouve que là, c’est le cas. C’est l’inauguration de la deuxième partie du Fantasia et je m’apprête à prendre la parole dans quelques minutes. J’écris pour essayer de décompresser mais j’ai un peu du mal. J’espère que mon discours sera à la hauteur des attentes. Mira me dit qu’il n’y a pas de soucis, mais c’est Mira. Je suis persuadée qu’elle dirait la même chose à un discours écrit par un enfant de 5 ans. Il y a des choses qui ne changent jamais, quelque soit le monde, quelque soit l’époque. Voila quasiment deux ans que cette malédiction est levée, que nous avons découvert la vérité et finalement le temps suit son chemin. Il faut bien continuer à vivre, surtout que j’ai retrouvé mes véritables amis, ma famille alors il n’y a pas de soucis. Enfin si, là il y en a un de taille… quasiment toute la ville est invitée et j’ai atrocement peur de m'emmêler les pinceaux. Allez ma vieille tu peux le faire !


Aguistin éclata de rire alors que River venait de s’assoir sur le lit. “Genre elle a peur de parler en public ? Oh j’y crois pas !” “Erza a toujours eu le tract pour ce genre de choses. Pourtant elle est la première à vouloir faire du théâtre mais je sais pas. On a tous nos petites failles.” “Ouais mais quand même … Madame je donne des leçons ne sait même pas parler devant des gens sans avoir les jambes qui tremblent !” “Je me souviens que son discours était quand même très clair, et qu’elle a été applaudi …” “Ah oui ?” Il s’en souvenait que vaguement, ayant été plutôt occupé à manger les petites pâtisseries préparées par l’équipe. C’est vrai que cette inauguration avait été assez grandiose. C’était Dolorès qui l’avait traîné avec l’argument nourriture gratuite car rien que l’idée de croiser Queenie lui était assez insupportable. Or finalement, voir cette étalage de choses sucrées lui avait totalement fait oublier que la patronne l’avait laissé pour mort quelques années auparavant. De plus, il y avait quasiment tous ses amis, et la présence de River l’avait conforté dans son sentiment.


Ce n’est pas du discours que j’aurais du avoir peur mais bien de la suite …car en soit, une fois lancé, j'ai du mal à m'arrêter. J'ai parlé de tous les projets que j'avais en cours, du féminisme, du capitalisme, de l'avenir ...mais j’aurais du me douter qu’en envoyant des invitations à tout le monde, des indésirables se seraient greffés. J’avais pourtant bien dit à River qu’au moindre dérapage je l’encastrerais dans le mur, mais visiblement il a toujours le cerveau aussi gelé.


“Ah je crois qu’elle parle de toi !” “Et de toi aussi andouille !” Poussant l’épaule du brun, ils commencèrent à se chamailler avant que l’ancien corbeau ne fasse un petit geste de la main, tandis qu’il lisait toujours en diagonal. “Attends je sens que ça va devenir intéressant !”


J’avais aussi prévenu Jean Baltazard et Dolorès de surveiller l’affreux Jojo qui trainaient toujours dans leurs pattes et ils m’avaient certifiés qu’il n’y aurait pas de soucis. Forcément j’aurais du me méfier, j’aurais du me douter qu’ils étaient bien incapable de gérer cet abruti. Enfin c’est tout le groupe à ce niveau là qui aurait du bénéficier d’une baby sitter. Même Viktory s’y est mit, un véritable carnage. Ils ne sont pas méchants, bien sûr, ils sont juste idiots, encore dans la phase de l’adolescence. Moi aussi, je le conçois, peut être parfois immature, mais là, quand même ! Faire une bataille de cupcake ! Mais qu’est ce qu’ils ont dans la tête !


“Bah ça va ! On a juste mit l’ambiance à un truc chiant !” Aguistin pouffa encore, en tournant la page. “C’était méga drôle quand JB s’est retrouvé avec un cupcake dans l’oeil !” Essuyant une larme en se souvenant du moment, il secoua la tête en voyant que River ne réagissait pas, fixant plutôt un point. “Bon allez on s‘est fait déchirer après mais c’était marrant ! Faut voir le positif de la chose !” “Je sais pas qui m’a fait le plus peur entre Erza ou ton frère …” “Non mais ils sont rien comparé à Tib quand il est en colère !” Pour le coup, ce fut à son tour de frissonner de terreur. Si Livio l’effrayait, beaucoup moins depuis la levée de la malédiction, il n’y avait que le faucheur pour vraiment le calmer et le canaliser. “Bref ! Je continue”


Quand j’ai vu ça, qu’ils jouaient dans leurs coins, sous le regard effaré des autres invités, je me suis demandée comment j’allais les tuer… mais visiblement je n’étais pas la seule à me poser cette question. En allant les rejoindre j’ai percuté un homme, trop perdu dans ma réflexion sur quelle arme utiliser pour les découper … Après m’être excusée rapidement, je me suis aperçue que je le connaissais de vue, et qu’ensuite il était déjà entrain de les sermonner, si je puis m’exprimer ainsi. Cependant, en gentleman, il s’est arrêté pour discuter avec moi. C’est là que j’ai appris son nom et son métier. Livio. Que je suis bête, Dolorès n’a pas arrêté de m’en parler, de son grand frère médecin, le meilleur du monde selon ses dires, même si pour elle, beaucoup de personnes sont géniales. J’ai mieux compris pourquoi certains garnements se sont tût en sa présence. Il se trouve, qu’il est beaucoup plus intéressant que son abruti de petit frère. Comme quoi, il ne faut pas juger simplement sur un nom de famille. Enfin, je le savais déjà avec Dolorès, qui est une perle de gentillesse, mais avec les hommes, il faut toujours se méfier.


“Geeeenre Liv’, un gentleman, laisse moi rire ! C’est juste qu’elle le connait pas du tout ! C’est comme Lolo franchement ...Pourquoi tout le monde croit que c'est une sainte nitouche alors qu'elle est pareille que moi ?” River resta silencieux, préférant laisser parler Aguistin, comme d’habitude. “Puis ça c’est pas du tout passé comme ça ! Il était pas entrain de nous sermonner mais de m’étrangler c’est pas pareil !” “Oh tu sais, pour Erza c’est du pareil au même … Mais tu peux la remercier … grâce à elle, tu t’es pas évanoui vu qu’il a arrêté de serrer ton cou de poulet !” “Hum c’est pas faux … Puis en plus Dolorès m’a dit qu’ils se battaient ensemble à la salle de sport, au moins on est plus leurs souffres douleurs.” Aguistin leva un sourcil en voyant le brun frissonner. C’était étrange, River ne devait pas craindre le froid pourtant. “... Mec … on voit que tu ne les as jamais vu s’affronter … j’ai bien cru la dernière fois que le bâtiment entier allait s'effondrer … Y a des gens qui se sont planqué comme pendant la guerre ...” “Non mais on sait que ce sont tous les deux des monstres … parfois je me demande comment l’univers arrive à les tolérer.” “Attends ta gueule !” Il fronça les sourcils quand River posa sa main sur sa bouche, grommelant quand même à travers. “J’ai entendu du bruit …” Les yeux d’Aguistin s'écarquillèrent alors qu’il tourne aussi la tête vers la porte de la chambre. “Range ça!” “Mais attend j’ai même pas pu prendre en photo les passages croustillants ! Je veux savoir si elle s’est tapée Livio ou si elle parle de ta bite !” Il se reçu en réponse un coup de poing dans l’épaule, alors que River essayait de lui arracher rapidement le carnet des mains. “Vas y j’suis sur que toi aussi tu veux savoir comment elle trouvait tes performances !” “Bordel Raven arrête ! On va se faire atomiser si elle apprend ça …” “Mais ça vaaaaa, elle ne le saura pas !” Poussant River, il reprit le carnet pour le feuilleter rapidement. “Ça ne sert à rien Aguistin, elle n’écrit pas ce genre de chose dans ce carnet là.” Dans l’encadrement de la porte, se trouvait Viktor, les bras croisés, un sourire mauvais sur le visage. “Et visiblement elle avait raison de penser que River allait faire une bêtise car il mettait bien trop de temps à revenir.” “Et du coup, sinon Vik’ les autres carnets, tu sais où ils sont ?” “Je vais le dire à Livio.” “T’es qu’une sale balance ! Même pas tu me soutiens.” Remettant le carnet à sa place, Aguistin haussa les épaules, avant de faire face à l’autre garçon. “Tu as de la chance que je ne le dises pas à Queenie.” “Mais vas y, balance je m’en fiche ! Sauf que toi aussi, tu es curieux de savoir ce qu’elle pense vraiment …étant donné que certaines de ses actions te sont obscures. Je me trompe ? ” Les deux anciens d’Halloween Town se firent face dans un silence de plomb. “Sinon, au lieu de ça faudra lui annoncer qu’elle a perdu elle même son portefeuille …” River brisa le silence, mettant au final tout le monde d’accord, les trois se regardant d’un air entendu. “Comptez pas sur moi pour le lui dire … ça sera votre punition pour avoir lu dans son journal !”Je m’en fous, j’suis pas là, j’suis au cinéma.” Et sans prévenir, Aguistin sauta dans l’ombre que former la silhouette de Viktor pour le laisser avec River.



©️️ CREDIT




Administration


Célébrité de votre Avatar : Amber Heard
Est-ce un poste vacant ? : Oui

Multicompte ? : Vraiment ?

Entre nous


Pseudo / Prénom : Chess
Votre avis sur le forum : Toujours le même J'serais pas revenu sinon
Comment l’avez vous découvert : Oulala dans des temps anciens et obscurs

Si vous deviez choisir entre héros, vilain, magique, prince(sse), contes de fées, Roi Lion, Ancien animal, rebelle, ou wonderland pour votre team vous choisiriez quoi ? : Magique

Le mot de la fin :Je le dirais après

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Let's go to the Murder Party !
Détective Queenie & Inspecteur Livio ✭ Mais la chair fraîch’, la tendre chair, mon vieux, ça coûte cher..Et pendant qu'il le lui tenait, elle l'assassinait. On dit que, quand il expira, la langue ell' lui montra. Prise d'un vrai remords, elle eut chagrin du mort, tombant à genoux, ell' dit : Pardonne-moi ! C'est une larme au fond des yeux qui lui valut les cieux. Et le matin qu'on la pendit, ell' fut en paradis.♫
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81218-les-fleurs-ne-choisis http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81178-queen_of_fairy#1033989 En ligne

Eloise A. St-James


« Pour avoir la paix, il faut d'abord la guerre...»


Eloise A. St-James




╰☆╮ Avatar : Eva Green

Ѽ Conte(s) : Hercules
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Athéna



☞ Surnom : Licia
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8957
✯ Les étoiles : 10142




Actuellement dans : « Pour avoir la paix, il faut d'abord la guerre...»


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 22:57

Et sinon, les fiches de présentation standard, c'est pour quand ?

Re bienvenue !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Le Destin n'est que pure invention... La puissance en revanche...

D'après le code de Grey Wind
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18984-tremblez-athen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19285-qui-osera-venir-vers-la-deesse-de-la-guerre http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19919-les-etapes-d-un-vaste-plan-divin-ou-les-peregrinations-d-une-deesse#183523

Queenie E. Scarletto


« Not Today, SATAN ! »


Queenie E. Scarletto


╰☆╮ Avatar : Amber Heard

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La meilleure, Titania Reine des Fées ✽

✓ Métier : Propriétaire du Fantasia et pâtissière dedans par la même occasion → on est jamais mieux servi que par soi même ! ✽ "Ancienne" espionne détruisant des sectes & féministe engagée (présidente de l'association Console) ✽ Nouvelle Adjointe à l'éducation à la Mairie de Storybrook


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1072
✯ Les étoiles : 7522




Actuellement dans : « Not Today, SATAN ! »


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 23:06

C'était juste au début pour faire style que j'étais normale

Maiiiiis ça va j'ai prévenu Nanis Elle m'a dit qu'elle aimait ça alors forcément

Merci

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Let's go to the Murder Party !
Détective Queenie & Inspecteur Livio ✭ Mais la chair fraîch’, la tendre chair, mon vieux, ça coûte cher..Et pendant qu'il le lui tenait, elle l'assassinait. On dit que, quand il expira, la langue ell' lui montra. Prise d'un vrai remords, elle eut chagrin du mort, tombant à genoux, ell' dit : Pardonne-moi ! C'est une larme au fond des yeux qui lui valut les cieux. Et le matin qu'on la pendit, ell' fut en paradis.♫
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81218-les-fleurs-ne-choisis http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81178-queen_of_fairy#1033989 En ligne

Eulalie


« A fond les bolides ! »


Eulalie




╰☆╮ Avatar : Holland Roden

Ѽ Conte(s) : Famille Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Capitaine Amazone Sexy

✓ Métier : Flic canon à temps partiel


☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8059
✯ Les étoiles : 26239




Actuellement dans : « A fond les bolides ! »


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 23:24

J'aime ça mais 4 posts je m'y attendais quand même pas !! Je lirais par petits morceaux.

Et re-Bienvenuuuuuuue !!!

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

And I know how to play, I know this game
Would've gave it all for you, cared for you, so tell me where I went wrong. Would've trade it all for you, there for you, so tell me how to move on. Now if I keep my eyes closed he feels just like you, but you've been replaced I'm face to face with someone new.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-bebe-amazone#959584 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-bebe-amazone#959584 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80696-tortue_amazonienne En ligne

Queenie E. Scarletto


« Not Today, SATAN ! »


Queenie E. Scarletto


╰☆╮ Avatar : Amber Heard

Ѽ Conte(s) : Fairy Tail
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La meilleure, Titania Reine des Fées ✽

✓ Métier : Propriétaire du Fantasia et pâtissière dedans par la même occasion → on est jamais mieux servi que par soi même ! ✽ "Ancienne" espionne détruisant des sectes & féministe engagée (présidente de l'association Console) ✽ Nouvelle Adjointe à l'éducation à la Mairie de Storybrook


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1072
✯ Les étoiles : 7522




Actuellement dans : « Not Today, SATAN ! »


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 23:26

Nan mais j'ai préféré faire comme ça pour pas refaire le sketch de la dernière fois parce que ça me saoule quand c'est pas bien mit en ordre Si ça se trouve y aura des petits paragraphes à chaque fois

Mais j'te mettrais des gifs et tout pour que ça te fasse une pause

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Let's go to the Murder Party !
Détective Queenie & Inspecteur Livio ✭ Mais la chair fraîch’, la tendre chair, mon vieux, ça coûte cher..Et pendant qu'il le lui tenait, elle l'assassinait. On dit que, quand il expira, la langue ell' lui montra. Prise d'un vrai remords, elle eut chagrin du mort, tombant à genoux, ell' dit : Pardonne-moi ! C'est une larme au fond des yeux qui lui valut les cieux. Et le matin qu'on la pendit, ell' fut en paradis.♫
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81218-les-fleurs-ne-choisis http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81178-queen_of_fairy#1033989 En ligne

Mortimer T. Lepus


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Mortimer T. Lepus


╰☆╮ Avatar : Iwan Rhéon

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le lièvre de Mars

✓ Métier : Pâtissier/Directeur des abattoirs de la ville/Trafiquant #pourriture humaine


☞ Surnom : Tack le boss
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 394
✯ Les étoiles : 203




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 12 Déc 2018 - 23:53

Re-bienvenue

La concurrence va être féroce

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Because of you
I watched you die. I heard you cry every night in your sleep. You should have known better than to lean on me. You just saw your pain

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 6
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Ce qui est important ce n'est pas la magie, mais le mage qui l'utilise. Erza is back Bitch ! [100%]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Bienvenue à Storybrooke :: ♥ Présentation :: ➹ Persos validés