La 12ème Heure :
13.01.19
de seb


LA TOILE :
30.12.18
de Honey


CIVIL WAR :
02.02.19
de Dyson


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Civil War ☆ Evénement #105
Une mission de Dyson - Depuis le 2 février 2019
« Défendrais-tu un criminel ? »

Partagez | .
 

 The blue light through the dark snow ✗ Magic Quill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Theseus M. Sawyer


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Theseus M. Sawyer


╰☆╮ Avatar : Richard Armitage

Ѽ Conte(s) : L'unique récit de Hamelin, l'une des multiples légendes de Camelot, et le mystère de Naantalie.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : A Hamelin, on le connaissait comme le sombre joueur de flute. A Camelot, on l'a connu comme Merlin. Dans la vallée de Naantalie, on le prénommait Pipo.

✓ Métier : Herboriste
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 442
✯ Les étoiles : 1113




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 30 Déc 2018 - 20:18



magic quill
Awoken today, one hundred years you lay. A calamity has since drowned the land with a legend from the dark. This myth has been foretold and now a hero shall unfol. Take the test of strength because Hyrule needs your everlasting sword to slay the beast within, as you sing.
Le mage essuya quelques gouttes de sueur sur son front, dévoilant une étonnante chaleur alors que l'hiver blanchissait les toits de Storybrooke. Sa boutique, fermée comme chaque dimanche, était remplie de fumée colorée, de lumières surprenantes et d'odeur en tout genre. Theseus faisait de la magie, ce qui était très risqué en hiver pour lui, la saison froide étant le signe des ténèbres pour sa nature de Renaclerican. Mais grâce au bijou sheikah que lui avait offert Impa en échange de son aide, il pouvait le faire avec moins de risque, un avantage considérable. Lui ayant promis d'aider les anciens habitants d'Hyrule en trouvant le moyen de réveiller Link de son coma, Merlin faisait de son mieux, puisant dans toutes ses connaissances pour réveiller l'endormi meurtri qui reposait sous la surveillance des Zoras.

Cependant, le bijou qui étouffait les ténèbres de Merlin avait ses limites. Impa avait été claire, ce n'était qu'une barrière, mais elle n'était pas hermétique. En somme, ce n'était pas sans danger, les ténèbres ne disparaissaient pas : elles étaient plus faibles, mais elles étaient toujours là. Ainsi, à force de faire de la magie pendant des heures, le bijou fonctionnait à plein régime, à en fatiguer son porteur, expliquant donc la sueur qui perlait sur son visage.

Soufflant, il sortit le pendentif en question de sous sa chemise, qui brillait d'un éclat rouge puissant. Peut-être devrait-il prendre une pause, pour ne pas abuser du pouvoir de l'orbe. Prendre du repos avant d'avoir réussi n'était pas dans ses habitudes, mais c'était la première fois qu'il travaillait l'hiver, alors il devait certainement commencer à prendre une telle habitude durant ces quelques mois, n'ayant pas réellement le choix de toutes façons. Il avait désormais moins peur de la saison, mais la crainte restait toujours.

Mais à vrai dire, il y avait, même durant le reste de l'année, des moments où Theseus avait du se reposer sans avoir accompli la tache complètement. Pour cela, il n'y avait qu'un unique moyen pour que cela soit possible : l'insistance de Blaise. Un sourire se dessina sur le visage du mage en pensant à son ami le plus proche. Merlin n'était pas avide de pouvoir, mais lorsqu'il faisait de la magie, c'était toujours pour un but bien précis, essentiel, comme aujourd'hui, pour le réveil de Link. Il prenait toujours ses devoirs avec importance, ne laissant rien le distraire de ce qu'il faisait, et pourtant Konstantin avait l'étonnante faculté de l'arracher à son travail pour lui donner du répit, en sa compagnie.

Le sourire qu'il avait avec cette pensée agréable laissa rapidement place à de la surprise, lorsqu'il se souvint que Konstantin ne savait même pas que Merlin restait en ville cette année, et qu'il pouvait se permettre de sortir malgré l'hiver. Il n'avait le pendentif que depuis la veille au soir, et s'était précipité à la tache pour essayer de remplir sa promesse, ce qui était finalement bien trop compliqué pour pouvoir le faire en quelques heures seulement. Il était donc temps de penser à autre chose d'essentiel : Konstantin.

D'un geste de la main, un vent s'échappa de sa main pour balayer les fumées et les odeurs de sa boutique, pour les chasser aux fenêtres, manipulant ensuite l'eau pour nettoyer son plan de travail et ses outils en quelques instants. Il enchanta le reste pour que tout se range seul, avant de prendre une veste chaude. Il remit le pendentif sous sa chemise, puis sortit dans la ville, se dirigeant, à pied, vers la maison de son ami, pour lui faire la surprise de sa visite malgré la saison, étant censé être parti pour se préserver.

C'est donc avec un grand sourire que, devant sa porte, il fit grandir une fleur bleue dans sa main, avant de frapper sans rien dire pour ne pas trahir sa présence, ce qui gâcherait la surprise.

Candice FT. December || joyful tea






♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Les larmes des mondes perdus

☾ ☾ ☾ Awoken today, one hundred years you lay. A calamity has since drowned the land with a legend from the dark. This myth has been foretold and now a hero shall unfol. Take the test of strength because Hyrule needs your everlasting sword to slay the beast within, as you sing.

Konstantin B. Trysllester


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Konstantin B. Trysllester


╰☆╮ Avatar : Martin Freeman

Ѽ Conte(s) : Moomin & les Toons & Les légendes arthuriennes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Moomin & Blaise

✓ Métier : Écrivain spécialisé dans l'univers des mythes / Libraire


☞ Surnom : Chess
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 130
✯ Les étoiles : 1107




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 12 Fév 2019 - 1:33


The blue light
through the dark snow
Pipo & Koko'.


Le silence était d’ordre en ce jour de Décembre dans l’appartement de Konstantin. Il avait tellement demandé ce fameux silence que Josephina et Siméon étaient sortis en rouspétant, ce qu’ils faisaient très régulièrement, passant plus de temps à l’extérieur que chez eux. Depuis qu’il était revenu de ce fameux coup de fil que Dyson lui avait passé, un mois auparavant, le moomin s’était muré dans un silence inquiétant, se plongeant juste dans la lecture de livres. Oh oui il lisait, énormément, autant que quand il était le scribe de son ami Pipo, appelé Merlin dans l’endroit où on lui avait conféré ce pouvoir, cette capacité à ingurgiter aussi rapidement. Il lisait toutes sortes de choses. Si au départ cela était dans le but de comprendre ce qu’il était réellement, il avait laissé tombé en voyant qu’il n’y avait pas de réponses, ce qui en vérité ne l’étonnait guère. De plus Dyson avait prit ses distances et Konstantin en était très blessé. Il avait appris par Luciano, pipelette en chef qui venait souvent dans sa librairie que le propriétaire du comic burger avait rompu avec le séduisant policier selon ses propres mots et que le chapelier, tout aussi bien proportionné lui tournait autour. En vérité, Konstantin s’en fichait, les ragots ne l’avaient jamais intéressés, mais de savoir que son ami souffrait ne lui convenait pas. Il avait essayé d’aller à la Toon House ainsi que dans l’appartement personnel du jeune homme mais il ne voulait pas de son aide, il ne voulait même pas le voir, le repoussant clairement. Alors cet énième blessure avait plongé l’homme dans une terrible solitude. Il était passé devant la boutique d’herbes de Theseus mais cette dernière était fermée, l’achevant, un couteau dans le coeur. Il était parti. Sans même lui dire au revoir. Il aurait du y être habitué depuis le temps, mais cet hiver, c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Pour ne pas être un poids, pour ne pas polluer ses amis de ses pensées négatives, ne pas les empiéter sur leurs sentiments, il préféra donc s’isoler, intérieurement surtout, faire une sorte de retraite spirituelle. Il pleurait littéralement dans son esprit, maudissant les regrets et les remords qu’il avait. Nourrissant aussi une colère envers celui qu’il estimait responsable de tout, Theseus. Il était responsable de son plus grand bonheur comme de son plus grand malheur, et actuellement la balance penchait vers le deuxième côté. Depuis trop longtemps il se laissait bouffer par ce sentiment qu’il avait, l’impression de n’être pas écouté, pas regardé, pas compris, d’être aussi utile qu’une canette de coca vide, d’une inutilité sans nom. Il avait beau lui dire qu’il ne risquait rien ici, et que de toute façon il était là pour lui, effaçant ses sentiments négatifs, Theseus ne l’avait jamais écouté, partant au début de l’hiver, ne revenant qu’au milieu du printemps. Si la douleur qu’il avait dans son coeur était forte lors de ces séparations, elle s’était un peu atténué au fil des années, remerciant sans doute cette fichue malédiction qui lui avait oublié pendant 28 ans cette sensation amère. Or là, avec ce qu’il avait apprit, ce que Theseus lui avait caché, pensait il, c’était pire, bien pire que toutes les années réunies.

Marchant comme une âme en peine dans le salon, il se dirigea automatiquement vers le bar, se servant un verre de whisky. Il n’était pas très alcool, mais depuis que Siméon avait fait l’erreur d’en ramener, et que surtout, il lui en avait fait boire, il avait trouvé que noyer ses problèmes dans ce liquide ambré était tout aussi bien que lire. Oh il continuait à lire, il lisait même en étant imbibé, son cerveau lui racontant une tout autre histoire, très apprécié par le libraire. Il termina le verre d’une traite, grimaçant en sentant la morsure dans sa gorge, ce qui ne l’arrêta pas pour s’en servir un deuxième, et un troisième, qu’il emporta dans son fauteuil ou un bon livre l’attendait. Mais alors qu’il commençait à ouvrir là ou il s’était arrêté quelques heures auparavant, il entendit toquer. Il haussa un sourcil d’étonnement. Pourquoi la personne n'utiliserait elle pas la sonnette ? Quelques minutes passèrent puis les coups recommencèrent et Konstantin fut pris d’un frisson. Ce n’était pas normal, quelque chose clochait, l’alcool n’aidant pas dans son jugement. Saisissant ce qu’il avait sous la main, son livre donc, et le vase que Joséphina avait ramené de son shopping, il s’approcha doucement de la porte, ayant comme un air de déja vu. La dernière fois qu’il avait ouvert une porte des créatures ignobles lui avait sauté dessus pour le tuer, et son angoisse ne faisait qu’augmenter. “Qui est là ?” Pas de réponse. Bien, on en voulait vraiment à sa peau, les mots de toons passant dans sa tête. “Je … je suis armé hein ! Je sais me défendre !” Il cligna plusieurs fois des yeux en entendant la voix. Non il devait rêver, ce n’était tout simplement pas possible. Alors il fit une chose folle, que même son instinct de survie refusait, il ouvrit la porte. Le vase qu’il tenait dans sa main se brisa au sol, et il réalisé une très belle imitation d’un poisson en quête d’oxygène. “Très bien, je crois que j’ai vraiment abusé sur le whisky cette fois ci.” Il passa une main sur son visage fatigué, n’arrivant à croire qu’il avait bel et bien Theseus devant lui. Il claqua d’ailleurs la porte sur son nez avant de la rouvrir quelques secondes après pour se jeter dans ses bras. Non c’était bien lui, il pouvait reconnaître ses émotions à des kilomètres à la ronde. Il hoqueta de surprise, enfouissant sa tête dans son manteau, respirant son odeur pour s’en imprégner au maximun avant de se pousser et de lui asséner un violent coup sur le bras. “Tu … tu n’es qu’un idiot ! Un Abruti ! Je .. je te croyais partis … je suis passé devant ta boutique et tu n’y étais pas alors que j’avais besoin de toi !” Les larmes qu’il avait contenu depuis des mois commencèrent à s’accumuler dans ses grands yeux. “Pas un mot, pas un sms, pas un coup de téléphone, pas un mail même pas un putain de pigeon voyageur ! Tu n’as pas vu mes messages ? Pas ceux qui disaient de rester … non … les autres !” Sa voix prenait plus d’ampleur au fur et à mesure qu’il se laissait envahir par la colère. Il ne fallait pas, il ne devait pas, et heureusement, la proximité de Theseus l’aida pour le moment à reprendre contenance, soupirant en se massant les tempes. “Pardon … j’ai … eu des mois très difficiles .. viens rentre … c’est totalement impoli de ma part de te laisser comme ça.” Et son naturel gentil reprit le dessus, claquant néanmoins la porte après que Theseus soit passé. Ce n’est qu’à ce moment là qu’il remarqua la très belle fleur qu’il avait dans la main et un sourire doux passa sur son visage. “Met ton manteau sur la chaise, fais comme chez toi. Attend je vais chercher un autre vase.” Allant dans la cuisine, il en chercha un rapidement avant finalement de prendre un très grand verre, courant presque pour revenir dans le salon. Il regarda le brun, le fixa même, mélangé entre l’envie de le taper de toutes ses forces ou de l’étreindre de toutes ses forces. “Tu veux boire quelque chose ? J’ai du whisky, il est très bon, il passe bien. Et après euh … des bières ou je ne sais pas trop ce qu’il y a dans le frigo en réalité, ça fait quelques jours que je n'ai pas mangé.” Il fit une petite grimace avant d’aller se resservir pour lui un verre. Il en avait bien besoin. “Alors ? Les ténèbres ne prennent plus possession de ton corps ?” Il était beaucoup plus ironique qu’il aurait voulu, mais l’alcool lui faisait ressortir les émotions négatives qu’il avait. Déja qu’en temps normal le sujet Pipo était sensible, explosant comme un volcan quand on lui en parler, là, il avait beaucoup de mal à se contenir. “Ou tu t’es juste dis tiens Koko existe je vais aller lui dire l’endroit ou je me casse quand il fait froid.” Il avait craché ça avant de mettre sa main sur sa bouche, baissant la tête, honteux. Il n’arrivait pas à gérer ses émotions, il s’était trop renfermé sur lui même et parler maintenant, avec lui qui de plus, était beaucoup plus difficile qu’il ne l’aurait pensé. “Je vais continuer à me taire … ça sera mieux je pense.” Amer envers lui même, il fixa le liquide qui tournait dans son verre, n’ayant pas envie de gâcher ce qu’il avait pourtant attendu depuis des mois et des mois.

code by bat'phanie



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.


Protect them until the end of the world !
With a gun in my hand.. Staring at the sea Staring at the sand ... I'm alive I'm dead I'm the stranger ... I can turn And walk away Or I can fire the gun Staring at the sky Staring at the sun? Whichever I chose It amounts to the same absolutely nothing
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79697-terminee-allez-viens- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79946-et-bien-qu-attends-tu-pour-etre-heureux-konstantin-b-trysllester#983090
 Page 1 sur 1

The blue light through the dark snow ✗ Magic Quill





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Boutiques